Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Ma sauveuse, je serai ton sauveur ! • Lucrezia •

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Serpentard
& Préfet à quatre pattes



avatar
Icarus K. O'Neill
Messages : 646
Age : 25
Localisation : Quelque part dans les fougères...
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Ven 28 Mar - 14:10
Doucement le Soleil s'était levé. Doucement, le château s'était éveillé. Et c'est donc avec tout autant de douceur qu'Icarus, préfet des Serpentard, s'était lancé dans sa journée. Il avait prit son petit déjeuner dans la Grande Salle avec les Poufsouffles, comme chaque matin. Discuter avec les Jaunes  était toujours si agréable et amusant, qu'il tenait beaucoup à ce petit rituel. Le ventre remplit de toast, de lait au chocolat et de brioche au sucre il prit le chemin de ses cours. Ce jour là c'était Potion, suivi de Métamorphose. Autant il était très doué pour la seconde, autant la première avait réussi à lui faire découvrir qu'on pouvait bel et bien être pire qu'un Troll en cours...

Après avoir risqué d’intoxiquer ses camarades et son professeur par le biais d'une potion aux effluves sombres et apparemment nocives pour tout êtres vivants, Iko se dirigea vers la salle suivante, l'âme un peu peinée. Monsieur Leone l’accueillit avec une regard froid, comme d'habitude. Et, comme d'habitude, il lui démontra que son talent pour sa matière était bien réel et non le résultat d'une fourberie Serpentardesque.

A nouveau, le voilà dans les couloirs de l'école, son sac sur l'épaule et un goût un peu amer dans la bouche. Les choses allaient pourtant mieux dans l’ensemble ? Icarus marchait en direction de son repas du midi et de la compagnie de la préfète des Serdaigles, le visage tourné vers le sol, quand il heurta quelque chose. Quelque chose de grand et massif. Non. Quelqu'un de grand et massif. Nuance nuance ! Le sorcier leva les yeux et fit face à un groupe de septième année de sa propre Maison. Il en compta cinq. Il se compta à son tour. Un. Pourquoi n'avait-il pas hérité d'une part de la chance de Monsieur MacArthur ?

C'est donc, sans beaucoup de surprise, qu'il se retrouva cerné, dos au mur. Il fallait dire que les dernières semaines avaient vu beaucoup de Serpentard en retenue, dont la plupart venant de sa petite personne. Avec un beau sourire, Iko prit la parole en premier.

« Mr Draganh. Je conçois que vous faire nettoyer les WC des Gryffondors avec pour seul outil, une éponge, peut vous amener à éprouver une certaine rancœur envers moi. Quand à vous Mr Finert, je me doute que vous envoyez récupérer les cognards des équipes de Quidditch après leurs entrainements et que vos triples fractures des deux bras, vous laisse sensiblement énervé à mon égard. »

Il marqua une courte pause.

« Mais soyons mature ! Nous sommes bientôt des adultes, des sorciers ! Ne nous chamaillons pas comme des enfants. »

Avec un peu de veine, c'était dans la poche. Sauf qu’aujourd’hui, Madame la Chance était en froid avec le préfet. Elle le laissa dans sa mouise avec une rire narquois. Du coup le groupe d'armoire se resserra un peu et Icarus dut esquiver un coup de poing, lent, maladroit mais tout de même dangereux. Il avait pourtant essayé de les raisonner calmement ! Avec un soupir il se faufila hors du cercle et fit face à la troupe.

« Ne m'obligez pas à vous envoyer tout les cinq en retenue une nouvelle fois ! »


Quel manque de tact. Iko. Tu voulais t'en sortir sain et sauf ou t'enfoncer encore plus ?!




Icarus K. O'Neill.
Icarus est un gentil Serpentard.
Iko est préfet.
Icarus n'aime pas sa Maison.
Iko est un animagus.
Il prend l'apparence d'un jeune chien.
Son pelage est immaculé comme la neige.
Chien ou humain, il est daltonien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Ven 28 Mar - 15:24

Ma sauveuse, je serai ton sauveur


Icarus K. O'neill | Lucrezia Clevens



-----------------------------------------------



Lalalala. Il faisait beau, et la journée commençait avec le cour de soins aux créatures magiques. Que demander de mieux ? Lucrezia était de bonne humeur. En fait, il était rare qu'elle ne le soit pas. Si on entend pas rare un synonyme de jamais. Vous ne la mettrez jamais en colère, et si il vous arrive de la blesser, elle fera contre mauvaise fortune bon coeur. Agaçant, hein ? Pourtant, les serpentards se fichaient pas mal de ce trait de caractère extrêmement positif ; ils continuaient à l'asticoter, à se moquer d'elle, de l'imiter en train de parler toute seule. Erreur - elle ne parlait jamais seule. Quand elle parlait, c'était souvent avec son frère. Mais elle ne leur en voulait pas ; Achille n'était qu'à elle. Serrant son sac de cuir à bandoulière contre elle, elle s'éloigna de son cours où elle avait, somme toute, réussi à ne pas mettre le feu. C'était déjà une bonne chose. Et puis, les licornes étaient des créatures adorables ; elle était fan des bestioles, la petite Lucre.

Repoussant une mèche de cheveux roux, elle remit en place son uniforme en pénétrant dans le hall. Qu'est-ce qu'elle avait, à présent ? Déjeuner. Tant mieux ! Elle avait une faim de loup ! Elle aurait pu manger Gingko et ne laisser que les sabots. Cependant, la demoiselle se tourna vers ses amis et leur fit un sourire rayonnant, comme si elle avait la meilleure des nouvelles à leur annoncer.

Je reviens, je file passer aux toilettes. Gardez-moi une place, surtout !

Et aussi dit, aussi tôt fait. La voilà qui gambade tel un faon venant de naître. Elle allait même jusqu'à siffloter. Elle n'avait eu aucun ennui, pour le moment ; la journée s'annonçait des plus radieuses. Cependant, en s'avançant vers les escaliers, la jeune femme remarqua quelque chose. Un attroupement de serpentards. Autour d'un élève, sûrement - d'ici, elle voyait mal, on aurait dit un troupeau d'éléphants qui essayeraient de tous écouter une toute petite radio. La curiosité prenant le dessus, Lucrezia approcha à petits pas, plissant les yeux et ouvrant grand les oreilles.

Et ce qu'elle vit et entendit ne lui plut pas. Apparemment, les grosses brutes avaient décidé de s'en prendre à l'un des leur. Pourquoi donc ? Etaient-ils donc tous si bêtes et méchants ? La rouquine grimaça, quand un coup de poing partit sans qu'elle puisse voir si la victime avait été percutée ou non. De toute façon, elle ne pouvait pas laisser faire. C'était contre son grand sens de la justice.

Et, telle une héroïne, elle s'avança vers eux comme au ralenti et, les mains sur les hanches, elle inspira un grand coup. Elle aurait sûrement été plus impressionnante si elle pesait trente kilos de plus et mesurait cinquante centimètres en plus. Mais elle se fichait de ça ; elle avait prit une pose digne des statues grecques ou des héros qu'elle avait lu dans les BD.

Hé ! Vous là-bas ! Arrêtez d'embêter ce garçon !

Intérieurement, elle trépigna. Elle avait toujours rêvé de dire ça ! Les brutes se retournèrent, un instant interloqués ; quand ils virent à quoi - à qui - ils avaient affaire, ils se mirent à rugir de rire, leur attention soudain captée par la jeune femme. L'un d'eux alla même jusqu'à faire quelques pas vers elle, laissant le reste du groupe se reformer derrière lui pour ne pas laisser leur victime s'échapper. Diantre, ils étaient bien formatés, ces gugusses là.

Alors comme ça, la petite Lucy-je-parle-toute-seule a décidé de jouer les justicières ? Gamine, reviens quand t'auras quelques années de plus. Peut-être qu'on fera attention à toi, si t'es devenue une vraie fille. Retourne parler à ton chapeau et laisse les grands s'amuser.

Son ton était vaguement amusé ; Lucrezia comprit qu'il n'était pas encore énervé contre elle. Tout comme on commence par chasser une mouche d'un geste de la main vaguement agacé. Mais loin de s'éloigner sans demander son reste, elle bomba la poitrine à la manière d'une wonderwoman plate comme une souris.

Non ! Je refuse de vous laisser vous battre contre ce ... Contre ... Contre quelqu'un finit-elle, un peu maladroitement.

C'est vrai ça ! C'était qui, la victime, dans tout ça ? Cependant, alors qu'elle essayait de voir à travers les membres enchevêtrés du groupe réuni, le chef sembla cesser d'être patient et sortit sa baguette. Il grogna, et plissa le nez de façon très porcine.

Les mecs, je crois qu'on a trouvé un nouveau jouet. Miss rouquine a décidé de jouer les héroïnes ? Très bien ; sache que les héros souffrent, plante à pain.
On dit planche à pain, d'abord !   s'enfonça Lucrezia, avec une façon de dire très gentille, comme si il était normal qu'elle contribue d'aider ses ennemis à se ficher d'elle.

Lucrezia était capable de donner le fouet pour qu'on la frappe. Elle était comme ça. Même en cet instant plutôt critique, où les serpentards hésitaient entre deux victimes, elle n'avait pas réussi à se fâcher pour de bon. Elle était totalement dans son délire de justicière, certes, mais elle n'était pas vraiment consciente du danger.

Quand je vous dis que c'est une bécasse ...

Revenir en haut Aller en bas

Serpentard
& Préfet à quatre pattes



avatar
Icarus K. O'Neill
Messages : 646
Age : 25
Localisation : Quelque part dans les fougères...
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Ven 28 Mar - 16:26
Dos au mur et sac au sol, Icarus n'avait même pas remarqué l'arrivée d'une jeune fille, haute comme trois pommes. Si il n'avait pas été dans une situation pareille il aurait certainement engagé la conversation avec ce petit bout de...de quoi d'ailleurs ? Il pencha la tête sur le coté pour épier son uniforme. Ce petit bout de Poufsouffle ! Il ne l'avait pourtant jamais croisé à table. Peut être était-elle toujours hors de vue ? Qui sait.

La voix d'un de ses camarades Verts le tira de ses réflexions, complètement hors sujet. Ils ne semblaient pas lui prêter beaucoup d'attention à vrai dire. Pas plus que lui même en portait à une coupure ou un pli sur sa cravate. Quel manque de respect flagrant. Pour la première fois depuis ce matin, le préfet fronça les sourcils, agacé à la vue de ce comportement si impoli. On ne traitait pas les demoiselles de cette façon et encore moins sous ses yeux. Il carra les épaules non sans une touche de colère et retint sa fougue du moment. Être préfet signifiait de ne pas s'emporter au moindre désagrément. Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités n'est ce pas ?

« Ce n'est pas très gentleman de parler ainsi à une jeune fille, vous ne pensez pas messieurs ? »

Il essayait aussi de donner l'occasion à la sorcière de s'en retourner pour éviter les ennuis. C'est ce que la plupart aurait fait. Tout ce qui le connaissait l'aurait certainement fait. Mais pas elle. Pas cette jeune Poufsouffle. Idiote ou courageuse, peut importe. Ce qu'Iko vit alors, ce n'était rien d'autre qu'une personne qui s'assume et qui va au bout des choses. Du coup, impossible pour lui de ne pas sourire quand elle relança la bande avec un ton ferme. Aurait-elle des gènes de Gryffondor ? Avec amusement, le jeune homme leva la main pour qu'elle puisse la voir par dessus la troupe et lui envoya avec un ton très amical.

« Icarus ! Ravi de faire ta connaissance ! »

Le Serpentard était toujours prompt à la rigolade même dans des situations aussi délicates que la présente. Néanmoins, sa petite héroïne n'était plus en très bonne posture quand le plus grand, le plus fort et accessoirement le plus débile se campa face à elle. Icarus était prêt à bondir mais encore une fois la jeune fille le surprit. Elle avait du répondant ! Même si, au fond, c'était de la pure naïveté, le résultat était bien là. Le gaillard se retrouva bien idiot. O'Neill éclata de rire. La bande, elle, ne rigolait pas du tout. Pas si étonnant à vrai dire.

« Allez les gars. Ne soyez pas pas plus bêtes ! Vous l'êtes déjà bien assez, inutile d'insister avec cette demoiselle. Laissez la partir. »


Provocateur mais honnête. Voilà ce qu'Icarus voulut renvoyer comme image. Attirer leur attention  pour que la Jaune ne risque pas de se faire écraser. En tant que préfet il se devait de la protéger mais même en tant que personne, il ne voulait pas que cette jeune fille, qui avait pris sa défense, soit emportée dans l'affrontement. Le sorcier bomba légèrement le torse. Ce petit jeu finirait aussitôt que ces brutes s'approcheraient trop près de la Poufsouffle. Avec un sérieux épatant il prononça quelques mots.

« Messieurs, si vous ne faites que l'effleurer de quelques façons que ce soit, je peux vous affirmer que nettoyer les WC avec la langue sera un vrai petit plaisir à coté de votre punition. Suis-je clair ? »

Que pourrait-il leur faire subir ? Accompagner Felix dans ses expériences mortelles ? Servir de mannequin d’entraînement dans la salle de duel quand le thème du jour est « Le Waddiwasi, ou l'art d'envoyer quelque chose, très vite, très loin et très violemment. » ? Il y réfléchirait plus tard. De toute manière, la troupe montrerait une étincelle d'intelligence et s’arrêterait là. Tout simplement.

Au fond Icarus K. O'Neill voulait souffler cette étincelle...




Icarus K. O'Neill.
Icarus est un gentil Serpentard.
Iko est préfet.
Icarus n'aime pas sa Maison.
Iko est un animagus.
Il prend l'apparence d'un jeune chien.
Son pelage est immaculé comme la neige.
Chien ou humain, il est daltonien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Ven 28 Mar - 18:23

Ma sauveuse, je serai ton sauveur


Icarus K. O'neill | Lucrezia Clevens



-----------------------------------------------





Apparemment, qu'elle ose venir s'en prendre à eux avait de quoi les surprendre. Mais Lucrezia resterait ferme : optimiste et volontaire, voilà comment elle devait montrer l'étendard des poufsouffles ! Elle se tint donc droite comme un I, un peu ridicule, les mains toujours sur les hanches, à attendre qu'on s'en prenne à elle. Elle avait l'habitude, la rouquine ; elle prenait ça avec le sourire. On ne la frappait pas - pas souvent, pas méchamment. C'était toujours gentillet - de son point de vue. Quand on lui mettait de la colle dans son shampoing, c'était juste pour rire ; quand on mettait une potion de hoquet dans son jus de citrouille, c'était drôle quand même. Mais le problème, c'est qu'elle s'emballait vite. Et la voilà qui se prenait pour une espèce d'alter égo justicier. N'importe quoi, certes.

Elle fit simplement coucou de la main au jeune homme nommé Icarus. Comme si tout était normal. Les grosses brutes hésitaient à rire ou à frapper. Se moquait-on d'eux ? Ils avaient du mal à savoir su quel pied danser. Et Lucrezia n'aidait en rien ; de bonnes intentions, certes, mais dans le fond, elle aurait plus eu tendance à donner des briques à des lyncheurs publics. Elle se serait enquise de la douleur au poignet si on l'avait frappé. Elle est comme ça. Trop gentille. Trop serviable. Trop bonne poire.

Pourquoi Icarus essayait de la protéger ? NON ! Non, non, non ! C'était à elle de jouer les super héroïnes avec des méga pouvoirs, boum tss ! Tiens ... En parlant de pouvoir ... La demoiselle, voyant que le gros bêta l'ayant traité de planche à pain avait sorti sa baguette, elle fit de même, curieuse de voir ce qui allait sortir de tout cela. Pourtant, ils semblaient tous hésiter. Peut-être à cause de la soudaine colère qui perçait dans la voix d'Icarus, et qui parlait de trucs carrément dégeus à faire avec une langue ?

Bwééééh. C'est dégeu ! crut-elle important de dire, et de donner de purs conseils comme si c'était la bonne chose à faire : Moi si j'étais vous, je m'en irais. J'aimerais pas avoir à nettoyer des toilettes, avec une éponge déjà, alors avec ma langue ! Bwéééh t'imagines ?

Oui, elle tutoyait la grosse brute comme si ils avaient gardé les moutons ensemble.

Bon, les mecs, c'est pas magicien, on va ...
On dit, c'est pas sorcier, d'abord. Pas " c'est pas magicien. " Tu as de drôles de problèmes avec les expressions, toi, hein ? Tu fais études des moldues, comme cours ou pas du tout ?

Et de sourire de toutes ses dents, sans se rendre compte qu'elle lançait de l'huile sur le feu de la colère du serpentard. Bien sûr, Lucre, balaye son égo comme un fétu de paille dans une tempête, quelle bonne idée ! Et la prochaine fois, tu lui expliques que sa baguette, il doit la tenir le bout de boit en face, et le couteau le bout pointu en avant ? Grognant comme des chiens de chasse, ils se regroupèrent, puis s'éloignèrent enfin, laissant Lucrezia voir enfin son ... Sauveur ? Au fond, l'avait-elle sauvé, ou l'inverse ? Elle partit d'un grand rire naïf, et se tint les côtes pendant qu'elle reprenait son souffle.

C'est pas passé loin, m'sieur Icarus ! déclara t-elle avec tout son sérieux, en se redressant.

Elle hocha la tête, puis cligna des yeux un peu stupidement.

Ha, mince ! J'ai oublié que je voulais aller aux toilettes ! Vous m'attendez ? Vous alliez sûrement manger ; je vais vous accompagner ! Vous serez en sûreté avec moi ! gloussa t-elle, en levant son bras et en tâtant son muscle, comme si cela changeait quoi que ce soit.

Elle passa rapidement aux toilettes, et revint vers Icarus quelques minutes plus tard. Elle se tint devant lui, tout proche puis tendit soudain sa main, réalisant qu'elle ne s'était même pas présentée. Il y avait deux trois griffures sur cette main tendue ; une cicatrice au niveau de la paume, et des rougeurs entre le pouce et l'index. La main d'une fille maladroite, en somme.

Moi, c'est Lucrezia ! Hey, je vous ai déjà vu à la table des Pouffys ! Vous êtes ce serpentard, là, tout gentil ...

La main s'était changé en un index pointé vers le visage d'Icarus, totalement malpoli et comme accusateur. Mais la voix et le visage de la jeune fille n'accusaient qu'une surprise et une joie sincère. Si elle s'était attendue à rencontre le célèbre Serpentard sympa ! Incroyable, non ?



Revenir en haut Aller en bas

Serpentard
& Préfet à quatre pattes



avatar
Icarus K. O'Neill
Messages : 646
Age : 25
Localisation : Quelque part dans les fougères...
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Ven 28 Mar - 19:44
Qu'est ce qu'il y avait dans cette petite tête de Poufsouffle ?! C'était la grande question qu'Icarus se posait dans son esprit, à peine intéressé par les brutes face à lui. Pourquoi continuait-elle à rester là ? A leur parler et envenimer les choses à chaque nouveau mot qui sortait de sa petit bouche ? Avait-elle vraiment envie d'affronter ces armoires ou était-elle tout simplement trop innocente pour se rendre de ses paroles ? Du danger ? C'est à ce moment précis qu'Iko fut ravi d'avoir prévenu les Serpentards à l'avance - pour une fois. Il avait pris la bonne décision.

Quand le plus grand d’entre eux ouvrit la bouche pour annoncer sûrement leur retraite, ses muscles se détendirent un instant. Juste un instant. L'instant avant que la sorcière ne le reprenne à nouveau sur ses problèmes de langue. Dépité. C'est le mot qui définit le préfet alors qu'il craignait de voir la brute écraser de tout son poids la pauvre fille. Cette gamine était vraiment folle...Ou vraiment, vraiment, VRAIMENT candide. D'un geste vif et discret il montra à la bande que sa baguette était prête à tous les envoyer au tapis si besoin. Un faux pas et c'est figés jusqu'aux ongles qu'ils rejoindraient l'infirmerie. Il était gentil Iko, très gentil même. Pas stupide et faible. La troupe hésita un court moment avant de rebrousser chemin, laissant un Serpentard et une Poufsouffle, seuls dans le couloir désormais désert. Et elle riait.

« Pas passé loin ? Ils ont failli te rouler dessus ! »

Oui, il était inquiet pour elle. Inquiet parce que malgré tout, elle avait pris sa défense et qu'il était un peu touché par son comportement. Il l'observa pour être certain qu'elle n'avait rien et voulu reprendre sa fausse réprimande. Trop tard. Ni une ni deux. La voilà qu'elle part vers les toilettes en lui demandant de l'attendre ici et qu'elle continuerai à le protéger en mangeant avec lui. Icarus était autant stupéfié qu'amusé. C'était vraiment une personne digne d’intérêt. Une personne comme on en croise pas souvent. C'est donc avec discipline qu'il resta immobile, attendant le retour de « son héroïne ». La Poufsouffle ne tarda pas et il inclina légèrement la tête quand elle se présenta enfin à lui.

« Enchanté Lucrezia. »

Il tendit sa main à son tour mais n'attrapa rien d'autre que du vent. La petite mimine de Lucrezia était pointée vers son visage alors qu'elle reconnaissait de réputation le jeune garçon. Il ne se vexa pas et fut même un peu flatté d'entendre ces quelques mots.
Iko glissa un main dans son cou avec un petit sourire gêné et reprit avec un ton calme et particulièrement doux.

« Tu peux m’appeler Iko si tu veux ? C'est vrai que je mange très régulièrement à votre table, la compagnie de tes camarades de Maison est vraiment agréable. Surtout le matin !»

Chaque déjeuner depuis maintenant quelques années, se déroulait à la table des Jaunes. Avec un visage joyeux il tendit le bras pour inviter la jeune fille à le suivre pour rejoindre la Grande Salle.

« Est ce que ma petite Wonder Woman serait assez gentille pour veiller à ma sécurité durant le repas ? »

En réalité c'était elle qu'il voulait protéger des ennuis mais l’innocence apparente de la sorcière suffisait à lui faire jouer le jeu. C'était aussi amusant pour elle que pour lui après tout. Le regard aux aguets il vérifia qu'aucun Serpentard n'allait bondir sur elle et avança à ses cotés. Lucrezia. Il allait retenir ce nom pour des siècles et des siècles !





Icarus K. O'Neill.
Icarus est un gentil Serpentard.
Iko est préfet.
Icarus n'aime pas sa Maison.
Iko est un animagus.
Il prend l'apparence d'un jeune chien.
Son pelage est immaculé comme la neige.
Chien ou humain, il est daltonien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Sam 29 Mar - 10:38

Ma sauveuse, je serai ton sauveur


Icarus K. O'neill | Lucrezia Clevens



-----------------------------------------------





Lucrezia émets un petit rire joyeux. Non, elle ne se rend absolument pas compte de ce qui vient de se passer. Elle se croit l'héroïne du jour ; elle se croit capable d'affronter un lion à mains nues. Idiote écervelée, pas exactement courageuse, mais totalement naïve.

Roh mais non, vous exagérez, M'sieur Icarus ! Bon, je reviens !

Et la voilà partie pour revenir aussi sec. Elle est rapide, elle semble courir partout, et même quand elle s'immobilise en face de Icarus pour se présenter, dans cette stature debout et presque calme, elle semble capable de bondir partout tel le Tigrou de Winnie. Ses cheveux sont en bataille autour de son visage aux joues rouges, et elle a un sourire étonnant au visage, comme si simplement respirer la rendait profondément heureuse. Ce sourire a l'air singulièrement stupide, mais son regard très pâle rugit sa bonhomie et son optimisme.

D'accord, Iko ! Appelle-moi Lucre, alors ! J'ai quasiment jamais le temps de passer le matin, à la table. La plupart du temps, je loupe le petit déjeuner !

Elle se gratte l'arrière du crâne en tirant la langue, l'air un peu embarrassée, l'air un peu amusée aussi. Ce qu'elle ne dit pas, c'est pourquoi. Une fois, elle s'est retrouvée figée dans son lit. Elle avait dû attendre plusieurs heures pour bouger, et avait reçu une retenue. Non, elle ne se plaint pas. Tout le monde la croit folle, mais elle sait, elle, qu'elle ne l'est pas. Achille est à elle ; son jumeau est à elle. Elle évite d'en parler, maintenant, mais les premières années avec qui elle a grandit savent tout de cette tragédie, et pensent qu'elle a perdu des neurones à cause du chagrin de sa perte. Ce qui ne les empêche pas de se moquer d'elle. Mais Lucre fait face, le sourire aux lèvres, agaçante de bonne humeur.

Ils descendent tous les deux vers la grande salle. Lucrezia porte la main à son ventre qui grogne, et le masse en gonflant les joues. La demoiselle est très expressive, et il suffit de regarder son visage pour voir ce qu'elle pense. C'est étonnant - et pas très pratique si elle avait voulu mentir.

Wonder woman ! Ouaiii ! Mais je veux pas copier. Il faut que je trouve un surnom super cool ! Tu vois, comme ça je serais la super héroïne de l'école ! Han, si tu veux, tu peux être mon assistant !  

Et la voilà repartie dans ses délires. Elle babille, elle montre des choses, comme des statues et explique son avis sur les choses. Quand elle a commencé on ne peut plus l'arrêter. Et quand elle a une idée en tête, elle ne l'a pas ailleurs !

Je serais une espèce de justicière du bonheur, tu vois ? J'aiderais les gens dans la détresse et tout ! Mais il me faut un nom ! Un nom qui claque à mort ! Pi un costume ! Owiii un costume ! glousse t-elle, puis, alors qu'ils arrivent en vue de la grande salle, c'est comme si toute logique la quittait, comme si leur discussion n'avait jamais eu lieu.

Haaa j'ai super faim ! J'ai pas mangé ce matin ! Tu crois qu'il y aura du pudding ?

Lucrezia ou l'art de passer du coq à l'âne sans le savoir, sans s'en rendre compte. Instinctivement, elle passe sa main sur sa nuque, où une trace rouge vif semble lui faire mal. On a mis du poil à gratter démoniaque dans son shampoing. Ca la gratte tellement qu'on dirait qu'elle a des poux. Elle a bien essayé quelques sorts de son répertoire, mais les endroits où elle a gratté continuent de lui faire mal. Elle grimace, puis se tourne vers Icarus, l'esprit déjà ailleurs.

Hey, hey ! Tu vas manger avec les Pouffys ? Mes copines sont sensées me garder une place, mais on peut se serrer et ... Tu as peut-être d'autres gens à voir. Tu es en quelle classe ? Tu dois sûrement connaître des Poufsouffles de ton année, pas de la mienne, ahah, je suis bête !  

Elle parle comme un moulin à parole, sans s'arrêter pour respirer. C'est étonnant qu'elle ne s'évanouisse pas entre deux dialogues de trois minutes, tellement elle parle, parle, parle. Pourtant, il ressort de tout ça une espèce d'aura douce et enfantine. Elle finit par sourire, consciente qu'elle a peut-être trop parlé ; elle dévisage Iko gentiment, de son regard scrutateur bleu pâle qui vous donne l'impression d'être sous rayon X.


Revenir en haut Aller en bas

Serpentard
& Préfet à quatre pattes



avatar
Icarus K. O'Neill
Messages : 646
Age : 25
Localisation : Quelque part dans les fougères...
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Sam 29 Mar - 16:18
Alors comme ça il exagérait ? Elle avait failli se faire écraser par un sorcier avec une quarantaine de kilos en plus et c'est LUI qui exagérait ? Non, franchement, elle n'avait pas le sens de la réalité celle la ! Le problème c'est que s'en était presque mignon...Icarus ne pouvait s’empêcher de la couver du regard alors qu'elle parlait de son absence au déjeuner. Étrange. Une fille aussi active devait pourtant avaler pas mal de nourriture pour tenir toute la journée non ? Comment pouvait-elle manquer une repas si important ? Le Serpentard y réfléchirait plus tard et avec plus d'intensité. Pour l'heure, il était avec elle et se devait de la protéger dans l'ombre. Au fond c'était aussi un justicier, comme Batman, mais juste pour Lucrezia. Cette seule pensée suffit à le couvrir de honte mentalement. Hors de question de porter un masque et une cape ! Et puis quoi encore ?! Comme si la sorcière avait lu dans son esprit elle lui proposa d’être son assistant.
Assistant. Terme moins ridicule pour définir un acolyte.
Acolyte. Terme moins ridicule pour définir celui qu'on voit jamais sur l'affiche du film.

« Oh non je ne voudrais pas priver un de tes amis de ce poste si important ! Je ne le mérite pas moi. »

Esquive bien placée, surtout qu'ils approchaient de la Grande Salle. Avec un peu de chance, une de ses connaissances les rejoindraient et il serait à l'abri. Sauf que dans l'attente de son messie, Lucre continua de parler. Justicière du bonheur, un nom classe, un costume. Tant de mots qui retournèrent l'estomac du préfet, dans un sens, puis dans l'autre. Il ne pipa mot jusqu'à ce qu'ils pénètrent dans l'immense pièce. Le mot pudding manqua de lui faire renvoyer son déjeuner. Heureusement qu'il savait se contrôler le p'tit gars.

« Je pense que oui. Même si je n'en suis pas très fan à vrai dire... »

Icarus n'aimait pas le pudding. C'est sur cette réflexion inutile qu'il remarqua la plaque dans le cou de sa protégée. Il fronça les sourcils pour mieux la voir et ainsi identifier la cause de ses démangeaisons évidentes. Sans rien dire il s'approcha d'elle et examina sa peau. Il savait ce que c'était. Il savait ce que ça faisait. Il le savait parce que lui même il en avait déjà subit les désagréments. Un brin furieux contre l'auteur de cette blague de mauvais goût il sortit sa baguette et lança un sort pour apaiser l'épiderme de Lucre.

« Avec ça tu devrais te sentir un peu mieux normalement... »


Le Serpentard allait lui poser des questions quand elle reprit la parole avec un air toujours aussi jovial. Encore des questions, elle n’arrêtait jamais !

« Je veux bien manger avec toi si ça ne te gênes pas bien sur ? De toute manière la table des Serpentards n'est pas très accueillante et mon amie préfète ne mange pas ici aujourd'hui. »


Cyryiel lui avait dis, la veille, qu'elle irait directement aux cuisines étant donné qu'elle n'avait pas eut le temps de finir un de ses devoirs pour l'heure suivante. Icarus savait donc qu'il mangerait à la table des Poufsouffle ce midi.

« Je suis en sixième année et c'est vrai que je connais plus de Poufsouffles de mon année que les autres mais maintenant je te connais toi ! C'est un vrai plaisir ! »

Icarus K. O'Neill. Il s'enchante pour un rien parce qu'il est comme ça. Il a apprit à savourer les petites joies de la vie surtout quand tout semble triste et lugubre. C'est donc avec un beau sourire qu'il prit place à coté de Lucrezia. Sa super héroïne. Sa Wonder Woman. Sa petite protégée.





Icarus K. O'Neill.
Icarus est un gentil Serpentard.
Iko est préfet.
Icarus n'aime pas sa Maison.
Iko est un animagus.
Il prend l'apparence d'un jeune chien.
Son pelage est immaculé comme la neige.
Chien ou humain, il est daltonien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Jeu 3 Avr - 10:30

Ma sauveuse, je serai ton sauveur


Icarus K. O'neill | Lucrezia Clevens



-----------------------------------------------



Lucrezia eut un geste désordonné de la main, comme on aurait pu en voir dans les films. Les films en noir et blanc, où il n'y avait pas de paroles et où les gens devaient accentuer leurs gestes. Sauf que là, c'était en couleur, dans la vie réelle, et qu'en plus du mouvement, la rouquine parlait, d'une voix haute, forte, enjouée.

Oh, non ! Personne dans mes amis ne voudra être mon assistant ! Et je ne voudrais pas les mettre en danger de mes cruels ennemis, tu vois ? Ca se passe toujours comme ça. Les méchants font pression sur le héros avec ça. Mais toi, t'es vachement courageux, donc te voilà, mon tadaaaa assistant !

Oui, la demoiselle avait la très très trèèèès mauvaise habitude de prendre les décisions toute seule. Elle avait décidé que vous étiez son ami ? La voilà qui vous stalke et vous parle comme si de rien n'était, bien décidée au fond d'elle-même, quand bien même vous la repousseriez, à coup de semelle s'il le fallait. Têtue ou juste stupide, à vous de choisir ; en attendant, il y avait quelque chose de presque candide dans cette attitude si innocente. De candidement idiot.

Han je sais ! Le renard masqué ! Avoue, ça fait super classe. Je mettrais un masque de renard, et tout. Ca va trop le faire ! Les autres vont être jaloux ! gloussa t-elle, toute à ses pensées, sans faire attention aux remarques du pauvre Iko sur le pudding.

La demoiselle était tiraillée entre son envie de continuer à parler de tout ça et sa faim ; la dernière gagna. Elle gagnait presque toujours sur n'importe quelle émotion : malgré sa petite taille et sa carrure ridicule, Lucreia mangeait comme quatre. Quatre ogres affamés. Alors qu'elle réfléchissait à ce qu'elle allait prendre, ignorant comme elle pouvait les démangeaisons, la sensation disparut soudain et elle vit du coin de l'oeil Icarus ranger sa baguette. Clignant des paupières, elle lui sourit, un peu émue, un peu retournée qu'il ait fait ça pour elle.

Merci, c'est gentil. Sa voix était sincère, bien qu'un peu surprise.

On n'avait jamais trop fait de choses gentilles pour elle, jusqu'à présent. Et il ne posait pas de questions. Ca, c'était un mec bien. Si il avait demandé, elle aurait été obligé de tout raconter, la petite rousse, parce qu'elle ne savait pas mentir. Et, malgré ce qu'on lui faisait subir, elle ne voulait pas donner une mauvaise image de ses camarades. Camarades qu'elle appréciait, surtout. Même si ils le lui rendaient de façon étrange et parfois cruelle.

Non, non ça ne me gêne pas du tout ! fit Lucrezia en riant.

Elle pénétra donc aux côtés d'Icarus dans la grande salle, toujours en pépiant, mais moins fort. Même sa petite tête de linotte savait qu'ici, on évitait de faire des esclandres et des histoires. Elle gagna la table des poufsouffles, mais ses amies n'avaient pas réussi à lui tenir de places ; beaucoup étaient pleines, et il ne restait de bout de banc libre qu'en bout de table. Haussant les épaules, elle prit familièrement le bras d'Icarus et l'entraîna avec elle, toujours souriante.

Du coup, tu as ... Deux ans de plus que moi. Je suis en quatrième année. Je connais pas beaucoup de serpentard ; peut-être parce que la plupart se bornent à m'appelle la toquée ?

C'était une réelle question, là où d'autres auraient posés ça de façon rhétorique. Elle haussa les épaules, optimiste et trop joyeuse pour parler d'un tel sujet alors qu'elle s'attablait à côté de Icarus e face de deux premières années. Le repas était déjà servi, et les bonnes odeurs qui régnaient firent grogner le ventre de Lucrezia.

En tout cas, je compte sur toi pour garder le secret ! fit-elle étourdiment, et comme les deux premières années devant eux les observaient avec curiosité, elle leur fit de gros yeux, faussement menaçante, puis éclata de rire en se servant dans les plats.

Avoir un vert et argent à côté d'elle était étrange, mais elle était contente. Vu le manque de place, ils étaient plutôt collés l'un à l'autre, et aux autres, aussi, mais tant pis. C'était ça, la célèbre convivialité de Poudlard !

Du coup, vu que tu es en sixième année ... Tu as choisi quoi comme option ? Et c'est quoi ton cours préféré ? Moi j'adore les potions, j'dois avoir ça dans le sang, mélanger des trucs pour faire d'autres trucs. Mais j'aime bien la botanique, aussi ; M'sieur Caesius est tellement gentil !

En disant ça, elle fourra une fourchetté de purée dans sa bouche et mâchonna de façon peu féminine, un peu grotesque, l'air pensif. M'sieur Caesius qui avait toujours un air un peu triste, un peu lointain. Le pauvre ... Hey ! Et si le renard masqué venait lui rendre joie et bonne humeur ? Le super héros des gens de Poudlard, le super héros masqué qui viendrait rendre la joie à tout l'monde ! C'était une méga idée, non ?!


Revenir en haut Aller en bas

Serpentard
& Préfet à quatre pattes



avatar
Icarus K. O'Neill
Messages : 646
Age : 25
Localisation : Quelque part dans les fougères...
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Ven 4 Avr - 13:07
Icarus était un peu dépité. Juste un peu. Parce qu'au fond, cette petite Poufsouffle pleine de vie, l'amusait bien. Elle l'avait choisi, lui, pour prendre le poste d'acolyte de qui déjà ? Le Renard Masqué ? Mais du coup, ça faisait de lui le Renardeau-pas-masqué ? Dans quoi il s'était encore fourré celui là. Le pire dans toute cette histoire, c'est qu'il s'était laissé entraîner sans vraiment protester. Tu étais trop gentil Iko. Gentil et toujours prêt à t'amuser un peu, c'est cette raison qui empêchait ta bouche de protester à chacune des idées farfelues de Lucrezia. Un soupir s'échappa de ses lèvres et le sourire léger répondit à la jeune sorcière.

« Renard masqué ça fait un peu trop masculin non ? Tu me diras la Renarde Masquée c'est pas mieux. Bon, t'as raison, restes sur le Renard masqué mais je doute que tu fasses des envieux. »

Il ne pouvait, non, il ne voulait pas briser sa bonne humeur. Il a toujours été comme ça lui aussi, joyeux, rêveur et surtout si chaleureux. Maintenant qu'il avait trouvé quelqu'un pour prendre la relève, il était ravi et désireux de ne pas la casser dans l’œuf.
Iko ne put s’empêcher de rire quand elle le remercia avec une touche de surprise dans la voix. Ce n'était pas grand chose pour lui sauf qu'il voulait conserver cette petite.

« Eh ! Je suis ton acolyte ou pas ? »

Les regards désespérés des uns et honteux des autres ne gêna pas le préfet. Au fond, ce n'était pas sa faute si il avait gardé une part d'enfant et eux non ? Son enfance...il n'en a pas vraiment eut et c'est sûrement pour ça qu'il était, encore aujourd'hui, toujours prêt à rigoler un bon coup. Le rire de Lucrezia était communicatif et il ne put s’empêcher de rire avec elle, sans savoir pourquoi. Le jeune sorcier suivit donc la jeune fille dans l'immense salle et s'installa à coté d'elle, en bout de table, paré à se remplir le ventre. L'assiette remplie, il commença à manger en écoutant la question de la Poufsouffle.

« Oui, sixième année. Pour les Serpentards, les bonnes personnes se compte sur les doigts d'une main, ne leur prête pas plus d'attention qu'ils ne le méritent. Crois moi, les toqués, c'est eux ! »

Elle lui fit promettre de garder le secret de sa double identité auquel Icarus répondit par un hochement de tête et un beau sourire. Les deux premières années en face d'eux étaient sceptique. En même temps, voir un Serpentard, discuter avec une Poufsouffle, en rigolant, devait être un spectacle peu familier pour eux. Lucrezia ne se gêna pas pour s'amuser avec eux cependant. Elle était vraiment pleine de vie et le préfet rectifia les choses.

« Ne vous inquiétez pas, elle ne mord pas promis ! »

Il donna une petite tape de l'épaule à la super héroïne et continua à manger avec joie. Manger avec les Pouffys, un vrai petit bonheur ! Le monde avait obligé les élèves à se resserrer entre eux et Iko fut prit en tenaille entre Lucrezia et une deuxième année, apparemment terrifiée par sa carrure. L'estomac du Serpentard était un gouffre sans fond et c'est la bouche pleine qu'il répondit à la question de la petite sorcière.

« Humpgr ! Je ch'uis en choins aux créatures machiques ! »

Il avala sa bouchée d'un coup pour reprendre normalement.

« Et c'est mon cours favori aussi ! Je suis aussi doué en métamorphose mais je suis une bille en astronomie et en potion... La botanique c'est sympa et Mr Carthaigh est un très bon prof' ! »




Icarus K. O'Neill.
Icarus est un gentil Serpentard.
Iko est préfet.
Icarus n'aime pas sa Maison.
Iko est un animagus.
Il prend l'apparence d'un jeune chien.
Son pelage est immaculé comme la neige.
Chien ou humain, il est daltonien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Dim 6 Avr - 12:59

Ma sauveuse, je serai ton sauveur


Icarus K. O'neill | Lucrezia Clevens



-----------------------------------------------



Est-ce que renard masqué ça faisait trop masculin ? Voilà qui inquiétait Lucrezia ! La pouffy se mordilla la lèvre, tout en s'installant aux côtés de Icarus. Pourtant, ça claquait grave, quand même ! Et puis, c'était un peu sa signature, avec son patronus, et avec ses cheveux roux ...


T'es mon acolyte, oui ! Tu veux être quoi ? Moi j'suis sûre que quand les gens s'y seront habitués, ils trouveront le renard masqué vachement classe ! En plus, Rox, mon patronus, c'est un renard. Et puis, je suis rousse, du coup, c'est carrément bien. Et discret aussi, parce que personne devinera que c'est moi, tu vois ?

Le repas avait donc commencé, et Lucreiz mangeait de bon coeur, réfléchissant toujours à toute cette histoire. Il lui était totalement sorti de la tête que, quelques instants plus tôt, elle avait "sauvé" Icarus, et qu'elle-même avait été à deux doigts d'avoir des ennuis. Mais le jeune homme était très gentil, et elle lui donna un petit coup d'épaule, avec un grand sourire.

Ils trouvent que j'suis toquée parce que je parle toute seule, mais j'parle avec Achille d'abord ! fit-elle en avalant un morceau de rôti.

Que Icarus sache ou pas qui était Achille, ça lui sortait également de la tête. Les deux premières années, en face d'eux, avaient semblé rassurés grâce au serpentard, mais ils restaient néanmoins suspicieux. Il était vrai que voir un vert et argent à une table autre que la sienne ... Pourtant, Lucrezia se comportait avec lui comme avec n'importe qui.

Oh, moi aussi j'ai pris Soin aux créatures magiques ! On a étudié les licornes, ce matin, et c'était super cool ! Et puis j'ai pris arithmancie aussi. En tout cas, je suis super contente d'être ici, y'a pleins de cours bien ! Et puis, les profs sont si gentils ! M'sieur Caesius est le meilleur ! Il est trop fort avec les plantes ! Et puis, m'sieur Mordred aussi il est gentil, mais ça faut pas le dire.

Elle mit son index devant sa bouche, comme pour faire chut.

J'suis douée aussi en astronomie, mais j'retiens pas toujours tout. Et m'sieur Mordred apprécie pas quand je pense à autre chose, dans ses cours. Mais moi, j'imagine forcément plein de trucs, tu vois ? Genre, il parlait des satellites, et j'ai pensé à des robots qui joueraient dans l'espace, avec les planètes comme ballon, tu vois ? BOUM TSSSH PFFUUUT !

Lucrezia s'était mise à mimer avec ses mains, tout en faisant des bruits sensés représenter lesdits robots en train de faire on ne savait quoi. Etant donné qu'elle était un peu collée entre Icarus et le bout de la table, elle manqua renverser la saucière, sans s'en apercevoir, et termina avec un sourire victorieux.

J'oublie toujours un peu tout, pour les noms, mais j'pourrais t'aider un peu, si tu veux ! Moi, j'aime la métamorphose, mais j'trouve ça vachement dur ...

Lucrezia avait tendance à ne pas assez se concentrer, ce qui donnait parfois des résultats un peu étranges. Elle haussa les épaules, tout doucement, l'air un peu penaud, comme si on l'avait rabrouée, prise la main dans le sac à une quelconque faute.

Revenir en haut Aller en bas

Serpentard
& Préfet à quatre pattes



avatar
Icarus K. O'Neill
Messages : 646
Age : 25
Localisation : Quelque part dans les fougères...
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Sam 12 Avr - 22:41
Icarus couvait Lucrezia du regard, comme l'aurait fait une renarde sur ses renardeaux. Il devait veiller sur elle sinon qui le ferait ? C'était un gentille fille, aimable et pleine de vie alors hors de question de la laisser toute seule. La bouche pleine, Icarus écoutait avec beaucoup d'attention sa camarade. Les élèves devant eux semblaient effarés par la quantité de nourriture qu'il ingérait à la minute. Était-ce si étrange ? Il avait faim après tout.

« Mmmh si je suis ton acolyte, je veux un truc sobre mais qui claque tu vois ? Genre l'Ombre du Renard ? »


La Poufsouffle mangeait aussi avec appétit et Iko se laissa entraîner avec elle. Son coup de coude lui arracha un sourire éclatant et avec tout autant d'amusement il frotta la chevelure de la jeune fille avec une rire sincère. On aurait dit un grand frère et sa petite sœur.

« Moi je dis que t'as le droit de parler avec qui tu veux, réelle ou pas. J'aime bien me parler à moi même certaine nuit tu sais ! »

Il n'avait aucune idée de qui était ce Achille mais au fond ce n'était pas ses oignons et si Lucre voulait lui en parlait elle le ferait en temps et en heure. Le fait qu'un Vert soit assis à la table des Jaune était devenu naturel pour bon nombre d'entre eux mais il était clair que les plus jeunes étaient encore choqués par ce tableau si peu commun.

« Les licornes ? C'est super ! Parfois j'aimerais bien être une fille pour pouvoir les approcher plus facilement...C'est vrai que Poudlard est super même si on a tous nos petits soucis hein ? Mr Caesius est cool c'est vrai et j'aime bien Felix même si il en rate pas une pour me descendre ! »

Il éclata d'un rire joyeux. C'est vrai que Monsieur MacArthur était rude avec lui mais il savait que c'était parce qu'ils s'appréciaient énormément. Leur passion commune des créatures magiques ajouté à la folie des deux hommes ne pouvait que les rapprocher. Icarus écoutait toujours sa camarade tout en dévorant son assiette.

« Toi aussi ?! Moi je suis trop nul en Astronomie du coup j'imagine des histoires sur chaque planète. Genre Mars et ses chevaux rouges incandescents ! »

Voilà. Elle avait réussi. Le coté gamin d'Iko s'était dévoilé dans toute sa splendeur. Heureusement qu'elle était la seule à l'écouter à ce moment là sinon il pouvait dire adieu au peu de dignité qu'il avait. La saucière de la table faillit déverser son contenu sur le jeune sorcier avant que la sorcière ne la rattrape in extremis. Iko lui lança un regard amusé et lui donna un petit coup de coude pour lui montrer qu'elle était une vraie catastrophe.

« Je te filerais un coup de main en Métamorphose ! Le truc c'est d'avoir l'esprit créatif et ouvert, je suis sur que tu en es capable ! »

Un petit clin d’œil pour affirmer ses propos et la seconde d'après le revoilà en train de dévorer une immense glace vanille-chocolat-framboise-pistache-frites-kebab. Pas mauvais du tout. Le sourire aux lèvres face au dégoûts de certain il chuchota à Lucrezia.

« Tu veux goûter ? »




Icarus K. O'Neill.
Icarus est un gentil Serpentard.
Iko est préfet.
Icarus n'aime pas sa Maison.
Iko est un animagus.
Il prend l'apparence d'un jeune chien.
Son pelage est immaculé comme la neige.
Chien ou humain, il est daltonien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Mer 16 Avr - 14:29

Ma sauveuse, je serai ton sauveur


Icarus K. O'neill | Lucrezia Clevens



-----------------------------------------------



L'Ombre du Renard ?! Mais c'était trop bien ! Lucrezia trépigna, manquant renverser son assiette, et l'un des deux premières années face à eux se recula un peu pour ne pas être victime d'une maladresse. Son ami et lui ricanèrent un instant avant de reprendre leur discussion, pendant que la rousse continuait de babiller, incapable de s'arrêter, comme si reprendre son souffle était une option, un bonus qu'elle n'avait pas pensé à prendre quand on lui avait construit son petit corps de souris.

Carrément ! L'Ombre du Renard ! J'adore ! Ca te va bien ! fit-elle en enfonçant son index dans la joue de Iko, sans aucune tenue ni pudeur. Qu'il eut la bouche pleine ne la faisait que plus rire encore.

Voir que quelqu'un pouvait avoir les mêmes délires qu'elle la rassurait un peu, dans le fond. Icarus semblait être un garçon très gentil, et rien que le fait de parler et partager un repas avec elle était aussi précieux que n'importe quel trésor au monde. Et puis, si il devait être son acolyte, ils devaient forcément bien s'entendre, alors c'était cool que tout cela se passe bien.

Mais je SUIS créative et ouverte. C'est juste cette fichue baguette qui refuse de m'obéir. Fuuuh, je devrais peut-être étudier plus ... Mais dis-moi, tu n'as pas trop de mal avec les cours toi ? Moi y'a bien en astronomie où je galère pas trop mais bon ... Ou en potion. Par contre, le vol, je suis une quiche, je tombe tout le temps.

La proposition soudaine de Iko laissa Lucrezia un peu étonnée : goûter ? Vraiment ? Elle approcha son visage, un peu surprise, comme si elle craignait qu'il ne fasse tomber volontairement l'aliment sur elle, puis elle passa sa langue sur la foule d'ingrédients. C'était sucré et salé, et c'était rigolo comme goûts !

Héhéhé ! T'es créatif aussi, en fait. Tu auras qu'à t'occuper des supers gadgets magiques du renard masqué, alors ! Super, j'ai un acolyte !

Elle n'aurait pas pu être plus contente si on lui avait annoncé que Noël c'était deux fois cette année. Le repas se termina, et elle se leva, tournée vers Icarus comme si il n'existait que lui. Lucrezia avait cette faculté de vous faire sentir la personne la plus importante de son univers. Comme si elle gravitait autour de vous, lune autour d'une planète ; comme si elle n'avait que vous comme bouée. Ca pouvait paraître effrayant pour certains, et désagréable pour d'autres, mais elle ne le faisait pas exprès. Chaque personne, chaque ami était un trésor pour elle.

Tu as cours de quoi là maintenant ? Moi j'ai ... Voyons voir ... Botanique ! Super ! Je vais pouvoir me renseigner un peu fit-elle en se frottant les mains d'un air qui n'inaugurait rien de bon, ni pour Caesius, ni pour la botanique, ni pour Poudlard en général.



Revenir en haut Aller en bas

Serpentard
& Préfet à quatre pattes



avatar
Icarus K. O'Neill
Messages : 646
Age : 25
Localisation : Quelque part dans les fougères...
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Jeu 8 Mai - 0:47
L'index de la jeune sorcière s’enfonça dans sa joue avec autant de force qu'un petit écureuil et autant d'adresse qu'un éléphant. Avec une étincelle dans les yeux, Icarus fit mine de lui mordre le doigt, toutes dents sorties, de la nourriture encore en train de descendre le long de son œsophage : tellement classe. Il avait beau avoir nombre de responsabilité, le préfet restait avant tout un jeune homme plein d'entrain et surtout avec un capital amusement aux limites encore bien lointaines.

« Si tu approuves c'est tout bon alors ! »

Un petit clin d’œil furtif et le revoilà en train de manger. Encore. Toujours. Il avait la fourchette facile. Doucement son estomac arrivait au point de non-retour, une ou deux bouchées de plus et il n’échapperait pas à une petite sieste, dans un petit recoin avec un petit air frais pour rendre le tableau impeccable, du tout cuit. Ses oreilles se nourrissent doucement des paroles de Lucrezia, professionnelle qu'elles sont.

«Mmmh. La prochaine fois essaye de t'entendre avec ta baguette plutôt que de lui imposer quelque chose ? Il faut que vous travailliez ensemble, tu vois ce que je veux dire ? Je suis sur que si tu lui laisses plus de...liberté ? Tu vas faire des merveilles avec ! »

Depuis quand il s'improvisait professeur celui là ? A trop côtoyer Felix, il en devenait pédagogue au possible et c'est avec un sourire amusé qu'il stoppa ses conseils pour reprendre avec un ton beaucoup plus léger.

« Je m'en sors bien en général, l'astronomie et les potions c'est une autre histoire je dois bien te le concéder...Je sais pas ça marche pas ! En vol par contre je suis assez doué, en même temps je suis bien obligé sinon on m'aurait pas gardé dans l'équipe ! »

Il n'y avait, dans ses mots, aucune prétention. C'était juste le constat d'un élève aux pensées désintéressées au possible, juste un sorcier prenant plaisir à parler avec une sorcière sans se prendre la tête. Lucrezia se laissa tenter à sa proposition et même si la l'envie de lui faire tomber la glace dessus était grande, Icarus la laissa en paix avec un léger rire en guise de réponse.

« Topes là alors ! Tu veux quoi en premier ? Un masque qui apparaît sur ton visage pour protéger ton identité secrète quand tu prononces un mot de passe ? »

Idée complètement délirante dans la lignée de ce que le Serpentard avait amené jusqu'à maintenant. Le repas était terminé et les cours allaient reprendre dans peu de temps, dommage car il aimait bien la compagnie de sa camarade. Icarus se leva avec elle et sortit de la Grande Salle à ses côtés tout en continuant leur discussion.

« J'ai Soins aux créatures magiques ! Que du bonheur ! De ton coté essaye de ne pas t'attirer d'ennuis d'accord... ? »

Il était inquiet pour elle. Il se sentait un peu responsable de cette petite bouille de Poufsouffle dont la joie de vivre n'avait d'égale que son appétit.




Icarus K. O'Neill.
Icarus est un gentil Serpentard.
Iko est préfet.
Icarus n'aime pas sa Maison.
Iko est un animagus.
Il prend l'apparence d'un jeune chien.
Son pelage est immaculé comme la neige.
Chien ou humain, il est daltonien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas

Ma sauveuse, je serai ton sauveur ! • Lucrezia •

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: Rez-de-chaussée :: Hall d'entrée
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥