Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[ASPIRATEUR] Paint me like one of your mer-girls - Loupiot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Invité



avatar
Invité



Message
Jeu 19 Fév - 18:19

    Après avoir passé les premières heures d'Halloween en rat d’égout taille XXL, Ronove s'était péniblement trainé jusqu'à la Grande Salle pour boire de nouveau cette potion maudite. Après tout, il ne pourrait pas tomber sur pire n'est-ce pas? Il s'était aussitôt réprimandé de cette pensée, mieux ne valait pas tenter le destin, il n'avait aucune envie de se retrouvé en goule cette fois ci. Rien que d'imaginer cette transformation l'horrifia, et il s'étouffa sur cette gorgée. Trop tard pour recracher, à présent.

    Mais ce ne fut pas Le Cri qu'il recréa. Plutôt une Naissance de Vénus au masculin. La Naissance de Mars? Mais non mais non la guerre ne peut remplacer l'amour.
    Mesdames et messieurs, nous avions là la naissance d'un nouvel Adonis.

    Baignant dans la lumière chaleureuse de l'aube, il se retrouva devant un champ de tournesols. Complétement nu. Peut-être pourriez-vous penser qu'être concierge fasse de lui une grosse feignasse avec un ventre de bière, et bien, détrompez-vous! Aller d'un bon pas d'un bout à l'autre du château à longueur de journée, ça fait de beaux muscles. De plus, à la base, quand même, il faut avouer qu'il était plutôt bien foutu Benjamin. Ses vêtements, ou du moins ce qu'il en restait, jonchaient en lambeaux à ses pieds. Ils n'avaient pas vraiment survécu la première métamorphose. Ronove eut une petite pensée pour le docteur Banner avant de se rappeler que, léger problème, il étaient en exhibition en plein milieu de la Grande Salle. Et personne avait vraiment envie de voir autant de, euh, peau, poils et le reste... Notre cher concierge s'empressa donc d'attraper la fleur la plus proche pour se couvrir. C'était pas beaucoup mieux, mais bon, c'était déjà ça!

    Après réflexion il se tapit et s'accroupit dans un coin de son cadre et tourna dos aux regards curieux et effarés posés sur lui, et commença... Mon dieu que faisait-il... Serait-ce une couronne de fleurs, Ronove, c'est vraiment pas le moment là, ressais-... Oh! Une ceinture! Et bien, il avait fière allure comme ça... Allons bon, ça ferait l'affaire le temps qu'il trouve un rideau dans lequel il pourrait se draper! Dans tous les cas, mieux valait-il qu'il ne reste pas planté là.

    Voguant de toile en toile, il saisit enfin sa situation. Allô Benji t'es un tableau. Tu sais tous les petits recoins du château que tu connais comme ton placard à balais? Et bien maintenant, y'en a des nouveaux! Tout nouveaux tout brillants, qui n'attendent que tes grands pieds de hobbit pour les découvrir! A whole new woooooorld--- Petit flashback, la dernière fois que t'étais aussi excité et que tu portais ce sourire niais c'était en arrivant à Poudlard, y'a pas mal d'années. Ou au dernier match de Quidditch de Poufsouffle en fait.

    Trêve de bavardages, passage à l'action. Ron n'irait pas bien loin ainsi, peut-être qu'il lancerait une nouvelle mode, mais il était plutôt certains qu'il allait en choquer plus d'un au passage, humain comme tableau ou autre créature. Donc, priorité, se couvrir, et ensuite partir à l’aventure.

    Être un tableau était bien étrange, le monde était le même dans un sens, mais il se sentait plus léger, presque flotter... Mais tout de même bien loin d'un fantôme. Le fait que tout soit plat au lieu d'en 3D n'était pas aussi surprenant qu'il l'aurait cru. C'était juste... là. Comme ça. Comme la gravité et le jour laissant place à la nuit. Pas de sensation étrange ou de dépaysement. Peut-être qu'au fond, cette simplicité, cette normalité, était ce qui était le plus étrange. Si on lui avait dit qu'un jour il pourrait être tableau, il aurait imaginé une expérience plutôt proche de celle dans A Link Between Worlds, ou peut-être quelque chose de semblable à Paper Mario, mais certainement pas ça.

    Deux gentlemen jouant aux échecs lui offrirent l'étoffe qui recouvrait leur table et il les remercia chaudement. Ils n'avaient pas l'air bien surpris de le voir ici, et retournèrent aussitôt à leur jeu. Ronove en profita pour se draper autant qu'il pouvait dans le tissu, et parvint à le porter en toge et à l'attacher suffisamment serré pour qu'il n'y ait pas de risque qu'il tombe.

    Prochaine étage, prochain tableau... Et de nouveau un vide! Les occupants se baladaient décidément beaucoup... Il jeta un coup d’œil en dehors du cadre et vit qu'il se trouvait dans une salle de bains. Elle ne ressemblait pas à celle des Poufsouffles mais il ne saurait dire de quelle maison il s'agissait... La pièce semblait vide, mais un deuxième regard lui montra une queue de poisson. Une grande queue de poisson. Grandeur humaine. Et à l'autre bout de la queue...

    - Louis?
Revenir en haut Aller en bas

Serpentard
& Grumpy Loulou



avatar
Louis O'Connor
Messages : 432
Localisation : Dans un jeu vidéo moldu.
Date d'inscription : 03/05/2014




Message
Jeu 19 Fév - 22:33
Louis n'avait jamais voulu boire cette potion. Il connaissait ses effets et savait qu'elle n'apportait strictement rien de bon.
Du coup, il avait pris grand soin à ne pas quitter son dortoir. Même pas question de descendre dans la salle commune, c'était déjà trop risqué. Caché sous sa couette, le nez dans l'oreiller, il attendait désespérément que le temps s'écoule et que la journée passe, avec le rêve vain de jouer, rien qu'une heure, sur une console de jeu.

Ce à quoi le né-moldu ne s'était pas attendu, c'était à ce que de petites pestes de sa maison de pourris montent les escaliers en gloussant, une fiole à la main, et le prennent en embuscade en usant de la magie pour le forcer à avaler le tout, avant de s'enfuir comme des criminelles.
Rouge de haine et de colère, Louis les insultait de tous les noms et souhaitait leur mort avec ferveur, lorsque déjà les effets du breuvage maudit commençaient à le secouer.

Quelques minutes furent suffisante pour que ses membres inférieurs se muent en queue de poisson, que sa peau prennent un aspect visqueux et verdâtre, et que des branchies lui couvrent la gorge. Lorsqu'il vit son aspect dans le miroir de poche d'un de ses colocataires, Louis hurla si fort qu'il couvrit les gloussements des filles.

Louis ne retint pas ses larmes. De toute façon, il en était incapable. En proie à la panique, il commençait à avoir du mal à discuter. Il voulait voir quelqu'un, n'importe qui ; Andrea, Gertrude, Violet, même Gingko, pourvu que ce ne soit pas une des vipères de Serpentard.
Malheureusement il n'y avait personne, alors usant du peu de capacité cognitive qui lui restait, il décida de rejoindre un environnement humide. La salle de bain, par exemple.
Quitter son dortoir, traverser les escaliers et se glisser dans la baignoire fut une épreuve de force, mais il en vint à bout, sans magie ; mais les mains éraflées, les bras douloureux, et les yeux bouffis d'avoir trop pleuré.
Et, maintenant plongé dans l'eau jusqu'au cou, il continuait de sangloter lorsqu'une voix se fit entendre en provenance d'un tableau. Un tableau avec le concierge, dedans.

- .... je veux pas vous parler, laissez-moi tranquille. Je veux juste qu'on me laisse tranquille. Je vais tous les tuer, tous ces sorciers débiles et arrogants !

Il ferma le poing de colère et reprit ses sanglots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[ASPIRATEUR] Paint me like one of your mer-girls - Loupiot

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: Sous-sols et cachots :: Salle Commune des Serpentards
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥