Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[HOHOHO] Game on - Loulou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ligue des sorciers
Les shorts c'est le bien



avatar
Garfield S. Andersem
Messages : 1107
Age : 26
Date d'inscription : 13/09/2013




Message
Mar 6 Jan - 13:09
C'était un jour de fête. Qui dit jour de fête à Poudlard dit aussi paranoïa généralisée.

Noël était peut-être un peu différent, puisqu'il y avait des tas de cadeaux dans les dortoirs. En se levant, Garfield n'avait rien constaté d'anormal, à part ledit tas de paquets, mais il n'était pas pressé de sortir. Wesley n'était pas là, peut-être parce qu'il était déjà neuf heures, mais son coin n'était pas aussi bien rangé que d'habitude et ça, c'était très étrange.

Rien qu'au fait que Garfield ait observé quelque chose alors qu'il venait de se réveiller, on pouvait dire qu'il était sur ses gardes. Il s'assit avec un soupir au pied de son lit, et entreprit d'ouvrir les paquets plus ou moins bien emballés, en espérant qu'aucun ne lui saute à la tête.

De ses parents, il avait reçu une énième paire de chaussettes - bleu électrique décorées de petits boursoufs roses, quelle classe - et un gros sac de sucreries. C'était un peu une tradition qui voulait dire que son vrai cadeau l'attendait aux prochaines vacances, comme à chacune des rares fois où il ne rentrait pas pour les fêtes. Cette année, les parents lui avaient expressément demandé de rester à Poudlard. Andrew ne rentrait pas pour Noël à cause d'une sombre histoire de dragoncelle, et Zelda faisait toujours la gueule d'avoir passé son été enfermée dans sa chambre pour Merlin seul savait quelle raison. Ses parents avaient donc décidé de partir quelques jours en vacances à deux. La maison décorée n'importe comment manquait à Garfield, avec la guerre de guirlandes entre les trois maisons représentées dans le cercle familial, en plus des décos moldues du père de famille, qui avait un goût prononcé pour le kitsch et plaçait des pères Noël en porcelaine et des boîtes à musique un peu partout. Garfield soutenait depuis toujours que les guirlandes vertes étaient débiles parce qu'elles ne se voyaient pas sur le sapin, ce qui rendait sa soeur enragée. Noël, ç'aurait aussi dû être l'odeur des petits plats de son papa toute la journée du réveillon, et l'odeur de brûlé deux minutes avant de servir. Il avait une hérédité chargée. Il soupira encore.

De Zelda, il avait encore reçu des bonbons, et un jouet pour chat. Elle s'imaginait que le "bébé" avait encore la force de courir, quelle naïveté. Déjà rien qu'en marchant, ce monstre nettoyait le sol avec son ventre. Garfield plia et déplia la main droite, qui le chatouillait en souvenir des multiples griffures survenues à la suite de l'idée foireuse de décorer le Chat avec une guirlande de Noël. Peut-être que se passer les nerfs sur une canne à plumes calmerait l'animal. Ceci dit, à force de recevoir des sucreries, le maître allait finir par ressembler à son chat. Andrew lui avait par contre envoyé un parchemin plié bizarrement, dont il ne comprenait pas bien l'utilité. Sans doute un truc magique, alors que son frère était parfaitement au courant que ce genre de choses avait une tendance non négligeable à lui exploser à la figure. Enfin bon. Il lirait la lettre accompagnante après, il commençait à avoir la dalle. D'Alix, il avait reçu un cadeau royal, sa batte de Quidditch de l'école. Il hésitait entre s'en servir en son honneur et la mettre dans une vitrine.

Il ouvrit rapidement les paquets restants, pour arriver à un tout dernier. Une enveloppe dorée. Il avait pensé en premier lieu à une carte de voeux de tante Odile, qui s'obstinait à chercher les cartes magiques les plus pénibles, de celles qui chantaient faux et qu'on ne pouvait arrêter qu'en les brûlant, et donc en écoutant l'horrible voix disparaître dans une lente agonie - tante Odile avait un humour particulier. A son grand soulagement, c'était juste une note, signée d'un vif d'or très joliment dessiné. Seulement, il s'en méfiait un peu.

Un cadeau l'attendait dans la salle d'étude, à partager avec qui il voulait. Ben voyons. Et s'il croyait ça, il allait encore se retrouver dans une situation complètement impossible. Il avait eu son compte de péripéties pour l'année, merci bien.

Néanmoins, lorsqu'il passa aux cuisines pour se bricoler un petit déjeuner tardif, il n'était toujours pas parvenu à se débarrasser de sa curiosité. Oh well. On était dans une école, ça ne le tuerait probablement pas, et il aurait mangé ses (nombreux) pancakes sur le chemin avant d'aller s'enquérir de ce qui se passait dans la Grande Salle. Avec un peu de chances, quelqu'un serait partant pour une bataille de boules de neiges.

Lorsqu'il arriva dans la salle du sixième étage cependant, son assiette lui tomba des mains pour se fracasser au sol. Tout d'un coup, l'extérieur n'avait absolument plus aucun attrait.

Il était certainement en train de rêver. Laissant là les débris de la pauvre assiette qui n'avait pourtant rien demandé à personne, il s'approcha, un air très suspicieux sur le visage, de l'installation posée devant l'un des canapés de la pièce. Il attrapa une télécommande, et appuya prudemment sur un bouton. Il sursauta en voyant l'écran de télé s'allumer, tellement il s'attendait à un piège. C'était un peu triste, tout de même, tant de paranoïa, mais il avait développé quelques réflexes de survie.

"Oh la vache." fut la conclusion, prononcée d'une voix cassée après inspection générale de chaque objet alien.

Garfield se laissait tomber dans le sofa comme s'il venait de courir un marathon. Un ordinateur, une télé, une console de jeux, une 3DS. Et tout ça fonctionnait. Il avait même réussi à ouvrir sa boîte mail. Si c'était un rêve, il était vachement bon. Du coup, en toute logique, il remonta la manche de son très seyant pull de Noël - vert avec un renne au nez rouge dessus - et se pinça très fort. Ce qui lui soutira un couinement très peu digne, mais ne fit pas disparaître la situation devant ses yeux. Oh la vache, bis repetita.

Il sortit la petite carte de sa poche. "A partager avec qui tu veux", c'était le mot d'ordre, et le contraire aurait été un peu triste. Il inspira un grand coup et sortit sa baguette magique. Bizarrement, le paresseux spectral apparut assez rapidement, malgré l'état de choc, et sans même qu'il doive se concentrer pour invoquer le jour où il avait attrapé son premier vif d'or. Vif d'or. Snitch. Il faudrait qu'il pense à aller merci.

La première personne à laquelle il pensa était évidemment Wesley.

Euh Wes, je sais pas où t'as disparu ce matin mais. Ramène-toi à la salle d'étude si tu peux. Faut que je te montre un truc, tu vas pas le croire.


Il entreprit ensuite d'envoyer un long mail à son père, qui avait du mal à lui écrire parce que les parchemins n'étaient définitivement pas son truc et les hiboux encore moins. C'est en lui décrivant quelle bonne idée ç'avait été d'apporter des jeux de société, et comment ça avait servi dans les stupides duels, qu'il eut une autre idée. Le gamin.

Euh, salut ? Louis je crois ? On s'est croisés en duel, avec le jeu de société, là. J'ai reçu un truc moldu pour Noël, je me disais que ça devrait te plaire et euh. Enfin voilà, tu viens si tu veux.


Garfield eut pendant cinq secondes l'impression d'avoir géré, pour une première fois à réellement parler à quelqu'un, avant de se rendre compte qu'il n'était pas exactement clair.

Ah et euh, jsuis à la salle d'étude, sixième étage. Si tu montes de ta salle commune, tu veux pas passer aux cuisines chercher un stock de trucs à manger ? On en aura besoin. Faut gratouiller la poire sur le tableau avec les fruits dans les cachots, au cas où. Enfin voilà, euh. C'est si tu veux. Voilà.


On n'avait jamais vu autant de paresseux dans les couloirs de Poudlard. Ils étaient lents, par rapport aux autres patronus, mais tant pis. Garfield avait arrêté de s'énerver sur le sujet depuis un bail. La seule chose qu'il espérait, c'était qu'il n'avait pas l'air trop louche en parlant au garçon de Serpentard. De son opinion, ça faisait un peu 'viens dans une salle vide, j'ai des bonbons', mais bon. Il aurait essayé, hein.

En attendant d'avoir de la compagnie, il se lança dans un tour de chauffe sur Need for Speed, en se disant que c'était le début d'une vraie journée de vacances. Maintenant qu'il se réveillait un peu, il commençait à avoir une crampe à cause de son grand sourire stupide. Envolés, les problèmes de conscience, de filles, les mauvaises notes en sortilèges, les bleus et les bosses. C'était pour vingt-quatre heures ; heureusement qu'il avait bien dormi la nuit précédente.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Serpentard
& Grumpy Loulou



avatar
Louis O'Connor
Messages : 432
Localisation : Dans un jeu vidéo moldu.
Date d'inscription : 03/05/2014




Message
Ven 9 Jan - 22:53
Louis était malheureux comme les pierres.
Louis adorait Noël, mais pas cette année. Cette année, ses parents lui avaient demandé de rester à Poudlard : la tante Octavia étant en déplacement imprévu à l'étranger, ils devaient garder les cousins de Louis et il n'y avait plus vraiment de place à la maison : les fils de tante Octavia étaient au nombre de cinq.

En conséquence, coincé dans ce château de misère pour les fêtes, il avait décrété qu'il bouderait le festin, les couloirs, et tout contact avec la civilisation jusqu'à recevoir un signe de vie quelconque de la part d'Andrea.
Son meilleur ami avait dû rentrer chez lui. Louis ne lui en voulait pas, mais cela avait été un élément décisif dans sa résolution de cracher sa colère sur le premier qui l'approcherait à moins de trois mètres. Tableaux et grains de poussière ensorcelés compris.

Il était tout seul dans la salle commune de Serpentard, la plupart des élèves étant rentrés chez eux ou en train de profiter de la neige dehors ou de leurs cadeaux. Il lançait des cailloux sur les vitres donnant une vue directe sur le lac, entre deux dessins de fleurs. Il rêvait secrètement de noyer les dortoirs au point que tous les résidents de la maison Serpentard soient contraints de rentrer chez eux. Et, si possible, de ne plus jamais revenir.
Il poussait un long soupir sur l'air du générique de victoire de Final Fantasy VII lorsqu'une boule de fumée bizarre entra dans la salle commune.
Comme ça, sans prévenir.
Louis fit un bond énorme sur sa chaise, se leva, et regarda méchamment la créature qu'il ne reconnaissait pas. Bon, il n'était pas stupide, c'était un patronus, mais l'animal qu'il représentait était indéterminé.

Il entendit la bestiole réciter un message pré-enregistré avec méfiance. Il tenait sa baguette dans sa main : non pas pour jeter un sort, mais pour jeter directement le bout de bois sur son agresseur. Louis ne pensait pas au fait que sa baguette traverserait la bestiole de fumée.

- Je sais pas qui t'es mais retourne d'où tu viens. Je veux pas de toi ici. En plus t'es moche. Tu ressembles à rien. Et un truc moldu ça veut rien dire. Y'en a plein des trucs moldus.

Un moment de réflexion. Un duel de jeux de société ? Cela lui rappelait vaguement quelque chose. L'élève de Poufsouffle là, avec ses lunettes sur le nez. Il jouait au Quidditch. Bon. Bon d'accord, sa réponse avait peut-être été un tout petit peu méchante.
Le temps qu'une toute petite pointe de culpabilité naisse en lui, un deuxième truc bizarre était venue ramper sur les tapis et débiter un message. Pour qui il se prenait, l'autre, là, à lui demander de lui ramener à manger ? Son larbin ? Ce n'était pas parce que Poufsouffle avait gagné la coupe des quatre maisons l'an passé qu'il devait se croire tout permis, le binoclard.

- Si tu veux manger lève tes fesses. Si tu deviens gros tu pourras plus jouer au Quidditch. Moi je m'en fiche je dis ça pour toi. Je m'en fiche que tu meurs avec un cognard qui te brise la colonne vertébrale.

La créature et son regard mort s'évapora. Bon. Il y avait un petit problème, malgré tout.
Louis était têtu. En cela, il était résolu à ne pas bouger de cette chaise et à faire la grève de la faim jusqu'à recevoir un mot gentil d'Andrea. Rien ne pourrait le faire changer d'avis. Et puis il avait décidé d'être encore plus désagréable que d'habitude.
D'un autre... et bien, il devait l'avouer, il était très curieux de voir ce truc moldu dont parlait le débile à lunettes. Il n'y avait pas de mal à jeter un coup d'oeil... ?

A demi-réticent, Louis quitta sa salle commune.

Comme demandé, il passa par les cuisines. Il s'en sentit très honteux, non pas parce que c'était une attitude de Poufsouffle, mais parce qu'il obéissait aux autres d'un sorcier à la noix, et cela était très humiliant, mais au moins le professeur Emerald, ce cloporte, ne le vit pas en sortir.
Des paquets de gâteaux secs dans les bras, il grimpa les étages pour essayer de trouver l'autre suicidaire de joueur de Quidditch, et, bizarrement, ne se perdit pas en chemin pour une fois. La magie de Noël sans doute.

Louis ouvrit la porte, et un monde nouveau s'ouvrit à lui.
Il laissa tomber les paquets de gâteaux, sentit les larmes monter aux yeux, touché par la grâce divine, secoué d'un frisson de joie intense.

Il voyait, pour la première fois depuis... depuis... depuis trop longtemps, quoi, des consoles de jeux vidéos.

Secoué par l'émotion, il resta là, immobile, sur le pas de la porte, un sourire stupide sur le visage, les yeux humides, et des miettes sur les chaussures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ligue des sorciers
Les shorts c'est le bien



avatar
Garfield S. Andersem
Messages : 1107
Age : 26
Date d'inscription : 13/09/2013




Message
Sam 24 Jan - 21:00
Garfield ne s'était pas vraiment rendu compte du temps qui avait passé depuis l'envoi des patronus. Forcément, il avait de quoi s'occuper. Ce fut quand il entendit la notification d'un nouveau mail qu'il se demanda un peu ce qu'il se passait – ce n'était pas vraiment le genre de Wesley de passer outre un truc pareil. Le garçon de Serpentard, il ne savait pas trop, mais bon. C'était long. Son père avait eu le temps de lui envoyer des nouvelles. Il ne pouvait pas s'empêcher de penser amèrement que ce serait vraiment beaucoup plus simple de laisser une installation de ce genre quelque part dans l'école pour les nés-moldus. Si lui n'avait pas trop de soucis pour communiquer via sa mère et ses frère et soeur sorciers, ça ne devait pas être de la tarte pour tout le monde. Même un bête téléphone ça aurait été intelligent. Probablement que le nain faisait de l'obstruction.

Il était sur le point de s'écrouler à nouveau dans le sofa lorsque la porte grinça, lui faisant tourner la tête. De tous les cas qu'il avait envisagé, la syncope d'un invité n'était pas vraiment la plus sympa, et le garçon n'en avait pas l'air très loin. Ceci dit, Garfield pouvait comprendre. Il était à moitié sorcier, avec un papa exceptionnellement moldu. Il avait le meilleur des deux mondes, ce qui lui permettait de comprendre sorciers et moldus, quoiqu'il trouve le monde moldu beaucoup plus rassurant avec sa maladresse. Pour quelqu'un qui avait toujours vécu dans l'ignorance de la magie, le choc devait être immense.

S'approchant avec prudence, comme vers un animal blessé – les gamins sans magie, volontairement ou pas, étaient hargneux, selon ses statistiques personnelles alors malgré le sourire béat il se méfiait – il ramassa le paquet de biscuits avant qu'il ne lui arrive plus de malheurs, surtout qu'il était tombé sur les débris de la malheureuse assiette fracassée lors de sa propre découverte de l'endroit. Après ça, il fallait essayer une approche délicate de l'alien. Oui parce que bon, avoir un caractère de l'enfer et être à Serpentard, passe encore, mais étudier dans une école de magie sans vouloir en faire c'était tout de même bizarre. Fallait quand même avouer que, pour le nombre de fois où Garfield pétait ses lunettes – ou que quelqu'un s'asseyait dessus, ou les envoyait valser, ou... bref. - il était tout de même très content d'avoir la magie. Et quand la cassure concernait un quelconque os de son pauvre corps souvent malmené plutôt que de stupides lunettes, l'utilité était encore plus intéressante.

« Euh... Salut ? » Il articulait un peu trop bien, exprimant toute sa prudence. « Est-ce que ça va... ? »

Il passa une main devant les yeux du garçon pour essayer de le sortir de sa transe. C'était peut-être le moment de bredouiller des explications.

« C'est un cadeau de Noël de Snitch, tu vois, l'esprit frappeur du terrain de Quidditch. Enfin je crois. J'en avais parlé dans le machin qu'ils voulaient qu'on remplisse, le questionnaire bizarre. Je me suis dit que ça te plairait ? J'ai cru à une mauvaise blague mais tout fonctionne alors, euh, voilà. »

Apparemment il ne s'était pas trop planté, vu la tête de Louis, même en plein bug mental, mais on ne pouvait jamais être sûr. Les gens dans ce château étaient quasiment tous fous, alors bon.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Serpentard
& Grumpy Loulou



avatar
Louis O'Connor
Messages : 432
Localisation : Dans un jeu vidéo moldu.
Date d'inscription : 03/05/2014




Message
Sam 31 Jan - 22:23
Louis mit du temps à convaincre son esprit de regagner son corps. Ses yeux étaient inexplicablement attirés par les courbes gracieuses et modernes des consoles de jeu posées là, telles des œuvres d'art millénaires, splendides et précieuses, qu'il aurait été criminel de détériorer en les touchant de ses mains sales de mortel.
Bon, d'un autre côté, ne pas manger en jouant aux jeux vidéos, c'était un peu comme monter à cheval sans cheval. Il y avait perte d'intérêt et de plaisir dans l'action.

Le jeune garçon de Serpentard arracha son regard de la technologie sacrée importée en terre païenne en ce jour béni par le saint patron des geeks lorsque l'un de ses fidèles, le prophète Garfield, vint ramasser les gâteaux sacrifiés au sol saint. Pour la peine, le "débile à lunettes suicidaire de Poufsouffle" méritait d'être appelé par son prénom. Garfield, ça sonnait finalement très bien. Très doux, très charmant.
Louis, donc, sursauta, en voyant le visage du sorcier si près de lui. Il eut pour premier réflexe de revêtir son habituelle mine désagréable, celle avec les lèvres étirées en grimace de furieuse de dégoût, avec des yeux qui lancent des promesses de mort douloureuse, mais la vision furtive de la technologie derrière le type à lunettes adoucit son visage d'un sourire rêveur, voire un peu stupide.

La main qui fut promenée devant ses yeux fut toutefois le geste de trop qui rappela à Louis que, jour béni et sainte technologie ou pas, un crétin suicidaire restait un crétin suicidaire.

- Bien sûr que je vais bien, si j'allais pas bien je serais par terre en train de mourir. Et puis comment je peux ne pas aller bien avec ça !

Le "ça" désignait bien sûr le cadeau de Noël de Garfield. Louis fut particulièrement contrarié d'apprendre que c'était là le cadeau d'une créature magique. Cela sentait le traquenard à des kilomètres. A tous les coups, les consoles étaient trafiquées avec la magie, prêtes à dévorer  l'âme de leur utilisateur et à l'enfermer dans un monde pixelisé à tout jamais.
Du coup, Louis renifla avec dédain.

- J'ai pas répondu à ce truc débile. Toutes les créatures magiques devraient être interdites de vivre ici. Je suis sûr que tes jeux vont t'exploser à la figure et te tuer en t'étranglant avec des câbles ensorcelés démoniaques. Peut-être même que c'est le professeur Emerald qui a payé les machins débiles du château pour qu'ils te donnent ça pour te tuer. Peut-être que tous les Poufsouffle vont mourir aujourd'hui.

Louis croisa les bras dans une attitude sûre de lui. Des consoles de jeux qui fonctionnent à Poudlard, le jour de Noël en plus, c'était beaucoup trop beau pour être vrai. En plus, il doutait que la morte du stade de Quidditch connaisse quoi que ce soit en nouvelles technologies. Il y avait anguille sous roche.
Même si, Louis devait l'avouer, il mourrait d'envie de sentir une manette entre ses doigts, plutôt qu'une baguette magique moche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ligue des sorciers
Les shorts c'est le bien



avatar
Garfield S. Andersem
Messages : 1107
Age : 26
Date d'inscription : 13/09/2013




Message
Jeu 12 Fév - 19:20
Le gamin était fichtrement méfiant. Quelque part, Garfield était content de ne pas avoir encore atteint ce niveau de paranoïa. Il pouvait certifier que les objets fonctionnaient, parce qu'il les avait déjà utilisés. S'il avait été aussi atteint que le petit Serpentard, ils auraient passé la matinée à examiner chaque truc avant de le toucher, ça aurait été beaucoup moins fun.

"Si ça te va pas tu peux repartir hein, je te retiens pas."

Garfield avait beau être une bonne poire, et avoir prononcé les mots avec plus d'indifférence que d'agressivité, il n'allait pas se laisser malmener alors qu'il avait envoyé une invitation qu'il considérait comme plutôt sympa, surtout si on tenait compte du fait qu'il connaissait à peine Louis. Il haussa les épaules.

"J'ai déjà fait une partie courte, et j'suis toujours là."


Il retourna s'affaler dans le canapé, devant l'immense télé, qui sortit de sa veille quand il remua la manette qu'il avait abandonnée entre les coussins. Le jeu de voitures était en pause, et il le relança. Il pouvait très bien parler et jouer en même temps, il connaissait ce jeu par coeur.

"Je t'ai dit que c'est un cadeau de Snitch, et elle aime bien les joueurs de Quidditch, j'avais pas de raison de me méfier, c'est pas comme si ça venait de la princesse Ruban. Tout fonctionne. Y a même internet."

Garfield s'assit en tailleur, signe qu'il n'allait plus bouger.

"Tu sais où est la sortie. La deuxième manette est devant la télé. C'est plus sympa que ceux qui savent apprécier le machin en profitent, mais si tu veux te barrer je m'en remettrai. Fais ton choix."

Comme quoi, lui aussi savait être désagréable, même si ça n'arrivait pas souvent. Quelque chose lui disait que ça allait se calmer, de toutes façons. Louis était vraisemblablement né moldu, et c'était bien trop gros que pour ne pas en profiter. Ceci dit, Garfield se serait bien passé de la phase apprivoisement, si ça avait été possible - où était Wes quand on avait besoin de lui ?





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Serpentard
& Grumpy Loulou



avatar
Louis O'Connor
Messages : 432
Localisation : Dans un jeu vidéo moldu.
Date d'inscription : 03/05/2014




Message
Mer 18 Fév - 19:52
Lorsque Louis fut invité à repartir, puisque l'idée de se détendre ne lui plaisait visiblement pas, son visage afficha une grimace bizarre, comme si celui-ci n'arrivait pas à se décider entre être parfaitement déçu, ou extraordinairement dédaigneux. Une part de lui-même mourrait d'envie de sabrer du monstre, l'autre de s'envoler vers d'autres cieux, drapé dans sa fierté.
Tout le dilemme fut résolu lorsque le suicidaire de Poufsouffle affirma avoir déjà joué sans subir d'odieuses tortures, ni sombrer dans le sommeil éternel. C'était tout de même une preuve assez convaincante. Du point de vue de Louis, les élèves de Poufsouffle étaient les plus promptes à mourir de façon inattendue. Si le type à lunettes avait survécu, Louis avait de bonnes chances d'en ressortir indemne.

- Hmhm. Il parait que Stitch, là, elle tue des joueurs pour prendre leur place. Peut-être qu'elle aime bien que toi.

Louis ne prenait pas la peine de retenir le nom des créatures magiques du coin. Ce n'était pas nécessaire. Il faisait l'effort de se souvenir de Gingko et c'était amplement suffisant. Et puis, il venait de faire une bonne action en pointant du doigt le fait que le poursuiveur des Poufsouffle était un petit privilégié. Enfin, c'était ce que Louis pensait.

Toujours un peu méfiant, il vint s'asseoir à côté du garçon, les sourcils froncés comme si quelque chose l'agaçait prodigieusement. Silencieux, il attendit que McField ou quelque était son nom, finisse sa partie individuelle pour le rejoindredans une course effrénée. Bon, il préférait les jeux de combat, mais les voitures c'était bien aussi. En fait, tenir une manette, c'était déjà quelque chose de formidable en soit.
Conscient malrgé tout que le silence pouvait être un peu pesant, Louis finit par se hasarder à poser une question, tout en évitant soigneusement de regarder l'aîné.

- T'es à Poufsouffle. Affirmation, non une question. Tu... connais Gertrude.. .?

Oui, bon, après tout, c'était logique. Gertrude était toujours très entourée et elle parlait souvent de ses amis de Poufsouffle au club de jardinage, mais Louis était souvent beaucoup trop occupé à s'efforcer de ne pas fixer bizarrement Gertrude, depuis quelques semaines, pour réussir à se concentrer sur les noms de ses camarades.

- Enfin, tu t'entends bien avec ?

C'était un rattrapage comme un autre, hein. Louis préféra faire semblant de s'extasier sur un superbe virage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ligue des sorciers
Les shorts c'est le bien



avatar
Garfield S. Andersem
Messages : 1107
Age : 26
Date d'inscription : 13/09/2013




Message
Lun 23 Fév - 20:07
Ce gamin était tellement têtu que Garfield commençait à se demander pourquoi il l'avait invité. S'il avait quelque chose de Serpentard, c'était bien la mauvaise foi. Il souffla sans rien dire, terminant sa course rapidement pour constater que, miracle, Louis avait saisi la manette. Il lança une partie en duo, sans relever le changement d'avis, mais en espérant que le garçon se déciderait rapidement à déglutir la brique qu'il semblait avoir avalée de travers, parce que jouer en silence ce n'était pas vraiment agréable.

Heureusement, il se décida à poser une question. Garfield failli se prendre un mur - dans le jeu, hein - en tournant la tête pour regarder Louis d'un air perplexe.

"Euuh, Gertrude ? Jenkins ?"

Pourquoi Gertrude ? Ce n'était pas tellement qu'il avait besoin d'une confirmation, parce que bon, Gertrude n'était pas le prénom le plus courant du coin, mais la question le surprenait. Vu la manière dont il s'était comporté en arrivant, Louis ne devait pas avoir beaucoup de connaissances, encore moins d'amis, et la question n'était, de manière évidente, pas innocente. Garfield était étonné, du coup. A ses yeux, le petit Serpentard était juste voué à finir avec le cracmol de Serdaigle dans un amour éternel construit autour d'une haine vivace du professeur de Sortilèges. ... Peut-être qu'il fréquentait un peu trop Jazzie, en fait.

"Euh ouais. Ouais, je connais Trudy, elle est dans ma classe."

Il allait essayer de faire semblant de rien plutôt que de s'embarquer dans des hypothèses compliquées, voilà.

"Je crois que tout le monde s'entend bien avec elle, honnêtement. Mais je la croise souvent depuis qu'elle est dans l'équipe de Quidditch. Je jouais attrapeur avant, du coup c'est moi qui l'entraîne."


Ce qui n'était pas tous les jours évident, d'ailleurs. Il avait presque fallu lui expliquer que dire bonjour à tous les oiseaux qui traversaient le terrain n'était vraiment pas une obligation. C'était mignon, vu de l'extérieur, mais il y avait des jours où la patience de Fifi menaçait de céder. Il se retenait en se disant que s'il hurlait sur Gertrude on allait le pendre sur la place publique. Elle était un peu une espèce protégée, dans la salle commune.

"Elle est cool. Un peu paumée sur sa propre planète parfois, mais cool."

Voilà, c'était neutre, c'était très b-

"Pourquoi ?"

... Raté, pour la neutralité.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Serpentard
& Grumpy Loulou



avatar
Louis O'Connor
Messages : 432
Localisation : Dans un jeu vidéo moldu.
Date d'inscription : 03/05/2014




Message
Lun 23 Fév - 21:57
Bah oui, Gertrude Jenkins, patate, se retenait de lancer Louis. A la place, le garçon martela plus fort les boutons de la manette. Comme si c'était possible de rencontrer deux Gertrude dans Poudlard ! La Poufsouffle était unique, et n'avait aucun sosie caché derrière une armure, c'était logique. Même pour une fichue école de magie.
L'élève de Serpentard ne fut pas surpris d'apprendre que l'autre lardon avait Gertrude dans sa classe. Après coup, Louis se rappelait avoir entendu la gérante du club de jardinage parler du bigleux qui était en train de le massacrer en course de voiture. Louis se mordit la lèvre, contrarié. Contrarié aussi par ce que McField lui apprenait.

- Gertrude devrait pas jouer au Quidditch, c'est dangereux. Si cette fille tombe ce sera un drame. Ta mort me rend indifférent, et celle de tous les joueurs en fait, mais Gertrude c'est différent.

Non, et puis, de quel droit ce résidu de cornichon surnommait Gertrude « Trudy ? ». Son prénom était très beau, le raccourcir n'était pas nécessaire. C'était impoli et de très mauvais goût. Enfin bon, c'était connu que les sorciers avaient mauvais goût. Rien que la magie était un concept de super mauvais goût.
Louis prit un virage un peu serré pour doubler McField.

- Sa planète est cool. Dedans la magie est pas un jouet pour tueurs en série et les gens sont sympas. Et puis si Gertrude était pas Gertrude, le club de jardinage serait méga chiant. Plus qu'un cours d'Emerald.

Un jour, Louis mettrait et le jurait sur son honneur de moldu de coeur,  une énorme crotte de hibou dans le bureau de ce professeur. La plus grosse que ce démon verrait de sa vie. Plus grosse que lui. Ce qui n'était sans doute pas super compliqué avec un peu d'efforts.

Et puis vint LA question qui fit regretter à Louis de vouloir se montrer agréable et d'entretenir la conversation. "Pourquoi". Louis détestait les pourquoi.

- Baaaaah parce que. Enfin parce que voilà. Juste comme ça. Ce serait triste que Gertrude délaisse le jardinage pour le Quidditch, voilà, donc si ses coéquipiers s'entendaient mal avec ça aurait facilité les choses c'est tout rien de plus. Vraiment rien. Du tout.

Louis toussota et chassa le visage souriant de Gertrude de ses pensées.
Et Louis perdit la partie. Encore une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ligue des sorciers
Les shorts c'est le bien



avatar
Garfield S. Andersem
Messages : 1107
Age : 26
Date d'inscription : 13/09/2013




Message
Mar 17 Mar - 19:53
Eh bah. Ce gamin était tellement désagréable que ça en devenait ridicule, et Garfield était content qu'il ait les yeux rivés sur l'écran. Ça cachait le rictus caractéristique des garçons adolescents qui trouvent que ceux qui ont seulement trois ans de moins qu'eux se comportent comme de gros bébés.

« Ouais, un jour ça m'arrivera. Mais t'es au courant que si elle tombait le terrain de Quidditch aurait plus mal qu'elle... ? »

C'était déjà arrivé, entraînement oblige, mais il lui semblait plus judicieux de garder cette information pour lui. Au cas où Louis serait pris de tendances violentes, et qu'il garde en mémoire que Garfield était sensé superviser les entraînements de Gertrude, tout ça.

« Enfin elle est solide quoi. Après pour le club de jardinage, j'en doute pas. »

Il fallait bien avouer que le jardinage, c'était pas trop son truc. A la rigueur, regarder les autres jardiner par un beau jour d'été, depuis un hamac, pourquoi pas, mais mettre les mains dans la terre, c'était fatigant. Déjà que regarder les autres c'était limite épuisant, alors bon. Quant au pourquoi de la solidité de Gertrude, il n'était pas certain de pouvoir expliciter sans causer un arrêt cardiaque au pauvre garçon. Au courant ? Pas au courant ? Normalement, on ne pouvait pas trop louper que Trudy était un demi-vampire, avec la couche de crème solaire qu'elle devait se tartiner sous peine que sa cousine se mette en colère – et on pouvait difficilement oublier ça après l'avoir vu. Sans même parler de la force, du teint de cadavre et de la forme des marques de morsures dans les fruits et légumes.

Maiiis tout cela pris en compte, Louis avait l'air du genre bouché, donc Garfield n'allait pas risquer de devoir l'amener en urgence chez Absynthe, parce que l'infirmier avait beau être son pote, il gérait très mal les urgences.

La réponse du garçon à sa question aurait pu être totalement prise au sérieux par le Poufsouffle, s'il n'avait pas toussé et rencontré un mur en même temps.

« Ah ouaiiis... Bon. La revanche. »

C'était un très bel exemple d'approbation absolument pas convaincue. Garfield toussota à son tour et relança une partie pour se donner contenante.

« Honnêtement, t'imagines Gertrude qui laisse mourir son potager, pour quoi que ce soit ? J'ai plus peur qu'elle loupe un match pour aller arroser ses plants de tomates que l'inverse, hein. Et puis, j'ai pas de raison de pas l'aimer, elle est chouette. Jolie, aussi. »

Il se concentrait sur le premier degré de la réponse, en essayant très fort de ne pas sourire comme un imbécile, le ton léger, pour voir si Louis allait réagir. Gertrude n'était pas tellement son style – un peu trop bizarre, quand même – mais il pouvait lui reconnaître un certain charme et, à vue de nez, le petit Serpentard y était beaucoup plus sensible que lui.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Serpentard
& Grumpy Loulou



avatar
Louis O'Connor
Messages : 432
Localisation : Dans un jeu vidéo moldu.
Date d'inscription : 03/05/2014




Message
Mer 25 Mar - 20:56
La revanche. Louis gonfla les joues. Ce mot rendait encore plus réelle sa défaite. Il n'aimait pas ça. Il fronça les sourcils encore plus, si cela était physiologiquement possible, tout en appuyant sur une succession de boutons qui ne changeaient pas vraiment de la partie précédente. Louis était content de sentir une manette dans ses mains, mais il n'arrivait pas à se concentrer. La conversation qu'il entretenait avec le sorcier, conversation qu'il avait lui-même amenée, le distrayait beaucoup trou. Le grand sourire pointu de Gertrude se superposait au jeu vidéo sur l'écran télévisé.

Mcfield prenait de l'avance. Encore une fois. Louis ferma les yeux très forts et essaya de penser à autre chose. Sa séquence préférée du Seigneur des Anneaux, par exemple. Mais pas moyen, avec le grand dadet à lunettes, de rendre Gandalf plus important que Gertrude.

Une fille surpassait Gandalf dans son esprit, quoi. Est-ce qu'il était malade ?

Écrasant le joystick avec hargne, son doigt dérapa furieusement et encastra son modèle de course dans le mur aux derniers mots de Mcfield. Comme Louis était un pré-adolescent avec un minimum de dignité, il ne s'étrangla pas avec sa propre salive, mais ses yeux s'écarquillèrent un peu trop pour que ce soit naturel, et ses sourcils passèrent du courroux flagrant à une sorte de mélange entre la parfaite stupeur et l'offense personnelle. Une jolie grimace, quoi.

- Jeeee... euh. Vite, reprendre ses esprits. T'es bête. C'est une demi-vampire et une sorcière. Elle peut être ni chouette ni jolie.

Louis s'infligea une énorme gifle mentale. Après les événements du bal débile de l'année précédente, il avait osé dire ça. Pourquoi son réflexe premier, dans quatre-vingt-dix pourcent des situations, était de cracher une méchanceté sale, sans réfléchir ? Et pourquoi était-il beaucoup trop buté et de mauvaise foi pour retirer ses propos et s'excuser ?

Boudeur, il détourna les yeux de l'écran et de Mcfield, tombant alors sur le paquet de gâteau. Comme pour se donner contenance, il prit un des biscuits et le mâchouilla sans conviction. Il ne savait ni quoi faire, ni quoi dire. Il n'avait pas envie d'être gentil, pas plus que d'être méchant, et il ne voulait surtout pas que Gertrude entente ça, et, franchement, tout était beaucoup trop compliqué, et il n'arrivait plus à suivre. Il se passait des trucs beaucoup, beaucoup trop bizarres en lui, et ça l'énervait.

- Foutue magie.

Bah, oui, forcément. Tout ça, ça ne pouvait qu'être la magie. Gertrude qui sourit quand il regarde l'écran, le coeur qui s'emballe, les mains moites, les rougissements, les méchancetés, tout était la faute de la magie, pour changer. Il devait être victime d'un sort débile comme seuls les sorciers savent en lancer.
En fait, peut-être bien que c'était Gertrude, qui lui avait lancé un sort. Pas mal d'explications deviendraient logiques. D'un côté... Gertrude était gentille, pour un truc magique. Et jolie. Et souriante. Et toute douce. Et... non, non, peut-être qu'il pensait ça à cause du sort ?
Louis respira profondément et secoua la tête. Il pensait n'importe quoi. Il ne comprenait plus rien.

- Tuuuu.... tu as déjà reçu un sort bizarre ? hasarda Louis, les dents crispés d'oser poser ce genre de questions. Un sort qui euhhhh... rend ton corps bizarre et... ta tête aussi, du geeenre... hyper confus. Mais pas comme un sortilège de confusion, plus euh... trop compliqué. Voilà, un sort qui rend tout hyper, méga, super compliqué.

Louis ne savait pas pourquoi, mais il regrettait déjà furieusement d'avoit dit ça. Il le regrettait tellement qu'il défoula sa colère envers lui-même sur un second, puis un troisième biscuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ligue des sorciers
Les shorts c'est le bien



avatar
Garfield S. Andersem
Messages : 1107
Age : 26
Date d'inscription : 13/09/2013




Message
Mer 25 Mar - 23:00
Garfield se mordit l'intérieur de la joue en voyant la voiture de Louis s'encastrer dans un mur, sans plus de chance de pouvoir finir la course. Il entreprit de terminer le parcours tout seul, en prenant une graaande inspiration. Ne pas rire, ne pas rire, ne pas rire, ne surtout pas rire. Surtout que le discours qui suivait n'était absolument pas drôle, suffisamment que pour lui faire détourner les yeux de l'écran et dévisager Louis comme si une deuxième tête venait de lui pousser.

C'était bien parce qu'il avait deviné la confusion du garçon qu'il ne lui collait pas son poing sur le nez pour lui remettre les idées en place.

"Chacun ses goûts, hein."

Le ton était sans doute un peu froid, mais il avait réussi à se contenir. Un bon point pour le Fifi. Ce n'était pas tant qu'il volait au secours de opprimés, mais il était sang-mêlé, et ça ressemblait au discours d'Emerald en inversé, mais tout aussi virulent. Si on lui avait dit qu'un jour il aurait envie d'enfoncer la tête de la quelqu'un dans le mur pour défendre l'honneur de Gertrude et Summer, il n'y aurait pas cru, mais apparemment ça pouvait arriver. Peut-être avait-il un peu trop fréquenté Alix.

Ce petit con avait intérêt à grandir rapido, parce qu'il y avait des gens avec beaucoup moins de patience que Garfield. Un jour, on retrouverait Louis amnésique dans un coin sombre de Poudlard et personne ne se demanderait pourquoi. D'un côté, ce genre de réaction le mettait en colère, et puis de l'autre, il ne pouvait pas s'empêcher d'hasarder de temps à autres un regard en coin vers le garçon en terminant la course, parce qu'il avait tout de même l'air vachement paumé.

Pas paumé comme Fifi, qui était perpétuellement à l'ouest dans le bon sens du terme, juste... Pas à sa place. Encore moins qu'il n'aurait été naturel de part son âge. Garfield retint un soupir. Il allait essayer de relancer la conversation, quand Louis le surprit en posant une question. C'était encore plus inquiétant. A cet âge-là, c'était le genre de trucs que Garfield aurait demandé à son frère. Est-ce que ce gamin avait seulement quelqu'un à qui parler. Cette fois, il soupira franchement en posant la manette, et en se dandinant un peu pour faire face à Louis, assis en tailleur, les coudes sur ses genoux.

"Je crois que je vois de quoi tu parles, honnêtement."

Ouais, il voyait un peu trop bien, malheureusement.

"Bon. Est-ce que je continue à faire semblant de ne pas voir l'éléphant rose en tutu au milieu de la pièce ou est-ce que tu veux en parler ?" Il lui adressa un sourire qu'il voulait encourageant. "Comme tu le sens, hein. Tu peux continuer à détester le monde entier tranquillement, on lance un autre jeu et on en parle plus. Mais ça a l'air de te peser, pour que tu vides à moitié ton sac à un mec que t'as croisé trois fois dans ta vie. Donc si tu veux en parler, on peut en parler, ça me dérange pas."

C'était sans doute encore une main tendue pour la faire mordre, mais bon. Garfield avait du karma à expier et ce gamin semblait en avoir besoin.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Serpentard
& Grumpy Loulou



avatar
Louis O'Connor
Messages : 432
Localisation : Dans un jeu vidéo moldu.
Date d'inscription : 03/05/2014




Message
Ven 27 Mar - 21:44
Mcfield posa la manette. Ce fut, pour Louis, un signe de mauvaise augure. Il était bien placé pour le savoir : un joueur ne déposait la manette sacrée qu'en de très rares occasions. Par exemple, lors de l'apparition imminente de la fureur maternelle, le besoin urgent de courir aux petits coins, le ravitaillement des troupes et, éventuellement, si la partie n'est pas trop importante, bien que toute partie soit importante, pour une discussion sérieuse.
Vue que Mcfield se tourna vers lui, Louis songea qu'il n'avait ni besoin de se rendre aux toilettes, ni de visiter les cuisines, et sa mère étant de toute évidence absente, cela signifiait une discussion sérieuse.

Méfiant comme un poulet devant un couteau de cuisine, Louis renifla dédaigneusement et recula de quelques petits centimètres en dandinant ses fesses sur le sol. Il n'aimait pas ça. D'accord, il avait fauté en tentant d'entretenir un semblant de conversation avec monsieur lunettes, donc la situation actuelle était plus ou moins de sa faute, mais cela ne l'empêchait pas de retrousser le nez comme si son partenaire de jeu dégageait un fumet très nauséabond.

- Euh. Ok. Euh. Ok, Mcfield voyait de quoi il parlait. Est-ce que c'était une bonne ou une mauvaise nouvelle ? Était-ce bien d'être compris par un sorcier ? Bien que ce sorcier sache jouer aux jeux vidéos ? Oui enfin bon. Si tu voyais pas ce serait choquant. Avoir une vie compliquée c'est commun hein. Même à Poufsouffle. Je crois.

Le retour de la mauvaise foi et de la répartie désagréable à tous les propos. C'était, définitivement, plus fort que lui. En même temps, quand on avait treize ans, on était bête. Très très bête. Surtout lorsque, en pleine crise d'adolescence, non content de devoir gérer avec les changements naturels de son corps, il se rebellait contre l'ordre magique établi, rejetait ses gènes de sorciers et était hanté par l'image d'une  fille de vampire, devenue bizarrement omniprésente au fil des jours. Alors que, quand même, il fallait le préciser, n'était à la base que la directrice du club de jardinage qu'il avait rejoint parce que c'était on ne peut plus moldu, et que Violet y participait.

Louis eut du mal à saisir l'image mentale que tentait de lui transmettre Mcfield, mais il rosit en revanche à l'évocation du fait de vider son sac. Ses épaules se crispèrent et, pour se donner une contenance ridicule, détourna le visage du grand dadet, la tête haute.

- Non mais je déteste pas le monde entier hein. Juste les sorciers. Et les créatures magiques. Et les trucs magiques en général. Je veux dire, c'est pas ma faute si c'est aberrant ces trucs-là. Et puis j'ai jamais demandé à connaître tout ça hein, vous seriez pas venu me chercher tout le monde aurait été très heureux hein. Donc, hein.

Beaucoup de hein dans cette réplique profonde de sens. Louis détestait donner raison, vraiment. Il avait ce besoin viscéral de contredire tout le monde, c'était fou. Et puis, non, il ne vidait pas son sac, il conversait, oui monsieur. Une conversation d'homme à homme face à un écran, élément sain s'il en est dans cet asile de barges.

- Non mais vraiment je vois vraiment pas de quoi il y a à parler hein. Je m'en fiche de Gertrude hein. Je veux dire, elle compte pas plus que quelqu'un d'autre hein. En plus elle danse le country, le country quoi ! Une fille qui danse le country c'est bizarre. Déjà qu'elle est pas humaine, niveau bizarre ça pèse déjà hein. Alors ok je lui ai cousu une robe mais c'était juste parce que je me sentais redevable hein. En plus je suis sûr qu'elle a pas aimé, elle a des goûts bizarres. Elle aime les tournesols moches fanés quoi. Elle tourne tellement pas rond. Et puis sérieusement, elle-...

Louis s'arrêta brusquement en se rendant compte qu'il venait de parler beaucoup beaucoup, d'autant plus qu'il ne comprenait pas ce que Gertrude venait faire là-dedans. Pourquoi maintenant, en plus ? Pourquoi tout le temps, en fait ?
Louis poussa un soupir si profond qu'il le secoua tout du long. Il avait le sentiment étrange de perdre les pédales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ligue des sorciers
Les shorts c'est le bien



avatar
Garfield S. Andersem
Messages : 1107
Age : 26
Date d'inscription : 13/09/2013




Message
Sam 25 Avr - 18:28
Ce garçon pouvait facilement recevoir la palme de la mauvaise foi, mais Garfield restait bizarrement calme, contrairement à d'habitude dans ce genre de cas. Il essayait plutôt de ne pas rire que de ne pas s'énerver, devant cette boule de mauvaise humeur. Il était peut-être à Serpentard parce qu'il ressemblait à Precious en moins gras, une espèce de diva grincheuse.

« Ouais, ça m'aurait bien plu aussi d'être moldu. »

Il haussa les épaules. Tout le monde se foutait de cette information, qu'il avait donné comme pour lui-même. Il ne regrettait pas d'être sorcier, mais c'était parfois tellement compliqué à gérer, avec les sorts, les potions et tout le bazar. Il aurait eu la vie bien plus facile s'il avait été dans un lycée moldu, et que les catastrophes qui lui tombaient sur la tête n'étaient pas magiques. Enfin quoique, sans la magie pour réparer lesdites catastrophes, il serait peut-être déjà mort. A méditer.

Il secoua la tête pour revenir au moment présent. Louis parlait de Gertrude, et c'était drôle.

« ... Ouais, je vois. »

Garfield voyait, et ce qu'il voyait ressemblait à un gigantesque panneau sur lequel on aurait inscrit « MAUVAISE FOI » en rouge clignotant. Mais bon, ça, il valait peut-être mieux ne pas le préciser.

« Enfin après y a des gens bizarres et sympa. » Et t'en fais pas partie. « Techniquement, en plus, si on prend le contexte en compte, t'es plus bizarre qu'elle, sans vouloir te vexer. Y a pas des masses de gens qui savent utiliser une manette dans cette école de fous. »

Parce qu'évidemment, savoir jouer à un jeu vidéo était la caractéristique la plus étrange de Louis, sans aucun doute. Garfield prenait des pincettes pour donner un avis, mais le diagnostic était plus ou moins clair, pour que le garçon parle spontanément de quelqu'un et en plus ne puisse pas s'arrêter... En tout cas,  il doutait que ce soit vraiment le fond des pensées du Serpentard, vu la manière dont il parlait. Garfield haussa les épaules, encore.

« Je veux pas m'avancer, mais j'ai un peu l'impression que tu te voiles la face. Mais bon. A ta guise, hein. »

Il se leva, frottant ses mains sur son jeans – petit plaisir de Noël que de laisser complètement tomber l'uniforme – pour se diriger vers la console.

« Sur ce, un autre jeu qui te fait envie ? Y a de quoi faire. »

Il n'allait pas le torturer, ni le presser comme un citron, c'était pas ses affaires. Il était là, il avait plus ou moins compris le problème et il était disponible pour faire l'oreille attentive, mais il n'allait pas non plus se faire mordre pour le plaisir.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Serpentard
& Grumpy Loulou



avatar
Louis O'Connor
Messages : 432
Localisation : Dans un jeu vidéo moldu.
Date d'inscription : 03/05/2014




Message
Dim 10 Mai - 15:39
Louis ne savait pas pourquoi, mais parler avec ce type le rendait presque plus grognon que lorsqu'il s'embrouillait avec un des abrutis de sa propre maison. Chaque fois qu'il lui répondait, Louis ne pouvait pas s'empêcher de froncer un peu plus les sourcils ; au point où, bientôt, ils allaient probablement fusionner.
Ce que Louis ne savait pas, c'est que Garfield l'agaçait parce qu'il tapait très juste dans les problèmes qui l'agitaient. Et Louis détestait qu'on le comprenne mieux que lui-même ne se comprenait, et détestait tout autant ne pas pouvoir placer le mot final d'une conversation. Parce qu'il était un fichu sale gosse, comme on s'évertuait à le lui répéter.

- Ouais bah. Toi aussi t'aurais mieux fait de jamais mettre les pieds ici.

En fait, tous les enfants qui préféraient leur petite vie de moldu aurait dû rester chez eux. Le garçon adorait énormément sa maman, mais si il lui en voulait bien d'une chose, c'était de le forcer à grimper dans le Poudlard Express chaque premier septembre.
Il avait pourtant essayer plein de méthodes pour y échapper : fuguer, verrouiller la porte de sa chambre, dormir chez un copain, brûler un de ses manuels, pleurer très fort, menacer de faire la misère à tout le corps enseignant, mais pas moyen de la faire céder. Logique, parce que sa maman, comme toutes les mamans, était très forte, et Louis n'était qu'un sale petit morveux pas très difficile à dompter : quand il en avait marre de crier sa haine au monde entier, il s'arrêtait tout seul.

- Y'a rien de bizarre à savoir utiliser une manette, t'es fou, s'offusqua le garçon dans sa barbe inexistante. Ce qui est carrément bizarre c'est qu'ils connaissent pas la technologie. Enfin ils ont des sorts qui font des trucs de dingues comme repousser des os et sérieusement qui a confiance en un truc pareil et genre à côté ils connaissent pas le wi-fi.

Où allait le monde, franchement. Du coup, décemment, non, il n'était pas plus bizarre que Gertrude. De toute façon, il doutait très fortement qu'il existe quelque chose de plus bizarre que Gertrude sur cette planète. A part peut-être un vampire hématophobe ? Est-ce que ça existait comme peur au moins ?
Enfin bon. C'était sans doute pas si important. Les faits restaient les faits : il avait aussi peu sa place dans cette école que Gertrude n'avait sa place dans sa tête. C'était incompréhensible.
Et puis se voiler la face sur quoi d'abord ? Qu'est-ce qu'il sous-entendait ? Louis détestait qu'on ne parle pas clairement, c'était très très agaçant. Tellement qu'il réussit à tire une tête encore plus désagréable.

- Oh, euh. Ce que tu veux. Un truc de combat ?

Louis était déjà plus doué aux jeux de combats qu'à ceux de voitures. Il y tuait souvent ses journées, l'été, avec les jeunes du voisinage. C'était ça, la vraie vie : manger des chips sur le canapé, un bon jeu dans les mains, ses amis à côté.
Pas lancer des sorts destructeurs dans tous les sens pour le plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ligue des sorciers
Les shorts c'est le bien



avatar
Garfield S. Andersem
Messages : 1107
Age : 26
Date d'inscription : 13/09/2013




Message
Dim 17 Mai - 16:49
Sur la théorie, Garfield était plutôt d'accord. Ouais, il aurait probablement mieux fait de rester chez lui, mais d'un autre côté... Il n'avait pas pu aller à l'école chez les moldus, parce qu'il se mettait en colère trop facilement, et que sa colère déclenchait des catastrophes magiques. Poudlard était donc le premier endroit où il fréquentait des gens de son âge tous les jours, de manière plus structurée que les goûters chez les petits voisins. Il se rendait sans doute mieux compte de l'importance de son éducation que la plupart des gens, avec les efforts qu'il avait dû faire pour prendre le contrôle de sa magie. Ce n'était pas parce qu'être moldu était plus facile qu'il fallait rejeter en bloc ce qu'on était, surtout si on en devenait dangereux. Il se contenta donc de hausser les épaules. Si tu le dis.

Il se demandait comment on parvenait à renvoyer Louis tous les ans à Poudlard, vu son caractère de l'enfer. Sans doute dans les bagages. Ou une cage. Ou alors dernièrement on demandait à Gertrude de le câliner tout le trajet et il s'étouffait trop que pour protester.

« Ouais m'enfin. Si tu regardes bien, la moitié des trucs technologiques finissent par exploser quand on les utilise. Mon père est passé maître en réparation de grille-pain, et il prend des cours d'électronique pour quand on fait sauter d'autres trucs. »


Garfield était certain que les sorciers pourraient faire un effort et adapter plein de choses, mais il lui semblait aussi que la jeune génération y portait bien plus d'intérêt que les anciens, avec le nombre de plus en plus grands de sorciers qui épousaient des moldus ou des nés-moldus. Le wi-fi dans le monde magique allait arriver un jour, il y croyait très fort. Ou alors, il finirait juste par habiter chez les moldus, ou à un endroit comme ses parents qui avaient trouvé par miracle une maison juste à la limite entre la partie sorcière et moldue de leur village.

« J'crois que ça viendra. Il suffit que quelqu'un se penche dessus un peu. M'enfin c'est comme pour tout, une question de mentalité. Certains sorciers pètent un plomb parce qu'y a des hybrides, alors qu'au final les hybrides sont plutôt sympa pour la plupart quand on est sympa avec eux, ça va faire pareil avec les moldus au bout d'un moment. Et on aura des chances d'avoir internet. »

Il n'était pas tout à fait certain d'avoir envie de voir des moldus perdus dans le monde magique en fait, vu la fréquence ahurissante à laquelle il manquait de mourir lui-même en étant pourtant magique. Il n'était d'ailleurs pas certain non plus de vouloir voir plus d'hybrides, même s'il acceptait totalement ceux existants, parce que ça venait quand même avec tout un tas d'anormalités qui ne devaient pas être faciles à vivre tous les jours. Mais internet pour quand il serait obligé d'habiter dans le monde sorcier, ouais, il voulait bien.

Il hocha la tête et se leva pour changer le jeu dans la console, choisissant Street Fighter.

« 'Fin tu sais, tant qu'à faire d'être sorcier, tu pourrais en profiter pour contribuer à changer tout ça. »

C'était peut-être une réflexion un peu trop philosophique, mais Garfield était paresseux. Il choisissait soigneusement dans quoi il déversait son énergie, et il lui semblait que Louis dépensait pas mal de calories inutiles juste pour alimenter la fournaise de sa rage. Il aurait clairement pu l'utiliser à des choses plus positives, quitte à se battre contre la société en entier.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas

[HOHOHO] Game on - Loulou

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: Sixième étage :: Salle d'étude
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥