Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Il pleut, il mouille, c'est la fête à la grenouille | FRIGG

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Serdaigle



avatar
Frigg Andersem
Messages : 84
Localisation : La bibliothèque, le parc ou son lit
Date d'inscription : 11/01/2015




Message
Dim 11 Jan - 19:21

Frigg Andersem

It matters not what someone is born but what they grow to be.

Prénoms ϟ Frigg Telmar
Âge ϟ 11 ans
Nationalité ϟ Anglais
Origine ϟ Né-moldu
Année d’étude ϟ Première année
Options ϟ Aucune pour l'instant
Maison ϟ Pingouins

Always forgive your ennemies, nothing annoys them so much.


Baguette Magique ϟ Bois d'acacia, crin de licorne, 21 cm, assez rigide.
Patronus ϟ Un agneau (oui, bon...).
Odeur de l'Amortentia ϟ L'océan, le pop-corn et la pâte à modeler moldue.
Forme de l'épouvantard ϟ Un vampire.
Reflet du miroir du Riséd ϟ Il se voit en tenue d’astronaute moldu, descendant d'une navette spatiale.
Peut voir les Sombrals ϟ Non.
Matière préférée ϟ Astronomie, Arts et Littérature magiques, Divination parce que les cours ont lieu à l'extérieur.
Friandise favorite ϟ Les nounours Haribo moldus.
Sortilège favori ϟ Ben, il n'en connaît pas beaucoup, alors... Lumos, pour lire dans le noir.
Potion favorite ϟ Il en existe une pour respirer dans l’espace ? Il paraît qu’en premier année on apprend une potion qui fait pousser des furoncles, c’est bizarre, un peu…
Créature favorite ϟ Pas les vampires en tout cas.
Plante favorite ϟ Comment ça, il existe des plantes "magiques" ?
Sorcier célèbre en modèle ϟ Il a entendu parler de Nicholas Flamel dans le monde des Moldus. À part ça il ne connaît aucun sorcier célèbre.

Drug of choice : imagination.

Frigg porte un prénom un peu étrange, pour un garçon. Mais oui, c'en est bien un. Il vous tiendra la porte même si vous êtes plus âgée que lui et il froncera les sourcils devant ceux qui embêtent les filles. Il tient à son éducation, Frigg. Il est poli, serviable, il ne râle jamais quand on lui demande quelque chose qui sort de l'ordinaire. Il est relativement ouvert d'esprit, pour un Né-Moldu qui débarque. Pourtant il n'aime pas trop qu'on le bouscule, lui et ses petites habitudes. Il déteste qu'on le chamboule trop, que ce soit dans son quotidien ou physiquement.

Frigg est petit et pas très épais, alors on le surnomme Frog, la grenouille.

Frigg ne dit rien mais ça l'enquiquine qu'on pense que ça l'enquiquine, alors il a décidé qu'il aimerait bien les grenouilles. Peut-être même que ses parents lui en offriront une, s'il est sage.

Mais Frigg est toujours sage. C'est un petit garçon curieux qui s'intéresse à tout, surtout quand il ne comprend pas quelque chose ("Pourquoi tu fais ça ?", "Comment ça marche ?", "Qu'est-ce que tu fais ?", "Pourquoiiii ?"), mais jamais au point de transgresser les règles. Pas que les risques d'une virée dans la Forêt Interdite l'effrayent, ou qu'un récurage des toilettes en bonne et due forme le dégoûte ; c'est juste que ça ne l'intéresse pas, d'être un peu rebelle. Il ne voit pas l'intérêt qu'y trouvent ce genre d'élèves. (Ils pourraient faire des tas de choses bien plus intéressantes, à la place des bêtises ! Comme leurs devoirs.)

Bien sûr, Frigg fait ses devoirs. Il apprend relativement lentement, mais il n'a pas peur de travailler plus que les autres pour devenir meilleur. Il aime lire et il a beaucoup voyagé avec ses parents. Mais parce qu'il est encore jeune, Frigg est encore bien naïf et enthousiaste pour les choses nouvelles de la vie. À cinq ans, il parcourait le monde sa loupe à la main. Maintenant, il profite de ses samedis de libre pour crapahuter dans la bibliothèque à la recherche d'ouvrages à sa hauteur.

Au sens propre comme au figuré. Frigg n'est pas très grand, alors il a parfois du mal à atteindre les étagères de la bibliothèque. Il est un peu susceptible sur le sujet, il manque un peu de confiance en lui, vous comprenez, alors il n'aime pas qu'on l'aide à atteindre le but qu'il s'est fixé. Il n'aime pas se sentir petit, ou bête. Il sait qu'il a encore des tas de choses à apprendre, mais qu'on lui jette son ignorance à la figure d'un ton adulte et condescendant, ça l'agace. Frigg n'est pas colérique, pourtant. Il exprimera sa mauvaise humeur en vous boudant ou en vous fixant intensément pour bien vous faire comprendre combien il n'est pas content. Ensuite, il ira s'enfermer avec ses livres pour pallier à l'ignorance trop flagrante que vous lui avez jetée au visage. (Et apprendre la répartie, un peu.)

Frigg n'aime pas la brutalité, c'est quelqu'un de très doux. S'il fait confiance aux adultes et aux gens calmes et gentils, ceux qui sont bruyants et imprévisibles le mettent mal à l'aise. Il a toujours peur qu'on lui joue de sales tours parce qu'il est petit et qu'il ne sait pas se défendre avec sa baguette – ni avec autre chose, d'ailleurs – alors il est un peu parano, parfois. Il n'a pas été habitué à côtoyer autant d'enfants alors il est toujours timide avec les nouveaux élèves, mais c'est quelqu'un de très gentil, assez ouvert aux câlins et autres marques d'affection.

Malgré une certaine appréhension de l'inconnu, Frigg ne s'adapte pas trop mal. Il craint l'inconnu tout en lui trouvant une fascination tout à fait exceptionnelle ; prenez l'espace, par exemple. Frigg est passionné par l'espace. Le vide intersidéral lui donne des sueurs froides, mais la galaxie offre un champ de possibilités inimaginables. (Clairement un grand fan de space opera.) C'est la même chose avec la vie de tous les jours.

À choisir, il préférera être dehors, à l'air libre. Il n'aime pas se sentir enfermé, même s'il adore être assis tranquillement sur son lit ou à la bibliothèque. (C'est vraiment l'endroit le plus calme de Poudlard.) Il s'assied volontiers dans une salle de classe pour un cours, sa curiosité l'emportant sur son amour des grands espaces, et de toute manière il n'aime pas se plaindre. Il déteste passer pour un geignard (ou un petit en général).

Il a une technique pour évacuer sa frustration et ses mauvaises pensées : il écrit. Il aime bien inventer des univers parallèles mais c'est surtout dans sa tête. Quand il est énervé, là il prend la plume, et il invente une histoire où les gens ou les choses qui l'embêtent finissent toujours de manière tragique.

Ne jamais sous-estimer le pouvoir de l'imagination.

Never tickle a sleeping dragon !

Parlez nous des relations :
Avec les membres du personnel ϟ Très aimable et très poli, Frigg ne manque pas de respect aux adultes, quels qu'ils soient. Certains l'impressionnent plus que d'autres – madame Mantis est très charismatique et monsieur Emerald, eh bien... il a fait l'erreur de le confondre avec un élève le premier jour, depuis il en a peur.
Avec les créatures du château ϟ Ça fait encore un petit peu peur à Frigg, toutes ces choses magiques et nouvelles qui se promènent dans le château. Comme si des escaliers mouvants n'étaient pas suffisants, les armures et les tableaux se mettent à parler ! Il sursaute à chaque fois que l'un d'eux lui adresse la parole et trace relativement bien sa route dans le couloir aux tableaux en regardant ses pieds et en serrant son sac contre lui. Il n'a pas peur, non, non ! Il est juste surpr- AAH ! Fichus fantômes !
Avec les Serdaigles ϟ Des gens intéressants qui aiment apprendre, comme lui. Frigg serait ravi de faire connaissance avec eux.
Avec les Poufsouffles ϟ Des gens sympathiques qui entretiennent une ambiance très familiale au sein de leur maison. Frigg a deux cousins là-bas.
Avec les Gryffondors ϟ Des gens braves et loyaux qui défendent de vrais valeurs ! Frigg respecte cela même s'il les trouve plus bruyants que les autres.
Avec les Serpentards ϟ Des gens intelligents et qui ont des valeurs, eux aussi. Frigg ne sait pas encore très bien de quoi il s'agit, mais il a bien écouté la chanson du chapeau magique, c'est lui qui l'a dit !

I am the passenger

Pour Frigg, la route était comme l’univers. Elle s’étalait sous les roues du camping-car, infinie, pleine de promesses, mais aussi, inquiétante. Frigg se demandait toujours ce qu’ils trouveraient au prochain virage, à la prochaine halte. La prochaine ville, les prochaines rencontres, le prochain travail de papa. Quelle serait la prochaine étape ? Il avait vécu dans ce flou les dix premières années de sa vie. Un flou organisé. C’était toujours la même chose, au final. C’était là tout l’intérêt ; la découverte et la nouveauté, puis de nouveau la routine. La route, la route, la route. Même les étapes se ressemblaient, au fil du temps. Les gens étaient différents, les villes plus ou moins belles, mais ils les quittaient tous, de la même façon. Theodor et Ilo Andersem ne s’en lassaient pas, ou ne le montraient pas. Frigg était leur fils unique, il ne savait pas ce qu’il était censé en penser. Il n’avait connu que cela.


Son père était violoniste dans un orchestre et voyageait au fil des représentations. Il avait commencé dans l’orchestre philharmonique d’Oslo, car il en était originaire, et s’était ensuite déplacé jusqu’à Londres, séduit par la culture britannique. Il y avait rencontré la mère de Frigg, et ce dernier était né quelques années plus tard. Entre-temps, son père avait trouvé ce travail dans un grand orchestre et comme il voyageait beaucoup, il décida d’embarquer sa petite famille avec lui. Theodor et Ilo achetèrent un camping-car puisque c’est le plus pratique quand on veut emporter sa maison partout avec soi. Ils étaient Moldus, alors le transplanage n’était évidemment pas au programme.

Quand ils restaient plus longtemps que de coutume à Londres, ils vivaient chez les parents de Ilo (Hopwar de son nom de jeune fille). Le reste du temps, c’était le camping-car. Pendant dix ans, Frigg ne connut rien d’autre que les murs de Stim – c’était le nom du camping-car – ses lits superposés, sa salle-de-bains minuscule, sa cuisinière électrique et ses cloisons si peu épaisses qu’éternuer réveillait toute la baraque sur roues.

Frigg ne s’en plaignait pas, il éprouvait envers Stim une affection semblable à celle que l’on porte à un grand-père un peu âgé, un peu grinçant de partout, mais fidèle et drôle avec sa dégaine de baroudeur. L’auto-radio ne marchait plus depuis longtemps, on se contentait du violon de Theodor ou de chanter quand on manquait de musique. Ça faisait un peu famille de scouts dit comme cela, mais Frigg menait une vie toute à fait normale en-dehors du fait qu’il vivait dans un camping-car. Sa maman y tenait beaucoup. Il suivait des cours par correspondance et passait des examens à chaque fois qu’il rentrait à Londres pour rester au niveau. Ilo voulait qu’il intègre un collège réputé, et il était prévu qu’ils achètent une vraie maison à ce moment-là. Frigg était un élève appliqué. Cela lui permettait de se concentrer sur son avenir puisque son présent était trop incertain pour qu’il y attache de l’importance. Il jouait de moins en moins souvent avec les enfants qu’il rencontrait au fil des voyages, conscient que les amitiés étaient aussi brèves que les concerts de son père.

En-dehors de ses études, Frigg s’occupait en relisant les mêmes livres et en contemplant le paysage qui défilait par la fenêtre du salon-cuisine de Stim. Il se demandait parfois ce que cela faisait d’avoir une maison, avec un jardin autre que l’étendue vert amer des campings. Avec une clôture et un chien. Et une chambre à lui avec des livres de science-fiction partout et des tas de posters sur l’espace collés aux murs. Là, comme ils n’avaient pas la place, maman lui avait collé des étoiles fluorescentes au plafond au-dessus de son lit. Frigg avait un peu moins peur du vide sombre et infini quand il fermait les yeux au-dessus de ses étoiles.

Et la route, comme l’univers, offrait cette belle ambiguïté. Ses promesses lui plaisaient autant qu’il en craignait les inconnues.


Frigg n’avait jamais vu un hibou de près avant de recevoir la lettre.

Son papa était parti travailler et sa maman et lui passaient une soirée tranquille à jouer aux cartes en suivant vaguement une émission à la télé. Il fallait préciser qu’ils n’étaient pas dans le camping-car ; ils avaient laissé Stim sur le parking de l’hôtel dans lequel ils logeaient pour quatre nuits à Dublin. Ses parents se permettaient rarement l’hôtel, mais de temps à autre, cela ne faisait de mal à personne. Frigg avait passé une bonne demi-heure dans la baignoire, car il n’y en avait pas dans le camping-car, puis il s’était installé sur le lit XXL avec sa mère. Elle avait commandé des pizzas au restaurant de l’hôtel, et c’était trop génial pour Frigg, qui avait l’impression de fêter son anniversaire en avance. Le personnel de l’étage les avait fait monter, avec du coca, s’il vous plaît. Frigg n’avait jamais le droit de boire du coca, d’habitude, mais maman lui permit.

« C’est drôle, je ne me rappelle pas en avoir commandé. » Frigg sirota son verre en haussant les épaules. Dix minutes plus tard, alors qu’il entamait sa seconde part de pizza, on sonna à nouveau à la porte de la chambre. « Reste là », dit sa mère en se mettant derrière la porte. Elle n’avait rien demandé d’autre et préférait se montrer prudente, étant seule avec son fils de dix ans : « Qui est là ?
– C’est le service d’étage, madame.
– Je ne vous ai pas appelés.
– C’est pour les pizzas, madame. » Frigg haussa un sourcil. Sa mère fronça les siens :
« Vous nous les avez déjà apportées.
– Madame, il doit y avoir un malentendu, j’ai ici une quatre fromages et une napolitaine au nom de Ilo Andersem », dit l’employé à travers la porte.
« C’est moi. Mais nous avons déjà nos pizzas, je vous assure. » Elle ouvrit et adressa un regard surpris à l’employé de l’hôtel, qui haussa les épaules en vérifiant sa commande :
« Vous les avez payées, alors prenez-les. »
Ilo s’exécuta et referma la porte.
« Maman, je peux goûter la quatre fromages aussi ?
– Non Frigg, on ne touche pas à ces pizzas. À tous les coups ils se sont trompés et ils vont revenir les chercher. Je ne payerai pas pour quatre pizzas.
– Hum. » Frigg fixa les quatre cartons à pizzas qui encombraient maintenant la chambre en mâchonnant sa part de napolitaine. Cinq minutes plus tard, on sonna à nouveau.
« Madame Andersem ? J’ai ici une napolitaine et une quatre fromages à votre nom…
– Bon sang, mais c’est pas croyable ! s’écria Ilo en ouvrant la porte à la volée. Je vous dis qu’on les a déjà, les pizzas ! Je n’en veux pas plus ! » Elle tenta de refourguer les deux autres pizzas à l’employé, mais ce dernier était sûr de lui. Elle se retrouva avec deux nouveaux cartons dans les bras :
« Et deux cocas ! ajouta joyeusement le livreur avant de s’éclipser.
– Aaaah, peu importe ! s’agaça la maman de Frigg. On va les manger, leurs fichues pizzas ! On verra bien ce qu’ils en disent, demain.
– Ouaiiis ! »

Personne ne se plaignit le lendemain. Ni le surlendemain. Sauf Frigg, qui eut mal au ventre à cause de tout le coca qu’il avait bu. La petite famille se préparait à partir lorsque quelque chose percuta la fenêtre de la chambre.


« Maman, y’a un hibou mort sur le balcon ! Maman ? » Frigg se rappela après coup que ses parents étaient descendus préparer le camping-car et il ouvrit la fenêtre. Il ramassa le volatile en piteux état, emprunta le laptop de sa mère et chercha sur Google ce qu’il fallait faire en cas de hibou mort sur son balcon. L’oiseau tressaillit. « Ah ! T’es vivant ! » Il chercha sur google ce qu’il fallait faire en cas de hibou vivant sur son lit d’hôtel. « Qu’est-ce que c’est ? » s’exclama-t-il en remarquant un papier sous le tas de plumes tout tremblant. Il dépliait la lettre lorsque ses parents débarquèrent, et sursautèrent en voyant le pauvre oiseau à moitié mort. Frigg l’avait enveloppé dans une serviette de bains estampillée « Grand Canal Hotel » pour lui tenir chaud.

« Il faut l’amener chez un vétérinaire ! Frigg, pourquoi tu ne nous as pas appelés ?
– Qu’est-ce que tu as dans les mains ?
– … Je crois qu’une école de magie m’a inscrit par erreur.
– Quoi !? »

En fait, ce n’était pas une erreur, mais Frigg ne pouvait pas deviner que les pizzas et le coca à gogo avaient été la première manifestation de sa magie. Ilo réalisa alors qu’il était « possible » qu’elle ait des « sorciers » dans sa famille, ce que Theodor trouva « délirant » (et Frigg « trop cool »). Quelques mois plus tard, ses parents se réinstallaient définitivement à Londres et il se préparait à la première rentrée de sa vie. Dans une école de magie, en plus. La totale. Frigg avait très peur. En fait, il ne voulait pas aller à Poudlard. Il avait vu le film Dracula, quand il était petit, et ça l’avait effrayé, mais il ne savait pas encore que les vampires existaient vraiment. Maintenant oui, en plus il avait vu Twilight entre-temps, de quoi le traumatiser à vie des créatures pâles aux crocs pointus.

Eh bien, il avait encore plus peur d’aller à Poudlard que de savoir que les vampires existaient.


« Ça va bien se passer, répétait sa mère en remettant le col de sa chemise en place.
– Tu vas te faire pleins d’amis, assura son père en poussant son chariot jusqu’à la voie 9 ¾.
– Qu’est-ce que vous en savez ? Si ça se trouve, je suis pas doué pour me faire des amis.
– Eh bien, tu nous… tu nous raconteras en nous envoyant un hibou, là…
– Au pire tu harcèleras tes cousins », ajouta Ilo en jetant un regard à son mari, qui s’était lui aussi « rappelé » qu’il y avait « des gens qui faisaient des choses bizarres du côté paternel de ma famille, mais hyper éloigné, tu te rappelles de tes cousins Andrew, Zelda et Garfield ? ».
« Vous partirez pas sans me prévenir, hein ? » s’inquiéta Frigg. Son papa le serra dans ses bras.
« Bien sûr que non. Le voyage, c’est une affaire de famille, on ne partira pas sans toi. Et puis, je ne suis pas sûr que Stim serait d’accord. » Frigg sourit et embrassa une dernière fois ses parents avant se diriger vers son train. Il se sentait comme Neil Armstrong sur la lune. Enfin, il ne savait pas exactement ce qu’il avait ressenti, il n’avait fait que lire sa biographie, mais il lui semblait qu’ils partageaient quelque chose en cet instant.

« Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité », souffla Frigg en posant le pied sur la première marche du Poudlard Express.

My eyes aren’t glistening with the ghosts of my past !

Pseudo ϟ Absynthe
Et l'âge ϟ Plus que Frigg
Male, Femelle, où Dumbledore ϟ Femmelette
Comment tu as connu WW ϟ Je crée ce minimoy à la place d'Hippolyte (forever dans mon cœur) (Frigg fait moins peur avouez)
Est-ce que tu aimes WW ϟ Je ne réponds même plus à cette question !
Est-ce que tu aimes beaucoup WW ϟ *lance violemment des coeurs*
Des réclamations ? ϟ Du jus de citrouille au whiskey pur-feu pour les adultes !
Personnage sur l'avatar ϟ Regulus Black ♥ (Harry Potter)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

PNJ



avatar
Le Choixpeau Magique
Messages : 1367
Date d'inscription : 05/05/2013




Message
Lun 12 Jan - 22:28


Tu pourrais trouver ta place dans plusieurs maisons, mon garçon... Néanmoins, je crois savoir, hmm... Oui, ce sera parfait. SERDAIGLE !





(Re-re-re) bienvenue sur WW Frigg ♥♥
Tu peux évidemment continuer ta fiche, j'ai grand hâte d'en savoir plus sur ce bout de chou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Serdaigle



avatar
Frigg Andersem
Messages : 84
Localisation : La bibliothèque, le parc ou son lit
Date d'inscription : 11/01/2015




Message
Sam 17 Jan - 17:01
Merci choixpeau ♥ J'ai fini !
(Bonus: de la musique pour lire l'histoire)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

PNJ



avatar
Le Choixpeau Magique
Messages : 1367
Date d'inscription : 05/05/2013




Message
Dim 18 Jan - 17:37


Cher Frigg, tu es désormais validé ! Tu peux aller gambader tout nu (ou non) dans les couloirs de Poudlard. Pense à passer dans la Gestion du Sorcier et d'ouvrir ton Passeport Wiggenweld. Tu peux également rejoindre un Club de ton choix ou en créer un. Au moindre besoin, le staff est à ton service - n'hésite pas à faire appel à nous ♥.

BIENVENUE A POUDLARD !



OH MON DIEU QUEL POUSSIN. ;A;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas

Il pleut, il mouille, c'est la fête à la grenouille | FRIGG

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: La Cérémonie de Répartition :: Bienvenue à Poudlard !
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥