Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

On marquait l'histoire à coups de rien.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Unité
& sorcier & fromage coeur de lion



avatar
Ludovic J. Dave
Messages : 448
Date d'inscription : 12/03/2014




Message
Mer 12 Mar - 22:50

LUDOVIC J. DAVE

There once was a boy named Harry

Prénoms ϟ Ludovic James.
Âge ϟ Seize ans.
Nationalité ϟ Britannique pure souche. Ah. J’oubliais l’ascendance française.
Origine ϟ Sang mêlé, y’a rien de plus véritable !
Année d’étude ϟ Septième — il a rien sauté, il est juste de fin d’année.
Options ϟ Arithmance, Divination et Étude des Moldus.
Maison ϟ COM’ON BABE.

Destined to be a star


Baguette Magique ϟ  « … Pourquoi moi ? » « Eh Ludo, elle est pas si mal ta baguette. » « Ta gueule. »
On ne crache pas sur 32,7 centimètre de chef-d’œuvre voyons. Bois de vigne magnifique sculpté à la perfection et assouplit à souhait. La texture rêche sauve l’honneur masculin, qui plus est. Enfin, ça c’était avant d’apprendre que le cœur était constitué d’un crin de licorne. Amen.
Patronus ϟ Phoque.
Odeur de l'Amortentia ϟ Un truc sucré — Il aime pourtant pas tant le sucre que ça.
Forme de l'épouvantard ϟ Un clochard.
Reflet du miroir du Riséd ϟ Quoi ? Vous êtes sûrs de vous, sur ce coup ?
Peut voir les Sombrals ϟ Ouais. Mais sérieux, vous ratez rien — c’est laid.
Matière préférée ϟ Euh. DCFM.
Friandise favorite ϟ Il mange pas trop de friandises m’enfin peut-être les baguettes magiques en réglisse.
Sortilège favori ϟ Epiksey. Quoique accio c’est cool aussi.
Potion favorite ϟ Quand elles lui explosent pas à la tronche, vous voulez dire ?
Créature favorite ϟ Le Griffon.
Plante favorite ϟ Lui et la botanique, vous savez… « Une plante est une plante non ? » Enfin le bulbe sauteur le fait bien rire, avouons-le. (Nous ne parlerons pas des jonquilles. Celles qui klaxonnent, hein. Sinon c’est pas drôle. )
Sorcier célèbre en modèle ϟ Le directeur pour sa touffe rosée. Non sérieusement, c’est un mystère.


La renommée est une amie bien peu fidèle.

Ludovic est fier. Ludovic n’a aucune estime de soi. Ludovic ne sert à rien, et pourtant, il compte pour beaucoup. Ludovic c’est un peu la serpillère ultime, le truc qui a bien vécu. Des sols, des gens, ô oui il en connaît — et sait que ce n’est que le début. Ludovic c’est pas vraiment Ludovic. C’est plus Dave, vous voyez. Le petit moyen de sa grande famille. Ludovic a tellement peur, vous savez. De ce qu’il est, de ce qu’il deviendra. Gosse, on lui a clamé qu’il avait tout d’un génie. Depuis, il ne fait que vivre dans la connerie. Et il la maitrise, le grand baraqué mais pas trop de plus d’un mètre quatre-vingt. Ouais, Ludo c’est un peu tout, c’est un peu rien. Ludo c’est un fourbe salopard sur les bords, le mec qui se sait hétéro mais qui va aller déranger le gay refoulé juste pour voir. Ludo il aime un peu tout, Ludo il aime si facilement car il ne connaît pas l’amour. Tant bien même l’a-t-il sans doute déjà éprouvé, c’est comme un trou dans sa mémoire. Ludo il prend tout le monde pareil, ou presque. Ludo n’a pas de véritables proches, Ludo tape les murs car il aime ça. Ludo bourre ses potes car il en ressent le besoin imminent. Ludo hurle dans les couloirs d’un coup d’un seul car il a envie de crier, là, maintenant. Ludovic, oui, il extériorise tout. Il se pisse bien trop dessus pour oser refouler. Ouais. C’est pathétique, c’est pitoyable. Dave chiale dans le noir, y’a pas grand monde, non, y’a juste lui, en fait. Il est trop digne pour les montrer à quelqu’un d’autre, vous comprenez. Il laisse ses larmes brûlantes se rependre sur son beau visage, et c’est comme ça. Car il ose pas, Ludovic. Non il ose pas se laisser remplir, il ose pas attendre. Il est bien trop terrorisé du débordement potentiel. Il ne sait pas quand ce dernier viendra, mais il ne le veut pas. Alors il fuit, et fait son gros mâle primaire de base, comme ça, tous les jours. Aaah Ludovic. Il n’apprendra jamais, n’est-ce pas ? Mais qu’importe ! Il vous clamera qu’il sait déjà ! Le voilà, d’ailleurs, qui se trimbale dans les couloirs. Sa carcasse déambule avec nonchalance et assurance. Il sait où il va ? Non, il ne sait pas vraiment. Il en a tout l’air ? Peut-être, c’est un bon mystère. Ses pieds tracent le chemin, le corps suit, en automate obéissant. Il a la foulée étrange, Ludovic, n’est-ce pas ? Il se dandine, il se redresse, il se courbe. C’est un tout, c’est un rien. C’est un amas qui s’éternise et se défonce. Ludovic est un être pitoyable — et c’est ce qui le rend si formidable. Ludovic aime la vie, Ludovic aime, oui. Mais Ludovic déteste le peuple, Ludovic déteste le monde. Ludovic hait et adore, il est un contraste vivant. Ludovic se contente de malheureux Piètres, s’accordant quelques fois de sympathiques Acceptables. Mais Ludovic s’en tirera — et toujours, oui toujours. Les examens il les explosera, il arrachera un Effort Exceptionnel ! C’est sans prix, mais bien réel. Ludovic est là, devant vous. D’un seul coup, il vous embrasse. Mon dieu, n’est-il pas fou ? Ah. Effectivement, oui. Il serre des poings, il donne un coup de pied brutal. Ludovic est si étrange, Ludovic est bel humain ! Ludovic repousse puis accepte. Il accueille à bras ouverts et tourne le dos. Ludovic est une bête, Ludovic est la bêtise même. Il est si lui qu’il n’est personne. C’est un sportif, aussi, ce brave Ludovic. Il aime se donner, il aime exploiter ses capacités. Mais pas trop, hein. Ludovic est très franc, également. Il va hausser les épaules, t’avouer tes laideurs. Mais bon, qui s’en soucie ? Pas lui, pas vraiment. Il ne veut pas remplir son bol, ne veut pas envahir sa coupe. Ludovic est un lion, Ludovic est un chat. Ludovic n’aime pas les aigles. Ludovic c’est un costaud fainéant, n’est-ce pas ? On lui marque ça, des fois, dans les bulletins. Alors il sourit, comme un idiot, même si dans les tréfonds, c’est un peu noir. Vous l’aurez compris, Dave c’est un bon pote. Il se prend pas la tête, il est vicieux mais pas trop. Il a le courage du gros lâche. Il fonce, il fonce oui. Puis disparaît, d’un coup d’un seul, laissant un peu de terre au passage. Ludovic il prend de la place, mais au final, c’est un peu une bourrasque. Enfin bon. On s’en fout, pas vrai, de Ludovic ? On l’appellera Dave, ce noble chéri. C’est bien plus pratique, bien plus joli. Et d’ailleurs, n’est-il pas mignon, avec ses colorations ? Un vrai taré, admettons. Mais qu’importe, oui qu’importe ! Il viendra rosé si dieu le veut. Qu’on lui crache au visage, lui, il s’en gratte l’entrejambe — avec élégance, en plus. Ce serait que trop donné d’être sale et crasseux. Ludovic assume sa baguette, même si il le vit mal. Il n’a d’autres choix, après tout. C’est celle qui l’accompagnera tant que sa vie durera ! Signe de sensualité mon œil, vous bidonnerez-vous en l’apercevant. Mais de plus près, oui de plus près, vous verrez ces gestes quelquefois délicats — sans omettre les longs cils, évidemment. Enfin ! Il suffit du portrait, laissez-le dans sa bulle, laissez-le dans son trou. Laissez-le lui et son épouventard peu crédible. Laissez-le et tombez, tombez loin. Peut-être vous rattrapera-t-il, qui sait.

James n’a pas dit son dernier mot.
Tout ne fait que commencer.

Espèce de grosse brute repoussante

Avec les membres du personnel ϟDave il est un peu con — il bouge il dort il sourit il blague il fait l’autiste. Il se prend des taules monumentales aussi, mais il est pas bien méchant. Un jour il vous montrera qu’il peut y arriver oui, il vous narguera avec son résultât impeccable lors des exams — on s’en frottera la tête contre les murs, mais on finira par l’oublier, comme tous les autres.
Avec les créatures du château ϟ Dave il les aime bien, il a rien contre elles, quoi. Sauf quand la grosse dame lui hurle dans les oreilles avec amour et frénésie — ça, c’est carrément moyen.
Avec les Serdaigles ϟ Ils sont pas méchants, tant qu’ils en deviennent pas pédants.
Avec les Poufsouffles ϟ Leur équipe de Quidditch gère bien, non ? Il a cru pendant une micro seconde qu’il irait chez eux, alors c’est un peu bizarre, des fois, quand il les regarde.
Avec les Gryffondors ϟ Sa baraque, son entre. Son chez lui — ils ne les épargne pas de son caractère tantôt sympa tantôt grognon m’enfin. Les lions c’était fait pour lui, il avait ça dans l’fond du cœur et l’a toujours, d’ailleurs.
Avec les Serpentards ϟ Oh les méchants pas beaux — il s’en gratte pas mal, au final.  

Par le caleçon de Merlin !

Ludovic était né de manière bordélique — il avait donc vécu en conséquent. Chez lui, déjà quatre frères. Non. Cinq ? Enfin on savait pas vraiment, c’est trop pour qu’on prenne la peine de compter. Dans la masse, pas une seule demoiselle, hormis la mère, évidemment. Ca brasse, ça gueule, c’est rempli d’amour et il fait chaud. Des coups de coude s’échangent à la volée, à table c’est un peu l’anarchie, mais au final on essaie de s’y retrouver. Les parents sont sorciers, le père est blaireau de scolarité et Serdaigle de réussite quant à la femme du foyer c’est tout aussi compliqué. Quoique vu la famille, pas de jaloux : les deux sont plutôt lions la nuit.

Le gamin avait donc grandi dans la baraque familiale, dans une lande un peu paumée de Grande-Bretagne. Durant les vacances, on partait au tantôt en Ecosse voir des amis pour le lendemain aller siéger chez les arrières grands parents maternels français. Hors ces petites expéditions exotiques lors de quelconques vacances,  c’était plutôt stable — histoire de nourrir ces bouches masculines quémandant à tout va, me direz-vous.

Il fallait bien admettre, par ailleurs, le bel écart d’âge entre l’aîné et notre petit cadet. Six ans pour l’un, vingt-et-un pour l’autre, imaginez ! Et encore, le second n’était qu’en cinquième année — le reste ayant par la suite suivi de manière plus serrée. Ne restait donc que les jumeaux de troisième année et enfin le quatrième qui brandissait neuf pouces quand on le questionnait. N’était pas compris le futur petit dernier ; car sept gosses, c’est plutôt classe ! Ah, il était né.

Jordan avait toujours été le préféré de Ludovic. Deuxième de la famille, il était grand, beau et même intelligent. Pour notre petit brun bouclé, Jordan c’était la réussite incarnée ; il avait forcément toutes les filles à ses pieds. Il s’agissait du grand frère parfait, et personne ne pouvait contrer les arguments de notre petit brun bouclé — humble et sympathique, le garçon était tout sauf méprisable, vous comprenez. En vérité, au delà du filtre d’admiration, Jordan c’était juste un sportif amical, un gars sans beaucoup d’ambition. Même qu’il était carrément maladroit dans ses relations, il faisait la bise au patron et bégayait devant ses potes. Il sortait quasi avec personne aussi, mais c’était un brave joueur de quidditch ! Il était doué, avait touché à tous les rôles, s’était incarné poursuiveur, puis métamorphosé en batteur. Ouais, Jordan c’était ce mec jovial mais surtout charismatique qui avait appris à aimer le monde, le reste, la vie. Même que Jordan il avait fini par se prendre le bec avec le tout puissant aîné. Finalement il s’était pris les pieds dans un tapis, s’était coincé la tête dans la porte que Divus avait claquée, puis sonné, s’était cassé la gueule dans les escaliers. Il s’en était jamais remis le pauvre. Ouais, on pouvait même dire qu’il en était mort.

Sur le coup ça avait bien fait rire tout le monde. Après tout le gars venait de s’éclater magistralement comme un gros tas sous leurs yeux. Ludovic avait été en haut pour admirer la chute, Divus avait eu le reflexe de se coller à la rambarde en voyant le boulet dévaler — puis sur l’arrivée, c’était les jumeaux qui avaient sifflé. Le pauvre Jordan avait fêté ses dix-huit ans la veille, la soirée avait été des plus arrosées, comment vouliez-vous que l’on reste sérieux face à ça ? C’était après une poignée de secondes que le silence c’était formé, on avait fini par agir et s’était rendu compte que le brave lion n’était plus fougueux mais un peu vaseux — très mou, surtout.

Étrangement la famille n’avait pas été plus brisée que ça. Les six frères restants s’étaient soudés au possible, les parents avaient bien pleuré puis l’orage était passé. Après tout, la vie continuait, non ? Quelques mois plus tard une lettre arrivait justement pour Ludovic : il était temps de se préparer à Poudlard !

C’était sur le quai, à quelques minutes du départ, qu’une gueulante était venue s’écraser au visage du gamin fraichement préparé. Déployant ses cordes vocales, elle avait appris aux Dave sagement réunis que le meilleur ami du défunt avait justement retrouvé ce dernier — dans un tableau bien mal foutu qu’avait peint une connaissance de son père. Alléluia.

En honneur à Jordan, pour Ludovic, c’est Gryffondor ! Jetant son dévolu sur les teintures et s’épanouissant d’une manière des plus incongrues, le bambin enchaine les printemps. Vivant à ce jour sa dernière année, il compte bien tout faire pour ne pas l’oublier — et ne rien regretter.

Mais, je suis l'élu.

Pseudo ϟ Mouchev.
Et l'âge ϟ Vous pensez que ca se mesure en kilomètres ?
Male, Femelle, où Dumbledore ϟ Hehehe.
Comment tu as connu WW ϟ J’me souviens plus !
Est-ce que tu aimes WW ϟ Ouaiiis.
Est-ce que tu aimes beaucoup WW ϟ Troop.
Des réclamations ? ϟ coucou.
Personnage sur l'avatar ϟ Kise Ryouta — Kuroko no Basket . YO.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

PNJ



avatar
Le Choixpeau Magique
Messages : 1367
Date d'inscription : 05/05/2013




Message
Mer 12 Mar - 23:03


Pour toi, je n'ai pas la moindre hésitation. GRYFFONDOR !





Rebienvenue cher Ludovic !
Un style très particulier. J'aime. J'adhère à 100% !
Bon courage pour le reste de ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unité
& sorcier & fromage coeur de lion



avatar
Ludovic J. Dave
Messages : 448
Date d'inscription : 12/03/2014




Message
Dim 16 Mar - 17:57
Aah. Pardon du retard. ;; Ma fiche est donc officiellement terminée ! Je m'excuse d'avance vis à vis de l'histoire, c'est bordélique et pas très très joli du tout aah. (Quant à Divus c'est l'aîné d'ailleurs, j'ai pas trop bien précisé.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

PNJ



avatar
Le Choixpeau Magique
Messages : 1367
Date d'inscription : 05/05/2013




Message
Dim 16 Mar - 22:50


Cher Ludovic, tu es désormais validé ! Tu peux aller gambader tout nu (ou non) dans les couloirs de Poudlard. Pense à passer dans la Gestion du Sorcier et d'ouvrir ton Passeport Wiggenweld. Tu peux également rejoindre un Club de ton choix ou en créer un. Au moindre besoin, le staff est à ton service - n'hésite pas à faire appel à nous ♥.

BIENVENUE A POUDLARD !



Tout est nickel ♥
Amuse-toi bien sur WW ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas

On marquait l'histoire à coups de rien.

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: La Cérémonie de Répartition :: Bienvenue à Poudlard !
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥