Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Consternante incompétence (Jaromir)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2

Ligue des Sorciers
& sorcier



avatar
Jaromir K. Moldavan
Messages : 106
Date d'inscription : 15/03/2015




Message
Dim 22 Mar - 18:05

Tout flatteur vit au dépend de celui qui l’écoute, et Jaromir était fier d’avoir si facilement récupéré son titre de sujet grâce à quelques flatteries. Il était fier de s’être montré plus malin que l’ambassadeur et de réussir aussi facilement à le faire changer d’avis sur sa personne, mais il était aussi, et surtout même, fier qu’on le comble de compliments lui-même, tant qu’il en hésita presque à abandonner son plan. Mais le sorcier se promit de s’y tenir, même si ce fut le sourire aux lèvres qu’il commençait à gratifier le parchemin des mots de l’ambassadeur.

Le seul point noir restait ces algues, mais l’optimise tout nouveau de l’employé lui susurrait qu’il fallait considérer chaque chose en son temps et qu’il trouverait une solution brillante. Après tout, il était supérieur au sorcier moyen, non ?

Le bout de la langue pointant à la commissure de ses lèvres, Jaromir se mit à penser à l’adjectif le plus adéquat à la lettre de sa majesté, revoyant son répertoire tout entier en marmonnant entre ses dents. Capiteux aurait été fort amusant vu les circonstances, mais pas adéquat. Ou odoriférant ? Non, il n’était plus sûr de la définition et ne voulait pas être pris au piège au moment où on le lui demanderait –la raison de bien des nuits sans sommeil-. Fragrante ? ‘Vous présente ses plus fragrante’ ? Oui, définitivement, fragrante semblait être de mise.

L’insulte, elle, se fit plus retorse, et le simple fait de considérer les possibilités lui rougit les oreilles. Sans parler de la présence de l’ambassadeur dans son dos qui le pressait à elle seule d’expédier cette lettre. Etait-ce réellement correct de traiter le Ministre de nodocéphale, même anonymement ? Quel était le bon compromis entre élégance, force d’impacte et politiquement correct. Le sorcier raya toute vulgarité –il n’aurait plus été capable de regarder sa mère en face s’il l’avait fait- et coucha sur le papier une longue mais mordante insulte :

‘A la vue de votre consternante incompétence, il n’est aucun doute que si nous ouvrions votre boîte crânienne pour nous pencher sur votre cerveau, nous ne verrions que des dents.’

Du moins, ce serait ce que l’ambassadeur lirait, car l’ultime marmonnement qui lui échappa n’était ni adjectif ni insulte, et la baguette avec laquelle il jouait nonchalamment ne s’en trouvait pas moins innocente.

Jaromir posa la plume et souffla doucement sur le parchemin pour sécher les lettres encore humides, avant de la tenir face à lui, relisant la lettre avec une fierté que seul les pères connaissent.

- Cela vous convient-il ? dit-il en se retournant vers le dossier du fauteuil et, accessoirement, son Altesse.

Le stress escalada une seconde fois en se séparant de la lettre. Si lui lisait les mots abjectes de l’ambassadeur sur le papier, cela devait être de même pour lui, et pourtant le doute subsistait. Le même qui vient couper la respiration et rend les mains moites durant le court silence avant que le découvre si oui ou non, le parent a gobé le mensonge ou va remettre en question votre parole. L’instant rêvé pour repenser à sa mère disant pouvoir lire dans ses yeux et voir la petite, toute petite étincelle de mensonge au fond d’eux.

Le sorcier se leva du siège et récupéra sa baguette posée sur le bureau du Ministre.

- Je ne peux pas vous rendre vos algues immédiatement, mais le sortilège finira par s’estomper et elles reviendront d’elles-même, comme TOUS les sortilèges—tous les sortilèges du genre. Surtout celui-là. En plus j’étais un peu patraque alors forcément il n’a pas pu être efficace et ne pourra pas garder les algues en otage très longtemps.

Jaromir se gifla mentalement. Non, ni son père, ni sa mère ne pouvait lire dans ses yeux, leur fils était juste un piètre baratineur face à la pression. Le pire de tous, probablement.

- Ça a été un plaisir de pouvoir vous aider votre Altesse. Je vais probablement retourner à ma paperasse, si vous saviez le nombre d’inventions saugrenues que les sorciers sont capables d’imaginer par jour !

Peut-être arriverait-il à reculer suffisamment pour s’enfuir par la porte avant que l’ambassadeur ne le perce à jour ou ne se rende compte de la supercherie. Supercherie que lui pourtant, en l’exécutant, trouvait brillante et infaillible. Mais tous les compliments du monde ne serait abattre la crainte ni la sous-estimation d’un être.

- Ha ha, stupides sorciers, n’est-ce pas ?
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ligue des Sorciers
& créature & VOTRE ROI A TOUS



avatar
Prince Solus
Messages : 158
Localisation : Dans le plus beau des lacs : le sien.
Date d'inscription : 14/03/2015




Message
Mer 29 Avr - 15:56
Le larbin Jaromir était un petit peu lent à écrire, quand même. Force était de constater qu'il écrivait, ce qui était déjà bien, et d'une écriture plutôt agréable, ce qui était un bon poing, mais il n'avait pas le poignet vif. Pour qu'il achève de se laisser convaincre de le nommer scribe à sa cour, il lui faudrait en premier lieu lui dégourdir les articulations et l'entraîner à une calligraphie plus performante en terme de vitesse.

Le Prince Solus se passa le temps en tapant du pied sur les beaux tapis, histoire de bien les imprégner d'humidité et de faire du bruit ; c'était amusant, de faire du bruit. Puis, enfin, le sorcier tourna le parchemin vers lui, et sa Majesté dû admettre que ce larbin-ci avait un grand talent avec les mots.

- Sujet Jaromir... son Altesse doit admettre que vous n'êtes pas mauvais en tout. Elle peut vous accorder comme qualité une certaine maîtrise de l'écrit. Enfin, l'écrit n'est pas très utile pour les êtres de son espèce, mais il suppose que bien écrire, pour un sorcier, est un gage de qualité.

Jugeant tout cela acceptable, l'ambassadeur prit le parchemin des mains du sorcier, le roula, non sans laisser un peu d'humidité sur le papier, puis ferma le tout avec une ficelle qui traînait sur le bureau du sinistre. Il posa alors le tout sur le fauteuil que son larbin venait de quitter. D'ailleurs, voilà que le larbin parlait tout seul, de la stupidité des sorciers.
De la stupidité des sorciers.

Le Prince Solus renifla.

- Si stupides qu'ils tentent de quitter une Altesse royale sans y mettre les formes. Sujet Jaromir, lâchez cette poignée de porte. Vous ne quitterez pas sa Majesté sans la reconduire saine et sauve à l'entrée de ce lieu labyrinthique et répugnant. Avec diligence, compétence, et agréable conversation.

Hors de question de devoir errer seul au milieu de tant de gens inutiles. Il avait bien besoin du sujet Jaromir pour rehausser un peu le niveau. Juste un peu.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ligue des Sorciers
& sorcier



avatar
Jaromir K. Moldavan
Messages : 106
Date d'inscription : 15/03/2015




Message
Mar 5 Mai - 22:21

Point positif : un être au monde pouvait se faire duper par le baratinage de Jaromir, et cet être se trouvait dans le bureau du Ministre avec lui en cet instant. Point négatif : ce personnage était l’ambassadeur, et Jaromir avait beau avoir réussi à se sortir de ce pétrin avec brillo –et moult stresse-, il n’était pas pour autant sorti d’affaire. Il commence par désobéir en ne lâchant pas la poignée, seulement pour ouvrir la porte du bureau en grand –guide, complice, scribe, et maintenant portier ? Décidemment, il avait plein de talent caché-. Il arrivait presque à feindre son désespoir quant à l’idée de devoir entretenir une conversation agréable avec son altesse, lui qui déjà n’arrivait pas à parler de la pluie et du beau temps ou à faire le rapport de sa journée à sa propre mère. « Après vous,  votre altesse ? » Vite, vite, les papiers devaient s’accumuler sur son bureau, voir piiiiiiiire : les inventeurs devaient se serrer dans une file d’attente, en train de rouspéter, et préparaient probablement leurs reproches sur la qualité du service pour le retour de l’employé.

Choisir entre l’ambassadeur et son travail s’apparentait à choisir entre subir un crache-limaces ou un furunculus, et l’employé avait de plus en plus envie d’aller chouiner dans les toilettes du Ministère pour échapper à ses responsabilités. Mais il tenait bon, pour combien de temps, il ne le savait pas, mais il tenait. C’était sans doute le plus important.

Le duo sortait enfin du bureau du Ministre, où ils n’étaient pas censés avoir mis les pieds. Le sorcier se forçait à trouver un maximum de bon côté à cette situation, en essayant de ne pas penser au fait que le ministre pouvait hypothétiquement reconnaître son écriture et même si le message était innocent le fait d’être entré par effraction dans son bureau pourrait le mettre dans un sacré pétrin peut-être même pire que celui de son père à l’époque et- « Quel pays représentez-vous au juste, votre altesse ? » La conversation ! Oui, faire la conversation. Jaromir ne pouvait pas se permettre de se perdre dans ses pensées en posant un pied devant l’autre, les yeux sur le sol du Ministère –il le connaissait par cœur de toute manière, et c’était trop risqué avec le flux de personne se pressant dans les couloirs. « Ça ne doit pas être aisé d’entretenir les relations politiques avec les sorciers de Londres. » Pour un homme avec un vocabulaire fort étendu, il ne se débrouillait pas fameusement pour l’utiliser avec ses pairs, encore moins sous autant de pression ; il tentait de marcher d’un pas vif tout en ne pressant pas sa majesté, de meubler le silence sans l’envahir et de ne pas emprunter le mauvais tournant au mauvais moment. Et, soyons franc, Jaromir était d’un naturel barbant pour peu que le sujet abordé ne faisaient pas parti de ceux –pourtant nombreux- le passionnant Entre autre, les affaires de l’ambassadeur et la politique londonienne n’en faisait pas partie.

« Je ne sais pas comment vous faites pour gérer d’aussi grosses responsabilités. » Le soupir lui échappa complètement des lèvres, et il était trop las pour paniquer et essayer de rattraper les mots. Au mieux, ça lui permettrait de tenir jusqu’à la sortie du Ministère. Au pire, il se ferait encore taper sur les doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ligue des Sorciers
& créature & VOTRE ROI A TOUS



avatar
Prince Solus
Messages : 158
Localisation : Dans le plus beau des lacs : le sien.
Date d'inscription : 14/03/2015




Message
Mar 19 Mai - 11:03
Le Prince Solus était tout de même un peu triste de quitter le bureau du sinistre de la magie, comme ça, sans un mot ou un acte de plus pour lui nuire. Il y avait bien cette lettre rédigée de la plume de son fidèle nouveau larbin, et la promesse de retrouver des algues sur ses documents d'ici quelques temps, mais il avait la vague sentiment, au fond de son coeur de poisson géant, de ne pas avoir assez dégradé les biens de ce petit vaurien. Cette déception allait lui ternir les écailles, il en était persuadé ; mais que pouvait-il faire de plus ? Son inestimable imagination était étouffée par l'incompétence des gens de ce lieu. Alors, pour une fois docile, il passa la porte que lui ouvrait le sujet Jaromir.

Ils commençaient à marcher dans les vastes et hideux couloirs du sinistère de la magie, dans un silence presque religieux, et du point de vue de sa majesté, très ennuyeux, lorsque son larbin se rappela les ordres qu'il lui avait donné.
Presque malheureusement.

- Sujet Jaromir, soupira le prince, son altesse vous a demandé de faire la conversation, pas d'être idiot, enfin. Révisez votre vocabulaire.

Il dépassa son larbin de quelques pas, s'arrêta devant lui et le toisa de toute, touuute sa hauteur de monarque des êtres de l'eau. Avec tout la viscosité de sa peau humide, aussi, et toute la réfection de la lumière sur ses écailles.

- Sujet Jaromir, qu'avez-vous face à vous ? Un être de l'eau. Un PRINCE des êtres de l'eau. Que gouverne et représente un PRINCE des êtres de l'eau ? Les êtres de l'eau, exactement, sujet Jaromir. Le Prince Solus se massa une tempe et soupira. Enfin, sa majesté vous pardonne. Ce n'est pas votre faute si vous n'avez jamais eu l'occasion de rencontrer un individu de son rang avant ce jour. Peut-être même devriez-vous renommer ce jour comme étant votre second anniversaire. Ou votre baptême. "L'anniversaire du jour de ma rencontre avec son inestimable, splendide, grandiose et clémente altesse royale, le Prince Solus". Vous et son altesse le fêteriez dignement autour d'un plat d'algues aux épices indiennes.

Il posa une grande main toute mouillée sur la tête de son larbin, tel un symbole de bénédiction solennel, puis reprit sa marche tranquille à ses côtés. Il songeait à toutes les lacunes de l'éducation de ce jeune sorcier, et à combien il était important qu'il lui offre une chance de devenir un cafard meilleur dans la hiérarchie des cafards. Quelle douce majesté il était, il n'en revenait pas lui-même de penser de telles choses.

- Le plus difficile est de s'abaisser au niveau des sorciers de Londres. Dans tous les sens. Sa majesté, en dehors de son travail, choisit soigneusement ses fréquentations. Félicitations sujet Jaromir, vous êtes entré dans ce cerce très privé et sa majesté compte sur vous pour ne pas la décevoir et ne pas avoir à vous rétrograder au titre de rien.

Et ils marchaient, ils marchaient, et ils croisaient des gens incompétents qui regardaient le curieux duo de travers.

- Vos collègues sont forts mal élevés, souligna le prince.

Et puis ils marchaient, marchaient, et le Prince Solus n'avait aucune idée de où était la sortie.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ligue des Sorciers
& sorcier



avatar
Jaromir K. Moldavan
Messages : 106
Date d'inscription : 15/03/2015




Message
Dim 31 Mai - 23:46

Bien heureusement, Jaromir savait où ils allaient, et prenait bien soin de ne pas prendre les chemins qui leurs feraient faire des détours improbables et qui allongerait par conséquent leur échangent. Dit échanges qui suivaient basiquement le même schéma : tentative de sa part, rétorque de l’ambassadeur, exposé sur l’incompétence des sorciers et sur la sienne en particulier, et rebelote. Depuis qu’il avait décelé le schéma, étrangement, converser avec le prince des êtres de l’eau était devenu moins pénible, voir même… Etrangement drôle ? Il fut lui même surpris que son « Sans doute oui. » soit entrecoupé de gloussements : l’idée d’un second anniversaire était si profondément absurde. Enfin, il revint rapidement à un niveau d’hilarité nul lorsque sa chevelure si durement entretenue fut gracié de la main mouillée de son Altesse, et surtout lorsqu’il imagina ce qui lui arriverait si celle-ci prenait son rire pour une moquerie.

A la réflexion, il serait probablement une fois de plus rétrogradé, puis à nouveau gracié du titre de sujet, et l’absurdité de la chose lui colla définitivement son sourire sur ses lèvres. .

Maintenant que la pression d’un désastre à l’échelle politique ne se trouvait plus sur ses épaules, il était bien plus aisé d’étudier le maniérisme de l’ambassadeur ; à moins que ce soit d’avoir été officiellement déclaré membre du cercle très restreint du prince, ou encore ses nerfs qui avaient définitivement pris des vacances. « Oh, et encore, ils n’osent pas vous rentrer dedans à coup d’épaule. Je découvre des bleus tous les soirs en rentrant du Ministère. » Trop d’information, probablement. Le sorcier préféra désobéir et couper court à la conversation pour éviter d’autre débordement.
Ils posaient enfin les pieds dans l’Atrium bondé et slalomèrent le moins maladroitement possible dans la fourmilière grouillante jusqu’à l’allée de cheminée. « Nous y voilà. » déclara-t-il juste au-dessus du niveau du brouhaha pour se faire entendre, le bras tendu vers la lignée réservée aux départs. Il n’avait toujours pas envie d’aller affronter les inventeurs excédés, mais se trouvait tout de même soulager de pouvoir rendre sa veste de guide, ni de devoir participer à des magouilles ou se voir forcé de tenter de faire la conversation. Il allait ENFIN être libre, probablement ne plus jamais croisé sa Majesté et retourner à son existence probablement misérable. Après tout, si l’ambassadeur avait jeté son dévolu sur lui, c’était bien car il  l’avait malencontreusement croisé, et dans un établissement aussi énorme que le Ministère, ce genre de chance avait une probabilité quasi nulle. Tout au pire, il resterait cloitré dans son bureau et l’ambassadeur ne le trouverait jamais sans larbin pour le guider. Oui, oui, c’était une perspective d’avenir radieuse. «  J’espère que votre visite au Ministère n’a pas été trop scandaleusement pénible, Votre Altesse. » D’accord, avec ses manières affables et le sourire toujours collé sur sa tronche, c’était quelque peu évident que le sorcier n’attendait que d’être débarrassé de sa charge, mais on ne pouvait pas vraiment lui en vouloir, surtout depuis le temps qu’il chouinait pour retourner

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ligue des Sorciers
& créature & VOTRE ROI A TOUS



avatar
Prince Solus
Messages : 158
Localisation : Dans le plus beau des lacs : le sien.
Date d'inscription : 14/03/2015




Message
Dim 7 Juin - 14:29
Le Prince Solus poussa un long soupir ; effectivement, les y voilà. L'errance fut fort et inutilement longue pour relier le bureau du sinistre de la magie à la sortie de ce dégoûtant bâtiment. Il avait l'impression d'avoir gâché toute sa journée dans cet établissement de peu de choses et se sentait harassé. L'eau de son lac lui manquait, pour tout dire ; moins celle de cet étang artificiel qu'on avait daigné lui bâtir que celle, autrement plus noble, de son lac natal. Il lui hâtait de rentrer chez lui, lorsqu'on aurait reconnu les droits et les exigences de son peuple. Trop de sorciers dans son entourage : il étouffait.

Debout devant la cheminée dans laquelle il répugnait toujours à entrer, parce que ce moyen de transport sorcier était tout à fait exécrable, il toisait son larbin dans son attitude la plus royale : il devait faire bien attention à lui laisser une image inoubliable, afin de rester dans sa postérité, un monarque tout aussi inoubliable.

- Sujet Jaromir, sa Majesté et vous vous reverrez. En outre, sa Majesté va faire votre éloge auprès du sinistre lors de leur prochaine rencontre et vous réclamera comme scribe. D'ici là, vous avez l'extrême obligeance de rester en vie et de travailler votre charisme.

Le Prince Solus esquissa un sourire ; ce qui, sur son visage d'être de l'eau, aurait pu ressembler à une grimace, si sa potion de condition humaine n'était pas aussi efficace. Le Prince ne s'abaissait pas à consommer des breuvages de seconde main : il se fournissait auprès des meilleurs potionnistes de Grande-Bretagne. C'était bien le strict minimum, pour une altesse royale, que de ne consommer que la plus pure qualité dans le choix de ses produits.

Le Prince Solus ne se courba pas, parce qu'on ne déférait pas devant les incapables, moins que le sujet Jaromir le soit moins que les autres ; mais il eut la décence d'offrir un salut poli avant de tremper l'une de ses jambes couvertes d'écailles dans la cheminée ; puis il fut entraîné par le sortilège et quitta le ministère de la magie, satisfait mais épuisé de cette petite excursion.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas

Consternante incompétence (Jaromir)

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: Ministère de la Magie
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥