Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Excuse my clumsiness • Aéraki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Serpentard
& Préfet à quatre pattes



avatar
Icarus K. O'Neill
Messages : 646
Age : 25
Localisation : Quelque part dans les fougères...
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Sam 4 Oct - 22:15
Icarus avait eu une rude journée.
Mal réveillé, il s'était levé en retard et n'avait même pas pris le temps de déjeuner avant de commencer les cours. Enseignements qui débutèrent ce jour là par les sortilèges. Le Serpentard avait beau avoir une relation secrète mais proche de monsieur Emerald, ce dernier ne lui avait offert aucune excuse quand il arriva avec deux minutes de retard. Viridus lui inculqua la ponctualité en faisait de lui, le cobaye de sort de son cours et il ne se gêna pas pour en profiter pleinement. A la fin de l'heure, c'est les fesses toutes engourdies qu'il sortit de la salle à force de tomber sous les sorts de son professeur et de ses camarades.
Après deux heures d'histoire de la magie tout aussi amusante qu'une partie d'échec contre un arbre, le jeune homme se rendit sur le terrain de Quidditch ou devait débuter son entraînement de la semaine. Malheureusement pour lui, les cognards ne lui firent pas de cadeau et les hurlements de sa capitaine ne firent que l'enfoncer davantage dans sa médiocrité. Ratant frappe après frappe, le batteur s'en sortit avec une multitude de nouveaux bleus et les oreilles sifflantes, épuisées par les remontrance de miss Morgan.

Après quoi, ce fut l'heure du repas. Iko se détendit enfin en mangeant avec Cyryiel et en profita pour lui raconter ses malheurs du jour. Le dîner passa si vite que le sorcier eu un pincement au cœur en quittant la Serdaigle pour se rendre en cours de soins aux créatures magiques. Au moins, là, il ne risquait pas de faux pas. Son talent naturel dans la matière lui permit de finir l'enseignement sans blessures ni remontrances, bien au contraire.
Le sourire aux lèvres, Icarus passa le reste de l'après midi à suivre ses cours tout en supportant le contre coup de sa matinée si violente. C'était enfin fini. Dans une heure il irait manger dans la Grande salle et pourrait se reposer juste après. Le cœur léger, il raccompagna un groupe d'amis Gryffondor à leur salle commune. Pour lui, un Serpentard qui dormait aux cachots, l’ascension jusqu'au septième étage ne fut pas des plus aisé et c'est le souffle court qu'il arriva enfin au sommet. Laissant son groupe d'amis, il alla s’asseoir sur un banc juste à l'entrée du couloir enneigé.

Tout à coup, une vérité le frappa. Ses devoirs.
En y repensant, le jeune homme n'avait jamais été de ceux qui terminent leurs parchemins à l'avance. Par ailleurs, son statut de préfet, de batteur dans l'équipe de Quidditch et de président du club d’hôtes lui prenaient beaucoup de temps ces derniers temps. Décidément, ce n'était pas sa journée. Il prit son sac sur une épaule et se leva péniblement en se dirigeant vers les escaliers. Traînant des pieds et le regard rivé sur le sol de marbre, Icarus ne vit pas ce qui arrivait en face de lui. Il percuta quelqu'un et tout le contenu de son sac se déversa sur le sol. Sans se soucier de ses affaires, Iko releva la tête avec un air désolé.

« Pardon, c'est ma faute je suis vraiment désolé de t'avoir bousculé... »

Il vit enfin la victime de sa nonchalance : Une Gryffondor.





Icarus K. O'Neill.
Icarus est un gentil Serpentard.
Iko est préfet.
Icarus n'aime pas sa Maison.
Iko est un animagus.
Il prend l'apparence d'un jeune chien.
Son pelage est immaculé comme la neige.
Chien ou humain, il est daltonien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Lun 6 Oct - 0:30
Aéraki était une sorte de tornade. Être un vortex insaisissable, tel était son fardeau.

Durant toute la journée, elle parvint difficilement à tenir en place. Toujours à bouger une jambe, à triturer ses cheveux, pianoter sur la table avec ses doigts tout en prenant des notes de l’autre main ; il fallait qu’elle bouge. L’immobilité n’avait jamais été son fort. Il lui avait fallu quelques temps avant que les élèves cessent de la dévisager, pensant certainement qu’elle faisait exprès de les déranger. Mais ce n’était pas le cas. C’était tout simplement naturel pour elle. C’était tout simplement une chose dont elle avait l’habitude à présent.

La journée se déroula ainsi. Bien qu’elle soit ravie d’apprendre de nouvelles choses, il lui était impossible de se concentrer très longtemps sur ce que disait un professeur ou sur un exercice pratique, et c’était peut être ce qui était le plus difficile pour elle : avoir un monde nouveau tout offert, où tout était à apprendre, et être incapable de s’y adonner autant qu’elle l’aurait souhaité.

Parfois, elle ne pouvait s’empêcher de s’en vouloir, d’être si en colère contre elle-même qu’elle avait envie de hurler, d’être si frustrée qu’elle ne pouvait s’empêcher de pleurer. Car parfois, c’était juste trop pour elle. Bien qu’elle sache mieux le gérer à présent, son trouble de l’attention pouvait se révéler être un calvaire. Il lui fallait par exemple se battre contre elle-même pour rendre un devoir, ne pouvant se concentrer longtemps dessus et ayant des difficultés pour organiser ses idées. Et toutes ces batailles pour qu’elle puisse aller au bout de sa scolarité étaient parfois éreintantes.

Et ce jour ne fit pas exception.

Et elle fut soulager de voir l’heure du déjeuner arriver. Elle se sentait mieux au milieu des autres élèves qui bougeaient, parlaient, mangeaient, et parfois se disputaient. Elle pouvait laisser son esprit aller des uns aux autres sans se sentir étrange ou penser que son comportement était déplacé. Il l’était, assurément, mais perdue dans cette foule personne ne la remarquait, et là était toute la différence. Les cours de l’après midi se déroulèrent comme ceux du matin. Et elle avait hâte que vienne l’heure du dîner, car avoir toujours ses pensées en vadrouille était épuisant.

Quand elle fut libérée de ses obligations étudiantes, elle se précipita au septième étage afin de déposer ses affaires dans la salle commune. Une fois que ce fut chose faite, elle en ressortit avec l’idée de traverser le couloir enneigé, qu’elle affectionnait particulièrement, malgré le froid qui y régnait – peut être plus que dans le reste de l’étage. Elle fut des plus surprise quand elle percuta quelqu’un, mais étant donné qu’elle ne prêtait aucune attention à ce qui se passait autour d’elle, elle ne pouvait pas réellement en être étonnée.

Elle entendit se répandre sur le sol les affaires de la personne contre laquelle elle s’était bousculée et il ne lui en fallut pas plus. Elle entendit à peine les excuses de l’élève qu’elle s’élança vers lui tout en débitant un flot de parole incessant :

« Je suis vraiment désolée moi aussi ! Je n’ai pas fait attention. En même temps c’est beaucoup me demander. Tu ne t’es pas fait mal ? Attends je vais t’aider à ramasser tes affaires, ce serait dommage qu’elles soient endommagées. J’espère vraiment que tu ne m’en veux pas j’étais un peu dans la Lune. En parlant de ça j’espère qu’il y aura du flan en dessert ce soir. En plus ça rime avec « blanc ». D’ailleurs on devrait appeler ça « dessert blanc » c’est beaucoup plus joli. Tiens tes affaires ! Je file l'heure du dîner approche ! Au revoir ! »

Elle n’avait pas cessé, durant son monologue, de tourner, sautiller, autour de l’élève, s’assurant qu’il allait bien, et il en avait été de même pendant qu’elle divaguait sur ce fichu dessert ou en l’aidant à ramasser ses affaires. Mais ce n’est qu’après, en s’éloignant, qu’elle réalisa ce qu’elle avait dit et à quelle point elle voulait disparaître à cet instant. Cet emportement était une nouvelle bataille perdue. Enervée elle soupira :

« Il n’y a vraiment que moi pour rapprocher la Lune à un flan vanille. »
Revenir en haut Aller en bas

Serpentard
& Préfet à quatre pattes



avatar
Icarus K. O'Neill
Messages : 646
Age : 25
Localisation : Quelque part dans les fougères...
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Ven 10 Oct - 11:44
Icarus connaissait beaucoup de gens. Un bon nombre d'entre eux avait la parole facile mais alors qu'il savait ça, jamais, ô grand jamais, il n'avait entendu un débit comme ça. C'est à peine si il avait réussi à suivre le cours de ses idées. A comprendre le cheminement de ce que cette Gryffondor avançait. D'abord des excuses, puis une lune et du flan. Le Serpentard avait beau être assez vif d'esprit, là, tout de suite, il ne comprenait pas. Qui aurait pu ? D'autant plus que la demoiselle n'avait eu de cesse de sautiller partout comme une puce. Pour un sorcier fatigué par une journée de cours, c'était beaucoup d'informations. Trop d'informations. Ce à quoi il répondit par un magnifique et profond :

« Euh... »

De la pure poésie.
Mais voilà qu'à peine eut-il le temps de percuter que sa camarade se relève et s'en va. Paniqué, Iko la suivit sans trop savoir pourquoi. La curiosité peut être ? Lui qui avait toujours fait des efforts pour se contenir. Chasser le naturel, il revient au galop comme on dit. Le jeune homme l'entendit alors,se maudire tandis qu'il la rattrapait et ne put s’empêcher de la reprendre avec un air amusé.

« Il n'y a que toi c'est certain. Et ça fait de toi quelqu'un d'unique. »

Pour le préfet, chaque personne avait une particularité. Une nuance qui faisait d'elle un être à part. Cela pouvait aller d'un talent pour le vol sur balai à une teinte de voix particulière. Tout les ingrédients étaient réunis pour faire de chaque élève de cette école, une rencontre enrichissante. Voilà pourquoi Icarus avait suivi la Gryffondor, instinctivement. C'était aussi simple que ça.
Tout en marchant à ses cotés -sans lui avoir demandé la permission bien entendu- le jeune homme se demanda qu'est ce que pouvait encore lui révélé cette fille sur sa personnalité. Il ne voulait pas se montrer envahissant ou même collant, juste curieux d'en apprendre plus sur elle. Le Serpentard réagissait souvent spontanément sans se poser trop de questions. Les questions c'était pour les Serdaigles. Avec une voix innocente il lança la conversation le premier.

« Je m'appelle Icarus et toi ? »

Soft. Clair et précis.
Encore une fois, on était loin de toute forme de poésie mais c'était mieux que de rester muet. Le préfet attendait patiemment sa réponse sans se soucier du reste du monde ou de sa fatigue accumulé au cours de la journée. En plus son ventre gargouillait de faim désormais. Il se surprit à s'imaginer manger un flan à la vanille en dessert ce soir. Une pensée qu'il n'aurait pas eu si sa camarade n'en avait pas fait la remarque. Avec le ton le plus sérieux du monde il reprit tranquillement.

« Je me demande bien qu'elle goût aurait un flan à la citrouille. »


Le pire, c'est qu'Icarus était tellement sincère que s'en était désolant. Plus débile comme réflexion ça n'existe pas. Encore moins quand on tente d'établir un dialogue avec une inconnue. Au moins, il avait le mérite de ne pas cacher sa simplicité...





Icarus K. O'Neill.
Icarus est un gentil Serpentard.
Iko est préfet.
Icarus n'aime pas sa Maison.
Iko est un animagus.
Il prend l'apparence d'un jeune chien.
Son pelage est immaculé comme la neige.
Chien ou humain, il est daltonien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Sam 11 Oct - 1:10
Aéraki se maudit silencieusement avant de soupirer une nouvelle fois. Oui, il n’y avait qu’elle pour faire ce genre de choses. Au mieux elle serait passée pour une bête étrange et serait tout aussi vite oubliée.

C’était peut être l’une des seules choses positives qu’il y avait à être elle : les gens avaient tendance à l’oublier facilement, comme si son hyperactivité lui avait également conférer ce pouvoir pour se faire pardonner les nombreuses fois où elle se ferait remarquer par sa faute.

Perdue dans ses pensées, comme souvent, elle ne l’entendit pas venir vers elle et elle ne put s’empêcher de sursauter quand il l’entendit lui dire que ce mal qui la rongeait participait à la rendre unique. Il y eut d’abord une colère sourde qui monta en elle : oui, cela la rendait unique autant que cela lui pourrissait la vie.

Mais, quand elle se retourna pour lui faire face avec l’intention de lui exposer ce fait, elle fut surprise de voir qu’il n’y avait aucune trace de moquerie dans son comportement ou dans son regard. Alors sa colère mourut aussi vite qu’elle naquit en elle. Il se présenta : Icarus, et elle se mordit la joue pour ne pas se lancer dans une digression concernant son nom, mais elle ne put s’en empêcher quand il lui demanda le sien :

« Je m’appelle Aéraki. Mais ça n’a rien à voir avec le hachis. En fait ca veut dire « brise » en grec. Mais comme le vent, pas comme « briser » sinon ça perd de son sens et de sa poésie. D’ailleurs j’aime beaucoup Walt, surtout son « A un étranger ». Et désolée je m’emporte encore une fois.»

Elle fut cependant soulagée d’avoir su interrompre ses pensées et ce flot de paroles qui lui brûlait les lèvres. Elle sourit. Elle le trouvait sympathique. Elle n’avait jamais pris le temps de parler avec le préfet de Serpentards malgré tous les échos positifs qui lui parvenait sur ce garçon, mais se retrouver face à lui était une toute autre chose. Elle ne se sentait pas intimidée, plutôt fébrile.

Elle voulait savoir si ce qu’on disait de lui était vrai, bien sûr, elle l’avait déjà vu partager ses repas avec des élèves d’autres maisons mais elle supposa qu’ils étaient des amis de longue date, d’avant Poudlard, mais elle n’en était pas sûre. De plus, elle ne s’était jamais attardée sur une seule personne, elle en était tout simplement incapable, elle passait de l’un à l’autre, papillonnant, se posant des questions tout en oubliant celles qui s’étaient créer un chemin jusque son esprit. Elle était ainsi. Elle savait tout et rien à la fois et c’était à la fois grisant et frustrant.

Elle remarqua qu’elle s’était encore perdue dans ses pensées. Mais quelle ne fut pas sa surprise quand elle entendit Icarus s’interroger ou non sur le possible goût qu’aurait un flan à la citrouille. Elle le regarda, surprise, mais ne put empêcher un nouveau sourire naître sur son visage.

« Je ne pense pas que se serait très savoureux, la citrouille est surtout bonne pour les potages ou les jus. Mais c’est vrai que ce serait pratique ! Un nouveau dessert bon pour les personnes qui font attention à leur alimentation, car les citrouilles et autres sortes de courges sont très peu caloriques ? Ce serait parfait pour les gourmands. Et en plus c’est excellent pour la santé en général :elles regorgent d’antioxydants et leurs graines peuvent soulager les irritations de la vessie et les troubles de la miction associés à l'hyperplasie bénigne de la prostate. Et tu savais qu’on différencie les différentes sortes de courges grâce à leurs pédoncules, celui du potiron est tendre et spongieux et de forme cylindrique, alors que celui de la citrouille est dur et fibreux. En plus la citrouille est pleine de vitamine A, donc pour avoir des os solide, une peau en bonne santé et se protéger des infections on peut manger de la citrouille ! »

Elle s’arrêta par manque de souffle, sa tirade sur les bienfaits de la citrouille étant sortie d’une traite, sans une interruption. Elle se demandait comment elle pouvait encore connaître ce genre de choses alors que cela faisait des années qu’elle s’était intéressée aux légumes lors d’une de ses nombreuses insomnies. Et elle trouva injuste de ne pas avoir autant de mémoire pour ses cours, plutôt que de retenir des choses dont peu de personnes se souciaient. Qui à Poudlard, malgré leur consommation de jus de citrouille, s’intéressait aux avantages de ce légumes pour le métabolisme humain ? Surtout qu’elle en détestait le goût !
Revenir en haut Aller en bas

Serpentard
& Préfet à quatre pattes



avatar
Icarus K. O'Neill
Messages : 646
Age : 25
Localisation : Quelque part dans les fougères...
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Ven 30 Jan - 21:44
Le pas lent, Icarus descendait les marches aux cotés de la Gryffondor. Il ne savait pas encore le prénom de sa camarade et, de ce fait, n'engagea pas plus la conversation étant dans l'attente d'une réponse. Les rares fenêtres ouvertes sur les escaliers laissèrent passer de fines bourrasques. Juste de quoi ébouriffer les cheveux déjà bien emmêlés du préfet. Il avait renoncé depuis longtemps à les coiffer et les seuls occasions pour lesquelles il se dévouait corps et âme à la rude tache de les lisser, c'était pour ses rendez vous avec Cyryiel.

Le regard vague Iko apprit enfin le nom de la sorcière. Aéraki. L'énonciation était agréable à l'oreille et il ne fut pas surpris quand elle lui expliqua la signification de ce même mot. Il s'essaya à la prononciation en faisant son possible pour ne pas écorcher son prénom.

« Aé-raki ? Enchanté ! »

le Serpentard ne releva pas quand elle s'excusa pour son emportement. Il n'y avait pas de quoi après tout et c'est avec toute la gentillesse du monde qu'il glissa un simple et sincère :

« Y'a pas de soucis. »

Son ventre gargouillait de plus en plus fort et il avait de plus en plus de mal à cacher le bruit en se raclant la gorge par intermittence. C'est l’œil surpris qu'il assista à nouveau au phénoménal débit de parole d'Aéraki. Un véritable monologue sur la citrouille et ses caractéristiques. Comment pouvait-elle parler autant sans reprendre son souffle ne serait ce qu'une seule fois ? Mystère et malice-réglisse. Doucement mais sûrement, Icarus laissa planer un bref silence avant de répondre avec une voix un peu tendu.

« Pour être tout à fait honnête avec toi, je préfère ne jamais avoir besoin des vertus de la citrouille si tu vois ce que je veux dire... »

Pas besoin faire un dessin. Quand on touchait à l'entre jambe d'un homme, nul doute que le simple fait d'imaginer avoir un souci était peu réjouissante. Voir même catastrophique pour certain.
Se raclant une nouvelle fois la gorge pour masquer un gargouillis tonitruant, le sorcier laissa le court de ses pensées glisser tel un cours d'eau. Citrouille- manger-prostate...Il secoua la tête comme pour vider son esprit d'une vision pour le moins désagréable. Pressé de se changer les idées il reprit la conversation avec insistance.

« Tu parles beaucoup »

Aïe. Rien de mieux pour jeter un froid. Iko voulut se rattraper aussi vite que possible.

« Enfin je veux dire que c'est étonnant, on dirait presque que tu n'as pas besoin de respirer »

Le mal était fait et le jeune homme espérait de tout cœur ne pas avoir vexer sa camarade. Il s'inclina légèrement pour témoigner sa gêne et ouvrit à nouveau la bouche en ayant bien fait attention de tourner sept fois sa langue dans sa bouche.

« Tu lis beaucoup, je me trompe ? »





Icarus K. O'Neill.
Icarus est un gentil Serpentard.
Iko est préfet.
Icarus n'aime pas sa Maison.
Iko est un animagus.
Il prend l'apparence d'un jeune chien.
Son pelage est immaculé comme la neige.
Chien ou humain, il est daltonien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Sam 31 Jan - 19:27
Tout en marchant aux côtés du préfet, Aéraki ne put s’empêcher de sourire en l’entendant tenter de prononcer son nom correctement. L’attention la toucha. Peu de personnes prenaient la peine de faire cela pour elle, la plupart de ses amis l’appelant tout simplement « Aé ».


Même si ce surnom lui plaisait car signifiant une certaines proximité avec ses camarades, elle regrettait qu’ils ne tentent pas plus souvent de dire complètement son nom. C’était comme si on l’amputait d’une partie de son identité. Aussi, quand Icarus fit ses tentatives de prononciation, un sourire vint naturellement fleurir sur son visage.


Aéraki était contente. Cela pouvait sembler étrange, mais le simple fait de se sentir écouter par une autre personne qui n’est pas un enseignant la mettait en joie, même si elle se fustigeait mentalement de ne pas savoir retenir ses propos. Cependant, cela ne semblait pas déranger son interlocuteur. Au contraire, ce dernier semblait l’écouter et son débit de paroles semblait plus l’impressionner que le déranger.


Elle l’entendait se racler la gorge, et, même si au début elle pensait qu’elle en était la cause, que par là il tentait d’exprimer l’inconfort que sa présence lui infligeait, elle se rendit compte que ce n’était pas le cas et supposa alors qu’l devait simplement avoir pris froid ou mal avaler sa salive en déglutissant ; cela lui arrivait parfois, et elle savait à quel point cela pouvait être dérangeant parfois.


Aéraki ne put s’empêcher de rire quand il lui déclara avec une sorte de grimace espérer n’avoir jamais besoin de manger de la citrouille et autres courges pour leurs vertus médicinales. Elle se retint à grand peine de lui dire que ce genre de choses ne se contrôlait pas, qu’il ne pouvait savoir de quoi l’avenir serait fait. Elle pouvait comprendre que la chose s’engageait sur des questions trop intimes. Elle-même espérait ne pas en voir besoin.
Il se racla une nouvelle fois la gorge. Peut-être de gêne cette fois-ci. Elle sourit à nouveau.


Sourire qui disparut quand elle l’entendit dire qu’elle parlait beaucoup. Elle sentait bien que ce n’était pas méchant, mais elle ne put s’empêcher une pointe de colère monter en elle. Après tout, elle n’avait pas choisi d’avoir ce TDAH. Ce n’était pas de sa faute malgré ce que les autres enfants s’étaient évertués à affirmer avant son entrée à Poudlard. Et les enfants sont méchants entre eux.


Mais il tenta de se rattraper. Changea de sujet. Aéraki apprécia le geste. Son sourire revint.


« Oui je parle beaucoup. Désolée, c’est un peu le problème de ma vie. »


Elle mima un évanouissement théâtral pour tenter de détendre l’atmosphère.


« Et oui, je lis beaucoup, et de tout. Mais je ne sais pas si c’est une bonne chose vu ce que je dis comme âneries parfois ! »


Une nouvelle fois elle rit.


« Disons que j’ai besoin de toujours occuper mes mains ou mon esprit. Et je retiens la majeure partie de ce que je lis, c’est juste que j’ai beaucoup de mal à me concentrer. C’est pour cela que mes devoirs sont pleins de digressions, et ce n’est pas souvent aux goûts de nos professeurs. Quoique j’arrive à mieux contrôler la chose les années aidant. Et toi ? Tu lis également ? »
Revenir en haut Aller en bas

Serpentard
& Préfet à quatre pattes



avatar
Icarus K. O'Neill
Messages : 646
Age : 25
Localisation : Quelque part dans les fougères...
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Sam 21 Mar - 19:08
Icarus laissa son regard se perdre par une des fenêtres, bercé par la lumière orange du crépuscule. Il appréciait particulièrement ce moment de la journée ou les couloirs se vidaient lentement et que le calme s'installait avec douceur dans les couloirs de l'école.
Il n'avait pas voulut se montrer méchant et c'est donc tout naturellement qu'il rajouta pour justifier sa franchise mal venue.

« Non non ne t'excuses pas, c'est moi. J'ai eu une longue journée et tu as fait les frais de ma fatigue. Je te demande pardon pour ça.»

Le Serpentard la rattrapa quand elle feint un évanouissement. Il n'était pas très doué pour comprendre le second degré par moment...Il la releva avec douceur.
Elle lisait donc beaucoup, il avait vu juste. Lui même adorait passer du temps à bouquiner dans son coin et encore plus depuis qu'il avait prit ses distances en tant qu’hôtes.

« Lire c'est toujours une bonne chose, je t'interdis d'en douter ! »

Son rire le fit sourire allègrement.
Lui ? Lire beaucoup ? Effectivement. Pas autant qu'il aimerait pouvoir le faire mais assez pour ne pas s'en tenir rigueur. Il lisait plus que la majorité des Serpentard à n'en pas douter. Avec un immense sourire il reprit avec joie.

« Je lis oui mais sur des sujet précis. Les créatures magiques. J'avoue que je ne m’intéresse pas plus que ça au reste. A la métamorphose aussi mais dans une moindre mesure »

Pour cette partie là, il suivait déjà assidûment ses cours particuliers avec Mr Emerald...Cours qui lui paraissaient toujours aussi étrange. Il n'arrivait pas à déterminer si il appréciait son professeur ou si c'était tout le contraire. Enfin bref il s'égarait dans ses pensées.

« En tout cas je te trouve revigorante ! »

Il s'expliqua.

«Avoir une personne aussi énergique à ses coté je trouve ça plaisant. Beaucoup devrait prendre exemple sur toi si tu veux mon avis. »

Surtout les Serpentards...




Icarus K. O'Neill.
Icarus est un gentil Serpentard.
Iko est préfet.
Icarus n'aime pas sa Maison.
Iko est un animagus.
Il prend l'apparence d'un jeune chien.
Son pelage est immaculé comme la neige.
Chien ou humain, il est daltonien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Sam 25 Juil - 23:29

Finalement, Aéraki se mit à penser qu’elle avait eu de la chance de tomber sur ce Serpentard. Il lui était très sympathique et ne se sentait pas lésée en sa présence. Il avait la gentillesse de faire la conversation tout en évitant les sujets qui la dérangeaient. Il alla même jusqu’ à s’excuser de lui faire subir sa fatigue alors que jusque là c’était elle qui avait plus l’impression de lui faire subir sa compagnie. Il continua sur leur activité commune, la lecture, certifiant que cette activité était gratifiante, peu importait ce que les autres pouvaient bien en dire. Cela la réconforta un peu dans le sens ou elle se sentit moins seule. Evidemment elle n’était pas la seule à lire et à aimer cela, mais à sa connaissance elle seule lisait autant et sur des sujets aussi divers.

Quand il dit qu’il la trouvait revigorante par son énergie, elle crut avoir mal entendu. Elle se retint de se pincer le bras, craignant par la de s’attirer les foudres de cet éventuel nouvel ami. Mais ses paroles la touchèrent tant qu’elle en rougit de plaisir. Les compliments qui lui étaient adressés se faisaient rares et elle ne l’apprécia que plus, d’autant plus qu’il concernait ce qu’elle considérait comme un défaut incontrôlable chez elle.

« Merci » lui dit-elle avant d’enchaîner. « Alors toi aussi tu aimes les créatures magiques ? Enfin moi quelles soient magiques ou non je les adore ! Leurs modes de vie, la hiérarchie intra-spécifique de certaines espèces… Il y a tant de choses à savoir sur elles ! Et je trouve que les humains ont beaucoup à apprendre d’elles. »

Elle prit le temps de faire une pause, sachant très bien qu’elle allait s’enflammer et parler si vite qu’il aurait sans doute du mal à comprendre, ce qui serait dommage dans le sens où il était rare que quelqu’un reste pour converser avec elle. Elle se retint pourtant de parler d’hybridation entre les espèces, ayant connaissance des avis très tranchés sur la question dans le monde des moldus et ne sachant pas s’il en était de même chez les sorciers, et elle ne voulait pas aborder un sujet aussi épineux avec une personne qu’elle ne connaissait pas encore tout à fait et donc ne sachant pas si elle pouvait discuter et débattre avec lui en toute quiétude même si leurs avis divergeaient. Elle préféra prendre un chemin détourné pour rejoindre le sujet de la métamorphose qu’il avait évoqué plus tôt.

« Quand j’étais enfant j’avais un chien, une border collie. Elle m’a beaucoup aidé par sa présence quand ça n’allait pas fort. Parfois j’aimerai savoir me métamorphoser en chien juste pour connaître sa vision, sa perception des choses, de la vie de chien. Désolée ça doit paraître bizarre…»

Oui, parfois cette idée lui traversait l’esprit mais elle se savait incapable de faire cela pour le moment. Elle n’était pas assez appliquée et n’avait tout simplement pas le niveau pour subir une telle transformation sans s’en trouver changée irrémédiablement.

« C’est une race de chien de berger. C’est mon patronus aussi. » Continua-t-elle. « Ce sont des chiens très intelligent, volontaires et très à l’écoute de leurs maîtres. Avec une bonne méthode on peut leur demander de faire n’importe quoi ! C’est épatant ! »

Et Aéraki était aux anges ! Pouvant converser tout à l’envie avec une personne qui semblait l’écouter et ayant les mêmes intérêts qu’elle.
Revenir en haut Aller en bas

Serpentard
& Préfet à quatre pattes



avatar
Icarus K. O'Neill
Messages : 646
Age : 25
Localisation : Quelque part dans les fougères...
Date d'inscription : 07/07/2013




Message
Ven 31 Juil - 9:40

Icarus était en agréable compagnie il ne pouvait pas le nier. Cette demoiselle avait toutes les qualités pour devenir une grande amie. Néanmoins il le garda pour lui, dans un coin de sa tête, histoire de ne pas faire fuir l’intéressée avec un comportement trop amical. On lui avait souvent reproché d'être trop chaleureux avec les gens depuis sa petite enfance et depuis quelques mois il essayait d’être moins...collant ? Ce n'était pas facile pour un caractère comme le sien mais il faisait des efforts, pour Cyryiel, pour Emmet et tout ses amis qui s’inquiétaient pour lui et de sa nature trop naïve. Mais comment ne pas s'enflammer quand le sujet portait sur les créatures magiques – ou non ? Iko était tellement avide de savoir sur ce sujet qu'il considérait toutes sortes d'informations comme bon à prendre, qu'elles viennent de livres, de films ou de personnes. Non il ne pouvait pas se contenir.

« A qui le dis-tu ! Pour ma part j'ai l'ambition de devenir un grand soigneur magique. Non pas que les créatures non magiques ne m’intéressent pas, loin de là. Mais La diversité est tellement présente dans le monde sorcier que je n'en vois pas le bout et je trouve ça si excitant ! » Il marqua une pause avant de reprendre le souffle un peu court. «  Et puis le relationnel entre le patient et le soigneur c'est ce qui m'attire le plus je pense. »

Le Serpentard écoutait toujours avec autant d'attention ce que disait la jeune Gryffondor. Alors comme ça elle aimait et avait eu un chien. Voilà deux points qui ne faisait que renforcer la bonne impression qu'il avait d'elle. Lui aussi avec deux magnifiques bergers allemands chez lui, qui l'attendait à chaque vacances pour lui souhaitait un bon retour.

« La présence d'un chien c'est magnifique n'est ce pas ? »

Quand elle aborda le sujet de la métamorphose animale, Iko eut un sourire gêné. Il était en plein dedans en ce moment. Ça forme d'animagus n'était pas encore parfaite mais il savait d'ors et déjà que c'était un animal de genre Canis. Mr Emerald le lui avait même confirmé lors de leur dernière séance d’entraînement. Alors que répondre à Aéraki sur le sujet ? Il n'aimait pas mentir mais il avait fait une promesse à son professeur…

« La métamorphose animale est un sujet vraiment passionnant en effet, voir, entendre, toucher a travers les sens d'une créatures doit être vraiment grisant ! »

Après tout ce n'était pas vraiment un mensonge non ? Il éludait juste un peu la vérité vraie. Tant qu'elle ne posait pas de question directes sur le sujet il n'avait pas à s’inquiéter outre mesure. Mais voilà que sa camarade lui parle de la race de son chien. Icarus la laissa parler en s'abreuvant de ses mots.

« J'adore les chiens de berger ! J'en ai deux à la maison et ils sont fantastiques ! Je suis sur qu'il me comprennent quand je leur parle. » Dit-il avec un peu trop d'entrain. « Ce qui est étrange c'est que malgré mon amour pour les chiens, mon patronus est un jeune poulain. Tu me diras c'est pas non plus très étonnant vu que j'adore aussi les chevaux. Et tout les autres animaux à vrai dire... »

Le voilà qu'il parlait de sa petite vie maintenant. C'était un peu pathétique pour le coup et il se reprit rapidement en essayant de calmer les rougeurs de honte sur ses joues. Icarus n'était pas très à l'aise pour parler de sa vie personnelle et même si il ne considérait pas la Gryffondor comme une étrangère il restait un peu sur la réserve sur ce sujet là...




Icarus K. O'Neill.
Icarus est un gentil Serpentard.
Iko est préfet.
Icarus n'aime pas sa Maison.
Iko est un animagus.
Il prend l'apparence d'un jeune chien.
Son pelage est immaculé comme la neige.
Chien ou humain, il est daltonien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Mar 11 Aoû - 23:16

La joie d’Aéraki n’eut pas le temps de se muer en doute concernant sa personne qu’elle pensait ennuyeuse au possible. Elle n’eut pas le temps de regretter un mot de ce qu’elle venait de dire et elle se sentait bien. Chose assez rare pour être mentionnée. Elle avait eu une longue période durant laquelle elle ne se sentait pas maîtresse d’elle-même, durant laquelle elle pensait ne pas avoir d’utilité, que son existence n’était qu’un vague jeu du destin. Elle avait fait beaucoup d’effort pour se convaincre du contraire, et ces efforts semblaient porter leurs fruits. Elle se sentait bien. Juste bien, et le sourire qui ornait son visage en était la confirmation.

Aussi, elle fut également agréablement surprise quand il lui parla plus précisément de ses projets d’avenir et de son amour pour les animaux. Aéraki partageait son avis concernant la riche diversité spécifique qui existait dans le monde magique.

« Je suis d’accord, le monde magique regorge de trésors animaliers et de créatures ! On en apprend tous les jours et nous ne savons peut-être même pas tout ! C’est fascinant ! Mais je dois avouer que j’ai tout de même un faible pour les chiens. Comme tu le dis c’est magique ! Et puis ils sont si intelligents ! Toute créature est intelligente mais je trouve que les chiens son exceptionnels ! Des compétiteurs de hauts niveaux et parfois des héros ! Oh ! ce serait tellement génial que je puisse prendre forme canine une journée ! »

Elle divaguait encore mais cela ne semblait pas déranger son vis-à-vis. Aéraki était ravie de tomber sur une personne partageant son avis sur les animaux en général. Icarus voulait même devenir soigneur ! Et elle trouvait simplement qu’il était fait pour cela ! Il était patient et gentil et on sentait clairement qu’il aimait ce sujet. Aussi ne se priva-t-elle pas de le lui dire.

« Je trouve que Soigneur t’irait très bien ! Ca se voit que tu es passionné quand tu en parles ! Mais tu as déjà une idée des études à entreprendre ?»

Il avait également des chiens mais il se plaignit avec humour de la forme poulinière de son patronus. Aéraki au contraire trouva cela intéressant.

« Mon patronus est un chien de berger. Parfois je me plais à croire que c’est ma propre chienne qui m’a transmis de son essence pour me protéger encore comme elle le fit quand j’étais encore chez mes moldus. Elle était mon ange gardien. »

Aéraki s’arrêta pourtant là, ne voulant pas raviver des souvenirs qu’elle avait longtemps enfouit.

« Je trouve que le poulain te correspond. Déjà robuste mais qui doit encore grandir et prendre en carrure pour réaliser ses rêves. Car être soigneur de créatures est une grande responsabilité et peut être dangereux parfois, donc il faut que tu puisses porter cette charge. » Elle s’interrompit avant de reprendre, gênée. « Désolée je ne voulais pas être si envahissante je sais que les patronus sont des sujets très sensibles pour certaines personnes. »
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas

Excuse my clumsiness • Aéraki

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: Septième étage
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥