Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Un entraînement haut en couleurs - Sandychou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Serpentard
vampire de ces dames



avatar
Emmet F. Weibb
Messages : 872
Age : 23
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Sam 19 Juil - 13:52
Emmet releva la tête sous la douche, et posa un regard circonspect sur ce qui l’entourait, sourire béat aux lèvres. Il n’était pas supposé pouvoir entrer dans les vestiaires de Gryffondor, mais comme c’était le Capitaine de l’équipe des rouges qui l’y avait autorisé, ça ne poserait probablement pas de problèmes… Du moins, il l’espérait de tout son cœur. Mais sa tête n’était pas vraiment à ça. Il venait de vivre quelque chose d’intense, d’assez douloureux et de complètement grisant. Les cheveux humides sur ses tempes, il se décida à, enfin, quitter le jet chaud de la douche, attacha négligemment une serviette autour de sa hanche et sortit.

Sandy n’était pas loin, et il lui en avait fait voir de toutes les couleurs. Emmet avait rarement été aussi fatigué, et il avait les fesses brûlantes à force d’avoir senti les frottements du manche. Inutile de vous dire à quel point ça avait été difficile d’accompagner ces mouvements, rarement lents, plutôt rapides et inattendus… Il avait encaissé, le pauvre Serpentard, et il avait l’impression que ses reins ne lui pardonneraient jamais l’affront qu’il venait de leur faire, tant ils lui brûlaient le corps. C’était sûr : s’il avait déjà mal, demain serait vraiment terrible. Il espérait réussir à marcher droit, parce que sinon, ça risquait d’être carrément louche.

Un soupir, et le Serpentard vint s’appuyer contre le mur. Les vestiaires des Gryffondors ressemblaient en tous points à ceux des Serpentards, à ceci près qu’il y avait beaucoup plus de pipis à côté de la cuvette, et que les carreaux des carrelages étaient rouge et jaune, et non vert et argent. C’était beaucoup moins élégant, d’ailleurs, mais Emmet ne le dirait jamais à Sandy. Il ne voulait pas créer des frictions entre eux à cause de leurs maisons respectives, réputées comme des maisons ennemies. Et puis, des frictions, il en avait assez subi au cours des deux dernières heures. Son homme n’avait vraiment pas de cœur, à l’avoir poussé dans ses retranchements, sans lui laisser le temps de ses reposer. C’était la première fois qu’il avait fait une séance aussi longue.

Bon. Sandy n’avait pas l’air décidé à sortir. Emmet aurait pu le rejoindre, mais il n’était pas sûr de tenir encore le coup : ses jambes étaient flageolantes, et il avait l’impression que son cœur ne s’était toujours pas entièrement calmé. Ç’avait été une sacrée chevauchée, c’était normal, en même temps. Le Serpentard soupira doucement et, après quelques secondes d’attente en plus, impatient, il quémanda le retour de Sandy d’une voix fébrile – un peu comme il avait quémandé le repos pendant toute la durée de l’heure précédente :

« Bon, Sandy, tu te noies ou tu me rejoins ? »

Il espérait que son homme était un peu fatigué, lui aussi, parce qu’Emmet ne se sentait pas de taille à résister à ses assauts, ce jour-ci. Non. Il rêvait plutôt d’aller se coucher dans l’herbe et d’y faire une sieste bienvenue, qui durerait probablement des heures et des heures… Si possible avec un Sandy sage à ses côtés. Rien que d’y penser, le petit homme en frémissait de plaisir.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Lun 21 Juil - 14:03
un entraînement haut en couleurs
Sandy ∞ Emmet


Il avait décidé de prendre une douche brûlante.
D'ordinaire, il était plutôt partisan, après un tel effort, d'un passage froid sous le jet, mais là... Il n'envisagait tout simplement pas de faire subir ça à son corps.

Il avait envie de rester dans ce cocon de douceur et de tendresse ou il avait passer les deux dernière heures.

Bon douceur et tendresse, c'était pas forcément les mots, parce qu'il avait vraiment donner tout ce qu'il avait. Mais ça avait été un moment partagé avec Emmet, alors forcément, ça adoucissait les choses...

Il restait donc là, immobile, sous le jet ardent, à repenser avec émoi à ces deux heures paradisiaques.

Bon, le début avait été difficile.
Il avait du être à la fois clair avec Emmet, parce que c'était, à ce stade là, quelque chose de nouveau, mais il serait gentil, sans aucun doute.
Il lui avait dit qu'il commencerait doucement. Il fallait juste qu'il soit détendu. Sinon, ca aurait vraiment du mal à passer. Tout était une affaire de confiance et de connaissance de son corps, de ses limites. Il lui avait dit qu'il le ménagerait. Le but n'était vraiment pas de lui faire mal. Il fallait aussi et c'était le plus important, qu'il trouve du plaisir. Son plaisir.
Bon... Vu ce que Sandy lui avait imposé, c'était normal que son cher et tendre ait mit du temps à se relaxer, mais une fois que tout était rentrer.. dans l'ordre, ca avait vraiment était quelque chose de magique. Ils avaient tous deux trouvé leur rythme et ils avait presque sembler à Sandy qu'il avaient effectué une espèce de chorégraphie, une danse vieille comme le monde, en parfaite harmonie, de laquelle tous deux étaient sortis, complément épuisés. Mais vraiment heureux.

Ils sourit.

La voix d'Emmet lui parvint, de l'autre côté de la cabine.
Il était un peu déçu qu'il ne soit pas venu le rejoindre dans la douche, mais Sandy comprenait tout à fait qu'Emmet ait besoin de se remettre, au calme de tout ce qu'ils avaient fait cet après midi là. Et puis, Sandy n'était pas sur de pouvoir encore se retenir, alors il avait en effet mieux valu pour le Serpentard qu'il reste de son côté. Histoire de ne pas subir une nouvelle attaque, dans les douches cette fois-ci.

Il attendit que le débit d'eau se tarisse, noua négligemment une serviette autour de sa taille et ouvrit grand la porte, d'un coup, libérant au passage un nuage de condensation.

Un vrai sauna aménagé...

Il sourit à son amoureux et planta en baiser sonore au coin de sa bouche.

"Alors, tu t'es remis de tes émotions? Tu n'as pas la tête qui tourne? De bourdonnement dans les oreilles? Pas trop mal au creux des reins?"

Il sentait lui même les prémisses des courbatures dans ses cuisses et en bas de sa colonne vertébrale. Il allait douiller demain.
Mais qu'il portait. Ca valait le coup...

Il attrapes une deuxième serviette et commence à sécer sa tignasse avec...
Emmet va sans doute s'apercevoir que ses cheveux peuvent se transformer en greemlins, au sortir de la douche, mais ce genre de détail n'est pas à son esprit maintenant.

Son homme est là, torse nu, encore mise, à porter de doigts, de lèvres...

Il attrapes doucement ses hanches et l'attires vers lui.

"Je peux te masser si tu veux?"

La voix et chaude et frippone.

Un massage.
Oui, pour de nouveau délier les muscles...

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Serpentard
vampire de ces dames



avatar
Emmet F. Weibb
Messages : 872
Age : 23
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Mar 22 Juil - 20:25
C’est incroyable comme après une bonne séance, douleur et bien-être peuvent se mêler dans ton corps sans honte aucune. Tu sens tous tes muscles qui brûlent, mais il n’y a plus aucune boule dans le creux de ton ventre, rien, rien d’autre que le plaisir inhumain que l’on peut ressentir après ce genre d’instants… Encore plus quand ils sont partagés avec l’être aimé, même si c’est clairement un tyran sans pitié. Pour un peu, tu le remercierais de ne t’avoir accordé aucun répit, de t’avoir obligé à te lancer même quand tu ne voulais pas, même quand tu avais un peu peur. Même si bon, aussi addictif ce soit, tu sentais que tu ne pourrais pas remonter avant au moins deux jours.

Enfin, il sort, et tu souris bêtement. Tu n’as pas trop souri, avant, mais c’est que tu étais trop concentré, par peur de mal faire. Tu n’aurais pas voulu que Sandy te punisse pour un geste malheureux – et il en était capable, le bougre ! Tu gémis doucement quand il t’attire vers lui – parce que, franchement, tu n’as plus la force de donner grand chose, parce que ton corps est un vaste domaine seulement habité par la souffrance et, enfin, parce que même si tu grognes, tu aimes quand même vachement ce genre d’attention. Une fois encore, tu montres tes dents de vampire, dans cette mimique qu’il est le seul à connaître, et tu dis :

« Hou la, doucement jeune homme, je n’ai plus de forces. Et puis… »

Et puis tu as quelque chose à lui dire, quelque chose qui ne lui plaira pas. Tu sais qu’il t’en voudra, même si c’est bête, et tu espères que tout ce que tu as accepté de lui donner avant – et la fatigue – arriveront à l’adoucir un peu. Tu prends le temps de respirer, de réfléchir à la façon de tourner les choses pour que ça n’arrive pas comme un cheveu sur la soupe, que ça ne brise pas la plénitude dans laquelle vous baignez… Mais rien ne te vient vraiment. Alors, tu dis simplement, bêtement :

« Je pense à postuler pour rentrer dans l’équipe de Quidditch de Serpentard cette année. »

Voilà, c’est dit. Sandy et toi jouerez en face à face, et franchement, tu espères qu’il ne lancera pas le souaffle trop fort – parce que de la force, il en a, il te l’a bien montré ! Evidemment, tu sais que tu n’es pas encore assez endurant – ça aussi il te l’a durement rappelé – et parfois un peu feignant – et il te l’a reproché… Mais tu as vraiment envie de le faire, et tu as montré tout ce que tu étais capable de faire avec un manche, sans entraînement. Alors, si tu assistes à ceux de Serpentard, il n’y a aucune raison que ça se passe mal !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Lun 28 Juil - 19:24
No mercy
Sandy ∞ Emmet


Il te remballe.
Gentiment.

Ca te fait toujours ce petit pincement au coeur.

Tu ne comprends pas pourquoi il te repousse, régulièrement, de la sorte.
Mais bon, c'est Emmet.
Et les voix d'Emmet sont au moins aussi impénétrables que celles du Seigneur... Sinon, il serait déjà conquit par le premier pécore venu.
Mais c'est à toi, Sandy, qu'incombe la dure tâche de combler ce jeune vampire, fougueux et assoiffé...
Chose dont tu ne te plaindra pas, encore moins au vu de cet entrainement particulier que vous vous êtes offert cet après-midi...

Enfin bref.
Il semble avoir quelque chose d'important à te dire, à en juger par la petite ride soucieuse qui plisse son front, cela ne doit vraiment pas être plaisant à entendre.
Tu attends patiemment...

Et puis, quand il a craché son problème, tu sens, bien malgré toi, tout ton corps qui trouve encore la force de se tendre, de se contracter dans un rictus qui paralyse tous tes muscles, déjà trop sollicités.

Incroyable comme, après tant de bonheur, tout peu foutre le camp, le temps d'un souffle.
En quelque secondes.

Tu le lorgnes... Comme pour te persuader qu'il a pas dis ça, que ce que tu as entendu ne venait que d'une faille spatio-temporelle qui s'était ouverte juste à ce moment.
Mais... C'était vraiment sa voix.

Alors il te fait peut être une blague.
Tu le considère.
Non. Il a comprit qu'on ne déconnait pas avec toi et le Quidditch.

Tu réfléchis...
Ca va foutre la merde dans votre couple cette histoire...
Parce que si tu gagnes... Il va pas être content.
Et s'il gagnes, tu ne vas pas être content. Mais alors là, pas du tout.

Tu soupires.

Tu sais déjà qu'il ne sert à rien de le raisonner, ou de lui parler des difficultés que ça soulèvera. Pas plus utile de tenter de le faire renoncer...

Alors tu fais une chose pour laquelle tu es plutôt douer dans le couple...
Tu lui rappelle fièrement ce dont tu es capable et fait suivre ça d'un baiser...

"Alors prépares toi, parce que je ne retiendrais pas mes coups, pas même contre toi..."

Tu lui lance ton sourire, entre le SuperMan et le Loup-garou.

"Et si tu perds, ce qui sera surement le cas, il ne faudra pas venir chouiner ou te servir de ça comme excuse pour te dérober..."

Et puis, ton sourire doux revient...

"Par contre, les "entraînements" - tu fais un geste de guillemets" - de ce genre seront annulés... Je ne fraternise pas de la sorte avec l'ennemi..."

Tu hoches la tête, faussement sérieux...
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Serpentard
vampire de ces dames



avatar
Emmet F. Weibb
Messages : 872
Age : 23
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Lun 4 Aoû - 0:33
Tu observes la réaction de Sandy, un peu inquiet, espérant que ton plan fourbe aura marché. Combler ses attentes, lui donner tout ce qu’il désire, le fatiguer le plus possible et amenuiser un peu sa réaction, quand il apprendra la fâcheuse nouvelle. Vue la tension que tu vois en lui, tu devines que ça ne marche qu’à moitié, mais très vite il se détend – un peu comme toi, au début de votre entraînement, tout tendu et accroché au manche, mais finissant par se détendre un peu et s’ouvrir à ton environnement. Ça te rassure à moitié, et tu le laisses bien volontiers venir t’embrasser, fougueux. Il n’y a qu’une serviette entre vos deux corps nus – enfin, deux serviettes – et ce manque de tissu te donne des sensations terribles dans le creux de l’échine – écho de nombreux souvenirs, et de beaucoup de désir.

Pourtant, très vite, il s’écarte, et c’est ton tour d’être frustré… Et un peu effrayé par ce qu’il va dire. La première phrase passe bien, à la seconde il sourit, à la troisième il se lance dans l’humour. Et Emmet zig-zag entre ses adversaires, évite tous leurs pièges, se retrouve face aux cerceaux et c’est le buuut ! Tu ne peux t’empêcher de retenir un micro-soupir de soulagement, et sourit avec humour, de bon cœur. Il a été gentil, et tu as envie de le récompenser, d’une façon ou d’une autre. Mais tu es bien trop fatigué pour te lancer de nouveau dans de folles aventures – assez pour aujourd’hui ! – alors tu te penches vers lui, poses son nez contre le sien et lui susurre :

« Si je te fais de grands yeux, un sourire suppliant et que je te parle comme ça, je sais que tu ne pourras pas résister à nos séances de sport… »


Petit sourire, tu te rapproches un peu, et soudainement, espiègle, tu te recules et lui dis, plus fort :

« Et puis, il faut bien que tu m’entraînes pour éviter que je me fasse trop massacrer… J’ai pas envie qu’on passe toutes nos soirées à l’infirmerie ! »

Et ça te donnerait quand même un sacré coup de pouce, ces entraînements.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Mar 5 Aoû - 18:29
Abonnement
Sandy ∞ Emmet


Il te faire rire doucement, tandis que tu frottes le bout de ton nez contre le sien, doucement.
Tu aimes bien l'odeur fraîche de son shampoing, alors tu pars t'amuser un peu avec ses mèches encore humides.

"Ma foi, c'est bien vrai que je serais incapable de te résister..."

Ce n'est vraiment pas toi qui ira dire le contraire. Tu es incapable de lui résister.
Et visiblement, cela s'applique aussi au Quidditch. Même si tu ne le laissera pas gagner par pure galanterie, c'est certain.

"Mais d'un autre coté, ce n'est pas sur que toi tu survives à ces entrainements..."

Tu lui lances un regard équivoque, plante un petit baiser sur ses lèvres et pars fourrager dans ton sac pour en sortir tes affaires propres.
Tu secoues machinalement tes cheveux pour les égoutter, façon chien...
Des fois, tu oublies que tu as un devoir de charme à garder et que tu te dois de rester désirable aux yeux de ton chéri.
Tu suspends ton geste. Tu sens dejà tes cheveux qui commencent à former une masse emmêlée au dessus de ta tête.

Hum. On repassera pour le sex appeal.

Tu enfiles négligemment ton tee shirt.

"Cependant, ne vas pas croire que je vais te ménager, même pendant les entraînements.

Tu te rapproches de lui.

"Tu as intérêt à donner le meilleur de toi même, exactement comme tu l'as fait aujourd'hui... D'ailleurs, je ne te pensais pas si doué avec un manche entre les mains... "

Tu ronronnes presque...

"Ou que tu pouvais si bien te servir de ses jolies petite mimines avec les balles..."

Ton sourcil se lèves, accompagnant ton petit regard admiratif...

Spoiler:
 
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas

Un entraînement haut en couleurs - Sandychou

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: Extérieur :: Terrain de Quidditch :: Vestiaires
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥