Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[BUMBYDAY] Holding out for a hero ♦ Elizabeth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Serdaigle



avatar
Kate Laurence
Messages : 29
Localisation : Dans un buisson.
Date d'inscription : 27/05/2015




Message
Mer 8 Juil - 14:10

C'était le tout premier bal de Kate. Les années précédentes il n'avait pas vraiment la tête à ça et avait préféré ce consacrer à une bonne lecture. Néanmoins les temps changent et les cœurs grandissent, il avait maintenant l'âge de s'intéresser au fille. Le Serdaigle avait hâte de fêter l’événement. Il n'y avait qu'un Hic : sa cavalière. Dans ses rêves il aurait été aux bras d'une demoiselle charmante dont il serait tomber fou amoureux – oui Kate était un poil romantique. Mais non. Il y allait avec Elizabeth Gloucester. Il avait accepté son invitation sans réfléchir. N'ayant pas trouvé de partenaire il avait dit oui avec un peu trop d'enthousiasme.

Il s'était acheté une tenue à la hauteur de l’événement et au fond de lui il espérait que ça plairait à la Gryffondor. Cette seule pensée suffit à lui arracher un frisson d'effroi. Pourquoi pensait-il à ça ! Kate s'ébroua la tête et reprit sa marche en direction de la salle au portoloin. Malgré que notre couple soit de circonstance il n'en oubliait pas les bonnes manières. Être en retard n'était pas digne de lui ni de sa maison d'ailleurs. Il avait, pour l'occasion, coiffé ses cheveux toujours en bataille avec une laque spéciale anti-humidité et s'était parfumé avec une eau aux saveurs sucrées couplé avec l'odeur neuf de tissu de son habits. Il avait fait les choses bien.

Kate arriva enfin dans la salle et regarda discrètement sa montre. Il était bien en avance. Un peu trop même. Il se saisit d'une chaise et s'y installa. Il repensa à sa conversation dans la bibliothèque avec sa cavalière de fortune. En y réfléchissant elle semblait l'avoir invité plus par manque de temps que par réelle envie. Il ne lui en voulait pas tant que ça même si au fond c'était un peu vexant. Le sorcier était assez compréhensif pour se dire qu'elle aussi devait avoir ses propres problèmes et qu'elle n'était sans doute pas si insupportable que ça en la connaissant bien. Mais comment la connaître bien quand elle avait se comportement si superficiel…

Kate n'eut pas à attendre longtemps cependant. Elizabeth arriva enfin dans l'immense salle et le Serdaigle resta bouche bée. Elle était resplendissante. L'air ahurie il lâcha un léger :

« Bonsoir »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Mer 8 Juil - 15:23
Elizabeth avait passé trois heures dans la salle de bain à se préparer et à s’apprêter. Elle avait fait deux masques et trois soins magiques sur ses cheveux pour les rendre brillants, sans frisottis et résistants à l’humidité, puis les avait noués en un demi-chignon très travaillé et artistique qui lui laissait de longues mèches de ses cheveux roses tomber jusqu’au bas de son dos. Ses cheveux, c’était sa fierté, à Elizabeth. Elle avait aussi passé un bon moment à se maquiller, un peu de fond de teint, juste assez de blush, les sourcils dessinés, les cils allongés au mascara, les lèvres peintes d’une jolie teinte rose pastel. Elle s’était regardée dans le miroir et avait fait un clin d’oeil à son reflet. Voi-là. Maintenant, elle ressemblait à une princesse !

Elle s’était aussi mise sur son trente-et-un. Une longue robe violette cascadait de son décolleté à ses jambes galbées par dix centimètres de talons. Le prix de la robe et des chaussures à lui seul aurait permis à une famille de cinq sorciers de vivre pendant un bon mois. Vacances comprises. Mais ses parents savaient à quel point ce genre d’évènements étaient important dans la vie de leur fille. Il fallait bien qu’elle se trouve un mari - et un riche - si elle voulait arriver à quelque chose dans la vie. Ils lui avaient d’ailleurs envoyé une lettre très claire : elle devait faire honneur à la famille. Elle devait sourire, être belle, et être d’accord avec tout ce que diraient les gens importants. C’était son rôle dans la vie. Elle avait parfois du mal avec ça, Elizabeth - elle était trop franche, trop impulsive pour être toujours au mieux. Mais au fond, elle voulait que ses parents soient fiers, alors elle essayerait.

Elle arriva dans la Grande Salle tout sourire, ignorant une légère vague de mélancolie qui n’avait rien à faire là. Il fallait que tout soit parfait. A commencer par son cavalier, qu’elle chercha du regard… Avant de le trouver. Il était très élégant, même si ses vêtements n’étaient pas au comble du luxe, il avait quelque chose de plus, sur lequel elle avait du mal à mettre le doigt. Elle eut un instant d’hésitation, quelques secondes à peine où elle perdit son sourire qui laissa place à une inhabituelle moue songeuse. Mais très vite elle se reprit et récupéra son sourire de circonstances.

« Bonsoir ! Wow, dis-donc, t’es bien fringué ! » Dit-elle avec une certaine surprise dans la voix. « J’ai eu raison de te faire confiance. » Elle semblait avoir oublié qu’il avait suivi ses conseils… « Bon, on y va ? »
Revenir en haut Aller en bas

Serdaigle



avatar
Kate Laurence
Messages : 29
Localisation : Dans un buisson.
Date d'inscription : 27/05/2015




Message
Mer 8 Juil - 15:58

Kate devait bien avouer qu'il avait de la chance d'avoir une partenaire de cette trempe. Mais il ne lui avouerai jamais. Il était sûrement trop fier pour ça. Doucement, il laissa son regard glisser le long de la robe d'Elizabeth. Son compliment rassura le Serdaigle qui s'était assuré de suivre les conseils de la demoiselle. Non pas qu'il avait foi en ses paroles mais coté mode elle avait le mérite d'être calée. Il se retourna pour dissimuler un léger, très léger, rougissement et se racla la gorge.

« Merci, tu es pas mal non plus. »

Un petit compliment ça passait non ? Ni vu ni connu.

« Allons-y .»

Kate ne savait pas si il devait la prendre par la main ou non. Il opta donc pour poser la main sur sa hanche et l'accompagner jusqu'au portoloin. Il le toucha en même temps qu'elle et sentit une étrange sensation, comme un tiraillement au nombril. Une seconde plus tard les voilà dans le palais du roi Solus et que dire si ce n'est « splendide » ou encore « merveilleux ». Tout avait été fait pour rendre cette réception somptueuse. Les lieux regorgeaient de merveilles qui défiaient les rêves les plus extravagants du jeune homme. Partout ce n'était que luxe. Il lança un regard un peu surpris à sa cavalière et lui murmura :

« On peut dire qu'il y on mit les moyens, c'est époustouflant tu ne trouves pas ? »

Pour un sorcier de sa catégorie il y avait de quoi être ébahie mais peut être que la Gryffondor était habituée à tant de merveille ? Kate n'en savait rien et il s'était refusé à sonder son esprit pour en avoir le cœur net. Pour le moment tout du moins. La musique était douce et une multitude de couples arrivaient en masse à chaque instant derrière eux. Le Serdaigle croisa le regard de sa cavalière et il le détourna aussitôt. Il se sentait ridiculement petit face à tant de beau monde, néanmoins, il espérait qu'Elizabeth s’amuserait en sa compagnie.

Devait-il allait lui chercher un verre ? L'inviter à danser ? Il ne savait pas trop quoi faire le pauvre. Kate n'était pas quelqu'un de bien méchant, il voulait juste profiter de la soirée et que sa partenaire en profite aussi. Malgré leurs différences et ses quelques sarcasmes, le garçon n'avait jamais voulu du mal à qui que ce soit et encore moins à celle qui lui avait permit de participer au bal… Il inspira à fond et se promit d'offrir à leur couple de circonstance une belle soirée.

« Tu as envie de quelque chose en particulier ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Ven 10 Juil - 15:06
Il était chou, Kate. Même si il avait un nom de fille. Même si il passait clairement trop de temps à réfléchir pour un adolescent. Vraiment, quelle idée d’avoir des pensées sérieuses toute la journée ? Mais bon. Il était chou, à lui dire qu’elle n’était « pas mal non plus » (après tout le temps qu’elle avait passé à soigner chaque détail de son apparence, Elizabeth savait bien que ce n’était qu’un euphémisme : son apparence était grandiose). Elle lui envoya un sourire resplendissant, le genre qu’elle avait passé des heures à perfectionner devant le miroir. C’était peut-être un peu tôt dans la soirée pour sortir « l’artillerie lourde » - surtout qu’elle n’avait aucune intention de séduire le pauvre Kate - mais il la surprenait, à se conduire comme un gentleman.

Elle s’était attendue à ce qu’il lui fasse un peu honte, quand même, ou qu’il ne tire pas un seul sourire de toute la soirée, trop occupé à penser au Sens de la Vie ou à d’autres bêtises dans le genre. Mais jusque là il était agréablement moyen.

Ils touchèrent le portoloin au même moment, et arrivèrent tout à coup… Au milieu du lac. La première pensée d’Elizabeth fut pour s’auto-congratuler de tout le soin qu’elle avait mis à la préparation de sa chevelure. La deuxième fut, « wow ». Voilà enfin le genre de décors de conte de fée qu’elle avait attendu toute sa vie. C’était encore mieux que les soirées rutilantes de nouveau riche de son père. Là, c’était la classe, la vraie, celle de la haute société. Elizabeth se sentait comme un poisson dans l’eau - c’était le cas de le dire. Kate eut le bon goût d’être également impressionné par leur environnement. Bon, au moins il n’était pas un de ces communistes qui devant tant de luxe penserait à toutes les écoles qu’on aurait pu construire en Afrique avec tout cet argent.

« Oui, enfin une soirée digne de ce nom. Je commençais à penser que Poudlard était une école pour les pauvres, haha. » Dit-elle avec un soupir de soulagement.

Elle parcourut l’assemblée du regard. Elle n’avait pas oublié : elle était là pour rencontrer des gens influents, après tout. Pas pour s’amuser. Sa famille comptait sur elle. A vue de nez, elle aurait dit que la moitié des invités était arrivés. Il y avait surtout des élèves de Poudlard, mais elle voyait déjà également un bon paquet d’officiels du Ministère… Elle espérait vraiment qu’il y aurait Candidus Bumblebee ce soir-là. Il était tellement craquant ! Kate avait l’air un peu perdu, en revanche. Ca n’étonnait pas tellement Elizabeth, cependant. C’était un roturier, il ne connaissait pas les codes de ce genre de soirées. Bon, elle allait faire une fleur au monde et faire un peu l’éducation de ce jeune homme un peu pataud.

« En général, quand tu es avec une cavalière, tu lui proposes à boire ou tu l’invites à danser. Comme ça. » Elle prit une voix grave : « Veux-tu que j’aille te chercher un verre ? » Puis, reprenant sa voix naturelle, et avec un rire aigu et un geste un peu frivole de la main « Non merci, ça ira pour le moment. » De nouveau d’une voix grave, en tendant la paume de sa main à Kate : « Me ferais-tu l’honneur de m’accorder cette danse ? » Elle reprit une attitude naturelle. « Voilà. C’est pas compliqué. Mais ça fait des années que je dis qu’il faudrait des cours de bonnes manières dans cette école, c’est affreux le nombre de gens qui ne savent pas des choses si simples ! »
Revenir en haut Aller en bas

Serdaigle



avatar
Kate Laurence
Messages : 29
Localisation : Dans un buisson.
Date d'inscription : 27/05/2015




Message
Ven 10 Juil - 15:43

Kate laissa ses yeux se poser sur le plafond. Trop occupé à observer les merveilleux décors et sa cavalière il venait à peine de se rendre compte d’où il était. Sous le lac noir. Le Serdaigle devint livide l'espace d'une seconde. Pour lui, qui avait peur des grandes étendues d'eau profondes, le lac était un endroit qu'il avait apprit à évité tout au long de sa scolarité. Il n'était pas trouillard, loin de là mais n'aimait simplement s'y retrouver. Il se racla la gorge et parvint à faire fit de sa phobie pour reporter son attention sur Elizabeth. Elle semblait à l'aise comme jamais et vu le luxe du palais, ça n'étonna pas Kate le moins du monde. C'était son élément, pas le sien certes, mais son élément tout de même. Le rire soulagé de la Gryffondor fit soupirer le jeune homme.

« Merci pour moi... » dit-il à voix haute sans même s'en rendre compte. A la base cette réflexion n'était pas destinée à sa partenaire et il s'en voulu un peu. Ses mots avaient dépassé ses pensées.

Kate n'était pas quelqu'un de très riche, loin de là. Néanmoins il avait de bonnes manières et, malgré ses quelques lacunes, n'avait jamais fait honte à une demoiselle. Il n'allait pas commencer ce soir.
Le Serdaigle observa sa camarade épier l'assemblée. Elle semblait y rechercher quelque chose. Sans doute un groupe de gens influent. Il commençait à la connaître, juste un peu. Il l'écouta faire son éducation avec un sourire amusé. Il aurait pu s'en outrer mais non, au contraire. Il trouvait son imitation masculine parfaitement réussi et ne put retenir un rire sincère. Avec encore le sourire au bords des lèvres il tendit la main vers la jeune femme.

« Elizabeth, me feriez vous l'honneur de m'accorder cette danse ? »

Pour sa défense, Kate pensait que rester planter là ne les aiderait pas à trouver du beau monde et qu'en dansant il serait plus facile pour la miss d'arriver à ses fins. Il espérait qu'elle comprendrait son intention et ne lui mettrait pas de vent. Le ridicule ne tue pas mais quand même…
En attendant sa réponse, Kate posa un regard sur la foule d'élève et remarqua Icarus qu'il salua d'un hochement de tête discret. Lui aussi était en charmante compagnie avec la préfète des Serdaigles.
Kate reporta son attention vers Elizabeth qui n'avait toujours pas répondu à son invitation.

« Tu es ravissante » murmura t-il à voix basse. Il n'avait pas réfléchit et avait sortit ça de nul part. Quelle idiot !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Ven 10 Juil - 16:20
Elizabeth trouvait Kate un peu susceptible. C’était pas parce qu’il était pauvre qu’il fallait qu’il prenne tout si sérieusement. Il était pauvre, et alors ? Il n’y avait (presque) pas à en avoir honte. Il n’avait qu’à regarder Elizabeth : est-ce qu’elle avait honte d’être riche, hein ? Et puis, si ça le gênait tant d’être pauvre, il n’avait qu’à faire un peu plus d’efforts, ce n’était pas sorcier quand même de gagner de l’argent. Son père à elle était parti de rien et maintenant, il avait un manoir digne de ce nom. Elle choisit donc d’ignorer la remarque de Kate. Comme un service. Ce n’était pas bien d’être aussi bassement littéral.

Et puis, il se rattrapa un peu juste après en lui proposant une danse, comme un vrai gentleman. Il apprenait vite, au moins, c’était déjà ça. Elizabeth se félicitait de faire son éducation, la fille avec qui il finirait aurait comme ça moins de boulot pour en faire quelqu’un de fréquentable. Elle faisait vraiment une mission de service public. Elle fit une gracieuse révérence avec un sourire enjoué. Elle n’était pas là pour s’amuser, Elizabeth, elle avait des gens importants à qui parler… Mais là, tout de suite, Kate avait l’air de vraiment avoir envie de danser avec elle. Une partie d’elle se disait que bien sûr, qu’il en avait envie, vu tout le temps qu’elle avait passé à se préparer. Une autre était bizarrement touchée, profondément touchée, comme si quelque chose de vrai, sans faux-semblants, se cachait derrière la façade d’une demande de danse toute en convenances. Bien sûr, elle nia tout de suite ce que lui chuchotait la deuxième voix. C’était une soirée mondaine. Il n’y avaient que des apparences.

« Avec plaisir, Kate Laurence. »

Il murmura quelque chose, un compliment, qu’elle n’entendit que parce que tout à coup, pour une raison comme une autre, la salle était un peu plus calme tout à coup. Il la trouvait ravissante. Bien sûr qu’elle était ravissante ! Vu tout ce qu’elle avait fait pour se préparer, c’était la moindre des choses. Son seul intérêt, comme à toute fille de bonne famille, c’était d’être jolie et un peu bécasse. Et ça, Elizabeth maîtrisait à la perfection. Elle eut un petit rire cristallin, et lui répondit un « T’es un amour quand tu veux », mais c’était repartit pour les répliques de convenance, il n’y aurait que ça ce soir-là, de toutes façons. On lui ferait des compliments sur sa tenue et sur sa beauté. On apprécierait qu’elle rie à intervalles réguliers aux blagues qu’on lui ferait. Elle était une belle poupée. Qu’y avait-il de plus à faire de sa vie ? Un peu de divertissement léger et sans arrières pensées, des discussions vides de sens, du fard à joue et du rouge à lèvre à appliquer convenablement toutes les heures. C’était son monde, le monde d’Elizabeth. Qu’y avait-il au-delà ? A vrai dire, elle n’y pensait même pas.
Revenir en haut Aller en bas

Serdaigle



avatar
Kate Laurence
Messages : 29
Localisation : Dans un buisson.
Date d'inscription : 27/05/2015




Message
Ven 10 Juil - 19:27

Kate n'eut pas à attendre longtemps que la réponse d'Elizabeth se fasse entendre. La jolie révérence qu'elle lui offrit lui arracha un joli sourire. Il en parvint même à oublier qu'il était sous le lac noir. En effet, le sorcier n'avait pas oublié où il se trouvait. Malgré la richesse des lieux et du décor il n'en restait pas moins sous une étendue d'eau gigantesque et profonde. Tout ce que le Serdaigle détestait au point que s'en soit l'image de son épouvantard. Néanmoins il garda la tête haute, d'une part pour ne pas se ridiculiser, d'une autre pour faire un tant soit peu honneur à sa cavalière. Quand elle l’appela par son nom complet il détourna le regard. Il avait beau ne pas l'apprécier, la juger trop superficielle et incapable de faire ses devoirs toute seule il ne pouvait cependant pas nier qu'elle était belle. Les rougeurs sur ses joues allaient enfin disparaître quand elle lui concéda un nouveau compliment. Le pauvre toussota discrètement pour éviter le pire.

« C'est gentil » lui glissa t-il.

A cette étape, ne pas sonder son esprit fut un véritable défi. Comment être sur que Miss Beauté ne se fichait pas de lui ? Aucun si ce n'est la légilimancie. Allez Kate, juste une seconde, pas plus se promit-il dans sa tête. Il l'effleura tout en douceur. Juste une fraction de seconde comme il se l'était imposé. Le vide qu'il ressentit alors failli lui faire perdre pied. N'avait-elle que pour seule ambition de faire bonne figure ? De rire à des blagues souvent dénuée d'humour dans le seul but de bien paraître ? Une si jeune fille ne pouvait-elle pas avoir le droit de s'amuser ne serait ce qu'une soirée au bras de son cavalier ? Certes il n'était pas le parti idéal mais quand même. D'un autre coté, qui était-il pour lui dicter sa façon de faire ? Il n'était qu'un camarade de classe, même pas de la même Maison et encore moins du même monde. Le Serdaigle secoua la tête pour chasser cette désagréable impression et se saisit délicatement de la main d'Elizabeth pour la convier vers la piste de danse. Il posa son autre main sur sa hanche, la rapprocha un peu de lui et commença la valse. Comment savait-il danser ? Il avait pris des cours. Le pire dans tout ça c'est que maintenant il ne pouvait ignorer le bonheur de sa partenaire…

Il se sentit alors bête, bête à en crever. Depuis le début, malgré que leur couple soit un hasard total, il avait fait en sorte de s'y préparer comme un gentleman et de passer une agréable soirée, à s'amuser. C'est comme ça qu'il avait imaginé ce bal. Mais au fond, La Gryffondor n'en avait sûrement rien à faire de lui. L'insécurité social de Kate refit surface comme un Sombral au galop. L'amertume de ses pensée il la garda pour lui mais n'en pensa pas moins. Sa camarade ne l'avait choisi, lui, que par dépit et même si c'était aussi un peu le cas pour lui il ne put retenir ce léger pincement au cœur. Lui qui avait rêver de sortir un peu de ses bouquins pour s'amuser avec une fille, n'était-il rien d'autre que son bouffon ? Son pantin couronné prince pour une soirée ? Très certainement…

Kate ouvrit la bouche pour dire quelque chose mais ne le fit pas. Il était juste triste. Peut être qu'un nouveau coup de légilimancie suffirait à confirmer ses peurs ? Oui juste une fois pour être sur...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Mar 14 Juil - 16:24
Elizabeth n’était pas triste. Elizabeth ne savait pas être triste. Elle avait toujours des choses à faire, de nouveaux cadeaux à recevoir, des magazines à lire, des masques pour cheveux ou pour visage à faire, et dans tout ça, toutes ces petites choses futiles, elle voyait son existence. Il n’y avait rien de mieux, semblait-il, rien de plus. Si c’était le cas, elle n’y pensait pas. Elle ne pensait pas Elizabeth, c’était ça son secret, elle était trop occupée à rire à la blague d’un joli garçon ou à critiquer le style vestimentaire d’une de ses camarades. Elle était une fille frivole, un peu bête - elle le savait - et elle ne voyait pas pourquoi il devrait en être autrement.

Alors, quand Kate lui proposa de danser, elle accepta, parce que ça se faisait. Elle avait un rôle à jouer, celui de la jeune fille de bonne famille, un rôle auquel quinze ans de vie l’avait préparée. C’était sa seule préoccupation dans son monde rose de princesse : se trouver un bon parti, pour continuer à être frivole et recevoir des cadeaux tous les jours. Elle était très cynique, au fond, Elizabeth. Elle ne croyait pas à l’amour. Elle ne croyait pas à la bonté intrinsèque des gens. Elle serait un trophée à exhiber jusqu’à ce qu’elle passe la date de péremption - après ça, on resterait avec elle par devoir. Tout ça elle le savait, elle l’avait intégré, mais elle n’y pensait pas. C’était trop profondément ancré en elle pour que ça lui vienne à l’esprit.

Elle se laissa conduire, et Kate le faisait à merveille. Elle fut étonnée de la capacité du jeune homme à danser, et elle se laissait faire. Elle s’amusait, même, Elizabeth. Elle commençait en tous cas. Elle remarquait les beaux yeux bruns de Kate qui étaient agréables à regarder, la musique entraînante qui se laissait danser, elle oubliait un peu de scanner la salle à la recherche de connexions à faire, son côté frivole reprenait ses droits et elle ne pensait plus à l’avenir, à son futur mari, à toutes ces choses qu’elle devait faire. C’était agréable. Il s’était établi une sorte de compréhension mutuelle lors de leur danse, ils arrêtaient de parler, et donc leurs différences semblaient moindre.

La chanson s’arrêta. Elizabeth sabota ce silence tacite sans même s’en rendre compte - ou à peine.

« Tu danse super bien, pour un roturier ! Où est-ce que tu as appris ça ? » Demanda-t-elle avec un sourire, pensant sincèrement lui faire un compliment.
Revenir en haut Aller en bas

Serdaigle



avatar
Kate Laurence
Messages : 29
Localisation : Dans un buisson.
Date d'inscription : 27/05/2015




Message
Ven 17 Juil - 13:03

Kate laissa de coté son incsécurité un court instant, histoire d'apprécier la danse en cours. Il avait fait des efforts pour apprendre à bien danser alors pas question de tout saboter. Saboter… Oui, il en avait raté des occasions dans sa vie. Au début il n'était même pas certain de rentrer à Poudlard. Lui dont la magie ne s'était exprimée que très tard, il avait douté. Douté de suivre la branche magique de la famille. Si ce n'avait pas été le cas, il aurait sûrement fini bibliothécaire ou un truc du genre. Mais non. Il était finalement entré à l'école de magie et là encore, il avait réussi à se fourvoyer sur bon nombre de choses. Grâce à sa légilimancie il avait su s'entourer d'amis fidèles et sans arrières pensées. Ça il en était fier. Il avait néanmoins refusé de s’intéresser aux filles parce que c'est le grand problème du petit Serdaigle. Toujours à jauger la situation il passait à cotés de tellement de choses. Il s'était donc enfermé dans le rôle du rat de bibliothèque. Les livres, eux, ne mentent pas. Il trouvait ça rassurant Kate. C'est pourquoi, à quinze ans il n'avait jamais eu de petite amie et connaissait les recoins de la salle aux livres par cœur. Triste début de vie…

Un rire amer accompagna sa réponse, « J'ai pris des cours pour toi figures toi. » dit-il avec toute la sincérité du monde. Si Kate n'aimait pas les menteurs il fallait lui reconnaître qu'il était lui-même incapable du moindre mensonges.

Oui. Il avait prit ces cours pour être à la hauteur de la soirée et encore oui, il avait prit ces cours pour être à la hauteur de sa cavalière. Être traité de roturier ne le choqua même pas. Il savait parfaitement que c'est comme ça qu'elle le voyait et il ne cherchait pas à se prétendre mieux qu'il ne l'était. Il était Kate Laurence, un enfant de la plèbe, sans grande ambition et bon à lire des ouvrages poussiéreux. C'est ce qu'il était, rien de plus et rien de moins. Elle par contre, elle était Elizabeth. Riche, belle et tant d'autre chose qu'il ne connaissait que pour l'avoir lu dans les livres de comtes. Certes sa vie n'était pas un comte de fée, loin de là, mais elle aurait put avoir tellement plus et tellement mieux si elle s'en donnait la peine.
Kate, au-delà d’être en insécurité totale, avait une autre manie : la curiosité. Une curiosité dévorante qui lui faisait utiliser sa faculté parfois outre mesure. Il avait déjà effleuré l'esprit de la Gryffondor. Cependant elle était tellement loin de lui. Tellement hors de portée qu'il voulait en apprendre plus sur elle et sur sa vie. Sa cavalière il ne la connaissait que par des rumeurs et quelques rencontres hasardeuses. C'était une petite peste superficiel, qui n'aimait pas faire ses devoirs et qui voulait toujours se montrer comme étant la plus belle du château. Mais au-delà ? Qui était vraiment Elizabeth ?

Toujours avec sa franchise légendaire, Kate lui demanda : « J'aimerai apprendre à te connaître mieux. » Un léger rougissement accompagnant sa déclaration.

Si ses amis avaient été là ils seraient tous tombés sur les fesses. Pas que ses amis d'ailleurs. En y repensant, la miss n'était jamais entouré d'amis et fallait-il encore qu'elle en comprenne le principe ce qui ne sembla pas le cas au premier abord.
Résumons, Kate était curieux, toujours en insécurité, sarcastique, franc mais il était aussi d'un naturel compréhensif. Si il voulait en apprendre plus sur sa partenaire ce n'était pas pour lui faire ressortir ses défauts mais plutôt pour connaître ses qualités insoupçonnés. Le sorcier voulait passer une bonne soirée. Si en même temps il pouvait faire une bonne action en étant plus compréhensif cela n'en serait que mieux pour tout les deux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Ven 17 Juil - 21:55
Elizabeth profitait de cette soirée. Encore heureux, quand même, vu tout le temps qu’elle avait mis à se pomponner. Elle reprenait son attitude de fille frivole à l’attention volage, elle n’était pas très profonde, Elizabeth. Mais elle était sûrement la fille la plus belle de la soirée, et elle le savait. Pas parce qu’elle avait les traits plus fins ou les lèvres plus pulpeuses que les autres : parce qu’elle y mettait du temps. Elle pensait bien, Elizabeth, que si elle mettait autant d’énergie dans ses cours que dans son apparence, elle serait Ministre de la Magie avant ses vingt ans. Mais ça l’ennuyait, les cours, c’était toujours la même chose, et c’était si sérieux… Elle n’aurait jamais besoin de toutes ces choses.

C’était pour ça qu’elle savait pertinemment qu’elle ne s’entendrait jamais à la perfection avec Kate. Ils étaient trop différents. Lui semblait passer toutes ses journées à la bibliothèque - vu son teint cadavérique - à lire. Des livres sans images en plus, sans doutes. Vraiment, elle ne comprenait pas.

Mais là, la réponse du jeune homme la fit tiquer. Il avait pris des cours de danse. Pour elle. Derrière son sourire de faïence, qui s’était un peu figé, elle se demandait ce qu’il pouvait bien vouloir d’elle pour lui dire des choses comme ça, qu’il mente ou dise la vérité, ce ne pouvait pas être innocent. Peut-être qu’il avait plus d’ambition que prévu. Peut-être qu’il pensait que la draguer lui permettrait d’obtenir des faveurs de son père, ou quelque chose comme ça.

Sa phrase suivante lui tira le même genre de réflexions. Oui, là, plus de doute : il la draguait. Ouvertement. Et Elizabeth n’arrivait pas à croire qu’il n’avait pas d’arrière-pensées. Mais bon, après tout, c’était le cas de tous les garçons, non ? Bourrés d’arrière-pensées et de faux-semblants. Pourquoi pas lui plutôt qu’un autre ? Son sourire se fit plus naturel, et elle effleura sa main.

« Comme tu es chou. Mais tu sais, toute une vie n’y suffirait pas ! » Elle ponctua sa phrase d’un rire cristallin. Puis elle éluda : « Tu veux quelque chose à boire ? » Puis elle ajouta d’un ton farceur, « tu sais que c’est toi qui es sensé dire ça, quand même ! » Revenons-en aux convenances.
Revenir en haut Aller en bas

Serdaigle



avatar
Kate Laurence
Messages : 29
Localisation : Dans un buisson.
Date d'inscription : 27/05/2015




Message
Sam 18 Juil - 3:58

Elizabeth et Kate ne s'entendraient jamais. Ils étaient trop différent l'un de l'autre et chacun d'eux en avaient pertinemment conscience. Ils étaient comme deux insectes séparés par un mur de verre. A choisir, le Serdaigle se pensait plutôt en dehors qu'à l'intérieur du dit verre...Oui, deux papillons attirés par deux lumière différentes. Elizabeth ne voyait sans doute qu'un reflet de cette lumière tandis que Kate y voyait sa liberté. La liberté de voler ou il voulait quand il le voulait et rien d'autre. Au fond, il était triste pour sa cavalière. S'est-elle jamais sentie prisonnière ? Du verre, d'un rôle ou d'une destinée ? Kate ne voulait pas d'un destin tout tracé et c'est aussi l'une des raisons qui le poussait à lire autant. Lire pour s'abreuver des connaissances de ce monde et être préparé à mieux contrer ses limites. Peu de gens comprenait ça et il n'attendait pas de la Gryffondor qu'elle essaye.

« Prétentieuse » lui souffla t-il avec un léger clin d’œil amusé. Pour la première fois depuis leur arrivée, Kate taquinait la demoiselle. Preuve irréfutable que le jeune homme s'était un peu détendu.

Kate remarqua sans mal qu'elle évita sa demande mais il fit comme si de rien n'était. Si elle ne voulait pas lui parler c'était son droit. Il trouvait ça juste dommage...Il n'insista pas.
« Excuses moi, je vais te chercher à boire » dit-il avec un sourire forcé. Le pauvre n'avait pas encore l'habitude de côtoyer une fille, il fallait le pardonner.

Sans prévenir, Kate fuyait. Il lâcha -délicatement- sa partenaire et se dirigea vers le buffet sans dire mot. Sur son chemin il croisa bon nombre de couple qui semblait s'amuser. Il croisa aussi quelques connaissances comme Sanaé. Même sa partenaire de lecture semblait prendre plus de plaisir à cette soirée que lui, mais passons. Enfin arrivé à destination, Kate balaya l'une des nombreuses tables à la recherche de quelque chose qui satisferai sa miss. Il tendit la main vers un jus de citrouille mais heurta les doigts d'une autre personne.

« désolé » s'excusa t-il avant même de voir que cette personne n'était autre qu'Icarus. Le Serpentard lui sourit et demanda comment se passait son bal. « Oh, pas si mal » mentit-il. Il soupira et reprit avec un peu plus d'honnêteté : « Ma cavalière ne semble pas prête à partager avec moi, je sais pas peut être qu'elle pense que je cherche quelque chose d'elle et bien que ce soit faux je ne peux pas me résoudre à le lui dire. » Il soupira à nouveau et quitta son ami pour rejoindre Elizabeth.

Oui, tout ce qu'il voulait c'était partager un peu avec sa camarade. La connaître pour mieux l'apprécier - malgré son attitude si agaçante. Le jeune sorcier la chercha du regard mais ne la trouva pas. Son regard croisa celui d'une autre fille, seule, près d'une autre table de gourmandise. Elle lui fit un charmant sourire que Kate lui renvoya en rougissant. Kate n'était pas très doué avec les filles hormis pour rougir devant elle. C'en était presque désolant parfois. Il trouva enfin sa demoiselle à quelques pas de là et se dirigea vers elle.

« tiens voilà ton verre. » lui murmura t-il à l'oreille pour qu'elle l'entende par dessus la musique. Il ne s'attendait pas à ce qu'elle veuille danser à nouveau. Après tout, ils étaient là pour deux choses bien différentes non ? Lui pour s'amuser et se sortir un peu et elle pour rencontrer du beau monde. Il ne voulait pas la gêner dans sa « mission ». Kate leva les yeux au ciel comme à la recherche d'un peu d'air frais. Une brise sortit de nul part vint caresser ses cheveux de blé qu'il accepta avec joie. Comment pouvait-il y avoir du vent sous le lac ? A vrai dire il s'en fichait. Il laissa son regard se poser sur Elizabeth. Pas pour admirer sa beauté ou la reluquer. Juste pour se souvenir d'elle avant qu'elle ne disparaisse de sa vie...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Mar 21 Juil - 11:57
Elizabeth commençait un peu à s’attacher à Kate, d’une certaine façon, un peu comme on accepte un chat errant dans son jardin et qu’on lui offre une coupelle de lait le matin. Elle l’aimait bien, de loin. Elle ne lui faisait pas confiance, mais à qui faisait-elle réellement confiance ? Il lui dit qu’elle était prétentieuse, ce à quoi elle répondit :

« T’as juste pas l’habitude des filles de caractère, mon garçon. » Répilqua-t-elle en lui rendant son clin d’oeil. Mais il partait déjà lui chercher un verre.

Il était bien élevé, il fallait bien le lui reconnaître, au moins.

Pendant ce temps, les mains entrelacées derrière son dos, Elizabeth parcourut l’assemblée du regard. Il commençait à y avoir pas mal de monde, le lieu bourdonnait de conversations ici et là sous la musique. Tout le monde était tiré à quatre épingles, se tenait droit et semblait parler sérieusement, surtout les adultes. C’était exactement le genre de soirées dont Elizabeth avait l’habitude, qui l’ennuyait royalement et qu’elle était sensée faire semblant d’apprécier. Heureusement que pour celle-là, il y avait des gens de son âge. Et Kate, aussi. La présence de Kate aidait beaucoup, en fait. Ca la distrayait.

Curieuse, elle chercha son cavalier du regard et le vit converser avec un Serpentard de septième année qu’elle ne connaissait pas, ou que de vue. Ah ben tiens. Il avait des amis finalement, se dit-elle. Peut-être qu’il sortait de ses livres de temps en temps. Mais sûrement pas beaucoup. Mais depuis quand est-ce que ça l’intéressait ? Après tout, elle avait pris le premier cavalier venu, elle ne tenait pas particulièrement à celui-là. Elle le vit sourire à une donzelle mal fagotée, et se sentit tout de suite agacée. Il était son cavalier, il n’était pas sensé faire la cours à la première pintade venu, s’il voulait faire ça, il n’avait qu’à attendre la fin de la soirée. C’était vraiment malvenu. Pas du tout protocolaire. Du coup, quand il revint avec son verre de jus de citrouille, Elizabeth lui faisait carrément la tronche.

« Si tu voulais draguer, tu aurais au moins pu venir en célibataire, »
lui envoya-t-elle d’un ton acide. « Quand on est un gentleman, on accorde toute son attention à sa cavalière, pas aux autres jolis minois de la salle. » Puis elle prit le verre de la main de Kate et en but une gorgée avec élégance.
Revenir en haut Aller en bas

Serdaigle



avatar
Kate Laurence
Messages : 29
Localisation : Dans un buisson.
Date d'inscription : 27/05/2015




Message
Mar 21 Juil - 12:55

La réplique d'Elizabeth réveilla Kate de sa semi-torpeur. Elle savait donc être relativement piquante quand elle le voulait ? Le jeune homme sourit discrètement. Au fond il l'aimait bien cette demoiselle. Elle était peut être agaçante -souvent même- mais amusante.

« Tu sais que tu es mignonne quand tu es jalouse » lui lança t-il avec un léger rire.

Finalement, Kate se divertissait plus que prévu à ce bal. La compagnie de la Gryffondor, bien que parfois énervante, était étonnamment agréable. Il ne tiqua même pas quand elle lui arracha le verre des mains pour le boire avec toute la grâce dont elle pouvait faire preuve. Un gentleman accordait donc toute son attention à sa cavalière ? Il le savait déjà et sans pour autant se justifier de vive voix il n'avait jamais eu l'intention de flirter avec une autre ce soir. Le Serdaigle savait pertinemment que sa partenaire le lyncherai si il tentait de lui faire honte…

« Je te rassure, je n'accorde mon attention qu'à vous milady » lui glissa t-il avec une légère révérence.

Oui. Ce soir, malgré toutes leurs différences, de rang, de sang, de Maison ou encore de richesse, Kate n'aurait d'yeux que pour Elizabeth. Il connaissait les bonnes manières le garçon du peuple. Son regard croisa celui de la jeune fille et il lui fit un gentil sourire. Néanmoins, les rougeurs sur ces joues n'avaient pas disparu pour autant. Son regard se perdit sur l'assemblée toujours plus dense. Il remarqua quelque uns de ses amis proches mais se garda de les saluer de la main. On était à un une réception pas à la fête d'anniversaire d'un camarade pardi !
Ses yeux finirent par se poser sur la seule et unique personne dont il devait s'occuper : sa cavalière. Il le pensait depuis le tout début mais il avait bien de la chance d’être accompagné par quelqu'un de son statut et d'une telle beauté. Malgré ça, il ne pouvait s’empêcher de repenser à son insécurité latente. Au fond, il était quasi-certain qu'elle ne l'aimait pas et qu'elle ne l'avait invité que par dernier recours. Au mieux elle le considérerai comme son valet ? Cette pensée laissa un goût amer dans la bouche du jeune homme. Pour s'en débarrasser il laissa tomber sa dignité.

« Tu as envie de quelque chose Elizabeth ? » demanda le sorcier en inclinant la tête sur le coté pour mieux l'observer.

Il était là pour la servir et rien de plus… Autant jouer son rôle à la perfection.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Ven 24 Juil - 12:24
Jalouse ? Jalouse ? Elle n’était pas jalouse du tout. Elle ne voyait vraiment pas de quoi parlait Kate. C’était simplement la moindre des choses, quand même, de ne pas draguer ouvertement toutes les pimbêches de l’assistance quand on était le cavalier d’une lady. Bon, elle n’était pas une lady à proprement parler, mais c’était dans les projets de son père de s’acheter un titre un de ces jours. Il avait tant d’argent qu’il ne savait plus quoi en faire, le pauvre. Mais bon, ce n’était pas la question. Elle était vraiment en colère, là. Et le commentaire de Kate, qui lui disait qu’il dévouait toute son attention à elle, ne suffisait pas pour la calmer. Elle trouvait ça vraiment infantilisant, sa première remarque. Elle fit ouvertement la tête pendant quelques bonnes secondes, mais Kate ne semblait pas le remarquer, ce qui acheva de la mettre hors d’elle. Alors, quand il lui demanda si elle avait envie de quelque chose, c’en fut trop.

« Si j’ai envie de quelque chose ? Si j’ai envie de quelque chose ? Pourquoi pas commencer par un peu de respect ? Je ne suis pas qu’une donzelle sans cerveau que tu vas mener en bateau aussi facilement ! Je t’ai vu sourire à l’autre dinde là-bas, et j’ai raison d’être en colère, et oui, je suis mignonne, mais c’est clairement pas le moment de le remarquer parce que si t’avais pas compris, je suis vexée. Et je ne suis pas jalouse. Je m’en fiche que tu souries à toutes les filles de Poudlard, même à certains garçons si c’est ton truc, tant que tu n’es pas MON cavalier. Tu fais vraiment pitié comme cavalier d’ailleurs. J’aurais du demander à Arthémidore de m’accompagner. Non, en fait, tu vois, Arthémidor, c’est un vrai gentleman, il m’aurait invitée LUI-MÊME au lieu d’attendre comme un moins que rien qu’une fille l’invite. »

Elle termina sa tirade en croisant les bras d’un air profondément agacé. Il avait vraiment de la chance d’être avec une fille aussi bien élevée, quand même. Si ce n’avait pas été le cas, elle n’aurait pas hésité à lui balancer son verre à la figure.
Revenir en haut Aller en bas

Serdaigle



avatar
Kate Laurence
Messages : 29
Localisation : Dans un buisson.
Date d'inscription : 27/05/2015




Message
Ven 24 Juil - 13:26

Sans que Kate ne s'en aperçoive, Elizabeth éclata. Plus elle en disait et plus il fulminait. Le gentil Serdaigle n'était pas du genre à s'énerver ouvertement de la sorte, lui son truc c'était le sarcasme habile, pas la débandade d'insultes. C'est pourquoi il laissa la miss s'égosiller dans son monologue. En fin de compte, il avait raison depuis le tout début. Pas besoin d'effleurer son esprit pour comprendre ce qu'elle pensait de lui, elle venait de le lui dire. Un moins que rien, c'est tout ce qu'il était à ses yeux. Un pauvre garçon de la plèbe qui n'avait de valeur qu'a être son toutou le temps d'une soirée. Kate du faire appel à tout son self contrôle pour ne pas éclater à son tour. Et puis, c'était qui cet Arthémi-machin chose ? Il s'en contrefichait !

« Du respect ? Tu es celle qui en fit le moins preuve depuis le début et tu ne t'en rends même pas compte ! Je me plie en quatre pour toi alors que je suis loin d'y être obligé et tu me sors que c'est MOI qui manque de respect ? Mais regarde toi dans un miroir enfin ! Ah non pardon, ça tu sais très bien le faire, c'est sûrement la seule chose d'ailleurs. Et puis si je suis si nul que ça je suppose que tu ne vois pas d'inconvénient à passer le reste de la soirée sans moi ! »

Il se retourna et se dirigea droit vers le buffet sans rien ajouter de plus. C'était très clair, même pour une pimbêche comme elle : il n'était plus son cavalier. Au fond, si Kate s'était autant énervé c'est qu'il était vexé. Humilié par une fille avec le QI d'une poule ! Non il ne l’acceptait pas, il ne l'accepterai jamais. Il avait raison et ce depuis le commencement, ni lui, ni elle n'était fait pour s'entendre. Un trop grand fossé les séparaient. Et dire qu'il avait essayé de mieux la connaître ! Quel imbécile !
Le sorcier attrapa un amuse bouche et le mangea avec un calme froid. Son regard glacial balaya l'assistance sans grand intérêt et il se posa sur Elizabeth au loin. Il avait vraiment fait son possible pour être à la hauteur et même tenter de se sociabiliser avec elle en la connaissant mieux mais là s'en était trop. Il ne voulait plus en entendre parler.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas

[BUMBYDAY] Holding out for a hero ♦ Elizabeth

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: Extérieur :: Lac Noir :: Bumblebee Day
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥