Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[BUMBYDAY] You've been hit by a smooth criminal | Ashley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Poufsouffle
tiamoooo tiiii amooo ♫



avatar
Timothy E. Mills
Messages : 424
Date d'inscription : 31/03/2014




Message
Mer 8 Juil - 13:14


Hmn. Timothy n’était pas convaincu tant que cela. Le problème quand on était entouré de blaireaux à l’année longue, c’est qu’on ne pouvait pas rester bien longtemps tout seul avec ses problèmes ( quoique pour certains, cela était plutôt un bienfait qu’un méfait… ). Du coup, ce matin on l’avait un peu poussé dans le dos pour qu’il y aille. On lui avait dit qu’il trouverait probablement quelqu’un qu’il connaîtrait directement devant le portoloin  ou, qu’au pire, il se ferait probablement un/e nouveau/elle ami/e… Sacrés Poufsouffle et sa candeur un peu chiante  – foutu Timothy et sa candeur ravalée –.

Aujourd’hui, Mills était vêtu d’un simple jeans un peu plus classe que ceux qu’il portait à l’habitude, de souliers propres ( des vrais, pas juste des converses un peu moins morts) et d’une chemise tout-à-fait normale. Simplement parce que c’était bien plus confortable si jamais il devait retourner à la salle commune et, ainsi, passer sa soirée à lire sur un canapé et à probablement s’endormir-là. Et… tout compte fait, c’est ce qu’il comptait faire sur le champ. Presque joyeusement, il tourna les talons de manière caricaturale et entreprenait de décamper à l’anglaise – avant de croiser une personne de sa connaissance qui le forcerait à entrer – loin de cette fichue fête. Un sourire au visage, il posa un premier pas vers la sortie. C’était un petit pas pour la fête, un grand pas pour Timothy…  

Plutôt l’inverse, oui.

Une tornade blonde, visiblement sans aucune considération pour autrui, s’appropria de son bras et, sans même qu’il puisse geindre ou crier à l’aide, l’entraîna vers le portoloin. Quiconque a déjà été entraîné contre son gré grâce à un portoloin sait que ça ressemble un peu à un kidnapping sans possibilité d’échappement et c’était pour ça que Timothy affichait une mine plus ou moins dépitée jusqu’à ce que lui et son assaillant touchent le sol. Visiblement, ils étaient arrivés sur le lieu du bal, mais il n’était pas encore tout-à-fait convaincu. À la télé, il avait vu des reconstitutions de gens qui se faisaient kidnapper pour se faire transformer en poupée, après et, savait-on jamais, on essaierait peut-être de le transformer en Dancing Queen – young and sweet, only seventeen.

En tout cas, Timothy avait touché le sol bien raide. Il se tenait comme un piquet. Il était tout rouge. On ne saivait si c’était de colère, de peur ou de gêne. Peut-être un medley des trois. Il inspira un bon coup et il retrouva son état presque normal. Il osa un regard vers le type qui l’avait entraîné là, mais non pas avant d’avoir dégagé son bras de l’emprise de l’autre.

Ah, mais il le connaissait, lui ! Enfin, pas tant que ça, mais ils vivaient dans la même salle commune, donc c’était inévitable. Timothy plissa les yeux comme une taupe qui essaie de mieux y voir :
– Ashley… ? T’aurais pu demander…  J’te jure, je pensais que j’mourrais, moi.

Le damoiseau se frotta la nuque. Il n’allait quand même pas faire une scène capricieuse ici et maintenant.







"We're the new romantics"
we're all bored we're all so tired of everything we wait for trains that just aren't coming we show off our different scarlet letters trust me mine is better we're so young that we're on the road to ruin we play dumb but we know exactly what we're doing we cry tears of mascara in the bathroom honey life is just a classroom cause baby i could build a castle out of all the bricks they threw at me (c) endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Poufsouffle



avatar
Ashley L. Cox
Messages : 85
Date d'inscription : 11/06/2015




Message
Mer 8 Juil - 14:49

_____________________ at least we stole the show


Tu remets une dernière fois ton noeud papillon en place, même s'il est toujours aussi dans l'axe que quand tes doigts se sont déchaînés pour la première fois sur le bout de tissu. Bon. Je crois qu'on peut dire que t'es prêt, Ashley.
Tu t'avances vers le Portoloin, un sort d'imperméabilité déjà lancé -oh, tu ne sais pas si ça te servait à grand chose, on sait bien que tu allais sûrement finir la soirée totalement trempé. Qu'importe -que ce soit au moins pour les apparences. Et quelles apparences ! il y avait de belles filles en robes de sirène, presqu'aussi envoûtantes que leurs chants, des garçons tirés à quatre épingles et toi, toi, en costume, qui attendait un tu-ne-sais-quoi. Ça s'appelle un miracle, sûrement. T'avais été trop timide pour demander au préalable à qui que ce soit de venir avec toi, tu t'étais dit que tu improviserais sur le moment -mais le Portoloin il est bien pour deux et pas moyen de passer autrement.
Et puis, sous les lustres, un air de déjà-vu, un convive qui s'enfuit en douce -tu le reconnais, bien sûr que tu le reconnais, c'est pas non plus comme si t'avais passé des heures à attendre qu'il s'en aille pour lire quelques brouillons sûrement considérés comme peu glorieux -toi, t'avais été émerveillé, comme toujours. Timothy, c'était un mec un peu trop énigmatique, un peu trop froid parfois ; Timothy, c'était un poète et oh toi tu aimais tellement ça ; Timothy, il s'en allait et tu ne pouvais pas laisser faire ça.
Tu attrapes sa main en moins de deux pour le tirer vers le Portoloin ; il n'a même pas le temps de protester que vous vous retrouvez sous l'eau -ah, oui, t'espères qu'il avait prévu le coup, quand même. Déjà tes yeux glissaient sur le décor et tu oubliais ta main dans la sienne, jusqu'à ce qu'il se réveille de sa soudaine léthargie. Tu ne pouvais pas vraiment lui en vouloir oh non, et d'un coup, c'est comme si tu te rendais compte de ce que tu as fait. Idiot. Je. Je. Euh, je ... Tu t'étais retourné vers sa face lunaire oh peau de lait, et tu sentais déjà tes joues comme des volcans furieux. Merde. Il est gentil. Désolé ? Il y a ton grand sourire qui s'affiche oh ta main qui va cherche ta nuque et comme ça tu parais plus grand encore ; pourtant tu te sens si misérable et tu sais pas vraiment quoi lui dire. Je. J'espère que ça te gêne pas trop ? Enfin c'est un peu trop tard pour ça maintenant, mais tu sais je te voyais partir mais tout le monde devrait au moins pouvoir participer à la fête et et et ouais en fait je t'ai forcé un peu mais je. Aaaah. J'suis désolé. Si jamais on peut partir, si tu veux. J'ai juste cru que, comme t'es venu au Portoloin, ça t'irait mais qu'est-ce que j'en sais, moi. Tes mots s'acculaient dans ta bouche oh ils formaient cette pyramide incroyablement piquante et tu te sens stupide, encore encore encore.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Poufsouffle
tiamoooo tiiii amooo ♫



avatar
Timothy E. Mills
Messages : 424
Date d'inscription : 31/03/2014




Message
Mer 8 Juil - 15:23


Dans sa tête, Timothy se dit que s’il avait été un homme indépendant, il aurait pris ses clics et ses clacs – soit sa dignité et son ego – et aurait décampé assez vite. Mais, le truc, c’était qu’en vrai, il était content que quelqu’un l’ait choisi pour l’accompagner. C’était peut-être que du hasard, mais tant pis. Parfois, ça ne servait à rien de se fâcher. En l’écoutant tenter de s’excuser, il sourit un peu :

– Non, non. On est là, on reste. J’étais juste vraiment surpris. Je m’attendais pas à ça, vraiment. Je suis venu ici sans attentes spéciales, en fait, la plupart des gens que je connais se sont probablement pointés en duo. Et puis, doit probablement avoir des trucs qui se mangent, du coup ça vaut la peine !

Le Poufsouffle ricana un peu, regarda tout autour. Ils devaient bien être tombés dans le manoir d’un pur égocentrique. C’était drôlement malaisant, en fait – quoi qu’il ne pouvait pas vraiment en penser quoi que ce soit, puisqu’il était quand même assez tourné vers lui-même pour penser qu’il avait désormais un admirateur. Timothy passa une main dans ses cheveux. Cette fois, il n’avait pas oublié le sort d’imperméabilité, mais il avait commencé à laisser ses cheveux friser au naturel, donc il ne craignait pas trop pour sa tête.

Il se retourna vers son compagnon d’un soir et lui tendit son bras. Pas que cela lui tentait particulièrement, mais ses parents l’avaient quand même relativement bien élevé. Il fit un clin d’œil au jeune homme. Sauf qu’il trouva cela un peu stupide, alors il battu un peu des paupières pour faire genre ‘’ j’ai une poussière dans les z’yeuz ‘’ :

– On y va ? On restera pas plantés là toute la soirée, hein !





"We're the new romantics"
we're all bored we're all so tired of everything we wait for trains that just aren't coming we show off our different scarlet letters trust me mine is better we're so young that we're on the road to ruin we play dumb but we know exactly what we're doing we cry tears of mascara in the bathroom honey life is just a classroom cause baby i could build a castle out of all the bricks they threw at me (c) endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Poufsouffle



avatar
Ashley L. Cox
Messages : 85
Date d'inscription : 11/06/2015




Message
Mer 8 Juil - 16:21

_____________________ hooked on a feeling


Ashley, tu te sens beaucoup trop con ces derniers temps. En réalité, ça ne te dérange même pas trop, mais tu devrais quand même t'inquiéter un peu et, par exemple, réfléchir avant d'agir. Ça serait sûrement assez bénéfique.
Mais il sourit, et c'est sûrement ce qui te rassure un peu. Peut-être que ce n'était pas si grave -enfin, tu l'avais quand même littéralement kidnappé, Ashley. Tu dois faire super peur, en fait. Et pourtant, il se penche sur de l'humour teinté d'une véracité hallucinante et toi, tu sais pas vraiment quoi lui dire -parce que bon, tu vas pas non plus lui avouer de suite que tu le stalkais dans le dortoir. Ça le ferait moyen, sûrement. T'étais tellement perdu dans tes pensées que t'as oublié de répondre -tu pars vraiment mal, Ash, est-ce que tu t'en rends seulement compte ? Sa voix te réveille et son bras te surprend -et puis tu vois un clin d'oeil mais ça devait sûrement être ton imagination. Sûrement. Ca pouvait rien être d'autre que des paupières qui se ferment sur un oeil, comme chez quelqu'un de NORMAL quoi. Ashley. Sérieusement.
O-Ouais, ça serait pas l'idéal ahaha, en plus on bouche le chemin. Tu lui prends le bras -et comme tu dois bien le dépasser de dix centimètres, tu te sens encore con. Bon dieu Ash, c'est tellement bizarre ; et comme t'es un boulet fini tu ne peux pas t'empêcher de détailler ses bouclettes en rond parfait -tes cheveux ils sont tellement plats et déjà totalement indisciplinés que tu ne peux que respecter les gens à chevelure de lion. Oui, lion, parce que ça fait un effet très graouh. Putain Ash.
Vous arrivez au banquet, où à peu près tout le monde s'est rassemblé ; et ce n'est que là que tu captes la tête qui revient sur ... sur tout, en fait. Une face de poisson humain avec des espèces d'algues pour cheveux -et tu peux pas t'empêcher de rire. Tu ris un peu moins quand tu vois qu'il y a aussi des algues à manger, tout court. J'aurais du manger avant, je crois bien. Parce que princesse Ashley ne mange pas tout -végétarien et compliqué, bref c'est un lourd niveau cuisine. Eh, t'es sympa en fait. Je m'y attendais pas ! Et tu souris, réflexe. Et tu te rends compte que c'était pas vraiment un compliment. Ash, sérieux, Ash. ENFIN JE VEUX DIRE tu cries presque, parce que quand tu fais une bourde, tu la fais fort -oui monsieur. C'est pas que t'as pas l'air cool ou quelque chose mais je. Je. Putain je suis un boulet. Que dire de plus, Ashley.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Poufsouffle
tiamoooo tiiii amooo ♫



avatar
Timothy E. Mills
Messages : 424
Date d'inscription : 31/03/2014




Message
Mer 8 Juil - 17:02


Bien qu’il soit quand même content, Timothy ne pouvait pas s’empêcher de plisser les yeux de temps à autres. Autant la situation était un peu étrange – il était habitué de traîner avec des gens plus petits que lui et, là, il se sentait affreusement minuscule et il avait envie de sortir son côté de grand-frère et de lui rappeler que les plus jeunes devraient être plus petits, ce serait plus approprié – autant les multiples portraits du Prince Machin-Chouette le rendaient mal à l’aise. Il avait l’impression que les verres le fixaient, par exemple. Contrairement à Ashley, il n’arrivait pas encore à en rire. En fait, il faudrait qu’il arrive à se sortir de la tête l’idée qu’il s’agissait peut-être d’un sirène cannibale et qu’ils finiraient en tartare pour le prendre aussi drôlement… Le damoiseau secoua doucement la tête :

– J’aurais dû manger aussi, ouais…

Le pauvre Poufsouffle tira une face de dégoût quand l’odeur de nourriture marine lui monta aux narines. Il détestait le poisson comme un chat craignait l’eau. Il espéra vite fait que les desserts n’en contenaient pas. De toute façon, qui aurait l’audace de faire un mélange caramel-sardine ?  Mills ne pouvait s’empêcher de reculer d’un ou deux pas.

Il leva la tête vers le blond. Il pouffa d’un rire honnête à cause de la remarque. Il aurait pu être vivement insulté, mais il le savait très bien qu’il n’avait pas l’air super sympathique. Surtout pas ces temps-ci, en fait, mais c’était une autre histoire. Il rit un peu plus en l’entendant s’excuser en haussant le ton. Excusez-le, c’est qu’il trouvait cela chou. Gentiment, il fit un signe de la main pour lui signifier de baisser un peu la voix. Le brun essuya une larme de rire sur le coin de son œil gauche et se récupéra lentement, mais sûrement :

– J’suis assez distant, naturellement. C’est pour ça que j’ai l’air froid ou quelque chose du genre. Les gens vont pas trop vers ceux qui ont le nez dans les livres et les cahiers, j’crois.

Il hocha légèrement la tête, un sourire en coin au visage :

– T’aurais dû venir me parler avant ! Je mords pas et je griffe pas, non plus. Je fais la tête, oui, mais c’est pas dangereux, ça !

Le Poufsouffle jeta un regard rapide au banquet voir s’il n’y aurait pas un truc potentiellement mangeable, parce que veut, veut pas, son véritable amour se trouvait inévitablement dans la nourriture.




"We're the new romantics"
we're all bored we're all so tired of everything we wait for trains that just aren't coming we show off our different scarlet letters trust me mine is better we're so young that we're on the road to ruin we play dumb but we know exactly what we're doing we cry tears of mascara in the bathroom honey life is just a classroom cause baby i could build a castle out of all the bricks they threw at me (c) endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Poufsouffle



avatar
Ashley L. Cox
Messages : 85
Date d'inscription : 11/06/2015




Message
Mer 8 Juil - 18:06

_____________________ high on believing


T'avais comme le myocarde gelé, du mal à respirer calmement aussi, comme si jamais tu ne pourrais amener assez d'oxygène à ce coeur qui ne fonctionne plus ; c'était si antithétique, oxymorique plutôt. Tu ne sais pas. T'as jamais aimé les mots compliqués, t'as jamais aimé les choses compliquées -ta vie tu la veux simple et ça te paraît être plutôt un bon plan. Le seul problème, c'est que t'es un mec compliqué, Ash, et que les autres aussi, c'est pas facile à comprendre. Pauvre de toi.
Et il rit. Encore. Décidément, toi qui pensait qu'il serait aussi vivant qu'une tombe -on sait tous que c'est lugubre, les poètes-, il te surprenait avec cette bonne humeur insoupçonnée. Il te faisait signe et tu lui obéissait de suite, encore un peu et on pouvait t'imaginer en bon petit labrador couleur vanille, avec la queue qui frétillait de voir ce qui allait se passer. T'es débile, Ash, débile.
T'as raison. Il y a ton sourire qui revient, ça fait un peu comme un soleil -et c'est nettement mieux que ces lampes carrément flippantes à l'effigie de tu ne sais qui. On se croisait souvent, en plus. Dans le dortoir dans les couloirs, il y a tellement d'endroit où traverser le chemin de l'autre, à Poudlard. Pas besoin de plus préciser. J'aurais du venir plus tôt. Ca t'aurait évité un arrêt cardiaque. Et tu ris en parlant du Portoloin d'auparavant -tu crois qu'il n'est pas trop tôt pour faire ce genre de blague. Tu jettes aussi un oeil sur le côté ; il y a dans le banquet un espèce de plat qui ressemble à un agglutinement de sushis, mais tu doutes fortement qu'il y ait un quelconque poisson là-dedans : on est sous un lac, tout de même, et les êtres de l'eau alentour auraient bien fait de réagir.
Si je meurs, tu sais pourquoi. Et tu engouffres un de ces trucs-là, un serviette à portée de main. Au cas où.
Et t'as plutôt bien fait. C'est atrocement salé, amer et chloré, t'as l'impression d'avoir descendu un espèce de mélange entre du café salé et une piscine traitée -écœurant, et pourtant t'avales tout d'un coup (c'est pas super charmant de recracher devant des gens, encore moins des personnes que tu aimerais bien apprécier réciproquement) avant d'ouvrir la bouche et de bouger tes mains comme deux éventails. Il me faut de l'eau - T'as le sel qui t'a rendu la bouche pâteuse c'est tellement désagréable ; et tu cherches du regard des bouteilles quelconques, désespérant de trouver de l'eau.
Mais Ash. On est dans un lac, quand même.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Poufsouffle
tiamoooo tiiii amooo ♫



avatar
Timothy E. Mills
Messages : 424
Date d'inscription : 31/03/2014




Message
Mer 8 Juil - 18:53


–  Ouais, t’aurais été vraiment super malin avec un cadavre sous les bras en plein lac !

Le brunet ricana. Quoique d’entre les deux, il aurait probablement été le moins malin de deux, puisqu’il aurait été, bien, très mort. Sauf qu’il commença à douter du fait que son statu de peut-être mort lui revenait bel et bien à lui lorsqu’il vit le blond se risquer à manger un des trucs douteux qui traînaient sur la table. En fait, lui, aurait été bien plus à l’aise de manger une des combinaisons bizarres, genre ketchup-beurre d’arachide, que faisait sa petite sœur future petite sorcière de son espèce pour s’amuser et le dégoûter, que ça… Il ne savait, bon Merlin, pas du tout d’où ça venait. D’un coup que ce soit des restants d’élèves disparus ? Timothy eut un espèce de frisson de dégoût et jeta un regard fort inquiet sur son nouvel ami.

– Je… Tu devrais peut-être pas manger ça, hein ? J’veux dire, on sait pas tant que ça d’où ça vient… Tout ce qu’on sait, c’est qu’un maniaque quelconque qui a son visage estampé partout ici a sûrement orchestré la préparation de ce buffet ! La dernière fois que j’ai été à une fête comme ça, j’suis devenu une fille et c’était la pire expérience physique de ma vie. Imagine si tu deviens un poisson ?

Un peu plus et le Mills sortait sa baguette pour l’inciter à déposer ce sushi. Sauf qu’il avait été bien trop lent. Il déglutit amèrement en réalisant qu’Ashley venait d’avaler le sushi. C’était mauvais signe parce que peu importe quelle négative chose arriverait, Timothy n’avait pas encore son P.S.M. ( diplôme de premiers soins magiques ) et ne serait d’aucun secours ( sauf pour empirer la situation ) si tout tournait en cacahuète. Sa mine d’anxieux se décomposa l’instant d’une seconde. Il attendait de voir ce qu’il allait arriver.

Étrangement, il se trouva rassuré quand Ashley commença à paniquer. C’était signe qu’il n’était probablement pas encore sur le point de s’éteindre ! Timothy cherchait de l’eau du regard, mais il ne faisait toujours pas confiance aux trucs servis ici. Hmn… Il se souvenu soudainement qu’il avait son petit sac avec lui, avec ses trucs de poésie à l’intérieur. Considérant qu’il n’était même pas sûr d’aller à la fête… Il fouina dedans et en sortie une petite fiole d’eau et lui tendu :

– Tiens. J’en ai un peu. T’as quand même pas mal de chance que je sois là. J’doute sincèrement que les gens qui vivent dans l’eau on besoin de boire de l’eau. C’est comme si je vivais dans du lait. J’aurais la peau douce, mais je boirais pas de lait.

Timothy prit la peine de tirer gentiment son partenaire par le bras pour l’éloigner du buffet.





"We're the new romantics"
we're all bored we're all so tired of everything we wait for trains that just aren't coming we show off our different scarlet letters trust me mine is better we're so young that we're on the road to ruin we play dumb but we know exactly what we're doing we cry tears of mascara in the bathroom honey life is just a classroom cause baby i could build a castle out of all the bricks they threw at me (c) endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Poufsouffle



avatar
Ashley L. Cox
Messages : 85
Date d'inscription : 11/06/2015




Message
Mer 8 Juil - 23:03

_____________________ kairosclerosis


Oh, je l'aurais donné au premier calmar que j'aurai croisé, ça serait passé crème, personne ne se serait douté de rien. Tu plaisantes et c'est plutôt cool ; et à vrai dire tu entends ses avertissements, mais t'es un clown Ash, c'est pas vraiment nouveau -et tu avales ces choses sans même y prêter attention. Ah, comme tu regrettes. Penser avant d'agir, par pitié Ashley.
Heureusement que Timothy était là -t'aurais bien pu mourir, tu crois, si tu n'avais pas englouti cette, euh, fiole d'eau en moins de deux. T'avais encore le goût désagréable dans la bouche, mais ça allait un peu mieux -c'était supportable, et c'était le principal, clairement.
Vous vous retrouvez un peu en dehors du peuple et c'était pour le mieux : t'avais besoin d'un peu d'air, et c'était vraiment étrange de dire ça la tête entourée d'eau. Enfin. Aaaaaaah sérieusement c'est écœurant. T'ouvrais encore la bouche comme si ça servait à quoi que ce soit. Merci beaucoup, tu m'as sauvé la vie. Tu lui tends son flacon, dans lequel il ne doit pas rester une goutte de liquide. Je t'en dois une ! J'te payerais un truc à boire une fois. Désolé, mais il va falloir que tu me supportes encore pour une soirée remerciements, on dirait. Et tu rigoles encore un peu -trop fort, comme d'habitude. Mais eh, il parait que le Bumblee Day de l'année dernière, c'était quelque chose ! Alors, c'est si différent d'être une fille ? Ahhhh j'aimerais tester une fois une de ces potions. Pas de chance, l'année passée tu t'étais retrouvé cloué au lit à l'infirmerie, et en apprenant ce qu'il s'était passé, tu étais plutôt dégoûté. Un témoignage de plus, ça t'intéressait franchement. Ceci dit, être un poisson ça peut être plutôt cool. Enfin, momentanément, quoi. Il faut pas être fou non plus. Vivre dans du lait aussi, même si ça paraît plutôt étrange comme idée. Tu lui souris, conscient d'avoir encore trop parler -tu parles toujours trop, Ash- et aussi peut-être pour te rassurer : tu étais encore bien vivant et ta langue fonctionnait toujours. Merveilleux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Poufsouffle
tiamoooo tiiii amooo ♫



avatar
Timothy E. Mills
Messages : 424
Date d'inscription : 31/03/2014




Message
Jeu 9 Juil - 16:38




Timothy récupéra son flacon et le rangea vite fait dans son sac. En relevant la tête, il s’amusa à tirer un air typique de la fameuse marmotte psychopathe, bande son en moins ( heureusement, puisqu’il aurait probablement une bande son plutôt douteuse qui briserait l’ambiance, genre du AQUA ). Il plaqua ses poings sur ses hanches et leva les yeux vers Ashley :

Aaaah. Non. J’ai pas l’intention de rester coincé avec toi une soirée de plus, hein !   Plutôt manger un plat de sushis en entier ! … Je rigole, hein. J’ai pas envie de crever à ce point-là, quand même. J’accepte, tant que la bièraubeurre est dans ton budget !

Le Poufsouffle ne réussit pas à garder son air improvisé très longtemps. Vite fait, il se remit à rire. Il ne savait pas ce qu’il avait ce soir, quelqu’un avait probablement mis une potion spéciale anti-air-bête dans son thé. Mais dans tous les cas, il restait roi des blagues totalement nulles. Malheureusement, son sourire ne fût pas un invité très fidèle et ses bras se croisèrent sur son torse de façon qui voulait clairement faire penser : « No more boobs ! Never ! » :

– C’t’horrible être une fille. À vrai dire, je tiens à ma masculinité. Si je devais choisir, je deviendrai un poisson, à la place…

Une expression d’immense douleur à l’image de lui en fille teintaient ses iris le temps qu’il se remette à regarder autour, un peu trop curieux :

– Je me demande ce qu’ils nous réservent cette année… Mais dans tous les cas, je regrette tellement pas d’être venu. J’pourrais probablement écrire un poème qui a de l’allure au sujet du château ou un truc du genre…

Timothy commença à se déplacer dans la salle, prenant un peu plus de temps pour regarder ce qui s’y trouvait. Il espérait que le blondinet le suive, il n’avait pas envie de perdre son nouvel ami.


+


"We're the new romantics"
we're all bored we're all so tired of everything we wait for trains that just aren't coming we show off our different scarlet letters trust me mine is better we're so young that we're on the road to ruin we play dumb but we know exactly what we're doing we cry tears of mascara in the bathroom honey life is just a classroom cause baby i could build a castle out of all the bricks they threw at me (c) endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Poufsouffle



avatar
Ashley L. Cox
Messages : 85
Date d'inscription : 11/06/2015




Message
Jeu 9 Juil - 17:45

_____________________ if you're nervous


EHHHHHHHH ! Tu lui donnes un coup de coude dans les côtes, avec ta tête de pseudo-blessé dans son estime -ahahaha, comme si t'avais un quelconque ego. Peut-être que si t'en étais doté, tu ferais moins de conneries, Ash, peut-être. C'est convenu pour une bièraubeurre alors, mais seulement si tu m'fais passer une bonne soirée, eh. C'est à ton tour de faire un clin d'oeil totalement fail -t'arrives pas à cligner d'un seul oeil C'EST DUR BORDEL-, en remettant un peu ton noeud à papillon à l'endroit -ça tient pas vraiment, ces trucs-là, sauf si encore c'est toi qui ne sait pas bien les nouer. Ça doit sûrement être ça.
Woah, un poisson qui gagne par rapport à une fille, pas moyen de draguer avec ça comme argument ! Et tu réalises pas vraiment que tu t'enfonces, mais bon, Ash, on commence à avoir l'habitude. J'dois t'avouer qu'au moins une fois dans ma vie, j'aimerai porter une robe -ET T'AS PAS LE DROIT DE RIRE OK. Chacun ses rêves. Tu ris encore, et on ne distingue plus vraiment la frontière entre la blague et la réalité, pourtant t'étais très sérieux -dork. Enfiiiiiin, si finalement tu regrettes pas ton kidnapping, j'ai déjà ça de moins sur la conscience. On verra bien ce qui nous attend de pire. Tu tires ta langue comme le gamin que tu es. Et maintenant, rester naturel, Ash.
Et euh, oh ! je savais pas que t'écrivais. Des, euh, des poèmes c'est ça du coup ? J'adore la poésie. Enfin, j'comprends pas toujours, mais c'est pas vraiment ça qui importe si ? Je préfère laisser les mots s'envoler et emporter un peu de moi avec eux. Mais ton innocence c'est presque des alexandrins, Ash, ta joie de vivre c'est presque des rimes à elle toute seule. Enfin faire un poème sur cet endroit flippant, j'vois pas trop comment mais eh, c'est toi l'artiste ! Tu me montrera, j'espère. Tu le laissais marcher un peu devant toi, parce que tu sais très bien que t'arrives pas à mentir la plupart du temps -et bon, tu tenais pas trop à être grillé de suite, non plus.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Poufsouffle
tiamoooo tiiii amooo ♫



avatar
Timothy E. Mills
Messages : 424
Date d'inscription : 31/03/2014




Message
Jeu 9 Juil - 21:10




TTimothy secoua la tête, un petit sourire en coin scotché au visage.  En effet. S'il avait le choix entre adopter un poisson ou se caser avec une fille, il choisissait clairement d'adopter le poisson. Même qu'il n'avait jamais dragué de fille de sa vie, sauf une fois en première année, mais mettons ça sur le dos de la pression sociale puisqu'elle avait le dos bien large:  

— Alors, je jouerai parfaitement mon rôle de prince si c'est comme ça.

Il tenait vraiment beaucoup à sa future bièraubeurre et, puis, le mot prince satisfaisait trop bien son ego aussi gros que ses chevilles si elles pouvaient gonfler. Il sourit de toutes ses dents et tapota l'épaule du blond avec toute la compassion qu'il pouvait offrir ( et c'est pour ça qu'il ne riait absolument pas ) malgré ses oreilles assassinées par le cri. Porter une robe ? Pour lui, plus jamais. C'était terrible et les collants, eh bien monsieur, ça piquait un peu trop les cuisses. Du moins, ce jeune homme était encore jeune et il avait le temps de changer d'avis ( bon, il avait simplement une année de moins que Timothy, mais laissez-le vivre son délire pleinement ! ) :

— Nah, garde mon kidnapping sur ta conscience. On sait jamais ce qui peut arriver. Le brun tenta d'attraper la langue fautive du jeune homme entre ses doigts. C'était une habitude qu'il avait avec sa sœur, son boursouf et le chat de ses parents lorsqu'ils tiraient la langue, mais vu qu'il se souvenu juste à temps que cette langue était probablement couverte de salive d'inconnu, il s'arrêta à mi-chemin et remis sa main là où elle devait être, soit à côté de lui. À la place, en bon gamin, il tira la langue en retour.  

Timothy se remit à déambuler, tout en écoutant le jeune homme déblatérer un peu sur la poésie.  Enclin à la réflexion, il s'arrêta devant un tableau qu'il ne prit même pas la peine d'admirer, puisque de toute façon, il était lui aussi à l'effigie d'un homme-poisson sans trop de sex-appeal:

— En effet, comprendre importe peu. Chaque lecteur a sa propre vision, identique ou différente à celle du poète. Ce qui pour moi traiterait de la mort pourrait pour toi sembler traiter de l'amour ou de ton ours en peluche préféré. Dès que c'est parti des mains de l'auteur, le sens est volatile et le texte ne lui appartient plus.

Mains derrière le dos, il fit demi tour, voir s'il ne pouvait pas tomber sur un  tableau représentant autre chose. En vain, il se dirigea vers le centre de la salle, mettant ses paroles en stand-by le temps de quelques secondes. Et il se remit à parler:

— Ce qui est bien, avec la poésie, c'est qu'on peut écrire sur tout et n'importe quoi. Baudelaire a bien écrit sur une carcasse animale en décomposition. Une charogne, que ça s'appelle. Avec la description poétique du corps  animal mort, il  rappelait à l'humain qu'il allait mourir. Comme tout le monde. Momento mori, qu'on appelle ça. ''Souviens-toi que tu vas mourir''.

Le jeune homme fixa le plafond, un peu dans ses pensées. Il était sérieux quand il parlait, c'était un peu rare de le voir si concentré.


+


"We're the new romantics"
we're all bored we're all so tired of everything we wait for trains that just aren't coming we show off our different scarlet letters trust me mine is better we're so young that we're on the road to ruin we play dumb but we know exactly what we're doing we cry tears of mascara in the bathroom honey life is just a classroom cause baby i could build a castle out of all the bricks they threw at me (c) endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Poufsouffle



avatar
Ashley L. Cox
Messages : 85
Date d'inscription : 11/06/2015




Message
Jeu 9 Juil - 23:29

_____________________ it means you care about it


Prince, carrément. Si tu mets la barre si haute, j'risque d'en profiter tu sais. Encore ce sourire en croissant de lune, reflétant la lumière presqu'aussi bien que le satellite lui-même -on t'avait déjà dis que tu devrais faire des pubs pour colgate ou d'autres trucs dans le genre mais naaaah. Mais un prince ça se fait pas trop kidnapper, si ? Et tu cherchais à l'embêter comme tu cherches toujours tout le monde : avec ta candeur un peu étrange au bout de la langue. D'ailleurs, encore un peu et tu allais répondre encore à ce tirage de langue des plus élégants -deux gosses, vraiment- mais tu te retiens. Tout de même.
Et puis il devient plus adulte -ou peut-être pas, qui a dit que la réflexion était réservée aux adultes ?-, il sort des phrases un peu plus longues plus fournies, mais parler de mort au Bumblee Day, ça t'enchantait pas vraiment. Ah zut, comment t'as su pour mon ours en peluche ? Tu ne sais même pas si la remarque l'a atteint ; il a cette mine concentrée de celui que rien ne perturbe et tu trouves ça plutôt charmant.
Il parle encore, se perd peut-être un peu dans ses pensées -qu'importe, tant qu'il se sent bien. Baudelaire. Parfois je regrette de ne pas parler français, pour lire les textes originaux. Parce que les traducteurs avaient beau faire de leurs mieux, ça ne devait jamais vraiment être pareil. En tout cas, ça te passionne vraiment, tout ça, hein ? Ça se voit. T'aurais pu te sentir stupide à rester simplement debout à ses côtés, mais il n'en est rien -il a tellement de choses à dire, Timothy, c'est tellement étrange : de loin, on dirait le genre de garçon qui ne parlerait qu'à ses bouquins. Tu vois, Ash, comme on peut se tromper. Tu vois, Ash, comme il faut toujours essayer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Poufsouffle
tiamoooo tiiii amooo ♫



avatar
Timothy E. Mills
Messages : 424
Date d'inscription : 31/03/2014




Message
Ven 10 Juil - 6:11



Timothy n'était pas un prince et il le savait très bien. Il était plus du genre à finir pas vous enfermer dans une tour, plutôt que vous en libérer, par peur d'être abandonné. Il était la Mère Gothel de sa Principauté. Il n'aimait pas ça, il en avait conscience, mais il avait du mal à se contrôler. Il était aussi le genre de prince à se laisser stupidement kidnapper. Il était encore un peu trop enfant et c'était malheureux. Pourtant, quand il parlait de poésie, il se sentait comme  vrai prince. Parce qu'il savait de quoi il parlait ; il savait qu'il pouvait émerveiller les autres et les intéresser. Ça lui faisait du bien d’en parler. Comme une petite chaleur de réconfort au coeur.

Mills se départit plus ou moins de son air sérieux. Il ne savait pas le garder trop longtemps, lui qui avait toujours l’air soit trop bête, trop heureux, trop lâche ou trop bêta, mais rarement trop sérieux. En fait, quand il était quelque chose il l’était toujours trop. Il regarda les gens autour. Ils avaient l’air tant heureux:

—  J’sais pas. T’as la tête d’un type qui a un ours en peluche. Mais j’ai un boursouf, donc j’accepte et tolère ton ours. Il appuya son affirmation d’un espèce d’hochement de tête en un coup soutenu d’un « hum »  convaincu. Sinon, ouais, j’ai quelques notions de français, moi. Ma mère est belge francophone au un-quart et elle se fait un plaisir de partager son quart de culture. Il haussa un sourcil pour souligner l’absurdité qu’il trouvait à ce mensonge sorti on ne sait pas trop pourquoi, puisque sa mère était anglaise à cent-dix pourcent. Mais c’est toujours pratique.

Il se passa une main dans les cheveux. En fait, il commençait à se demander s’il n’embêtait pas le jeune homme... D’habitude, les gens vont à une fête pour danser, discuter de filles ou de garçons ou manger, pas pour discuter de trucs ringards en matant des icônes sous toutes leurs formes d’homme poisson. Des fois, Timothy se sentait comme un vieil homme de cinquante ans dans le corps d’un adolescent de dix-sept-ans-presque-dix-huit et il pensait ça encore plus absurde que le faux quart de belge dans le sang de sa mère. Normalement, il se serait étiré plus longtemps sur le sujet suite à la remarque sur sa passion poétique, mais cette fois il se retiendrait tant bien que mal pour le moment :

— Disons que la poésie me garde debout. Il tira sur la manche de son compagnon comme un chat qui quête de la nourriture à son maître. Ça voulait littéralement dire « propose qu’on fasse quelque chose, j’me sens nul, là...» si on considérait le visage subtilement pitoyable qui l’accompagnait. J’me demande si les gens vont danser, plus tard... J’suis nul en valse, mais plutôt doué en danses stupides. Sinon... Mon père m’a forcé à prendre des cours de swing avec lui l'été dernier... J’suis pas bon, mais on sait jamais. En fait, si on pouvait éviter la danse le plus possible, ça serait mieux pour ta survie. Mais si tu veux prendre le risque, c’est ton droit. Il haussa les épaules.

Un gros poisson qui passait par-là gifla accidentellement Timothy avec sa queue de gros poisson. La mine du Poufsouffle se décomposa et il se frotta la joue vivement. Voulez-le ou non, un coup de poisson, ça fouettait.



"We're the new romantics"
we're all bored we're all so tired of everything we wait for trains that just aren't coming we show off our different scarlet letters trust me mine is better we're so young that we're on the road to ruin we play dumb but we know exactly what we're doing we cry tears of mascara in the bathroom honey life is just a classroom cause baby i could build a castle out of all the bricks they threw at me (c) endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Poufsouffle



avatar
Ashley L. Cox
Messages : 85
Date d'inscription : 11/06/2015




Message
Ven 10 Juil - 22:36

_____________________ it means you care about it


Et tu l'écoutais sans douter, avec cette bonne foi qui faisait vomir certains -toi, tu ne comprenais pas vraiment pourquoi c'était si mal de toujours croire ce qu'on te disait. Peut-être qu'on aurait pu t'appeler naïf, mais peut-être que ça ne te correspondait pas tout à fait quand même : tu avais cette manière de te détacher de la réalité, cette façon de ne pas faire attention, alors si on te mentait tu haussais les épaules et tu acceptais. Si ça les faisait se sentir mieux de mentir, pourquoi pas -ça ne te dérangeait pas le moins du monde. Le truc, c'est que t'arrives absolument pas à savoir quand on se joue de toi ou non -alors là, évidemment, tu crois Timothy de suite. Aaaah, c'est tellement cool ça ! Avoir une porte d'ouverte sur une autre culture, comme ça. T'avais toujours eu un esprit libre, un de ceux qui voulaient s'envoler pour ne plus jamais atterrir, de ceux qui s'émerveillaient oh avalaient chaque connaissance comme de multiples Saint Graal ah comme d'éternels insatisfaits -insatisfaits de ne pas déjà tout savoir, insatisfaits d'oublier des choses oh désolés d'être si lents si lents. T'es déjà allé la-bas ? C'est comment ? Enfin, j'veux dire, si elle t'a raconté, tout ça. Et tu maudissais ta curiosité éternelle -parce que bon, à la longue, toi-même tu te sens un peu lourd, Ash.
Et puis tu le sens qui te tire la manche, mais t'as jamais été très doué pour comprendre ce qu'on te disait, Ash, si c'était un peu subtil. T'attends qu'il parle et- merde. Ok. Il s'ennuie. Genre. Beaucoup. Ash, t'es le compagnon le plus nul de toute la soirée, adjugé -enfin, il doit bien y en avoir qui s'en sortent encore moins que toi, mais c'est pas vraiment ce à quoi tu penses. Euh, la piste de dance est un peu plus loin je crois ! Et puis maintenant tu fais quoi, Ash, tu dis quoi ?
Comme par miracle -enfin de ton point de vue, hein-, Timothy réussit à se prendre un poisson de pleine face -fou-rire immédiat, et tu ne te demandes même pas si ça pourrait un tant soit peu égratigné son ego. Ton malaise s'enfuit en un moins de temps et ton bras passe au-dessus de ses épaules, alors que tu ris encore un peu. Je crois que j'vais prendre le risque, ça peut être marrant. Et puis là-bas au moins, les poissons risquent pas d'être dans la foule. Tu ris encore un petit peu, avant de reprendre un peu de sérieux. S'il y avait une chose que tu savais faire sans trop de bêtises, c'était danser ; ta mère t'avait appris et tu te souvenais de soirées passées à tournoyer à deux, avec ton père qui changeait de musique dès qu'il en avait assez. Tu pouvais peut-être lui apprendre deux trois trucs, tu pouvais peut-être lui faire passer un bon moment. T'aura qu'à me suivre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Poufsouffle
tiamoooo tiiii amooo ♫



avatar
Timothy E. Mills
Messages : 424
Date d'inscription : 31/03/2014




Message
Sam 11 Juil - 8:47




Dans l'absolu de la chose, le poisson lui avait absolument sauvé la vie. En effet, Timothy aurait bien voulu se sortir du trou avant que celui-ci vienne lui taper la gueule, mais comme il n'était pas habitué à mentir ( surtout quand son mensonge était causé par un stress d'on ne savait la cause ) il se serait plutôt enfoncé, en vrai. Il ne savait pas grand-chose de la Belgique si ce n'était que les stéréotypes basiques, genre Tintin, les frites et la mayonnaise. Et la seule porte qu'il avait eu sur une autre culture était celle de sa cour arrière qui donnait sur le jardin de ses parents dans sa maison à Londres...

Il pinça les lèvres quand Ashley s'était mis à rire. Il aurait voulu répliquer et dire que ce n'était pas drôle et qu'il avait eu vraiment très mal ( soulignez en trois fois en rouge " vraiment très mal" pour accentuer l'exagération ). Son ego était fendu, mais pour essayer de le recoller, Timothy se dit que le poisson devait être très jaloux de son visage. Ça n'arrangeait pas tout, mais la blessure était pansée

— J'te jure que le prochain poisson qui me touche, même si c'est parce qu'il s'est perdu dans la foule, je l'étripe et je l'amène pour déjeuner à la salle commune, qu'il marmonna entre ses dents. Il était un peu tendu en parlant, puisqu'il avait peur que le fameux homme-sirène l'entende et décide de l'étriper, lui, et de le servir pour déjeuner. La situation ne s'améliora pas du tout quand il réalisa à retardement qu'Ashley avait passé son bras au-dessus de ses épaules. Timothy ne s'y attendait pas et il trouvait ça très bizarre. Personne ne lui avait jamais mis qu'un seul bras sur les épaules après un incident de poisson ( la logique n'y était pas ). Il s'en alla pour le retirer, mais il abandonna en cours de route.Plutôt, il  avança pour s'en aller vers l'endroit dédié à la danse.  

Rendu au milieu ( tout bon attention whore qui se respecte choisi le centre ), il s'arrêta et croisa les bras en regardant le blond Poufsouffle:

— J'te fais confiance, fais moi danser.

Qu'il lança, un sourire provocateur aux lèvres. Il ne savait pas du tout qu'Ashley savait danser, du coup il essayait de le mettre à l'épreuve pour mieux se venger du rire post-poisson.



"We're the new romantics"
we're all bored we're all so tired of everything we wait for trains that just aren't coming we show off our different scarlet letters trust me mine is better we're so young that we're on the road to ruin we play dumb but we know exactly what we're doing we cry tears of mascara in the bathroom honey life is just a classroom cause baby i could build a castle out of all the bricks they threw at me (c) endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas

[BUMBYDAY] You've been hit by a smooth criminal | Ashley

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: Extérieur :: Lac Noir :: Bumblebee Day
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥