Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Perseus ■ I'll never wear your broken crown

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Serpentard
Survivant du royarcèlement



avatar
Perseus Kashirin
Messages : 304
Date d'inscription : 13/08/2015




Message
Jeu 13 Aoû - 14:43

PERSEUS KASHIRIN

There once was a boy named Harry

Prénoms ϟ Perseus, Cosmo
Âge ϟ 17 ans.
Nationalité ϟ Britannique (anglaise).
Origine ϟ Sang-mêlé.
Année d’étude ϟ 7ème année.
Options ϟ Toutes ♥
Maison ϟ La meilleure Serpentard

Destined to be a star


Baguette Magique ϟ Bois d'aubépine et plume de phénix, 26,5 cm, souple.
Patronus ϟ Un guépard.
Odeur de l'Amortentia ϟ Le miel et l'alcool à brûler.
Forme de l'épouvantard ϟ Ses propres mains couvertes de sang, peu importe de qui ou quoi. (Il est bien élevé, vous comprenez.)
Reflet du miroir du Riséd ϟ Lui-même baignant dans l'opulence. De la nourriture, des livres, des meubles - et beaucoup, beaucoup d'argent.
Peut voir les Sombrals ϟ Non (merci).
Matière préférée ϟ Alchimie.
Friandise favorite ϟ Les Nids de Cafard.
Sortilège favori ϟ Lumos.
Potion favorite ϟ La Felix Felicis.
Créature favorite ϟ Le Fléreur.
Plante favorite ϟ La Belladone.
Sorcier célèbre en modèle ϟ Bowman Wright (parce qu'il a une fascination logique pour le Vif d'Or).

La renommée est une amie bien peu fidèle.

Il n'y a qu'un seul Perseus, et il aime l'argent. N'importe qui peut se faire prendre à penser le contraire, évidemment ; c'est pour cela qu'il faut s'en souvenir. Il y a tous ces visages qu'il porte comme des vêtements, faits pour chaque personne comme pour chaque saison, qui ont l'air d'être confectionnés pour eux, de merveilleux miracles nés pour eux ; et tous ces mots, qui le quittent forgés de la même indolence, mais qui épousent si facilement la forme des oreilles dans lesquelles ils tombent. Pourtant c'est toujours la même chose : Perseus est trop de personnes à la fois pour savoir être quelqu'un d'autre, et son cœur est rempli de diamants. Les visages qui sont vus et les phrases qui sont entendues ne sont toujours tournés que vers leur propriétaire. Bien sûr ces choses-là existent et elles sont là pour être utilisées, alors c'est toujours un plaisir pour lui de les montrer. Mais Perseus ne donne rien : il ne fait que prendre.
Dès lors que l'on se souvient de cela, on sait que tous les regards de Perseus sont faits pour juger. Et au fond la valeur n'a pas d'intérêt pour lui, ni celle des choses, ni celle des gens ; la seule chose qu'il évalue, autour de lui, est la menace sur la liberté qui le couronne. Car Perseus est la propriété de Perseus, la chose de Perseus, le roi de Perseus ;  il ne peut rien consacrer de lui à un autre et il saura toujours s'opposer, il saura toujours s'affranchir, il saura toujours faire ce qu'il souhaite de Perseus — et de cette façon,  toutes les choses qui touchent Perseus ne peuvent être dissociées de lui. Et toujours cette indépendance tendue devient férocité cannibale dès qu'il s'agit de cet ardent désir de possession, dès qu'il doit s'accaparer ce qui est à sa portée, parce que c'est dans la conscience de l'abondance qu'il se complaît et que c'est une pulsion chez lui, qu'à ses yeux l'argent n'a rien à voir avec l'argent ; le statut social n'a qu'une valeur minime pour lui, il n'exhibe rien de ce qu'il amasse. Il est facile d'appâter Perseus avec le gain, mais il est plus facile encore de le piéger avec le pouvoir.

De cette façon, Perseus ne se disperse jamais en ce qu'il n'est pas, et c'est quelque chose que l'on peut aimer de lui. Car pourquoi feindrait-il ? Il est déjà trop concentré sur la massivité de sa présence. Il peut alors être aimé, oui, puisqu'il est délié de tout égoïsme ; et il devient à son tour capable d'aimer, sans amour, mais aimer d'une douceur qui ne blesse pas, qui prend ce qui est à offrir et qui finalement se retire comme la mer, part en prêtant peut-être mais sans rien laisser. Et puisqu'il ne sait pas se plier tant qu'il peut encore se dresser, c'est alors sa solidarité qui peut être célébrée, ou au moins son ambition si bien menée — mais, il est parfois possible de se laisser tenter et de le croire toujours sincère, pourtant la voix de Perseus est toujours plus belle lorsqu'il tire avantage de ses paroles. S'il n'est pas un manipulateur il est au moins un dominateur, et il flaire le profit ; Perseus est trop préoccupé pour avoir des principes élevés dit-on, Perseus peut avoir la méchanceté gratuite et la vulgarité féroce, mais trop souvent Perseus ne fait rien. Trop souvent il a la nonchalance paresseuse, et se faufile lorsqu'il le juge opportun. C'est toujours ainsi que l'on finit par oublier l'unicité de Perseus, et qu'il aime les gens comme il aime l'argent.

Espèce de grosse brute repoussante

Parlez nous des relations :
Avec les membres du personnel ϟ Le respect est naturel chez Perseus, surtout envers les autorités auxquelles il ne peut se soustraire. En revanche, sa fiabilité est très relative ; par instinct, au mieux se rangera-t-il à l'avis des élèves, au pire se contentera-t-il simplement de ne pas prendre parti. Inutile de préciser qu'il n'aurait strictement aucune chance d'être préfet.

Avec les créatures du château ϟ Les créatures qui ne peuvent lui nuire sont celles qu'il apprécie, aussi le laissent-ils souvent indifférent. Il ne les considère pas du tout comme une certaine puissance, au mieux comme de curieux colocataires — mais il déteste cordialement le fantôme de Gryffondor et l'Arlequin.

Avec les Serdaigles ϟ Ce sont ce genre de personne avec qui la conversation devient souvent pénible au-delà des banalités. Fondamentalement Perseus apprécie leur goût de la connaissance, mais dans les faits il finit toujours par être si agacé qu'il met de lui-même fin à la conversation, que ce soit pour leur arrogance ou pour leur absence d'idéal. Il n'a qu'une confiance ténue en eux - et puis, sans doute est-il parfois un peu jaloux.

Avec les Poufsouffles ϟ Finalement Perseus a une grande sympathie pour les Poufsouffles. En dehors des Serpentards, ils sont souvent ceux dont la compagnie lui est la plus agréable, et à vrai dire ils sont ceux qu'il peut le mieux aimer. Il trouve leurs principes mignons, comme pour des rêves d'enfants. En vérité, il aime s'en entourer.

Avec les Gryffondors ϟ Jusqu'à un certain niveau il s'abstient autant que possible d'évaluer les gens par leur maison c'est vrai, mais l'antagonisme avec Gryffondor est tellement naturel pour lui qu'il ne peut le surpasser. Ils sont tout ce qu'il n'est pas et ne veut pas être, et ils le repoussent. Viscéralement, il en devient méchant.

Avec les Serpentards ϟ Sur ses propres critères Perseus se range toujours du côté des meilleurs, aussi se range-t-il toujours du côté de Serpentard.


Par le caleçon de Merlin !

Il était un de ces enfants qui regardent plus qu'ils n'agissent. Lorsqu'il jouait avec les autres gamins de leur cité artificielle, Perseus était celui qui n'avait que des mouvements si rares et si calculés qu'il en était toujours relégué à un rôle secondaire. Il avait parfois un tout petit rire comme un cri d'oiseau  et courait bien vite, mais il n'allait jamais bien loin.
Son père, aussi, scrutait beaucoup plus qu'il ne bougeait ; mais ces choses-là ne revêtaient pas le même aspect sur un adulte. Les parents étaient tous assis sur les bancs à les regarder mais son père était toujours debout plus loin, et il ne regardait que son fils. Leurs yeux ne se ressemblaient pas du tout ; les siens étaient tellement plus clairs et bordés d'une dureté froide qui ne le quittait jamais, qui pesait toujours sur ce petit garçon qu'il ne laissait jamais s'éloigner. Et même lorsque ces yeux-là regardaient ailleurs, il semblait deviner le moindre mouvement de son fils, car il n'échappait presque jamais à sa vigilance. Les habitants de leur quartier aimaient Perseus, mais presque aucun ne s'approchait de son père.
On le regardait parfois à la dérobée et on l'évitait comme un piège — mais son père n'avait pas besoin de ces gens, puisqu'il se suffisait amplement à lui-même. Son père n'avait besoin de personne. Pas même d'un fils ; pourtant lorsqu'il rentrait, il passait toujours une main dans les cheveux de Perseus, et il l'écoutait parler car il ne posait jamais les questions lui-même. Il n'avait même jamais l'air d'un père, mais c'était un maître et il s'était prêté à ce jeu comme s'il lui était inné, il avait forcé cela hors de lui ; il l'avait fait si bien qu'il devenait impossible de tout à fait voir que là n'était pas la façon dont il était, qu'il n'avait jamais été prédestiné à être un père. Sa voix était traînante et incisive, mais lorsqu'il lisait des histoires il semblait avoir été conteur toute sa vie ; ses mouvements étaient secs et vifs mais dès lors qu'il approchait de son fils, il devenait plus doux que tous les parents qu'il méprisait tant. Alors Perseus aimait beaucoup son père, et il ne souffrait jamais.

L'amour de sa mère était inconstant comme celui d'une adolescente ; elle avait aimé son père, puis elle était partie. Souvent elle vivait au soleil et lorsqu'ils la rejoignaient, elle embrassait son fils en laissant sur lui une artificielle odeur de fleurs et de vanille. Il ne les avait jamais vus s'aimer, mais il était né d'un caprice et d'un amour sans mots ni avenir. Son père ne pouvait aimer assez une femme pour en faire la mère de son enfant, pourtant c'était lui qui avait gardé leur fils ; elle ne lui avait laissé que ses noms et la couleur de ses cheveux. Elle avait déjà eu une fille bien avant lui, avec quelqu'un d'autre, et qui ne vivait pas avec elle non plus. Toujours, sa bouche débordait d'une odeur de chewing-gum et son si mince corps ne semblait jamais assez grand pour aimer un petit garçon aussi beau que lui, selon elle, mais elle au contraire n'avait jamais l'air d'une mère avec lui. Après, elle l'embrassait encore. Lorsque Perseus fut assez grand pour cesser d'attendre quelque chose du ventre qui l'avait porté, son père cessa de passer les vacances avec eux.

En vieillissant surtout sa mère lui disait de plus en plus souvent qu'il ressemblait à son père, jusqu'à ce qu'elle ne sache plus dire que cela, que lui passer une main dans les cheveux et tu ressembles tellement, tellement à ton père. Avec cette fascination exaltée de contempler qu'à part des noms et des cheveux son fils n'avait rien absorbé d'elle, parce qu'en effet le visage de Perseus et sa façon de se détacher ressemblait beaucoup à son père. Car c'était ce qu'il faisait et qu'en toutes ces années son fils avait eu le temps de digérer — tout cet instinct de contrôle gorgé de fierté et de méfiance et tellement spontané, il l'avait appris de lui ; cette vision du monde c'était de lui qu'il l'avait calquée. Donc, Perseus ressemblait tellement à son père ainsi, à refuser si fort de laisser quoique ce soit le dominer. Et puis, leurs voix aussi se confondaient.

A Poudlard, Perseus se mit à aimer le matériel ; toutes les choses pouvant être touchées, prises, possédées lui plurent comme un premier amour. Jusqu'alors il n'avait jamais manqué de rien mais se désintéressait des possessions, puisqu'il n'avait connu que l'appartement austère et dépouillé de son père — mais il cessa alors d'accepter d'avoir assez, pour exiger plus. Puisqu'on l'avait doté de ce désir si fort de pouvoir imposer son influence sur ce qui l'entourait, il voulait maintenant en faire usage pour faire toujours mieux, avoir toujours mieux pour lui. Alors au début, Perseus était un  incendie. Il ne connaissait ni débuts ni fins et brûlait aussitôt ce qu'il touchait, et il se dévorait lui-même avec tout cet appétit — maintenant il se souvient avec dégoût de cette période, car cette arrogance a l'air si dérisoire maintenant, comme on ne se pardonne pas un vieux péché. Car un jour il a été assez grand, assez mûr pour se souvenir qu'il avait une mère, pour voir éclore tout ce qu'elle avait laissé d'elle en lui ; et sa soif changea de goût. Une tempérance glacée se glissait sur le bout de ses phalanges et il cessa de désirer si fort. Il se mit à aimer avoir plutôt qu'aimer prendre ; aimer la possession plutôt que l'envie. Il cessa de défendre si fermement un territoire qu'il n'avait pas puisqu'il savait maintenant s'étendre sur celui des autres. Toutes ces choses qu'il désirait autrefois il voulait qu'elles le complètent, et il savait aujourd'hui se suffire à lui-même ; alors, il se mit simplement à les désirer parce qu'il aimait les avoir. Son rire devint tellement plus naturel alors, et il aima tellement les autres, tellement les choses qu'il s'obtenait et l'argent qu'il gagnait ; embrasé de toute sa folie des grandeurs et de tout ce calme il aima tellement être aimé. Il aima tout. Toutes ces choses qu'il voulait savoir en sa possession peut-être un jour, il les aimait déjà tellement.

Mais, je suis l'élu.

Pseudo ϟ Celui-ci est bien.
Et l'âge ϟ Environ 13,8 milliards d'année (c'est encore débattu)
Male, Femelle, où Dumbledore ϟ Dumbledore (ça aussi c'est débattu)
Comment tu as connu WW ϟ Sutherland a posé un piège à ours dans les parages.
Est-ce que tu aimes WW ϟ Oui.
Est-ce que tu aimes beaucoup WW ϟ /déchire la chemise de Perseus/ OUI.
Des réclamations ? ϟ Point messire.
Personnage sur l'avatar ϟ 99 PROBLEMS par HamletMachine et un edit tout pourri de mon cru, mais est-il possible de réserver Hei de Darker Than Black pour usage ultérieur s'il vous plaît ? ;w;

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

PNJ



avatar
Le Choixpeau Magique
Messages : 1367
Date d'inscription : 05/05/2013




Message
Ven 14 Aoû - 14:41


Très peu de doutes pour toi, mon garçon. SERPENTARD !





Bienvenuuue Perseus
Tu peux continuer ta fiche sans problème, j'ai hâte de découvrir ton histoire ♥️♥️
Pour l'avatar, tu pourras le réserver dans ce sujet une fois que tu seras validé :3

Fais-moi signe quand tu auras terminé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Serpentard
Survivant du royarcèlement



avatar
Perseus Kashirin
Messages : 304
Date d'inscription : 13/08/2015




Message
Lun 17 Aoû - 1:06
J'avais sauté ce détail, pardon. ;w;
En tous les cas merci, et après moult péripéties et cassures de reins parce que je suis tellement nulle en histoires, c'est officiellement finiiii /o/ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

PNJ



avatar
Le Choixpeau Magique
Messages : 1367
Date d'inscription : 05/05/2013




Message
Mer 19 Aoû - 11:32


Cher Perseus, tu es désormais validé ! Tu peux aller gambader tout nu (ou non) dans les couloirs de Poudlard. Pense à passer dans la Gestion du Sorcier et d'ouvrir ton Passeport Wiggenweld. Tu peux également rejoindre un Club de ton choix ou en créer un. Au moindre besoin, le staff est à ton service - n'hésite pas à faire appel à nous ♥.

BIENVENUE A POUDLARD !



Tu écris magnifiquement bien, cette fiche était un plaisir à lire ;;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Serpentard
Survivant du royarcèlement



avatar
Perseus Kashirin
Messages : 304
Date d'inscription : 13/08/2015




Message
Mer 19 Aoû - 13:00
Merci beaucoup ;; ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas

Perseus ■ I'll never wear your broken crown

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: La Cérémonie de Répartition :: Bienvenue à Poudlard !
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥