Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[BUMBYDAY] Un espadon peut, en réalité, servir d'épée [Vega]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Unité
& sorcier



avatar
Toulouse C. Lexarke
Messages : 80
Localisation : Tu ne veux pas savoir
Date d'inscription : 04/04/2015




Message
Mer 8 Juil - 20:02
Toulouse n'avait pas envie d'aller à ce bal. Les bals sont ennuyeux, il ne s'y passe rien, les gens sont snobs ou pire, amoureux. Ils dansent, la nourriture est immonde et la musique pourrait endormir le plus endurci des hommes. Il avait réussi à sécher les bals précédents et comptait reproduire l'exploit pour cette année, histoire de faire n'importe quoi dans le château quand tout le monde sera à la fête, mais malheureusement, parfois, la vie en décide autrement et par "la vie", il fallait entendre "Vega Eastwood".

C'est ainsi que râlant et y mettant toute la plus mauvaise volonté du monde, Toulouse avait fini par accepter de l'accompagner pour ne pas que Mademoiselle Princesse Vega aille dénoncer sa dernière cascade à son père qui n'aurait pas manqué de lui passer le savon de sa vie, encore une fois. Cependant, Toulouse ne comptait pas se laisser faire par cette extrémiste jaune, il avait sa fierté lui aussi. Il avait donc imaginé un plan en conséquence pour lui rendre la soirée environs aussi agréable qu'un cours de sortilège.

Lorsqu'il arriva dans la grande salle pour prendre le porte-au-loin avec Vega, il avait donc un grand sourire sur le visage. Pas n'importe quel sourire d'ailleurs, mais bel et bien le sourire, le visage et toute la morphologie de Sasha Strauss, le petit ami (ou bien la victime, Toulouse ne savait plus trop) de Vega. Néanmoins, le vice ne s'arrêtait pas là ! Histoire de pousser le bouchon vraiment trop loin, Toulouse avait même subtilisé la création de Vega en cours de métamorphose et l'avait enfilé pour se rendre au bal de ce soir, habillé comme un bon petit Poufsouffle, prêt à tenir compagnie à sa Vega d'amour.

Toujours un grand sourire aux lèvres, il s'arrêta devant Vega avec le regard de poisson mort des gens qui dévisagent Summer dans les couloirs et roucoula doucement ces quelques mots pour sa très chère amie jaune qui avait sans doute immédiatement compris où était le problème.

-Bonsoir mon trésor adoré, tu es si belle que j'en pleurerais presque, vivement qu'on soit sous l'eau pour masquer mes larmes d'émotion !

Il en faisait des tonnes, ce n'était pas un bon acteur, mais il s'amusait comme un petit fou. Vega, ça t'apprendra à chercher des noises à un métamorphomage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Poufsouffle
& Préfet(e)



avatar
Vega R. Eastwood
Messages : 46
Date d'inscription : 16/05/2015




Message
Ven 10 Juil - 19:13
Ce n’était un secret pour personne, Vega aimait faire les choses biens. C'est-à-dire, bien entendu, à sa façon et pas autrement. Et pour le fameux BumblebeeDay, tout était réglé comme du papier à musique.  Ils avaient joué la comédie devant tout le monde avec la demande au bal en question, demande qu’ils avaient du répéter un nombre incalculable de fois en privé pour qu’elle soit parfaite.  Elle avait sa robe depuis des semaines, passé des heures à choisir la coiffure et le maquillage correspondant pour être fin prête le jour J. Et Sacha avait attrapé la varicelle du dragon. Ca, par contre, la blonde ne l’avait pas vu venir.  

Mais Vega avait toujours eu beaucoup de ressources : elle avait passé les trois derniers jours à l’infirmerie à forcer Sacha à boire toutes les concoctions qu’elle fabriquait pour essayer d’accélérer son rétablissement. Pourtant malgré tout ses efforts, la veille du bal, Sacha arborait toujours de magnifiques écailles, vertes en plus et la poufsouffle devait rapidement trouver un autre cavalier. Elle en avait trop parlé pour ne pas aller au bal maintenant et y aller toute seule voudrait dire perdre la face.  Elle était donc allée coincer Toulouse avec son meilleur sourire de sorcière Hebdo pour lui servir de partenaire. Au moins, ce n’était pas un Serpentard et grâce à un très léger chantage, elle pouvait espérer qu’il se tienne correctement.

C’était du moins, une légère consolation tandis qu’elle se préparait longuement avant de rejoindre le hall avec une certaine appréhension. Perchée sur ses talons hauts, elle crut apercevoir Sacha parmi la foule, debout et sans la moindre pustule ou écaille. Merlin, elle était sauvée ! Elle aurait esquissé une danse de la victoire s’il n’y avait eu personne d’autre, mais elle s’autorisa juste un profond soupir de soulagement tandis qu’elle traversait la foule pour le rejoindre. Non seulement, elle pouvait être fière d’avoir trouvé un remède rapide à la varicelle du dragon – Faire infuser le thé avec un œil de strangulot avait peut être finalement marché-  mais surtout tout se passerait parfaitement comme prévu ! Toulouse pourrait même retourner sauter d’un escalier mouvant à l’autre en hurlant « Parkour » ou le genre de truc débile qu’il avait l’habitude de faire.

« Ce n’est pas la tenue qu’on avait choi… si. »

Effectivement, au lieu du costume noir qu’elle avait fortement recommandé à Sacha, son cavalier en portait un tout autre. Un vraiment très familier. Tellement familier parce qu’il s’agissait de sa propre création pour le cours de métamorphose.  Tout le soulagement qu’elle avait pu ressentir en allant le rejoindre disparut aussi tôt en comprenant la supercherie. La blonde n’avait qu’une envie, défaire sa chaussure pour la lui lancer à la figure sauf que. Ils étaient en public, tout le monde allait les regarder, Vega ne pouvait pas faire un scandale et le Gryffondor le savait parfaitement, le sale petit gremlin ! Elle grinça des dents dans un sourire forcé pour s’empêcher de grimacer tandis qu’il lui servait des mièvreries dégoulinantes ridicules.  La sorcière se haussa légèrement sur la pointe des pieds pour faire semblant de murmure à l’oreille du traitre qui lui servait de cavalier.

« A quoi est-ce que tu joues, Lexarke ! Arrête ça, tout de suite ! Espèce d’usurpateur d’identité doublé d’un kleptomane ! »

Elle recula avec un petit rire proche du gloussement pour faire illusion. Elle était peut être coincée avec Toulouse et il semblait bien disposer à lui pourrir sa soirée. Mais elle ne se laisserait pas faire sans riposter. Elle prit donc le bras de son traitre de cavalier, en prenant soin d’y planter ses ongles manucurés. Non mais !


ω She is the girl with a fairytale's face but her mouth screams like a wolf's.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unité
& sorcier



avatar
Toulouse C. Lexarke
Messages : 80
Localisation : Tu ne veux pas savoir
Date d'inscription : 04/04/2015




Message
Sam 11 Juil - 12:39
Toulouse avait failli mourir de rire en voyant le soulagement laisser place à l'horreur et à la colère sur le visage de sa très chère Vega. C'était un triste constat, elle n'était drôle que quand elle ne le voulait pas. En tout cas elle ne semblait pas goûter à la plaisanterie, lui qui pensait lui rendre service en faisant ça... Ou pas.

-Je suis désolé ma princesse, je n'ai pas retrouvé l'autre tenue dont tu parles, je me suis dit que celle-ci irait très bien !

En plus elle était faite sur mesure pour Sasha, il n'avait pas eu besoin de l'ajuster, c'était parfait. Il n'avait même pas eu de mal à le subtiliser, tout concordait pour qu'il fasse passer un sale quart d'heure à cette sorcière, dans le sens péjoratif du terme. Il se pencha sur son oreille également, ils avaient vraiment l'air d'un petit couple qui s'échangeait des mots doux discrets, actuellement. La vérité était légèrement différente, mais il avait toujours vu Vega comme la reine des illusions de toute façon.

-Non, je ne peux pas m'arrêter tout de suite, imagine la honte que ça serait pour toi si je reprenais mon apparence maintenant, alors que tout le monde m'a vu et que je porte le costume de ton cher et tendre.

Tout le monde penserait que c'était l'idée de Vega, c'était sûr et ça allait jaser sur cette histoire pendant longtemps à Poudlard, il était sûr que sa cavalière démoniaque voulait éviter ça. Il lui tendit le bras comme un véritable gentleman avec une éducation impeccable et resta sans broncher toujours comme un gentleman impeccable lorsqu'il sentit des ongles s'enfoncer dans ledit bras. C'était douloureux, mais moins que de se faire encorner par un sanglier magique sauvage, quoi qu'on pouvait sans doute noter une certaine ressemblance entre la bête et l'animal sauvage.

-Allons-y, tu verras, je me suis grandement amélioré en danse depuis nos dernières leçons.

Il lui fit un clin d’œil et s'empara du portoloin en tenant fermement Vega pour que celui-ci les emporte tous les deux sous l'eau, dans le lac noir. Pour le moment, il n'était pas si noir que ça d'ailleurs et Toulouse sentit directement tous ses instincts de Toulouse se mettre en alerte, justement. Depuis combien de temps est-ce qu'il voulait aller faire une randonné dans le lac noir sans trouver une seule occasion ? C'était le moment idéal pour ça !

Il n'avait presque pas jeté un coup d'oeil au luxe de l'endroit, il y était habitué à cause de son père qui aimait avoir des amis aussi riches que lui, par contre il suivait les poissons des yeux avec l'espoir qu'ils puissent le mener jusqu'à un de leur congénère beaucoup plus gros. Mais avant tout, il lui fallait se débarrasser de Vega.

-Jeeee... vais chercher des boissons, tu veux que je te ramène quelque chose ? Pas d'alcool promis, un petit cocktail aux algues ça te fera du bien, n'est-ce pas chérie ?

Il essaya alors de se débarrasser de la poigne de sa cavalière pour filer à l'anglaise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Poufsouffle
& Préfet(e)



avatar
Vega R. Eastwood
Messages : 46
Date d'inscription : 16/05/2015




Message
Mer 22 Juil - 14:02
Comme on le disait plus haut, Vega détestait que l’on ne lui obéisse pas. Mais pire que ça, elle détestait encore plus avoir tord et encore plus d’avoir à l’admettre. Aussi insupportable soit-il Toulouse avait raison, bien qu’elle préférerait un milliard de fois se  lancer un crache-limace que de le reconnaitre.  Déjà que Vega Eastwood, Poufsouffle convaincue se présente au bal au bras d’une autre couleur et non à celui de son petit ami, cela pouvait en surprendre plus d’un. La blonde avait espéré la jouer propagande, on prône la paix et l’amitié entre les maisons et tout le tintouin, histoire de s’en sortir un peu mieux. Mais une Vega au bras de Sacha qui se révélait au milieu du bal ne pas être Sacha mais Toulouse, là, ça allait jaser sérieusement ! C’était à peine croyable qu’un Gryffondor ait pu connecter ses deux neurones, il avait fallu que ça soit pour être le plus nuisible possible, bien sûr.

Deuxième grincement de dents en une poignée de secondes. La jeune fille avait passé des heures à apprendre à Sacha à danser correctement alors qu’elle avait bien mieux à faire, tout ça, pour rien. Pire,  techniquement, Toulouse lui avait déjà servi de partenaire de danse, mais il fallait légèrement rappeler qu’ils devaient avoir neuf ans à l’époque ! Et son clin d’œil au lieu d’être rassurant ne faisait que la rendre plus méfiante encore. Vega n’arrivait pas à croire qu’elle ait un jour pu trouver les métamorphoses débiles de Toulouse amusantes.

Elle profita donc du portoloin pour hurler sa frustration un bon coup dans un juron particulièrement fleuri qui en aurait fait pâlir plus d’un.  Quand ils posèrent à nouveau le pied au sol, il était temps de refaire bonne figure.  Et c’était étonnamment facile en découvrant le palais Solus.  Elle était ravie d’avoir opté pour une longue tresse sur le coté, très peu pour elle, l’effet algue des coiffures de certains convives.  Le décor lui convenait, ils étaient arrivés pile au bon moment pour faire une entrée remarquée  et la poufsouffle se sentait presque enclin à faire preuve de bonne volonté envers son cavalier. Presque.  Pendant environ trente secondes, le temps de tourner la tête vers l’à présent faux roux et de voir son expression. Il avait beau avoir revêtu l’apparence de Sacha, Toulouse gardait toujours cette lueur dans le regard qui lui était propre- c’était encore plus perturbant de voir « Sacha » avec une tête pareille-. La tête qu’elle avait bien trop souvent vu du Toulouse sous le point de faire une bêtise.  Pas dupe pour une mornille, elle resserra sa prise sur son bras, hors de question qu’il la laisse en plan comme ça.

« Aww, c’est mignon mais je préférerais aller danser pour l’instant. Je ne voudrais pas risquer de te perdre dans la foule.  Au pire, je te lance un incarcerem! »

Vega lui faisait toute la comédie, avec battements de cils et minauderies pour lui rendre la monnaie de sa pièce. Elle avait beau faire passer tout ça pour une plaisanterie, elle était on ne peut plus sérieuse à propos de sa menace tandis qu’elle trainait, à son tour, son partenaire vers les danseurs.  Elle fit semblant de rajuster le costume de son faux petit ami pour pouvoir parler librement.

« Si tu étais venu en cours, tu saurais que tu portes une culotte de grand-mère. Espérons  que les mites ne te trouveront pas à leur goût. »

Bon, ce n’était pas vrai, c’était un drap qu’elle avait restauré et nettoyé mais, ça, ce cher Toulouse n’avait pas à le savoir ! Ca lui apprendra à piquer ses devoirs.

« Et une dernière chose. Ne m’appelle plus jamais « Princesse », compris ? »

La blonde releva la tête pour lui offrir son sourire le plus radieux avant de faire claquer bruyamment un talon aiguille contre le marbre comme avertissement de ce qui lui arriverait au moindre faux pas. Pour Vega, tout était une compétition, et il était hors de question de perdre. S’ils étaient sur la piste de danse, ils devaient éclater tous les autres.


ω She is the girl with a fairytale's face but her mouth screams like a wolf's.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unité
& sorcier



avatar
Toulouse C. Lexarke
Messages : 80
Localisation : Tu ne veux pas savoir
Date d'inscription : 04/04/2015




Message
Sam 25 Juil - 12:07
Loupé. La blonde avait vu clair dans son jeu et d'une interception digne d'un des meilleurs gardiens de Quidditch, elle avait rattrapé Toulouse avant qu'il ne réussisse à s'enfuir en l'agrémentant au passage d'une menace qu'elle mettrait à exécution sans hésitation, vu son regard de poisson mort. En plus de ça elle le traîna sur la piste de danse et il se mit à bougonner pour montrer sa désapprobation. Techniquement il était dans le rôle, il n'avait que rarement eu l'occasion de parler à Sasha, mais il n'avait pas l'air d'un type qui aimait danser ou bien qui se laissait traîner avec le sourire aux lèvres.

D'un autre côté, il préférait encore danser plutôt que de rester assit sans rien faire plus de cinq minutes, chose qu'il était parfaitement incapable de faire. Il du retenir un regard mauvais quand elle lui annonça ce qu'il portait et l'interdit de l'appeler princesse. C'était de la provocation à ce niveau là. Une invitation à l'appeler tout comme il le voulait. Lorsqu'elle eu fini son cirque, il la prit par la taille comme l'exigeait la danse, par la main également et il prit les commandes. Il n'allait pas se laisser mener par elle.

-Une culotte de grand-mère. Pas de doute, je reconnais bien là tes goûts harmonieux et remplis de classe, princesse.

Il eut un petit sourire innocent.

-Désolé chérie, ça m'a échappé.

Toulouse dansait avec élégance, il s'était amélioré depuis leur enfance vu que son père s'acharnait toujours à l'emmener dans ses réceptions, prenant comme excuse que même sa mère faisait l'effort et avec la motivation à peine dissimulée de faire en sorte que Toulouse finisse par s'y intéresser un tant soit peu. La seule différence avec avant était que désormais il n'avait plus Vega comme partenaire. Pas que ça lui manquait, d'ailleurs, mais il avait encore des souvenirs pas trop mauvais, vu la personne avec laquelle il les partageait.

-Tu te fais du mal tu sais ? La bonne réussite de ta soirée dépend de moi, je suis assez sympa pour te sauver la mise en souvenir du bon vieux temps, alors n'essaye pas de tout contrôler, tu sais que j'ai horreur de ça.

Toulouse n'aimait pas le contrôle, il aimait laisser les situations dériver au fur et à mesure et improviser en conséquence. C'est quand Vega était devenue une pimbêche arrogante, manipulatrice mais pire que tout, control freak, que Toulouse avait décidé que prendre ses distances était beaucoup mieux pour sa santé mentale. Cependant, ce soir, c'est son bon vouloir qui allait permettre ou non à Vega de passer une bonne soirée. En soit il n'avait pas envie de lui pourrir la vie, parce que ce n'était pas son genre, mais il avait aussi sa fierté et il n'aimait pas être privé de sa liberté.

Il aurait aimé que Vega profite de la soirée comme une personne normale, pas comme la fille obsédée par les images qu'elle était devenue. Qu'elle s'amuse. Qu'elle laisse l'imprévisible rendre sa soirée plus belle. Au lieu de ça il avait pour cavalière une chose étrange qui lui donnait plus envie de s'enfuir à toute jambes que de faire des efforts pour rester tranquille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Poufsouffle
& Préfet(e)



avatar
Vega R. Eastwood
Messages : 46
Date d'inscription : 16/05/2015




Message
Dim 9 Aoû - 22:15
Vega aurait presque ri face à l’expression du faux Sacha avec cette histoire de culotte mais cela aurait vendu la mèche.  Il y avait cependant dans son regard toute la satisfaction de voir Toulouse agacé et, surtout, obligé, lui aussi, de faire bonne figure.  Il n’y avait pas de raison ! Quand ils étaient petits,  lorsque le garçon voulait grimper à un arbre, elle essayait toujours de l’y rejoindre, esprit de compétition bon enfant oblige. Peut être restait-il ce soir une trace de cela dans son attitude. Si Toulouse voulait jouer, elle devait l’égaler.

Soudainement, les premières notes d’une valse se firent entendre et la jeune fille se concentra pour éviter le désastre imminent de cette danse. Vega avait  indubitablement un sale caractère digne d’un magyar à pointes mais on ne pourrait jamais lui retirer sa détermination. Si Toulouse n’était pas à la hauteur, elle était préparée à mener la danse et ce même s’il elle devait tout faire à l’envers et perchée sur des talons aiguilles ! Pourtant, à sa grande surprise, son cavalier ne fit pas le moindre faux pas. Même il évoluait parfaitement en rythme, sans efforts. Alors qu’elle s’attendait à devoir le trainer comme un boulet décoratif, Toulouse faisait en réalité preuve de… bonne volonté ?! Sincèrement surprise, elle laissa tomber le masque et haussa un sourcil interrogatif en suivant ses pas avant de s’en rendre compte et faire comme si de rien n’était.  Plus méfiante encore et déterminée à ne surtout pas se laisser avoir aussi facilement à l’avenir.  

Vega pouvait probablement supporter ce surnom débile, difficilement, peut être et en serrant les dents, mais quand Toulouse reprit la parole, c’était la goute qui faisait déborder le chaudron.  Vega lui adressa son sourire le plus étincelant mais ses yeux ne lançaient pas d’éclairs, son regard était aussi glacial et dur que l’acier.

« Oh, pardon, tu as raison. Il fallait que je te fasse un joli sourire et que je rie à tout ce que tu racontes en battant des cils ! Mon héros qui vient à mon secours~! »

Si toute à l’heure, ils jouaient la comédie même avec une mièvrerie excessive pour dégoûter l’autre, cette fois, le sentiment était différent.  Ce n’était plus un tacle puéril, elle le voulait vraiment comme une provocation et chaque paroles sucrées ne faisaient que faire ressortir son sarcasme. Elle allait trop loin. Il y avait une part de vérité dans les propos de son partenaire et elle le savait mais elle refusait de l’accepter. Cependant, Lexarke n’était pas Sacha, si elle pouvait faire ce qu’elle voulait du second vu qu’il avait peur d’elle, cela n’était pas le cas du premier. Son chantage n’était pas suffisamment fort pour le museler, ce n’était pas après tout la première fois que le roux manquait de se briser la nuque ou autre en se comportant comme une parfaite andouille, et ses parents le savaient bien. Le retour de flamme était largement possible mais c’était plus fort qu’elle et elle était incapable de se retenir.  Ce qui était qu’une simple remarque, même un conseil sans animosité devenait pour elle une véritable menace. Et forcément,  ça enclenchait son éternel mécanisme de défense. Pour la blonde, la meilleure défense avait toujours été l’attaque !

« Non, mais tu te fiches de moi là !? »

La préfète accéléra le rythme de ses pas, en voulant mener la danse.  Ses mots claquaient aussi furieusement que ses talons sur le marbre du palais.

« Je t’en ficherai du bon vieux temps ! Sérieusement, c’est quoi ton problème ! Est-ce que tu as la moindre idée de ce que cette soirée représente pour moi ?  Et toi tu te pointes comme ça ! »

Depuis longtemps, Vega avait décidé de ne plus faire confiance, à personne. C’était un risque d’avoir embarqué le gryffondor avec elle dans tout ça mais elle l’avait quand même fait. Parce qu’elle avait trop envie d’aller au bal, que peut être, avec Lexarke, il y aurait la possibilité de passer la soirée avec quelqu’un qu’elle ne détestait pas vraiment, oui.  Mais elle n’aurait jamais pensé que Toulouse lui ferait ce genre de sale coup. Elle devrait le laisser se faire bouffer par son stupide calamar géant...


ω She is the girl with a fairytale's face but her mouth screams like a wolf's.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unité
& sorcier



avatar
Toulouse C. Lexarke
Messages : 80
Localisation : Tu ne veux pas savoir
Date d'inscription : 04/04/2015




Message
Lun 10 Aoû - 15:26
Toulouse laissait Vega parler, de toute façon il préférait ne pas se risquer à l'interrompre. Elle risquait d'exploser. Il ne la laissa pas reprendre le contrôle, la retenant fermement pour qu'elle ne dépasse pas le rythme en voulant jouer encore à la control freak. Elle devrait se calmer et cesser de se sentir menacée à tout va, Toulouse n'était pas un sale type, il ne voulait pas lui gâcher la soirée, mais en échange il souhaitait juste qu'elle ne lui gâche pas la sienne.

-Calme toi Princesse, on est à un bal et on s'amuse, alors sourit un peu aux photographes. J'ai envie que tu passes une bonne soirée, mais j'ai juste pas envie que ça soit au détriment de la mienne, alors s'il te plait détend toi un peu, j'ai l'impression de danser avec un bout de bois.

Il ne savait pas si c'était le fait qu'il critique sa façon de danser ou son refus de le laisser passer une bonne soirée qui fit tout exploser autour d'eux, mais soudainement, alors qu'il la faisait tourner, il se sentit tourner lui aussi, comme agrippé au niveau du nombril par un crochet qui ne le lâcha qu'en pleine tempête, sur un sol instable alors qu'une pluie drue lui fouettait le visage. Une énorme vague vint alors s'écraser sur lui et Vega qu'il serra instinctivement contre lui pour qu'elle ne se fasse pas emporter, puis il regarda enfin autour de lui, la lâchant pour aller se cramponner à la première chose qu'il trouvait, à savoir le bastingage d'un navire.

-Nom de. VEGA ! C'est toi qui a fait ça ?

Il n'était même pas fâché. Devant lui, la mer, ou bien l'océan, il ne savait pas trop, mais en tout cas, une énorme étendue d'eau en colère, mouvante, renversante qui semblait vivante et gonflait sous le vent et les éléments déchaînés. Si le sol était instable, c'est tout simplement parce qu'ils n'étaient plus sur la terre ferme, mais sur un bateau bringuebalé par les éléments. En plus ça sentait le poisson et le filet de pêche rempli étalé sur le pont y était sans doute pour quelque chose. Ses yeux se mirent alors à briller de façon inquiétante.

-Mais. C'est GÉNIAL ici !

Une voix dure commença alors à leur hurler dessus dans une langue totalement inconnue et Toulouse s'en désintéressa donc aussitôt, préférant aller visiter les lieux, restant fermement agrippé au bastingage à chaque fois que les vagues menaçaient de les faire sombrer. Il ne s'y connaissait pas bien en bateau et encore moins en bateau de pêche moldu, mais celui-ci n'était pas très grand, il n'y avait pas beaucoup de marins à bord, mais beaucoup de poisson. Ça c'est de l'aventure.

Il se demanda soudain si Vega était encore vivante et tâcha de la retrouver, hurlant son nom dans la tempête, pas certain qu'elle l'entende, mais pas inquiet non plus. Il était même très joyeux de la tournure des évènements. Soudain, il vit une bouée dont la corde était accrochée au navire et il se demanda ce que ça faisait d'être au milieu des vagues, juste accroché à cette bouée, en pleine tempête. Peut-être qu'il y avait des requins ? Ou un léviathan ? Il se dirigea vers cette bouée, comme hypnotisé par l'idée tentante de se jeter à l'eau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Poufsouffle
& Préfet(e)



avatar
Vega R. Eastwood
Messages : 46
Date d'inscription : 16/05/2015




Message
Sam 22 Aoû - 22:58
Deux secondes plus tôt, Vega était sous le point de sortir sa baguette de son sac pour la planter dans le nez de son petit-ami factice. Mais aussitôt, ils furent happés et elle laissa tomber sac et baguettes, restés au palais. Mais oui Toulouse, bien sûr, elle avait miraculeusement appris à transplanter en deux secondes et choisi de quitter la soirée de l’année pour atterrir au beau milieu d’une tempête sur un bateau pourri de moldu juste pour ses beaux yeux !  C’était sans doute ce genre de réplique plein de sarcasme dont elle l’aurait gratifié. Pourtant, rien de tel ne quitta sa bouche sinon un hoquet de surprise misérable d’avoir bu la tasse.

Si son cavalier avait l’air plus que ravi, la sorcière restait immobile comme une statue, le regard fixé sur ses pieds trempés coincés dans un morceau de filet.  La poufsouffle avait passé des semaines à choisir sa robe de soirée avant de porter son choix sur une robe longue. Autrefois, le drapé de celle-ci ondulait doucement en imitant les vagues, donnant l’illusion que l’écume ponctuait chaque pas de la jeune femme.  Maintenant, la mousseline de soie blanche trainait sur un sol à la propreté inexistante. Et, cerise sur le gâteau, sur le tissu gisait un poisson ayant clairement rendu son dernier, ou plutôt, premier soupir.  Son regard passait alternativement de sa  traine bousillée au poisson et son œil mort. Aucun sortilège de nettoyage ne pourrait jamais la rattraper ou chasser l’odeur du tissu.  Robe. Poisson. Robe. Poisson…  

C’était l’illustration faite sorcière de l’expression « le calme avant la tempête. » Une grosse voix bourrue la tira de sa transe en se mettant à leur crier dessus. Elle estimait avoir été patiente- ahah non- jusque là mais trop c’est trop, la demoiselle avait toujours eu horreur qu’on lui hurle dessus.  Elle releva lentement la tête vers le responsable. Elle avait les cheveux plaqués en vrac sur le visage mais elle arrivait à avoir l’air terrifiant. Le grudge en ciré jaune.
Ils allaient comprendre pourquoi on donne des prénoms aux tornades et autres cataclysmes.

«CA VA PAS DE CRIER SUR LES GENS COMME CA ! TU TE PRENDS POUR QUI ?! »

Quelqu’un de normal aurait certainement paniqué de se retrouver propulsé au milieu de nulle part. Quelqu’un de normal, oui, mais pas Vega.  Elle, elle préférait s’engueuler avec les matelots tandis que Toulouse s’éclipsait. Si la préfète ne parlait pas la langue, elle compensait largement en volume, en hurlant deux fois plus fort sur le marin. Elle ne se laissait pas démonter et même si elle faisait la moitié du moldu, elle semblait prête à en venir aux mains.

« Toulouse ! Comment on dit «J’ai pas fini de parler espèce de raclure de bidet»  en finlandais ?!»

Aboya-t-elle à son camarade d’infortune, comme si celui-ci pouvait savoir ce genre de chose.  Bien entendu, la blonde ne reçut pas la réponse espérée, en réalité, elle ne reçut aucune réponse de la part de son cavalier. Elle jeta un bref coup d’œil par-dessus son épaule pour le localiser et force de constater qu’il s’était envolé lui aussi. Elle avait cru l’entendre il y a deux secondes et subitement, pouf, plus de Toulouse ! Vega devrait vraiment envisager de lui trouver une corde ou une cloche.  Et Toulouse ne serait pas Toulouse s’il n’avait pas profité de ce laps de temps pour faire la chose la plus stupide qui lui passait par la tête. Du genre, se pencher à la rambarde du bateau pour se jeter à l’eau. Subitement prise de panique, Vega abandonna le marin et sprinta aussi vite que lui permettait ses chaussures et la houle, manquant de se casser la figure plusieurs fois.  Une fois assez proche, elle prit son élan avant de sauter sur le dos du gryffondor et de s’y accrocher comme si sa vie en dépendait.
Changement de plan : Ne surtout pas laisser Toulouse se faire bouffer par son stupide calamar géant !

« MAIS T’ES COMPLETEMENT MALADE OU QUOI ! TU SAUTES, J’TE TUE! COMPRIS ?! »

Sa voix devait frôler l’hystérie tandis qu’elle lui vrillait les oreilles complètement tandis qu’elle faisait de son mieux pour solidifier sa prise, même si elle perdait un talon au passage. Si Vega l’empêchait de se noyer comme un crétin c’était uniquement parce qu’elle ne voulait pas rester toute seule avec les moldus, des moldus qui ne parlaient pas anglais. Bien sûr. Rien d’autre. Tout était sous contrôle et elle ne paniquait pas !


ω She is the girl with a fairytale's face but her mouth screams like a wolf's.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unité
& sorcier



avatar
Toulouse C. Lexarke
Messages : 80
Localisation : Tu ne veux pas savoir
Date d'inscription : 04/04/2015




Message
Dim 23 Aoû - 19:55
Pris dans son inspiration légèrement suicidaire, Toulouse avait déjà commencé à prendre la bouée lorsque quelqu'un lui sauta sur le dos en hurlant. La personne qui lui avait sauté sur le dos avait été fortement mal inspiré de le faire, car non seulement il s'en retrouva déséquilibré, mais en plus une vague venue dans son dos additionné à un violent tangage provoqué par ladite vague le fit proprement passer par dessus bord. Heureusement, les réflexes de Toulouse firent qu'il ne lâcha pas la bouée et il espéra de toutes ses forces que la personne qui s'accrochait à lui avait eut la même idée et resterait fermement accroché à sa personne.

La chute dans l'eau ne fut pas vraiment longue, l'eau les rattrapa à une vitesse vertigineuse et les avala un moment avant que la bouée ne remplisse son office pour les faire remonter. Toulouse aspira une grande goulée d'air salé et mouillé et s'agrippa à la bouée comme si sa vie en dépendait, ce qui était totalement le cas. La houle menaçait de le submerger à nouveau, des vagues énormes s'écrasaient sur lui et il devait avouer qu'il n'avait aucun contrôle sur rien, ce qui l'enchantait et le terrifiait également. Il aurait voulu tenir sa baguette dans sa main pour pouvoir lancer un sort, mais malheureusement il ne savait même pas si elle avait réussi à rester dans sa poche et ne pouvait pas risquer de lâcher une main pour vérifier.

Sur le bateau, l'agitation régnait, des gens les avaient vu passer par dessus bord et visiblement ils allaient essayer de les secourir. Ou bien couper la corde, il ne les connaissait pas, peut-être étaient des pirates qui pêchait pour assurer leur subsistance après tout, même si ça serait étonnant.

Il s'inquiétait aussi de la personne qui lui avait sauté dessus, il craignait connaître son identité grâce aux hurlements sans aucun sens qui lui avait été adressé avant qu'ils ne soient happés par la vague. Or, si Toulouse ne s'inquiétait que rarement de sa propre survie, celle de Vega l'effrayait beaucoup plus. Il détesterait qu'elle se noie. Malheureusement, il pouvait à peine ouvrir les yeux plus de quelques secondes à cause de l'action combiné de la pluie drue et des vagues qui lui envoyaient du sel dans les yeux, le nez, la bouche.

-VEGA ?! réussit-il à hurler pendant quelques secondes de répit qui précédaient habituellement l'arrivée d'une monstrueuse vague pleine d'écume.

Tout fut noir à nouveau pendant un instant tandis qu'il se faisait écraser par le poids des vagues. Il tenta de se rassurer en se disant que quoi qu'il arrivait, elle devait avoir sa baguette et s'en servirait en cas de problème, puis il battit des jambes pour remonter, aidé de la bouée. L'univers était tellement sans dessus dessous qu'il ne savait même pas si elle était encore accrochée à son dos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Poufsouffle
& Préfet(e)



avatar
Vega R. Eastwood
Messages : 46
Date d'inscription : 16/05/2015




Message
Jeu 22 Oct - 23:26
Il paraitrait que parfois, le temps était presque capable de s’arrêter ou c’était l’impression qu’il donnait. On pourrait voir les secondes s‘étirer indéfiniment dans les derniers instants d’un match de Quidditch où on tentait le tir à la dernière seconde et où tout le monde retenait son souffle. Ou encore quand on trouvait l’être aimé au milieu d’une foule. Si c’était le cas, Vega aurait préféré que son moment d’éternité soit quelque chose d’un peu plus spectaculaire ou dramatique que ce qu’elle vivait maintenant, mais apparemment, comme pour tout le déroulement de cette soirée, l’univers se fichait bien de ce qu’elle voulait. Ainsi, sa chaussure gauche sembla glisser au ralenti avant de finir sa course dans l’océan dans un PLOUF sonore. La seconde d’après, les deux adolescents reproduisaient exactement le même schéma dans un plongeon spectaculaire. Forcément, le bateau n’était pas des plus stable à la base et quand on se prenait comme projectile une préfète à pleine vitesse, c’était un allé simple pour les profondeurs marines.

L’impact avec l’eau glacée lui fit l’effet d’un coup de poing au ventre et au visage. Et sur le coup de la surprise et de la douleur du choc, elle ne put s’empêcher d’ouvrir la bouche et d’échanger son souffle contre une rasade d’eau salée dans les bronches. Par instinct, elle essaya d’attraper sa baguette à tâtons avant de réaliser qu’elle avait du la laisser à Londres. Ses doigts glissèrent contre le tissu lisse et trempe du ciré de Toulouse, ça n’avait jamais été pensé pour s’y accrocher comme tissu, c’était même plutôt l’inverse.

Il fallait qu’ils restent ensemble, c’était ce qu’elle lui avait dit mais ses mains finirent par se dérober pour de bon et elle sentir le moment précis où elle lâcha prise et où les courants marins la balayèrent aussitôt. Elle lui avait hurlé qu’elle le tuerait et au final, c’était peut être ce qu’elle venait de faire en se précipitant comme une folle furieuse. C’était peut être l’idée qui la terrifiait plus que tout le reste, plus que la noirceur ambiante, le froid, l’océan qui la faisait tournoyer dans tous les sens au point de ne plus faire la différence entre le haut et le bas. L’idée que Toulouse était dans le même cas. A cause d’elle.

C’était stupide comme réaction. Elle avait été stupide. S’inquiéter pour quelqu’un c’était la garantie de faire des choses idiotes et elle le savait mieux que quiconque. La blonde avait pourtant vu Toulouse à l’œuvre des centaines de fois, à croire que son instinct de survie était inexistant. Malgré tout cela, son sang s’était quand même glacé en le voyant se pencher vers l’avant et elle n’avait pas réfléchi. Ca avait été plus fort qu’elle et elle, la grande Vega Eastwood, avait paniqué, tout bêtement.

L’eau qui lui brulait déjà les poumons s’attaque immédiatement à ses yeux quand elle les ouvrit sur l’eau. La logique aurait été de regarder les bulles pour trouver le sens vers lequel se trouvait mais la préfète se concentrait pour garder les yeux ouverts, à la recherche du garçon. Plus haut, elle aperçut une tache jaune qui devait être le métamorphomage et si son corps lui semblait pesait une tonne de plomb sous l’eau, elle aurait juré être un peu plus légère dans cet instant. Avec grande difficulté, elle parvient à regagner la surface et fut récompensée par une brève image de son ancien ami d’enfance, avec son vrai visage à lui. Pendant environ, une seconde ou deux ? Elle lui faisait face et en conséquence ne vit absolument pas la vague s’abattre violement jusqu’à ce qu’il soit trop tard et qu’elle fut entrainée, sonnée, vers le fond sans avoir pu reprendre son souffle.


ω She is the girl with a fairytale's face but her mouth screams like a wolf's.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unité
& sorcier



avatar
Toulouse C. Lexarke
Messages : 80
Localisation : Tu ne veux pas savoir
Date d'inscription : 04/04/2015




Message
Dim 25 Oct - 12:53
Toulouse en était sur à présent. Il y avait un problème. Il avait réussi à garder les yeux ouvert suffisamment longtemps pour regarder derrière lui et ne rien trouver. Il était sûr que quelqu'un avait plongé avec lui car au moment de la chute, avant que le haut et le bas ne se mélange, il avait sentit quelqu'un s'accrocher à lui. Maintenant, dans l'univers sans dessus dessous, il avait peur pour la personne qui lui avait sauté dessus et était certain qu'il s'agissait de Vega. Quelqu'un de sensé comme un marin l'aurait simplement tiré par le col pour le ramener sur le bateau. Aussitôt, il paniqua.

-VEGA ! hurla-t-il de toute la force de ses poumons.

Le sel lui brûlait les yeux, mais il continuait de regarder autour de lui, pour avoir un signe, quelque chose qui lui indiquerait où se trouvait son amie d'enfance. Il lui semblait l'avoir vu juste avant que la vague ne s'abatte, mais impossible d'en être sûr avec la pluie torrentielle qui cherchait à tout prit à l'aveugler. Tant pis, il ne pouvait pas la laisser mourir si jamais c'était bien elle.

Heureusement, il avait encore sa baguette sur lui et se dépêcha de la prendre en main, serrant de toutes ses forces, avant de plonger sous l'eau, lâchant la bouée malgré les hurlements qu'il entendait de la part des marins. Il n'y comprenait rien de toute façon. Sous l'eau, tout était noir. Le ciel était bien trop couvert pour qu'ils puissent voir quelque chose à plus d'un mètre sous la surface. Cependant, il n'avait pas besoin d'y voir pour lancer un sortilège. Il se concentra plus fort que jamais puis, dans sa tête, il lança son sortilège.

Accio Vega !

Aussitôt, quelque chose remua vers lui et lui indiqua que son sort avait fonctionné. En un rien de temps, il vit Vega remonter vers lui dans ciré jaune et il n'attendit pas plus longtemps pour nager à sa rencontre également. Il l'attrapa d'un bras, puis leva sa baguette pour appeler à lui la bouée qui eu assez de bonne volonté pour coopérer. Il se laissa alors tirer par le haut avec sa camarade de classe en la gardant fermement contre lui jusqu'à ce qu'ils soient à l'air libre.

-VEGA ! VEGA PAR MERLIN, RESPIRE !

Il paniquait, il devait l'avouer. Il avait déjà été dans des situations absolument effroyable. Il avait été griffé, mordu, piétiné et blessé si grièvement qu'il s'était fait des amis chez les infirmières de Sainte Mangouste. En revanche, il n'avait été dans une situation où quelqu'un d'autre été blessé, car même avec Dick, ils s'en sortaient toujours tous les deux en suffisamment bon état pour en rire immédiatement après. Mais Vega n'avait sans doute jamais été dans cette situation, elle ne savait pas comment survivre et faisait à Toulouse l'effet d'un chaton sans défenses, en train de se noyer.

-ET VOUS LA ! RESTEZ PAS PLANTE LA ET REMONTEZ NOUS VOUS VOYEZ PAS QU'ELLE VA SE NOYER ? rugit-il en anglais aux marins stupides qui ne s'agitaient décidément pas assez à son goût.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas

[BUMBYDAY] Un espadon peut, en réalité, servir d'épée [Vega]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: Extérieur :: Lac Noir :: Bumblebee Day
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥