Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Cours d'alchimie n°3 - Années 5,6 et 7 - Les êtres purs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Invité



avatar
Invité



Message
Sam 27 Sep - 17:05
Les êtres purs

Marcher vite, marcher vite. Pour ne pas déroger à ses bonnes habitudes, Gillian – ou, ici, le Professeur Twain ! – est encore en retard. D’habitude, dans le cadre de son travail à Poudlard, elle tente de juguler cette mauvaise habitude, mais cette fois, elle n’a pas réussi à quitter le Professeur Leone. Il faut dire qu’il est tout à fait charmant et séduisant, le Professeur, et qu’étant une femme pleine de vie et d’envie, Gilly manque d’enthousiasme quand elle doit le quitter. Résultat : elle arrive dans une salle de cours pleine et bruyante, manque de s’éclater la tronche en arrivant dans son bureau et doit taper trois fois dans ses mains pour obtenir le silence. Ah. Voilà qui est mieux.

« Bonjour à tous. »

Elle songe un instant à s’excuser de son retard, et réalise que, bien que preuve irréfutable de politesse, cette action risquerait de lui faire perdre le peu d’autorité qu’elle a sur sa classe. Et pour cause : elle est quand même fluette, mademoiselle Twain ! Après un court instant pour chercher ses mots, elle dit :

« Je suis très heureuse de vous revoir, ou de vous découvrir. Pour ceux qui suivent mon option depuis le début, j’espère que vous n’avez pas tout oublié durant les vacances. Pour les autres, sachez que je considèrerai le travail de rattrapage fait et acquis à partir de maintenant. »

Il lui arrivait régulièrement d’avoir comme excuse un « Mais Madame, j’étais pas là quand vous l’avez fait ! », et il n’était plus question depuis longtemps qu’elle accepte. Prendre une nouvelle option en cours de parcours, c’était une charge de travail considérable, dont les étudiants devaient être conscients.

« Aujourd’hui, je vais vous parler des différents buts de l’Alchimie. Voyez-vous, la plupart des moldus et des incultes ne voient en l’Alchimie qu’une seule finalité : la pierre philosophale de Nicolas Flammel, et la vie éternelle qui va avec. J’en profite pour vous rappeler, encore, qu’il n’y a pas qu’une seule pierre philosophale, car beaucoup d’entres vous ont fait l’erreur lors des examens finaux de l’année dernière. Pour rappel, donc, une pierre philosophale est un simple catalyseur qui permet l’utilisation facilitée de l’Alchimie de transformation : j’ai, par exemple, en ce moment même, une pierre philosophale autour du cou qui transforme le liquide en solide, si utilisée correctement. »

Hum. Bref.

« Mais je m’égare. Les buts de l’Alchimie, donc, sont nombreux. Evidemment, la vie éternelle est l’un des objectifs ultimes de cette matière. Il en va de même de la transformation de n’importe quel matériau en or – il est très facile de le faire à partir de métaux, mais quand on part d’un bout de bois, je vous dis pas ! Mais la plupart des gens oublient la dimension psychologique et spirituelle de la discipline Alchimique. En effet, l’une des prétentions de l’Alchimie, c’est la recherche de la pureté, aussi bien physique que psychique. »

En voilà un sujet intéressant.

« Selon le panpsychisme, l’une des principales théories physiques de l’Alchimie, on trouve de l’esprit, ou « pneuma », dans les corps. Certains alchimistes prétendent donc pouvoir créer un être « pur » ou, en tous cas, approcher la pureté le plus possible. Toutefois, les lectures des textes anciens traitant de ce sujet laissent une place très importante à l’interprétation, si bien que deux courants de pensées s’opposent à propos du panpsychisme : l’une dit que c’est la pureté de la matière qui est en cause, l’autre la pureté spirituelle. Cette seconde a défini une deuxième branche de l’Alchimie, que nous avons peu étudiés jusqu’ici : l’Alchimie mystique. »

L’Alchimie mystique, ou la recherche de la transmutation de l’âme et de la pureté spirituelle, était un sujet aussi compliqué que passionnant. Finalement, Gillian nota le nom du sujet au tableau et demanda, enfin :

« Je vais donc vous demander, pour aujourd’hui, de me donner votre propre définition d’un être pur. Un être pur est-il, selon vous, un être profondément gentil, avec une nature uniquement, composé uniquement de feu ou d’eau ? Un être pur est-il un être qui ne fait jamais le mal, ou ne le veut jamais ? Décrivez moi ce qu’est selon vous un être pur et, éventuellement, si vous avez le temps, donnez-moi quelques pistes pour transmuter une âme vers la pureté. Feriez-vous une transmutation compléte, remplacer de l’impur par du pur, ou essaieriez-vous d’enlever du mauvais, de rajouter du bon, avec quoi ? »

Demi-tour, on pose la craie, on s’assoit au bureau et, professionnelle :

« Vous avez une demi-heure. »

Elle espérait avoir été claire, en un laps de temps aussi court…




Marche à suivre


Thème ? Les êtres purs
Dates ? Du 27/09/14 au 05/10/14
Limite ϟ 20 lignes maximum au sujet
Récompense ϟ 2 gallions & 5 points par participation, 5 gallions & 15 points pour le meilleur élève.
Énoncé ϟ L'alchimie, c'est avant tout la recherche de la pureté. Miss Twain vous demande un travail théorique aujourd'hui : décrivez ce qu'est, selon vous, un être pur. Les plus fayots d'entre vous pourront même donner quelques idées de transmutations alchimiques à utiliser sur eux, leurs camarades ou des proches pour les purifier.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



avatar
Invité



Message
Mer 8 Oct - 15:26


Assise au deuxième rang tout à droite de la classe, isolée, intimidée, Will attend le professeur d'alchimie en regardant régulièrement sa petite montre mécanique – les montres à quartz incapables de fonctionner ici – et constant que l'heure tourne lentement. Les élèves parlent et parlent d'une voix forte, un ou deux s'entraînent discrètement à faire un sort encore mal contrôlé, les serpentards riant du futur match qui les opposera aux incapables de poufsouffles.
Cette année, Will a enfin intégré l'équipe.
Cette année, elle ne sera pas dans les gradins, serrées entre des gens surexcités qui ne font pas attention s'ils bousculent involontairement leurs voisins en gesticulant dans tous les sens.
Cette année, elle sera sur un balai, certes vieux mais familier, les gants serrés sur le manche, une paire de goggles si le temps se présente aussi médiocre qu'au match précédent, elle jouera avec son équipe sans nécessité d'user la voix.
Elle a le trac. Un trac qui grossira au fil des jours qui s'écouleront.

L'arrivée du professeur Twain interrompt le petit bonhomme de chemin que prenaient ses pensées et le brouhaha s'estompe rapidement afin de la laisser parler. Ne demeurent que quelques chuchotis d'élèves dissipés pendant qu'elle prend la parole. De son petit coin discret, Will l'écoute timidement, se remémorant brièvement les révisions auxquelles elle s'était adonnée en été faute d'avoir eu mieux à faire.
Le sujet de ce cours était particulièrement intéressant. Tout le monde, sorcier ou moldu, avait un jour réfléchi sur la pureté d'un homme, de son esprit, de son âme. Il y avait peut-être pensé avec d'autres mots, mais le sujet demeurait le même.

Et Will n'en possède pas une réponse très optimiste ; mais qu'importe, on lui demande seulement une définition.
Cependant, avant l'année dernière, elle n'y avait jamais réfléchi de ce point de vue nouveau mené par l'alchimie. C'est nouveau. C'est intéressant. Elle trébuche souvent, et ses devoirs ne sont pas optimaux sur le sujet mais…
Mais elle veut s'améliorer.

Dépliant un rouleau de parchemin, elle trempa sa plume bleu sombre dans son encrier et commença son devoir dans une écriture manuscrite très petite et assez serrée.

Schwarzenberg Wilhelmina
Poufsouffle
6e année

Les êtres purs


Qu'est-ce que la pureté d'un être ? Difficile question quand on ne sait quelle direction prendre. Alors permettons-nous de faire un petit détour par un autre sujet, celui de l'être parfait que nombreux recherchent. Lorsqu'on rêve d'un couple, on rêve d'une personne parfaite avec qui vivre heureux. On rêve d'une personne attentionnée, qui accepte, qui soutient, qui apporte le bonheur, qui nous met sur un piédestal unique (notion de fidélité entre autres), etc. et surtout qui convient à notre personnalité. Cependant, deux problèmes contrecarrent cette vision : la première vient de la diversité des gens, qui implique alors une diversité dans la notion de « personne parfaite » ; la seconde et la plus importante vient du fait que la perfection n'existe pas. Ainsi, même si deux personnes semblent et sont faites l'une pour l'autre, demeureront cependant des accrochages, des petits conflits, des petites incompatibilités.

Là se trouve alors le parallèle avec l'être pur. Un être entièrement pur, sur le plan strictement spirituel, n'existe pas. On définit toujours un être par un ensemble de qualités et de défauts, défauts qui portent atteinte à autrui ou à lui-même. Un être fondamentalement gentil et altruiste peut souffrir de lui-même. Au contraire, un être peut-être pas bien méchant mais entièrement égoïste et n'apportant le bonheur qu'à lui-même peut faire du mal autour de lui. À l'image de la maxime « la liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres », la pureté doit tenir compte des autres ; ainsi, elle n'est pas entièrement individuelle et, bien sûr, elle sera imparfaite au moins pour l'être humain car ainsi est-il.

À présent, je vais définir avec une subjectivité incontournable ma vision de ce qui s'approche le plus d'un être pur. Selon moi, un tel être doit pouvoir être heureux de lui-même sans apporter le malheur autour de lui. Il doit trouver de l'assurance dans la terre, un peu de bonheur dans les flammes qui lui permettront également de venir en aide aux autres avec courage et altruisme, des émotions et sentiments positifs dans les doux remous de l'eau, et respirer la pureté de l'air qui alimentera les flammes. Chaque élément peut en calmer un autre si celui-ci se montre impétueux, et l'équilibre de l'ensemble se rapproche pour moi de l'être pur.

J'aurais pu partir sur une autre idée et définir l'être pur comme entièrement composé d'un seul élément. J'aurais ainsi argué que la non-existence de la pureté totalement serait en raison du fait que personne n'est composé d'un seul élément. Cependant, comment maîtriser les brûlures d'un feu furieux sans suffisamment d'eau ? Comment respirer lorsque l'eau vous noie ? Chaque élément peut en calmer un autre, comment fait-on alors si l'on est presque entièrement composé d'un seul élément ?
On est incontrôlable. On fait du mal à soi et à autrui. On n'est pas pur.

C'est ainsi la raison pour laquelle je considère que la pureté est un équilibre entre les éléments. Si l'équilibre est imparfait, les transmutations à essayer doivent à terme corriger le déséquilibre, retirer du trop pour ajouter du insuffisant. Il faut juste noter que cet équilibre est différent pour chacun à cause de la diversité des êtres.

Elle repose sa plume sans la moindre assurance, la main légèrement tremblante. Elle cligne des yeux comme pour sortir d'un rêve et retourner dans la réalité et, voyant quelques élèves encore gratter frénétiquement, essaie de relire sa copie.
Mais Will n'y arrive pas, elle n'arrive pas à se concentrer, alors elle abandonne rapidement. Tant pis, demeureront peut-être quelques fautes d'inattention. Ce n'est pas comme si c'était la seule chose qui risque de faire baisser sa note… Fronçant les sourcils pour forcer ses pensées à se taire, elle range ses affaires et se lève avec la raideur qui caractérise chacun de ses gestes. Déposant son devoir parmi les premiers – chose surprenante par ailleurs – elle sort de la salle en évitant soigneusement tous les regards et sans une seule fois ouvrir la bouche.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Serpentard
& Préfet à quatre pattes



avatar
Icarus K. O'Neill
Messages : 646
Age : 25
Localisation : Quelque part dans les fougères...
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Ven 10 Oct - 13:43
Icarus, en bon petit préfet de son statut, n'était jamais en retard en cours. Les rares fois ou cela s'était produit, ce n'était que pour remplir une taches demandé par un plus haut gradé que lui. Un professeur par exemple. Un professeur haut comme trois pommes et aux cheveux de blé plus précisément. Mais ne soyons pas cafteur. (C'est Viridus Emerald!) Hum. Tout ça pour dire qu'Iko était assis, bien sagement, en attendant que Mme Twain arrive. Chose qui ne se concrétisa pas avant une bonne dizaine de minutes. Passons. Le Serpentard n'était vraiment pas du genre à reprocher ce genre de chose aussi insignifiante que le retard. Contrairement à un certain prof' de Sortilège.
Le jeune homme écouta avec attention son enseignante quand elle commença son cours. Lui, son truc, c'était la métamorphose et les soins aux créatures magiques mais l'alchimie n'était pas incompatible avec ses préférences. Il n'y était pas très doué et avait le mérite de faire beaucoup d'effort dans la discipline.
Une plume, un parchemin et c'est parti pour le devoir.

Parchemin a écrit:

Icarus K. O'Neill
Septième année
Serpentard

Qu'est ce que la pureté sinon une interprétation que tout à chacun de son propre idéal ? Je vous le demande. A cela je répond : Non. La pureté, comme on la définit trop facilement, n'est qu'une chimère. Un agglomérat de toutes ces choses que l'on nous dit « bonnes » ou « bien ». Si je me définit comme étant pur, que ce soit physiquement ou psychiquement, rien n’empêche une tiers personne ne s'opposer à moi en me déclarant dans le faux. Il en va de même du contraire.
Pour moi, la pureté n'a de véritable que son nom. Ce n'est pas à celui qui fera le plus de bonne actions ou qui aura les meilleurs notes, non. La véritable pureté n'est ni universelle, ni réciproque mais au contraire, individuelle et non-mutuel.
Elle passe, non pas par ce que nous qualifions de « bien », mais par l'acceptation de soi. A partir du moment ou une personne s'accepte dans tout ces faits et gestes elle peut se qualifier de pure. Qu'elle crache sur les passant si ça lui chante, dès lors qu'elle est en harmonie avec ca, elle peut se définir comme pur. Cela peut paraître osé mais c'est ma définition de la pureté.
Quand au transmutation possible, je n'en ai aucune à proposer si ce n'est celle de l'équilibre des éléments. Pas forcément quantitativement mais plutôt « qualitativement ».

Icarus posa sa plume, l'air un peu décu. C'était court. Très court même. Au moins il avait fait de son mieux non ? Il apporta donc son parchemin avec une pointe d'angoisse.





Icarus K. O'Neill.
Icarus est un gentil Serpentard.
Iko est préfet.
Icarus n'aime pas sa Maison.
Iko est un animagus.
Il prend l'apparence d'un jeune chien.
Son pelage est immaculé comme la neige.
Chien ou humain, il est daltonien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Ven 10 Oct - 21:05

C'était ton tout premier cours de l'année. Une option qui au final tu as réussi à affectionner. C'était beau, c'était logique et terriblement artistique. Ici, t'avais l'impression de tout voir mieux. Depuis la fin de l'année dernière t'as l'impression de tout prendre mieux.

Sûrement parce que tu te sens mieux ? Voir bien ?

Peut-être... En tout cas tu bois les paroles de cette femme et du mieux que tu peux, tu grattes le parchemin.


La parchemin a écrit:
Aleksandra Strakh
6éme année
Serdaigle

LES ÊTRES PURS

Relatif et alternatif sont à mon sens les maîtres mots de ce sujet. Le bon et le mauvais ne sont que des conventions. Un être profondément bon à toujours sa part d'ombre, et un être profondément mauvais a toujours sa part de lumière. Mais tout cela dépendra de notre définition propre du bien et du mal. On pourrait très bien parler d'une pureté bonne, ou d'une pureté mauvaise. Ces deux choses s'opposant à des extrêmes sans possibilité de mélange. C'est pourquoi je dis que cela est très Relatif, tout ce passe dans la tête, tout ce passe dans le jeu des mots, le jeu des conventions établies par les êtres humanoïdes.

A mon sens il pourrait exister trois puretés différentes, même si deux d'entre elle serait très complexe à obtenir. Je parle donc de la pureté du bien, de la pureté du mal et de la pureté de l'égalité.

La première des trois énoncées, la pureté du bien, ne serait composé que de bonne chose avec seulement l'eau de la sagesse, de la réflexion. Tout ne serait que bonté, bonne action, évolution, bien-être... et bien d'autres bienfait sans mauvaises intentions possibles.

La seconde, la pureté du mal, ne serait composé que de choses sortant du malin, avec le feu de l'énergie, de la colère. En total opposition avec la pureté du bien, tout ne serait fait que pour la destruction, l'apocalypse.
Ces deux puretés poussées à l'extrême serait les plus dur à acquérir car dans l'esprit rien,n'est tout blanc ou tout noir, comme j'ai pu l'expliquer dans mon introduction.

Donc à mon humble avis, la pureté la plus probable et donc la plus évidente à obtenir, est la pureté de l'égalité. Je m'explique ; Par égalité j'entends un savant mélange de bien et de mal, dosé avec équité pour atteindre une certaine perfection spirituelle. On ne cherche pas à rendre plus bon ou plus mauvais, on ne cherche pas à chasser ce qu'on est pour remplacer avec ce que nous ne sommes pas, non, on cherche au plus profond de nous à faire la part des choses, à faire une sorte de trie pour rester le plus neutre possible. Ceci reste tout de même très complexe car il faut bien se connaître, mais à mon sens c'est le plus sain pour le corps et l'esprit. Un esprit sain pour moi, est un esprit qui se sent bien, sans pour autant voir que du blanc.

De ce fait l'expression : Un esprit sain dans un corps sain, prend tout son sens. Si l'on veut travailler la matière, les corps environnant au mieux, il vaut mieux avoir un esprit droit et neutre.

Ensuite, je ne sais pas si l'on peut vraiment appeler ça une transmutation vers la pureté, tout ceci reste encore relatif, mais personnellement si je voulais que mon âme soit en adéquation avec ma définition de pureté, pour la préparer, je ferais sûrement un vide mental avec des exercices de respiration. Chez les moldus on appelle ça du Yoga.

Pour finir, à mon sens peu importe la pureté de la matière, la clé, c'est l'esprit, le cœur qu'on donne à son ouvrage, je me permet même de dire, son âme. La clé c'est son propre équilibre.

Allant rendre ton devoir un peu en avance, tu gratifie ton professeur d'un léger signe de tête, un peu bancal mais semblant doux. Cette année, tu veux changer.

Tu veux atteindre l'équilibre.

Revenir en haut Aller en bas

Invité



avatar
Invité



Message
Dim 14 Déc - 0:39
Les Êtres Purs – Les notes


Désolée pour les deux mois de retard dans la correction, j'avais (un peu) zappé et... Bref, j'ai honte, mais voilà xD

Meilleure copie :

Wilhelmina Schwarzenberg :
Mademoiselle, je suis très heureuse de vous voir assister à ce cours. Votre réflexion est sans aucun doute intéressante, et je dois avouer partager avec vous cette idée que la pureté d’un être est plus une question d’équilibre que d’un seul élément. Je ne suis toutefois pas sûre qu’il y ait de rapport entre le bonheur et la pureté : le bonheur est très subjectif et très psychologique, et peut-être que quelqu’un d’entièrement pur, selon votre définition d’équilibre, serait un peu trop parfait pour être aimé des autres, et finirait sa vie seul et malheureux ? Je vous invite à réfléchir à cette problématique, et vous félicite encore une fois pour cette brillante copie.


Optimal :


Aleksandra Strakh :
Avez-vous déjà songé à rejoindre le monde de l’alchimie en finissant vos études ? Comme d’habitude, vous m’offrez un travail remarquable, plein d’une réflexion tout à fait sensée et rigoureusement correcte. J’apprécie particulièrement vos trois propositions, mais on y retrouve quelques notions un peu fausses, ce qui explique que vous ne soyez pas meilleure copie ce jour : le feu est bien associé à la colère et au tempérament, mais en aucun cas il n’est relié au mal, tandis que l’eau est bien associée au calme, à la vie et à la réflexion, mais pas du tout au bien, sans parler du fait que vous n’avez pas mentionné les deux autres éléments restants. Je vous invite donc à revoir votre théorie des quatre éléments pour affiner votre réflexion, mais vous félicite une fois encore pour cette copie très bien pensée.

Acceptable :



Icarus O’Neill :
Une réflexion intéressante, et qui prouve une fois encore votre grande maturité. En effet, on peut définir la pureté comme l’acceptation de son propre soi, mais cette définition oublie de prendre en compte un aspect important de la réflexion… L’Alchimie ! Pas une fois vous ne m’avez parlé d’éléments prenant en compte la matière dans laquelle vous vous trouvez, et si j’engage personnellement les étudiants à voir l’Alchimie comme une matière transversale avec, notamment, la psychologie, il ne faut pas oublier non plus où vous vous trouvez… Attention dans le prochain devoir !





Bilan :

+15 points pour Poufsouffle
+5 points pour Serdaigle
+ 5 points pour Serpentard

payé
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas

Cours d'alchimie n°3 - Années 5,6 et 7 - Les êtres purs

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: Cinquième étage :: Salle de classe d'Alchimie
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥