Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Épuisée et à bout de nerfs [Bart]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ligue des sorciers
Moi moche et méchante (et naine)



avatar
Aliénor S. Andersem
Messages : 638
Age : 26
Localisation : Ailleurs
Date d'inscription : 27/12/2013




Message
Mar 28 Jan - 13:36


Aliénor venait juste de sortir de la salle de classes de sortilèges, elle avait à peine fait cent mètres qu'elle avait déjà l'impression de marcher depuis des lustres. La journée avait été fatigante, elle avait du faire tomber trois pots en cours de botanique, affronter les courants d'airs de la salle d'étude des runes, avaler en vitesse un repas sommaire tandis qu'elle faisait son devoir d'histoire de magie sur un coin de table, et avait manqué de faire exploser son chaudron. Alors elle était déjà agacée plus que nécessaire, elle voulait juste aller s'enrouler dans une couverture dans un fauteuil et dormir quelques temps. Sauf qu'autre fait énervant, elle ne pouvait même pas retrouver sa salle commune ni ses dortoirs, elle était obligée de grimper des marches interminables de ses petites jambes pour aller chez les rouges. Et ça la foutait en rogne, alors elle n'avait pas besoin de ça.

Besoin de buter sur un bout de jambe qui dépassait d'entre deux armures. Manifestement un type avait du trouver que la galerie faisait un bon coin pour paresser. Dans d'autres circonstances elle aurait marché dessus et aurait passé son chemin. Sauf que non. Pas aujourd'hui, aujourd'hui elle en a assez. Les sourcils froncés elle soupire d'énervement.

- Debout Veracrasse, espèce de feignasse. Va dormir ailleurs tu es un danger pub...

Ah. Elle aurait mieux fait de passer son chemin sans demander son reste. Aliénor vient juste de se rendre compte de l'identité de la personne qu'elle était entrain de secouer il y a à peine deux minutes. Et à ce moment précis elle aurait même préféré se retrouver devant Alix. Parce qu'il n'y a pas d'autre élève que ce type qui l'énerve autant. Tout l'énerve chez lui, son air nonchalant, son prétendu je-m'en-foutisme et encre plus son petit sourire en coin qui illustre ses préjugés. Dans un reniflement dédaigneux elle reste quand même plantée là, à attendre qu'il daigne se lever.

- J'aurais du me douter que ce serait toi.

Elle lui aurait bien envoyé tout ce qu'elle pense en pleine figure mais elle garde son poison pour plus tard ou au moins pour quelqu'un que ça atteindra. Parce qu'au fond ce qui l'énerve le plus chez lui, c'est qu'il n'en a rien à faire de tout ce qu'elle peut dire. Et sans se l'avouer elle déteste être ignorée Aliénor. Surtout que dans sa tête à elle c'est lui qui a tout provoqué avec ses remarques désagréables et ses préjugés. Elle ne pense pas pouvoir être rangée dans une case Aliénor, mais par contre lui, rentre bien dans la définition de sa maison. Paresseux et insouciant.

Elle donne de petits coups de la pointe de ses bottines dans la semelle de sa chaussure, non elle ne va pas l'ignorer cette fois. Et même s'il le fait lui, elle le fera braire jusqu'au bout. Parce qu'au fond, il finira bien par s'énerver, il finira bien par y faire attention, pas vrai ?



Speaking  of the Devil :




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Mer 29 Jan - 17:18
Une journée de cours normale dans une configuration qui l'était presque. C'est ce que tu t'étais dit en sortant de ton sac de couchage ce matin. Au beau milieu du dortoir Serdaigle. Oui, obligé de loger chez les petits premiers de la classe. Surtout toi, qui ne fait même pas toujours acte de présence en cours. Ca t'arrive, mais pour ce que tu y fais... Entre comater, flâner et observer l'extérieur du château, tu ne fais rien de bien constructif. C'est pour ça que tu avais décidé de... Non, pas de sécher. Tout de même, ce n'était pas correct. Non, tu avais simplement... Momentanément oublié l'existence de ton cours de sortilèges durant cette heure. Le tout étant du à... Un sortilège de confusion particulièrement mal exécuté ? Non, même toi tu n'arrivais pas à te convaincre de ça, alors comment aurais-tu pu paraître crédible devant le prof ? Tu soupires à cette idée. Devoir expliquer ton absence à ton prof. Encore une tâche qui s'annonce pénible. Mais tu y repenseras plus tard, au moment de régler tout ça.

Tu te contentes de bâiller, t'installant entre deux armures, sans même prendre la peine de te demander où tu t'es arrêté. Quelle importance après tout ? Tu déposes tes affaires, aménageant le coin pour pouvoir y dormir tranquille, avant de finalement t'asseoir. Ou plutôt t'allonger. Quoiqu'il s'agisse plus d'un mélange des deux, alors que tu finis affalé, une épaule appuyée sur le mur, le dos maintenu par ton sac de cours rembourré avec tes affaires de botanique, posant ton blazer sur ton visage pour éviter la lumière superflue. Et dire que tu pensais être tranquille...

Tu rouvres un oeil, alors que tu sens un poids cogner contre ta jambe. Combien de temps as-tu dormi au juste ? Tu ne sais pas, mais tu entends simplement une voix visiblement agacée. Tu ne prêtes même pas attention à ce qu'elle raconte, restant quelques secondes sans bouger, avant de finalement relever ta veste pour voir qui vient de te réveiller. Et... Tu aurais encore préféré que ce soit un préfet ou même un prof. Tu soupires intérieurement, sachant par avance qu'elle va t'emmerd... Mais le pire doit être que tu en connais plusieurs des comme ça. Tu lui adresses un rapide coup d'oeil, accompagné d'un rapide :

    Ah. C'est juste toi.


Avant de finalement reposer ton vêtement sur ton visage, refermant les yeux. Tu te rallonges, affalé dans une position plus ou moins larvaire, attendant qu'elle parte. Ce qu'elle n'a visiblement pas l'intention de faire. Tu sens des coups dans ta semelle gauche. Tu n'as même pas à te poser la question. Elle a décidé de t'empêcher de dormir tranquille... Dommage pour elle. Tu ne prends cette fois même pas la peine de la regarder, restant dans la pénombre que tu t'es créé pour lui lancer quelques mots, la voix légèrement étouffée par ta veste.

    Mais qu'est-ce que tu veux au juste ?
Revenir en haut Aller en bas

Ligue des sorciers
Moi moche et méchante (et naine)



avatar
Aliénor S. Andersem
Messages : 638
Age : 26
Localisation : Ailleurs
Date d'inscription : 27/12/2013




Message
Jeu 30 Jan - 13:14


Elle continuait à donner des coups de pieds dans sa semelle, encore plus fort qu'avant, de façon presque machinale. Surtout quand il remit sa veste sur sa tête, alors qu'il l'avait vue, il avait atteint l'ignorance totale. Mais non elle ne laissera pas ses plans marcher comme il l'entend. Enfin plans, c'est un bien grand mot en connaissant le bonhomme, non , disons plutôt qu'elle a décidé de lui faire bouger ses fesses de la galerie. Et puis, c'est une occasion bien trop belle pour ne pas la saisir, monsieur préjugés est entrain d'imiter à la perfection l'image dépeinte des Poufsouffle.

Avant de reprendre la parole elle se penche tout de même avec colère pour attraper un bout du tissu couvrant son visage et le tirer vers elle de telle sorte qu'elle puisse au moins voir à qui elle s'adresse et réciproquement. Même si curieusement elle a de gros doutes sur sa loquacité. Les yeux posés au sol où, fait assez drôle, il ressemblerait vraiment à un veracrasse pour peu qu'il bave un peu plus, elle garde en main la veste tandis qu'elle pousse un soupir aussi faux que le montre son sourire en coin.

- Et bien tu vois, en te voyant si bien coller à l'image de ta maison je me suis dit que pour une fois j'allais faire pareil. Et en plus j'aimerais bien que tu décampes de la galerie des armures pour aller t'affaler dans un endroit décent.

Mine de rien elle n'a pas vraiment envie de se reprendre les pieds dans ses longues jambes une autre fois dans l'après-midi. Le seul avantage serait qu'il ferait perdre des points à sa maison. Elle est partagée un moment, puis finit par hausser les épaules en se consolant. S'il a dormi ici un certain temps alors il a du louper des cours, pitié faites qu'il ait loupé le cours du professeur Mantis. Elle fait deux pas en arrière pour contempler le tableau dans son ensemble, étouffant un ricanement et secouant la veste du jeune homme comme une carotte devant un âne.

- Tu te lèves le poufsouffle parfait oui ou scrout ?

Sauf qu'elle n'allait pas lui rendre sa veste tant qu'il ne serait pas debout. En même temps dès qu'il serait debout en étant tout à fait honnête elle ne voyait pas comment elle pourrait garder l'avantage. Elle maudissait vraiment sa petite taille parfois, souvent, tout le temps en fait. Mais elle comptait sur le fait qu'il faudrait bien qu'il passe par le couloir marécageux pour monter dans les étages et donc vers sa salle commune intérimaire, et sans veste ça ne devait pas être le top.

Comme elle avait fait quelques pas en arrière elle avait arrêté de taper dans sa semelle, dommage elle sentait que ça commençait à l'emmerder. En fait, c'était ça, sa réelle motivation. Elle avait beau essayer de trouver des excuses, elle voulait juste l'emmerder. Lui rendre la pareille, le faire tourner en bourrique. De cette façon elle savait qu'au moins elle ne serait pas ignorée, peut être même que c'est elle qui ignorera à la fin. C'était beau de rêver.

Si faire de la magie dans les couloirs avait été autorisé elle lui aurait sûrement bien lancé un oldinatus, qu'il ait une bonne raison au moins de s'écrouler contre les murs, mais le préfet fayot avait pour sale habitude de sortir de n'importe où et d'enlever des points. Dommage, c'était vraiment tentant. Elle secoua la veste du bout des doigts.

- Si tu ne veux pas te lever je pourrai toujours la déposer à ton intention au vestiaire de Mimi Geignarde. Je suis sûre qu'elle voudra bien te la rendre, enfin tout dépend du temps que tu l'y laisse.

Un grand sourire colgate avait maintenant prit place sur son visage, un sourire qui ressemble un peu à ceux des vendeurs qui font du porte à porte. Un sourire totalement hypocrite, un sourire qui n'inspire pas tout à fait confiance, un sourire de décoration.



Speaking  of the Devil :




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Lun 3 Fév - 8:03
Un long et profond soupir. Voilà la seule et unique réponse que tu aurais aimé lui donner. Les coups de pieds, puis le fait qu'elle prenne ta veste... Au départ, tu as gardé les yeux fermés, alors qu'elle déblatérait encore tu ne sais quelles bêtises. Oui, des bêtises que tu n'as même pas pris la peine d'écouter. Tu réfléchissais à un moyen d'être tranquille. Et de récupérer ta veste. Même si c'était secondaire. Tout d'abord, elle finirait par se lasser et par partir. Ensuite, même si elle avait ta veste, tu n'aurais pas grand mal à la récupérer. En attendant, il te manquait tout de même une chose... De quoi te faire un peu d'obscurité pour pouvoir paresser tranquillement. Tu réfléchis au contenu de ton sac, les yeux toujours clos, te demandant ce qui pourrait bien te servir dans une telle situation.

Tu te redresses légèrement, tirant ton sac de sous ton dos. Tu l'ouvres rapidement, fouillant dans tes affaires à la recherche de ton journal du matin. Que tu ne tardes pas à trouver. Tu extirpes alors ton exemplaire de la Gazette du sorcier, pour replacer ton sac en guise de coussin. Tu t'affales à nouveau, sans même prêter attention au discours de la petite vipère blonde, dépliant le journal pour le poser sur ton visage en remplacement de ton habit. Tu fermes alors les yeux, lâchant un soupir de lassitude. Ce qu'il ne faut pas faire pour être tranquille...

Mais elle n'a pas lâché l'affaire. Et elle est encore présente, continuant à te bassiner. Elle va même jusqu'à te menacer. Ou plutôt, menacer ta veste. Ce qui est stupide, tu n'auras qu'à en prendre une autre. Si tant est que tu la retrouves au milieu du fatras dans la salle commune des Serdaigles. Tu repenses à ce tas d'affaires posé dans un coin, dont les propriétaires ne se sont pas encore manifestés... Et tu soupires de nouveau à l'idée de devoir fouiller là-dedans. Mais il le faudra bien. Tu ne sais pas depuis combien de temps tu l'exaspères. Combien d'année. Là, cela ne fait que quelques minutes. Encore une qui ne sait pas lâcher l'affaire... Encore une qui te fatigue profondément. Mais tu peux toujours la forcer à reposer ta veste. De toutes façons, elle finira tellement énervée qu'elle finira par vouloir te tordre le cou, comme cela arrive parfois. Et là, elle ne pensera plus à faire joujou avec ta veste...

    Eeeeh. T'es toujours là toi ?


Tu soulèves quelques pages de ton journal pour lui jeter un coup d'oeil. Tu refermes alors les yeux, reprenant ta position de dormeur. Tu attends quelques secondes, quasiment sûr qu'elle n'avait pas décampé, pour continuer, ta voix encore à moitié étouffée par le papier.

    Ca fait combien de temps que tu es là ? Ca fait bien cinq minutes, non ? Allez, encore un effort et tu vas battre ton record. Enfin. Encore faudrait-il que tu gardes ton calme suffisamment longtemps...


Tu te décides à lui lancer quelques piques. Soit la situation se règle prochainement, soit... Soit elle empire et dégénère. Et tu aimerais bien que ce ne soit pas le cas. Parce que oui, ça t'ennuierait quand même pas mal. Et puis... Ce genre de scandale est toujours tellement. Teeeellement fatiguant.
Revenir en haut Aller en bas

Ligue des sorciers
Moi moche et méchante (et naine)



avatar
Aliénor S. Andersem
Messages : 638
Age : 26
Localisation : Ailleurs
Date d'inscription : 27/12/2013




Message
Ven 14 Fév - 13:00


Qu'il souhaite qu'elle le laisse dormir. Qu'il soit plus sérieux, qu'elle soit elle même moins têtue et bornée, que le monde soit plus calme parfois. Mais qu'il soit possible pour lui d'être autrement, non, sûrement pas. Qu'il faille abandonner, devoir entrevoir un échec, que de difficulté, que de problèmes, que de déception et d'emmerdements à l'horizon.

Elle entrevoit d'ores et déjà qu'elle en soupire bientôt, encore. Alors que ce soit, face au manque d'intérêt manifeste devant le vol de la veste et dans une moue incertaine, qu'elle puisse simplement laisser derrière elle le temps de la discussion. Oui, par terre, oui. Qu'il ouvre les yeux et qu'il constate qu'Aliénor est la plus grande spécialiste qu'il connaisse en terme d'emmerdements. Il faut qu'elle ait un peur peur aussi, parce que franchement il est inévitable qu'il soit énervé. Qu'elle doive également retirer le journal des yeux de son interlocuteur. Jusqu'à ce que la colère ne la rattrape. Que ce soit énervant pour elle, que ce soit frustrant, qu'elle doive s'abaisser à tout tenter pour qu'on l'écoute.

- Que nous supposions que Veracrasse ne te conviennes pas qu'il soit possible que tu sois plus sensible à scroutt à pétard, larve de troll, paresseux des Carpates, serpillière ventripotente, procrastinateur professionnel, croup qui tousse, Sharak avachi, gobelin atone, strangulot sans ventouses, Pitiponk à deux jambes.

Pour peu qu'elle soit une sorcière bien élevée et bien qu'elle pensa qu'il fallait rester calme maintenant elle doute que ce soit encore possible. Bien qu'elle soit encore plantée devant lui elle sait qu'elle va regretter bientôt. Enfin qu'elle s'étonne que le jeune homme garde son calme devant sa subite excentricité. Maintenant que ce soit important qu'elle se doive de se concentrer sur son attitude et sur ses actions. Il ne faut pas qu'elle agisse plus avant de la sorte, de cette manière, sinon il est sûr que le garçon s'énerve réellement. Enfin à supposer qu'il l'ait écoutée de prime abord. Qu'il n'ait pas entendu et qu'il soit un ignorant serait un miracle.

Spoiler:
 



Speaking  of the Devil :




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Mer 11 Juin - 10:15

Annoying



Tu soupires. Elle est fatiguante. Tellement fatiguante. Oui. Elle te fatigue. Mais qu'est-ce que tu peux y faire ? Dans tous les cas, elle ne bougera pas. Pas d'elle même du moins. Tu écoutes d'une oreille distraite sa bordée d'insultes. Et tu fermes les yeux, avant de finalement les lever au ciel. Non vraiment. A part elle... Qu'est-ce qui te fatigue d'avantage ? Pas grand chose. Rien ? Probablement. Personne ? Pas sûr. Mais presque. Tu finis par lâcher un long soupir, avant de soulever un peu le journal posé sur ton visage.

    C'est bon, t'as fini ?


Tu le laisse alors retomber sur tes yeux. Et tu tentes de retrouver le sommeil. Tu fermes les yeux. Et tu te rends compte qu'elle est toujours là. Qu'elle s'obstine. Tu soupires. Encore une fois. Et encore une fois, tu soulèves le journal, pour la regarder du coin de l'oeil.

    Tu sais, si t'as rien à faire ici tu peux partir.


Enfin. Tu sais bien que tout ce qu'elle à faire là, c'est essayer de te taper sur les nerfs. Dommage pour elle. Parce que tu t'en fous. Elle te fatigue. Mais c'est tout. Le reste, tu t'en tape. Ce qu'elle peut dire. Ce qu'elle peut penser. Quelle importance de toutes façons.



Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas

Épuisée et à bout de nerfs [Bart]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: Troisième étage :: Galerie des armures
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥