Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Distances [Wes+Drew]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Serdaigle



avatar
Sloan T. Holmes
Messages : 879
Age : 20
Localisation : le banc de réunion des pas doués anonymes
Date d'inscription : 27/01/2014




Message
Jeu 20 Fév - 1:41
My journey took me some what further down the rabbit hole than I intended and though I dirtied my fluffy white tail I have emerged, enlightened.

Elle a regardé à gauche, à droite, puis vers Wesley. A fait un grand sourire en le voyant arriver et a redescendu le bras le long de son petit corps, avec la même tranquillité. Le vent bouscula ses cheveux encore trop longs, remontés par deux de ses habituelles couettes. Elle détourna le regard un instant, vers le lac, sourit davantage. C'était le genre de lac où tout le monde s'autorisait un sourire et surtout Sloan Temperance Holmes. Peut être qu'aujourd'hui faisait exception, c'était un peu différent des quatre années précédentes.

Sherlock n'était plus tellement Sherlock, de même que Watson n'était plus tout à fait Watson.

Sloan n'était pas la fille la plus discrète sur les bords du lac, d'ailleurs on pouvait la voir remuer dans tous les sens en attendant son acolyte. Puis quoi. Vous les voyez en couple vous ? Vous voyez pas leurs splendides silhouettes qui s'illuminent pour redonner naissance au mythe peut être ?
Elle s'est calmée, s'est assise dans l'herbe, a gardé sa jupe au sec, ses mitaines contre ses mains. Et elle attend, mais elle sourit toujours.

Parfois il faudrait lui arracher son sourire, vraiment.





well i think you look beautiful
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

L'unité
& catwoman TMTC



avatar
Wesley E. Jefferson
Messages : 665
Date d'inscription : 29/09/2013




Message
Dim 23 Fév - 18:51
En retard, en retard ! Il allait être très en retard ! Il s’était fait tenir la jambe par une connaissance un peu bavarde dans les couloirs et le jeune homme ne voyait pas la fin du récit des vacances chez mémé. Trop poli et trop Wes pour s’esquiver, il mentionna enfin au bout d’un quart d’heure d’avoir rendez-vous avec quelqu’un, ce qui était vrai d’ailleurs même si sur le coup il s’était presque senti mal d’interrompre son interlocuteur. L’avantage d’être grand, il enchainait les grandes foulées pour rejoindre le lac noir où son amie l’attendait déjà probablement.
Le poufsouffle remonta son écharpe sur son nez avant de sortir. Il fut aussitôt accompagné par le vent froid qui décourageait la plus part des élèves à s’aventurer dehors ces derniers jours. Mais pour une fois, le climat s’avérait clément, du moins pour un climat anglais, pas de pluie ou de grêle, juste quelques petits flocons de neige de temps en temps. Au loin, une silhouette bleue sautillait en lui faisant des gestes, sans doute sa camarade d’aventure ! Il accéléra le pas, lui rendant son geste, s’attirant probablement des regards interloqués pour les deux idiots qui se faisaient coucous. Une dernière ligne droite, et un dérapage, contrôlé dans l’herbe. Les joues mordues par le froid, il avait pourtant un grand sourire peint sur le visage pour la jeune fille.

"Désolé pour le retard, tu m’attendais depuis longtemps ?"

Il lui tendit une main gantée pour l’aider à se relever, une lueur joueuse dans le regard.

« Tu vois, j’avais bien compris ton code ! »

Et il n'en était pas peu fier! Comme des enfants qui passent de la période dinosaures à la période super-héros, le duo en quête d’aventure était en plein mode détectives. Ils s’échangeaient des messages codés, soit à la mode des moldus, comme dans les romans ou à la mode magique. Ils se laissaient des messages, des indices dans les lieux qu’ils fréquentaient ensemble. Messages qui ne contenaient jamais rien de très intéressants, si la situation était urgente, ils se rejoignaient directement comme des gens normaux, mais c’était une sorte de jeu. Une chasse au trésor pour se retrouver à tel point de rendez-vous. C’était un peu gamin mais ils s’investissaient pourtant dans ce jeu.





Acceptance
"You're braver than you believe, and stronger than you seem, and smarter than you think." © Joy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Lun 24 Fév - 3:13


Enfin une journée sans pluie, sans grêle, sans gèle et sans mini tornade. Enfin une journée durant laquelle il allait pouvoir s’entraîner. En y mettant les bouchées doubles pour rattraper les jours passés.

C'était donc vêtu d'un épais sweat-shirt noir, d'un jogging et de bonnes baskets en cuir – il voulait courir au bord d'un lac en Écosse, n'oublions pas, ça mouille forcément les petons –  qu'il sorti du château. Frappé par la fraîcheur de l'air, il s'ébroua bruyamment, plongea ses mains dans la large poche ventrale molletonnée et rentra la tête dans les épaules. Des nuée glacée se formaient à chaque souffle. Drew se mit donc à trottiner en secouant ses épaules et sa tête pour se réchauffer. Dans quelques mètres, ça irait mieux, son corps se mettrait à se réchauffer et il pourrait commencer sa course. Enfin... C'était ce qu'il croyait.

Alors qu'il descendait le flan de colline plongeant vers le lac, il aperçut une silhouette qu'il lui était bien trop familière pour qu'il ait le moindre doute. C'était Wesley. Il n'avait aucunement l'intention de le suivre, il était même sur le point de le rejoindre quant il le vit faire des signes. Drew stoppa net. Il voyait quelqu'un au bord du lac, l'un des rares endroits qui n'étaient pas caché par les sous-bois. Wesley s'approcha de l'inconnu. Curieux, Drew s'approche discrètement, tentant de discerner la personne avec qui son ami avait rendez-vous – sans doute. Oh ! Il s'en doutait : Sloan Holmes. Argh! Toujours elle ! Pourquoi fallait-il que Wes se soit pris d'affection pour cette... cette. Aaaargh !

Drew rabattit immédiatement sa capuche sur sa tête et courut discrètement jusqu'au sous bois avant de s'approcher des deux compères. En hauteur, caché derrière un rocher, il avait une vue parfaite et le vent lui rapportait les moindres paroles. Même la nature était contre Sloan. Si c'était pas un signe ça !

Oui. Il allait les espionner. Tout à fait.
Revenir en haut Aller en bas

Serdaigle



avatar
Sloan T. Holmes
Messages : 879
Age : 20
Localisation : le banc de réunion des pas doués anonymes
Date d'inscription : 27/01/2014




Message
Mer 26 Fév - 3:23
Sa main s'éleva dans les airs, elle, resta avec son éternel enchantement gravé contre les lèvres. Wesley était comme Sherlock à Watson, l'ancre, maintenant Sloan à terre, gravée dans la réalité. Loin, mais il avançait, progressait vers elle, façon de discerner le réel de l'abstrait. - après, ça s'étira davantage - il l'atteint. Elle remonta son écharpe contre son menton, attrapa sa main, s'y abandonna tant ça faisait plaisir à regarder, ses dents, se dévoilant, voilà. Sloan frisonnait. Sloan ne frissonnait pas. Pas en général.

▬ Non ! Non loin de là Wes.

A propos de ce message. Oh elle se rappelait. En binaire, histoire de tracer le départ, histoire de l'amener à elle. Croyez. Elle ne faisait pas ça dans l'idée d'amener des gens à elle. Non. Elle faisait ça en pensant, Wesley comprendrait. Wesley viendrait à dépasser nombre incroyable d'énigmes avec Sloan. Comme Sherlock ferait. Comme Robin se précipiterait. Comme Batman sombrerait. Alors, en répondant à ceci. Non, être Catwoman n'est pas facile. Être Holmes, c'est pire. Être Watson, c'est... complexe. Très. L'énigme d'être Watson. Elle avait dépassé les limites de sa propre personne. Elle n'arrivait pas. Elle ne vaincrait pas cette fois.

▬ Je ferai pire, la prochaine, ce sera en patois français !

Cassée, la voix. Brisés, les mots. Elle ne cherchait même pas à, ça venait et partait de la manière la moins docile, ça venait se glisser dans les oreilles de son Watson avec empressement et à la fin, ça formait le pire, ça ne donnait rien, non. Vraiment rien. Elle se serait échappée de là, si elle avait désiré le faire. Si ça allait bien. Mais. C'était fichtrement pas le cas. Péniblement, elle se dresse près de Wesley, le colle, crochette son bras. Voilà ce dont elle a besoin. Voilà. Son contact, strict, contact. Strict ?

▬ Prends ma main Wes.

Il la tenait déjà. J'ai besoin de toi Wesley Jefferson.

Il n'y avait rien si ce n'était la vérité dans ses mots, la tristesse éphémère et tellement explicite de Sloan ici. Mais rien ne se laissait sortir d'entre ces lèvres, ces rares chemins traversés contre la veste de Wesley Jefferson, se contentaient, avec les doigts, d'y danser, comme l'enfant ferait. Elle faisait donc, valser, très passivement, avec sa main, sa main tremblait, prise de disgrâce. Prise totalement. Prise de conscience. Angoisse, angoisse, rien si ce n'est ça.

gnnnn:
 




well i think you look beautiful
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

L'unité
& catwoman TMTC



avatar
Wesley E. Jefferson
Messages : 665
Date d'inscription : 29/09/2013




Message
Jeu 27 Fév - 2:04
Il se contrôlait afin de ne pas laisser paraître sa malice face à cette menace.  

"Brrrr, j’en tremble déjà ! Je t’épargnerais pas dans ce cas !"

Elle le savait : il la rejoindrait parmi les mystères. A déchiffrer les codes, apprendre à déceler les indices, les pistes, les non-dits. A relever éternellement ses défis, ses énigmes de Sphinx. Le test rejetant les limites. Elle l’attendrait, le temps nécessaire pendant son challenge. Comprendras, comprendras pas ? Ca le forçait à être créatif, à abandonner la facilité : Les siens constamment définis par la patience comme propriété. Il ne se limitait pas à cela, pareil avec elle. Personne ne devait se contenter de ces labels. On omettait de se rappeler la versatilité de ces limites imaginaires. Appartenant à sa maison, il était également capable de changer, de s’adapter, de penser Serdaigle, d’essayer d’agir bravement comme les gryffondors. Des énigmes afin de briser le modèle imposé.  Par les maisons et de son propre chef. Rien le retenait à ce point sinon son propre esprit. C’était ça avec elle : il n’y avait pas de borne hormis celle perpétrée par ses hésitations. La liberté d’oser, d’essayer des variantes de son identité.  
Elle avait des flocons de neige attachés à sa crinière, ravagée selon elle mais de "warrior" d’après Wes . Il passa sa main dans les mèches de jais afin les chasser. Geste innocent, proche de l’ordinaire, il n’y accordait pas grande importance. Mais elle ne pesta pas devant son comportement, pire, elle cherchait à disparaitre en se cachant devant son regard. Stratégie propre à Sloan Holmes. Il y voyait clair.

"Sloan, ça ne va pas ?"

Rhétorie  totale. Afin de donner vie, de donner de la voix à son sentiment. Offrir à Sloan la possibilité de parler si elle en avait besoin, envie. Il l’entendrait.  Elle se cachait, déviant, prête à faire de la comédie si il le fallait. Ca marcherait, s’il n’était pas Wes et elle Sloan. Enfantine, tremblante, ça faisait mal à voir comme état. Ce n’était pas la plaie simple à panser, il était impossible de réparer Sherlock avec des pansements arc-en-ciel. Elle avait mal et même s’il en avait envie ce n’était pas de son ressort de la délivrer de cette chose invisible dont il ne connaissait pas même la raison ni le nom.

« Viens, ça sera marrant ! Je vais te montrer, je viens d’apprendre à le faire et honnêtement c’est franchement génial ! »

Ne penses pas avec ce traitre dans ta poitrine. Sois raisonnable Wes, c’est bien ça ton rôle. Rôle si familier, si confortable, mais la tête se fait négliger face à son regard. En définitive t’es trop tendre, incapable d’assister sans rien faire à la tristesse, même passagère. Mais ça n’étonnerait personne, on te l’a déjà dit. Apprends à entendre ton instinct, il ne se trompe rarement et pas cette envie de ramasser les oisillons tombéS devant tes pieds. Elle s’en sortirait également, ça passerait avant de revenir.  Comme elle l’avait fait avant.

Il s’avança cependant vers les bords gelés.  Il prononça calmement le nom de son sortilège et la façade de l’onde se changea en glace.  Il fit le premier pas vers le miroir gelé, l’air tellement certain, paisible. Patiner, c’était de saison n’est-ce pas !  Acrobate dans ce fragile élément. S’il tombait, la glissade arracherait forcément cet éclat de rire à sa camarade. Avec de la chance cela serait assez afin de chasser ses idées noires.

Dommage, le sort ne semblait pas de cet avis. Wesley ne réalisa l’origine de ce son, ce son, comme des verres brisés, mais trop tard. Il s’était trompé, ça n’avait pas fonctionné comme il l’espérait. L’instinct le rattrapa immédiatement. Il éloigna rapidement la serdaigle avec le geste de bras, la rejetant loin de sa position. Son regard se posa près d’elle, le choc l’avait ramenée proche de la berge, la glace y serait moins fine. C’est bon : Elle allait bien, elle était à l’abri ici.  Il sembla voir Sloan essayer de prononcer son nom, de l’appeler ? Wes tenta de se baisser, c’était la chose à faire dans ce genre de cas, pas vrai ?

Et la glace se rompit totalement, le froid l’avalant entier. Prisonnier par delà la glace.





Acceptance
"You're braver than you believe, and stronger than you seem, and smarter than you think." © Joy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Ven 28 Fév - 2:59
Drew fulminait, là haut, derrière son rocher. Les sourcils froncés, la mâchoire crispée, l'air mauvais, la tension palpable sur le front, la vapeur s'échappant des narines, les doigts tellement crispés qu'on aurait cru qu'ils allaient fendre la roche... en effet, là, il ressemblait vraiment à un dragon.

Il aurait eu envie de bondir, de s'interposer entre eux, de faire déguerpir le vautour bleu, lui montrer ses gents pointues à la vipère insoupçonnée de tous. Elle... Elle venait de lui prendre la main ! C'était clairement une avance! Elle ne le voulait que pour elle. Elle voulait attraper le bucolique papillon naïf dans son filet. Mais Wesley n'était pas à elle, il était SON meilleur ami... Enfin, il ne lui appartenait pas, mais Drew avait la priorité... Enfin...

Bref ! Ici, ce n'était pas lui le méchant ! C'était elle ! Sloan Holmes, qui laissait des messages codés à Wesley, pour que seul lui les comprennent, que personne ne s’immisce entre eux. Elle voulait qu'il se sente privilégié... Fourbe tentatrice !

Mais ! Non... Wesley venait de dégager doucement son front, faisant tomber quelques flocons. Et il s'inquiétait pour elle. Il était si naïf, si serviable et si sensible. Il n'avait sans doute pas conscience du pouvoir qu’exerçait la sombre sorcière sur lui. C'était pourquoi Drew devait l'en protéger. Il devait tout faire pour qu'il ne succombe pas et qu'il ouvre les yeux sur la nature de Holmes. Elle était bien mignonne avec ses sourires et ses minauderies. Elle en avait bien du succès avec les garçons. Mais Drew voyait claire dans son jeux. Manipulatrice, calculatrice, elle voulait se servir de Wesley, le berner. C'était si simple, il était si gentil. Il voyait le bon partout et chez tout le monde. Il était l'un des seuls à l'avoir vu en lui. Il était l'un de ses seuls amis. Drew n'allait pas laisser la serdaigle le lui briser. Il allait le sauver lui et leur amitié !

Que faisaient-ils ?
Wes s'était approché de la berge. Ainsi, de son abris, Drew ne voyait plus que ses jambes dépasser des feuilles. Zut ! Il allait devoir s'avancer.

Silencieusement, les bruits de ses pas étouffés par l'épais matelas d'aiguilles, il sorti de sa cachette. Trottinant, pas à pas, le dois ployé, il s'approchait d'un buisson touffu lorsqu'il entendit un craquement. Puis un bruit de chute. De nouveaux sinistres craquements. Et un cri. Wesley !

Drew se redressa, figé, tendu, le cœur battant. Vif et nerveux, son regard se porta sur le lieu où se trouvait les deux jeunes gens. Son cœur rata un battement. Sloan était à terre. Au bord du lac. Drew accourra. Inquiet, nerveux, affolé. Il chercha désespéramment Wesley du regard. Ses yeux se posèrent sur la surface de glace qui n'avait rien à faire là. Un trou, se refermant déjà. Wesley avait disparu. Il n'y avait pas d'autres solutions. Drew fonça.

Rapide et vif, il géra comme il pouvait son dérapage sur la glace qui recommençait à grincer. Peu importait ! Il sortit sa baguette et hurla presque, sa voix se brisant :

« EXPULSO ! »

La glace explosa, fondit sous la chaleur. Au diable les êtres-de-l'eau, Drew passerait sa vie avec eux si cela pouvait sauver son ami. Il n'y avait plus de place pour la peur. Alors, il plongea. Le froid lui coupa la respiration. Peu importait la douleur, il ne pouvait de toute façon pas respirer sous l'eau. Wesley non plus. Il devait faire vite ! Il le voyait, un peu plus profond, se fondant dans l'ombre pesante des eaux noirs. Il l'atteint en quelques brassées. Il le saisi fermement contre lui et leva les yeux à la surface. La nature reprenant ses droits, la glace ne se reformait pas, se détachant, fondant. Mais ils étaient déjà profond, lourds comme de la pierre dans leurs vêtements. Wesley devait déjà manquer d'air.

Serrant sa baguette, cherchant la concentration dans sa force, le front plissé sous la pression, les poumons brûlants, la peur et l'affolement agitant son cœur, il était dur de lancer un sort. Un sort informulé était difficile de nature. Dans de telles conditions, relevait de l'effort du désespoir pour quelqu'un de son niveau. Les mots se formaient pourtant dans son esprit, prenant peu à peu sens, la magie imprégnant petit à petit ses intentions. Il sentit sa baguette grésiller légèrement et... Il se retrouvèrent propulsés à la surface. L'ascencio n'avait pas été assez puissant pour les faire jaillir, mais suffisamment pour qu'ils se retrouvent à l'air libre. Drew cru s'arracher les poumons, meurtris alors que l'oxygène glacé venait les remplir. Il remonta Wesley d'un bras, coulant à moitié, buvant la tasse, battant des jambes désespéramment. Ils étaient lourds, leurs vêtements imbibés d'eau les attirant vers les profondeurs. Il s’efforça de résister, maintenant tant bien que mal Wesley, groggy, hors de l'eau. Bien heureusement, ils n'étaient pas loin de la rive et Drew retrouva rapidement pied. Il se précipita hors de l'eau, traînant Wesley.

Sans plus attendre, alors que son ami était au sec, il le pris dans ses bras et jeta un anapneo. Le cœur battant la chamade, la tête lui tournait. Il était blême. Merlin, ce qu'il avait eu peur!

« Wesley ! Wesley ! Est-ce que ça va ? »

L'inquiétude la plus profonde perçait sa voix. Il était essoufflé et n'arrivait qu'à grand peine à réguler sa respiration. Il avait eut peur. Si peur. Il le tenait désormais près de lui, hors de danger. Wesley, son plus précieux ami, était en sécurité, là, le dos contre ses genoux, la tête soutenu dans ses bras. Il aurait pu ne jamais le lâcher.

« Plus jamais ! Plus jamais tu fais ça ! Tu m'entends ?! Plus jamais ! »

Son ton était sévère, rude. Mais empli d'amour.
Revenir en haut Aller en bas

Serdaigle



avatar
Sloan T. Holmes
Messages : 879
Age : 20
Localisation : le banc de réunion des pas doués anonymes
Date d'inscription : 27/01/2014




Message
Ven 28 Fév - 22:53


Sa voix sonnait comme un tambour et une seule parole suffisait à la soulever. Chaque phrase, chaque confrontation, la poussait, ne lui laissant aucune chance de stagner dans sa solitude, elle n'était pas de celles qui baignaient dans un flot de larmes constant. Elle n'avait que ce regard trouble, ce regard incertain à lui offrir, ne sachant plus où fiche son masque. Elle est trop concentrée, trop perdue entre son sourire et les doigts qu'il glisse entre ses mèches pour venir à comprendre. Qu'il aie cette influence accablée sur l'intouchable Sloan Temperance Holmes. Et quoi qu'il advienne, quoi qu'il se passe, elle resterait silencieuse, ne se manifesterait que d'un sourire, un sourire distingué, un sourire qui disparaîtrait. Un peu trop vite. don't wake me up, don't wake me.

Voilà Wesley. Voilà que tu jouais le parfait acolyte, à l'attirer vers une question toute simple, et comme tu t'y attendais, elle ne bougeait pas, elle ne bougerait sans doute plus un temps. Ensuite, ça ferait tilt, elle se remettrait en route. Peut être pas aujourd'hui, peut être pas demain, mais ce n'était pas le premier chagrin de Holmes, ce n'était pas la première dérision de la plus à même du duo. De toute manière, elle te répondrait sans doute encore d'un sourire.
Un sourire qui te viendrait amer, de temps en temps, mais que tu ne remettrais en question qu'avec ce foutu masque sur son visage. Tu ne savais même pas le bon, là dedans, à le porter. Alors quoi. C'était quartier libre. C'était mademoiselle Sloan va chatouiller le docteur Jekyll pour qu'il sorte son Mister Hyde ? Mais enfin, mais enfin tu te connais Holmes, jamais ça arriverait, rien n'est facile avec toi. Tu le sais bien, tu le sais bien. Pourquoi tu t'appuies d'un sourire, quand il t'attire vers le lac, quand pour une fois, vous êtes si proches de votre immense mystère.

Et ce ne serait alors, que le début. Tu sens quelqu'un, pas très loin, instinct un peu trop flexible de serdaigle, mais il y a Wesley qui te fais t'approcher et tu roules sur l'herbe grasse, une statue et son joli, gentil sculpteur. Si seulement il avait la patience, de lire comme toi. Lire les instructions rien qu'une minute.

A ce moment-là, tu te demandes, pourquoi tu dis rien. Pourquoi tu souris avec davantage d'innocence, pourquoi ses gestes te soulagent, pourquoi l'eau si profonde alors, te fais pas plus peur que d'habitude. Pourtant il fait si noir là-dessous. Pourquoi, derrière, quand tu veux juste trembler, lui crier de faire attention, tu te contentes d'écouter son incantation magistrale.
Hein Holmes. Hein. Pourquoi tu lui cries pas que ça t'effraies. Que vous êtes des idiots.
Pourquoi Wesley Eugene Jefferson, t'as besoin d'être à trois centimètres de ma figure, soudainement si loin.
Soudainement, tu danses avec une glace éphémère. Tu t'avances, mais il est toujours devant. Son dos, est large, son dos est grand, immense. Depuis quand, il est si grand son dos.
... Ephé...mère ?

Tu sais, il est bien trop malin au fond. Il sait, il sait, il suit toujours son instinct, il a quelques millièmes de retard, c'est que ça. Alors pleure pas, si d'un coup, il te repousse avec violence vers la berge, si tes genoux claquent et ton épaule cogne le bord. C'est qu'au moins, toi t'es au sec. Tu redresses là tête, vite. T'as tout juste le temps de voir cette magnifique corolle se briser comme une fleur ouvrirait sa gueule, tu veux juste hurler et ta mâchoire, elle claque en silence.

▬ Wesley ! Wesley !

En un sens, tu commençais à comprendre ce qui avait propulsé ton corps vers l'avant, tu savais pourquoi tes mains se plaquaient contre le pétale gigantesque qu'avait implosé. Tu pensais pas que ça ferait si mal, que t'aurais si peur, que tu courrais, par automatisme, mais qu'une terreur te garderait là.

Tu te souviens de ses yeux, la première fois qu'il s'est retrouvé enfermé dans un placard à balais.

Alors qu'une furie s'élance, que tu comprends à peine ses cris, ses trouilles. Parce que oui, ça a définitivement peur de la noyade là bas, ça se débat. Tu bouges pas. Tu fais qu'hurler, à te dresser sur la fleur, salope. Tu sais plus, tu voudrais juste sauter là-dedans, le sauver, le ramener à toi, l'enlacer comme le fait la furie.

Drew. Son amour de copain. Qu'est-ce-que tu veux hurler maintenant. Tu veux y aller plus fort.
Mais on t'a jamais dit, à propos des statues ? Que leur spécialité, c'est de pas savoir bouger, c'est de se fixer un seul objectif, être l'observateur direct. Et leurs yeux sont vides, elles voient vers nulle part.
Toi tu veux pas, voir que ce flou, cette ambiguïté.
C'est que. Dans ta nature Sloan. Tu resterais pas à terre longtemps, tu coures déjà sur cette plaque géante, tu t'en fous de glisser, et puis ils sont pas loin. Tu les atteins déjà.
Tu te condamnes à ce silence, tu sais que le bord a été sauvé, que le reste, Drew l'a réduit en cendres maladroites.
Pourquoi t'as peur, pourquoi tu dis rien.
C'est pas toi ça, non.
C'est pas toi.
Mais pour rien au monde maintenant, tu le toucherais.
Tu voudrais juste qu'on te secoue, qu'on te frappe. Alors que tout ce qu'il demandait, c'était un sourire.
Rien qu'un étirement sincère de tes pauvres lèvres gelées, violacées.
Parce qu'il sait très bien, que de toi, il obtiendrait tout.

▬ Wes...ley.




well i think you look beautiful
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

L'unité
& catwoman TMTC



avatar
Wesley E. Jefferson
Messages : 665
Date d'inscription : 29/09/2013




Message
Dim 2 Mar - 17:09
Il aimait tellement le lac, Wes.  Il avait toujours voulu l’explorer, surtout depuis sa découverte de la branchiflor. Il s’était promis de l’explorer avant d’avoir son diplôme. Voir ce qu’il y avait en dessous, le calamar était amical d’après un élève de serdaigle.  Mais son expédition n’était pas supposée se dérouler ainsi…
Le contact avec l’eau lui fit l’effet d’un coup de poing dans le ventre, le souffle coupé, il voyait des points noirs danser devant ses yeux. C’était trop à encaisser pour son cerveau, paniqué par ces nouveaux stimulis. Le choc thermique, rencontre d’un corps et le froid. Trop brutalement, il ne pouvait pas réagir. Assommé par le choc, il reprit conscience quelques secondes plus tard, bien plus bas. L’ironie du sort, alors qu’il houspillait tout le monde à chaque baignade pour éviter l’hydrocution, ça l’avait foudroyé.   Il avait voulu faire sourire Sloan, rien de plus. Et elle allait pleurer, Sloan, s’il ne remontait pas. C’était bien utile pour une fois, d’être aussi grand, les membres longs c’est bien pour remonter sauf que.  Sauf que la surface  s’éloignait un peu plus, malgré tous ses efforts.  

Un sortilège inarticulé… C’était hors de portée, les seules fois où des sortilèges s’étaient manifestés d’eux-mêmes, il n’était qu’un enfant, inconscient de la magie. Mais il ne faisait pas exprès à l’époque. Alors qu’il en avait tellement besoin, sa baguette restait silencieuse. Ascencio. Il n’y arrivait pas. Ascencio !  Il essayait de souvenir du cours de Sortilège dans ses moindres détails, pour trouver ce qu’il manquait, il faisait de son mieux vraiment, pour invoquer le souvenir du professeur Emerald, qui l’eut cru que ça lui arriverait un jour. Il n’y arriverait pas ! Il essaya de prononcer le sortilège mais seules des bulles s’échappèrent entre ses lèvres, lui faisant boire la tasse. Remplissant ses pauvres poumons de liquide glacé.

Pourquoi il n’y arrivait pas ?! Il pouvait entendre la voix fluette de l’enseignant lui donner la réponse. Parce qu’il était un sang-de-bourbe voila tout. Il n’y avait pas autant de magie en lui que dans les «vrais» sorciers. Il était rien qu’une imitation. Pas étonnant que son sort avait cédé.  Il avait voulu faire sourire Sloan et elle aurait très bien pû finir sous l’eau à cause de lui. Plus que le poids des vêtements, plus que l’eau, c’est cet horrible sentiment de peur, d’entendre ce qu’il redoutait sans le nommer qui l’entraine vers le fond, le gèle au plus profond.  Le doute qui s’installait, couvrant la panique et l’instinct, -C’est pas le moment Wes, secoue toi ! - glace ses membres, effaçant tout le reste du monde, à lui faire oublier d’essayer encore, de se débattre. Vaincu, défait.

Le regard perdu vers la surface, fasciné, impossible de détourner les yeux.  Une ombre se dessina, tout en haut, sur la glace. Sans doute le Sinistros qu’on lui avait promis il y a quelques semaines en cours de divination. Il venait peut être le chercher ? Le Sinistros pouvait nager ? Car ça devait être la seule raison à l’ombre de s'enfoncer dans le lac.

A la dérive, il dodelinait de la tête doucement. Ca devenait trop difficile de garder les yeux ouverts sous l’eau, il se sentait fatigué, juste fermer les yeux un instant... Pourtant il aurait juré voir du rouge. Doucement, tout doucement, le froid semblait le quitter. Vaguement, il se souvenait que ce n’était pas bon signe mais il se sentait externe à lui-même. Comme si ça arrivait à quelqu’un d’autre. Du rouge ? Quelle drôle d’idée.  Son esprit devait lui jouer des tours et lui montrait ce qu’il voulait voir. Un dragon sous l’eau… Il en aurait presque ri.

C’était idiot : Drew était pire qu’un chat face aux étendues d’eau : s’il y avait possibilité d’êtres de l’eau, il se méfiait. Il les avait toujours eu en horreur. En plus, il était loin, Drew.  Wes resserra sa prise sur sa baguette quand quelque chose l’attrapa, peu importe où on l’emmenait, il ne voulait pas la perdre, ça représentait tant.  Il n’était plus entrain de dériver. Etre des eaux, calamar ou sirènes qui mangeaient les humains ? Il ne saurait dire, ni même s’il remontait ou redescendait.  Il avait dû perdre conscience.  Il se laissait faire docilement, un si joli poids mort.

Un grand pantin désarticulé qui se réveillait brusquement, une lueur de terreur intense brillait dans ses yeux, il aurait sans doute crié mais il ne pouvait que s’étouffer en recrachant de l’eau, sur la terre ferme. Les doigts de sa main creusaient dans le sol pour s’assurer qu’il était sorti de son cauchemar, l’autre main s’accrochait désespérément à son meilleur ami, à une chaleur humaine tangible. Drew pouvait  sans doute sentir les doigts de l’autre s’enfoncer dans son bras, à lui en faire mal. L’air lui brulait la trachée mais il hoquetait en essayant de reprendre son souffle. Sa vision s’éclaircit petit à petit, il n’était pas mort ou cet ange ressemblait à s’en méprendre à son meilleur ami.

Entre deux quinte de toux, il croassa un « 'ew ? » des plus confus. Wes était déboussolé, à bout de force son séjour dans l’antarctique n’avait pas été tendre avec lui, n’est pas Captain America qui veut !  Des goutes d’eau ruisselait en pluie sur son visage.  Intrigué, il leva doucement la main vers son visage, essayant de toucher du doigt le u qui apparaissait toujours entre les sourcils de Drew quand il était contrarié. Il marmonna comme toute réponse qui semblait tout à fait logique dans son esprit atrophié.

« Le canard géant… il voulait pas me manger. »

Dans le brouillard qui régnait dans son crane, une petite voix lui soufflait qu’il y avait quelqu’un  qu’il cherchait, il n’était pas seul sur la glace…

"S'oan ?"

Il se raidit brusquement jusqu’à ce que son regard se posa sur la jeune fille : elle allait bien. Dieu merci, elle allait bien ! Il s’abandonna dans l’étreinte de son ami, sa tête roulant contre le torse du rouge. La main qui froissait le tissu trempé, accroché comme à une ancre. Il parvient même à offrir une esquisse de sourire en coin à la serdaigle. Entre son sourire et son air presque endormi, c’était fou à quel point il avait l’air jeune, qu’ils étaient jeunes tous les trois. Encore que des gamins.





Acceptance
"You're braver than you believe, and stronger than you seem, and smarter than you think." © Joy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Lun 3 Mar - 7:11
Wesley reprenait doucement conscience. Ainsi, peu à peu, Drew se calmait, son cœur reprenait un rythme normal. Ses nerfs se détendaient alors que le métis articulait difficilement son nom, la bouche pâteuse comme au réveil. Il eut même un petit rire à la déclaration de son ami. Non, le canard géant ne l'avait pas mangé. Et s'il l'avait fait, Drew l'aurait ouvert en deux pour aller chercher Wesley et servirait ensuite du canard laqué pendant deux semaines aux élèves.

Oui, Drew était soulagé. Plus que ça même. Comment décrire son état? Il n'avait pas perdu la personne à laquelle il tenait le plus dans ce château, voir même sur cette terre, il n'avait pas perdu son cher, si cher ami. Son frère. Son frère qui au cours de ces cinq dernières années était devenu comme un part de lui même. Drew et Wesley. Wesley et Drew. Ils étaient comme les chaussures, ils allaient par paire.

Sa joie et son moment d'amour profond s’évanouirent au plus profond de son être quand son ami lui rappela la présence de l'Indésirable. Il ne voulu même pas poser un regard sur elle, nese risqua même pas à penser à elle. Elle n’existait pas. Elle n'avait rien fait pour aider celui qu'elle appelait ami, ami qui avait couru un grave danger, danger qu'il avait couru pour elle, elle qui n'avait rien fait pour l'aider. Celui qui l'avait sauvé, c'était Drew. Car c'était lui son meilleur ami, c'était lui qui serait toujours là pour le protéger, c'était lui qui tenait à Wesley encore plus qu'à sa propre vie. Il était encore bien jeune, oui, mais ça, il le savait. S'il le fallait, Drew donnerait sa vie pour Wesley.

Elle, elle ne méritait pas l'amitié de ce si gentil et si bon garçon. En voici encore une fois la preuve.

Un courant d'air rappela à Drew qu'ils étaient trempés. Il ne put réprimer un frisson et s'ébroua comme il l'avait fait plus tôt dans l'heure. S'il avait su ce qu'il allait se passer, il aurait pu prévoir de quoi se réchauffer. A croire que la divination n'était utile qu'à certain.

« Tu va attraper froid. »

Évidence même. Hydrocution, vêtements mouillés, température avoisinant zéro, flocons de neiges glissant lentement dans les airs, vent du nord glacé. Drew en était sûr, demain, il pourrait prévoir une réserve de mouchoir pour son ami.

« Aller, viens, on rentre. »

Alors qu'il faisait totalement abstraction de Holmes, sa voix chaude était douce et infiniment empathique. Lui qui était si froid, toute sa glace fondait en présence de Wesley. Comme un iceberg renfermant en son cœur une douce chaleur ne demandant qu'à s'offrir à qui voudrait bien prendre la peine de venir la chercher.

Il s’accroupit, se pencha un avant, manipulant son ami ankylosée avec douceur, passa sou bras par dessus son épaules, l'attrapa par la taille et compta à voix haute jusqu'à trois. A trois, il se leva. Lentement, portant tout leur poids sur jambes, il fit se dresser son ami. Le poufsouffle était vraiment trop grand pour qu'il le porte. Peut-être même plus que lui. Alors, tant qu'il pouvait marcher il marcherai. Drew supporterait de bon cœur son poids entier s'il le fallait, mais Wesley allait devoir s'efforcer de mettre un pied devant l'autre.
Revenir en haut Aller en bas

Serdaigle



avatar
Sloan T. Holmes
Messages : 879
Age : 20
Localisation : le banc de réunion des pas doués anonymes
Date d'inscription : 27/01/2014




Message
Mar 4 Mar - 1:03
She was scared.
She couldn't handle it.

A la fois tout, à la fois rien. Sloan se lève, avance, active ces jambes qui semblent être de vrais monstres, faits pour se briser, lui briser les deux rotules. Sloan trouve une douceur folle aux gestes de de Drew, de là, on voit tout elle pense. Qu'aussi, c'est plus facile, à quelques mètres. On a pas à regarder trop profond, à trop tâter la bête au bout des eaux, on peut avoir peur oui c'est vrai. Elle écoute, écoute d'ici, se tripote les mains avec une fureur qui ne se dessine qu'au travers de ses doigts qui s'emmêlent, rage. Elle ne voit pas d'où vient la colère. Tout ce qu'elle fait, s'autorise à lancer, c'est un grand sourire corrompu, quand Wesley parle enfin.

Les canards. Y'en a plein. En plastique ou moins.
Une chose de certaine, cependant.
Oh je les aime pas Wesley.


Que feriez-vous. Si un jour, après des années, le scénario s'était rejoué, ou presque. La première fois, vous n'aviez pas vu grand chose. Puis soudainement, en faisant quelques pas sur la plage de galets, juste pour garder un œil sur ces deux silhouettes qui se confondaient plus loin, vous aviez fait le tour. Oui ça vous était revenu. La grande gifle du passé, qu'ils disent. Elle ralentissait la marche, mais pas trop. Elle voulait que lui ne voie rien, qu'eux, ne se retournent pas. Elle savait qu'ils ne verraient pas. Quelques minutes de plus, Sloan.

Si Drew n'avait pas été planqué plus haut. Si Sloan tu avais été prise dans ton marbre, un peu trop vite, comme maintenant. Sloan, s'il avait passé quelques secondes de plus là-dedans. Que crois-tu qu'il se serait passé.
Avant, ses vêtements étaient dans un sale état. Elle avait jugé, qu'en étant Sloan, elle devait nettoyer ça. Pour cela, il lui avait suffit, quelques minutes, de faire abstraction de ceux qui avançaient devant elle, qui atteignaient la cour du château. Elle avait fait en sorte d'être présentable. Son collant troué, et après. Ses yeux ruinés de beauté, et ensuite. Il fallait se convaincre, que perdre ces quelques séductions était problématique. Qu'elle irait mieux, une fois tout ce fouillis envolé.

Holmes se répétait deux choses.
Ce n'était pas la peur panique de le voir couler, c'était la surprise.
Wesley est un idiot. Wesley ne lit pas les instructions.


Elle était alors persuadée qu'une haine s'installerait.
Mais tout ce qu'elle pouvait voir, tout ce qu'elle pouvait voir en fixant Drew et Wesley d'ici, c'était la plus grande peine du monde, pour un sourire à la con qu'elle n'avait pas su montrer, pour quelque avertissement oublié. Pour avoir oublié le plan B de Watson et Sherlock à la piscine.

Tout ne s'était pas terminé sous l'océan.
Elle aurait voulu faire cette blague. Raté pour le coup.
Rien que son silence, pour animer leur marche commune.

Spoiler:
 






well i think you look beautiful
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

L'unité
& catwoman TMTC



avatar
Wesley E. Jefferson
Messages : 665
Date d'inscription : 29/09/2013




Message
Mar 11 Mar - 17:30
[ Terminé!  Poufsouffle ne remportera pas la médaille d'or en patinage artistique! Suite ici! ♥]





Acceptance
"You're braver than you believe, and stronger than you seem, and smarter than you think." © Joy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas

Distances [Wes+Drew]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: Extérieur :: Lac Noir
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥