Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Feeling spacing ϟ Emmet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Serdaigle
& préfète & voyante à deux noises



avatar
Cyryiel Song
Messages : 501
Age : 21
Localisation : Paumée dans un couloir
Date d'inscription : 12/02/2014




Message
Lun 29 Sep - 20:39
Water result

Avec Emmet

 

Poudlard. Après deux mois ailleurs, nous y revoilà, dernière étape de construction du future. Perspective angoissante de vide et d’inconnu. Voilà ou en était Cyryiel, Serdaigle paumée de son état. Préfète stupéfaite de voir que le temps passait, il qu’il allait falloir se décider. Prophète refaite qui, comble de l’ironie pouvait voir l’avenir (de temps en temps) mais ignorait tout de ce qu’elle allait faire du sien. Dans une vaine tentative d’échappatoire la demoiselle se dirigea vers le parc, pensant que l’air l’aiderait à faire du tri dans ses pensées. Que nenni, arrivée dans la vaste étendue verte qui courrait aux pieds du château elle était encore plus perdue. L’animation des couloirs ayant laissé place à un silence total, entrecoupé par les murmures du vent, le craquement des arbres et le clapotis de l’eau sur les rives proches du Lac Noir.

Sans réfléchir à sa destination, trop occupée, c’est automatiquement qu’elle alla vers le Lac Noir. Demeure aquatique des êtres de l’eau, abri de légendes, habitat naturel du calamar géant c’était l’endroit idéal pour profiter de la fin d’une journée. Accompagnée de sa fidèle plume à papotte la jeune fille dénicha une pierre ou elle s’installa. Face à elle la surface de l’eau semblait s’étendre à l’infini. Rien, pas de bruit, personne. Cyryiel ferma les yeux, écouta le chant du vent, les lointains murmures des étudiants. Cris de joie et rires mêlés, tout ça paraissait être une autre réalité. Sa réalité, à elle ne la lâchait pas, lui martelait le crâne, tournait, revenait.

Et elle n’avait pas de réponse à donner, pourtant face à cette question simple et si complexe « Que voulez-vous faire à la fin de vos études ? ». Rouvrant les yeux elle saisi son sac, prit les brochures distribuées par les professeurs. Alors voyons, médicomage, non. Auror, non. Ministère de la magie, non. Ecole d’art dramatique, non plus. Ecole de couture sorcière, encore moins. Bref, rien de rien. Sur ses genoux gisait maintenant les papiers colorés, sensés attirés les élèves. 

Le bloc ou flottait la plume à papotte était parsemés d’onomatopées, comme des « humpf », « tss » et autres sons très recherchés. Peut être que dans le fond, elle pouvait se diriger vers la voyance. C’est bien ce que Mrs Solomon lui avait conseillé l’année dernière,  non ? Après, on ne pouvait pas dire qu’elle soit extrêmement douée pour cette matière. Mais elle hésitait, la voyance c’était peut être ça la réponse à sa question. Soupirant une fois de plus elle reporta son attention sur les eaux sombres du Lac.


Cae,Dessia, Sloan, Summer, Judas, Ocean, Jazzie, Camille & Alwin ♥



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Serpentard
vampire de ces dames



avatar
Emmet F. Weibb
Messages : 872
Age : 23
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Mar 30 Sep - 0:10
Tu cours, Emmet. On ne t’a pas souvent vu courir, avant, mais voilà que tu t’y es mis. Rien d’étonnant : tu es maintenant gardien, au Quidditch, dans l’équipe des Serpentards. Et si ce n’est pas le poste le plus fatiguant, les entraînements et les matchs t’ont néanmoins fait réaliser ton cruel manque de souffle. Tu as la faculté pulmonaire d’un poisson rouge, et tu as décidé, comme toujours, de travailler là-dessus. Pour t’améliorer. Alors, depuis la reprise des cours, tu viens ici, tous les soirs. Au début, c’était un quart d’heure, maintenant, c’est plus d’une heure. Tu progresses, tu le sens, et c’est agréable. A côté de toi, un Fléreur : Clay. Tu n’as jamais été proche de tes animaux, même s’ils t’ont toujours obéi au doigt et à l’œil. Le félin a beau vieillir, il est tellement heureux de ces moments passés avec toi qu’il gambade avec toute la force dont il est capable, toujours sans un bruit.

Tu ne sais pas trop pourquoi tu l’emmènes avec toi. Peut-être que c’est une remarque désagréable d’Iko, sur le peu de soin que tu apportes à tes animaux, qui t’a convaincu. Ou alors, c’est simplement pour avoir une présence à tes côtés. Tu supportes mal la solitude, depuis Sandy. Alors, Clémence est toujours à tes côtés pour étudier – ton furet, hein, pas une potentielle demoiselle – et Clay t’accompagne dans tes courses. Le reste du temps, tu trouves toujours quelqu’un pour te tenir compagnie. A propos de compagnie… Au loin, tu aperçois la chevelure d’une demoiselle, et un sourire discret permet au soleil de faire briller tes dents, brièvement.

Ce n’est un secret pour personne : maintenant que tu es seul, la chasse est de nouveau ouverte, et tu essaies de reconquérir un harem de femelles… Sans trop de succès, jusqu’à présent. Il faut dire que ta période « homosexuelle » - le simple mot te brûle les lèvres et laisse un goût amer sur ta langue – a sérieusement atteint ta virilité. Et tu n’as pas encore réalisé de prouesses au Quidditch, qui pourraient améliorer tout ça. Alors, tu essaies, simplement, laisse le temps faire son ouvrage. Tu es patient, Emmet. Mais pas dénué de ressources. Tranquillement, tu t’arrêtes, et enlèves ton T-shirt. Tu sais que, bien qu’un peu pâle, tu es plutôt mignon. Que ton corps fin n’est qu’une habile dissimulation de muscles que tu as finement noués autour de ton ossature de vampire. A l’aide du dit T-shirt, tu essuies ton visage. Tu ébouriffes un peu tes cheveux, prenant un temps considérable pour obtenir un look sauvage tout à fait raffiné. Et puis, tu repars, la foulée agile, t’approchant de ta proie.

Quelle déception. Tu n’es plus qu’à quelques mètres, et tu la reconnais, enfin. Trop tard. C’est Cyryiel, et même toi, tu as fini par comprendre qu’elle t’était intouchable. Elle appartient à Iko, Iko est ton meilleur ami, et si tu ne veux pas le perdre, il vaut mieux que tu ne sois pas responsable de leur rupture. Tu n’étais pas capable de le comprendre, avant. Mais Sandy t’a appris ça. Il aura eu du bon, l’air de rien, le Gryffondor. Tu soupires doucement, en écoutant tes pensées : si tu n’es toi-même pas capable de l’oublier, pourquoi t’attends-tu à ce que les autres le fassent ? c’est un peu pathétique, comme réflexion. C’est un peu l’expression de tout ce que tu as toujours détesté chez les autres, ce qui a provoqué la majorité de tes railleries. Tu es devenu faible, Emmet. Même toi, tu es capable de t’en rendre compte. Pourtant, cette expérience t’a apporté de nouvelles connaissances, que tu n’aurais jamais pu lire dans les livres.

« Bonjour Cyryiel ! »

Tu lui fais un signe de la main, alors que tu t’approches. Tu n’as pas pris la peine de remettre ton T-shirt : ne pas pouvoir la toucher ne veut pas dire ne pas pouvoir s’amuser un peu, n’est-ce pas ? Clay marche à tes côtés, observant la blonde de manière trop fixée, presque intrusive. Allons. Les animaux seraient-ils aussi mal éduqués que le maître. Tu souris légèrement, de ce rictus qui t’est propre et cache tes dents un peu trop pointues, et tu laisses ton regard balayer les papiers qui sont devant toi. Visiblement, elle cherche de quoi sera fait son avenir. Et vue la tronche qu’elle tire, elle n’a pas encore trouvé de solution satisfaisante. Un silence s’abat, peut-être un peu trop long, avant que tu te décides à dire. Poli.

« ça va ? »

Non, décidément, tu t’étais vraiment trop adouci.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Serdaigle
& préfète & voyante à deux noises



avatar
Cyryiel Song
Messages : 501
Age : 21
Localisation : Paumée dans un couloir
Date d'inscription : 12/02/2014




Message
Mar 7 Oct - 20:39
Water result

Avec Emmet

 

Froncement de sourcils, interruption intempestive. Une voix l’interpelle, une voix de gars, qu’elle ne reconnait pas.  Mais apparemment la voix la connait, merveilleux. Elle qui pensait enfin être au calme. Il fallait aller s’enterrer dans la Forêt Interdite pour être tranquille dans ce pays ? Pas sur que ce soit au gout du garde chasse, et pas sur que ce soit non plus très recommandé pour la sécurité des gens.  M’enfin, retenant une remarque pas très très agréable Cyryiel se retourna vers la personne qui l’avait interpellée. Un gus, celui qu’elle avait vu en duel, et qui l’avait forcée à lui faire une déclaration d’amour. Et booouse, si son humeur n’était pas au beau fixe c’était encore pire maintenant. A vrai dire, si la miss avait du être, à ce moment précis, un animal, sans aucun doute ça aurait été un chat, et ses poils se seraient tous hérissés, tous sans aucune exception. Ou bien un truc qui disparaissait très vite, genre un oiseau, comme ça elle aurait put mettre autant de distance que possible entre elle et cet individu.



-Oui, hm, bonjour.


Pas très poli, mais bon. Retenant au dernier moment la fin de sa phrase. Elle se questionne, qu’est-ce qu’il peut bien lui vouloir. Replongeant dans sa mémoire elle se rappelle que c’est un vert, la maison d’Icarus, et sis ses souvenirs étaient bons ils trainaient ensemble. Et puis, il y avait eut l’épisode du duel. Emmet, voilà comment se nommait l’individu qui venait de lui adresser la parole. Ressassant ses pensées, elle ne remarqua pas tout de suite qu’il venait de s’approcher, un félin à ses côtés. Et c’est là qu’il demande si ça va. Alors, plusieurs solutions. Un : il utilisait le « ça va » comme une formule de politesse. Deux : il n’était pas observateur. Trois : il était stupide. Mettons, elle opta pour la deuxième solution, hésitant une fraction de seconde avec la dernière.




-Merveilleusement bien, avec un temps pareil, à ce que je vois il fait tellement beau que tu ne prends même pas la peine de t’habiller. Où c’est pour bronzer peut être ?



Déclaration ironique ponctuée de son regard vers le T-shirt. Mine de rien, elle aurait put être un peu plus aimable. Elle aurait put, haha, mais bon, soyons polie, un peu, ça ne peut pas faire de mal.



-Et toi ?


Sous-entendu « Et toi ça va ? ». A vrai dire, le fait de le voir sans son T-shirt n’était pas plus perturbant que ça. Mais si elle devait faire une comparaison, elle aurait dit qu’Icarus était plus musclé. Si,si, puisqu’elle vous le dit. Durant leur bref échange elle avait eut le temps de laisser trainer son regard sur l’ossature pâlichonne du gugusse. On allait le lui reprocher si ? Enfin, souhaitant retrouver sa tranquillité au plus vite la Serdaigle essaya de trouver un moyen de le faire passer son chemin au plus vite, histoire qu’elle puisse reprendre son étude approfondie des prospectus qui trainassaient à ses pieds.



-Sinon, qu’est-ce que tu voulais ?


Il devait bien vouloir quelque chose pour venir jusqu’ici.


Cae,Dessia, Sloan, Summer, Judas, Ocean, Jazzie, Camille & Alwin ♥



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Serpentard
vampire de ces dames



avatar
Emmet F. Weibb
Messages : 872
Age : 23
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Ven 10 Oct - 20:10
Bon. Apparemment, Cyry n’était pas de bonne humeur – en même temps, ce n’était pas comme si tu étais son meilleur ami, Emmet – et la technique de montrait ton corps tout en très fine musculature pas très fonctionnelle. Néanmoins, tu n’allais pas remettre ton T-shirt maintenant, ça ferait vraiment très, trop louche. Alors, tu optes pour la technique « Je fais comme si j’étais quelqu’un de sympa au fond même si c’est pas vrai » histoire de t’expliquer. Parce que tu as besoin, maintenant, de t’entendre bien avec Cyryel et de la laisser penser que tu n’es pas dangereux. Tu as bien essayé de lui faire peur pour qu’elle laisse Iko, mais malgré tous tes efforts, les deux tourtereaux n’ont pas décidé de mettre fin à leur histoire d’amour. Alors, maintenant, il faut que tu aies la main sur elle, d’une manière ou d’une autre, pour continuer à gérer tout ça. Parce que tu es un peu malade sur les bords, Emmet, et que tout gérer est un besoin vital pour toi. C’est essentiel d’être celui qui, discrètement, contrôle tout. Et c’est pour ça que tu sais que plus jamais tu n’auras de sentiments. Et plus jamais tu n’iras voir d’hommes, jamais. Et qu’à l’avenir, tu éviteras le clafoutis et les Saint Valentin, parce que franchement, ça ne donne rien de bon.

Enfin bref, je m’égare. Tu t’approches, Emmet, et viens t’asseoir aux côtés de la demoiselle, manifestant ainsi clairement ton absence de désir à partir. De toute façon, ton tour du lac est quasiment terminé, et tu auras le temps de sécher un peu, avant d’arriver à l’école. Et puis, l’air du parfait idiot, tu attrapes l’un des prospectus qui traine à tes pieds, et tu offres un sourire discret se voulant sympathique à Cyryel. Genre, comme si tu venais de comprendre pourquoi elle n’allait pas bien et était désagréable. L’air du parfait idiot je vous dis ! Et puis, tu dis, te voulant plus ou moins rassurant :

« Je courrais. Tu cherches ce que tu vas bien pouvoir faire plus tard ? »

Tu te retiens de rajouter « Et tu trouves pas, c’est pour ça que tu es aussi désagréable », ou « Je pense que tu peux faire ce que tu veux : tu es belle, intelligente, sympathique et tu as de bonnes notes… »… Aucune de ces deux répliques n’allant dans ton sens, mieux valait se mordre la langue jusqu’au sang que suivre son instinct le plus primaire. Tu passes ta main dans ton cou, gestuel qu’on te voit fréquemment faire, et qui a le triple intérêt d’essuyer la délicate ondée de sueur qui coule sur ta nuque, de te détendre et de faire ressortir tes muscles maigrichons d’attrapeur plutôt que de gardien. Finalement, tu rajoutes, histoire de continuer un peu la conversation – et peut-être d’aider Cyryel à se détendre un peu :

« Tu as demandé à Iko ? Il est fort pour ça. »

Tu te souviens encore de la fois où il t’a dit que c’était bizarre que tu souhaites aller au ministère de la magie, et que ça ne te ressemblait pas. Ah ah. Il n’a pas l’air comme ça, mais il est fûté le gamin.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Serdaigle
& préfète & voyante à deux noises



avatar
Cyryiel Song
Messages : 501
Age : 21
Localisation : Paumée dans un couloir
Date d'inscription : 12/02/2014




Message
Mer 29 Oct - 16:52
Water result

Avec Emmet

 

Là, lasse, elle avait laissé son sac tomber, s’était installée, ne voulait pas être dérangée. Il y a de moments comme ça. On ne choisit pas, et on choisit encore moins qui vient. Voilà, ça y est un importun est venu troubler sa tranquillité. C’est bateau, un prétexte futile, le tout englobé de la conversation banale, bancale. Incident imprévu, elle n’avait pourtant rien fait qui puisse laisser croire qu’elle voulait engager la conversation, non ? Et voilà qu’il se mettait à parler.  Il courait, merveilleux, ça lui faisait une belle jambe. Et maintenant voilà qu’il s’intéressait à elle. Mmm, politesse ?

Oui, elle cherchait ce qu’elle allait pouvoir faire de son avenir. Pas de quoi s’émerveiller, tout le monde doit choisir, tôt ou tard. Pour elle c’est plus tôt, que tard. Par pour lui, cet abruti avec son sourire fleuri, il avait du temps devant lui. Si elle avait été un peu moins polie elle aurait tout fait pour le lui faire ravaler son sourire de parfait ravi, mais non, la commissure de ses lèvres s’étira dans un simulacre de grimace, qui pouvait approximativement passer pour une preuve d’amabilité, mais pas les mots qui allaient avec.

-Oui, ça se voit non ?

Il n’y avait rien de naturel dans cette conversation, c’était louche, très  certainement, on ne pouvait en douter pendant un instant.  Chaque mot semblait être choisis, pensé, puis mesurés, murement réfléchis. Comme quand on élabore une stratégie. Alors pourquoi, expliquez-moi, pourquoi il venait ? Un besoin viscéral de fourrer son nez dans les affaires des autres ? Curiosité maladive ?

Cyryiel n’est pas agréable, elle est de mauvaise humeur. Alors elle ne dit rien, sombre dans la contemplation des eaux profondes qui s’étendent tout près. De loin, les deux élèves auraient put passer pour des personne proches, mais il n’y avait rien, rien que du vent et des mots creux. La seule chose qui pouvait les lier c’était Icarus, étrange. Mais plus étrange encore, c’était la mention de ce nom dans la bouche du vert. « Tu as demandé à Iko ? » 

Non, elle n’avait pas demandé à Iko, elle n’avait demandé à personne, et si elle devait le faire ce ne serait certainement pas parce que ce gugusse venait de lui en donner l’idée.

-Non, je lui ais pas demandé.


Pure politesse, froide phrase. Il faudrait rajouter un peu d’humanité à cette conversation. C’est comme si les rôles c’étaient inversés. Emmet est devenu gentil, chaleureux. Cyryiel froide, peu loquace. Deux aimants, quand ils s’attirent leurs effets s’inversent. Ce serait aussi leur cas ? Curieux, les théories moldues fonctionneraient donc sur les humains aussi. Pourtant rien n’attirait notre demoiselle vers le Serpentard. Allons, ça ne pourrait pas faire de mal de s’intéresser à lui.

-Tu sais ce que tu compte faire toi ?

Gentillesse feinte, sourire peu apparent, mais présent. Tout ça n’était qu’un jeu de dupes.



Cae,Dessia, Sloan, Summer, Judas, Ocean, Jazzie, Camille & Alwin ♥



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Serpentard
vampire de ces dames



avatar
Emmet F. Weibb
Messages : 872
Age : 23
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Sam 22 Nov - 16:02
Cyryel était décidément d’une humeur de chien. Mais il en fallait plus pour te faire fuir Emmet. Tu n’étais pas franchement réputé pour t’accrocher aux gens, mais tout le monde savait que tu atteignais presque toujours tes objectifs. Et là, en l’occurrence, ton objectif était de faire plier la blondinette, de lui tirer un sourire – un vrai, pas une grimace hideuse qui lui donnait un petit air de famille avec les gargouilles de Notre-Dame. Tu écoutes donc, tu accuses les coups, te retenant d’aller la plaquer contre l’arbre le plus proche et de lui faire regretter ses mots… Depuis que tu es sorti avec Sandy, ton corps est parcouru de pulsions vachement plus violentes qu’avant, et ce n’est pas toujours facile de t’en empêcher, de te retenir. Tu respires lentement, forçant ton cœur à ralentir, tes glandes sudoripares à se calmer.

Finalement, tu commences à t’étirer tranquillement, mettant toi-même fin à ton petit footing matinal, et montrant encore mieux l’évidence comme quoi tu vas rester ici. Et puis, elle pose à son tour une question. Question qui fâce, en soi : parler de l’avenir des gens est souvent difficile. Toi, tu sais ce que tu vas faire, mais tu sais aussi que ça n’est pas ce que tu voudrais vraiment faire. Que ce n’est qu’une vulgaire réponse aux désirs de ton père, ni plus que ça, ni moins pour autant. Alors, tu gardes ton visage parfaitement neutres et, alors que tu souffres le martyre en étirant les muscles de tes fesses – pauvres petits muscles si discrets – tu réponds :

« Je vais aller en formation pour entrer au ministère de la magie. »

Le secteur importait peu – tu étais quasiment bon en tout, à part la divination, à laquelle tu avais vraiment du mal à croire – du moment que tu entrais. Ça ferait plaisir à ton père, et peut-être aurais-tu enfin droit à ce sourire que tu pourchasses avec appreté depuis des années. Mais avant, il fallait que tu redores le blason de ta réputation, sévèrement attaqué par la façon dont tu avais batifolé avec un autre homme – enfin homme… Garçon serait plus adapté. Tu secoues doucement la tête et t’asseoit enfin, appréciant en silence le soulagement général de ton corps qui peut enfin se reposer. Et puis, tu attrapes l’un des parchemins présentant une école d’art. Tu n’avais jamais vu Cyryel comme une artiste : elle en avait la sensibilité, certes, mais il lui manquait ce petit grain de folie qui transformait les amateurs en génies.

« Je ne t’imaginais pas vraiment artiste, mais c’est vrai que je ne te connais pas plus que ça. Je peux essayer de t’aider, un petit peu, si tu veux. Par exemple, tu as réfléchi à ta matière préférée ? Je sais que tu as les capacités pour faire à peu près tout, donc sans idée précise, c’est encore plus dur, mais bon. »

C’était vraiment incroyable de voir comme tu pouvais avoir l’air sympathique, des fois, et être un véritable connard d’autres.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas

Feeling spacing ϟ Emmet

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: Extérieur :: Lac Noir
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥