Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[LIBRE ϟ] Maladresse et rêveries ne font pas bon ménage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Invité



avatar
Invité



Message
Sam 26 Avr - 0:05


Glissade Party
- Mince, j'ai oublié mes patins !


La demoiselle avait vagabondé, du moins dans son esprit, toute la journée. Elle avait carrément zappé son devoir d'alchimie, et ses notes tenaient sur à peine un demi-parchemin. Elle s'était plusieurs fois trompée de couloir et même complètement de salle, avant d'arriver à ses cours, ce qui lui valut quelques mauvaises remarques.

Et elle marchait sans but, à présent, dans le château, peu avant le repas du soir. Elle transportait avec elle une sacoche immense contenant divers outils de dessin, visiblement en quête d'un bel endroit, objet, ou je ne sais encore, pour le reproduire sur la toile. Seulement, si elle avait été plus présente, la jeune Poufsouffle aurait remarqué qu'elle s’engageait dans le couloir-qui-glisse. Bonjour la catastrophe. À peine eut-elle fait un pas (et quelques tentatives pour retrouver l'équilibre) qu'elle fit un joli vol plané, lui décrochant un hoquet de surprise, et glissa sur plusieurs mètres. Pire : le contenu entier de sa sacoche était déversée sur le sol. Partout.

Des tubes de gouache finissaient leur route contre un mur, une boîte de crayon à présent cassée continuait de glisser en tournoyant, quelques feuilles froissées volaient encore et quelques pinceaux se faisaient la malle à l'autre bout du couloir. Skye paraissait exaspéré en cet instant, elle qui était si peu expressive d'habitude, tout comme elle semblait vraiment regretter d'avoir autant rêvassé. Après avoir repris son souffle quelques secondes, totalement allongée face à la pierre, elle tenta de se redresser. Et tenta seulement. Après quelques efforts, elle pensa à sa baguette : ce serait plus rapide de tout rassembler avec, et même de se relever ! (même si ce n'est pas autorisé, si personne n'est-là...)

Seulement, la dite baguette s'était évadée de la poche de sa cape durant la chute, et était pour le moment hors de portée. Elle reposa sa tête face au sol en fermant les yeux, tout en murmurant d'une voix neutre et monotone.

« Skye. Tu es vraiment maladroite. »

En plus, elle était fatiguée. Et avait mal au dos. Sacrée journée.


© Aki Epicode



Revenir en haut Aller en bas

Gryffondor



avatar
Flavian T. Maroon
Messages : 531
Date d'inscription : 11/04/2014




Message
Jeu 1 Mai - 18:26
Flavian, il aimait bien le couloir qui glisse. Il y avait un truc pour le traverser sans peine, c'était de se lancer, de se tenir droit jusqu'à l'arrivée, et de se laisser glisser d'un bout à l'autre. Un peu comme du patin à glace mais sans patins. Ou du skateboard pour débutant sur chaussures. Ou enfin quelque chose dans le genre. Flavian n'était pas assez bête pour se donner en spectacle en faisant des aller-retours, mais quand il pouvait faire un détour par ce couloir, il le faisait. Pour glisser.

Bon, il n'y arrivait pas toujours, parfois il se rétamait par terre, et sortir du couloir devenait d'un coup beaucoup plus compliqué, il fallait ramper en poussant avec les pieds et en abandonnant toute dignité, mais le risque, il aimait bien, et il trouvait que ça valait le coup. Et puis c'était amusant de pouvoir rire des autres élèves qui peinaient dans le couloir, surtout quand lui glissait sans effort. Un peu comme cette fois. Il y avait une jeune fille, qui avait l'air d'avoir son âge, qui n'avait pas fait deux pas dedans que vlan ! Elle s'était étalée par terre, dispersant ses affaires le long du corridor.

Flavian passa devant elle en rigolant.

Et puis lui aussi finit par terre. Il avait perdu l'équilibre et il était tombé en arrière, chutant lourdement sur le (douloureux) sol en pierre. Sur le coup, il ne comprit pas tout de suite ce qui s'était passé, puis il se mit à rire de plus belle, d'un beau rire fort et grave. Il avait l'air malin ! Lui qui venait de se moquer de l'autre fille.

Il se retourna à grand-peine, glissant de nouveau, regardant sa camarade. Elle avait pas l'air contente. Elle avait l'air de peiner à récupérer ses affaires, elle avait paumé sa baguette quelque part, et elle devait y aller à la main. Elle en avait, du boulot.

Mais aujourd'hui le gryffondor était de bonne humeur, et il la héla. "Eh, attends, regarde ! Accio baguette !"

Il avait sortit sa baguette et avait visé celle de la jeune fille (Poufsouffle, au vu de l'uniforme). L'instrument vola dans sa main, qu'il rattrapa sans peine et lança en direction de l'autre élève.

"Tiens, avec ça, tu devrais t'en sortir un peu mieux." Enfin, si elle arrivait à l'attraper. "Si tu veux je t'aide !"

Il s'assit dans une sorte de dérapage contrôlé, et observa distraitement le bazar qu'ils avaient à ranger. Des crayons, des feuilles, des tubes de peinture, elle n'avait que du matériel à dessin. Cool.

"Hé tu dessines, c'est chouette !" continua-t-il, "tu sais comment ils font pour faire bouger les tableaux ? J'me suis toujours demandé. Mais j'ai jamais su. Peut-être toi tu sais !"

La jeune fille n'avait peut-être pas envie de supporter les commentaires incessants et un peu moqueurs du garçon, mais ça, ça ne lui venait pas à l'esprit. Flavian, là, il s'amusait beaucoup de la situation.



Freedom
Is just frosting
On somebody else's
Cake-
And so must be
Till we
Learn how to
Bake.

ϟ Langston Hughes

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Lun 5 Mai - 21:46


Tout en tendresse et maladresse
Jamais deux sans trois ? Très peu pour moi !


La miss n'avait jusqu'à présent remarqué personne dans le couloir, et fut surprise d'entendre quelques éclats de rire. Soudain, une silhouette passa comme un vif d'or devant son nez, avant de perdre l'équilibre, comme elle un peu plus tôt, et de chuter lourdement. Elle releva des yeux, c'était un Gryffondor. Elle se demanda s'il ne s'était pas moqué d'elle un peu plus tôt, ce qui était probable. Est-ce qu'il avait vu sa chute mémorable ? Certainement.

La jeune poufsouffle réussit enfin à se mettre assise, mais elle n'allait pas tenter de se mettre debout pour l'instant : il ne faut pas mettre la charrue avant les hipogriffes. Autant ramasser ses affaires avant. Sa baguette se cogna soudainement à sa tête et elle eut tout juste le temps de la rattraper avant qu'elle ne parte loin, une fois de plus. Elle se frotta la tête d'une main, la baguette dans l'autre tout en regardant le gryffondor. Pourquoi lui balancer sa baguette à la tête sans la prévenir ? A moins qu'il ne l'ait prévenu ? Comment l'avait-il récupéré ?

Skye avait toujours eu de gros problèmes de concentration, et avait peine à suivre ce qu'il racontait. Elle le fixa, avec deux minutes de silence. Ah, oui, il lui avait posé une question. Ses yeux inspectaient où ses affaires avaient bien pu atterrir, avant de répondre d'une voix affreusement monotone et lente.

- Eum... Avec un sort, je suppose.

Elle chuchota un Accio afin de récupérer sa sacoche. Elle se demandait s'il ne lui avait pas proposé son aide. Si. Un peu plus tôt. Ou non.

- Eum... Si tu m'as proposé ton aide.. hum...je veux bien.

Elle ramasse quelques feuilles non loin d'elle, des croquis froissées qu'elle fourre immédiatement dans la sacoche, sans trop y faire attention. Elle les froisse encore plus, ses pauvres feuilles. Son ventre gargouille doucement, et elle pense à voix haute :

- J'adore la tarte à la crème.

Elle lance quelques accio afin de récupérer les choses les plus imposantes. Un petit chevalet (très pratique a transporter, et qui s’agrandissait à merveille grâce à un sort) des pinceaux encore entre eux, maintenus grâce à un élastique et son carnet de croquis. Voyant un tube de gouache rouge encore neuf, devant elle, elle tente de l'attraper et de se relever en même temps. Seulement, elle est dans le couloir-qui-glisse. Elle avait déjà oublié sa chute précédente ? : Encore une fois, catastrophe.  Elle avait glissé, ventre au sol droit vers le gryffondor, appuyé trop fort sur le tube dans sa main, et la peinture avait volé. L'évitant de peu en roulant et se retrouvant contre le mur, elle espérait que toute la gouache est-elle aussi atterrit à côté et non pas sur la personne qui lui avait chaleureusement proposé son aide... Enfin, peut-être proposé son aide?




© Aki Epicode





HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Gryffondor



avatar
Flavian T. Maroon
Messages : 531
Date d'inscription : 11/04/2014




Message
Ven 9 Mai - 21:56
Elle avait l'air bizarre la fille. Un peu dans la lune. Ailleurs. Elle avait même pas vu venir la baguette que je lui avais lancée, et elle se l'était prise dans la face, et elle m'avait regardé sans comprendre. Et puis elle avait continué de me regarder. Toujours silencieuse. Je lui avais posé une question, mais du coup, là, j'était pas sûr qu'elle avait entendu. Ou alors elle avait entendu, et elle réfléchissait. Beaucoup. Mais vu son regard, en fait, je pensais pas que c'était le cas, non. Bizarre.

Du coup moi aussi je la fixais du regard. On se regardait l'un l'autre sans bouger, sans rien dire. On devait avoir l'air malin, comme ça. Deux demeurés qui se rencontrent.

Avec un sort. Ah, elle avait dit quelque chose. Bien, elle savait parler. C'était un peu décevant comme réponse, j'aurais bien voulu savoir moi, comment on faisait pour animer les tableaux, mais peut-être elle n'en savait pas plus que ça. Enfin, pas peut-être. Sûrement. Vu son temps de réaction, même si quelqu'un le lui avait expliqué, je pense pas qu'elle aurait retenu quoi que ce soit, en fait.

Mais bon c'était pas grave. Elle récupéra sa sacoche et accepta mon aide, alors je me mis à récupérer ses affaires. Accio ceci, accio cela. Elle faisait rentrer des papiers froissés dans son sac, moi je collectionnais les crayons. Puis elle me dit qu'elle aimait la tarte à la crème. Sur le coup, je ne compris pas. Oui, et alors ? La tarte à la crème c'est bon, ouais certes, mais qu'est-ce que ça venait faire là cette phrase ? Est-ce qu'elle rêvassait tout haut ? Elle avait l'air d'être un peu dans son petit monde à elle, celle-là.

Elle continua de réunir ses affaires entre ses mains, un chevalet, un paquet de pinceaux, un carnet à dessin, elle avait les yeux posés sur un tube de peinture et, non, non attends -

"Attends, te relève pas, tu vas juste te rétamer par terre, non -"

Mais c'était trop tard. Je me retrouvais avec de la peinture plein le visage et les vêtements, une main tendue vers elle comme pour l'empêcher d'avancer, et elle, elle s'était étalé devant moi de nouveau, et je bougeais pas, je restais interdit pendant cinq bonnes secondes avant de retrouver mes esprits.

"Mais t'es un peu conne en fait ! T'as oublié où t'étais ? Tu t'es pas rendue compte que si t'étais pas debout, c'est qu'il y avait une raison ? Tu penses avant d'agir parfois ? Tu penses tout court parfois, en fait ?"

Je n'étais même pas vraiment fâché. Juste surpris. Je me demandais comment elle pouvait faire pour être aussi peu prévoyante et maladroite.

Je repris ma baguette, visa mes vêtements, et murmura :

"Evanes-"

Non, mauvaise idée. Evanesco, ça allait faire tout disparaître. La peinture ... et les vêtements.

"Récurvite !"

Ca servait surtout à laver les chaudrons, ça, enfin je crois, mais peut-être que ça marcherait. On allait bien voir. Je l'utilisais pas beaucoup, ce sort. Le résultat fut … à peu près acceptable. Un peu. On voyait moins la peinture. J'avais du mal le lancer aussi, vu que je l'utilisais rarement. Ca ira pour le moment. Il fallait faire quelque chose pour la rêveuse aussi, histoire d'éviter une deuxième catastrophe comme ça. Même si là, je sentais que j'avais beaucoup d'espoir.

"Bon, tu restes allongée, ou assise, je m'en fiche, mais debout tu tiendras pas." lui dis-je, en tournant mon regard vers elle. "Surtout si t'as d'la peinture entre les mains. Hein. Tu t'appelles comment en fait ?" Moi et les transitions. "Moi c'est Flavian. Tiens," rajoutais-je en lui tendant les affaires que j'avais collectées. "C'est à toi."



HRP:
 



Freedom
Is just frosting
On somebody else's
Cake-
And so must be
Till we
Learn how to
Bake.

ϟ Langston Hughes

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas

[LIBRE ϟ] Maladresse et rêveries ne font pas bon ménage

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: Deuxième étage :: Couloir-qui-glisse
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥