Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

In my humble opinion - Jaromir Kermit Junior Moldavan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2

Ligue des Sorciers
& sorcier



avatar
Jaromir K. Moldavan
Messages : 106
Date d'inscription : 15/03/2015




Message
Lun 6 Avr - 14:29

Il buvait les paroles de la demoiselle avec plus d’entrain que sa bieuraubeurre, qu’il ne frôlait que du bout des lèvres, la reposant à chaque fois en oubliant de la boire. A vrai dire, Jaromir était si concentré qu’il hochait à peine la tête pour montrer qu’il écoutait. Certains auraient trouvé le discours abrutissant à force –à vrai dire, leurs voisins de tabouret eut vite fait de se retourner pour pouvoir échapper à ce moulin à parole-, mais lui fut presque déçu qu’il s’achève ‘si vite’. La conclusion le ramena désagréablement à la réalité, lui faisant réaliser qu’il fixait encore la jeune femme et que, contrairement à elle, il n’avait rien dans sa manche pour répondre à une telle tirade. Il en avait oublié qu’il ne bavardait pas vision politique commune, mais opposée, et peinait à retrouver ses propres idéologies au milieu des idées nouvelles plantées par la jeune femme. A cet instant, les arguments de La Ligue des Sorciers lui semblait aussi insignifiant que lui-même, et ce fut le regard fuyant qu’il imita la jeune fille et souleva sa choppe.

Les conversations alentour reprirent leurs droits en dépit d’une réponse du noiraud. La bise extérieure filtrait à peine du dessous de la porte, pourtant il lui semblait que la fin du discours avait jeté un froid sur le pub. Une nouvelle gorgée, plus timide, le poussa enfin à continuer la conversation. « Mais vous assumez que les moldus répondront favorablement à la découverte du monde magique. » Il regrettait que ses mots soient aussi graves, mais doucement, ses opinions redevenaient limpides. « J’ai lu des… Choses, sur l’histoire moldue et les sorciers. » Jaromir marqua une pause, réfléchissant un instant, avant de reprendre « Je m’y suis surtout intéressé parce que ça concernait les sorciers, mais enfin, ça n’empêche que les moldus ont eu accusé leurs semblables de sorcelleries, et ça a très mal fini. Tout comme la persécution des créatures. » A juste titre, lui semblait-il, puisque contrairement au bon sorcier civilisé, la plupart des créatures fonctionnaient par instinct ; mais les moldus ne se contentaient pas de contrôler, et ces histoires avaient nourri bien des cauchemars de son enfance, aussi vielles soient-t-elles.

« Certes, ce sont des vieilles histoires, mais les moldus ont une imagination terrible et les moyens de la mettre à exécution. On ne peut pas juste mettre l’entièreté du monde magique en péril sur des espoirs sans certitude. » Il posa son menton dans le creux de sa main et repoussa sa choppe du bout de doigt, définitivement écœuré ; par le goût et par la funeste perspective évoquée. Voilà, il avait sapé tout optimisme, une fois de plus. « Pardon. » Il abandonna ses derniers élans de politesse et s’avachit sur le bar, peu fier de lui. La conversation était si riche et positive avant qu’il ne vienne tout gâcher avec ses idées noires. C’était sans doute pour cela que ses collègues du Ministère ne l’invitaient jamais, pas ces histoires de rumeurs. Juste lui. « Le vrai problème avec le secret sorcier, c’est que tout le monde veut soit l’enfermer sous clef, soit le divulguer. Personne ne pense ou propose un changement progressif, on veut que ça bouge du jour au lendemain ou que ça reste immuable pour toujours. » Sa voix se perdit dans sa gorge. « Et les changements soudains ne sont jamais bons, croyez-moi. »

C’était la cerise sur le gâteau, se laisser prendre à revers par l’émotion. Elle attendait vicieusement le moment propice pour se jeter sur lui et ne se laissait même pas chasser par le goût doucereux de la bièreaubeurre. Jaromir inspira profondément, puis se redressa enfin sur son siège. Ha en voilà des manières, faire toute une scène pour si peu. Peut-être était-ce le temps londonien qui l’affectait, ça ou il avait l’alcool triste. « Enfin, je parle, je parle, comme un expert en affaire moldue, mais je ne suis jamais monté dans un bus londonien. » Sa main tremblait un peu, mais à grand renfort d’inspiration, le sorcier réussit à esquisser l’ombre d’un sourire. « Par contre, j’ai a dû prendre un train moldu pour venir jusqu’à Londres. Je ne sais pas pour ceux des Royaume-Unis, mais ça a été un véritable calvaire jusqu’à Munich. »

Ah, c’était idiot de faire changer la conversation de raille, mais peut-être avait-il besoin d’aborder des sujets plus mondains. « Et j’avais failli me perdre dans le hall de gare en changeant de train, en plus. »


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Lun 6 Avr - 16:58
La conversation se fit un peu plus sérieuse. Un peu plus sombre, peut-être, plus éloignée du ton enjouée de manifestante engagée que pouvait avoir April à l'occasion – souvent, en fait, quand elle parlait politique. Les questions de Jaromir étaient de vraies questions. Et la rouquine les écoutaient en buvant sa bièraubeurre, doucement.

Parce que c'était vrai. Les moldus étaient capables de commettre des horreurs. Il y avait eu des guerres. Il y avait eu des pogroms. Il y avait eu des déportations, des génocides, des nettoyages, et puis la bombe atomique et les deux villes rasées de la carte, et la liste était longue et s'étendait de jour en jour, pas toujours aux mêmes endroits, hier au Cambodge, aujourd'hui au Nord-Congo, demain, demain ce sera ailleurs.

C'était une question difficile.

« La magie, c'est un pouvoir, c'est vrai. » commenta-t-elle, un peu en l'air. Une autre gorgée de bièraubeurre. « Le pouvoir, on en fait ce qu'on veut. »

« Je ne sais pas si les moldus n'en feront que des bonnes choses. Mais ils en feront des grandes choses, c'est sûr. » C'était un aveu.

« Mais ça, c'est vrai des êtres humains plus que des moldus, non ? Regardez-nous autres, sorciers, à garder nos pouvoirs pour nous, à nous accaparer les richesses d'autrui, les moldus ont eu leur guerre froide, nos avons eu nos guerres gobelines. Nous aussi, on a persécuté les créatures. Toujours d'ailleurs. Il n'y a qu'à voir nos milices. » Le mot sonnait comme une injure dans la bouche de la demoiselle.

April posa son verre vide sur le bar, et regarda celui de Jaromir.

« On dirait que ça ne te plaît pas trop. Tu veux autre chose ? C'est pas les options qui manquent, on est là pour découvrir ! » fit-elle en parenthèse.

« Enfin, » reprit-elle, « Tout ça pour dire qu'il faut essayer. Personne n'est parfait, ni les moldus ni les sorciers. Mais ça finira bien ! Parce que malgré toutes nos guerres, chez les moldus et chez les sorciers, bah, au final, maintenant, on est bien. Tout le monde est d'accord pour dire que la paix, c'est cool. Ca vaut bien une bièraubeurre. Barman, une autre ! »

Et April descendit le tiers de sa nouvelle bièraubeurre.

« Enfin, moi, j'y crois. J'ai foi en tout ça, en fait. Mais toi ? Tu en penses quoi ? Et un changement radical ça peut marcher. Faut voir de quoi les moldus sont capables quand on leur donne toute la boîte à outils dans les mains ! Tiens, les trains anglais, ils sont vraiment chouettes, même si j'ai jamais pris ceux de Munich. L'Europe de l'Est a beaucoup de choses à remettre à niveau. Tu as déjà pris le métro ? »
Revenir en haut Aller en bas

Ligue des Sorciers
& sorcier



avatar
Jaromir K. Moldavan
Messages : 106
Date d'inscription : 15/03/2015




Message
Sam 11 Avr - 14:31

Même un ras-de-marée d’espoir ne réussirait à faire fléchir son pessimisme. De cette nouvelle tirade, il n’en tira qu’un soupir et un malheureux « C’est vrai, j’imagine … » Alors qu’en réalité, il ne croyait pas aux perspectives positives qu’un changement radical pouvait apporter. Mais il n’avait pas envie de se débattre plus longtemps là-dessus, et surtout pas de se battre avec la jeune femme.  

« Ni les bus anglais, ni le tram-way, ni le métro. » Alors que sa comparse entamait sa deuxième choppe, le sorcier continuait de secouer la sienne d’un mouvement de poignet toujours plus las, déclinant poliment une proposition obscure du barman. Le goût sirupeux de la bièraubeurre lui ferait plus de bien que commencer à noyer sa mélancolie retrouvée dans du vrai alcool –une certitude renforcée par la peur, sans doute, de trouver le remède un peu trop efficace et de tomber encore plus bas. « Prendre le métro pour aller où mademoiselle Solomon ? Ma place est ici. » Elle aurait été là-bas, en Europe de l’Est, si quelques tierces changements radicaux n’avaient pas écarbouillé ses rêves. Peut-être enseignerait-il présentement à Durmstrang ou possèderait-il sa propre place au sein des grands sorciers slaves. Un poste important, quelque chose d’excitant, à la hauteur de ses efforts ! Mais le destin avait choisi Londres et un emploi au Ministère, l’endroit même qui avait probablement précipité sa décente aux enfers. « … Enfin, je crois. »

Les choses n’allaient pas à s’améliorant. Jaromir remit enfin sa mèche rebelle en place –bien qu’elle ne fut pas de l’avis de rester avec les autres très longtemps- et descendit le –grand- fond de sa bièraubeurre d’une traite, non sans pincer les lèvres pour se retenir de faire la grimace. La chaire de poule s’était invitée depuis un moment sous ses manchettes, et même sans décider de quitter si rapidement la sorcière, l’air était trop impitoyable et lui trop maigrelet pour ne pas enfiler son manteau. Et puis, il pouvait se réfugier dans l’épaisse fourrure de son col. C’était bien peu, mais tout de même réconfortant.

« Vous savez… » amorça-t-il en dégageant son menton de son col. « Nous vivons clairement dans des univers totalement différents –figurativement parlant, bien sûr. » Ses mains jouaient distraitement avec la hanse de sa choppe : vide, elle pesait bien moins lourd sur ses poignets. Juste assez pour occuper son esprit et l’empêcher de bafouiller. « Mais ça fait du bien de parler avec quelqu’un d’aussi optimiste. Alors, merci, quand même. »

Convertir ses sentiments en idées, ça ne faisait pas partie de son répertoire de compétence, alors les traduire en phrases. « … D'accord, c'était très -trop- étrange- pardon.» Et ça n’était pas un rire nerveux qui rendrait tout cela moins gênant. « Je blâme la bièraubeurre. »

C'est sûre qu'une malheureuse choppe sirotée tout doucement devait être la cause d'une déclaration aussi ridiculeusement étrange. Plus il parlait, plus il s'enfonçait, alors le noiraud retourna se cacher dans sa fourrure comme s'il s'agissait d'une cape d'invisibilité -malheureusement pour lui, même en y croyant très fort, ça n'en était pas une, et il était toujours aussi visible qu'un nez au milieu de la figure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Mar 28 Avr - 20:35
April regarda son compagnon avec un sourire. C’était vrai, il avait raison : ils vivaient dans deux mondes différents. C’était quelque chose que de regarder Jaromir s’enfoncer dans le sien. Il n’avait pas l’air de sortir beaucoup. Il n’avait pas l’air d’aller voir du monde, d’aller voir le monde, de regarder en-dehors avec curiosité. Il avait l’air un peu triste.

Et ces quelques moments passés hors de son petit univers, hors de sa zone de confort, lui avaient fait du bien - il l’avait avoué lui-même, c’était un peu sorti malgré lui - mais il s’apprêtait déjà à y rentrer de nouveau, se terrant dans son manteau et se préparant à partir. C’était dommage, quelque part. April le regardait, la tête pleine de questions qu’elle n’arrivait pas à formuler. Mine de rien, elle s’était attaché au petit bonhomme, avec ses airs maladroits et ses emportements soudains, et elle n’avait pas envie de le voir s’en aller tout de suite.

« T’en fais pas, » fit-elle simplement, avec un sourire, finissant petit à petit sa chope de bièraubeurre.

Un silence.

« Et si c’était juste pour aller voir ? » proposa-t-elle.

Un peu comme ça.

Après tout, il n’était pas toujours obligé de suivre la routine du quotidien. April était une sorte d’élément perturbateur, amenant sans cesse quelque chose de nouveau dans la routine du petit fonctionnaire. Elle ne savait pas trop jusqu’où il accepterait d’aller - Jaromir avait déjà l’air bien mal à l’aise, et ils n’avaient rien fait d’autre que rentrer dans un pub pour boire de la bièraubeurre, on était loin de la grande aventure vers l’inconnu. Mais elle ne perdait rien à essayer.

« Même les fonctionnaires du Ministère de la Magie ont le droit de prendre des vacances. Faut le voir comme ça. Le monde moldu au bout du métro, c’est un peu comme partir voir un pays étranger. Genre, juste pour une soirée. Je peux faire le guide touristique si tu veux. Y’a des choses à voir à Londres, plein! Ce serait plutôt drôle. Et puis, mon univers totalement différent a l’air de bien t’amuser, quand même. »

April vida le fond de sa chope, et puis elle lui fit un sourire.

« Enfin c’est comme tu veux. Si tu ça fait trop pour toi, je te laisse rentrer. » April lui laissait l’opportunité de se défiler s’il le voulait. Jaromir en avait probablement assez, et elle le voyait bien. « En tous cas, je suis contente de t’avoir rencontré! »
Revenir en haut Aller en bas

Ligue des Sorciers
& sorcier



avatar
Jaromir K. Moldavan
Messages : 106
Date d'inscription : 15/03/2015




Message
Mar 5 Mai - 21:12

Il tourna la proposition une fois dans son cerveau, puis deux, puis trois, sans toujours savoir comment la tenir et s’il la lisait seulement dans le bon sens. Il la tournait et la retournait en fixant la rouquine d’un air bête, cuisant dans son manteau alors qu’il l’avait sauvé de l’hypothermie une seconde plus tôt, incapable de digérer la proposition. Plus qu’examiner les dangers d’une telle expédition ou tous les désavantages à prendre des vacances –plus du temps pour penser ? Quelle horreur, comment occuperait-il son esprit loin du ministère et de sa bibliothèque ?-, Jaromir tentait de comprendre les motivations de la jeune femme. Pourquoi lui proposer ça ? Elle envisageait de le revoir, après son étalage de prestation pitoyable ? Elle envisageait de passer à nouveau du temps avec lui ?

Elle était contente de l’avoir rencontré ? Lui ?

Le sorcier s’enterra d’avantage dans son col à fourrure, et ce même si la chaleur l’étouffait. Il s’y enfonça jusqu’à ne laisser dépasser la cime de sa chevelure vertigineuse, bafouillant quelque chose d’incompréhensible en mangeant les poils de son manteau. Il sortit à peine le bout de son nez pour se répéter, plus rouge encore qu’auparavant. « Vous en êtes sûre ? » De quoi, même lui ne le savait plus. Il émergea totalement de sa cachette et tenta de se recoiffer tant bien que mal, mais le passage éclair dans manteau-land était sans merci et il avait tout de l’échapper d’Azkaban. « Ce serait avec plaisir, mademoiselle Solomon, vraiment. » articula-t-il les paumes plaqués sur ses mèches rebelles, décidé à ne pas admettre sa défaite cuisante. Aller à Londres dans cet accoutrement ? Ça n’était même pas une tenue pour mettre un pied dans les Hauts de merlin. « Mais peut-être serait-ce mieux de laisser cela à un autre jour ? »

Ha, pour sûr, Jaromir avait besoin de temps pour remettre ce désastre en ordre –et ça n’était pas faisable en trois coups de peigne le reflet d’une vitrine, oh que non-, mais surtout pour se préparer à aller affronter le monde moldu : une perspective qui lui chatouillait le fond de l’estomac, de hâte ou d’anxiété, peut-être même un peu des deux, et qui demanderait un approfondissement de ses connaissances ridicules sur le sujet. « Vous pourriez peut-être m’envoyer un hibou avec la date qui vous convient –-chez Moldavan, il n’y en a pas deux dans le Royaume-Unis croyez-moi, il ne risquerait pas de se perdre ou de se tromper de personne,  et au pire je ne pense pas que les sorciers du quartier planifient ce genre d’excursion alors personne ne se présentera à ma place. Et mon bureau n’est pas ouvert le dimanche, même si en général j’y vais tout de même pour trier la paperasse qui s’entasse, mais je peux faire une exception car de toute manière il n’y en a jamais assez pour me tenir toute la journée et je fini toujours par-- »

Il parlait trop ? Sans aucun doute, oui. Une main toujours affairée à minimiser ses dégâts capillaires, le noiraud tendit sa jumelle à la sorcière. « Le sentiment est partagé. » Son sourire était quelque peu maladroit, mais sincère, et bien différent du rictus forcé qui avait l’habitude de se balader sur son visage. Sa poignée de main se voulu forte, mais le poids de la choppe lui restait sur le poignet et il pressa à peine la paume de la jeune fille. Peut-être aussi car sa taille l’avait pris par surprise, pas si différente des siennes, mais bien plus menue que celles de ses collègues. Avait-il seulement déjà serré la main d’une femme, auparavant ? « J’attendrais votre hibou avec impatience. »

Il se hâta de sortir du pub avant de se ridiculiser d’avantage, se retournant tout de même pour faire un signe à April, ce qui lui valu de rentrer dans plusieurs passant et de manquer de marcher sur un chat. Mais il ne se sentait pas pour autant aussi malchanceux que d’habitude. Il se sentait plutôt bien, à vrai dire. Peut-être grâce à April, ou à cause de la bièraubeurre, ou de retrouver l’air cru après s’être autant échauffé.

Peut-être un peu de tout, et dans le fond, ce qui comptait, c’était le résultat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas

In my humble opinion - Jaromir Kermit Junior Moldavan

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: Ministère de la Magie
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥