Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Midnight Sun - Emmet <3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Invité



avatar
Invité



Message
Mar 6 Mai - 20:18


Et mon amie la rose, me l'a dit ce matin...





Tu as été intenable.
Pire que les soirs de Noël ou le jour de Pâques.

Tu n'en pouvais plus, il faut dire.
Tu l'as attendu pendant tout l'entrainement, ce qui t'as valu de te prendre à peu près tous les cognards perdus, dont un t'avait laissé un joli bleu qui t'entourait l'arcade et la pommette, ce qui malgré tout te conférait un certain charme, il est vrai...

Mais le repas avait été un calvaire.
Tu avais à peine manger au début, avant de te jeter sur la nourriture, pensant que manger ferait passer le temps plus vite. Tu avais faillit t'étouffer avec une queue de crevette récalcitrante et avait donc pris le premier verre qui te venait sous la main. Manque de bol, c'était le verre de jus de carotte, et tu détestais ça.

Ca t'avais fait tomber à la renverse, entraînant avec toi le plat de cuisse de poulet, ainsi que celui de porc au caramel.
Tu avais donc ruiner ta troisième chemise de la journée.

Oh joie.

Cependant, il est vrai que manger t'avais fait gagner du temps, puisque tu avais été obligé de reprendre une douche, donc de perdre du temps...

Au final, tout cela te donnait un joli Mindfuck auquel tu ne voulais pas penser.

Tu te retrouve donc là à attendre.
Parce que tu as été bien élevé et qu'un homme doit toujours être ne avance à un rendez-vous galant.
Tu t'était momentanément posé la question de savoir si c'était un rendez-vous galant. T'étais auto-répondu oui. Mais avais complètement laissé de côté le fait de savoir qui de vous deux, deux hommes, se devaient d'être le premier arrivé...

Au final, tu t'en fichais.
Il faisait bon ce soir, même si par précaution tu avais mis un bonnet, parce que tes cheveux était encore bien gorgés d'eau, mais il y avait un petit vent tiède agréable et tu entendais un bruit de pas se rapprocher.

Tu te décolles de la paroi en verre de l'entrée principale des serres, impatient comme un jeune chien fou et appuie ton coude à l'angle des grandes fondations de fer qui maintient les panneaux.

Tu devines sa silhouette mince, perdue dans le crépuscule et l'ombre des verres, qui donne à sa peau des reflets rougeoyants sur tout un côté de son visage.

Tu supposes que c'est le moment ou tu dois l'embrasser.

"Bonjour... Vous êtes perdu.?"

Tu souris à ta blague débile pas drôle avant de te pencher sur ses lèvres, attraper ce goût qui t'as tant manqué aujourd'hui.
Avant de t'arrêter.

Tu le regardes encore un peu.

Mince qu'il est beau.

Emmet t'avait en premier séduit pour sa bestialité. Ce quelque chose d'indomptable qui agite le fond de ses yeux. Mais la, pendant que tu l'admires, tu prends pleinement compte de la finesse de ses traits et de l'équilibre de son visage.

Et puis, tu as attendu quasiment toute une journée. Tu peux bien encore attendre encore un peu...

Alors tes lèvres se promènent le long de son visages, déposant de petits baisers papillons, cà et là, à la fin d'un sourcil, sur la petite ride au milieu du front, sur le bout de ce petit nez, sur l'angle si droit de cette mâchoire. Tu voyages au grès de ses traits, avant d'arriver au coin de cette lèvres, que tu embrasse révérencieusement, avec douceur, pour finir par piquer un petit baiser sur sa bouche à lui, dans un soupir de délectation...

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas

Serpentard
vampire de ces dames



avatar
Emmet F. Weibb
Messages : 872
Age : 24
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Mar 6 Mai - 20:47
Emmet avait eu du mal à se concentrer, aujourd’hui. Le gros de ses pensées revenait toujours vers une seule et unique chose – ou, devrais-je dire, personne : Sandy. Il réalisait qu’il ne se rappelait plus exactement de son visage, alors que son odeur était incrustée dans sa peau et que la sensation de ses lèvres contre les siennes semblait claire comme de l’eau de roche. Comme si elles étaient toujours là, une empreinte qui nourrissait le manque. C’était terrible, comme sensation. En un instant, le Serpentard venait de comprendre pourquoi les gens en couple avaient des résultats en chute libre : ils pensaient tant à l’autre qu’ils ne pouvaient plus penser à leurs cours. Et la journée fut horriblement longue.

A l’heure du repas, il avait pu entrapercevoir Sandy, qui allait vers la table des Gryffondors, mais cet idiot ne l’avait pas décelé, et il s’était assis pile à l’endroit où la silhouette massive d’Hippolyte lui cachait le paysage. Hippolyte pouvait s’avérer très utile – sa bêtise avait permis de nombreuses fois à Emmet de l’utiliser, en l’obligeant à aller raconter à Icarus ce que faisait Carys dans son dos, par exemple – mais le Serpentard n’avait vraiment, vraiment pas envie de l’avoir dans son champ de vision à ce moment-là. Pressé de se libérer de la corvée du repas – où il avait soigneusement évité le clafoutis, toutefois – il avait englouti tout ce qu’il pouvait en quelques minutes et, sans un mot d’explication, s’était précipité joyeusement vers la salle commune, pour se changer. Il avait envie d’être beau et propre pour voir Sandy. C’était stupide.

Très rapidement, il avait enfilé une première tenue, avant de se dire qu’elle ne convenait peut-être pas… Le sweet ne le mettait vraiment pas en valeur, il n’était pas assez sportif pour ça. Il avait enlevé le tout, et avait enfilé un T-shirt qu’il pensait noir, avec un jean classique, avant de réaliser que sur le dit T-shirt était dessinée une crotte hurlant « Bombabouse ! ». Damned, c’était un des cadeaux qu’il avait eu pour son anniversaire – merci les copains. Finalement, il avait gardé le jean qui, d’après certaines des filles du club d’hôte, lui dessinait de jolies fesses, et avait mis une chemise lit de vin, qui allait étonnamment bien avec ses yeux. Avec tout ça, il avait du retard, mais quand il se regardait dans la glace, il se disait que ça valait le coup… Même si c’était stupide de faire ça.

Finalement, il envoya tous les vêtements utilisés sous le lit – des elfes de maison les rangeraient sûrement – et partit gaiement vers les serres. Il avait une immense boule au creux du ventre, et hésitait entre un stress absolu et un bonheur transcendant. Entre partir en courant et oublier tout ça et violer Sandy contre un des murs. Finalement, perdu dans ses pensées clairement intimes, il en rata presque l’entrée, et ne revint dans le monde des vivants qu’en entendant une voix à laquelle il avait trop pensé durant la journée. Il releva la tête.

Sandy était face à lui, et Emmet le trouvait vraiment beau. Il avait des cheveux blonds superbes, un visage fin superbe, un sourire ironique superbe, un corps superbe, même son cocard était superbe. Et le Gryffondor sentait toujours le sang – une habitude ?! – ce qui n’arrangeait rien. Emmet le laissa parcourir son visage de ses lèvres, un peu bête, ne sachant pas trop quoi faire à part apprécier. C’était plutôt bon, comme sensation. Il poussa un petit soupir d’aise – toutes ses questions s’étaient envolées au moment où il l’avait senti contre lui – et répondit avec tendresse au baiser. Tendresse ? Oui, il en était capable. Quand enfin les neurones de son cerveau se reconnectèrent, il réalisa qu’il avait vu un cocard. Doucement, il effleura le bleu du bout des doigts, juste assez pour le faire tressaillir, sans créer de douleur pour autant.

« Tsss… »

C’était réprobateur, mais un délicat sourire au coin duquel pointaient deux dents blanches et brillantes montrait clairement l’amusement d’Emmet. Quelle idée de faire du Quidditch à des postes où tu risquais de te prendre des cognards, hein ? En chuchotant, comme si tout ça était mal, il dit :

« J’ai déjà du mal à me contrôler quand tu es là, donc si tu blesses, ça n’aidera pas… »


Référence à leur première rencontre, à la morsure qui avait suivie. Emmet était sous l’effet d’un sort, à ce moment-là, mais n’avait jamais perdu le contrôle depuis. Et pourtant, Sandy n’y était pas allé de main morte avec ses sentiments. Joueur, il posa ses crocs, pointus, sur la joue du Gryffondor. Juste à côté de ses lèvres. Au fond de lui, il était fier d’être un demi-vampire, et même s’il avait besoin de le cacher, et que ça lui pesait parfois, il adorait tester ses limites…






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Mar 6 Mai - 21:26


La lune cette nuit, a veillé mon Amie...




Ça te choquais un peu, à chaque fois que tu sentais ses lèvres contre les tiennes.

Ca te semblait si irréel.
Vous n'étiez pas du même monde. Si différents.

"Tsss..."

Et en voila encore une preuve criante.
Tu sentais ses doigts sur le pan rougie de ta joue.

"J’ai déjà du mal à me contrôler quand tu es là, donc si tu blesses, ça n’aidera pas..."

Tu baisses la tête tout penaud.
Un gosse pris en pleine faute, la confiture tout autour de la bouche... Oups...

Ah. Tu n'y avais pas pensé, mais le sang accumulé et coagulé sous ta peau devait libéré une odeur un peu plus tenu, il est vrai.
Mais bon. Tu n'avais pas vraiment eu envie de te prendre les cognards non plus.
Pas vraiment quelque chose que l'on fait de bon coeur, hein...
Et puis, ce ne sont pas les seuls bleus qu'il y a sur ton corps ce soir...
Sauf si on est un pur masochiste.


Ce qu'il n'était pas.

Quoique.
En sentant ses dents pointues appuyées sur la peau, une ancienne douleur se réveilla dans son cou, sans que cela ne le gêne pour autant.
C'étais juste intense. Un petit fourmillement qui parcourait sa nuque, comme une ancienne litanie, qui réveillait des souvenirs profonds, avec un arrière goût de cerise.

Tu laisses échapper un soupir d'entre tes lèvres.
C'est tellement bon de s'abandonner comme ça.
C'est étrange aussi.
Tu ne le connais pas, et déjà, tu lui prête ton être.
Bon, après tout, il a un peu disposer de ton corps à sa convenance et fait avec à peu près tout ce qu'il y avait d’amoral à faire.
Enfin, pas tout, mais c’est une autre histoire ça...

Mais bon. Il faut se reprendre...

"Tu t'inquiétais? "

Tu souris, un peu amusé, un peu intéressé.
Après tout, tu ne sais rien de lui, si ce n'est les quelques on dit, qui circule et auxquels, depuis le dernier mois, tu as prêté une attention particulière en ce qui le concernait lui.
Tu as mis tout ça dans un côté de ta tête. Il y a toujours une part de vérité dans les rumeurs. Mais il faut la retrouvé, sous toute la crasse des blahblahs...

Et puis, tu l'as sous la main là...
Tu peux lui poser toutes les questions que tu veux.

A savoir :

" Au fait... Qu'est ce que tu as à faire dans les serres, le soir? "

Parce que ce détail, ça t'a quand même vachement intrigué..

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas

Serpentard
vampire de ces dames



avatar
Emmet F. Weibb
Messages : 872
Age : 24
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Mar 6 Mai - 22:15
Emmet avait envie de fermer un peu plus la mâchoire, de goûter au sang qu’il sentait vibrer contre ses dents, mais il se retint. C’était étonnant de voir à quel point il pouvait faire preuve de self contrôle contre ses instincts primaires de demi-vampire, alors qu’il n’arrivait pas à se retenir quand il avait besoin de sentir le contact de Sandy contre lui. Et pourtant, il luttait, observant le Gryffondor fermer à demi les yeux, accepter bêtement sa supériorité, sa présence, lui donner sa confiance. Le simple fait qu’il accepte ça voulait dire « Je sais que tu ne me feras pas de mal » et, quelque part, ça touchait Emmet. Surtout qu’il avait failli buter son copain à peine un mois auparavant. Mais on ne le répètera jamais assez : il était sous l’effet d’un sort, c’est une excuse parfaite.

Délicatement, le Serpentard finit par se décrocher, parce que l’envie devenait irrésistible d’une part, et pour éviter les crampes de la mâchoire de l’autre… Il risquait d’en avoir besoin, aux côtés du blondinet. Il regarda Sandy sourire après sa question. Il avait un petit sourire ironique absolument craquant, qui donnait franchement envie à Emmet de l’embrasser. Après une seconde d’hésitation, il s’approcha, timidement, et posa ses lèvres contre celles de Lindon dans un bref baiser volé. Il s’en éloigna tout aussi vite, le rose aux joues, avant de répondre, honnêtement :

« Pas vraiment, je sais que tu peux encaisser. »

Hello double sens, Emmet avait un certain talent pour ça. Et il n’avait même pas compris à quel point ce qu’il venait de dire pouvait l’amener dans une situation compliquée. Heureusement, la deuxième question était plus facile que la première. D’habitude, le demi-vampire mentait. C’était une habitude, une coutume même, mais avec Sandy, les choses étaient un peu différentes. Il hésita, haussa les épaules et, un sourire franchement amusé sur les lèvres – il avait un sourire assez frais, malgré ses dents qui en sortaient comme deux rasoirs, témoins de son métissage – répondit :

« Je savais qu’il n’y aurait personne ici à cette heure-ci, c’est un endroit agréable et vu comme mon cours de ce matin s’est mal déroulé, je pourrais toujours prétendre que je révise et que j’ai demandé à un ami de septième année de m’aider. »

C’était à la fois simple et complètement machiavélique, et ça laissait une chance à Sandy de comprendre combien il pouvait être vile et réfléchi pour s’en sortir en toutes occasions. Et pourtant, il était incapable de se concentrer aux côtés du sportif blond. Tranquillement, Emmet s’écarta et partit chercher une plante – un voltiflor – dans un coin. Puis, il s’empara d’une série de pots, d’un peu de terre, parsema la table et, très fier de sa supercherie, déclara :

« Voilà, si quelqu’un vient, on rempote. »

Par contre, si personne ne vient… Emmet se retourna pour se rapprocher de Sandy, à pas feutrés. Il avait vraiment un côté prédateur, comme ça, ses yeux rouges mangeant presque le corps du pauvre lion tombé entre ses crocs. Un pas, deux, trois, et puis d’un coup, sa main qui se lève et ses doigts qui viennent toucher la joue de Lindon, avec délicatesse… Et en laissant une énorme traînée de terre derrière eux. Un sourire un peu moqueur sur les lèvres, il murmure :

« C’est pour la crédibilité ! »


Et il rapproche son visage. Juste au cas où Sandy aurait la bonne idée de l’embrasser, parce qu’il n’est toujours pas très à l’aise avec tout ça et n’ose pas y aller lui-même. Pauvre petit.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Mar 6 Mai - 23:14


On rempote, hein...?




"Je savais qu’il n’y aurait personne ici à cette heure-ci, c’est un endroit agréable et vu comme mon cours de ce matin s’est mal déroulé, je pourrais toujours prétendre que je révise et que j’ai demandé à un ami de septième année de m’aider. "

Il ponctua ces quelques mots avec une savante mise en scène de pot et de terre...
De l'art vous dis-je...

"Voila, si quelqu'un vient, on rempote... C'est plus crédible..."

Vous ne devez pas avoir la même définition du mot crédibilité alors, parce que vu l'air qu'il prend en se rapprochant de toi, la crédibilité n'est plus de ce monde depuis belle lurette...
Sans doute brûlée par la lueur au fond de ses yeux. Celle qui lui donne cet air de prédateur lorsqu'il s'avance vers toi.

Tu lui offre ton sourire le plus gourmand et attendri...
Celui que papa à appelé le sourire Cookie.

Sa main est rugueuse sur ta joue.
Ca t'inspire une connerie...

" Eyh! Ca tombe bien, j'ai la main verte! "

T'as sorti ta bêtise bien avant de penser à tout le double sens qu'elle pouvait avoir, alors tu te penche sur lui et l'embrasse. L'occupe à faire autre chose... Pour ne pas qu'il voit tes joues rougir.

Hum...
Bon. S'il faut se trouver un alibi...
Tu le fais doucement reculer, un peu maladroitement. Vos pas s'enmêle au début, puis cela devient instinctivement fluide, jusqu'à ce que ses reins atteignent le plan de travail.

D'un mouvement souple des poignets, tu l'aide à monder dessus, sans interrompre le baiser.
Surtout pas. C'est trop intense, trop brûlant au bout de tes lèvres.

Tu l'embrasse à en perdre haleine. Réellement.
Venir dans un endroit si discret n'est peu être pas une bonne idée.

Après tout, si lui connait ses limites, toi, à ce jeu là, tu n'es qu'un novice. Tu expérimentes, tu joue un peu avec le feu et la glace.
Dans ta tête, ça peut basculer à tout moment. Et ton corps à tout à fait la capacité de mettre les ordres les plus fous à exécution.

Tu te ressaisis un peu.
Surtout, ne pas se perdre dans ce genre de spéculation...
Tu calme le baiser, positionne tes paumes sous ses mâchoires, remonte son visage pour l'embrasser plus délicatement encore.

Tu te noies Sandy.
Avec qui précisément et pourquoi, tu ne le sais pas, mais tu t'enfonces dans des limbes de douceurs et de bonheurs. Les abysses n'ont jamais étés aussi douces.

Ca te fait penser au terme français "Folies-à-deux". Le côté 'névrosés psychopathes" en moins...

Quand tu mets fin au baiser, parce qu'il faut bien respirer, tu ne peux quand même pas t'empêcher de rester tout près de lui, le front contre le sien, l'arrête si fine de ton nez caressant légèrement la sienne.

" Ta matinée n'a pas été bonne alors? Qu'est-ce qu'il s'est passé? "

Et te voila déjà capturé...

Tu t'inquiètes, alors que tu le connais à peine. Mais ce n'est pas ta faute.
C'est un peu comme si un pokemon de niveau 100 t'avait jeter un Rugissment en pleine face à toi, petit Togepi de niveau 10...
Tu te mets à l'abri dans ta pokeball et te roule en boule, attentif.

C'est un peu ce que tu fais là non?

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas

Serpentard
vampire de ces dames



avatar
Emmet F. Weibb
Messages : 872
Age : 24
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Mer 7 Mai - 9:43
Sandy te fait rire, Emmet. Il te rend heureux, et tu sens ton corps entier qui se réchauffe, comme si le rouge était une vague d’été dans l’hiver de ta vie. Tu lui souris plus que tu n’as jamais souri à personne, et tes dents prennent l’air avec obstination. C’est agréable, de se sentir libéré de ce secret qui t’a isolé toute ta vie. C’est bête parce que, au final, sans ce clafoutis, tu n’aurais jamais vécu ça… Peut-être qu’au lieu de lui casser les rotules, tu devrais remercier le responsable. Mais cette idée ne t’effleure pas, tu lui en veux toujours, ne serait-ce que parce qu’à cause de ça, tu as failli mettre la vie de la source de ton bonheur en péril.

Il te pousse et, soumis, tu recules, en le regardant droit dans les yeux. Il a légèrement rougi, et ça te fait fermer les yeux, par pudeur. Qui aurait pensé que toi, Emmet, tu pouvais te montrer prude ? Ta hanche heurte la table, et Sandy te soulève comme si tu ne pesais rien. Il est si fort, en plus d’être séduisant. Tes fesses se posent dans la terre, sans délicatesse, et tu n’hésites pas à te salir. Tant pis, ça fera plus crédible…Il t’embrasse, et ton cœur, ton corps s’emballent, galvanisés par une attraction que tu n’as jamais connue, avant. Tu réponds avec ardeur, tendu, plein d’envies. Tu dois garder le contrôle pour ne pas le blesser de nouveau, mais c’est dur. Vos langues dansent ensemble, avec aisance. Tu soupires d’aise, mais ça ne se sent pas, au milieu de ta respiration qui s’accélère considérablement.

Tu n’as plus de souffle. C’est dur de respirer : tu es comme envahi. Il relève doucement ta tête, et tu rouvres les yeux, pour avoir le plaisir de le contempler pendant le baiser. Il est encore plus beau vu de près, plein de tendresse, comme ça, affairé à te satisfaire du mieux possible. Enfin, il coupe le baiser, il rouvre les yeux, son front contre le tien, et toi tu continues à le regarder, des étoiles dans ton regard de vampire. Tu es chamboulé, au point de ne pas être sûr de comprendre ce qu’il te dit. Pourtant, enfin, ton cerveau percute, et tu peux répondre :

« Bof. Je me suis un peu planté en botanique, mais Caesius est gentil. Et après, je me suis fait bousculer par un goujat dans le Coulnoir, qui m’a gardé contre lui pendant pas mal de temps, c’était difficile à gérer. »

Tu souris doucement. Tu ne pensais pas pouvoir être blagueur comme ça, mais tu tiens un peu à tester les limites de Sandy. Tu as compris qu’il n’aimait pas qu’on se moque de lui – il a un ego plus gros encore que le tien – mais tu veux voir si tu as le droit à l’humour, ou si tu dois te contenter des baisers… Vous me direz, la dernière solution n’est pas si dramatique. Tu frottes un peu le bout de ton nez contre le sien, pose tes mains sur ses pectoraux. Tu aimes bien cette position : on ne peut pas décemment se le permettre avec une femme, pourtant. Mais tu aimes sentir ses muscles frémissant sous tes doigts de glabre. Tu le regardes encore, non, tu le dévores du regard. Les nombreuses odeurs de fleurs dans la serre atténuent un peu la sienne, c’est plus facile de résister. Et puis, enfin, tu demandes :

« Et toi, ça va les cours, les amis, tout ça ? »


Tu réalises que tu ne sais pas grand chose de lui. À part les rumeurs, les « on dit »… Et son côté gay aussi, qui ne t’a pas échappé. Il te ressemble, quelque part : c’est l’idole d’un certain nombre de filles, il est très apprécié, traîne avec un type très populaire… Et il a ses secrets, ses petites hontes embarrassantes. Tu passes ta langue contre tes dents, qui meurent de désir de s’enfoncer quelque part dans sa peau. Il faudrait qu’Absynthe voie ce moment, histoire qu’il comprenne bien que tu es tout en contrôle. S’il savait les pulsions qui t’habitent, pourtant…




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Mer 7 Mai - 17:36


What a wonderful Day




Il a des yeux hypnotisant.
Tu plonges dans son regard en contrebas.

Tu supposes que c'est d'ordinaire ton type de regard, beau et conquérant. Mais lui. Lui, quelque chose est ajouté dans le sien.

Avec lui, tu n'est pas sur d'être le dominant.
Et pourtant, il se laisse faire avec une indolence exquise.

" Bof. Je me suis un peu planté en botanique, mais Caesius est gentil. Et après, je me suis fait bousculer par un goujat dans le Coulnoir, qui m’a gardé contre lui pendant pas mal de temps, c’était difficile à gérer. "

" Quel horrible gougeât. J'irais lui remettre les points sur les i après...  "

Ses mains se posent sur ton torse, et même au travers du tissu, la sensation te grise.
Tu pousses un petit soupir de contentement...

Et le bout de son nez qui glisse contre le tien.
Tout cela te paraît très intime, et secret.
Marrant comme il a la faculté de te faire sentir comme dans une bulle, à l'abri du monde...

"Et toi, ça va les cours, les amis, tout ça ?"

Tu lui fais ton célèbre sourcil arqué.

Wah. Déjà ce genre de question.
Tu ne t'y attends pas.

Qu'est ce que tu dois répondre...?

" Euh... "

Tu te voyais très bien lui poser la question, mais que lui prenne les devants...

C'est bien étrange.

Toi, tu voudrais déjà tout savoir de lui, et tu es sûr que sous peu, tu vas l'ensevelir sous les questions, mais tu ne sais pas quoi répondre aux siennes.

Tu ne veux pas te faire passer pour celui que tu n'es pas, mais tu n'as pas envie non plus de renvoyer l'image lisse du joueur débile de quidditch qui ne vit que pour ça.

Tu es bien évidemment plus profond que ça, mais tu n'as pas trop l'habitude de ce genre de question.

" Bah... Je n'ai pas été très attentif en cours aujourd'hui, comme tu peux t'en douter... Mon meilleur ami se prend pour un sauveur de damoiselle en détresse et en partant, j'ai été obligé de le ligoter à une chaise pour être sur qu'il ne fasse pas de bêtise -...Non, c'est pas vrai. Je plaisante - Mais ça reste une bonne idée...  "

Tu note ça dans un coin de ta petite tête, avant de venir lui voler un énième baiser et de partir filer sa métaphore.

" Mais aujourd'hui à été une terriblement bonne journée, parce que figure toi que j'ai réussis à de nouveaux parler au mec qui m'avait quasiment violer dans les toilettes! "

T'échappes un sourire niais, tandis que tu fais des jambes de ton index et ton majeur et t'amuses à les faire marcher le long de sa cuisse, suivant leur petit bonhomme de chemin des yeux.

" Il me plaisait pas mal tu vois. Et apparemment, il se trouve que je lui plais aussi un peu. Alors je me retrouve complètement dépassé et totalement dingue de lui. "

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas

Serpentard
vampire de ces dames



avatar
Emmet F. Weibb
Messages : 872
Age : 24
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Mer 7 Mai - 20:37
Tu ne sais pas trop pourquoi tu as posé cette question, Emmet. Peut-être parce que, pour une fois, tu t’intéresses vraiment à une personne, peut-être aussi pour ralentir un peu les choses, parce que ça te fait un peu peur tout ça, et sûrement pour éviter d’avoir des questions aussi. Tu n’as jamais été très bavard, et tu ne saurais pas trop quoi répondre à ce genre de choses. Le casual talk, c’est pas ton truc, tu préfères écouter ce que les autres ont à dire, et trier l’intéressant du pas intéressant. Pourtant, quand Sandy parle, tout t’intéresse, et tu bois ses paroles comme un chaton boit du petit lait. Il est beau, en plus, ça t’oblige à te concentrer encore plus intensément. Et finalement, juste après avoir difficilement avalé ta salive – qui se multiplie comme pour te convaincre de l’embrasser – tu réponds :

« J’ai un ami comme ça aussi, sauf que lui tombe amoureux de toutes les demoiselles qu’il croise… J’ai renoncé à l’attacher, il se libère de ses chaînes à chaque fois ! »

Evidemment, tu n’as jamais attaché Icarus – quand même ! – mais un sourire moqueur se dessine sur le coin de tes lèvres, preuve que tu blagues. Il ne faudrait pas faire croire à Sandy qu’il attachait d’autres personnes que lui, il risquait de faire une crise de jalousie… Et puis, si quelqu’un devait se retrouver attaché, vue la situation, ce serait sûrement toi, Emmet. Et penser à toutes ces choses fait rougir tes joues, mais tu es trop calé pour pouvoir le dissimuler… Et les doigts de Lindon qui remontent petit à petit de ton genou vers une zone plus sensible n’arrangent pas les choses. Par Merlin, voilà que les hormones reviennent faire la guerre à la raison dans ton esprit. Tant et si bien que tu n’as même plus la force de fermer les yeux. Tu déglutis et tu réponds, la gorge serrée par l’envie :

« C’est qui lui, je vais finir par être jaloux ! »

C’est incroyable comme il t’est difficile de jouer avec lui. Finalement, un dernier regard et tu craques : tu passes tes mains derrière sa nuque, te rapproche et tu l’embrasses avec une ardeur toute nouvelle. Ton cœur semble prêt à exploser tant il bat fort, et ta respiration s’accélère brutalement. Soudainement, tu as envie de beaucoup plus, ça t’inonde, et tu réalises juste à temps que tu es en train de perdre tes moyens – comme si, à travers les quantités massives d’endorphine, tes neurones avaient réussi à se remettre à penser. Alors, tu refermes tes mains sur ton cou et tu le repousses à moitié, mettant fin peut-être un peu trop brusquement à ce baiser plus que passionné. Wow. Tu inspires, expires, fuis un peu du regard et puis, finalement, tu parviens à dire, un peu plus calme :

« Figure-toi que ce mec du Coulnoir me plaît bien aussi, et j’ai visiblement du mal à lui résister. »


Et puis, tu viens déposer un bref baiser sur son front, un peu furtif. Il te faut le temps de ralentir ton corps, à moitié parti en vrille. Un peu comme ton cerveau.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Mer 7 Mai - 22:12


Mine




Oh mon Dieu!
Lui aussi un ami attardé...

" C’est qui lui, je vais finir par être jaloux ! "

Ca t'arraches un sourire chaud brûlant.
Wahou. Si ça c'est pas une super preuve d'attachement, tu veux bien mettre ton équipement au feu.

Et bon Dieu. Ce baiser.
Ses mains, possessives dans ta nuque te poussent dans tes retranchements, en moins de quelques secondes. Un gémissement t'échappe, sans le faire exprès.
Et le baiser s'achève aussi brutalement qu'il a commencé.

Tu ne peux pas t’empêcher de donner un petit coup de mâchoire dans le vide, pour manifester ton mécontentement, accompagné d'une petite plainte...
Et ce qui suit ne te plait pas et faire revenir le sourcil arqué.

"Figure-toi que ce mec du Coulnoir me plaît bien aussi, et j’ai visiblement du mal à lui résister."

Le petit baiser sur ton front adoucit la ride qui y est survenue, mais ta bouche se plisse vers le bas.

Allez. Jouons un peu.

" Hum..."

Tu t'éloignes doucement, le bout de tes doigts équilibre sur ses genoux. Ton regard se durcit et tu le toise des quelques centimètres qui vous sépare.
Tiens donc...

" Ah bon...? "

Tu te rapproches un peu, un air faussement boudeur et contrit sur ta frimousse de gamin...

" Déjà des infidélités...? "

Tu viens fourrer ton nez dans son cou, quémandeur d'attention et de tendresse.


" Et moi? Je ne te plais pas?  "

Togepi attaque Charme... 

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas

Serpentard
vampire de ces dames



avatar
Emmet F. Weibb
Messages : 872
Age : 24
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Mer 7 Mai - 22:52
Sandy fait peur, quand il veut. Il toise Emmet, il le prend de haut, et c’est peu dire que le demi-vampire n’aime pas ça. D’une part, parce que personne n’a le droit de profiter de sa grande taille pour le snobber, d’autre part, parce qu’il a peur d’avoir poussé le bouchon un peu trop loin et que ça lui ferait vraiment mal au cœur de le perdre alors qu’il commence tout juste à en profiter. En même temps, s’il est assez bête pour ne pas comprendre que le mec du Coulnoir, c’est lui, c’est peut-être mieux que ça se finisse immédiatement, aussi sexy puisse-t-il être. Et Merlin seul sait à quel point il peut l’être – au point qu’Emmet aimerait bien savoir ce qui se cache sous ces vêtements… Si seulement il avait été joueur de Quidditch à Gryffondor…

Il secoue la tête en pensant à ça, et note dans un coin de sa tête qu’il pourrait envoyer quelqu’un se renseigner. Jazzie doit bien être au courant de tout ça, il essaiera sûrement, un jour, de l’interroger sur ce qu’elle pense du physique de Sandy… Mais discrètement, histoire de ne pas finir sur une de ses feuilles de chou yaoi remplies, la majeure partie du temps, de rumeurs sans fondements seulement sur les histoires que la gamine fantasme. Alors qu’il était en train d’échafauder des plans machiavéliques – il en oublierait presque, PRESQUE l’être gracile qui se dandine face à lui – un souffle dans son cou le stoppa immédiatement pour le ramener au moment présent. Sandy était là.

Et Emmet n’a absolument aucune idée de la réaction à adopter. Finalement, il referme ses bras autour de lui, passe distraitement ses doigts dans la chevelure blonde qui le fait tant rêver et vient même poser un doux baiser sur le haut de son crâne. Il a envie de le faire se sentir bien, et il a enfin compris que tout ça n’est qu’une vaste blague… Avec, peut-être, un fond de vérité. Dans un coin de sa tête, il note qu’il doit se renseigner quant à la jalousie de son nouvel amant – histoire d’éviter des situations dramatiques – et l’oublie presque aussitôt, parce qu’il doit penser à ce qu’il va répondre. Quelque chose de futé, mais de rassurant.

« Si. »

Bon. Pas très futé, je vous l’accorde. Moment de panique durant lequel Emmet cherche quelque chose de plus intéressant à dire – parce que là, il se sent vraiment très très con – qui précède un très léger mordillage d’oreilles, et un murmure subtile :

« Encore plus que le mec du Coulnoir… Ça doit être le cocard, ça donne un côté sexy. »

On n’a jamais vu Emmet aussi bavard. Il se recule un peu, regarde les pots de fleurs et la terre en vrac sur la table et sourit. Franchement. La crédibilité de sa mise en scène est vraiment proche du nul. Et puis, son regard revient sur Sandy. Il a oublié de lui poser une question, et il sent que Lindon en fourmille, et que ça va être à son tour de répondre…





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Mer 7 Mai - 23:20


?




Tu Sexy...
Huhuuu...
Sexy Sandy...
Double Huhu pour le coup.

Et ça te vaut même des petits baisers en prime...
Que demande le peuple?

Ah oui. Ces doigts fins qui glissent dans tes cheveux.

Comment est-ce qu'il fait pour qu'à chaque fois qu'il te touche, tout ton être s’électrise.

Mais bon...

"... Oui... Bon... Je vais peut être évité de me faire tabasser pour ta gueule d'ange quand même... Parce que, c'est douloureux cette bêtise là."

Tu pointes ton oeil avec une petite grimace...

" Même si le prochain match en date risque de faire bien plus mal. "

Serpentard VS Gryffondor...
Ca promets...
D'ailleurs, en parlant de ça...

" Tu t’intéresses au Quidditch? Je veux dire... Le jour du match, tu vas aller encourager Serpy? "

Pas que ça te gênerait, mais bon, tu as prévu de leur mettre la misère, et ça te générait de le faire devant les jolis yeux d'Emmet.

Et en plus, si ça tourne mal, tu n'as pas non plus envie qu'il te voit te faire ridiculisé...

Hum. Ce dilemme.

Au final, tu espère qu'il déteste le quidditch.

Ça ce serait bien pour toi en fait...
Pas de risque.
Juste des retrouvailles avec ton corps couvert de bleus et de sang de héros et des bisous magiques!
Ça c'est un bon programme, non?

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas

Serpentard
vampire de ces dames



avatar
Emmet F. Weibb
Messages : 872
Age : 24
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Jeu 8 Mai - 0:04
Emmet sourit toujours. C’est incroyable, lui-même ne savait pas qu’il pouvait sourire autant. À ce rythme, il va finir avec des courbatures aux zygomatiques : le manque d’habitude, vous comprenez. Il couve Sandy d’un regard plein de sentiments. C’est dingue, quand même : il connaît ce mec depuis seulement un mois, il n’est en couple que depuis quelques heures, et il se sent déjà l’âme d’un jeune yearling amoureux. Au final, peut-être qu’Icarus a une mauvaise influence sur lui. Oui, ça doit sûrement être la faute de ce Don Juan de première : c’est toujours plus facile d’assumer quand on peut rejeter la responsabilité sur les autres.

« Rhoo, tu pourrais faire des efforts quand même. »

C’est vrai quoi. Ne pas accepter de se faire tabasser la gueule pour lui faire plaisir, c’est quand même dingue. Un drôle de son sort de la gorge d’Emmet : c’est un semblant de rire. Ça non plus, il n’en a pas vraiment l’habitude. Mais il se sent vraiment heureux, là, assis dans la serre à la tombée de la nuit. Le couvre-feu ne tardera pas à tomber, et il se sentirait presque prêt à le briser pour passer un peu plus de temps avec Sandy. Mais il sait que les points de sa maison ne sont pas au plus haut, et il préfère éviter ce genre d’ennuis. Pour le moment. Peut-être qu’un jour, il osera le faire quand même… De toutes façons, le directeur Bumblebee lui doit un service, il pourra peut-être négocier ça ? Probablement pas, mais on peut toujours espérer.

« Oui, je supporterai Serpentard. »


Serpy. Il n’aimait pas trop ce surnom : au final, ça lui faisait penser à serpillère, ce n’était pas bien glorieux. Il posa ses yeux bruns-rouges sur le visage de Sandy. Il supporterait Serpentard en apparence, mais au final, ce sera sûrement Lindon qui accaparera son attention. L’idéal serait que sa maison gagne, mais que son homme ne soit pas trop esquinté. Parce que bon, un cocard peut être sexy, mais si après il est incapable de marcher et plein de courbatures, le Gryffondor ne sera plus bon à rien ! Il a peur de paraître trop attaché trop tôt, alors il ne lui dit pas tout ça, et opte plutôt pour un :

« J’aime bien le Quidditch, j’ai même participé au match amical organisé par Alix d’il y a pas longtemps. Je m’en suis bien sorti, d’ailleurs. Mais je veux pas jouer dans les équipes de Poudlard, parce que je suis pas sûr d’avoir le niveau et, surtout, je ne voudrais pas abîmer mon corps d’éphèbe. »

Il tire à moitié la langue à ce moment-là, un peu moqueur. Il est conscient qu’il n’a pas un corps si parfait que ça : il est un peu trop maigre, un peu trop pâle, un peu trop droit, il n’a pas ce côté « cool » qu’ont certains élèves. Et pourtant, il est aussi conscient que son physique a un côté sympa, et que toutes ces étrangetés attirent les gens plus qu’autre chose, au final. Il a son petit succès, le Emmet, mine de rien. Plutôt auprès de la gente féminine mais, jusqu’ici, il n’avait jamais vraiment trop eu l’occasion de penser aux hommes. C’est une nouveauté – merci épisode Fluffy, merci Sandy. Il pourrait garder ça dans un coin de sa tête, mais elle est envahie de petits Lindon sexys, pour le moment. Il pensera quand il aura retrouvé ses esprits.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Jeu 8 Mai - 21:59


Plus jamais, jamais plus




Il allait supporter serpentard.

Il sera dans les tribunes.

Rien que ça, ça te tord le ventre.
Et dire que toi, petit gryffondor, tu vas passer ton temps à faire le beau pour un serpentard.

Non.
Tu te gifle mentalement.

Le quidditch est une chose.
Emmet en est une autre.

"J’aime bien le Quidditch, j’ai même participé au match amical organisé par Alix d’il y a pas longtemps. Je m’en suis bien sorti, d’ailleurs. Mais je veux pas jouer dans les équipes de Poudlard, parce que je suis pas sûr d’avoir le niveau et, surtout, je ne voudrais pas abîmer mon corps d’éphèbe."

Un petit bout de langue rose sort et capte ton attention, avant que tu ne bugues phénoménalement.

Tu te détaches vites de son emprise et fait un pas en arrière, en le tenant par les épaules, avec un air de zombie effaré.

Alix. Match Amical. Emmet.

Oh MON DIEU!

Paniqué tu te rapproches et examine sa bouille de près, rien.
Tu lèves ses bras et sans délicatesse aucune, déloge sa chemise, enfoncé dans son pantalon et observe son torse.
Blanc et impec'.
Soupire de soulagement, avant que tu ne reprenne ton exploration frénétique. Tu t'attaque déjà au bouton de son pantalon avant de stopper tout net.

"Ah... Mais ce match à eu lieu il y a longtemps, n'est ce pas? "

Tes yeux se perdent au loin, pensifs.

" Aaaaaaah... Mais oui... Mais... Mais... "

Tu attrapes sa frimousse dans tes grosses paluches et la presse vers toi.

" Seigneur, Emmet... Dis moi que tu ne t'ai pas pris de cognard d'Alix... "

Tu le regardes implorant, avant de tourner ta tête vers le château, et dans le mouvement, la sienne aussi, inconsciemment.

Barthélemy, si elle te l'a égratigné, tu le jures...
Tu lui retournes la tête et vous vous retrouvez de nouveau face à face...

" Cette fille est une folle de la batte! Tu ne dois PAS jouer avec elle, Emmet! "

Tu secoues la tête.

" D'ailleurs, tu ne dois pas jouer du tout... "

Tu as réussi à prendre l’intonation de papa, quand il te gronde et tu es fier...
"NON Sandy, tu ne peux pas mettre le feu au pelage de Monsieur le Chat... Et non, ça ne fera pas de lui un lion."

Aha... Les idées idiotes des gosses...

En attendant, tu continues bravement ton monologue.

" Je t'interdis formellement de remettre un peton sur le terrain de quidditch, en tant que joueur, tu m'entends? Ce sport est un sport de malade et de masochistes... Et il est hors de question que tu y rejoue et touche d'un orteil la pelouse... Sauf si c'est pour faire des choses cochonnes dans les gradins, les douches ou sous ces enflures de cerceaux... "

Ah... Là, tu t'es peut être laisser un peu aller...

Vite, un bisou pour le distraire.
Oh. Et puis un deuxième pour la forme...
Et un troisième, parce que jamais deux sans trois.
Et puis, un quatrième, pour être sur qu'il est trop occupé à savourer tes lèvres.

Et puis, finalement, tu te prends à ton propre jeu et tes mains filent sous sa nuque, écartant les pans de son col, ébouriffant ses fins cheveux noirs te versant entièrement dans ce baiser que tu voudrais sans fin...

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas

Serpentard
vampire de ces dames



avatar
Emmet F. Weibb
Messages : 872
Age : 24
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Dim 11 Mai - 21:50
Emmet pensait que Sandy serait heureux de voir qu’il s’intéressait au Quidditch – il avait appris par le bouche à oreille que c’était un immense fan, qu’il voulait devenir professionnel, tout ça. Mais les expectatives du Serpentard et la réalité étaient très éloignées. Les yeux écarquillées, il observa le blond se reculer, et commencer à le déshabiller précipitamment. C’était un peu pressé, un peu maniaque, mais ça n’aurait pas été si désagréable, si seulement Lindon était à la recherche d’autre chose que de traces de bleus. Les joues d’Emmet se colorèrent d’un rouge soutenu tandis qu’il pensait à ça. Il en oubliait presque de respirer. Heureusement, l’autre s’arrêta au bouton de son pantalon. Et il commença à l’engueuler.

Le Serpentard ne savait pas si c’était parce qu’il était à moitié dénudé devant la personne qu’il trouvait, à ce jour, la plus sexy de la planète, si c’était parce qu’il ressentait des choses pour la dite personne ou si son caractère avait changé plus qu’il ne le pensait, mais quelque part, il trouvait Sandy absolument irrésistible comme ça. Il avait encore plus envie de lui sauter dessus, mais, pire encore, il voulait jouer un peu avec lui. Emmet ressentait le besoin de l’énerver, pour mieux réussir à se faire pardonner après. Il était décidément profondément soumis en couple. Alors qu’en tant normal, il se serait contenté d’une remarque bien vexante avant de partir, et de laisser l’autre continuer à s’exciter tout seul. D’habitude, il n’aimait pas les gens qui ne pouvaient contrôler leurs émotions, mais il pouvait pardonner ce défaut à Lindon. Parce que lui non plus, n’arrivait plus trop à se maîtriser, quand ils étaient ensemble.

Apparemment, il n’aimait pas trop Alix. Emmet songea à lui dire qu’il était dans l’équipe de la Poufsouffle, mais Sandy était bien trop excité pour le laisser en placer une, aussi se contenta-t-il d’un mouvement de tête qui voulait dire « non ». Il ne s’était pas pris tant de cognards que ça : la chance du débutant, sûrement. La bouche close, il écouta sagement les remontrances, qui allaient jusqu’à parler de choses cochonnes dans les zones de Quidditch – l’idée n’avait jamais traversée la tête du Serpentard mais, apparemment, c’était un fantasme pour son compagnon et, franchement, ce n’était pas si désagréable à imaginer… Pas encore : il ne se sentait pas prêt à risquer de se faire surprendre, et même à passer le cap. Mais. Pourquoi pas… Il garderait ça en tête.

Là, il avait des choses plus importantes auxquelles penser. Genre la langue de Sandy qui vient effleurer ses lèvres, dans un premier baiser timide. Puis un second baiser. Puis un troisième, plus long, beaucoup moins timide. Et un cinquième, qui se rapproche probablement beaucoup de « cochonneries dans les douches du terrain de Quidditch », à ceci près qu’ils sont dans les serres. À ce moment, Emmet oublie complètement que n’importe qui pourrait arriver : il se laisse juste aller à cette longue étreinte, se prête au jeu, répond avec ardeur. Un léger gémissement sort de ses lèvres, offertes. Il n’est même plus capable de le retenir : quelle faiblesse. Finalement, les deux se séparent. Il reprend son souffle, et murmure :

« Tu sais, tu n’as pas besoin d’excuses bidons pour me déshabiller et m’embrasser comme ça. »

Il sourit doucement, dévoilant ses deux canines un peu trop pointues. Et puis, il inspire, pousse légèrement Sandy, plonge ses yeux brun-rouge dans ceux, plus normaux, de son mâle et tente de dissimuler toute trace de plaisir de son visage. Il veut le challenger, il veut le pousser dans ses ultimes retranchements, il aimerait bien qu’il s’énerve encore un peu. Juste un peu, pour faire monter un peu plus la température de l’endroit – à ce rythme, les plantes ne survivront probablement pas.

« Apparemment, le masochiste de la pièce, c’est moi. Je fais ce que je veux, et tu ne m’empêcheras sûrement pas de rejouer si l’envie m’en prend. »


Il sent que ça ne plaît pas vraiment au blond. Et au final, il n’est pas trop capable de supporter ça, il a trop peur de le voir partir. Alors, il rajoute – et ça sonne un peu plus vrai que ce qu’il a dit avant :

« En plus, c’est moi qui vais te regarder te faire éclater par ma propre équipe de Quidditch, et c’est moi qui vais m’inquiéter et pas profiter du spectacle, alors les rôles peuvent bien s’inverser de temps en temps. »


Son regard fuit à moitié. C’est drôle, Emmet n’est tellement pas habitué à dire la vérité qu’il fait l’inverse des autres gens… Une façon de se préserver, sans doute.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Dim 11 Mai - 23:39


Tu veux jouer?




"Tu sais, tu n’as pas besoin d’excuses bidons pour me déshabiller et m’embrasser comme ça."

Il lui sourit, avec cet air mutin et coquin, tandis que l'ourlet de ses lèvres dévoile ses deux canines.
Leur vu te fouette les sangs, tu ne sais pas pourquoi et ça t'allume.

Ça ne devraient pas pourtant. C'est à causes de ces deux chipies que tu as faillit finir exsangue...
Mais c'est aussi sa part animale et dangereuse... Celle qui te séduit beaucoup.
Qui fait une grande partie du challenge de la relation.

Est-ce que tu vas réussir à dompter cet animal Sandy?

Tu ne sais pas, car soudain, son visage s'est fermé et durcit.
Tu hausses ton sourcil...
Qu'est ce qu'il se passe là.

" Apparemment, le masochiste de la pièce, c’est moi. Je fais ce que je veux, et tu ne m’empêcheras sûrement pas de rejouer si l’envie m’en prend. "

Tu reste sans voix...
Tu le regardes incrédule...

" En plus, c’est moi qui vais te regarder te faire éclater par ma propre équipe de Quidditch, et c’est moi qui vais m’inquiéter et pas profiter du spectacle, alors les rôles peuvent bien s’inverser de temps en temps. "

Tu n'es pas sur, mais tu envisages sérieusement le fait qu'Emmet vive dans une grotte, perdu quelque part dans la Forêt interdite.

Parce que pour oser te parler de la sorte et sur ce ton à toi, Sandy Lindon, Capitaine de l'Equipe de Quidditch et digne représentant des gryffondor, il ne doit pas beaucoup de connaître.

Peu t'ont tenue tête. Encore mons sont ressortis idem de l'échange.

Tu n'es pas vraiment indulgent.
Le sport t'a apprit à ne pas faire de cadeaux et à te montrer le plus fort.

Mais bon. Ça t'as aussi appris à jouer, n'est ce pas.
Tu peux te montrer fourbe aussi.

Tu es sur de ne pas avoir la technique, ni la dextérité d'Emmet à ce jeu là, mais ça vaut le coup de jouer carte sur table...

Et puis, vous ne jouez pas du tout de la même façon.

Cela se voit sans peine.
Emmet est un homme d'esprit.
Toi...
Et bien toi, tu es un homme trop chaud pour te torturer le cerveau, n'est ce pas...
Tu préfères le choc des corps à celui des savantes idées.

" Voyez-vous cela? "

Tu lui offre ton sourire de vainqueur.
Celui qui fais éclater les filles et mouiller le fond des petites culottes...

Tu es gentil Sandy. Tu es bon et courageux, doux et généreux, sans peur.
Mais tu es un lion. Un Roi, un conquérant.
Tu es un empereur.
Tu règnes sans partage sur ton du et tu fais de ta parole une Loi.

Tu glisses ta main sous sa nuque et tire légèrement sur ses cheveux pour relever son visage.

"Je ne crois pas que tes plans soient mis à exécution..."

Tu rapproches sa bouche de la tienne, d'une torsion douce du poignet, avant de bifurquer vers son cou, que tu mordille, plus joueur que jamais.

" Je vais battre ta petite équipe de bras cassés à plate couture... "

Une morsure plus dure que les autres imprime la marque des tes dents sur sa peau blanche.

" ... Et après le match... "

Tu remontes doucement le long de sa chair fine, qui se tend et se pâme sous la caresse de tes lèvres et de tes dents.

On peut jouer avec toi Sandy, mais tu es un gagnant...

" ... Et bien... On verra en temps voulu, qu'en dis tu, Emmet. "

Tu reprends sa bouche, durement et écorches ta langue contre ses canines, après avoir ronronner son prénom d'une voix suave.

Il a voulu voir jusqu’où vont tes limites...?
Voyons jusqu’où vont les siennes...

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas

Midnight Sun - Emmet <3

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: Extérieur :: Jardin botanique & serres
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥