Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

underwater Δ pan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2

Invité



avatar
Invité



Message
Jeu 18 Juil - 16:01



underwater


Décidément, ce mec est un vrai numéro. Il balance de ces phrases à tout va, j'y comprends rien mais comme un abruti ça me fait rire. Je ne pensais pas que Zelda se lierait avec ce genre de garçon mais bon, je ne connais pas leur histoire alors je ne me permettrai pas de juger ainsi leur relation. Les yeux fermés, je profite du son des oiseaux autour, de l'herbe qui me caresse le dos et de l'eau du lac frottant doucement les petits roches à nos pieds. Puis petit à petit, sa voix me semblait si lointaine. J'avoue commencer à m'endormir, les mains logées derrière mon crâne me servant d'oreiller. Je me laisser attirer par les bras Morphée jusqu'à ce qu'on vienne m'y arriver. Un poids au niveau de mes hanches se fait sentir, je crois d'abord rêvasser alors n'ouvre par les yeux jusqu'à ce que la voix de Pan résonne à l'intérieur de mon crâne. Je fronce les sourcils, grommelant, pas bien content d'être coupé dans mon début de sieste jusqu'à ce qu'une phrase me fit louper un battement de cœur. Attendre un baiser ? Non mais il est dingue ? Mon visage se met à rougir terriblement tandis que j'ouvre grand les yeux, découvrant le gamin aux cheveux blancs penché sur mon torse nu. Non mais est-ce qu'il se rend compte au moins que ce qu'il fait est hyper équivoque ou alors il est vraiment innocent et niais à ce point ? Mon sang afflue dans mes veines et j'avoue ne pas savoir comment réagir. J'ai les pommettes en feu et les sens à l'affût du moindre geste de la part de mon... mon.. ami ? Ouais on va dire ça comme ça, on peut pas dire que ce cachet d'aspirine doit apporter méfiance.
Je me fais vraiment des films mais putain pourquoi il se colle à moi comme ça. J'ai même pas le temps de répondre à ce qu'il me dit qu'il enchaîne déjà sur un autre sujet. Pan passe du coq à l'âne, c'est peu dire. Je le fixe prendre mes feuilles trempées et molles désormais, faisant une petite moue en voyant le tout raplapla.

« Euh j'essaye, enfin là c'est fichu mais c'est pas grave, ça me plaisait pas tant que ça. »

Je soupire. Je suis un éternel insatisfait... Ou alors un perfectionniste. A voir.
Je me redresse un peu, obligeant le Serdaigle à en faire autant même si je ne le dégage pas de moi – à quoi bon, je ne dis jamais non quand on me tend une perche. Je le fixe dans les yeux, avec cet air malicieux ainsi que ce sourire presque malsain et joueur sur le coin des lèvres.

« J'espère que tu parlais pas de toi en parlant de prince. Parce que si je dois sortir du château avec toi on est pas dans la merde, t'as vu comment t'es fatigué au bout de deux brasses ? Tu m'as juste tout l'air d'être le nain grincheux au côté du prince plutôt. »

Je rigole un peu, faisant surtout référence à sa taille. Je lui donne une petite pichenette sur le bout du nez, lançant pour le taquiner une dernière fois.

« Enfin ceci dit, si tu veux me réveiller comme ça, j'suis pas contre. »

© charney

Revenir en haut Aller en bas

Serdaigle
j'explose et je flingue



avatar
Pan E. Seweryn
Messages : 576
Age : 21
Localisation : quelque part près du lac
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Jeu 18 Juil - 17:37


underwater



∞ On fornique sur du rock, on baise sur de la techno, on fait l'amour sur du classique.

Pan offrit un grand sourire à Nausicaa en entendant son rire raisonner à ses oreilles. Ce mec. Son rire était la plus belle chose qu'il avait jamais entendu. Ça faisait putain de midinette en chaleur, mais il ne pouvait pas s'empêcher de vouloir l'entendre encore et encore. Bientôt il pourrait être recruté dans Amour, Gloire et Beauté, il jouerait le petit frère mystérieux de Jessica qui a des vues sur son petit ami ; Brandon. Enfin pour le moment, il n'était pas dans cette série que sa grand-mère maternelle regardait avec attention chaque vendredi soir, les yeux scotché au poste de télévision. Il fit une petite moue, pour montrer tout de même qu'il boudait suite aux insinuations de l'autre jeune homme. Il. N'était. Pas. Petit. Il était juste en dessous de la moyenne, c'est tout. Rien de bien alarmant. Et puis Zelda était plus petite que lui. Oui mais zelda est une fille lui souffla son inconscient. Saleté de cerveau. Zelda c'était un peu la Johanna des serpentards -oui il avait entendu les rumeurs-. En plus gentille. Quoique. Cette fille était une véritable démonne. Enfin, la question ne se posait pas. Son amie d'enfance était belle et bien une représentante du sexe faible -qui avait eu l'idée de nommer ce sexe faible ? c'était presque le contraire-, il avait pu observer son corps de jouvencelle alors qu'ils prenaient encore leurs bains ensembles -cela avait duré jusqu'à la rentrée de la jeune fille à Poudlard-. Toujours est-il qu'il n'était pas un nain. Pas question. Il était beau et fort. Et il était blond ! Les princes étaient toujours blonds, avec un sourire en mode Colgate et des collants. Les super-héros portaient également des collants. Ce vêtement était-il une preuve de virilité ultime ? Peut-être qu'il grandirait et prendre des muscles s'il en portait plus souvent.

Je suis pas le nain ! Au pire, je veux bien postuler pour être l'elfe qui ne sait pas viser et qui tire sur ses alliés. Et toi, tu seras le chevalier courageux qui est parti au secours de la princesse ? Ou alors le méchant qui ricane sombrement tout en haut de sa tour pendant qu'il prend le thé avec la princesse ?

Oui bon, il partait un peu loin, mais qui lui en voudrait. Il sourit une nouvelle fois -il allait avoir mal aux zygomatiques à force de sourire comme un idiot sous LSD-. Il se rapprocha de Nausicaa, enlaçant rapidement sa nuque, ses doigts allant de nouveau jouer avec les cheveux humides de son nouvel ami -cela allait devenir une obsession-. Il fixa les lagons qui servaient de prunelles à l'autre, il était certain d'avoir pu apercevoir une méduse qui nageait tranquillement près de la pupille. Ses iris étaient fascinante. Comme bien trop de choses chez lui à son goût. Son rire. Ses cheveux. Et maintenant ses yeux. Bientôt il put sentir son souffle contre son visage et son sourire s'agrandit tandis qu'il continuait sa course, sans même marqué un temps d'arrêt.

Ainsi soit-il dit-il tout en approchant encore sa tête, son nez caressa doucement celui de Nausicaa. Et voilà, un bisou esquimau !

Pan rigola doucement tout en se reculant lentement. Maintenant qu'ils étaient sortis du lac et que l'odeur de l'algue n'étais plus omniprésente autour d'eux, il pouvait sentir la fragrance musquée et masculine de Nausicaa et il n'avait qu'une seule envie : plonger son nez dans le cou de l'autre jeune homme pour se repaître de cette odeur enivrante.







ON FORNIQUE SUR DU ROCK, ON BAISE SUR DE LA TECHNO
ON FAIT L'AMOUR SUR DU CLASSIQUE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Jeu 18 Juil - 19:41



underwater


Et il continuait de débiter des conneries, à croire qu'il est inépuisable, une vraie machine. Pourtant, je ne l'écoute que d'une oreille pour deux raisons. La première parce que je ne comprends rien et la seconde parce que je suis hypnotisé par ses yeux. Ca doit lui faire bizarre que je le dévisage de cette façon, je ne m'en rends même pas compte mais bon, vu comment ce gosse est innocent je doute fort qu'il me fasse une remarque ou se mette à rougir pour ça – comme une vierge effarouchée. Je ne me rends pas compte non plus que j'ai un sourire d'imbécile heureux calqué sur le visage, alors je continue encore et encore jusqu'à ce qu'une petite gène ne se forme lorsqu'il commence à passer ses bras autour de moi et à caresser mes cheveux. Qu'est-ce qu'ils avaient de si particulier ? Je haussais un sourcil, essayant de comprendre. Ils sont bien entretenus certes – et coiffé bizarrement avec un côté rasé et une mèche assez épaisse – mais de là à vouloir les tripoter tout le temps. Autant s'ils avaient été rose, j'dis pas.
Puis nos regards se croisaient, s'intensifiaient. Il y avait quelque chose d'étrange dans l'air, une aura indéfinissable. J'essayais de penser à autre chose mais la voix de Pan me secoua quelque peu. Ainsi soit-il ? Comment ça ? Et puis là, il s'approche. Mon cœur loupe un tour mais cette fois-ci je n'ai pas de mouvement de recul, moi qui m'attendais à un petit baiser – en guise de récompense – je me retrouvais juste à frotter mon nez contre le sien. Un sourire désespéré face à tant de candeur caresser mes lippes avant de finalement en rire.

« T'as quel âge bon sang ? Sale gosse. »

Disais-je sans méchanceté.
Alors, s'il ne me donnait pas ce que je voulais, je le ferai moi-même. Mon pouce et mon index vinrent alors pincer son menton, l'obligeant ainsi à ne pas trop bouger ou du moins le dissuader de le faire. J'étire encore un sourire, mon cou et mon échine se tendant en sa direction alors que mon visage suit le mouvement en se penchant et mes paupières en s'abaissant. Une fois à quelques centimètres du sien, je n'hésite qu'à peine et plus délicatement que précédemment, mes lèvres vinrent rencontrer celles du Serdaigle. C'était un baiser qui n'avait rien de pervers, je n'allais pas non plus y aller langoureusement sans raison, ce serait déplacé. Pourtant, je ne peux pas nier que j'avais envie de plus, raison pour laquelle ma langue était juste timidement venue caresser ses lippes, sans pour autant rencontrer sa jumelle.
Et au bout de quelques intenses secondes, je rompt le contact, d'un air satisfait et légèrement joueur. Bon. C'était peut-être déplacé m'enfin.

« J'pensais un peu plus à ça. T'es vraiment si naïf ? »

© charney

Revenir en haut Aller en bas

Serdaigle
j'explose et je flingue



avatar
Pan E. Seweryn
Messages : 576
Age : 21
Localisation : quelque part près du lac
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Jeu 18 Juil - 21:14


underwater



∞ On fornique sur du rock, on baise sur de la techno, on fait l'amour sur du classique.

Pan était dans un état proche de la mort cérébrale. La plupart de ses fonctions neuronales s'étaient gelées au moment même où des lèvres étrangères avaient touché les siennes. Il ne savait même plus où il se trouvait ni qui il était en définitive. Un grand blanc, agrémenté d'une saveur qu'il n'avait jamais connu jusqu'à présent. Doux et sucré. Comme une barbe-à-papa, cette sucrerie qui fond en bouche dès qu'on glisse un nuage rose vaporeux entre ses lèvres. Pourtant l'instant est bref, court, bien trop à son goût. À peine une pression, quelques secondes où il entrevoit un endroit qu'il n'a jamais pu percevoir avant. Il touche une volupté du bout des doigts avant que celle-ci ne se recule doucement, presque sadiquement. Ses yeux ne se sont pas fermés de tout l'échange. Trop choqué. Trop bouleversé. Comment aurait-il pu prévoir ce genre de développement ? Lui le doux agneau. Le simple d'esprit. Le petit ange ayant encore tellement de rêves et d'illusions en tête. Celui qui a trop longtemps été protégé par l'étreinte protectrice de son père puis de sa meilleure amie. Ses iris couleur perle fixent avec un étonnement non-surfait le visage face à lui. Des questions flashent à intervalle régulier le fond de ses yeux pâles. Quoi ? Comment ? Pourquoi ? Interrogation. Remise en question. Sa langue passe lentement sur ses lippes, essayant de capturer le zeste de Nausicaa qui reste accroché à sa peau légèrement meurtrie. Ce n'était rien. Pourtant cela remet tant de chose en question. Une canine vient ravager et perce la surface de la lèvre inférieure, tandis qu'il sent ses oreilles rougit férocement, la couleur s'étalant sur sa nuque et prenant peu à peu place sur ses joues.

Je- ......'core murmure-t'il, ses yeux se fixant sur celles qui se posaient sur sa bouche encore quelques secondes auparavant.

Il est gêné. Il est heureux. Confus. Béat. Embarrassé. Content. Troublé. Car il saisit à peine ce qu'il se passe, perdu dans le maelström d'émotions qui se déchaine dans son esprit. Il ne sait pas ce que signifie ce qu'il ressent à cet instant. Trop pur. Trop innocent. Pourtant il en veut encore. Les papillons au fond de son ventre ne mentent pas. Il a apprécié cet instant. Même si ce n'était qu'un divertissement pour le plus âgé. Un défi à relever suite au jeu qu'ils avaient engagés. C'est alors que Pan se penche, décidé à obtenir ce qu'il réclame. Il a peur. Son estomac se serre tandis qu'il ferme avec appréhension ses paupières. Il ne sait pas vraiment ce qu'il fait. Une première fois est une première fois. Que ce soit son premier vol sur un balais ou la première fois qu'il engage un baiser. Ses lèvres se posent sur celles rêches et abimées de son vis-à-vis. Et là une question unique envahis ses pensées. Que faire ? Tremblant légèrement, il initie un léger mouvement, ses lippes bougeant contre leurs comparses, épousant leurs formes. Une langue timide sort de l'écrin de ses dents pour refaire le contour de ces lèvres qui lui donnent tant envie, retraçant lentement leurs courbes, mémorisant la moindre crevasse à leur surface. Il n'ose pas trop en demander, terrifié à l'idée de mal faire, il amorce un mouvement de recul alors que la panique glisse ses griffes dans son cerveau.

Désolé je- souffle-t'il d'un ton contrit tandis qu'il observe avec attention le torse de Nausicaa. Tout pour ne pas croiser son regard.








ON FORNIQUE SUR DU ROCK, ON BAISE SUR DE LA TECHNO
ON FAIT L'AMOUR SUR DU CLASSIQUE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Jeu 18 Juil - 22:03



underwater


Je ne pense pas que ce baiser avait une quelconque signification, ou du moins j'en doutais fort, je ne sais pas vraiment ce que c'est d'embrasser quelqu'un avec amour, enfin... C'est un souvenir lointain et donc flou, je ne saurai me rappeler des sensations. Pourtant j'avais le cœur qui palpitait et les mains moites... Tout comme d'autres signes étranges propre aux personnages masculins qui se respectent mais n'entrons pas dans le détail. Quoi que ce point fut quelque peu dérangeant à partir du moment où Pan repris le dessus sur la situation, balbutiant d'abord, gêné, sans aucun doute, avant de venir timidement voler un second baiser vrai baiser. Je ne sais jamais comment il va réagir, il est imprévisible, lui qui disait qu'il n'était pas enchanté de faire ma connaissance... Haha. Je le laissais prendre le tout en main, ses lippes pressant les miennes avant de sentir quelque chose d'humide les humecter : sa langue. Voulant le laisser prendre des avances, j'attendais qu'il glisse lentement jusqu'à sa jumelle avant de participer avec un peu plus d'assurance, moins de retenue que tout à l'heure bien que le Serdaigle était maladroit. Ce n'était pas dérangeant, c'en était même mignon et ça me faisait sourire intérieurement – parce qu'extérieurement, j'étais bien trop concentré dans l'embrassade que penser à autre chose me déstabiliserait. Des frissons me chatouillaient l'échine et je sentais mes doigts s'oppresser entre eux, essayant de résister à une certaine tentation. Puis ça s'arrête, tout à coup.
Le gamin s'excuse, quant à moi je prends une moue dépitée de nouveau. On dirait sincèrement un gosse. Ou une collégienne. Au choix. Je lâche un petit rictus pour détendre l'atmosphère, cherchant à ajouter quelque chose pour oublier ça mais je n'en ai pas envie.

Mes deux grandes mains tatouées vinrent caresser les traits de son visage, sentant ses joues légèrement chaudes à cause du soleil et des émotions sans doute. Doucement je laisse le haut de mon corps chuter contre le tapis verdâtre, emportant le jeune garçon aux cheveux immaculés avec moi. Et sans même attendre quoi que ce soit... Encore. Je recommence. Je ne m'en lasse plus. Gourmand, ma langue sort un peu avant de toucher ses lippes, c'est elle la première à rencontrer en contact avec sa bouche avant d'y entrer tout doucement. J'ai fais le choix de le laisser sur moi pour ne pas lui faire peur, je suis du genre passif et s'il ne veut pas, ainsi soit-il, je ne le pousserai pas à continuer de m'embrasser bien que j'en serai déçu. Allant à l'encontre de sa partenaire, ma langue entame une danse endiablée, un peu plus envoûtante que tout à l'heure. J'avais peur de trop m'emporter – n'oublions pas que je suis en boxer. Finalement, je m'arrête, sans brusquer le tout. Mes doigts descendent le long de sa gorge pour se poser contre ses épaules.

« Arrête de t'excuser pour un rien on dirait une gonzesse. »

Je posais ma tête contre l'herbe, lui tirant la langue.
Je soupire, d'envie, d'extase, mes yeux se ferment un instant, ayant du mal à me faire à ces gestes plus qu'amicaux alors que nous ne nous connaissions pas.

© charney

Revenir en haut Aller en bas

Serdaigle
j'explose et je flingue



avatar
Pan E. Seweryn
Messages : 576
Age : 21
Localisation : quelque part près du lac
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Ven 19 Juil - 0:17


underwater



∞ On fornique sur du rock, on baise sur de la techno, on fait l'amour sur du classique.

Pan s'enivre, ses sens perdent peu à peu de leur clarté, concentrés sur une unique but ; ressentir au maximum ce que Nausicaa lui offre. Il ne fait plus attention à ce qu'il se passe autour de lui. Sons, images, couleurs, odeurs, tout est entièrement effacé au profit de ce que ses lèvres savourent, de ce que ses yeux entre-aperçoivent à travers ses paupières bordés de cils blancs. Ses petites mains. Fines. Blanches. Ce sont celles d'un artiste. Un pianiste. Mieux, un violoniste. Ses doigts qui courent sur les cordes tandis qu'ils manient avec dextérité l'archet sont maintenant coincé entre deux mèches courtes de la chevelure de l'autre jeune homme. Ses narines palpitent tandis qu'il essaye de ne pas oublier de respirer et qu'elles se remplissent lentement de cette odeur qui lui fait perdre la tête. Trop. Tout ceci est beaucoup trop. Il est soûl, ces sensations sont fortes, bien trop. Pourtant il continue, jouant timidement avec ce muscle inconnu qui a envahis sa bouche. C'est trop tôt. Trop bon. S'il n'était pas complètement perdu dans ces nouvelles sensations, il aurait entendu la sonnette d'alarme qui retentissait dans sa tête. Il ne le connaissait pas. Ou si peu. Comment pouvait-il le laisser ravir ses lèvres pure et chastes il y a encore quelques instants sans réagir ? Il ne sait pas. Et il s'en fiche. Tout ce qu'il compte c'est cette langue mutine qui entraîne dans une danse encore méconnue pour lui mais que Nausicaa semble maîtriser sur le bout des doigts. C'est un voyage qui commence. Une traversée de laquelle il ressort les étoiles plein les yeux, les joues rouges et le souffle haché. Car il faut bien s'arrêter à un moment, pour reprendre son souffle, s'observer, sourire et puis recommencer. Pan semble flotter dans un endroit connu de lui seul, tandis qu'il se trouve sur l'autre jeune homme, sentant aisément tout le plaisir qui a découlé de ce baiser. Pan est pur. Pan est innocent. Pan ne percute absolument pas sur quoi il est assit. Pan observe juste celui qui vient de l'embrasser à perdre haleine -il a pas beaucoup d'endurance le pauvre-. Et il le trouve magnifiquement beau.

'tain t'es beau. souffle-t'il sans s'en rendre compte, ses propres mots dépassant ses pensées. Quoi ? Que ! .. Non ! Je ... ARGH !

Pan s'embrouille. Il ne sait plus ce qu'il dit, ce qu'il pense. Retourné. C'est le mot. Ses mains s'agitent dans ses cheveux tandis qu'il grimace de frustration. Il songe à installer un filtre entre son cerveau et sa bouche pour éviter ce genre de désagrément par la suite. Peine perdu, il parle toujours et réfléchit par la suite. Finalement il soupire, il sait qu'il a perdu le combat contre lui-même et que l'envie de recommencer ce qui vient de se terminer prend peu à peu le pas sur la raison. Il ne faudrait pas faire ça. Mais il en a tellement envie. Sa lippe inférieur se retrouve de nouveau prisonnière de ses féroces paroles tandis que les deux perles argentés qui lui servent d'yeux scanent -à défaut d'autre chose-, le corps qu'il domine sans même le vouloir. Finalement, il décide que se cacher sera la même solution, ainsi il plonge son nez dans le cou de Nausicaa. Autant joindre l'utile à l'agréable non ? Et zeus, qu'est-ce qu'il sent bon. Bien qu'il y ait un petit arrière-gout d'algue pas fraîche mais rien de bien embêtant. Il déposa doucement ses lèvres encore rougies par les baisers précédents sur sa carotide tout en soufflant doucement contre la peau du jeune homme.

Et je suis pas un gonzesse gronda-t'il en observant le jeune homme de biais.








ON FORNIQUE SUR DU ROCK, ON BAISE SUR DE LA TECHNO
ON FAIT L'AMOUR SUR DU CLASSIQUE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Ven 19 Juil - 15:04



underwater


Et un petit compliment, un. Juste soufflé, mais je l'ai entendu. Héhé, dommage ! Je rigole un peu en le voyant se rattraper du mieux qu'il le pouvait. Je devrais peut-être lui dire qu'il a déjà touché le sol et que ça ne sert à rien de trouver une excuse ? Oh et puis non c'est amusant de le voir comme ça. Je repose ma tête vers l'arrière, mon regard continuant de le lorgner avec une certaine envie – et rien de pervers s'il vous plaît. Il recommençait à râler. Ah ça, tu as tout l'air d'un fille, mais on va dire que c'est ça qui te rends mignon petit Pan. Ceci dit, c'était moins mignon lorsque je commençais à sentir son souffle contre le creux de mon cou. Je me mordillais la lèvre inférieure, mes muscles se contractant et mes paupières s'abaissant alors que je retenais de nouveaux frissons de me traverser l'échine. On ne lui a jamais appris que c'était super sensible ces endroits ? Néanmoins j'en profite, mes mains se baladent sur son dos pour finalement le caresser avec frénésie et puis plus doucement. Petit à petit, un silence gênant s'installer. Mon esprit se concentre sur son vêtement mouillé qui devient quelque peu désagréable pour moi.
Je fais une petite pression sur ses épaules, obligeant l'adolescent à s'asseoir de nouveau. J'en profite pour me redresser à mon tour, le dos droit, le bout du nez levé vers lui un court instant. Parallèlement, mes mains viennent se poser contre son torse, déboutonnant langoureusement le haut de sa chemise.

« Faut mettre à sécher. »

Je lui souris un peu, et une fois les boutons défaits jusqu'au milieu de son poitrail, mes lèvres vinrent embrasser ce même endroit, remontant lentement jusqu'à sa gorge. Je suis joueur de nature, mais pas pervers non plus – bon ok ça dépend. Je continue de le déshabiller, lui tirant les manches en affichant un air presque fier. Je calme mes rougeurs en le poussant un peu sur le côté, me mettant debout, droit comme un i.

« Bon ça devrait pas prendre longtemps vu la chaleur. »

Sur ce, je prends ma chemise et la sienne, les étalant correctement sur l'herbe et en profitant pour renfiler mon pantalon bien que ce dernier était encore plein d'eau c'est juste que... que voilà, je suis un mec et que si je continue à embrasser Pan de cette façon je vais vraiment avoir... Bref. Je secoue la tête, retournant m'asseoir à ses côtés avant de lâché, amusé :

« Si Zelda savait, elle me tuerait et deviendrait de la même couleur de ses cheveux. Haha. »

© charney


Revenir en haut Aller en bas

Serdaigle
j'explose et je flingue



avatar
Pan E. Seweryn
Messages : 576
Age : 21
Localisation : quelque part près du lac
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Ven 19 Juil - 16:22


underwater



∞ On fornique sur du rock, on baise sur de la techno, on fait l'amour sur du classique.

Pan observa avec attention Nausicaa qui s'active sur sa chemise, dévoilant son torse blanc et humide, un peu maigre certes, mais pas dénudé de charme. Il penche légèrement la tête sur le côté. Ses grands yeux innocents plein de questions. Il ne sait pas vraiment ce que l'autre à prévu de faire. Tout est tellement nouveau, inédit pour lui. Il se sent l'âme de Bob Moran qui brave tous les dangers pour découvrir de fabuleux trésors au fond d'un temple incas. Pourtant les lèvres qui parcourent doucement lui font peu à peu perdre la notion de raison. Ses paupières se closent doucement tandis qu'un petit gémissement sort de ses lèvres entre-ouvertes. Il relève la tête en un rien de temps, les yeux écarquillés. Quoi ? Qu'est-ce que c'était que ça ? Ça venait pas de lui quand même ? Mortifié il place une main sur sa bouche tandis que les rougeurs atteignent enfin leur destination finale : ses joues. Déjà que les caresses sur toute la longueur de son dos l'avait fait se sentir toute chose, ces lèvres sur son poitrail lui faisait perdre la tête et le contrôle de son corps. Encore. Finalement il se laisse aller, sa tête partant légèrement en arrière tandis qu'il sent un frisson remonter le long de sa colonne vertébrale. Puis tout est fini. L'autre jeune homme se relève tandis que le plus jeune le regarde faire, le regard légèrement trouble. Ah oui. Les chemises trempées à cause de leur escapade dans le lac. Finalement il se rassied à ses côté et Pan n'hésita pas à se laisser tombe sur ses cuisses, l'observant en contre bas.

Eheh, tu la sous-estime ricana-t'il tout en pokant gentiment le torse dévoilé de l'autre.Te tuer serait trop rapide, elle te tortura longtemps avant.

Grand sourire. Voilà de quoi rassurer Nausicaa. Soudain, Pan se relève d'un coup, l'air légèrement paniqué. Zut, il avait oublié qu'il avait rendez-vous avec la furious redhead queen of slytherin dans peu de temps. Il avait trainé un peu trop longtemps au bord et dans le lac. Les minutes avaient filées comme des secondes et voilà qu'il était en retard. Il se précipita sur sa baguette abandonnée et lança un simple tempus. Lorsque l'heure s'afficha dans les airs, il poussa un petit cri plaintif et s'imagina déjà la douleur de la bosse qui allait en résulter. Sans plus tarder il reprit sa chemise sous le bras ainsi que sa robe de sorcier -pas le temps de s'habiller, il fallait juste espérer qu'il ne tomberait sur aucun préfet en route. Il se retourna d'un bon vers Nausicaa et se pencha pour poser une dernière fois ses lèvres sur les siennes avant de se relever, gêné de son initiative.

Je dois y aller lui dit-il d'un ton désolé, tandis qu'il faisait une petite moue, montrant ainsi son envie de rester paresser au soleil à ses côtés. Hm. C'était super sympa de te rencontrer et ... j'espère qu'on pourra se revoir ? souffla-t'il, les yeux baissés sur ses pieds dont les orteils s'amusaient à s'entre-croiser -montrant avec brio sa gêne. Ah ses chaussures ! Il se tourna une nouvelle fois pour récupérer ces bottes qui lui avaient coutées si cher. Je- .. À bientôt ? dit-il avant de s'enfuir en quatrième vitesse, ses cheveux volant follement autour de sa tête.








ON FORNIQUE SUR DU ROCK, ON BAISE SUR DE LA TECHNO
ON FAIT L'AMOUR SUR DU CLASSIQUE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Ven 19 Juil - 21:49



underwater


Ayant plus ou moins compris la façon d'être de Pan – trop innocent, trop pur, trop gamin – je me doute bien que Zelda doit être vraiment attachée à lui. Mais dans tous les cas, j'espère qu'il n'ira pas vers elle en sautillant joyeusement avec cet air d'imbécile heureux calqué sur la face en disant que je l'ai embrassé et que je l'ai en partie déshabiller. La rouquine, oh ça, pour être agressive, elle l'est. J'ose à peine imaginer le tableau une fois qu'on lui annoncera ça et... Ouais non je ne lui dirai pas en ce qui me concerne, je tiens à ma vie. Je déglutissais un peu à l'entente des paroles très RASSURANTES du Serdaigle à mes côtés. Me torturer haha. Super. Je soupirais. Cette histoire va me mener sacrément dans la merde, même si je ne l'espère pas.
Le garçon aux cheveux immaculés vint alors à afficher l'heure et semblait se précipiter. Haussant un sourcil, j'essayais de comprendre ce qu'il y avait. En retard ? Bizarre. Il prend ses affaires rapidement, et j'affiche une moue presque déçue mais n'ose pas le retenir – à quoi bon de toute façon, je vois pas pourquoi je devrais le rattraper comme dans les films à l'eau de rose ou John retient Samantha. Pan se penche alors vers moi, nos lèvres rentrant en contact une nouvelle fois. Mes yeux se ferment, m'attendant à plus, trop gourmand encore, mais il s'écarte aussitôt, se relève. Je hoche la tête à sa question : bien sûr que je compte te revoir, tu crois pas t'en sortir aussi facilement quand même.

Puis il part en courant. Je le fixe, dépité, planté là comme un abruti jusqu'à ce que je dise de vive voix :

« Pan ! Att-... Tant pis. »

Trop tard, il était déjà loin.
Je soupirais. Je ne voulais rien de spécial, peut-être juste une nouvelle embrassade. Mes doigts se posent sur mes lippes, je repense à ce qu'il vient de se passer et me mets à sourire bêtement comme une collégienne. Pourquoi j'ai fais ça moi au fait ?

© charney

Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas

underwater Δ pan

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: Extérieur :: Lac Noir
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥