Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

no disrespect

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Serpentard
boys just wanna have funds



avatar
Ulysse Kerouac
Messages : 191
Date d'inscription : 15/02/2015




Message
Sam 21 Fév - 0:44


ulysse lucius kerouac
quinze ans british
cinquième année
toutes les options
sang-mêlé
SLYTHERIN


BAGUETTE
25cm d'érable, plume de phénix, flexible

PATRONUS
scorpion

AMORTENTIA
entêtant bouquet de roses

EPOUVENTARD
de l'eau DE L'EAU partout qui monte et qui envahit et qui noie

MIROIR RISED
il sent du sang pur couler dans ses veines

SOMBRALS
invisibles

FAVE MATIERE
potions

FAVE FRIANDISE
les petits paquets de sa mère

FAVE SORT
confidotuom

FAVE POTION
onirique, il adore le poétisme

FAVE CREATURES
tableaux

FAVE PLANTE
alihosty

FAVE SORCIER
idôlatre ses parents



depuis l'angle de la porte, on peut tout juste percevoir ses divines boucles  vénitiennes sur un accoudoir du divan, ses Santoni blanches sur l'autre. son langage du corps suggère alors une innocente arrogance, dorée et oisive. et alors que Brahms envahit la pièce, réclame son entière attention avec grâce et insistance, il se dit, non pas pour la première fois, que le compositeur était résolument sorcier.

un doux arôme de mimosa alourdit ses yeux. fumant, selon sa coutume, d'innombrables cigarettes, il lit. absorbe avec nonchalance et un coeur lourd d'émotion le talent pur des mots. il entend les utiliser à sa cause, si l'occasion le permet.

il y a l'aristocratie d'un temps révolu dans l'arche de son poignet, de l'amusement malveillant dans ses fins yeux bleus. une candeur certaine dans ses cheveux clairs et ses doigts nerveux. des chemises hors de prix par-dessus un corps très grand et sûrement un peu trop maigre.

sa politesse est d'un autre âge. loin d'être obséquieuse, elle est simplement condescendante. une mordante diplomatie, frustrante de subtilité. et puis, il y a cette désinvolture qui ne peut se faire pardonner que par l'excellence. et bien sûr, ulysse se borne à être excellent.

ses réussites ne sont pas innées, comme il se plait de le faire croire. cette quasi-perfection académique et sociale prend ses racines dans un travail obstiné, diligent. il vit pour la reconnaissance, l'admiration et l'incrédulité, il vit pour faire ses preuves. tout tactile, affreusement charismatique. la main sur votre épaule, il sucre le salé avec un sourire à se damner. semble vous dévorer des yeux. il veut être le soupir de jalousie, le trophée. qu'est-ce qu'il aime jouer l'élève triomphant sans effort. c'est tellement bon.

jamais ulysse n'a connu le besoin. c'est évident, une obscène richesse contamine ses manières. parfois animées d'un panache monstre, souvent accablées d'une douce langueur à la coppola. on se l'imagine fidèle cavalier d'une douce demoiselle, voiles et jupons, baisers volés à coup de sonnets tranquilles. ou bien déambulant, le gosier gonflé d'ambivalence, la gauloise aux lèvres. de la fine élégance saupoudrée dans chaque geste. et peut-être aussi une généreuse dose de prétention.

car ulysse se permet tout et ne se refuse rien. n'admet aucune négation. les kerouac sont plus fortunés que les dieux. mais ulysse veut plus, il veut les mettre à genoux. être plus grand, plus adulé. son regard brûle d'une noble ambition, qui ne s'abaissera pour nul compromis. si une ferme demande autoritaire ne suffit pas, il prouvera son mérite. travaillera la confiance, contournera les principes. la primauté l'enflamme d'un saint amour, et se proclame quotidiennement reine de ses intentions. il joue, avec un plaisir indécent, de l'impact surprenant de son allure princière. un imposant amour-propre qui intime le respect.

son attention est difficilement accessible, et il n'admire que les gagnants, gorgé d'un élitiste mépris impitoyable. pour la vulnérabilité, la faiblesse, la paresse, les failles. il retourne dans le salé, crache dans la plaie à la première opportunité. se moque et se moque. du manque de volonté, de passion, de travail. c'est juste une petite tare juvénile, que de jouir de l'hystérie des autres. le fruit de préjugés ancrés à cause d'une éducation peu tolérante. facilement choqué, offusqué pour un rien, ne sachant jamais, jamais s'arrêter.

il lève les yeux du livre pour sortir un carnet. note quelques citations, ses attitudes ou réactions favorites. il les utilisera, plus tard. ses lèvres s'excitent d'un sourire impatient. il est sûr qu'elles feront leur petit effet. après tout, ton prénom a bien été volé à un personnage fictif.




PERSONNEL

la compagnie de beaucoup est appréciable, et il n'hésitera pas à s'attarder après les cours des profs qui aiment le jeu de favoris.

CREATURES

leurs discussions l'enivrent presque tant elles satisfaisent son envie de tout connaître. il essaie instinctivement de les aborder et d'en apprendre plus.

SERDAIGLES

leur soif de connaissance est admirable. magnétisé par leurs réussites, il tente de comprendre leurs motivations qui diffèrent beaucoup des siennes.

POUFSOUFFLES

une diligence fascinante. il a du mal avec le trop plein de loyauté, mais apprécie la hardiesse de certains.

GRYFFONDOR

quelques difficultés avec cette maison traditionnellement rivale à Serpentard, mais certaines charismes intriguent sa curiosité.

SERPENTARDS

« c'est dans le mépris de l'ambition que doit se trouver l'un des principes essentiels du bonheur sur la terre », selon edgar allen poe. ulysse et les serpentards lui auraient ri au visage.





la teinte prédominante de l'immense salle était un blanc pur et épuisant. peu de couleurs pour éviter de détourner l'attention du plafond, la pièce de résistance, qui n'était pas sans lui rappeler la Grande Salle de Poudlard. ce soir, toute la galaxie avait été subtilisée pour leur émerveillement. et pourtant, chaque jeune invité cultivait une allure de la plus imperturbable des indifférences, et pourvu qu'aucune chaleur ne transparaisse sur leurs beaux visages.

tous les garçons de la table, rassemblés autour d'ulysse, arboraient une expression de savante négligeance. parodiant outrageusement l'allure kerouac. bien sûr, elle jurait affreusement avec le reste de leur mise. élégantes robes de sortie et mines boudeuses. il s'amusait à les observer jouer le spectacle un peu ridicule d'un ennui feint, faisaient semblant d'être plongés dans une conversation. voix plates, intonations contrôlées. le sujet était aléatoire, exclusif au possible, distingué dans l'idéal.

aaah il ne se sentait pas très âgé, mais quel chemin ils avaient tous parcouru ! ce cercle d'amis remontait à un temps depuis longtemps révolu, et il se plaisait à en être le fédérateur. il se souvenait avoir fait imploser les vitres de la chambre du garçon à sa droite, sous le coup d'une méchante colère. la case départ du développement de sa magie. ou encore, comment il avait embrassé le petit brun à sa droite, suivant une envie spontanée, sans plus de conséquences qu'un regard interloqué. il se souvenait de la trépidation avant leur réunion, à 11 ans, impatient de leur annoncer sa maison. serpentard.

ulysse appréciait la rare compagnie de ses amis scolarisés ailleurs. quelques Beauxbâtons, des Mahoutokoro, des Koldovstoretz. et s'il connaissait la plupart dès son plus jeune âge, il repérait habituellement quelques charmants pour les inviter à sa table. le repas avant les danses était toujours bien trop long, et ulysse ne tolérait que très peu la lassitude.

oh ulysse... en tête de table, perdant de plus en plus intérêt à la discussion, il poignardait de son couteau le contenu de son assiette intouchée. ce soir, à son plus grand regret, il pouvait nommer chaque huppé de la tablée. mis à part...  il leva un regard pensif vers un jouvenceau silencieux, assis à quelques chaises de là.

— excusez-moi. quel est votre nom ? qui vous a convié à notre table ?

sa voix traînante avait interrompu ses amis. instantanément, tous se tournèrent vers l'interpellé, qui n'avait pas compris qu'il était adressé. le flottement momentané laissa place à une timide réponse.

— um mon nom était sur le..

il regarda le carton qui flottait à côté de son verre. blaise m... peu importe quelle famille il représentait. ulysse avait décidé qu'il serait son défi. faisant mine de changer d'attitude, il se détendit d'un soudain sourire encourageant.

— oh, personne ne se soucie des places attribuées - il aurait juré avoir entendu un petit bruit offusqué venant du carton - je suis ulysse kerouac.

une intonation revendiquant sa fierté. quelques générations de cela, un kerouac avait compromis leur ascendance, pure jusqu'à lors, par une alliance avec une née-moldue. la disgrâce avait pesé sur la famille un certain temps dans les milieux les plus intolérants. mugglefuckers. certains n'oublièrent jamais. naturellement, ulysse semblait considérer la chose avec désinvolture. mais non sans un pincement au cœur.  

* * *

vous connaissez tous ce sentiment de proximité, temporaire et spontané, qui surgit dans les amitiés de vacances ou les soirées. alors que le bal avait continué, s'enfonçant dans la nuit, les esprits se désinhibaient doucement, les intentions se déshabillaient. les tables du dîner avaient disparu pour laisser place à la danse.

dissimulés à l'extérieur, à l'écart, blaise versait généreusement du whisky pur feu de blishen dans le verre d'ulysse. l'alcoolémie lui montait au teint, tout rose qu'il était. à la fameuse proximité de la rencontre éphémère s'ajoutait la dangereuse complicité de l'illicite. bras croisés, mains entremêlées, et cul sec. bonne vieille camaraderie, et tant pis si le lendemain matin allait être placé sous le signe de la potion gueule de bois. riant de la brûlure qui leur arrachait la gorge, ils se laissèrent glisser, côte à côte, le long du mur. ulysse l'observait étouffer quelque gloussement indigne. sans réserve, détaillait. attendant, patiemment.

— qu'est-ce que j'ai chaud.

il entreprit donc de s'aérer en agitant le col de sa chemise. blaise devint muet. il en était sûr, bientôt, très bientôt, le moment allait arriver. son cœur sautillait. plus que quelques barrières de bienséance à tacler, et blaise allait se compromettre. sacrifier un peu de fierté pour aiguiller davantage l'attention d'ulysse, se soumettre en manifestant le sentiment qui animait sa pensée.

mmmmm voilà déjà une main innocente qui s'élevait vers sa pommette. hésitante, toute émouvante d'embarras. adorable, et douloureusement facile. la main cajola ses fossettes. puis, gagnant en assurance à mesure qu'aucune résistance ne lui était opposée, descendit maladroitement vers son col, délaçant la première attache. ulysse l'épiait. éternellement fasciné par ce moment particulier où tous décidaient d'oser, de plonger en ignorant le risque du rejet.

mais cette rapidité... c'était presque décevant. une ascension prompte et indolore. aussi stérile que monter l'Everest en ascenseur. où était la profondeur, le hard-to-get? pas même l'ombre d'obstacle. pas de eye-fuck. tout était simple. l'intérêt dont kerouac avait témoigné lui avait été si gentiment rendu qu'il fini par décroître jusqu'à devenir unilatéral. incorrigible, ulysse aimait le compliqué. il ne pouvait pas s'empêcher de dédaigner ce qui s'offrait à lui, surtout un garçon débonnaire.

— oh, blaise. qu'est-ce que tu crois faire..

un timbre condescendant, si différent de la chaleur qui avait précédé. hoquet de surprise. il repoussa sa main, et c'était terminé. ulysse se leva, attendrissant, titubant sous le poids de la liqueur. et ne jetant plus un regard en arrière, il réajusta le boutons de sa chemise et s'élança vers la suite.

il pénétra à nouveau dans la salle, et ce fut presque cinématographique. la périphérie disparaît, et tout le champ de vision se réduit à un seul et unique point qui se détache par la couleur et la position. centrale, menue dans une robe bleu poudré, la plus adorable mademoiselle. la convergence de tant de prunelles qui ne se détachent alors plus. qu'elle était plaisante dans sa vertu, avec ces cils qui se baissent avec candeur ! enfin, si vous les aimez vertueuses.

peu importe quelle famille elle représentait. ulysse avait décidé qu'elle serait son défi.


russiankitsch
seize ans
en france



COMMENT AS-TU CONNU WW?

par vos partenaires particuliers

AIMES-TU WW?

si tu savais, mon ventre est tout plein de papillons
AIMES-TU BEAUCOUP WW?

enfin, quand je dis papillons, on dirait plutôt des éléphants

AVATAR

muso jin - aquarion evol


merci pour votre temps. en remerciement, laissez-moi vous
offrir, sans prétention, ce beau bouquet de parenthèses ((((((()))))))



i like my roses like i like my friends
in the greenhouse


je suis pas gay ptn:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://russiankitsch.tumblr.com/

PNJ



avatar
Le Choixpeau Magique
Messages : 1367
Date d'inscription : 05/05/2013




Message
Sam 21 Fév - 15:52


Pour toi, je n'hésite pas un instant. SERPENTARD !





Bienvenue sur WW ! ♥
Tu peux bien évidemment continuer ta fiche. :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Serpentard
boys just wanna have funds



avatar
Ulysse Kerouac
Messages : 191
Date d'inscription : 15/02/2015




Message
Sam 28 Fév - 13:00
merci beaucoup ♡ et c'est terminé !



i like my roses like i like my friends
in the greenhouse


je suis pas gay ptn:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://russiankitsch.tumblr.com/

PNJ



avatar
Le Choixpeau Magique
Messages : 1367
Date d'inscription : 05/05/2013




Message
Sam 28 Fév - 17:40


Cher Ulysse, tu es désormais validé ! Tu peux aller gambader tout nu (ou non) dans les couloirs de Poudlard. Pense à passer dans la Gestion du Sorcier et d'ouvrir ton Passeport Wiggenweld. Tu peux également rejoindre un Club de ton choix ou en créer un. Au moindre besoin, le staff est à ton service - n'hésite pas à faire appel à nous ♥.

BIENVENUE A POUDLARD !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas

no disrespect

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: La Cérémonie de Répartition :: Bienvenue à Poudlard !
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥