Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[BUMBYDAY] Valet de coeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ligue des Sorciers
& créature & VOTRE ROI A TOUS



avatar
Prince Solus
Messages : 158
Localisation : Dans le plus beau des lacs : le sien.
Date d'inscription : 14/03/2015




Message
Mer 8 Juil - 13:46
Le Prince Solus était immensément heureux. Il avait toutes les raisons d'être immensément heureux, en même temps.
Déjà, il était l'organisateur d'une fête ; bon, d'accord, pour fêter l'anniversaire du frère de monsieur Saumon, mais du coup de monsieur Ater aussi. On lui avait laissé les nageoires libres pour la décoration, en plus, du coup tout était absolument splendide et formidable ; tout comme lui. L'immense portrait de lui ne valait pas l'original qu'il était, mais c'était mieux que rien. Et puis, comme tout le monde était dans l'eau, il n'avait pas besoin de vider fiole sur fiole de potion de condition humaine ; il était simplement lui, Prince Solus, ambassadeur des êtres de l'eau, dans toute son immense stature, sa queue de poisson couverte d'écailles scintillantes comme preuve de son appartenance à la classe royale, ses cheveux blond Solus éparpillés dans le lac, vif et frais, il se sentait comme un poisson dans l'eau ; ce qu'il était.

- Jaromir, Jaromir, tu as vu Jaromir ? Il y a SA MAJESTE sur les verres ! Sa Majesté ! Juste là ! s'esclaffait le Prince Solus tout en en tendant deux d'entre eux à son larbin préféré, qu'il ne lâchait pas d'une semelle. Les sorciers sont vraiment inutiles mais qu'est-ce qu'ils sont doués pour sculpter sa magnificence ! Prenez-en de la graine Jaromir, et vous aurez le service à thé le plus beau de la galaxie.

Surexcité, il perdait un peu de son sale caractère pour gagner en puérilité, ce qui n'était pas forcément pour le mieux. Dans tous les cas, ça ne changeait rien au fait qu'il n'avait aucune considération pour autrui et qu'il se contentait de contempler ses statues, ses portraits, ses verres à pieds, ses écailles et son petit palais marin. Bon, son cousin qui vivait dans les coins n'avait pas beaucoup apprécié de voir son lac envahi mais eh, il n'avait qu'à naître prince aussi, comme si c'était sa faute, à lui, le plus formidable des monarques.

Changeant brusquement d'avis, le Prince Solus arracha les deux verres des mains de son sorcier de compagnie pour les reposer sur la table et réajusta sur la tête de son compagnon la petite couronne en écailles de lui-même qu'il lui avait offert.

- Bon, ça irait beaucoup mieux sur une femme mais il fallait qu'on voit que vous êtes spécial sujet Jaromir. Vous n'êtes pas le valet de n'importe qui. Enfin au pire vous l'offrirez à votre future femelle elle devrait être contente. Il faudra la présenter à son altesse cela va de soit. Elle vous offrira un cadeau à la naissance de votre premier héritier. Enfin, c'est sans doute encore loin. Oh regardez ! Le Prince Solus pointa quelqu'un du doigt derrière l'épaule de Jaromir. C'est le sujet Richard ! Vous savez, le gagnant du tournois de duel. Sa majesté l'a engagé comme capitaine et entraîneur de son équipe de Quidditch. BONJOUR SUJET RICHARD !

Le Prince Solus fit un grand geste de main, puis une fois encore perdit sa concentration et se retourna, encore une fois, vers son portrait.

- Ah, sujet Jaromir, vous croyez que sa Majesté aura le droit de le garder, à la fin de cette réception ? Ce serait de toute beauté dans sa chambre. Ou dans votre salon. Il est vraiment moche, votre salon.

L'être de l'eau poussa un soupir éperdu d'admiration sans quitter son tableau des yeux.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ligue des Sorciers
& sorcier



avatar
Jaromir K. Moldavan
Messages : 106
Date d'inscription : 15/03/2015




Message
Mer 8 Juil - 23:03

Si Jaromir eut été bien malheureux dans sa vie, cette soirée, attendue avec angoisse, remettait sa définition même du désespoir à l’ordre du jour, alors qu’il se pensait être un expert en la question à force d’habitude. Depuis seulement que l’ambassadeur avait imposé le poids d’une telle invitation sur ses épaules, les lamentations du sorcier avaient doublé en force, s’ancrant sur son visage en de lourds cernes rougies et des traits semblant souffrir de la gravité. Il avait redouté ce jour plus encore que le tournoi, car à contrario de cet événement à la tournure catastrophique, la réception n’avait aucune chance de lui apporter quoi que ce soit de positif. Même pas de pouvoir se montrer glorieusement en public avec une personne de haut rang et de feindre le même fier dédain, car l’eau omniprésente avait réduit sa chevelure à une masse d’algue sombre flottant autour de son visage et qui se glissait sans cesse entre ses lèvres lorsqu’il tentait de prendre la parole ou se mettait devant ses yeux dès que ses mains étaient prises. Jaromir avait donc quelques soucis à voir sa majesté sur les fameux verres et les attrapa presque à l’aveugle, ne pouvant même plus se dégager le visage autrement qu’en secouant stupidement la tête.

Il ne savait réellement dire si l’excitation enfantine du Prince était touchante ou horripilante –si les adultes étaient terriblement compliqués, les enfants se trouvaient hors de sa portée, en plus d’être terriblement cruel. Ça ne le rendait pour sûr ni plus humble, ni plus clément. L’ambassadeur lui reprit les verres des mains, manquant de lui provoquer une mini crise cardiaque car n’ayant pas pû voir le geste brusque venir. Le Prince s’affairait à présent à remettre en place la couronne ridicule dont il l’avait affublé pour la réception. Autant dire que la pauvre chose ne cessait de s’emmêler et de tirer sur ses cheveux, rehaussant d’un cran son irritation bien heureusement enterrée sous le désespoir, mais qu’elle avait le mérite de retenir ses mèches quelques secondes à chaque fois qu’elle était réajustée.

Le prince le sur-estimait –une fois n’était pas coutume- s’il pensait un jour se voir présenter une quelconque jeune fille. Jaromir n’y croyait pas, tout en se lamentant intérieurement de ne pas avoir invité sa seule amie sorcière pour se libérer de ce fardeau écailleux. Sa tête tourna piteusement en direction de ce que pointait sa Majesté. Il prit une seconde à comprendre qui était ce Richard avant de sentir le coup de poignard dans son dos, retourné d’un cran par la confirmation promulguée par le Prince qui faillit bien le laisser choir à terre. Le sorcier se demanda si, compte tenu qu’ils se trouvaient dans un lac, les invités remarqueraient quoi que ce soit s’il se mettait à pleurer. Etait-il seulement possible de pleurer sous l’eau ? Il n’avait pas envie de confirmer cette hypothèse, mais étant bien au bord de le découvrir. Vite, détourner les yeux du vainqueur avant de s’humilier sans l’aide de son Altesse, dite Altesse sur laquelle ses yeux se posaient immanquablement, où qu’ils se trouvent. De quoi nourrir ses cauchemars pour les années à venir.

- Je ne crois pas que mon hideux salon soit assez grand.

Une excuse polie pour ne pas dire qu’il fuirait enfin le nid familial si cette chose se retrouvait dans le salon. Peut-être serait-ce une bonne motivation pour enfin boucler ses valises et retourner en Roumanie, étudier les dragons peut-être, loin de tout lac habité par les êtres de l’eau. Le sorcier se prit presque à rêvasser de jour meilleur, mais revint promptement à la dépression programmée pour la soirée, laissant son regard errer sur la salle au contraire de son cavalier. Le tableau lui donnait la chaire de poule, presque plus que le modèle lui-même.

- Ça ne vous donne pas un peu le tournis, de vous voir partout ? Il eut lui-même un frisson en faisant une nouvelle fois le tour de la pièce et en croisant encore des Ambassadeur miniatures. C’est assez… Déconcertant.

Il avait repris l’un des verres et le contemplait en grimaçant, avant de le reposer avec une précaution exagérée. Trop de choses fragiles à proximité de sa personne, c’était une aussi bonne idée que d’envoyer un cognard dans une boutique de potion. A vrai dire, l’invité ici, c’était une aussi bonne idée que laisser un troll suivre des cours à Poudlard. Le sorcier se félicita presque mentalement pour ce rapprochement qui, au milieu des invités n’ayant pas tous oublié d’ensorceler leurs cheveux bien coiffés, semblait trop réelle pour ne pas faire mal.

- En tant qu’hôte, vous ne devriez pas- il marqua une pause pour réfléchir au terme adéquat et acceptable, se frottant le menton avant d’exécuter une simili courbette pour illustrer son propos. gracier les invités de votre présence ? Au lieu de… Tiens, ce qui sortait de sa bouche ressemblait beaucoup à… Vous… Sa voix mourût au fond de sa gorge en réalisant que sa proposition avait tout d’un reproche, et il ne réussit plus qu’à pousser un couinement aller au bout de sa phrase. Contempler ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ligue des Sorciers
& créature & VOTRE ROI A TOUS



avatar
Prince Solus
Messages : 158
Localisation : Dans le plus beau des lacs : le sien.
Date d'inscription : 14/03/2015




Message
Mar 28 Juil - 10:23
Le Prince Solus transpirait la joie et la bonne humeur ; et il répondait aux salutations tout en saluant d'autres personnes, contemplait les objets à son effigie tout en vérifiant la splendeur de ses vraies écailles, et conversait avec le sujet Jaromir tout en semblant rester sourd aux mots de son fidèle larbin. Sa majesté hors de l'eau était déjà difficile à tenir, mais en possession de l'intégralité de ses nageoires, il était réellement bien trop dans son élément pour se rester tranquille.

Au commentaire premier du sujet Jaromir, le Prince Solus fronça les sourcils un bref instant ; cela risquait de marquer et défigurer son beau visage, il devait être attentif à ce genre de choses et ne pas se laisser contrarier pour si peu. Il s'approcha alors de son splendide portrait, tenta d'en prendre les mesures avec ses doigts palmés, et de se souvenir mentalement de la taille de l'atroce salon de son valet.

- Vous pensez ? Sa majesté est persuadé que vous êtes bien en possession d'un mur assez grand pour l'y accrocher. Et puis vous êtes sorcier non ? Vous pouvez rapetisser le tableau ou agrandir le salon. Entre vous et son altesse, mieux vaut agrandir le salon. Vous devez vous sentir parfois à l'étroit dans votre cabanon, non ? Si vous étiez moins fragile, sa majesté vous inviterez à vivre dans son palais sous l'eau avec lui mais les sorciers ne savent ni nager, ni respirer sous l'eau, c'est ridicule.

Le noble être de l'eau poussa un long soupir en secouant la tête, ce qui eut pour effet principal d'emmêler ses cheveux avec quelques algues qui traînaient par là, et de cacher son beau visage qu'il s'empressa de dégager.

Sa vue dégagée, il vit autour de lui un certain nombre d'invités des plus cocasses. Heatus Bumblebee disposait vraiment d'enfants étranges dans sa demeure royale ; et certains habitants de Londres étaient tout aussi bizarre. Et puis c'était quoi cette chose qui entrait avec fracas ? Une demi-sirène ? Déjà qu'une sirène entière était une abomination, alors une moitié de sirène... Son altesse grimaça.

- Sujet Jaromir, épousez la femelle que vous désirez mais ne vous hybridez jamais. Et ne vous approchez pas de cette chose.

Il désignait la furie du bout du doigt, anéanti de constater qu'il existait des êtres de l'eau assez stupide pour s'enticher d'un sorcier. Un être de l'eau avec des jambes, tout de même, c'était contre nature. Le principe des être de l'eau, c'était de vivre sous l'eau, pas de fouler le sol des gueux. Le Prince Solus poussa un nouveau soupir ; si seulement Ater Bumblebee était au pouvoir, ce genre de choses existerait bien moins.

- Enfin, enfin. Pour vous répondre, il n'y a rien de déconcertant à contempler la perfection. Sa majesté trouve cela très apaisant, de pouvoir poser le regard sur son portrait et de pouvoir se dire qu'une telle splendeur existe dans ce monde. Il se perdit à nouveau dans la contemplation de sa peinture. Ceci dit, la couleur des cheveux de sa majesté est un peu ratée, non ? Corrigez ça avec vos sortilèges sujet Jaromir.

Avec cette dernière requête, il ignorait superbement les insinuations de son valet qui lui recommandait d'aller voir un peu ailleurs s'il y était. Le Prince Solus était assez indifférent à la foule des traîne-misères, d'autant plus depuis qu'il avait constaté le présence d'une demi-sirène. Le sujet Richard, à la rigueur, méritait un brin de conversation, et puis il avait cru apercevoir le sujet Moe, sans certitude. Des gens qu'il pouvait voir quand il le désirait ; tandis qu'avoir son propre portrait, ce n'était pas tous les jours.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ligue des Sorciers
& sorcier



avatar
Jaromir K. Moldavan
Messages : 106
Date d'inscription : 15/03/2015




Message
Ven 21 Aoû - 12:26

Tout ce qu’il put dire tomba dans l’oreille écailleuse d’un sourd, et Jaromir eut tôt fait d’abandonner la conversation ; après tout, son hôte, et malheureusement ‘partenaire’ pour la soirée, avait suffisamment de convives à qui faire la conversation, étant organisateur de la soirée. Il prit tout de même la peine de rassurer son altesse, fronçant le nez en voyant la demie créature qu’elle désignait avec mépris. Pas que ce soit ses affaires, ou celle de qui que ce soit, mais quelle idée d’aller s’acoquiner avec une créature. Le jour où les hiboux acquerront une conscience propre, les sorciers allaient ils aussi se mélanger à eux ? S’il n’était pas un grand avocat du sang pur, il y avait des limites à ne pas franchir en terme de mélange.

- Aucun risque, votre altesse.

Le sorcier continua de suivre celle-ci de près –une distance tout à fait respectable et respirable, un comble lorsque l’on se trouve à plusieurs lieues au fond d’un lac. Beaucoup moins lorsqu’en pleine tentative d’appel à l’aide en direction d’un certain visage familier, il fut arraché à cet environnement décidément dont l’humidité ne tarderait pas à lui manquer, et de loin pas de la façon la plus agréable ou silencieuse qui soit. Si les poissons possèdent des tympans, nul doute que la propriété de sa Majesté n’était pas de comprendre ce qui venait de se passer, mais d’aller au plus chez un médecin pour espérer récupérer la moitié de son ouïe, car si le concept du portoloin était familier à son sujet, la fâcheuse tendance à hurler au moindre sursaut en était un autre qui n’était pas prêt de partir.

Le sable se colla à ses cheveux chargés d’eau, pire encore que l’occasionnelle algue. La couleur des cheveux peint sur le portait paraissait peut-être un peu ratée, mais à cet instant là, aucun doute qu’ils ne pouvaient être pire que la teinte sablonneuse cendrée de sa crinière, en plus d’être affreusement collante. Oh non, Jaromir n’avait pas besoin d’ouvrir les yeux pour savoir que c’était un fiasco incompréhensible et qu’il retrouverait des petits grains de sable dans ses cheveux pour le restant de sa pitoyable vie, et lorsqu’il eut enfin le courage de le faire, ce ne fut que pour pousser un autre cri d’horreur. Contrairement aux croyances populaires, la Roumanie ne manquait pas de plages, même si les Moldovan vivaient bien trop à l’intérieur du pays pour prendre la peine de s’y rendre. Ce ne fut pas de voir du sable autrement qu’en photo pour la première fois qui l’effraya, mais la créature velue trop proche à son goût. Elle le jugeait de ses petits yeux, l’air de savoir très bien ce qu’il avait pensé un peu plus tôt au sujet de tout ce qui n’était pas parfaitement sorcier et des affaires des autres.

- Quel genre d’organisateur fait ça ?! s’époumonait-il les yeux au ciel, incroyablement vaste au milieu du rien. C’est ça votre idée d’une fête ?!

Pour sûr, même en étant plutôt ennuyeux, Jaromir était à peu près sûr de savoir ce qu'une fête se devait d'être. Entre autre, tuer ses sujets ne rentrait pas dans les prérequis, au contraire ! Il s’avança à genoux vers le suspecté responsable, puis se leva en tentant de le tirer sur ses deux jambes avec lui. Ses vêtements détrempés commençaient déjà à sécher, et le soleil de plomb devait déjà se délecter de sa peau beaucoup trop blanche : ils seront tout deux cuits en quelques heures, et ça n’était pas un chameau rancunier qui les aiderait.

- Si c’est une farce ce n’est pas amusant— c’est dangereux ! Et inconscient ! Irresponsable même !

Il sortit sa baguette et tenta un aguamenti avant de se retrouver avec un poisson royal frit sur les bras, mais trébucha sur ses mots dans la panique : de toute manière, cela ne produit que quelques tristes gouttes qui eurent tôt fait de s’évaporer.

D’accord, si ça n’était pas une animation étrange de la part du Prince Solus, ils allaient mourir ici. Adieu futur déprimant, projet et regret jamais résolu.
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ligue des Sorciers
& créature & VOTRE ROI A TOUS



avatar
Prince Solus
Messages : 158
Localisation : Dans le plus beau des lacs : le sien.
Date d'inscription : 14/03/2015




Message
Lun 24 Aoû - 10:29
Le Prince Solus transpirait la joie, oui : maintenant, il transpirait tout court.

C'était en vérité une sensation très étrange. Il touchait simplement son portrait du bout du doigt, véritable poisson dans l'eau, savourait intérieurement et extérieurement le fait que tout le monde contemplait son visage d'une façon ou d'une autre, reconnaissait son existence, se réunissait autour de lui. Et puis, là, comme ça, d'un seul coup, ses écailles étaient entrées en contact avec un sable qui n'avait rien à voir avec le fond d'un quelconque lac. Trop fin, trop chaud, trop sec, bien que l'eau qui dégoulinait du corps de l'ambassadeur humidifiati déjà le sable sur lequel il était étendue.
Et puis, diantre, cette chaleur qui lui tapait sur le dos !

Le Prince Solus entendit alors les cris tonitruant de son larbin et valet, dont il reconnaissait la voix de baleine échouée entre mille. L'être de l'eau se redressa alors à la force de ses bras, plongeant les mains dans le sable, et contempla avec terreur son environnement.

Un désert.
Il n'avait jamais mis les nageoires dans un désert, mais il savait en reconnaître un lorsqu'il le voyait. On lui avait bien appris qu'il mourrait desséché, dans un désert. On l'avait parfois menacé avec : s'il n'était pas assez sage, s'il embêtait trop les adultes, on l'enverrait dans les dunes pour le punir. Bon, c'était il y a longtemps, lorsqu'il était vraiment un très jeune poisson, mais tout de même, ce genre de choses marquent ; un peu comme l'épouvantard sous le lit pour les petits sorciers.

- Sujet Jaromir, je vous savais piètre sorcier, dit-il en contemplant le tout fin filet d'eau, mais là, pour le coup, vous tombez très bas. Enfin, sa majesté savait, plutôt, corrigea-t-il. Il oubliait toujours ses manières lorsque la panique commençait à monter en lui.

La panique, c'était le terme le plus adéquat. Il était là, lui, le prince des êtres de l'eau, à des kilomètres du moindre lac, sans potion de condition humaine sous la nageoire pour se déplacer, et sans personne pour lui venir en aide. Tout comme ce jour où un mal de ventre effroyable l'avait terrassé, il se voyait déjà mourir, sans jamais être devenu le Roi Solus, sans jamais être retourné dans son beau lac rien qu'à lui, sans jamais être entré dans l'Histoire du monde magique. Et toutes ces idées lui serraient la gorge et les branchies.

- Sujet Jaromir, j'étouffe, confessa le Prince Solus, une main palmée sur la poitrine, oubliant encore les formes du langage. De l'air, de l'eau, quelque chose.

La peur, la sécheresse, ça ne faisait pas bon ménage dans le corps de son altesse. Noble poisson ou pas, dans ce genre de situation, aucun ordre et aucune gloire ne pouvait l'aider. Son père allait désespérer d'apprendre son fils décédé d'assèchement, Jaromir n'hériterait jamais de son portrait, monsieur Saumon se réjouirait d'être débarrassé de lui, et l'entraîneur Morgan ne deviendrait jamais le capitaine de son équipe, et des tas et des tas d'autres choses, si le Prince Solus et son larbin restaient ici.

- Sujet Jaromir, faites des sorts, implora-t-il presque en jetant un regard miséreux au sorcier. Vous pouvez faire ce truc, là ? La téréporlation ? Ramenez-nous. A Pourrard, au sinistère, dans mon royaume, dans mon lac de toujours, n'importe où, chouina-t-il.

Et il se laissa tomber dans le sable brûlant, accablé du désespoir absolu. Leur toute petite chance, c'était peut-être que le soleil se couchait.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ligue des Sorciers
& sorcier



avatar
Jaromir K. Moldavan
Messages : 106
Date d'inscription : 15/03/2015




Message
Sam 9 Jan - 23:35

Lui qui avait enfin eu l'élan d'adrénaline pour hurler sur sa majesté, voilà qu'il le regrettais; non pas parce que celle-ci lui avait fait ravaler ses mots d'une menace bien sentie ou maudit sur six générations -ça aurait été futile, puisqu'à vue de nez le nom des Moldavan s'effacerait avec lui et sa incapacité à parler aux femmes-, non. Jaromir n'eut besoin de l'aide de personne pour se sentir coupable d'avoir déchaîné sa -brève- colère sur l'être de l'eau: tout juste de voir la mine du Prince se déconfire comme il n'aurait jamais cru le voir suffit à déchaîner des torrents de honte. Il en oublia la sempiternelle remarque sur ses piètres capacités, toutes les fois où il l'avait comploté contre son altesse et les solutions horribles que les plus grands désespoirs de cause avait fait naître dans sa tête et se mit à réfléchir réfléchir réfléchir, du mieux que ce que la pression et la panique et le regard du chameau lui permettait, à une solution pour leur sauver la peau. Les plaintes de l'être de l'eau -un être de l'EAU, en plein désert ! La situation était désespérée- firent tourner et courir ses pensées plus rapidement qu'elle ne pouvait suivre, et le sorcier eut beau se masser les tempes qu'il n'arrivait pas à remettre de l'ordre dans son trafic mental.

Et ce que proposait l'ambassadeur, et bien…

- C'est que - commença-t-il, à la fois penaud et paniqué -même s'ils commençaient par la même lettre, il s'agissait deux sentiments bien distinct qui peinait à cohabiter en lui. J-je n'ai jamais transplané- pas avec quelqu'un-- e-et très peu seul.

Qu'est ce qui pouvait leur arriver, au pire; sans compter un horrible désartibulement ? Se retrouver à l'autre bout du globe, avec un peu de chance pas dans un autre désert ? Et s'ils se retrouvaient au milieu de l'océan ? Son Altesse serait sauve, mais lui ? Jaromir n'était pas un sujet assez dévoué pour se laisser mourir noyé dans le but de sauver son 'bienfaiteur'. Mais avait-il le choix ? Pouvait-il seulement ignorer les supplications qui sonnaient désagréablement mal à leurs places dans la bouche du Prince ? La misère, ça allait sur un visage cireux battu par des années de désespoir comme le sien, pas sur celui de sa Majesté. Son orgueil disproportionné lui manquait, sincèrement, et il savait qu'il regretterait cet instant une fois qu'il serait revenu en terre connue. S'ils y arrivaient.

- Agrippez-vous à mon bras.

Oh il n'avait vraiment pas envie d'y laisser une jambe, ou pire, des cheveux. Poudlard, ça devait être trop loin par rapport au désert -duquel s'agissait il ? Il regrettait de ne pas avoir étudier le sujet et se promit d'y plonger à son retour, dans l'éventualité où cette situation catastrophique se reproduisait, si encore il décidait de quitter la maison après cela-, trop pour un transplaneur inexpérimenté, mais il devait pouvoir atteindre Uagandou, probablement ? En espérant qu'ils se trouvent dans le bon désert. Jaromir inspira profondément, paupières closes, pensant le plus fort possible à la destination en essayant d'empêcher son esprit de vagabonder, sans grand succès à cause de la pression mise par son Altesse, et Oh ! sa défaite au tournoi de sort qui lui rappelait à que le transplanage en était un de haut niveau, pas de celui d'un sorcier incapable de lancer un pauvre aguamenti.

Le sorcier leva une paupière. Ses chaussures pleines de sable n'avaient pas quitté le sol, et il ne se sentait pas l'envie de hurler et de rendre son déjeuné. Rien du tout. Absolument rien. Comme s'il avait été un moldu tentant naïvement un sortilège. « J-je ne comprend pas. » bredouilla-t-il, sans savoir s'il devait être soulagé d'avoir échoué ou recommencer à paniquer. Etait-il nul à ce point, ou est-ce que quelque chose l'empêchait de transplaner ? Uagandou était-elle aussi protégée d'un sortilège anti transplanage ? Un profond soupir tremblant marqua la fin de ses tentatives magiques. Ils n'auraient plus qu'à marcher sous ce soleil de plomb en espérant trouver autre chose que du sable. Le point positif était que ledit impitoyable orbe incandescent commençait à glisser dans le grand ciel au-dessus de leur tête. La nuit dans le désert ne pouvait être que plus agréable que la journée pour voyager, pas vrai ?

Pas vrai ?

- J-je vais trouver une autre solution, ne vous inquiétez pas.

Sa voix chevrotante était tout à fait convainquant dans l'idée qu'ils allaient les deux mourir là, dévorée par on ne sait quelle vile créature qui vivait dans le sable. Second point positif: le grand mammifère perché sur ses sabots ne semblait leur vouloir aucun mal, lui, et dénué de tout appendice empoisonné. « Peut-être que vous pourriez… Le chevaucher ? » hasarda-t-il. C'était moins noble qu'un hippogriffe, oui, mais ça avait  l'air beaucoup plus stupide et moins soupe-au-lait, et donc tout à leur avantage. « C'est probablement mieux pour vous -pas que j'essaie d'insinuer que je sais mieux que vous, mais marchez, vu votre… Etat inné -parce que l'on aura pas le choix que de marcher, quelque chose doit interférer avec la magie et- » Son estomac l'interrompit, remplissant l'horrible silence qui planait sur les dunes, même après avoir plaqué ses deux mains sur son ventre inexistant. Il n'aurait jamais du faire la fine bouche à la fête, ni laisser l'angoisse l'empêcher d'avaler quoi qu ce soit. « E-et je ne veux pas mourir. » chouina-t-il dans ses genoux après s'être accroupi dans le sable. « Pas maintenant. » Plus efficace que sa baguette, ses yeux larmoyant le narguait en laissant de petites tâches sombres sur le sable chaud.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ligue des Sorciers
& créature & VOTRE ROI A TOUS



avatar
Prince Solus
Messages : 158
Localisation : Dans le plus beau des lacs : le sien.
Date d'inscription : 14/03/2015




Message
Dim 17 Jan - 18:11
Spoiler:
 

Le Prince Solus savait que son larbin n'était pas le meilleur des sorciers. Il le savait, ça avait été prouvé à plusieurs reprises mais, malgré tout, il avait nourri ce mince espoir, dans son coeur vaste comme un lac d'Ecosse, que ce sorcier soit capable de sauver cette situation. Après tout, en dépit de son manque de talent, il l'avait choisi lui pour être son larbin favori, son plus fidèle compagnon, depuis la désertion du brave Jamie. Même si ça ne se voyait pas beaucoup, il avait de l'affection pour le sujet Jaromir.
Mais voilà, le sujet Jaromir était décevant, comme toujours. Ce n'était pas si grave d'habitude, il l'aimait bien quand même. Mais là, là ! C'était leur vie à tous les deux, qui était en danger.
Et peut-être parce que leur vie était en danger, le sujet Jaromir remonta dans l'estime de son prince lorsqu'il osa tout de même tenter l'impossible. Le Prince Solus posa sa main qui perdait en humidité sur le bras de son vaillant sujet, hanté d'une demi confiance qui lui faisait frétiller les nageoires ; mais rien n'y fit. Ce fut l'échec tant attendu, la chute et la brisure de leurs dernières lueurs d'espoir.

Étonnamment, le sujet Jaromir ne paniquait pas. Du moins, il ne paniquait pas comme d'habitude. Le Prince Solus lui jeta un regard aussi curieux que souffrant.  Son larbin avait l'air de prendre en mains la situation, sans attendre d'ordre, et cette rapidité de réflexion, cette initiative, c'était déboussolant, bien que plaisant. Même le plus grand des monarques, lorsqu'il sent sa dernière heure venir, se sent bien petit, et reconnaissant de pouvoir compter sur quelqu'un d'ordre.
Quand bien même on disposait d'un égo aussi démesuré que celui du Prince Solus.

- Vous savez, sujet Jaromir.... peut-être que vous êtes un bon sorcier finalement. Vous êtes nul en magie, ça ne change en rien, mais sa majesté apprécie votre... votre.... valeur ?

Le Prince Solus ne trouvait pas le mot exacte en anglais pour désigner la qualité qui lui plaisait chez son larbin, mais il espérait que ledit larbin comprendrait. De toute façon, il n'avait pas le choix. Il recevait un compliment d'une altesse royale : il avait juste à se taire et l'accepter.
En plus, il n'avait pas le temps de s'étaler, parce qu'il devait considérer la proposition du sujet Jaromir. L'ambassadeur des êtres de l'eau toisa, bien que lui-même à terre, la créature qu'il lui désignait, et renifla avec scepticisme. Il agita faiblement sa queue de poisson, comme pour confirmer ses propres craintes.

- L'idée en soit n'est pas si mauvaise, sujet Jaromir. Seulement... seulement comment voulez-vous que je tienne là-dessus ? Sans les jambes des humains, c'est impossible d'avoir de l'équilibre....

De plus, il n'avait jamais chevauché quoi que ce soit. Les sorciers, on les mettait sur des balais volants dès la naissance, mais les êtres de l'eau, ça ne pratiquait pas d'aquaquidditch. Les êtres de l’eau, ce n'était pas comme les contes erronés des sorciers, et ça ne chevauchait pas non plus les hippocampes.
Écrasé par le poids du désespoir, le Prince Solus se traîna tant bien que mal aux côtés du sorcier agenouillé. Une baleine échouée sur une plage aurait accompli le geste avec la même grâce. L'être de l'eau posa alors une main palmée sur les genoux du sujet Jaromir dans une attitude, qui, sans doute, se voulait réconfortante.

- Moi non plus je ne veux pas mourir vous savez. Je.... je suis un prince après tout ? Mon royaume m'attend. Je... je voulais rentrer en héros. Mais je ne vais peut-être pas rentrer. Dans sa voix, le Prince Solus tentait de rester digne, mais l'émotion secouait ses cordes vocales. J'aurais bien aimé que.... que vous rentriez avec moi dans mon lac. Je vous aurais présenté au roi. Mon père. Une fois qu'il m'aurait félicité pour toutes mes prouesses, je.... je lui aurais dis que vous m'avez aidé. Pas trop non plus vous restez un sorcier, se dépêcha-t-il de préciser, mais peut-être que... que vous auriez assisté à mon couronnement. J'aurais été un bon roi vous savez. Je... je voudrais beaucoup être un bon roi.

La peur d'y laisser ses écailles rendait le Prince Solus un peu moins pédant et un peu plus sincère. Un peu plus ridicule aussi. Quand il ne parlait pas d'un ton pompeux et ne donnait pas des ordres à tout va, il avait encore plus l'air d'un enfant rebelle, en quelque sorte. Mais ce n'était pas sa faute si on l'avait éduqué en prince.
A nouveau, les yeux larmoyants, il leva un regard plein d'espoir vers le sujet Jaromir.

- Vous... vous ne voulez pas réessayer ? En pensant fort à votre maman, ça marchera peut-être ? J'aime beaucoup le thé de votre maman.

Et il renifla.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ligue des Sorciers
& sorcier



avatar
Jaromir K. Moldavan
Messages : 106
Date d'inscription : 15/03/2015




Message
Mar 2 Fév - 23:16

Les compliments de son Altesse faisaient parti de ces choses immuables qui ne changeaient pas, pas même en situation de crise: et pourtant, même après avoir à nouveau prouvé son incapacité et se l'être faite doublement enfoncé dans le crâne, les paroles du Prince réussirent à réchauffer son cœur.

A moins que ce ne soit juste la chaleur ambiante du désert.

Ça ne servait pas à grand chose d'être un bon sorcier s'ils finissaient tout deux rôtis dans le désert -lui, en bon steak à point, et son compère royale en papillote de poisson-. Son idée tombait, ironiquement, à l'eau, aussi rapidement que le soleil qui dégringolait dans le ciel. Jaromir pouvait se creuser la tête autant qu'il le voulait, il n'y avait pas d'issue, tout ça parce qu'il n'était pas capable de transplaner ou de lancer un aguamenti correct. Il avait passé sa vie à lire des livres sur la magie, mais pas un seul sur la survie en milieu hostile, encore moins sur les êtres de l'eau, et ni sur la maudite bestiole qui ne faisait que les narguer avec ses bosses et son air idiot. Tout ce à quoi elle pourrait servir serait-
Les gargouillements de son ventre fit relever la tête de l'animal, mais des deux, ce fut Jaromir qui sursauta le plus fort, traversé d'un frisson que trop familier, avant de remarquer la main palmée sur son genou. Il écouta sa Majesté dans le même état de stupéfaction, figé comme une statue, soudainement coupable d'être tombé dans le mélodrame et d'avoir fait couler le moral du groupe -sauf l'animal qui se foutait bien de leur crise. Oh, bien sûr, il passait son temps à maudire son Altesse -discrètement, et pas trop impoliment, des fois qu'on l'entendrait, ou que ça se verrait sur son visage, histoire d'éviter un conflit politique-, et son attitude face à lui, tout ça à cause de son sang-bleu, mais au final, l'être des eaux n'avait il pas raison ? Sa mort n'aurait-elle pas plus d'impacte sur le monde magique que celle d'un pauvre sorcier de pacotille ? D'un fils de traitre, quoi que son père ait pu faire ? Sa Majesté ne serait-elle pas celle qui y perdrait le plus à mourir maintenant ? « J-je- » bredouilla-t-il sans avoir une seule idée de la réponse adéquate. Son vaste vocabulaire ne l'avait pas préparé à ça, rien ne l'avait préparé à ça, ni à la sincérité du Prince, ni au désert, surtout pas à ce que les yeux larmoyant de Solus fasse à nouveau déborder les siens. Il renifla bruyamment en acquiesçant. Il pouvait réessayer. Il pouvait réussir, et s'il n'y arrivait pas il trouverait une solution pour sortir son Altesse de là. Sans y réfléchir plus que tant, le sorcier souleva l'être des eaux et se remit -à grande peine, malgré sa détermination- sur pied. Et même si sa seconde tentative de transplanage fut soldée par un autre échec, ce fut avec la même détermination -et grande peine à porter le Prince avec ses bras maigrelets- qu'il se mit en route, suivant la bête qui avait profité de la commotion pour s'éloigner. Jaromir jurait que l'animal était bien plus malin qu'il ne le laissait entendre. Des trois, il connaissait mieux les lieux qu'eux.

- Vous allez être roi.

Ça aurait été convainquant s'il pouvait essuyer ses joues, et qu'il ne soufflait pas déjà après trois pas dans le sable, et s'il avait actuellement un plan à énoncer. Mais pour le moment, la meilleure chose à faire, c'était de ne pas rester immobile, de ne pas se laisser abattre et surtout de ne pas pleurer toutes les larmes de leurs corps.

- Et je suis médiocre- dit-il en se tortillant pour attraper sa baguette; le Prince était plus encombrant qu'il ne l'aurait pensé au premier abords. Mais pas le plus médiocre--

Lancer des sorts à tout va n'était pas le meilleur des plans, mais si son aguamenti n'était toujours pas convainquant, si un maigre filet d'eau pouvait rendre le désert un petit peu moins étouffant pour sa majesté, ça valait la peine de le lancer -et compte tenu des conditions dans lesquels il dut le faire, réussir son sort avait tout d'un certain exploit, et probablement aurait-il été fier si sa confiance ne se trouvait pas au fond de ses chaussettes pleines de sable humide. Maintenant que le soleil s'était caché, il ne pouvait pas faire disparaître le fruit de son labeur. Les choses commençaient sensiblement à s'améliorer.

- Ça va allez.

Dur de savoir si c'était adressé à Solus, lui-même ou de leur guide qui continuait de se balader nonchalamment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ligue des Sorciers
& créature & VOTRE ROI A TOUS



avatar
Prince Solus
Messages : 158
Localisation : Dans le plus beau des lacs : le sien.
Date d'inscription : 14/03/2015




Message
Sam 6 Fév - 21:44
Le Prince Solus écarquilla de grands yeux de merlan lorsqu'il sentit ses écailles s'écarter du sable, qui, par ailleurs, lui grattait la peau. Il n'était pas très sûr de saisir l'initiative du bon petit Jaromir. Il le portait ? C'était ça hein, il le portait ? Mais pourquoi est-ce qu'il faisait ça ? Il était tout gringalet, le sujet Jaromir. Loyal mais tout chétif. Le Prince Solus était grand, il allait l'écraser. Grand, pas gros, mais quand même, c'était beaucoup trop rêver que d'espérer le transporter sur le long terme, ou que ce soit. A la poursuite de l'animal bossu, visiblement. Le Prince Solus essayait d'écarquiller les yeux pour reconnaître cette curieuse créature, mais rien de pareil ne vivait près de son lac natal.
Et ça n'expliquait toujours pas l'initiative de son larbin préféré.

- Sujet Jaromir ? Sujet Jaromir, le soleil vous a tapé sur la tête n'est-ce pas ?

Oui, le Prince Solus ne voyait plus que ça. Pour vérifier sa théorie, il posa ses deux mains palmées sur les cheveux et le front de Jaromir, ce qui ne devait en rien aider le pauvre homme à la porter. L'être de l'eau fronça les sourcils : pas de doute, le sujet Jaromir avait besoin d'un rafraîchissement, il commençait à chauffer. Ce devait expliquer son comportement. Il fallait faire quelque chose, urgemment. Si Jaromir trépassait, le Prince Solus allait pleurer à chaudes larmes, l'enterrer sous le sable et se laisser mourir à ses côtés. Sans le bon Jaromir, il n'avait plus aucun espoir. Il serait perdu, et désœuvré.
Alors, pour forcer son larbin à se ménager, et son altesse n'aurait jamais cru faire cela un jour, de privilégier la santé d'un autre avant la sienne, il se débattit très fort pour tomber de Jaromir, grimaça en atterrissant sur le sable brûlant, et attrapa la cheville de son valet.

- Jaromir vous vous desséchez vous aussi ! Vous êtes tout chaud et vous devez avoir soif. Vous ne pouvez pas faire des choses folles comme ça. Son altesse, laissez-là.... Le Prince Solus prit une grande inspiration. Laissez-moi ici et trouver-vous de l'aide.

C'était coûteux. C'était coûteux mais nécessaire. Une fois que Jaromir l'aurait abandonné ici, dans les dunes, il allait mourir à coup sûr, lentement, déshydraté et devenu fou de solitude. Mais c'était pour le bien de Jaromir. Son sujet. Son peuple. C'était son devoir de se sacrifier pour le sauver. Son devoir, oui.

- Vous savez, je veux vraiment devenir roi, mais... mais un roi qui laisse mourir ses sujets n'est pas un bon roi. Alors je préfère ne pas devenir roi que d'être un mauvais roi.

Même si les larmes perlaient déjà au coin de ses yeux à l'idée d'être abandonné et de ne jamais rentrer chez lui, il intima de la main à Jaromir de partir et de le laisser derrière lui, sans se retourner.
Au moins, peut-être, Jaromir pourrait raconter combien il était mort glorieusement pour l'amour de son peuple.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ligue des Sorciers
& sorcier



avatar
Jaromir K. Moldavan
Messages : 106
Date d'inscription : 15/03/2015




Message
Mer 10 Fév - 22:03

Ça aurait été mentir que de dire que ses épaules n'avaient pas été soulagées de ne plus porter le poids de sa Majesté, mais Jaromir, lui, ne l'était pas du tout. Il était mort d'inquiétude -ou, bien heureusement, vivant mais bouffé par le soucis. On se demandait à qui le soleil avait tapé sur la tête; le prince devait s'être pris une insolation pour tenir un tel discourt. Alors oui, peut-être que lui aussi divaguait un petit peu, mais ses divagations à lui ne suggérait pas de se laisser mourir dans le sable au moins. « Non non non non non- » chouina-t-il en attrapant la main palmée qui s'était agrippée à sa cheville pour tirer de toute ses forces dessus, traînant son altesse dans le sable comme un poisson hors de sa croute de sel. C'était bien pire que de porter le Prince, et le sorcier tirait surtout dans le vide, ses pieds s'enlisant dans le sable. « Personne ne va mourir pour qui que ce soit ! »

À tirer si fort, le poignet finit par lui échapper des mains, et voilà que lui aussi se retrouvait allongé dans le sable. C'était trop injuste, il n'avait pas envie de laisser le prince ici, il n'arriverait plus jamais à se regarder dans un miroir si ça devait arriver. S'il l'abandonnait réellement pour sauver sa peau, il… Il ne serait probablement pas mieux que son père ! Un long râle qui se transforma en pleurnichement résonna à travers les dunes. Les voilà retourné à leur point de départ, à pleurnicher dans le sable en attendant anxieusement l'appel de la mort. Qu'est-ce que c'était pour une fête, ça ? Est-ce que c'est ce qu'ils avaient choisi pour remplacer les supplices d'Azkaban ? Est-ce que les différents politiques entre son Altesse et le Ministre était si terrible que ça ? C'était pour le coup des algues et de la lettre qu'il y était mêlé, par vrai ? Il savait qu'il n'aurait jamais dû accepter d'aider une créature.

Peut-être qu'il ferait réellement mieux de sauver sa peau et de laisser sa Majesté là en fin de compte.

Une chose humide et flasque sur son front le fit sursauter. Il crut d'abord qu'il s'agissait encore des mains du Prince, mais ce ne fut par son visage écailleux qu'il vit au-dessus de lui, mais d'immense naseaux  qui le reniflait et une énorme langue qui sortait par intermittence du museau. Un frisson de dégoût lui fendit l'échine; et ce n'était pas la faute aux degrés perdus depuis le couché du soleil. C'était la goute d'eau qui faisait déborder le vase -si encore il y avait eu de l'eau dans ce trou paumé ! Jaromir en avait plus que marre de cet endroit, et si ce n'était pas le désespoir qui l'en sortirait, ce serait le ras-le-bol monumental.

Bon, pour sûr, donner une claque à la bête n'était pas sa plus brillante idée: manquer de se faire piétiner ne valait pas la petite vengeance, et le sorcier l'apprit à ses dépends. Mais après avoir arrêté de crier et avoir fuit l'animal, le sorcier put revenir aux choses sérieuses, et tenter pour la seconde fois de soulever le prince -ce qui prouva être encore plus difficile que la première tentative.

- Vous allez- vous en sortir -- Bien sûr, à présent, la bête se foutait de lui et s'éloignait à chaque fois qu'il s'approchait avec sa Majesté. Même si je- dois- vous trimbaler comme- un vieux tapiiiis--

Ou un sac de patate, vu la façon dont il l'avait déchargé sur le dos de l'animal -qui, bien sûr, décida de se coucher à ce moment-là, et pas avant. Oh il voyait la malice dans ses yeux noirs. Il ne pouvait pas le duper. Il essuya son front alors qu'il n'y avait rien d'autre à essuyer que du sable et de la poussière, puis posa ses deux points sur ses hanches, admirant le fruit de son dur labeur.

- Vous voyez- pas besoin de jambes !

Pour sûr son Altesse devait être enchantée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ligue des Sorciers
& créature & VOTRE ROI A TOUS



avatar
Prince Solus
Messages : 158
Localisation : Dans le plus beau des lacs : le sien.
Date d'inscription : 14/03/2015




Message
Lun 15 Fév - 16:46
Spoiler:
 

Pour le coup, à n'en pas douter, le prince avait le sentiment d'être devenu un vieux tapis : on le traînait partout, son corps le grattait à cause du sable qui avait des allures de poussière dorée, et il n'avait pas assez conscience de son environnement pour prendre des décisions. Alors il laissait Jaromir faire. C'était faible, faible comme les bras du pauvre sorcier, mais que pouvait-il faire de plus ? Il n'était qu'un être de l'eau, lui. Un prince d'accord, mais en dehors de l'eau, il s'en rendait bien compte, il ne servait plus à rien. Enfin, non, plus qu'en dehors de l'eau, c'était surtout lorsque sa fête tournait au cauchemar. Qu'avait-il fait pour mériter ça ? Il n'était pas un méchant roi. D'accord, d'accord, il avait jeté des algues dans le bureau de Monsieur Saumon, et peut-être un tout petit peu abusé de la gentillesse de Jamie et Jaromir, mais eh ? Il n'était pas un tyran. Il n'avait fait tué personne, ni même mettre en prison, et toutes ses tentatives de faire virer les incompétents de leur travail avaient échoué ; aussi rageant que ce soit à avouer.

Le bilan de son règne fut avorté par la décision de son valet de le hisser sur le dos du quadrupède bossu qui les narguait depuis tout à l'heure. L'espace d'un instant le Prince Solus eut le sentiment d'afficher sur son parfait visage, cette expression qu'il connaissait si bien à Jaromir : la panique vierge, à l'état pure, défaite de tout artifice, en rien maîtrisée parce que les gens rationnels appelaient communément le self-control.

- ... Jaromir ? Jaromir l'animal bouge je vais tomber, JAROMIR JE TOMBE !

Le prince, de ses bras écailleux, embrassa l'animal et le serra contre lui aussi fort que possible pour s'agripper. Il fermait les yeux pour ne pas voir la mort venir, envoyant ses dernières prières à ses parents restés là-haut dans son lac, et poussait des geignements très peu royaux. Puis bon, quand après une ou deux minutes de calme plat, il se rendit compte qu'il était toujours vivant, il ouvrit un oeil, mais ne lâcha pas la quadrupède, maintenant couché.

- Jaromir si il se relève je tombe, je ne veux pas tomber Jaromir.

Mais l'animal, il n'en avait rien à cirer de Jaromir, c'était le cas de le dire ; et à part brouter ses cheveux, rien ne lui paraissait très digne d'intérêt chez le sorcier, et il préféra n'en faire qu'à sa tête, se relever, et commencer à marcher, vers on ne savait où. Sa démarche dodelinante effrayait cruellement le Prince Solus qui osait à peine ouvrir les yeux. Mais, il devait l'avouer, Jaromir avait raison : comme ça, ils pouvaient se déplacer, et avoir une chance de trouver de l'eau et un moyen de rentrer chez eux.

- Je... Jaromir, bégaya le prince angoissé. J'ai peut-être parfois été.... un peu dur avec vous... vous êtes en train de nous... sauver la vie... je ne l'oublierai pas... alors si on se sort d'ici, vous aurez tous vos dimanches de libre, et... et puis vous serez nommé Protecteur et Sauveur de sa majesté.... vous serez le premier... vous savez ?

L'animal trébucha ; et le Prince Solus émit un petit cri en resserrant son étreinte.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ligue des Sorciers
& sorcier



avatar
Jaromir K. Moldavan
Messages : 106
Date d'inscription : 15/03/2015




Message
Mar 16 Fév - 21:54

Après être passé par le désespoir commun deux fois, c'était à la panique d'être partagée, sa Majesté hurlant -peut-être pas à ce point, mais au milieu du rien, ça ressemblait tout autant au cri d'un porc qu'on égorgeait, du moins ce que Jaromir se souvenait même en ayant essayé d'effacer ce bruit de sa mémoire-, et le sorcier courant de chaque côté du derrière du quadrupède en agitant les bras pour rattraper le prince au cas où il lâcherait prise, et ce même si l'animal était encore couché: il n'aurait pas la force de soulever encore une fois son très royal compère,  et celle du désespoir ne suffirait plus. Les pauvres nouilles trop cuite qui lui servaient de bras souffraient d'être à peine agitée, alors leur demander quoi que ce soit d'autre… S'ils s'en sortait, il aurait des courbatures pour la semaine à venir, et il ne s'imaginait même pas remplir paperasse sur paperasse pour valider et consigner les inventions brevetées.

Soudainement, retourner à la civilisation lui déplaisait presque. Presque.

- Vous n'allez pas tomber. déclara-t-il en repoussant la tête du chameau qui s'approchait un peu trop de ses cheveux à son goût.

La bête mis sa déclaration au test, et y mit du cœur, secouant sa pauvre Altesse sans un remord, un seul. Jaromir en était plus que sûr à présent: en plus d'être malin, cet animal était proprement diabolique, mais malheureusement primordial à leur survie -que ce soit en temps que moyen de transport, ou autre chose, et il le lui fit bien comprendre du regard. Ou du moins il espérait que le message était clair. L'intimidation, ça ne faisait pas réellement partie de son panel de compétence, mais un homme affamé devait bien être un petit peu effrayant pour un animal, non ?
Il rattrapa son de retard sur le duo à petites foulées, le sable gênant bien moins ses pas maintenant qu'il n'avait plus que son propre poids à porter, et se retrouva bien assez vite aux côtés de son altesse. Au hasard de jouer, à présent, mais le sorcier essayait tout de même de se rendre utile en gardant le nez haut, guettant l'horizon en signe éventuel de civilisation ou d'un point d'eau. Mais si ce qui se trouvait par delà les dunes perdit son attention lorsque le prince la prit pour lui tout seul avec quelques mots à peine. C'était… C'était carrément étrange d'entendre ça; enfin, d'entendre ça, et que ce soit adressé à lui, lui et pas quelqu'un d'autre. Il se retourna pour regarder derrière lui, comme si qui que ce soit d'autre pouvait recevoir ces louanges sauf lui, Jaromir Junior Kermit Moldavan, Protecteur et Sauveur de sa Majesté, digne de recevoir un quelconque autre titre que honte de la famille et employé du Ministère raté. Son cœur en rata un battement.

Ou alors c'était à cause du sol qui n'arriva pas sous son pied au moment où il s'y attendait. Et le cri de sa Majesté qui coïncida parfaitement avec sa chute. Ou les trois choses en même temps: au moins, cette fois, pas de changement émotionnel brutal, juste de la surprise, et une plus grosse surprise, et beaucoup de sable, et de ciel sombre. Sable, ciel, sable, ciel -et ses chaussures-, sable, puis une seule de ses chaussures, puis ciel. Un immense ciel nocturne bardés d'étoiles et plus encore: un ciel étoilé comme on en voit que dans les chambres d'enfant et dans les forêts les plus denses et reculées de Roumanie. Sa nuque lui faisait un mal de chien, et son corps refusa de répondre tout de suite, mais son cœur, même en ayant manqué une attaque, bourdonnait encore de la même chaleur qui emplissait son ventre, et voilà qu'il pinçait ses lèvres et serrait des poignées de sable dans ses mains en reniflant bruyamment. Il resta couché dans le sable à chialer comme une madeleine jusqu'à ce qu'une tête de quadrupède ne reste dans le paysage céleste, auréolée d'étoile comme une divinité.

- C'est la chose la plus gentille que vous m'ayez dit. Hoqueta-t-il entre deux sanglots, pleurant toutes les larmes de son corps dans de ses avant-bras.

Pas que ce soit très compliqué, mais Jaromir n'y songea même pas, les yeux encore mouillé et la lèvre tremblante, la tête dans un étaux et la bouche aussi sèche que le reste du désert. A bien y penser, il avait aussi un peu le tournis, et se sentait même plus désorienté qu'ému. Le sorcier se souvenait soudainement qu'ils se trouvaient toujours au milieu du désert, avec du sable à perte de vue et rien pour se désaltérer, alors que clairement une personne dans leur duo avait pris un sacré coup sur la tête. Ça devait être les nerfs, pas la déshydratation qui arrivait à grand pas, ou la chute qui  l'avait un peu secoué. Oui, oui, ils allaient s'en sortir.

- Je suis un protecteur mort.

Hors de question de lever la tête pour vérifier sa déclaration: il savait très bien que le sable les entouraient encore, et qu'ils allaient probablement mourir même s'ils arrivaient à transformer le quadrupède en repas de luxe pour deux survivants.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ligue des Sorciers
& créature & VOTRE ROI A TOUS



avatar
Prince Solus
Messages : 158
Localisation : Dans le plus beau des lacs : le sien.
Date d'inscription : 14/03/2015




Message
Ven 19 Fév - 18:25
Alors que le prince était celui qui craignait de tomber à chaque pas du mystérieux quadrupède, ce fut Jaromir qui s'effondra le premier. La vue de son corps tout maigre et tout fragile étendu dans la mer de sable du bout du monde arracha un cri de surprise à sa royale majesté, qui sentit son coeur manquer un battement. Est-ce que son valet, non, son protecteur et sauveur, était mort ? Qu'allait-il devenir sans lui ? Et puis comment pourrait-il honorer sa promesse d'organiser et financer ses funérailles, si il mourrait aussi loin de la Grande-Bretagne ?
Le Prince Solus sentait déjà son rythme cardiaque s'accélérer, mais ce n'était qu'une fausse alerte. Jaromir n'était pas mort ; il pleurait juste. Pourquoi ? Bonne question. Sans doute... la détresse ? Oui, ce devait être ça. Ou l'émotion de recevoir un titre aussi formidable ; même si l'être de l'eau jugeait que la formulation serait peut-être à revoir, à tête reposée, pour que ça sonne encore plus majestueux et clinquant. Chevalier et Sauveur de son altesse ? Héros des êtres de l'eau ? Tout cela restait à décider.

- Je.... vous dites cela comme si je n'étais pas gentil, s'offusqua mollement le Prince Solus allongé sur son chameau. Je suis toujours gentil avec vous. Vous... vous ne le comprenez juste pas.


Quand il critiquait sa tapisserie ou la taille de son cabanon, c'était pour son bien-être. Quand il pointait du doigt son incompétence, c'était pour le pousser à corriger ses défauts. Quand il soulevait ses piètres talents de sorcier, c'était pour le mener à s'entraîner. Vraiment, chacun de ses commentaires sur sa personne ne visait qu'à l'aider à atteindre la perfection qu'il était capable d'atteindre. S'il s'était s'agit d'un cas désespéré, son altesse royale se serait contentée de le laisser moisir quelque part dans le ministère.
Le Prince Solus adorait se convaincre qu'il était quelqu'un de bon.

Puis, quand même, le prince constata que Jaromir ne s'était toujours pas mis debout. Pire encore, il se déclarait protecteur mort, et cette nouvelle ne semblait pas le moins du monde émouvoir le quadrupède, qui jugea l'occasion propice à retourner brouter la chevelure du sorcier.

- Ja... Jaromir ? Vous ne pouvez pas mourir, je ne vous y autorise pas. C'est un ordre de votre monarque. Sa voix était chevrotante. Un protecteur ne meurt pas. Votre maman serait effondrée, je ne pourrais plus la regarder en face. Jaromir ? Jaromir vous m'entendez ?

Le Prince Solus commençait légèrement, très légèrement à paniquer. Son pauvre... non, son vaillant ami, tant et si bien qu'il puisse le qualifier ainsi, se mourrait à ses côtés, aussi sec que ses propres écailles, et lui ne pouvait rien faire. Rien. Il était prince, oui, prince, et aucun pouvoir aristocratique ne pouvait redonner le goût à la vie à Jaromir.
L'être de l'eau songea que, à présent, tout était fini. Si le voyage de Jaromir s'arrêtait, le sien aussi. Puis, alors qu'il allait se laisser tomber du quadrupède, non sans craindre pour ses vertèbres et ses nageoires, il aperçoit dans le ciel obscurci, une lumière, pas si loin que ça. C'était orange, rouge, jaune, un peu comme...

- Du feu ! Jaromir réveillez-vous nous sommes sauvés ! Il y a des gens là-bas, ils auront sûrement de l'eau, des algues, et un... comment vous appelez-ça ? Un porte-loin ?

Tout émoustillé, le prince n'attendait plus que Jaromir se relève ; priait pour que Jaromir se relève.

Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ligue des Sorciers
& sorcier



avatar
Jaromir K. Moldavan
Messages : 106
Date d'inscription : 15/03/2015




Message
Mer 13 Avr - 10:20

Gentil, c'était un bien grand mot que même l'émotion n'arriverait pas à lui faire avaler; et bien heureusement qu'il ne fut même plus capable d'avaler ou de faire l'effort de prononcer quoi que ce soit à cause de sa gorge sèche, car il aurait bien été capable de lui citer, en toute affabilité, la définition de l'adjectif gentil d'après le dictionnaire -il la connaissait par cœur; il connaissait beaucoup de définition du dictionnaire par cœur, et les mélangeait aussi beaucoup plus souvent qu'il ne souhaitait l'admettre tout haut, ce qui lui donnait encore moins le droit d'en vouloir à sa Majesté de ne pas tout à faire savoir la définition de ce qu'il avançait.

Dans le fond, même avec son sang bleu, le Prince ne lui était peut-être pas si dissemblable.

Ou alors c'était encore le coup de chaud qui parlait pour lui, avec la migraine que lui avait laissé ses pleurnichements hystériques, ce n'était pas à écarter. Le simple fait de froncer le nez pour renifler lui irritait les sinus qui portait la douleur jusqu'au bout de ses cheveux qui, tiré par les dents du quadrupède effronté, faisait descendre un tout autre type de douleur jusqu'à ses sinus. Les ordres ne suffiraient pas à le relever: même évoquer la sainte figure matriarcale du foyer ne pouvait pas le convaincre de continuer à affronter le monde, accompagné ou non. Tout au mieux, ce serait un soulagement pour elle de savoir son fils trentenaire hors du nid; personne n'avait besoin de lui dire que c'était pour aller mourir au milieu du désert. Oh, voilà quelque chose pour lequel il devait faire l'effort d'articuler quelques mots, s'assurer qu'on ne dise pas toute la vérité sur son sort à sa mère. S'il avait su que la dernière chose qu'il lui communiquerait serait un mensonge. Il devait être un bien horrible fils pour faire cela, plus horrible encore qu'un poisson aux tendances despotiques qui jette son dévolu sur de pauvres sorciers innocents -mais qui ne ment probablement pas à ses parents. Non, c'était définitif: Solus pouvait l'appeler tant qu'il le voulait, il continuerait de se cacher dans ses avant-bras en attendant la douce délivrance de la mort, ou la chute de ce canular de mauvais-goût.

Mais il parlait toujours trop vite -et surtout trop seul dans sa propre tête.

- Du feu ?! Il se leva d'un bon, manquant de foutre un coup de boule à l'animal et en y perdant quelque cheveux -rien qui ne perturba visuellement l'écosystème de sa masse, ni sa course effrénée vers la lumière.

Enfin, effrénée, l'on aurait plutôt dit voir un sorcier ayant descendu une ou deux choppes de bièreaubeurre de trop essayer de courir droit, de surcroît dans du sable, en criant à s'en casser la voix comme un seconde année de Poudlard en pleine puberté. Mais c'était mieux que de se laisser mourir -si l'énergie du désespoir ne se chargeait pas de le tuer. Il distingua du monde en moins de deux, et fut probablement repéré avant même d'être devenu autre chose qu'une silhouette beuglant à travers les dunes précédées d'un chameau beaucoup plus nonchalant et -beaucoup plus dur à remarquer- d'un Prince desséché, qui dû bien arriver jusqu'au feu cinq bonne minute après son larbin.

- C'est la coupe du monde de Quidditch ! s'exclama-t-il, déjà assis avec la caravane plus inquiète par son état que surprise de voir des gens débouler de nulle part. Avouez que ça y ressemble ! Pas que j'y sois déjà allé, m-mais les tentes-- Quidditch miniature- c'est quand même dingue--

Voilà, le souffle lui manquait: Jaromir avait atteint les limites de son corps avec ce dernier sprint. « Si c'est un coup marketing, le Ministère va m'entendre. » réussit-il à peine à souffler tout bas avant d'être obligé de s'arrêter pour porter sa tasse -verre ?- à ses lèvres. Elles étaient si petites, c'était presque un calvaire de ne pas juste pouvoir descendre un litre de thé de but en blanc, mais probablement était-ce pour le mieux: quand l'on est aussi épais qu'une branche, on se fait vite exploser, et ce n'était plus le moment de mourir. Et puis sa descente faisait déjà rire leurs hôtes -un language universel- sans qu'il ait besoin de boire à la théière comme un assoiffé. Ce qu'il était, techniquement.

Sa Majesté lui revint soudainement en mémoire après s'être remis du choc de voir, Merlin, des tentes.

- Vous pouvez descendre ?

Contre toute protestation de l'entièreté de son être, Jaromir se redressa pour tendre ses bras vers sa Majesté. Il était peu probable qu'il soit d'une grande aide, et très probable qu'il les fasse tout deux tomber en essayant d'aider son Altesse à descendre de son destrier, mais il était censé être protecteur royal à présent, pas vrai ? Ou du moins, un bon larbin, pour commencer.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas

[BUMBYDAY] Valet de coeur

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: Extérieur :: Lac Noir :: Bumblebee Day
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥