Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Louis — J'aime la magie qu'au cinéma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Serpentard
& Grumpy Loulou



avatar
Louis O'Connor
Messages : 432
Localisation : Dans un jeu vidéo moldu.
Date d'inscription : 03/05/2014




Message
Sam 3 Mai - 16:24

LOUIS O'CONNOR

There once was a boy named Louis

Prénoms ϟ Louis
Âge ϟ 12 ans
Nationalité ϟ Anglaise
Origine ϟ Né-moldu
Année d’étude ϟ Deuxième
Options ϟ Aucune pour le moment
Maison ϟ Serpentard

Destined to be a star


Baguette Magique ϟ 22 centimètres, bois d’ébène, crin de licorne.
Patronus ϟ Un bélier. Mais ce n’était pas comme s’il lançait ce sort.
Odeur de l'Amortentia ϟ Un quelque chose de bizarre qu’il y avait dans la chambre de son frère, de pomme et de forêt.
Forme de l'épouvantard ϟ Un homme à la silhouette incertaine, toute en noir, la baguette menaçante ; ce qu’il pense qui a tué son frère.
Reflet du miroir du Riséd ϟ Lui-même, en sorcier accompli du ministère, accompagné de son frère et de sa soeur, tous souriants, avec des parents très fiers d’eux en fond.
Peut voir les Sombrals ϟ Non, et très heureusement !
Matière préférée ϟ Une où il n’y a jamais besoin d’user de magie, qui est presque une matière moldue : l’histoire de la magie ! Encore moins magique, ce serait la botanique, mais ça nécessite parfois de lancer un sort ou deux… l’astronomie est aussi tolérable dans son genre.
Friandise favorite ϟ La chocogrenouille. C’est à peu près ce qu’il y a de moins magique.
Sortilège favori ϟ Si un sortilège pouvait supprimer la magie dans le monde, pas de doute, Louis l’adorerait. Ceci à part, il est vrai qu’il existe des sorts assez pratique, comme récurvite ou faitlamalle, mais chut.
Potion favorite ϟ Le smoothie aux légumes. Quand il était petit et malade, sa mère lui donnait ça en lui disant que c’était une potion magique pour le remettre sur pieds. En plus c’était super bon.
Créature favorite ϟ Une créature étant par nature magique, Louis n’en aime aucune. Vraiment aucune. Peut-être juste les tableaux, parce qu’il y a une base très moldue là-dedans, et qu’il peut facilement les ignorer, mais du reste, vraiment, moins il les voit, et mieux il se porte.
Plante favorite ϟ Il trouve que les lilas ont un charme certain.
Sorcier célèbre en modèle ϟ Il ne connait malheureusement pas de cracmol célèbre, mais il aime très sincèrement tous les cracmols du monde. Sinon, Gandalf est assez cool.

La renommée est une amie bien peu fidèle.

Louis déteste la magie. C’est sans doute ce qui ne définit le mieux, lorsqu’on le croise vaguement dans un couloir, qu’on entend parler de lui entre deux verres de jus de citrouille ou qu’on s’en tient à ce que l’on peut apercevoir durant les cours. Il déteste la magie, mais surtout le clame haut et fort : il n’a jamais voulu être un sorcier, et ne veut certainement pas le devenir. Il est né “moldu”, il aurait dû être un enfant normal ! La magie, c’est bizarre, ça sort de nulle part, et ça n’attire que des ennuis : tout le monde devrait le savoir. Si la magie était une bonne chose, pourquoi son frère serait mort ?
Car indéniablement, la mort de son frère a profondément touché Louis. Si l’aîné de la fratrie n’avait pas connu une fin si tragique, le jeune Serpentard aurait certainement été comme bien des enfants nés-moldus : heureux de se découvrir ce talent caché qui le rendait unique, différent du commun des mortels. Si la magie ne l’effrayait pas autant, dans le fond, peut-être aurait-il nourri bien des rêves et des espoirs pour son avenir de petit sorcier.

Cette haine féroce de la magie fait de Louis un sacré cancre. Sa baguette magique ? S’il pouvait la casser ou la jeter dans le lac, il se porterait bien mieux ! Le plus souvent, il refuse de la sortir de sa poche, même pour les travaux pratique, ce qui lui vaut de très mauvaises notes et des retenues pour insolence envers le personnel de l’école. Il boude les duels, boude les créatures, boude les sucreries enchantées, boude tout ce qui lui évoque d’un peu trop près qu’il est sorcier, qu’il vit à Poudlard, et qu’à la sortie, il mourra comme son frère à cause de cette maudite, maudite magie.
De part son comportement, Louis s’attire, quand ce ne sont pas des moqueries, des brimades de ses camarades, et tout particulièrement de sa propre maison : comment a-t-il pu atterrir à Serpentard ? Où est son ambition ? Où est sa grandeur ? C’est un sorcier raté, qui a peur de ses propres pouvoirs… ! Ces remarques poussent Louis à entrer en conflit plus souvent que de raison avec les autres, et ces disputes peuvent parfois s’éterniser.

Car oui, Louis est jeune et têtu. Son point de vue est très arrêté, et pas seulement sur cette question. Il n’a encore rien vu, rien vécu, et se remet difficilement en question, comme bien des adolescents. A ce trait de caractère s’ajoute un côté capricieux qui, lorsqu’il décide de se mettre en colère, le rend assez insupportable. Il n’a pas encore toujours la sagesse de réfléchir à ce qu’il dit ou fait, et taper du pied en protestant, retranché dans ses idées, c’est bien plus facile que d’avouer ses torts et de donner raison à quelqu’un d’autre. La justice, l’équité, la magnanimité ne sont guère des qualités accordées aux enfants.

Dans le fond, Louis est surtout un enfant blessé, qui aurait voulu ne jamais perdre son frère, pouvoir accorder sa confiance à la magie, l’aimer autant que ses camarades ou sa précieuse petite soeur l’aime, sans craindre de se blesser ou de blesser quelqu’un. Il y a beaucoup de peur et de souffrance en lui, qu’il cache derrière un air assuré de rebelle qui clame à qui veut l’entendre qu’il vit très bien sans magie, y compris devant ses professeurs. Il n’est ni méchant, ni hautain : juste désireux qu’on lui rende son frère, sa confiance, et que justice soit faite contre cette magie qui lui a volé une partie de sa joie de vivre.

Espèce de grosse brute repoussante

Parlez nous des relations :
Avec les membres du personnel ϟ Du moment qu’ils n’ont rien de trop extraordinaire, comme être un fantôme, un vampire suceur de sang ou un tableau qui bouge, Louis n’a pas grand-chose contre eux. Bon, c’est dommage qu’ils soient sorciers, mais certains d’entre eux auraient certainement faits d’excellents enseignants moldus.
Avec les créatures du château ϟ Il leur mène une guerre sans merci. Elles sont tout ce qu’il déteste le plus : de la magie tangible, ostensible, imposée à sa vue, comme un rappel des monstres auxquels elle est associée. Que ce soit cette insupportable fées, ces tarées de centaures, ces fantômes dégoûtants ou ces tableaux qui vous fixent dans le dos… la meilleure des défenses, c’est l’ignorance.
Avec les Serdaigles ϟ Il y a un cracmol à Serdaigle, non ? Ceci à part, quand on est le cancre de sa maison, c’est parfois dur de comprendre celle des plus vifs d’esprit, d’après l’adage. Les férus de magie, Louis n’aime pas ça, alors ceux qui passent leur temps à pratiquer des sortilèges, ce n’est vraiment pas sa tasse de thé. Ils ne voient pas que plus on sait utiliser sa baguette, plus on a de chance de rencontrer quelqu’un qui l’utilise mieux que soit et de passer l’arme à gauche.
Avec les Poufsouffles ϟ Ils ont une bonne tête, sans doute, mais leur espèce d’optimisme constant est parfois agaçant. Ils semblent toujours heureux, pour beaucoup, comme s’il n’arrivait aucun malheur sur terre. Ils ne se rendent pas compte qu’une telle inconscience les mènera à utiliser leur baguette à l’envers et à se tuer comme des idiots.
Avec les Gryffondors ϟ Comme ils sont les plus impétueux, ils sont aussi ceux qui réfléchissent le moins avant d’agir, alors forcément, à un moment ou à un autre arrivera un accident. Il peut difficilement en être autrement. Quand on brandit sa baguette au moindre mot de travers, il y a bien des jours où les sorts partent trop vite.
Avec les Serpentards ϟ Louis ne sait pas vraiment quoi dire sur sa maison. Si l’on enlève la sorcellerie ambiante, comme dans toutes les maisons, il y a certainement des gens biens : mais voilà, à Serpentard, il y a beaucoup de sang-purs, et les sangs-purs, ça adore la magie. Comme lui refuse obstinément d’utiliser la magie, les idées entrent vite en conflit et, en finalité, Louis passe plus de temps à se fâcher avec ses camarades qu’à sympathiser.

Par le caleçon de Merlin !

Louis est le second d’une fratrie de trois. Enfant anglais, né dans une famille anglaise, dans une jolie petite maison anglaise, il était heureux à tous les points de vue. Certainement un peu capricieux et morveux, comme tous les joyeux bambins, il faisait suer ses moldus de parents, embêtait son frère de plus de dix ans son aîné et jouait avec sa soeur cadette d’une année, sans vraiment comprendre que dans cette demeure vivait un sorcier. Les sorciers, ça n’existait qu’à la télévision et dans les romans, c’était bien connu. Louis a grandi avec l’éducation moldue, sans trop comprendre pour quelle obscure raison son aîné ne rentrait que durant les vacances, et parlait avec des mots bizarres qu’il n’apprenait pas à l’école maternelle, puis primaire. Dans l’absolu, il s’en fichait, cela ne l’empêchait pas de vivre de grandes aventures et de s’amuser.

Le jeune né-moldu ne prit conscience de la nature de son frère que lorsque ses propres pouvoirs se manifestèrent. C’était une jolie journée d’été, alors qu’il était parti explorer la forêt avec son frère. Capricieux comme il était, il pleurait pour obtenir ce joli caillou, de l’autre côté de la rivière, et la pierre avait fini par atterrir dans les mains de l’enfant. Dès lors, l’aîné compris que Louis se rendrait aussi bientôt à Poudlard : il lui parla alors de magie, de fantômes, de tableaux enchantés, de sortilèges, de potions de chance et de secrets. Il lui expliqua tant bien que mal son travail au ministère, lui passa ses vieux manuels, le fit rêver.

Puis disparut.

Louis ne comprit pas tout. C’était compliqué. Seulement, il voyait bien que son frère ne rentrerait plus à la maison. Ses parents pleuraient, et Ocean aussi, et lui dans tout ça ne savait pas trop à qui en vouloir, pourquoi verser des larmes, contre qui tourner sa haine. Il lui sembla alors évident que tout ne pouvait être que la faute de la magie. Son frère était mort parce qu’il travaillait au ministère, et on entrait au ministère parce qu’on était sorcier. Si son aîné avait été un garçon normal, comme tout le monde, sans la moindre trace de magie en lui, il serait encore vivant. C’était une certitude. Alors Louis se mit à haïr la magie de toutes ses forces, pour rester droit.
Il fit en sorte que sa petite soeur ne souffre pas trop de cette disparition. Il jouait avec elle encore plus qu’avant, essayait de la détourner de ses lectures fantastiques et de ses rêves de magicienne, puisque visiblement, elle aussi était dotée de pouvoirs. Il espérait secrètement qu’à rendre la magie tabou, il ne recevrait jamais la lettre maudite. Mais elle était venue.

Comme pour leur premier enfant, les parents de Louis l’emmenèrent sur le chemin de traverse. Il lui fallait des livres, un uniforme, des ingrédients et toutes sortes d’autres choses, mais surtout une baguette magique. Ce que Louis, somme toute, désirait le moins. Il était entré dans la boutique persuadé de ressortir les mains vides, ce qui l’aurait bien arrangé : quelle bout de bois enchanté pourrait se montrer compatible avec quelqu’un qui déteste autant son statut d’apprenti sorcier ? Et pourtant, après plusieurs essais, le vendeur jugea que “cette baguette” serait parfaite pour lui. Quelle plaie !
L’épreuve suivante fut celle de la montée dans le Poudlard Express. Mis de côté le fait que Louis avait refusé de préparer sa valise, contraignant sa mère à le faire pour lui, il restait à présent planté sur les quais, bras croisés, refusant de bouger. Ses parents durent user de force et de menace pour l’obliger à monter dans le train. Et commença alors une bien longue année, dans la maison de Serpentard. Ce n’était pas pire qu’une autre. Ce n’était pas pire qu’être né sorcier.

Il suffit d’une heure de cours pour que Louis révèle son mépris de la magie et sa détermination à ne pas l’utiliser. Il lui suffit d’une seule semaine pour être le premier année le plus connu de Poudlard, et moins d’un mois pour finir en retenue, sous prétexte d’avoir refusé de sortir sa baguette dans un cours pratique. Il n’attendait qu’une seule chose : les vacances.

L’année suivante ne fut guère plus glorieuse. Voilà que sa petite soeur était arrivée ! Motivée, dynamique, amoureuse jusqu’à l’os de Poudlard, de ses créatures et de l’enseignement qu’on lui fournissait. Louis lui en voulait un peu. Il se sentait vaguement trahi, parce qu’il l’avait mise en garde contre la magie, et il avait peur pour elle. Comme il ne voulait pas la faire pleurer, il préférait rester loin d’elle. C’était encore mieux comme ça. De toute façon, il n’avait besoin de l’aide de personne pour prouver que la magie n’attirait que des ennuis.
Non, de personne.

Mais, je suis l'élu.

Pseudo ϟ Kalev Hopwar le grand, le beau, le magnifique, le splendide, le poétique, l’adulée, et tout et tout.
Et l'âge ϟ Un vrai sorcier est immortel. Surtout s’il a l’honneur de devenir un tableau, dirait Kalev.
Male, Femelle, où Dumbledore ϟ Tableau. Enfin, futur tableau.
Comment tu as connu WW ϟ Il y avait un article sur la Gazette du Sorcier, comme quoi ça manquait d’élèves dans l’école du coin.
Est-ce que tu aimes WW ϟ Il y a des tableaux, donc Kalev aime WW.
Est-ce que tu aimes beaucoup WW ϟ Il y a Holly et Mordred en plus des tableaux, donc Kalev ADORE le beau WW.
Des réclamations ? ϟ Je veux une potion de bonne note pour effacer la note tragique d’un devoir foireux.
Personnage sur l'avatar ϟ Shindou Takuto de Inazuma Eleven, dit la fiche du prédéfini. Et moi je la crois. Une fiche de prédéfini ne peut dire que la vérité. Si même les fiches de prédéfinis mentent, qui peut-on croire de nos jours ? Ce serait là une honte sans précédent ! J’espère bien que cette information est d’une vérité vraie en tout point, et que les fiches de prédéfini restent ce qu’elles ont toujours été : le dernier rempart contre l’invasion insidieuse de la désinformation, du mensonge et de la corruption. Les prédéfinis seules sauveront le monde du RPG. Adoptez un prédéfini, sauvez un rôliste.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

PNJ



avatar
Le Choixpeau Magique
Messages : 1367
Date d'inscription : 05/05/2013




Message
Sam 3 Mai - 18:41


Cher Louis, tu es désormais validé ! Tu peux aller gambader tout nu (ou non) dans les couloirs de Poudlard. Pense à passer dans la Gestion du Sorcier et d'ouvrir ton Passeport Wiggenweld. Tu peux également rejoindre un Club de ton choix ou en créer un. Au moindre besoin, le staff est à ton service - n'hésite pas à faire appel à nous ♥.

BIENVENUE A POUDLARD !



Juste parfait ♥

Un tableau qui passait dans le coin:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Louis — J'aime la magie qu'au cinéma

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: La Cérémonie de Répartition :: Bienvenue à Poudlard !
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥