Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Cours d'Alchimie n°4 - Années 3, 4, 5 - Protéger l'Elixir de Jouvence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Invité



avatar
Invité



Message
Dim 8 Fév - 17:54
Protéger l'Elixir de Jouvence


Gillian entra dans la salle de classe à peu près à l’heure. Elle était un peu rouge, et avait le souffle un peu court : visiblement, elle avait couru. Exténuée par les 500m qu’elle avait rushé dans Poudlard – le lieu de son cours lui avait pour la première fois paru ridiculement loin des délicieux jardins de l’école – elle prit le temps de respirer avant de tousser légèrement, pour demander le silence. Elle avait encore besoin de faire ça pour obtenir un semblant d’ordre dans sa classe, mais au moins, elle arrivait à avoir un peu d’ordre.

« Bonjour à tous et à toutes, j’espère que vous allez bien. Aujourd’hui, je vais vous parler d’un des idéaux les plus connus de l’Alchimie : l’Elixir de longue vie, aussi appelé Elixir de Jouvence. Est-ce que vous savez ce que c’est ? »

Plusieurs élèves levèrent la main. Bizarrement, les gens levaient vachement plus la main quand il s’agissait de leçons portant sur des sujets aussi banalement connus que ça que quand elle s’extasiait sur la beauté du mercure. Elle reprit :

« Très bien. Donc, pour les quelques-uns qui ne savent pas, l’Elixir de longue-vie est une décoction qui permet de prolonger indéfiniment la vie, ou de préserver la jeunesse – cela dépend des volontés de l’Alchimiste, même si, si vous voulez mon avis, préserver la jeunesse est quand même vachement mieux. Nicolas Flamel, dont vous m’avez souvent entendue parler, est quasiment le seul Alchimiste à avoir réussi à développer un Elixir de Jouvence, qui permet de prolonger la vie. »

Elle avait la gorge bien sèche, après sa petite course. Elle prit le temps de boire deux gorgées d’eau avant de continuer :

« Alors, vous me direz, si l’Elixir de Longue-Vie est une décoction, pourquoi on ne l’étudie pas en cours de potions, plutôt. C’est une question sensée. Mais figurez-vous que l’Elixir de longue vie est un liquide issu de matières rocheuses, qui doit son nom aux croyances de moldus grecs, d’abord, puis chinois et indiens, et Européens… Enfin, c’est un mythe moldu qui s’est répandu comme une traînée de poudre à travers le monde, à cause de sorciers pas très discrets. On pense – mais je crois que même l’Erudit ne saurait vous expliquer tout cela de manière exacte, tant c’est lointain et flou – qu’un sorcier grec serait tombé amoureux d’une moldue, et serait allé vivre avec elle, dans le monde moldu. Ce sorcier avait déjà inventé l’Elixir de longue-vie et, discrètement, il en mettait quelques gouttes tous les jours dans la pâte du pain qu’il faisait pour sa belle : ainsi, les deux restaient jeunes éternellement. Evidemment, après quelques années sans jamais avoir été marqué par l’âge, les deux tourtereaux ont commencé à attirer l’attention, et le secret aurait fini par être éventé. Le roi moldu de la région serait venu pour récupérer un peu de cet elixir, pour lui et ses troupes, mais le sorcier aurait refusé et se serait fait exécuter, emportant dans sa tombe la recette de son elixir. Le roi aurait consommé l’elixir durant des années, avant de finir sa réserve et de mourir à son tour. »

Une petite toux – il faisait vraiment soif !

« Dans ses derniers jours de vie, le roi aurait demandé à ses scientifiques et à ceux d’autres peuples de trouver la recette de l’Elixir de longue vie, leur donnant de petites portions de potion. C’est ainsi que l’empereur Jiajing, de la dynastie Ming, mourut en Chine. Il pensait que son alchimiste Sun Simao avait trouvé la recette de l’Elixir de Jouvence, mais il y avait en réalité une dose très importante d’Arsenic dans la substance – qui provenait de pierres, ce qui est déjà pas mal – et cela tua le pauvre empereur. Les moldus tentèrent désespérément de retrouver la recette de cet Elixir de jouvence au fil du temps. En 1605, cette recherche fut même à l’origine de la naissance d’un alcool appelé « La Chartreuse ». En effet, un scientifique moldu avait retrouvé les traces d’un parchemin d’un des Alchimistes sorciers, et l’avait remis aux Moines de la Chartreuse, à Paris. Heureusement, le Ministère de la Magie avait réagi très rapidement, échangeant le parchemin précieux – qui fut à l’origine d’une partie des avancements du Docteur Flamel, d’ailleurs – contre un autre, sur lequel se trouvait la recette de cette liqueur, à peu de choses près. »

Elle avait beaucoup parlé, pour changer.

« Bref, vous êtes évidemment bien trop novices pour que je vous demande de fabriquer un Elixir de Longue-Vie – je ne serai, d’ailleurs, même moi pas capable d’en fabriquer un – mais je voudrais que vous vous imaginiez Alchimistes connus, renommés et, qui plus est, doués. Imaginez que vous êtes parvenus à créer un Elixir de Jouvence, ou une pierre de Longue-Vie (puisque c’est un liquide issu de matières rocheuses, on doit pouvoir le ramener au stade pierreux plus facilement que l’avoir au stade liquide). Comme vous l’avez vu dans ce cours, cette connaissance est extrêmement recherchée, et pour le bien des mondes sorcier et moldu, vous souhaitez garder votre trouvaille secrète. Expliquez-moi où et comment vous cacheriez et protègeriez votre Elixir de Longue Vie. Est-ce que vous le garderiez liquide ou le mettriez sous forme de pierre ? Est-ce que vous utiliseriez un dragon pour la garder ou plutôt des murs bien épais ? Vous pouvez utiliser des sorts que vous n’avez pas encore appris et que vous connaissez seulement de nom, et n’oubliez pas : vous devez avoir la possibilité, vous, d’accéder à votre Elixir. Donc quand vous me décrivez vos protections, n’oubliez pas de me donner aussi un moyen de les contrecarrer ! »

Elle retourna s'asseoir, tranquillement. On s'éloignait un peu de l'Alchimie, mais Gillian voulait sensibiliser ses élèves aux aspects secondaires de l'Alchimie : c'était une discipline difficile et très scientifique, mais qui pouvait faire beaucoup de jaloux. Comme Flavia Mantis, par exemple.

Marche à suivre


Thème ? Protéger l'Elixir de Jouvence
Dates ? Jusqu'au 25/02/15
Limite ϟ 20 lignes maximum au sujet
Récompense ϟ 2 gallions & 5 points par participation, 5 gallions & 15 points pour le meilleur élève.
Énoncé ϟ Gillian veut s'assurer que vous compreniez la jalousie que peuvent faire naître les créations alchimiques. Elle vous a parlé pour cela de l'histoire de l'Elixir de Jouvence, et vous demande d'imaginer que vous en auriez trouvé la recette. Comment comptez-vous cacher et protéger cet Elixir de Longue-Vie, qui pourrait créer de nombreux problèmes si révélé au grand public ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité



avatar
Invité



Message
Lun 23 Fév - 13:09
Le cours d’Alchimie n’est jamais bien évident… il y a beaucoup d’informations à retenir, et pour Cliff, une certaine forme d’abstraction à avoir. Abstraction qu’il n’a pas toujours. Miss Twain a beau rendre son cours et ses propos le plus accessible possible, le Gryffondor a tendance à préférer le concret des choses… Mais pour le coup, le cours sur l’Elixir de Jouvence a quelque chose de fascinant. Tout le monde souhaite reculer au maximum l’échéance de sa vie. C’est un sentiment légitime, humain. Mais y parvenir réellement, c’est autre chose !

La professeure ponctue ses explications de différentes anecdotes qui intriguent Cliff. Il ne s’était pas attendu à ce que l’Elixir en question ait une histoire aussi forte avec le monde moldu. Quant à la Chartreuse… son frère ne le croira jamais s’il lui raconte ça ! Finalement, Miss Twain indique le devoir du jour, et s’en retourne à son bureau. Une consigne loin d’être évidente. Le Gryffondor reste un long moment la tête en l’air, à réfléchir, se mordillant les lèvres, la plume dans l’attente. Finalement, il se lance :


Aramitz Cliff
4ème année
Gryffondor

DEVOIR D’ALCHIMIE – ELIXIR DE JOUVENCE

==============================================

Si je possédais effectivement la recette de l’Elixir de Jouvence et que j’étais parvenu à le créer, il est certain que j’opterais pour la discrétion. Il est légitime qu’une telle création attire les convoitises, aussi, une fois assuré de parfaitement maitriser la concoction de l’Elixir, je le ramènerais à l’état de pierre. Selon moi, sous cette forme, la pierre de Longue-Vie parait plus anodine. Encore plus dans le monde sorcier où la moindre fiole, la moindre liqueur peut-être source de méfiance…

Je ne dis pas qu’une pierre en devient parfaitement « innocente », mais je pense déjà qu’en cette apparence, l’objet se fondrait plus facilement dans le décor. Après, quel décor ? Là encore, j’aurais tendance à croire qu’il serait plus intelligent de l’éloigner au maximum du monde sorcier. Un moldu qui trouve une pierre, au pire, il la prend pour la collectionner… mais je doute qu’il en viendrait à suspecter qu’il ait déniché là l’un des Elixirs les plus incroyables de l’humanité ! Je prendrais donc la pierre, et j’irais donc dans la maison de mon oncle, moldu. Un lieu en quartier moldu, auquel j’ai parfaitement accès. Pas le genre d’endroit où l’on pourrait suspecter la présence d’un objet aussi précieux.

Quant à la cachette… je ne sais pas si c’est ce que vous voulez entendre, mais je crois que les endroits les plus absurdes sont là où l’on chercherait le moins. Pas de dragon gardien, pas de pierre transformée en statue décorative, pas de coffre scellé par un sortilège extraordinaire. Non. Je pense qu’une pierre n’est jamais mieux dissimulée qu’au milieu d’autres pierres. Je ne sais pas l’aspect réel que peut avoir la pierre de Longue-Vie, et si elle est un peu trop « différente », je ferais en sorte de lui donner une simple teinte grise, pierreuse, opaque. Peut-être semblable à des ardoises ou des galets gris… quelque chose de basique. Via le sort Duro, peut-être. Transformer en pierre une déjà pierre, voilà qui banaliserait d’autant plus son apparence. Et j’irais la déposer autour de la petite mare artificielle présente dans le jardin de mon oncle. Ni plus ni moins. Une pierre parmi les pierres. Une pierre dans un jardin quelconque d’une maison quelconque d’un quartier moldu quelconque de Bristol.

Cacher l’incroyable dans le parfaitement banal. Voilà qui serait mon idée.

Et pour finir, en matière de protection… J’utiliserais différents sortilèges. Un Cave Inimicum légèrement amélioré pour savoir si des personnes douées de pouvoir magiques s’approchent de la mare de mon oncle. Un Protego sur la pierre, pour éviter que des sortilèges lui soient lancés. Et finalement un sortilège me permettant de « marquer » la pierre, et toujours savoir où elle se trouve. Afin, dans le pire des cas, de savoir où la retrouver.


Il reste encore un moment le nez en l’air, convaincu de pouvoir faire mieux, autrement, mais les idées ne viennent pas, et le temps imparti touche à sa fin…
Revenir en haut Aller en bas




avatar
Wendy Weatherfield
Messages : 1022
Age : 28
Date d'inscription : 14/02/2014




Message
Mar 3 Mar - 15:46
Wendy s'était inscrite à ce cours parce qu'il avait plu à Juliet, mais elle ne regrettait pas du tout son choix : Mme Twain faisait des cours très intéressants, remplis de détails historiques, un peu comme ceux de l'Erudit sauf que les cours de Mme Twain avait un fil directeur. Wendy avait des parchemins entiers de notes.

L'exercice que leur demandait Mme Twain était un travail d'invention plutôt qu'un travail de réflexion bête sur les propriétés techniques d'une formule alchimique. Wendy ne voyait pas trop où Mme Twain voulait en venir … si ce n'était que devenir célèbre et enviée, ce n'était pas vraiment très chouette comme vie.

Citation :
Wendy Weatherfield
4ème année
Poufsouffle

Si j'étais une alchimiste célèbre et connue, je me serai débrouillée pour avoir un pseudonyme et peut-être un déguisement lors des mes apparitions officielles. Je ne signerai pas de mon vrai nom les livres que j'écris, je m'habillerai d'une façon bien distincte quand j'irai voir des personnalités politiques ou des journalistes, et comme ça, le jour où je créerai cet Elixir de Jouvence, on croira me connaître sans me connaître vraiment.

Je pourrais limiter ces apparitions publiques et vivre ma vie tranquillement, en-dehors du monde des gens connus. Je voudrais faire en sorte qu'on ne me reconnaisse pas comme l'alchimiste célèbre que je suis quand je n'ai pas besoin de me présenter comme telle, en fait – et si je n'ai pas réussi à m'installer une fausse identité pour mon travail, je serai obligée de le faire dans le reste de ma vie, et ce serait beaucoup plus pénible.

Avec cette fausse identité, je pourrais ostensiblement cacher cet Elixir dans des endroits comme la Banque de Gringotts, ou un château avec un dragon comme vous en parlez, sauf que ce serait un mensonge raconté aux gens, un mensonge qu'il faudrait dire de façon crédible : en faisant de mon mieux pour donner l'impression de vouloir le cacher, et en ne donnant que quelques vagues indices ici et là, pour que les envieux se mettent à le chercher dans de mauvaises pistes.

Cet Elixir je le cacherai réellement dans un endroit plus anodin, et, vivant moi-même une existence où on ne me reconnaîtrait pas comme l'alchimiste que je suis, je n'attirerai pas les soupçons sur moi. Je prendrai soin de bien le cacher cependant : pour bien cacher quelque chose, il faut le mettre là où les gens ne pensent pas à le chercher. Peut-être le déguiserais-je en pendentif que je porterai autour de mon cou, ou en bague, ou en bijou : les jaloux ne penseraient pas qu'il serait caché dans un endroit à la vue de tous. Peut-être le mettrais-je dans un endroit banal, comme dans ma bibliothèque, ou alors je pourrais le caler entre deux pierres de ma cheminée. Mais j'ai peur que si un jour mon identité officielle est dévoilée pour ce qu'elle est, un déguisement, on se mette alors à fouiller ma maison de fond en comble. Pour être honnête, je ne sais pas quelle serait la meilleure des cachettes. Je pense qu'un pendentif comme vous serait la meilleure des idées : même si quelqu'un finit par apprendre la nature de mon pendentif, comme il sera autour de mon cou, et que je serai une alchimiste célèbre et puissante, il aurait de toutes façons beaucoup de mal à s'en emparer.

De toutes façons, il m'est très important de cacher mon identité réelle si je crée quelque chose qui pourrait créer de la jalousie et de l'envie chez plein de gens. Si les gens savent qui je suis, la meilleure des cachettes ne me servirait à rien : ils pourraient menacer Juliet ou mon papa, ou les deux à la fois, et ce ne serait plus l'Elixir que je devrais cacher dans un château avec un dragon, mais tous les gens que j'aime. Et j'ai peur qu'ensuite, les envieux et les jaloux se mettent à vouloir faire du mal aux gens que eux, ils aiment. Et puis, enfermés dans un château, ni Juliet ni mon papa ne mèneraient une vie heureuse. Sans cette identité officielle d'alchimiste célèbre qui serait un déguisement, je ne pourrais jamais bien protéger mon travail.


Signature!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Serdaigle



avatar
Violet E. Jenkins
Messages : 521
Age : 25
Date d'inscription : 26/07/2013




Message
Dim 8 Mar - 23:32
Violet ne savait pas trop pourquoi tout le monde voudrait courir après un élixir qui donne une longue vie si c'était pour se préoccuper constamment d'où on rangeait son caillou, ni l'intérêt de ne jamais grandir. Néanmoins, elle aimait bien cacher des choses, alors le sujet l'inspirait un peu, si on enlevait toutes les questions qu'elle se posait au sujet de l'utilité du truc à cacher. Si elle n'avait pas eu l'impression que le professeur Twain cherchait à la psychanalyser, elle aurait peut-être été demander des réponses après le cours, mais il ne fallait pas tenter le diable. Elle se pencha sur son devoir.

Parchemin a écrit:
Violet Jenkins
4e année - Serdaigle

Protéger l'Elixir de Jouvence

Je pense que si je trouvais la recette de l'Elixir, je commencerais par l'utiliser. En effet, cacher une fiole ou une pierre, c'est risquer que quelqu'un tombe dessus et l'utilise même sans savoir ce que c'est. Je pense que l'important, c'est de ne pas avoir l'Elixir quand on ne s'en sert pas, et de cacher la recette à la place.

Pour cacher la recette, je commencerais par la coder plusieurs fois successives, pour que la déchiffrer prenne le plus de temps possible et qu'en cas de vol je puisse retrouver le voleur avant qu'il ne puisse la recopier et s'en servir ou la diffuser. Je pense que trois codes suffiraient, surtout si on ne sait pas lesquels sont utilisés ni dans quel ordre. L'idéal serait que le dernier ressemble à un texte innocent. Peut-être une recette de soupe au potiron, il y en a dans toutes les maisons sorcières, ça passerait inaperçu en la glissant dans un livre de cuisine. Personne ne vole jamais les livres de cuisine.

Il faudrait savoir quelle quantité est nécessaire à la fois, mais avec quelques gouttes dans la pâte à pain, je pense que déchiffrer la recette une fois par an, faire beaucoup d'Elixir, beaucoup de pains et les préserver magiquement, ça devrait être suffisant. Après, il suffit de brûler le papier sur lequel on a retranscrit la recette. Tout le monde me prendrait pour quelqu'un qui déteste faire du pain et qui, du coup, en fait un stock une fois par an pour en être débarrassée. (Il paraît que ça fait mal aux bras, donc je crois que c'est plausible).

Même si on se fait voler son pain, le voleur ne pourra sans doute pas en extraire la recette. Et puis, je crois que celui qui vole du pain pense d'abord à le manger ; en réduisant le nombre de fois où on en prépare, on réduit les soupçons aussi, donc il est probable que tout le monde pense que le pain est normal et essaye plutôt de voler ma potion hydratante.

Violet ne savait pas si elle avait raison de suivre sa logique, mais ça avait plutôt bien marché la dernière fois qu'elle s'était écoutée. Elle-même trouvait son dispositif de protection très peu glamour, mais elle était presque certaine que ce serait efficace.



(ou pas)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Poufsouffle



avatar
Peggy Renner
Messages : 148
Date d'inscription : 11/01/2015




Message
Mar 10 Mar - 23:25
Peggy écoutait attentivement les cours, même si elle ne participait jamais. Et cette fois-ci, elle ne voyait pas trop où la professeure voulait en venir. Peggy n'était pas très douée, elle n'avait pas même de bonnes notes de manière générale, alors devenir une grande alchimiste... l'exercice lui semblait un peu futile. Mais bon, elle n'avait pas son mot à dire. Alors elle se mit au travail.

Citation :
Peggy Renner
3ème année
Poufsouffle

Je ne suis pas une grande alchimiste et je pense que je ne le serai jamais. Je ne vois pas pourquoi j'aurai donc à cacher un Elixir de Jouvence, puisque je n'arriverai jamais à en faire – mais si je devais en avoir un, je ne suis pas sûre que je le cacherai.

Je le donnerai plutôt à quelqu'un qui le mériterait vraiment. Comme Jazzie Jones, qui est en cinquième année à Serdaigle, vous la connaissez peut-être. Ou un grand sorcier qui fait de grandes choses, pour qu'il puisse continuer à faire de grandes choses pendant très longtemps. Moi je n'en ferai jamais rien. Et puis vous savez c'est beaucoup de travail que de le cacher, si des gens mal intentionnés veulent s'en emparer. Je pense qu'il vaudrait mieux le confier à quelqu'un de plus capable que moi.

Je trouve d'ailleurs que c'est dommage de le cacher. Est-ce qu'on ne peut en faire profiter qu'une seule personne ? Parce que sinon, je pense que je donnerai de la potion à autant de monde que possible. Et si je suis une grande alchimiste qui sait faire des Elixirs de Jouvence, j'en ferai autant que possible parce que je ne vois pas pourquoi seule une personne parmi toute la population de la planète devrait en profiter. Si on ne peut en produire que de très petites quantités, alors je pense qu'il faudrait le donner en priorité aux gens qui peuvent améliorer la vie du plus grand nombre de personnes possibles ; mais si on peut en produire beaucoup, alors il faut essayer d'en donner à tous. Et puis, si j'en donne à des gens qui ont beaucoup de pouvoir et qui sont gentils, et que c'est moi qui doit le garder, je pourrais sûrement compter sur leur aide pour garder l'Elixir en sûreté. Ca me semble la meilleure façon d'agir.


Voilà. Peggy roula son parchemin, sans être vraiment sûre d'avoir répondu au sujet. Mais n'ayant rien de mieux à rajouter, elle estimait qu'elle avait fini, et qu'il était grand temps de passer à quelque chose de plus intéressant, comme répondre à la lettre de Jazzie. De toutes façons le cours était presque fini.


Avatar de la part d'Ocean ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Sam 14 Mar - 21:03
Juliet aimait bien les cours d’Alchimie. Elle était gentille, Mrs Twain, et elle était très jolie, en plus. Et puis ses cours étaient très intéressants, et elle avait moins de T avec elle qu’avec Mr Emerald ou Mrs Mantis, ce qui était toujours chouette pour Juliet qui, au fond, voulait bien faire. Et puis c’était chouette d’écouter ce qu’elle avait à raconter. Elle en connaissait des choses ! Ce jour-là, il fallait décider comment garder l’élixir de Jouvence. Juliet mordilla le bout de sa plume. Ca n’allait pas être facile.

Citation :
Juliet Windsor, 4ème année, Poufsouffle.

Moi je pense que si j’inventais l’élixir de Jouvence, je ne le cacherais pas. Je le mettrais dans un coffre, pas fermé à clef, dans ma maison, et je dirai à qui voudra savoir où il est. Après tout, peut-être que d’autres personnes en auront plus besoin que moi ? Et puis, si je l’ai inventé une fois, je dois bien pouvoir le refaire, ce n’est pas si compliqué. Pourquoi est-ce que je devrais être la seule à en profiter alors que j’aurais juste eu la chance d’avoir des super cours d’Alchimie à Poudlard ? Je pense qu’il faut toujours penser aux autres aussi, et que si ils veulent l’élixir au point de faire quelque chose d’aussi mal que de voler, c’est qu’ils en ont vraiment besoin, parce que ce n’est pas très gentil de voler. Et puis ensuite, si ils me le volaient, ils se sentiraient toujours coupables en le buvant, parce qu’ils auraient fait quelque chose de très mal pour l’obtenir, et je ne veux pas être responsable de ça.

Juliet était plutôt contente de sa réponse pour une fois. Elle lança un sourire à Wendy, sûre qu’elle avait la bonne réponse, et rendit son devoir à Mrs Twain.
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas

Cours d'Alchimie n°4 - Années 3, 4, 5 - Protéger l'Elixir de Jouvence

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: Cinquième étage :: Salle de classe d'Alchimie
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥