Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

River in the road - Alwin Blair

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Invité



avatar
Invité



Message
Jeu 25 Juin - 20:44
Eurydice s'était perdue. Ca devait bien arriver un jour : à force de s'aventurer à travers la ville sans plan ni repère, au petit bonheur la chance comme elle le faisait, guidée par la curiosité et grisée par la liberté, elle avait fini par faire une erreur, par prendre un mauvais tournant, et par se retrouver dans des rues qu'elle ne connaissait pas.

Le monde sorcier était petit, mais Eurydice n'avait pas l'habitude de s'y promener. Eurydice n'avait pas l'habitude de sortir de chez elle. Pour aussi courageuses qu'étaient ses escapades, elle n'était jamais vraiment sortie des sentiers connus, et elle n'avait jamais eu l'intention de le faire. Elle ne savait pas comment revenir sur la grand-place.

Elle était mal à l'aise. Emmitouflée dans son manteau, cachée dans son maquillage qui rendait toute sa peau brune, Eurydice avait l'air suspicieuse à marcher en rasant les murs comme une criminelle. Elle craignait la mauvaise rencontre, et elle ne se rendait pas compte qu'elle avait l'air d'une mauvaise rencontre. Ou d'un petit animal terrifié, c'était selon.

Ce qui devait arriver arriva : elle finit par rentrer dans quelqu'un. Une sorte de dangereux délinquant, un voyou des rues comme on en voyait à la télé, couvert de tatouages, de piercings, les cheveux rouges sang et les yeux d'un jaune malsain. Eurydice ne put rien y faire. Elle cria sous l'effet de la surprise et de la terreur.

Et le jeune homme tomba par terre, complètement assommé, ou peut-être mort, elle ne savait pas.

Eurydice ne savait plus quoi faire.

C'était l'erreur de trop, celle qui devait arriver. Cet homme était mort par sa faute, c'était sûr. Il ne devait même pas savoir ce qui lui était arrivé. On allait la retrouver et l'enfermer, et lui faire du mal, et la punir de s'être enfui de chez elle. Eurydice paniquait. Elle était finie. Elle était morte. Elle n'allait jamais pouvoir vivre. Et lui non plus !

Eurydice resta un long moment sur place, à tourner en rond, à faire des aller retours en se tenant la tête dans les mains, en se tirant les cheveux, en se mordant la lèvre et en retenant ses larmes. Elle était fichue, elle était fichue, le jeune homme était inconscient par terre et il ne se relevait pas, il était mort, c'était sûr, et-

Et au bout d'une éternité de quelques secondes, il rouvrit les yeux, et se releva péniblement. Il devait se demander ce qui lui était arrivé. Et Eurydice, affolée, s'agenouilla à côté de lui, ouvrit la bouche pour parler, se ravisa, tenta de lui demander s'il allait bien, ne sut pas quoi faire, et puis se fit immobile, craintive.
Revenir en haut Aller en bas

Unité
& sorcier



avatar
Alwin Blair
Messages : 83
Date d'inscription : 07/04/2015




Message
Mar 1 Sep - 17:03
    Spoiler:
     

    Je marchai dans les rues de Londres.
    Je venais d'acheter de l'encre pour mes tatouages et d'autre produits.
    Il était aux alentours de 18h30, le soleil était en train de se coucher. Peu de sorciers marchaient sur le chemin de traverse. Je me dirigeai vers ma boutique pour ranger mes achats lorsque je sentis quelqu'un me bousculer sans le faire exprès. Je tournais la tête vers la personne. Une jeune fille, je ne saurais donner un âge, aux cheveux châtains et à la peau...verte ? Je n'avais jamais rencontré de personne ayant une peau verdâtre. Était-elle humaine ou bien s'agissait-il d'une créature ? A part sa couleur verte, elle paraissait normale. Celle-ci en me voyant écarquilla grand ses yeux et cria. Je n'eus pas le temps de dire quelque chose que je sentis ma tête tourner et je m'évanouis, laissant tomber le sac par terre.

    Quelques minutes ou heures plus tard, je ne sais combien de temps je suis resté évanouis sur le sol, j'ouvris les yeux et m'assit sur le sol en me tenant la tête. J'avais un peu mal mais la douleur diminuait petit à petit. Je levais les yeux et vit la jeune fille de tout à l'heure agenouillée devant moi, paniquée.

    Pour ne pas lui faire peur, je lui souris et répondit :

    - Bonsoir toi. Qu'est ce que tu fais à cette heure-ci dans le chemin de traverse ? Tu t'es perdue ?



Color paroles = #a0d6b4
Merci Kalev **
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Sam 3 Oct - 20:23
Eurydice restait calme, immobile, attentive, consciente du danger qu'elle représentait. Celui qui risquait sa vie, ce n'était pas elle, c'était le délinquant en face d'elle – et curieusement, ça ne la rassurait pas du tout. Ses paroles étaient des cognards aveugles capables de frapper sans prévenir, elle était une batteuse qui frappait toujours juste. Et lui, il n'en savait rien, il était là, tout fier sur son balai, avec un sourire à avoir gagné la coupe de Quidditch, ignorant du danger qui le menaçait.

Il s'était relevé, et il discutait avec elle, comme si de rien n'était. Normal. C'était extrêmement déstabilisant. Eurydice en aurait perdu le Souafle. Elle restait là, ahurie, un peu bête, la bouche grande ouverte, les mains entortillées dans son énorme manteau, recroquevillée dans ses vêtements, rougissante de gêne – heureusement qu'elle avait son maquillage, pensa-t-elle. Elle avait la peau d'une belle couleur gazon de stade, et elle ne savait pas qu'il était parti, et qu'Alwin pouvait voir le vert clair de son teint comme le rouge Souafle de ses joues.

L'inconnu lui demandait si elle s'était perdue.

Eurydice finit par hocher un oui de la tête.

Puis elle se sentit encore plus ridicule – bravo à elle, vraiment, dix points pour son équipe – et elle se mit à frénétiquement farfouiller ses poches, à la recherche d'un bout de papier sur lequel écrire, pour au moins réussir à communiquer convenablement. Ce n'était pas comme ça qu'elle allait réussir quoi que ce soit. Eurydice finit par trouver quelque chose, une fin de crayon, on morceau de papier chiffonné, et se mit à écrire sa réponse.

Eurydice a écrit:
Comment allez vous ? Votre tête, je veux dire.

Eurydice lui montra le papier pour qu'il le lise. C'était direct. C'était clair. Elle s'inquiétait d'abord de lui. Est-ce qu'elle lui avait fait mal ? Est-ce qu'il s'en remettrait ? Elle se sentait bête. Elle était un vrai danger public. Un troll sur un balai, borgne et bossu, qui tentait d'avoir l'air d'un poursuiveur normal, et que personne ne semblait remarquer. Eurydice n'avait pas une grande estime d'elle-même. Mais plutôt que de beugler en envoyant le Souafle dans le but, Eurydice restait là, silencieuse et craintive, appréhendant la réponse du jeune homme.

Elle espérait qu'il aille bien. Elle, qui passait sa vie à poursuivre son vif d'or, avait failli se faire expulser du match pour faute grave – Eurydice savait que s'il y était resté, elle aurait sûrement fini cloîtrée en prison pour meurtre. Et la jeune fille avait honte de ses pensées égoïstes, mais elle était tout de même bien ravie de savoir qu'il était encore en vie. Elle aussi, elle voulait continuer de vivre sa vie. Elle ne voulait pas finir enfermée chez elle pour toujours.

Heureusement qu'il n'avait pas moyen de deviner qu'elle était une demi-banshee. Eurydice pensait toujours avoir la protection qu'offrait son maquillage, et ne savait pas qu'il était parti. Elle pensait toujours qu'elle pouvait se cacher derrière. Il lui suffirait juste de jouer les muettes, et elle allait partir comme elle était venue, et tout allait bien se passer. Il fallait garder espoir.
Revenir en haut Aller en bas

Unité
& sorcier



avatar
Alwin Blair
Messages : 83
Date d'inscription : 07/04/2015




Message
Ven 11 Mar - 16:29
    La jeune fille aux cheveux noirs et à la peau verdâtre (je ne pense pas qu'il s'agissait de sa véritable couleur de peau) me regardait, étonnée, lorsque je me relevais facilement, en ne prenant pas garde à mon mal de tête. Elle avait la bouche grande ouverte. Elle était marrante. Ses mains étaient cachées dans son manteau trop grand pour elle. Je remarquais que un peu de rouge se remarquait sur sa couleur verdâtre. Lorsque je lui demandais si elle était perdue, la jeune fille hocha la tête. Je me demandais bien ce qu'elle faisait toute seule dans le chemin de traverse. Je remarquais alors qu'elle était en train de chercher quelque chose dans ses poches. Je me demandais bien quoi. Elle ressortit un morceau de papier et un crayon et écrivit dessus quelque chose. Comment allez vous ? Votre tête, je veux dire. Elle s'inquiétait pour moi. Pour un inconnu. J'aurais pu être un mangemort, elle se serait quand même inquiété pour moi. Je lui souris et répondit :

    - ça peut aller. J'ai connu pire tu sais. Tu es muette ?

    Sa couleur de peau m'intriguait. Je ne pensais pas que la jeune fille était une créature repoussante comme un gobelin ou autre chose. Peut-être avait-t-elle des problèmes de peau et elle cachait tout cela avec du maquillage. Mais si elle avait la peau normale pourquoi cacher avec quelque chose de vert ? Je lui posais une question :

    - Au fait pourquoi es-tu seule ? Tu ne veux pas sortir avec des amies à toi ? Tu as prévu quelque chose ? Au fait moi c'est Alwin et toi ?

    Je lui tendis ma main.


Spoiler:
 


Color paroles = #a0d6b4
Merci Kalev **
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Dim 20 Mar - 13:15
Quelque part, c’était rassurant. Cet homme n’avait pas l’air de savoir qui elle était - ou plutôt, ce qu’elle était: une dangereuse banshee à la peau verte, qui pouvait assommer, voire tuer quelqu’un d’une seule parole. Le son de sa voix était très dangereux. Mais cet homme - Alwin - n’en savait rien, et il était là, tout sourire, à vouloir faire connaissance.

Eurydice se demandait un peu ce qui devait se passer dans sa tête. A quoi pensait-il? A quoi est-ce que a ressemblait cette situation, pour lui? Il n’avait pas l’air commode lui non plus - est-ce qu’il avait eu peur de lui faire peur, lui-même? Est-ce qu’il était heureux de voir que quelqu’un s’inquiète pour lui plutôt que de s’enfuir en hurlant de terreur?

La jeune fille aurait pu comprendre ce genre de sentiment - mais c’était dangereux de faire ami-ami avec lui. Eurydice pouvait lui faire beaucoup de mal. Elle l’avait déjà assommé, elle avait failli le tuer! Et il disait, plus ou moins fanfaron, qu’il avait déjà connu pire.

Alwin lui tendit la main. Eurydice, ne sachant pas quoi faire, accepta.

Et, euh, que dire maintenant? Euh.

La jeune fille se mit à griffonner sur son bout de papier. Le plus facile d’abord: il la croyait muette, elle allait dire oui.

Et puis, la suite… Une idée se forma dans son esprit. Eurydice allait essayer de lui fausser compagnie tout en se montrant polie.

Eurydice a écrit:
Je suis muette, oui! Je suis Eurydice.
J’ai perdu mes amies, je ne sais pas où je suis.
Vous pourriez m’indiquer la direction du Chemin de Traverse? Comme ça je pourrais rentrer chez moi.

C’était un gentil mensonge, facile, crédible, qui allait sûrement faire l’affaire. Eurydice ne pensait pas qu’Alwin irait faire un tour à travers la ville avec elle. Il allait sûrement lui donner des directions, et elle pourrait tranquillement lui fausser compagnie.
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas

River in the road - Alwin Blair

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: Le chemin de traverse
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥