Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

De la question de savoir si oui ou non il fallait se pendre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Invité



avatar
Invité



Message
Mer 15 Avr - 19:48
Pourquoi a-t-il choisi l'arithmancie en options ? Si vous lui demandez, il serait bien incapable de vous répondre. Parce qu'il fallait qu'il prenne deux options, et qu'il n'y connaissait pas grand chose, il n'avait pas pris le temps de véritablement se renseigner et à part l'alchimie qui l'intriguait, le second choix s'est un peu fait au pif. Et pour être très honnête, il le regrette. Les maths, de base, ce n'est pas vraiment son truc, mais à la sauce magique, voilà qui est encore pire. L'abstraction portée à l'échelle du magique. Et il n'arrive pas à se concentrer. Voilà bien quarante minutes qu'il est assis dans la salle d'études, son parchemin de cours sur le côté, son manuel d'arithmancie ouvert à la page des exercices attendus pour le lendemain et un parchemin vierge sous les yeux. Sa plume, non-touchée, repose sur le côté. Et Cliff, dans toute sa prestance, se tient la tête entre les mains, luttant pour parvenir à se concentrer. Pour la énième fois, il relit l'énoncé. Pour la énième fois, il a l'impression de lire du chinois. Et encore, peut-être qu'avec un simple dictionnaire, si c'était réellement du chinois, il pourrait s'en sortir. Mais là...

Et il souffle. Et il grimace. Et il relève la tête pour observer les autres présents dans la salle. Çà et là des groupes de plusieurs élèves qui préparent sans doute des exposés ou des travaux pratiques collectifs. Plusieurs élèves qui bouquinent ou griffonnent, certains à la hâte, d'autres avec application. Au sein des petits groupes, des éclats de voix ou de légers rires percent parfois, qui suffisent à envoyer son esprit loin, bien loin de cet exercice qu'il n'a tout simplement pas envie de faire. Parce qu'il n'a pas écouté. Parce qu'il n'a pas compris. Parce qu'il ne saisit toujours pas bien l'intérêt de la matière, en réalité. Il veut être ailleurs, dans la salle commune, à déconner avec avec Camille. Où sur le terrain de quidditch, à regarder les entraînements. Sans doute que Juliet et Wendy y sont, d'ailleurs. Ou bien face à son sac de frappe, à se défouler comme un idiot et expulser cette frustration de sentir son cerveau bien incapable face aux exercices demandés.

Dans un râle, il peste, à mi-voix : « Raaaaah... je veux me pendre. »
Et il laisse sa tête reposer contre la table, las.
Cliff, dans toute sa splendeur, oui oui.
Revenir en haut Aller en bas

Serdaigle



avatar
Deborah Bolton
Messages : 225
Localisation : In a faraway land
Date d'inscription : 31/01/2015




Message
Mer 15 Avr - 23:15
    Naturellement, Deborah sommeillait à sa table, la tête littéralement posée contre un manuel grand ouvert, et qu’elle avait, à dire vrai, à peine feuilleté. Mais la jeune sorcière aimait faire croire qu’elle tombait de sommeil après un excès de révisions. Ce qui ne se révélait pas si flagrant que ça. Après tout, elle portait sa robe aux couleurs de Serdaigle. D’une certaine manière, elle ne faisait que renforcer l’image studieuse de sa maison. Ce qui en soit devait satisfaire à peu près n’importe qui.
    Il n’était pas rare de croiser Deborah dans la salle d’études. En fait, il lui arrivait relativement souvent d’y faire sa sieste. A condition de se trouver du bon côté de la salle, elle pouvait somnoler à son aise sans craindre d’être dérangée.

    Elle ne bougeait plus de sa position, plus depuis un bon petit trois quart d’heure. Ce qui ne signifiait pas qu’elle était profondément endormie, non. Elle se réveillait souvent, juste pour entendre quelques minutes à peine le son des pages qui se tournent, les soupirs exaspérés des élèves médiocres qui s’agaçaient sur leurs exercices. Il y en avait un juste à deux ou trois sièges à côté d’ailleurs. Elle le savait, elle pouvait l’espionner entre deux mèches de cheveux.

    Il râla.
    Et lorsqu’elle vit sa tête retomber lourdement sur la table, elle ne put retenir un léger pouffement. Oh, ça n’avait rien d’une moquerie. Ou peut-être que si.

    _ Il y a des morts plus utiles qu’une pendaison. Par exemple, tu pourrais donner ton corps à l’une des plantes carnivores du professeur Carthaigh.

    Elle secoua la tête pour éloigner de devant son visage sa longue tignasse brune. D’une main barrant sa bouche, elle étouffa un baillement, cligna plusieurs fois des yeux, tandis qu'elle agitait son autre main en l'air afin de signaler sa présence. Comme s'il aurait pu avoir des doutes sur la provenance de cette voix. Comme pour signifier qu'elle n'était pas qu'un cadavre pourrissant après une overdose de lecture. Elle osa enfin un sourire las.

    _ Qu’est-ce qui peut te donner envie de te pendre ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Jeu 16 Avr - 11:49
Ce n'est pas que Cliff est un stéréotype de cancre qui n'en a rien à faire des études. Non non. Il est le genre d'élève dans la moyenne, qui s'investira dans les matières qui lui plaisent et soufflera dans celles auxquelles il n'accroche pas. En arrivant à Poudlard, comme tous les nés-moldus, il a eu des paillettes plein les yeux et s'est cru dans un film. C'est progressivement que la réalité des choses s'est imposée à lui et qu'il a bien compris qu'outre le fait qu'il ait intégré une société « magique », il a aussi intégré une école. Ce qui signifie, comme partout, des cours et des notations et des examens et un diplôme. Parce que oui, même magique, les cours sont des cours. Tout ce qui concerne les sortilèges, il s’investit avec passion, même si la réussite n'est pas toujours au rendez-vous. Sorts et enchantements, métamorphose, voilà qui lui donne envie de bosser. Potions, alchimie, voilà qui l'intrigue et il essaie d'en comprendre les rouages. Mais divination ou arithmancie, l'abstraction est grande et il perd pied.

C'est un peu ça, Cliff il aime comprendre et voir assez vite la logique de cause à effet. L'arithmancie, c'est des chiffres dans tous les sens et parfois, en lisant ses cours il a l'impression d'être plus dans le baratin de magazines moldus type Elle, que dans une vraie science magique. Ça le dépasse et il a du mal à accorder du crédit à une telle matière... Les yeux fermés, la tête qui repose sur la table, il soupire d'agacement.

C'est alors qu'une voix s'élève, proche. Une voix de fille. Il laisse quelques secondes s'écouler et relève la tête, pour voir qui a pu répondre à son gémissement de détresse. C'est une élève, Serdaigle, à deux sièges de là, sur le côté. Elle lui fait un léger signe et il hoche la tête, toujours en grimaçant. Il la dévisage un instant tandis qu'elle écarte sa chevelure brune. Elle paraît un peu plus âgée que lui, a priori.

« Merci de compatir. Mais j'préfère encore la corde aux plantes carnivores. C'est plus sain. » Enfin... façon de parler. D'une main il pointe son manuel et lui montre la couverture. « L'arithmancie. C'est une horreur ce truc. J'sais même pas pourquoi j'l'ai choisi comme option. J'comprends rien à rien. J'sens que je vais me pointer à l'arrache et advienne que pourra... jusqu'à présent, ça passe. »

Il se redresse, jetant un regard désespéré à son parchemin vide.

« Et toi, pourquoi t'es venue t'enfermer ici ? »
Revenir en haut Aller en bas

Serdaigle



avatar
Deborah Bolton
Messages : 225
Localisation : In a faraway land
Date d'inscription : 31/01/2015




Message
Jeu 16 Avr - 17:25
    Deborah suivait timidement des yeux ce que le jeune Gryffondor lui pointait du doigt. Ah oui. L’Arithmancie. Cela ne lui disait que très vaguement quelque chose, sûrement parce que le programme ne figurait pas dans ses options. Elle se souvenait pourtant très bien avoir hésité en début d'année, mais elle suivait déjà trois cours en dehors de ses matières communes, et n'avait donc pas souhaité achever son esprit davantage. Comprenez qu'il fallait du temps pour digérer tout ce savoir intrinsèque.
    Bien sûr, il était très peu probable que le jeune sorcier ait eu vent de cette « lacune ». Après tout, il n’était pas écrit sur son front qu’elle n’y connaissait rien, ou presque, en Arithmancie.

    _ En fait…

    Deborah se redressa lentement, n’achevant pas tout de suite sa phrase, cherchant manifestement à tenir un suspens qui n’avait pas lieu d’être. Elle étira ses bras, tourna quelques fois sa tête de gauche à droite, avec la gestuelle lourde d’une gargouille s’éveillant tout juste d’un long siècle d’un sommeil de pierre.

    _ Moi c’est à cause de l’Etude des Runes.

    Mais elle répondit machinalement, comme l’aurait fait n’importe quel élève en train d’étudier et connaissant de fait son sujet sur le bout de sa baguette. Ou presque. Car Deborah ne venait pas pour travailler, sinon pour se repaître d’une toute autre nourriture : de ces rêveries provenant tout droit du sommeil du juste. Aussi avait-elle choisi un manuel parfaitement au hasard, et qui ne lui servait que de repose-tête.
    Effectivement, un rapide coup d’œil sur les pages ouvertes du livre lui assurèrent qu’il ne s’agissait pas du tout d’Etude de Runes, sinon un ouvrage sur l’Histoire de la Magie. Ce qui bien évidemment ne la perturba pas le moins du monde. Non, Deborah semblait si bien lancée.

    _ Mais je suis plutôt douée en Arithmancie. Quelle drôle de coïncidence !

    Faux. Et archi faux. Mais ça n’avait aucune importance, car déjà la jeune sorcière venait de quitter sa place et se tenait dès à présent debout en face du jeune Gryffondor.

    _ Je crois que ce n’est pas la première fois que je te vois. Gryffondor, cinquième année ! Ou peut-être trois ? Je ne sais plus. Elle se tut un instant, faisant mine de réfléchir. Oh et puis elle s’en fichait bien tout compte fait. Ca ne lui revenait pas voilà tout. Elle insista encore avec un sourire qu’elle voulut encourageant. Pas besoin de se pointer à l’arrache. Je peux peut-être t’aider, ça te passera peut-être l’envie de te pendre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Lun 20 Avr - 23:27
L'élève qui l'avait apostrophé ne paraît pas beaucoup plus enthousiaste que lui, se redressant et s'étirant comme au sortir d'une longue sieste. Mais Cliff ne s'en offusque pas, il est le premier à s'endormir sur des cours théoriques qui ne parviennent pas à capter son attention. Il la détaille tandis qu'elle commence à lui répondre, tout en marquant une longue pause. Les Serdaigle ont la réputation d'être des bûcheurs et elle ne doit pas être là par hasard. Pour preuve, elle lui explique travailler sur l’Étude des Runes.

« Ah ouais, je vois. J'ai pas pris les Runes en option. J'aurais p't'être du, plutôt que me coltiner ça. » Il grimace en disant ces mots, fixant son manuel d'arithmancie d'un air de dégoût.

L'autre élève n'a pas l'air spécialement déstabilisée tandis qu'elle reprend la parole, expliquant avec entrain s'y connaître en arithmancie. Ouvrant des yeux surpris, Cliff la suit du regard alors qu'elle s'approche de lui et s'assoit à sa table.

« T'es sérieuse ? C'est possible d'être doué en arithmancie ? » Il fait la moue. « Tu dois aimer te faire du mal, c'est pas possible... » Il dit ça en exagérant, bien entendu, mais il faut admettre que dans sa classe, personne ne semble particulièrement ravi d'être en arithmancie et vu les commentaires du prof, les notes dépassent difficilement la moyenne.

Son interlocutrice dit l'avoir déjà vu, et Cliff esquisse un sourire. Il faut dire que les élèves à la peau noire ne sont pas les plus nombreux dans l'établissement… donc oui, c'est assez souvent qu'on lui dit ça. A l'inverse, il n'a pas spécialement la sensation d'avoir déjà aperçu la brune.

« Gryffondor, ouep. Mais j'suis en quatrième année, je m'appelle Cliff. Et toi ? » Il fait machinalement tourner quelques pages de son manuel de cours et soupire, alors que la question de la Serdaigle résonne.

Elle est plutôt convaincante et au stade où il en est, Cliff accepterait n'importe quel coup de main, pour être honnête. Ça ou rendre un parchemin vide… ou rempli complètement au pif. Dans tous les cas, une solution en vaudra bien une autre.

« Bah écoute, je vois pas pourquoi je refuserais ça, au contraire ! Tu m'sauves là ! » D'une main, il tourne le manuel vers elle et pointe du doigt les exercices à effectuer. « C'est sur le nombre de réalisation et sa symbolique magique... »
Revenir en haut Aller en bas

Serdaigle



avatar
Deborah Bolton
Messages : 225
Localisation : In a faraway land
Date d'inscription : 31/01/2015




Message
Ven 1 Mai - 23:59
    Elle souriait. Le jeune Gryffondor ne remettait pas sa parole en doute, et Deborah en était tout à fait satisfaite. Elle pouvait mentir sans aucune vergogne. Après tout, du moment qu’on ne se doutait de rien, qu’on ne venait pas tenter de mettre son jeu à mal à grands renforts de questions dérangeantes dont le seul but était de la faire tressaillir, elle ne ressentait pas de honte. Deborah aimait se rendre intéressante, elle aimait être au centre de l’attention, elle voulait qu’on la regarde, elle en avait besoin. Elle disait avoir besoin de se sentir vivante. Elle disait ne pas vouloir passer pour une coquille un peu vide, un peu triste. Les conséquences ne l’intéressaient pas tant que ça.

    _ Tu peux toujours demander aux élèves de Serdaigle si tu as besoin d'aides pour les cours. Nous ne sommes pas tous des péteux... Notre préfet, Thomas, est très serviable et il adore rendre service aux gens. C'est d'ailleurs le meilleur élève en Arithmancie.

    Deborah ne savait pas vraiment ce qu'elle racontait. Bien sûr elle improvisait. Elle était d'ailleurs très douée en improvisation, bizarrement. C'était vrai pourtant que Thomas serait ravi de l'aider s'il le lui demandait, mais quant à savoir s'il avait ce cours en option, et s'il était réellement doué ou non... Disons qu'elle avait comme un doute. Mais enfin, ce ne serait plus son problème.

    _ Je m'appelle Sloan. Tu sais, je joue dans l'équipe de Quidditch.

    Et Deborah continuait. Elle ne savait pas ce qui lui était passé par l'esprit, pour usurper l'identité d'une autre sorcière. Mais elle ne sourcillait pas pourtant. Elle ne savait pas si Cliff connaissait Sloan ou non. Elle ne pensait pas prendre de risques. Elle savait qu'hormis la couleur de ses cheveux, elle n'avait rien en commun avec sa camarade. Mais elle savait d'avance qu'elle n'en démordrait pas. De fait elle ne reconnaissait jamais ses mensonges, vivait dans une parfaite ignorance, tranquille, tout en s'enlisant toujours plus dans une immuable duperie. Elle s'acharnerait sûrement à se faire passer pour ce qu'elle n'était pas. Et puis, il arrivait bien parfois qu'on confonde les gens.
    Elle était déjà assise à côté de lui, les jambes croisés et les coudes sur la table. Il était trop tard pour faire marche arrière. La symbolique magique donc. Elle s'empara des exercices, qu'elle parcourait des yeux, très brièvement, ne lisant que quelques mots de ci de là, ne regardant qu'à peine les tableaux de chiffres bien garnis. C'était un charabia incompréhensible. Mais elle devait se comporter comme une arithmancienne confirmée.

    _ Oh c'est justement mon sujet préféré ! Je trouve ça passionnant ! Tu sais que, le chiffre trois, placé entre le 8 et le 9 dans les calculs, est un chiffre maudit, il porte malheur.

    Elle n'arrêtait pas avec cette assurance qui n'avait pas du tout lieu d'être, un sourire de fouine qui lui donnait des airs de bêtises. Elle disait tout ce qui lui passait par la tête, avec la voix d'une passionnée. Et c'était vrai, Deborah était passionnée, passionnée par une perpétuelle comédie, farce, qui n'avait que l'illusion d'un semblant de vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Lun 25 Mai - 11:20
Franchement, au point où il en est et vu le peu d'inspiration qu'il a vis à vis de son devoir d'arithmancie, Cliff accepterait n'importe quelle aide. Et à choisir, il faut admettre qu'assez bêtement, si une Serdaigle lui propose de l'aider, il voit mal pourquoi refuser ! Au contraire, même. Après tout, personne ne voudrait se plonger dans cette matière par plaisir, non ? Donc il se dit bien qu'une personne qui veut l'aider ne peut que le faire en connaissance de cause. Il n'a aucune raison de croire autrement.

La brune a repris la parole et Cliff l'écoute dans un hochement de tête. Il ne côtoie pas vraiment de Serdaigle et celui dont il peut se dire le plus « proches » est Andrea, de la même année que lui. Sauf que bon... on ne peut pas dire qu'ils soient réellement amis, loin de là, simple connaissance et Cliff se demande même si le cracmol aux cheveux bleus apprécie sa présence. Enfin, c'est une autre histoire. Mais des Serdaigle, en réalité, il n'en sait pas grand chose. Il connait cependant le préfet, dont il a entendu différentes choses. Thomas... Walter, quelque chose du genre.

« Une bonne chose à savoir alors, heureusement qu'il n'y a pas de clichés dans toutes les maisons. Quant à votre préfet... y'a donc réellement des gens qui veulent se faire du mal. » Il dit cela dans un sourire, même si d'une certaine manière il faut admettre que de par ses raçines moldues, il y a des matières magiques qui le dépassent réellement et dont il a du mal à comprendre et estimer les applications concrètes.

La jeune fille, elle, paraît plutôt ouverte et lui fait une bonne première impression, elle se présente ensuite. Elle se prénomme donc Sloan et représente sa maison au Quidditch.

« Oh, l'une de batteuses, je crois ? » S'il se souvient bien, il va voir les matchs lorsqu'il le peut et s'il y a bien un poste qui l'attire dans ce sport toujours aussi impressionnant pour lui, c'est bien batteur ! « La classe, tu dois avoir de la force dans les bras, en plus d'être une tête ! »

Il dit cela sur le ton de la rigolade, mais il faut admettre qu'une partie de lui reste admiratif, le Quidditch l'attire sincèrement mais il n'a pas encore passé le cap au point de faire des essais. « J't'aurais pas reconnue de toute manière, avec votre attirail dans les matchs... »

Il est tellement plus simple, pour lui, de discuter sport plutôt qu'arithmancie. S'il n'y avait pas toujours cette prévision d'une sale note, il ferait totalement l'impasse pour parler Quidditch. Mais bon, il en vient toutefois à évoquer le contenu de son devoir, et la Serdaigle ne se démonte pas du tout. Au contraire, elle prend le bouquin posé devant lui, en lit le contenu, les énoncés des exercices... Cliff voit ses yeux qui s'agitent, son cerveau qui cogite et n'ose pas dire un mot de peur de briser cette « transe » réflexive. Elle s'exclame alors et ce qu'elle dit ne fait pas vraiment écho dans le cerveau du Gryffondor, mais elle doit mieux s'y connaître que lui, alors...

« Ah, euh... peut-être ? Non je savais pas. Et du coup, là sur cet exo, je pensais mettre euh... » Il griffonne quelque truc sur son parchemin et le tourne vers Sloan. « … ça ? S'il y a 75, on découpe et en symbolique, c'est euh... un impact négatif ? »

Il rame.
Nous ramons. Vous ramez. Ils rament.
Revenir en haut Aller en bas

Serdaigle



avatar
Deborah Bolton
Messages : 225
Localisation : In a faraway land
Date d'inscription : 31/01/2015




Message
Ven 29 Mai - 13:32
Deborah ne se démontait pas, elle croyait à la cohérence de son charabia. Quant à Thomas, elle n’avait qu’à moitié menti. Il était réellement serviable, du moins l’avait-elle toujours vu ainsi, il n’avait rien d’un cliché. Et que pouvait-on mettre derrière un cliché ? Les Serdaigles ne ressemblaient pas tous à des rats de bibliothèque, elle n’avait rien d’une acharnée du travail, Thomas non plus lui semblait-il. Et puis il y avait bien cet autre élève, au QI, disait-on, incroyablement élevé, et qui ne se montrait pratiquement jamais en cours. Sans parler de Sanaé qui échouait toujours de façon plus ou moins lamentable, malgré une obsession pour la réussite, et toute l'intensité, folle, qu'elle mettait dans ses apprentissages. Ils n'avaient rien d'une dreamteam.

Elle ne se sentait pas proche des Serdaigles.
Il lui semblait pourtant rassurant de savoir qu’on trouvait parmi les Bleus beaucoup de personnalités, disons, lunaires. La rêverie lui paraissait bien plus à même de qualifier les habitants de la Tour Rowena. Quand bien même beaucoup ne devait pas être très fier de compter parmi leur rang Miss Bolton, dont les mensonges à répétition entachaient d'une certaine manière leur réputation. On revenait toujours et de façon inlassable à ces questions de superficialité apparente.  

Deborah faisait mine de réfléchir. Elle aurait voulu faire semblant au moins, jouer les passionnées et mettre autant d'engouement que la véritable Sloan pour son sport de prédilection. Mais c'était peut-être justement trop en faire. Sans aller jusqu'à parler de dégoût, elle n'éprouvait pas le moindre intérêt pour le Quidditch, dont elle ignorait des règles jusqu'à la composition de l'équipe. Et Bolton n'en ressentait aucune honte. Elle ne supportait clairement pas sa maison, et n'assistait de fait jamais aux matchs. Bien au contraire, elle semblait apprécier les couloirs vides du château, qu'elle imaginait alors entièrement et totalement sien. Alors savoir avec exactitude le poste occupé par Holmes... La question la dépassait complètement. Elle avait de nombreuse fois entamer cette discussion pourtant, à essayer d'arracher son ex-amie des griffes de ces cognards qui semblaient accaparer tout son temps... Mais en vain. Tant et si bien qu'elle ne s'était efforcée qu'à rassembler des contre-arguments, sans jamais prêter une véritable attention aux mots de l'autre.

Deborah portait comme des œillères. Les sourcils froncés, son sourire s'émietta. La conversation prenait un tour ennuyant, et elle ne faisait rien pour le cacher, bien au contraire. Elle maniait très bien les mots, mais contrôler la palette de couleurs qui peignait son faciès de multiples expressions lui restait encore difficile.

_ Oui, c'est bien ça.

Elle avait beau imaginer, chercher, retourner, visionner, elle ne trouvait rien. Les mots de Cliff ne trouvaient pas leur écho. Ils restaient comme suspendus dans le vide, tandis que sa boîte noire tentait encore l'analyse, le tout dans un effort futile. Elle ne comprenait pas ce qu'il y avait de classe dans la brutalité du geste.

Soudain, les traits de son visage semblèrent à nouveau se détendre, et laissèrent place à la composition d'un sourire floral. La question avait simplement été entérinée, écorchée au passage de ronces sauvages, ensevelie encore sous un parterre de fleurs. L'insouciance, de toujours ne se préoccuper de rien.

Et elle se mit à rire. De la force dans les bras ? Une tête ?
Les deux lui faisaient surtout défauts. Sa seule activité physique consistait à prendre soin des plantes dans les serres. Ni plus ni moins. Oh bien sûr, elle pratiquait aussi le Yoga, alors peut-être qu'à force de tenir diverses positions étranges, ses bras ne s'en retrouvaient pas complètement dépourvus de force. Quant à sa tête... Elle en avait bien une, de fait elle s'en servait surtout de façon paresseuse.

_ Pas mal, pour un Gryffon. En fait, tu n'es pas aussi mauvais que tu le prétends. Peut-être que tu es une tête toi aussi !

Il était tellement plus simple d'acquiescer sans prendre la peine de vérifier. Elle l'observait faire l'exercice, sans réfléchir réellement. Mais cela semblait l'amuser, de le regarder. Mais elle semblait bien plus intéressée par sa condition physique que par les âneries qu'elle allait très certainement lui faire noter.  

_ Tu as l'air solide. Elle recula de quelques centimètres, et le détailla de la tête aux pieds, s'attardant sur chaque petit détail de son corps, sans qu'elle n'en paraisse vraiment gêné. Elle comprit dans sa façon de parler qu'il ne devait appartenir à aucune équipe. Et sans crier gare, elle lui pinça le bras, une lueur coquine au fond des yeux. Et le rouge t'irait bien au teint. Pourquoi ne pas tenter de rejoindre l'équipe des Gryffondors ? 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas

De la question de savoir si oui ou non il fallait se pendre.

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: Sixième étage :: Salle d'étude
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥