Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Life is strong and fragile. It's a paradox. ~ Nathanaël Swan ♪

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Invité



avatar
Invité



Message
Dim 19 Juil - 2:17

Nathanaël
B.
Swan

There once was a boy named Harry

Prénoms ϟ Nathanaël Blue Swan, mais j’essaie de toujours me faire appeler Nathan, ou Blue.
Âge ϟ 15 ans
Nationalité ϟ Anglaise
Origine ϟ Sang-mêlé !
Année d’étude ϟ Cinquième
Options ϟ Divination et soin aux créatures magiques, quelle question ?
Maison ϟ Poufsouffle

Destined to be a star


Baguette Magique ϟ Un bout de bois de 29,68cm, pas un seul décimètre de plus, délicatement ciselé dans un bois des ceps de vigne, dont le cœur n’est guère insolite, avec son crin de licorne tout ce qu’il y a de plus ordinaire.
Patronus ϟ Un splendide tigre des neiges.
Odeur de l'Amortentia ϟ Une douce odeur de bois qui brûle, mêlée à celle de la myrrhe et de la pêche.
Forme de l'épouvantard ϟ Un poupée en porcelaine. Vous savez, ces poupées au regard vide et fixe qui semble vous suivre des yeux ? Avec des cheveux trop bien coiffés qui donne l’impression que cette poupée doit être hantée pour pouvoir se maintenir propre ? Non, vous ne voyez pas ? Malheureusement, mon épouvantard si.
Reflet du miroir du Riséd ϟ Ce que je vois dans cette glace… Ma sœur me serrant dans ses bras. Seulement, la blague, c’est que ce n’est qu’un fichu reflet.
Peut voir les Sombrals ϟ Non, heureusement pour moi. Tout ce que je vois, ce sont des calèches qui avancent toutes seules.
Matière préférée ϟ La métamorphose, bien que peu à peu le soin aux créatures magiques que j’ai découvert il y a deux ans commence à gagner du terrain sur mes préférences.
Friandise favorite ϟ Les plumes en sucre. Je ne supporte pas travailler sans manger ! Heureusement que ça ne se ressent pas sur ma ligne d’ailleurs, j’aurais des remords.
Sortilège favori ϟ Avis. Parce que rien ne vaut la capacité de faire apparaitre des oiseaux, quand on s’ennuie. Enfin si, ça rivalise avec Sidereum, ce sort, c’est féérique.
Potion favorite ϟ Le philtre de paix, clairement. Beaucoup trop d’angoisse dans un si petit corps –pas si petit que ça-.
Créature favorite ϟ Les boursouflets. C’est vraiment trop mignon, et même si je garde mon avis pour moi pour protéger ma virilité, je trouve vraiment ces bestioles adorables.
Plante favorite ϟ Les prunes dirigeables. C’est cool une plante qui vous empoisonne pas, qui tente pas de vous tuer, ou qui ne fait pas exploser ses pustules. En plus, c’est pas mauvais ces trucs.
Sorcier célèbre en modèle ϟ Cliodna, pour sa capacité d’animagus oiseau que j’admire. Je ne suis pas du genre à aimer des modèles… J’ai bien trop tendance à me détruire totalement face en m’y comparant, plutôt qu’en m’en inspirant.

La renommée est une amie bien peu fidèle.


A la troisième personne pour une question d’objectivité

___Nathanaël a toujours été de ces gosses qui veulent profiter de la vie. Joyeux et volontaire, il ne dit jamais non face à la possibilité d’être heureux, et fuit la tristesse et l’abandon le plus loin possible. Pour lui, la vie ne doit être qu’une vaste blague, qu’il faut exploiter jusqu’à la moelle pour rendre son âme en toute tranquillité une fois les soixante balais passés. Il aime donc rire pour un oui ou pour un non, faire tout ce qu’il peut pour s’amuser, et vivre le plus joyeusement possible. Oui, il a tout pour appliquer ce bon vieux carpe diem et profiter pleinement de sa vie de bout en bout.
___Mais Nathanaël est paradoxal
___Appelez ça comme vous le souhaitez ; antithétique, illogique, contradictoire. D’autres diraient idiots. Mais il est simplement impossible de lui figer un caractère précis tant il est changeant. Variable. Ce qui fait sa personnalité ne semble qu’une accumulation de variables, toutes indépendantes les unes des autres. Evidemment, le pauvre garçon n’en a pas la moindre idée ; mais il est parfois difficile à suivre à cause de cette tendance à paraitre aléatoire, du moins pour ceux ne le connaissant pas.
___Car au moins une chose est certaine et logique dans son comportement ; il ne change pas. Il évolue au fur et à mesure, il s’assagit, mais jamais il ne change d’une heure à l’autre sur ce qu’il pense, ni ses façons de réagir. C’est peut-être une cause de son côté buté ; une fois décidé concernant une chose, il refuse de la lâcher. De même pour ses goûts ; lorsqu’il aime quelque chose, c’est pour toujours. Les pommes, la métamorphose, les animaux, la musique ; une fois en amour, il ne s’en détachera jamais. En revanche, il peut apprécier une autre chose, et la haïr quelques jours plus tard. Nathanaël est la nuance même d’apprécier et d’aimer.
___En tout cas, c’est aussi une de ses façons de profiter de la vie ; aimer pleinement et entièrement. Pourtant, c’est bien un des points qui lui gâchent la vie. Pourquoi ? Oh, simplement car notre petit fait aussi cela avec les êtres vivants. Il fait aussi cela avec les personnes. Je vous laisse imaginer les dégâts que cela peut faire… Une pomme ne refusera pas de faire partie de sa vie. Les êtres humains sont imprévisibles. Destructrice imprévisibilité.  Cela a créé d’étranges paradoxes chez Nathanaël. Tel que son besoin irrépressible d’affection et d’amour, atrocement confronté à sa peur panique de perdre quelqu’un.
___Et malheureusement pour lui et son entourage, c’est loin d’être ses seuls soucis d’opposition. Son indécision en fait les frais ; car s’il est capable de ne jamais savoir comment agir, il a tendance à rester immobile face au besoin de prise de décision. Pourtant, il est aussi totalement capable d’agir en véritable tête brûlée et de foncer sans réfléchir aux conséquences. Comment savoir de quelle façon il va réagir ? C’est presque impossible, et lui-même ne saurait le dire. En général, c’est vers cette explication qu’on comprend pourquoi il est si difficile de le suivre, surtout lorsque nous ne le connaissons pas.
___Ce qui fonctionne le mieux pour réussir à le déchiffrer et comprendre qu’il n’est pas fou reste purement et simplement la communication sans doute ; d’un naturel très franc, Nathanaël déteste mentir –et par extension, les menteurs-. Il n’hésite jamais à dire ce qu’il pense réellement, et serait capable de vous asséner une bonne droite si vous osez lui mentir dans le blanc des yeux. Ce trait de caractère pourrait donc faire ressortir son assurance et sa confiance en lui.
___Si seulement c’était si simple.
___Malgré sa capacité à ne jamais cacher la vérité, c’est un adolescent qui se sent très facilement mal à l’aise et loin d’être à sa place. Pourquoi ? Simplement car il a un cruel manque de confiance en lui. Pourtant, il ne devrait pas avoir à s’en faire. Concernant les cours, il est doué, surtout dans les matières qu’il aime tels que la métamorphose, le soin aux créatures magiques et la divination, et ne rechigne pas à travailler, même si pour cela il a besoin de sa dose de sucre ; il est aussi un bon orateur  lorsqu’il a dû en faire preuve, et sait se faire apprécier –lorsqu’il n’a pas fait fuir les gens par ses paradoxes-. Mais c’est ainsi ; il n’est pas capable de se faire confiance. Sa maladresse ne l’aide pas ; il est de ceux qui cassent sans cesse des objets, tombent à longueur de temps et mettent accidentellement les deux pieds dans le plats avec les gens. Combien de fois a-t-il pu prier pour s’enterrer tout au fond d’un terrier de gnome. Ce manque d’estime de lui-même, s’il ne l’a pas plongé dans la timidité maladive -c’est déjà ça-, l’a privé de tout réflexe de charmeur ou de séducteur. Pourtant, ce n’est pas le physique qui lui fait défaut, loin de là avec son regard vert émeraude ravageur -tirant sur le doré selon la luminosité- et ses cheveux châtains en batailles, sans compter son mètre soixante-huit à seulement quinze, bâtit tout en finesse ; mais il n’est pas de ceux qui iront aborder de jeunes demoiselles pour leur proposer de passer un après-midi ou une journée ensemble.
___Malgré tout cela, Nathanaël est une personne très passionné ; il aime en général ce qu’il entreprend, et le vit à cent pour cent. Non, deux cent pour cent. Il s’y investit et y met tout son cœur ; bref, il est à fond. Pourtant, il est non seulement extrêmement désorganisé, mais en plus  il n’ose pas toujours se lancer et oser. Ce n’est pas rare d’assister à un débat interne lorsque l’on soumet Nathanaël à ce genre de situation, où il faut qu’il décide de tenter, et cela se remarque aisément ; il garde les yeux dans le vide, souvent les bras croisés, se mord les lèvres et crispe ses mâchoires. Parfois, c’est une véritable bataille contre lui-même.
___Mais cette bataille n’est de loin pas sa pire. Malheureusement. Non, malheureusement, sa plus grande bataille interne est purement émotionnelle. Car si l’adolescent est un joyeux bonhomme croquant la vie à pleines dents, il est aussi d’une grande tristesse, notamment face à sa solitude. Alors s’il est généralement plein de vie et heureux, parfois, même sans raison apparente, son visage s’obscurci, et celui qui veut profiter de la vie s’efface face au poids de sa peine. Surtout que Nathanaël est du genre à toujours tout amplifier, en bien comme en mal ; quand il est heureux, il peut facilement frôler l’état de jeune fou surexcité. Tandis que lorsqu’il est triste… Eh bien disons qu’être tristounet, ça n’existe pas avec notre garçon.
___Un effrayé des relations humaines désespérément dans un espoir d’affection, un sincère beau et intelligent garçon sans confiance en lui, un joyeux amoureux de la vie  en proie à la tristesse…
___Nathanaël n’est qu’un paradoxe.

Espèce de grosse brute repoussante

Parlez nous des relations :
Avec les membres du personnel ϟ Je ne m'intéresse pas plus que de raison à eux ; ils font leur boulot, je les respecte et fait ce qu'il faut en retour. Loin de ne pas comprendre les élèves qui tentent sans cesse de se faire remarquer pour attirer les bonnes faveurs du personnels -c'est à la fois bénéfique pour eux et pour leur maison-, je ne suis pas de ceux-là. C'est une simple relation de respect et de gentillesse polie.
Avec les créatures du château ϟ Je les aiment bien, les créatures qui peuplent l'école. Déjà parce qu'ils me permettent parfois de bien m'amuser, mais aussi parce qu'ils sont fascinants. Ils attisent ma curiosité et m'aide à vivre parfois de bons moments. Surtout que j'adore les blagues… Que ce soit avec, ou contre eux.
Avec les Serdaigles ϟ Eux, je n'ai rien contre, mais je trouve que c'est la maison où il y a le plus de personne qui gâche leur temps. Je veux dire ; étudier, c'est bien, mais à outrance, c'est triste ! Et il faut avouer que le Choixpeau aime bien répartir les grosses têtes par là-bas. Mais outre ce détail, ils ne sont pas mauvaises compagnie, surtout ceux qui ne sont pas frustrés à l'idée de lever la tête de leurs bouquins pour discuter, rire et s'amuser.
Avec les Poufsouffles ϟ Poufsouffle, c'est ma maison. Je n'avais aucun lien avec cette maison, aucune envie d'y aller. Mais bien que j'aurais presque pu tout donner pour qu'elle ne la soit pas, j'ai fini par m'y sentir chez moi ; et puis, vu les avis de mes parents, j'estimais malgré tout cela mieux que de m'être retrouvée chez les Gryffondor. Ce sont donc mes amis qui sont là, et j'y passe la plus grande partie de ma vie pour encore trois années ; heureusement que l'ambiance y est vraiment accueillante et amicale. Sans compter que pour un amoureux de la vie tel que moi, à la recherche d'amis ne m'abandonnant pas, c'est l'endroit idéal.
Avec les Gryffondors ϟ J'ai toujours eu du mal avec cette maison, peut-être à cause des récits de mes parents ; il faut croire que leur rivalité a déteint sur moi. Même si mes années de scolarité ont apaisé cet héritage, c'est sans doute la maison avec qui j'ai le moins d'affinité… Malgré certaines ressemblances de caractères, qui peuvent entrainer quelques ententes, lorsque cela me permet de trouver des bons vivants.
Avec les Serpentards ϟ C'est avec eux que j'espérais faire ma vie à Poudlard quelques années avant mon arrivée à l'école ; mes parents en viennent tous deux, et j'espérais continuer, marcher dans leurs pas. Mais il en a été autrement, et cela m'avait longtemps laissé un goût amer, bien que je m'en étais douté vu que je savais ne pas être le genre de personne qui vont dans cette maison. Cependant, mon amertume est vite passée et désormais j'éprouve surtout de l'admiration pour l'ambition des Serpentards, dont je manque cruellement et que j'aimerais me trouver, ainsi qu'une certaine fascination pour les plus mystérieux. Malgré cela, je supporte mal les plus hautains d'entre eux, mais d'autres peuvent faire de très bons amis.

Par le caleçon de Merlin !

___Je suis né au cœur de l'Angleterre un vingt-sept septembre, choyé et aimé par mes parents, et j'ai eu une enfance des plus joyeuses. Rien de plus banal me direz-vous ; oui, à un détail près : je ne suis pas né seul. Léna, mon ainée de trois minutes et sept secondes, est ma sœur jumelle. Evidemment, nous sommes de faux jumeaux ; mais cela ne nous avait pas empêchés de devenir très proches dès tout petit. Ce n'est rien de surprenant évident, vu que nous avons grandi ensemble, que notre mère nous achetait des vêtements assortis et que rien ne nous empêchait de faire nos quatre cent coups de bambins.
___Mes parents travaillant tous deux, mon père en tant que reporteur pour la Gazette du Sorcier et ma mère au Ministère au bureau international des lois magiques, ma famille est relativement riche de par leur travail et leurs économies. Mais à cause de cela, ma sœur et moi ne les voyions pas beaucoup, ce qui nous avait encore rapprochés dans une enfance à l'abri des problèmes et faite de joie et de bons moments. Au début gardés par une baby-sitter -sorcière, évidemment, pour ne pas se décrocher la mâchoire face à la magie réflexe déclenchée par nos émotions à ma sœur et moi-. Nous avons ensuite très vite eu le droit de rester seuls en journée, apprenant à nous débrouiller seul et devenant donc assez indépendants -vis-à-vis des adultes- bien qu'étant jeunes. C'était cette gardienne qui s'était aussi occupée de nous chercher à l'école, parfois même de nous emmener, et ce n'était pas de tout repos ; à vrai dire, je suis prêt à parier qu'elle a sûrement pris sa retraite après avoir fini de s'occuper de nous. Oui, même à vingt-six ans.
___Nous avions la chance d'avoir grandi dans une famille de sorciers ; du côté paternel, ils étaient allés chez Serpentard depuis quatre génération. Du côté maternel, elle était la première Serpentard, fille d'un moldu et d'une sorcière autrefois à Serdaigle. La magie était donc comme un terrain de jeu et s'était mêlée à nos disputes entre Léna et moi plus d'une fois, comme lorsqu'elle avait fait tomber de l'eau de la réserve d'eau de pluie sur ma tête lors d'une crise de colère contre moi durant l'été de nos sept ans. Depuis, nous jeter de l'eau l'un sur l'autre est devenu autant un passe-temps qu'une habitude. Au grand désespoir de nos parents.
___Notre enfance s'est donc déroulée sans encombre, quelque peu reclus loin du reste, notamment des moldus que nous ne fréquentions pas du tout à l'exception de nos amis de l'école et de notre grand-père maternel. Cela dura jusqu'à nos onze ans -enfin, nos onze ans moins trois mois-. Jusqu'au jour où Léna et moi avons reçu notre lettre d'admission à Poudlard. Pour être honnête, j'avais peur de ne pas recevoir la mienne, allez savoir pourquoi  peut-être parce que ma sœur semblait bien plus douée que moi, dans les utilisations instinctives de la magie, ou encore parce que je n'arrivais pas à user de la magie volontairement -bien que ce soit parfaitement normal, oui-. Alors quand nos lettres sont arrivées, pour tous les deux, j'ai sauté de joie. Ou plutôt, j'ai sauté sur tous les êtres vivants peuplant la maison ; le chat, mes parents, ma sœur, et même les objets inanimé tel que mon canapé. J'étais absolument euphorique, et cela a duré jusqu'à la Répartition, dans l'immense grande salle de Poudlard.
___Nous nous y étions retrouvés à la fois plus vite que je n'avais osé espérer, mais avec un temps qui semblait passer au ralentis. Depuis la lettre, j'avais attendu l'achat des affaires scolaires sur le chemin de traverse avec une impatience inégalable. Je courrais partout, sans cesse énergique, et rien ni personne ne pouvait m'empêcher de parler de ma future école, pas même ma sœur. Elle, elle était bien plus calme, même si je savais pertinemment qu'elle attendait tout autant que moi ce grand jour où nous allions découvrir notre future école.
___Notre futur foyer.
___Aussi, chaque achat m'avait semblé être un pas de plus vers ce but, notamment la robe de sorcier et la baguette, pour lesquels je m'étais sérieusement posé la question de leur vouer un culte. J'étais tellement heureux, le petit garçon de presque onze an que j'étais croquait la vie à pleines dents. Une fois dans le Poudlard Express, j'avais la sensation de pouvoir éclater de bonheur -et ça aurait été bien drôle, quoi que triste-.
___Seulement, cette répartition ne se passa pas comme je l'avais souhaité, rêvé, espéré.
___Ma sœur fut la première appelée de nous deux ; assise sur le tabouret, l'étrange Choipeau sur la tête, elle fut répartie. Puis je le fus à mon tour. Je m'en souviens encore ; les doigts crispés sur le bout de bois qui soutenait mon poids, j'avais eu la sensation que l'objet magique me parlait directement dans la tête -et ce n'était sans aucun doute pas une impression-. J'espérais tant aller à Serpentard ; mais c'était évident, je n'avais pas la personnalité pour.
___Le jugement était tombé
___Poufsouffle.
___Déchiré entre le soulagement de ne pas être à Gryffondor, et la déception de ne pas être à Serpentard, j'étais allé d'un pas mi-joyeux mi-dépité jusqu'à la table de ceux qui étaient désormais mes camarades, et m'étais assis parmi eux. C'était ainsi ; il fallait simplement que je m'y fasse.
___Les jours passèrent, puis les semaines, puis les mois, et je finis par me faire à ma situation, et même à apprécier ceux qui m'entouraient ; je m'étais fait des amis, et la vie à Poudlard était chaque jour plus prometteuse. J'adorais les cours de magie, et le château lui-même regorgeait de choses fantastiques. Sans compter les moments passés avec ma sœur, simplement magiques -sans jeu de mot-.
___Je passais ainsi ma première année scolaire sans souci -outre les rebondissements ordinaires dans la vie d'un adolescent sorcier-, et Léna et moi étions rentré pour les vacances d'été. Ce fut sans doute les meilleures de ma vie. Chaque jours, nous révisions ensemble ou nous profitions du temps que nous pouvions passer ensemble, plus que jamais. Rien ne semblait pouvoir altérer cela.
___Rien.
___Pourquoi la notion de rien est-elle si absolue et pourtant si fragile ? Un rien peut la briser. Un rien, justement.
___Après le début d'une nouvelle année scolaire, Léna et moi étions rentrés pour les vacances de Noël. Nos parents, qui s'étaient exceptionnellement libérés pour l'occasion, nous avaient réservés une surprise ; nous allions passer ces vacances à Londres. Fous de joie, ma sœur et moi avions sauté dans la voiture moldue prise pour l'occasion et étions partis pour Londres en famille. Le début du séjour fut sublime, et Léna avait de véritables étoiles dans les yeux, tout comme moi.
___Pourquoi avait-il fallut que je sois si stupide ? Oublier que les voitures peuvent aller très vite, trop vite, et qu'il est idiot de se croire invincible car nous n'appartenons pas à ce monde ?
___Le lendemain de Noël, le soir, nous étions sortis pour aller voir Big Ben. Provoquant ma sœur, quelques rues avant la fameuse horloge, j'avais affirmé pouvoir y arriver avant elle. Alors j'avais négligé le feu de signalisation pour piéton, ne voyant aucune voiture. Mais un engin de métal de plusieurs tonnes tourna soudain d'une rue perpendiculaire et fonça droit sur moi. Le reste se passa si vite qu'il fallut que quelqu'un d'autre me le raconte.
Ma sœur, qui me suivait de près, s'était jetée en avant, ce qui me poussa tout juste hors de la portée de la voiture, ne récoltant qu'un foulage de cheville et une douleur cuisante là où mon pied avait cogné contre la voiture qui freinait dans un bruit aigüe assourdissant. Léna, elle, avait percuté le véhicule de plein fouet, projetée non loin de moi après avoir cogné l'extrême gauche du capot.
___La voiture l'avait renversée et elle gisait sur la chaussée, inerte.
___Si rien ne me revient de façon précise concernant l'incident, cette image est gravée dans ma mémoire, tout comme la panique qui semblait prendre le dessus sur toute la confusion que je ressentais. Après cela, à cause du moldu qui s'était arrêté, nous avions été obligé d'aller dans un hôpital moldu, où elle faillit y rester car elle avait besoin de soin magique pour réussir à s'en remettre. Malheureusement, elle ne fut soignée que par la science moldue.
___J'étais persuadé qu'elle allait mourir.
___Ce fut presque pire.
___Lorsqu'elle fut à nouveau sur pied, quelques semaines plus tard, alors que j'avais été obligé de retourner à Poudlard, la mort dans l'âme, elle avait perdu l'usage de son bras gauche en tant que gauchère, et boitait énormément de la jambe de ce même côté. Capable de s'appuyer juste assez pour avancer difficilement, elle ne serait plus jamais capable de courir, ni… Ni de monter sur un balais, elle qui rêvait d'être capitaine de Quidditch.
___Oh, la magie aurait sans doute pu la guérir. Mais pour cela, il aurait fallu qu'elle soit soignée dès son accident. Là, ses tendons étaient -d'après ce que je comprenais du haut de mes douze ans- brisés, ou rompus, ou cassés, en tout cas, elle ne pouvait plus utiliser son bras à cause de cela, et la science moldue n'avait permis qu'un rétablissement partiel qui lui évitait simplement de trop souffrir, pas de le réparer. Les médicomages auraient pu soigner cela en deux temps trois mouvements à l'origine ; là, ça devenait une guérison particulièrement difficile, presque dangereuse, et en plus de son prix exorbitant et de son risque élevé d'échec, extrêmement douloureuse. Sa jambe, quant à elle, peut être réparée facilement, encore aujourd'hui, mais au prix d'une extrême souffrance, que Léna ne semble toujours pas vouloir accepter. Surtout qu'elle marche toujours ; peut-être aurait-elle dit oui si ces conditions étaient pour son bras, mais pour sa jambe, elle reste dans le refus, aujourd'hui encore.
___La voir ainsi me rendit fou de douleur et de culpabilité ; elle dut apprendre à tout faire de la main droite, ainsi qu'à tout faire d'une seule main.
___Le rejet commença lorsque je lui avais reparlé pour la première fois depuis que j'avais proposé cette course stupide à travers Londres, quand je lui proposai de l'aider à mettre le t-shirt qu'elle fixait, posé sur son lit comme s'il se moquait de son infirmité. ___Elle m'ordonna de sortir, sans autre forme de procès.
___Elle était détruite, et notre relation fusionnel le fut tout aussi sûrement.
___Depuis ce jour, elle ne me parle plus, sauf extrême nécessité ; elle m'évite, et surtout, elle me hait. Ma sœur jumelle que j'aime plus que quiconque me hait du plus profond de son cœur.
___Bien que je continuais ma vie, tout en veillant sur elle discrètement, j'étais détruit à mon tour. Elle me manquait énormément, et la culpabilité me rongeait. Sans compter que plus rien ne semblait pareil, de vivre sans elle.
___Plus rien ne semblait pareil de vivre avec sa haine.
___Mais je finis par m'habituer à celle-ci -ou du moins, c'est ce que je prétends, même envers moi-même- ; et l'accident m'avait ouvert les yeux sur le côté éphémère de la  vie, et je comptais bien en tirer des leçons. Il faut en profiter, avant qu'elle nous échappe, ou pire qu'on la détruise. C'est depuis ce jour que je vis plus que jamais le mieux possible, à la recherche de petits bonheurs qui font de grands souvenirs et refusant de laisser la joie me quitter.
___Pourtant, elle me quitte trop souvent malgré moi.
___Car dans cet accident, j'avais détruit tellement de choses que ma vie elle-même ne suffirait jamais pour les racheter.

Mais, je suis l'élu.

Pseudo ϟ Ma maman m’a dit de pas donner mon nom aux étran…/PAN/ Nozomie m’sieur/m’dame !
Et l'âge ϟ Majeure depuis peu !
Male, Femelle, où Dumbledore ϟ Nan, je dirais plutôt McGonagall ! Enfin du moins, je suis une fille comme elle ! Enfin, une fille quoi ! Je suis pas ridée et vieille moi ! ... Par contre, je crois que je m’enfonce là.
Comment tu as connu WW ϟ De bas j’ai connu en octobre d’y a deux ans peu après l’ouverture, j’avais commencé une présent’ mais, prise par ma terminale S où je galérais, j’avais abandonné. Mais ma source reste la même quand j’ai re-cherché le fo ; ma deary little love Lala, alias, euh, je connais pas ses pseudos, voilà voilà. /meurt AH SI ! Elise, si je me trompe pas.
Est-ce que tu aimes WW ϟ Non ! Je suis maso c’est tout !
Est-ce que tu aimes beaucoup WW ϟ J’serai en train de me faire une tartine de nutella ou de manger une chocogrenouille si je n’aimais pas, nyunyunyu ~
Des réclamations ? ϟ Aucune ! Ah, si, je veux une chocogrenouille ch’il vous plaiiiiiit *yeux encore plus mignons que ceux du chat potté*
Ah et euh petite note sérieuse un admin pourrait rajouter un « B. » dans mon pseudo ? J’ai décidé de ce second nom après coup, comme je suis un boulet. :3
Je tiens aussi, même si c’est pas une réclamation, à préciser un truc pour être sûre que ça ne pose pas problème ;  je vais partir le 26 août pour 10 mois au Japon, pour un séjour linguistique. Je pars en association, avec pas mal de règle dont le temps passé sur l’ordinateur, et j’irai en lycée et je serai pas mal avec ma famille d’accueil, donc je ne sais pas combien de temps je pourrai consacrer aux RPs, ni même si j’en aurais. Donc voilà, je préfère prévenir pour prendre personne au dépourvu :’)
Personnage sur l'avatar ϟ Green alias Régis de pokémon, paske pokémon c’est le bien avec HP.

Revenir en haut Aller en bas

PNJ



avatar
Le Choixpeau Magique
Messages : 1367
Date d'inscription : 05/05/2013




Message
Lun 20 Juil - 21:37


Je perçois tes réticences, mais fais-moi confiance... POUFSOUFFLE !





Bienvenue sur WW Nathanaël ♥
Tu peux continuer ta fiche sans souci, j'ai hâte de découvrir ton histoire :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



avatar
Invité



Message
Jeu 23 Juil - 1:45
Vous aurez pas de bonbon ! xD

Voilà voilà, fiche terminée, j'espère que c'est potable malgré l'heure et la chaleur qui me mange le cerveau ! S'il y a des lettres qui manquent je m'en excuse, la faute à mon nouveau pc qui a un clavier que je connais pas encore très bien -et qu'il faut un peu barbariser pour avoir une lettre- et j'écris dans le noir pour pas attirer ces maudits moustiques, je relirais demain matin si j'ai le temps, là je vais plus être efficace vu l'heure 8')
Ah et euh juste, pour mon pseudo du coup, pour rajouter "B." ? :')
Enfin bref, l'important, c'est que j'ai fini ! o/




PS : Ok, j'adore vos smileys.
Revenir en haut Aller en bas

PNJ



avatar
Le Choixpeau Magique
Messages : 1367
Date d'inscription : 05/05/2013




Message
Ven 24 Juil - 12:01


Cher Nathanaël, tu es désormais validé ! Tu peux aller gambader tout nu (ou non) dans les couloirs de Poudlard. Pense à passer dans la Gestion du Sorcier et d'ouvrir ton Passeport Wiggenweld. Tu peux également rejoindre un Club de ton choix ou en créer un. Au moindre besoin, le staff est à ton service - n'hésite pas à faire appel à nous ♥.

BIENVENUE A POUDLARD !



Mais quelle fin horrible, le pauvre chaton ;;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas

Life is strong and fragile. It's a paradox. ~ Nathanaël Swan ♪

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: La Cérémonie de Répartition :: Bienvenue à Poudlard !
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥