Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Nothing but pumpin blood — Lazare

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Serdaigle



avatar
Lazare E. Varrene
Messages : 79
Age : 19
Date d'inscription : 19/05/2014




Message
Mar 20 Mai - 21:21

LAZARE  VARRENE

It's where my demons hide.

Prénoms ϟ Lazare Emile
Âge ϟ 17 ans
Nationalité ϟ Anglais & français
Origine ϟ Né-moldu
Année d’étude ϟ 7ème
Options ϟ Etude des moldus, des runes & alchimie
Maison ϟ

Welcome to your life.


Baguette Magique ϟ Bois de vigne et cheveu de Vélane.
Patronus ϟ Un albatros.
Odeur de l'Amortentia ϟ Une odeur de renfermé, qui confine à la moisissure. Une odeur de passé.
Forme de l'épouvantard ϟ Un cœur humain qui pulse et pulse encore.
Reflet du miroir du Riséd ϟ L'immensité d'un océan, avec la dorure du soleil s'y reflétant. Lui ne s'y trouve pas.
Peut voir les Sombrals ϟ Non
Matière préférée ϟ Sortilèges
Friandise favorite ϟ Les aime toutes
Sortilège favori ϟ Aguamenti - sa fascination pour l'eau est en cause ici.
Potion favorite ϟ Ne s'y intéresse pas spécialement.
Créature favorite ϟ Envie l'immortalité des Phénix.
Plante favorite ϟ Ne s'y connait pas plus que les potions.
Sorcier célèbre en modèle ϟ Ne connaît pas - plus - l'admiration.

Let them burn without me.

Question littéraire.
Avez-vous lu L'Etranger de Camus ?
Eh bien, Lazare est une sorte de Meursault.
Lazare ne connait plus rien aux sentiments, n'a plus le cœur qui danse pour quoi que ce soit, excepté les sensations physiques. Il y est d'ailleurs ardemment sensible, et c'est une grande faiblesse ; s'il est risible d'espérer l'affaiblir par une quelconque forme d'émotion, il est intelligent de se servir de sa sensibilité exacerbée à la douleur. Toutes les conventions sociales lui sont inconnues, quand sourire, quand larmoyer ? Son cœur est fumée, il ne peut pas s'y fier. Ce n'est pas qu'il n'a jamais ressenti, c'est qu'il ne ressent plus, pour une raison obscure. Traumatisme très certainement. Il a suicidé ses sentiments étant plus jeune et s'est fait étranger.
Mais Lazare est intelligent, Lazare est froid stratège. Lazare a compris que son être figé avait quelque chose d'anormal et qu'il lui fallait se couvrir ; sa propre chair lui a paru la couverture idéale. Quoi de plus intime que ce masque charnel ? Depuis Lazare se joue de tous, Lazare a construit des sourires et a fait germer des larmes dans son cœur déshydraté. Tout est horriblement faux mais il en fait la cuisine pour paraître. Chacune de ses réactions impliquant des sentiments ou des conventions est millimétrée dans son cerveau, qui a l'avantage de n'être point - jamais - perturbé par les turpitudes du cœur.
Lazare n'a pas d'ambition, pas de désirs démesurés de conquête, qui sont monnaie courante. On ne peut dire qu'il reste humble ; lui se contente de rester. Un pilier creux, avec le néant comme appui. Le masque est la seule constitution, il n'y a pas d'âme somptueuse sous ce qu'il laisse filtrer. C'est un ouragan intersidéral, un trou noir qui un jour fut flamme, comme toutes les autres âmes.
Qui peut-être le sera de nouveau un jour ? Toute l'évolution du personnage y tend.
Est-ce sa force, ce détachement ésotérique ? Certainement pas. Sa comédie a une efficacité relative ; parfois elle fait illusion, parfois elle est ridicule d'inexactitude. Lazare a des failles au cerveau comme les autres en ont au cœur, comme il en avait au cœur. Et cela se perçoit, celui qui l'observe assidûment remarquera une fausse note dans sa partition à la minutie scientifique, car au fond il est grotesque, Lazare ! il est cocasse, avec ses sourires dentelés et ses œillades de papier. C'est le ridicule inquiétant d'un comédien qui ne sait rien que les tirades approximatives de son personnage.
D'aucuns diront certainement qu'il est fondamentalement impossible de ne rien ressentir. Eh bien ! Lazare ressent, comme dit précédemment, les impressions purement physiques, avec une puissance exacerbée. Si la douleur physique est son ultime et évidente faiblesse, les plaisirs de la chair sont l'idéal vers lequel il tend complaisamment, duquel il peut profiter pleinement, d'éventuels sentiments ne venant pas interrompre le plaisant ballet.
Mais après tout, peut-être ses sentiments sont-ils enfouis en son âme, en ses tréfonds, inaccessibles même à lui ? Nul ne sait. Mais il est évident qu'il évoluera.

Written in the stars.

Parlez nous des relations :
Avec les membres du personnel ϟ Il simule, avec cependant plus de prudence et de minutie qu'avec les élèves ; il reconnaît leur savoir.
Avec les créatures du château ϟ Apprécie la beauté de celles qui la possèdent, simule par ailleurs.
Avec les Serdaigles ϟ Simule avec précautions là aussi, apparemment leur sens de l'observation frôle l'indécence.
Avec les Poufsouffles ϟ Simule avec de moindres efforts, se fie aux préjugés les concernant, les disant stupides et flagorneurs.
Avec les Gryffondors ϟ Simule encore, se laissant aller à la hardiesse parfois, conformément à ce qu'il a entendu sur eux.
Avec les Serpentards ϟ Opte pour la perfidie de temps à autre, dans les réactions qu'il bâtit, mais ne cesse de simuler pour autant.

The hounds will stay in chains.

Le plus comique dans tout ça c'est que Lazare a la mémoire qui se plie à ses désirs et ses lâchetés. Toujours si ridicule, notre Lazare.
Son enfance trop douce lui a déplu, sans doute, alors il l'a oubliée ou presque, des volutes entêtants subsistant toujours, agaçants, tapotant son crâne avec cet entêtement exécré. Des parents aimants, la traditionnelle figure tutélaire, aux ailes étendues et rassurantes ; Lazare alors aime et est aimé. Précisons tout de même qu'il s'agit de la basse enfance, celle du nœud des pulsions sentimentales, là où tout se fait amas ou éparpillement irréparable. Il est ce charmant enfant aux joues poupines, au teint blanc, aux yeux changeants.
Changeants ?
Ce détail, il est vrai, n'a pas échappé à l’œil protecteur des mêmes parents, qui collent un peu trop à l'épiderme agacé de Lazare en croissance. C'est désormais l'enfance médiane, et la première révolte juvénile commence à poindre sous les traits féerique du visage trop fin ; nettement quand Lazare s'irrite des allées et venues maternelles de ces despotes affectueux, ses yeux trempent leur plume bleuâtre dans l'encre la plus ténébreuse. Si un épi capillaire fait naître une tape, cette énigme provoque fureur et inquiétude gargantuesque, Lazare découvre que son sang peut brûler veines et peau, Lazare découvre la violence qui paraît aux yeux et aux gestes. Ses parents ont la tape facile ces derniers temps, tandis que ses yeux aussi ont le changement aisé, et cela semble trop parfait pour qu'il s'agisse d'une de ces miraculeuses coïncidences, n'est-ce pas.
Déjà il se sent anormal, sous l’œil rigide de ses tyrans.
Déjà il sent qu'il lui faut porter masque.
Déjà il est médiocre dans l'édification de celui-ci, et ses frustes dissimulations ont l'effet inverse de celui qu'il escomptait ; ils exaltent encore l'aura ténébreuse qui traîne indolemment à son entour, font s'élever le mystère autour de cet insolent Lazare. Car il est insolent, maintenant ! de plus en plus on le pare de défauts, de détestables recoins d'ombre moirée ; il ne comprend pas. Ses yeux se parent de grisâtre tristesse ; que ne suis-je pas aimé, que n'ai-je pas fait pour l'être. Lazare connaît les pleurs, Lazare connaît les peurs. La tension résonne sur chaque paroi  austère que son anomalie manifeste dresse entre ses parents et lui.
Ce sont les yeux qui virent au noir, les objets qui prennent de la hauteur... trop de hauteur.
La rupture est une parfaite idiotie ; un vase insignifiant que Lazare inconsciemment fait s'abattre contre le plafond rongé, les deux paires d'yeux scrutateurs pouvant le voir sans être vus des siens. Toujours plus accablé, Lazare s'empresse de nettoyer l'apocalypse magique et humide qu'il a initiée, les mains incertaines et frêles comme celles d'une femme. Il a toujours eu la constitution artistique, Lazare, les muscles esquissés joliment et les traits aériens. La culpabilité le prend, le couvre de son ombre visqueuse, tandis qu'il tente de l'évacuer par le sang ; c'est que les débris sont affûtés, ainsi que la voix de roc qui vient abattre son couperet terrifiant à l'oreille du jeune garçon.
- Mais tu es un fou. Lazare, tu es un fou.
L'autre voix, fluette, profère de semblables allégations avec la même acrimonie. Les mains sur les oreilles dans un geste incroyablement puéril, Lazare le fou se terre au sol, la peau dans les éclats de verre et l'eau terreuse. Parmi les haillons de sa folie. Là encore il côtoie intimement l'épouvante ; son père l'a acculé aux tessons létaux toute la nuit, inflexible et métallique dans l'expression. La mère prenant racine dans le sol, envahissante autant qu'inexistante, et c'est dire.
La peau du fou est creusée de sillons luisants, il a vomi toutes les larmes de son futur...
Le fou n'a que dix ans.
Le fou s'est institué son propre juge, s'est constitué coupable. Alors il lutte contre ce qu'il pense être une sournoise infection infiltrée sauvagement dans ses veines. Et ses parents luttent aussi, avec comme arme des coups contre son sang infecté.
Et peu à peu ce sont des coups de fouet plus stimulants sur Lazare qui, contrairement à ce que la pensée commune aurait pu se figurer, loin de lui rendre la douleur plus supportable, la font plus cuisante chaque heure - car chaque heure a sa violence et sa sanglante singularité.
Cependant, mêlés à la farouche volonté de Lazare de refréner ce qui se fige en lui, ils ont une conséquence proprement inattendue. Un jour que son père l'invective voracement, excitant sa rage avec l'éternel fou, détraqué, déréglé, ses yeux restent sages et droits. Son cœur fait de même, il tient debout, fier et imperturbable. Sourire déjà très faux collé à la bouche.
La figure tyrannique qui l'injuriait stoppe son torrent inutile de paroles. Regard chargé d'inimitié ; puissante électricité des yeux qui se jaugent et se tournent autour.
Lazare est détaché ; son père enragé.
Et puis la lettre se fait voir, interrompant ce qui promettait un épique affrontement. Là encore, rebondissement presque romanesque ! les parents despotiques ne sont que trop heureux de congédier leur fou à temps plein, ou presque. En particulier depuis que le fou ne l'est pas moins ; le fou maintenant semble insensible...
A Poudlard, on le destine à ce que l'on appelle la maison de la stratégie et de l'intelligence.
Indifférence.
Le masque se crée, sablonneux d'abord puis se solidifiant à mesure que les mois s'égrènent, avec cependant toujours cette étrangeté peu crédible. Les vrais regards, les vrais sourires, les vrais cris se succèdent. sous ses faux airs.
Indifférence encore.
Et les années se coursent, vivaces et insipides...
Indifférence toujours ?

Lorelei, Loreleeeeeeei.

Pseudo ϟ Benedict, if u see what i mean.
Et l'âge ϟ Toujours le même huhu.
Male, Femelle, où Dumbledore ϟ JE DIRAIS... GUSTAVE FLAUBERT
Comment tu as connu WW ϟ I am only a dc guys.
Est-ce que tu aimes WW ϟ VOUIIIIII
Est-ce que tu aimes beaucoup WW ϟ ...... tout compte fait.... VOUIIIIII
Des réclamations ? ϟ PLUS DE... oui en fait non. 8D
Personnage sur l'avatar ϟ Yogi - Karneval.



Je suis désolée si le personnage ne paraît pas crédible, je le visualise très bien dans ma tête mais à coucher si vite sur papier voilà voilà. ;o;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

PNJ



avatar
Le Choixpeau Magique
Messages : 1367
Date d'inscription : 05/05/2013




Message
Mer 21 Mai - 21:04


Tu n'en as peut-être pas conscience, mon garçon, mais je crois que tu cherches quelque chose. SERDAIGLE !





Rebienvenue Lazare ♥
Un personnage intéressant que voilà, j'ai hâte de découvrir son histoire :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Serdaigle



avatar
Lazare E. Varrene
Messages : 79
Age : 19
Date d'inscription : 19/05/2014




Message
Jeu 22 Mai - 22:10
Voilà qui est fait :3.
(un peu vite je l'admets :c)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

PNJ



avatar
Le Choixpeau Magique
Messages : 1367
Date d'inscription : 05/05/2013




Message
Ven 23 Mai - 23:44


Cher Lazare, tu es désormais validé ! Tu peux aller gambader tout nu (ou non) dans les couloirs de Poudlard. Pense à passer dans la Gestion du Sorcier et d'ouvrir ton Passeport Wiggenweld. Tu peux également rejoindre un Club de ton choix ou en créer un. Au moindre besoin, le staff est à ton service - n'hésite pas à faire appel à nous ♥.

BIENVENUE A POUDLARD !



C'est nickel ♥
Rebienvenue encore ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas

Nothing but pumpin blood — Lazare

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: La Cérémonie de Répartition :: Bienvenue à Poudlard !
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥