Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

As harshly as the Sun burns│Toulouse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Gryffondor



avatar
Sandy H. Lindon
Messages : 121
Date d'inscription : 23/01/2016




Message
Dim 31 Jan - 22:27


Sandy était un jeune homme peu agréable. On ne l'aimait pas pour sa gentillesse, ni pour ses blagues drôle, on l'aimait sous prétexte qu'il avait l'air important. Lui et sa blondeur, sa stature d'athlète et son sourire tentateur. Sandy n'était pas non plus très intéressant, mais il avait le mérite d'être vraiment doué entant que poursuiveur. Lorsqu'il était question de sport, Sandy était prêt à tout donner, sans limite, sans faire attention aux heures passées à s'entraîner ou à la fatigue. Il était un sportif, un battant et son rêve, qui pourrait être idéaliste pour la plupart des mortels, était parfaitement réaliste pour lui. Il peut devenir un joueur professionnel. Il le deviendra, et honnêtement, il sera le meilleur.

Mais pour atteindre le but qu'il s'était fixé, Sandy avait en tête quelques étapes à suivre en amont: rentrer dans l'équipe de Gryffondor, devenir poursuiveur, devenir le meilleur joueur, devenir la tête de proue de l'équipe et sortir de Poudlard en étant le joueur le plus intéressant de tout le Royaume-Uni. Et il n'avait jamais imaginé possible que tout ne se passa pas de la manière prévue ; surtout aussi près du but.
Pourtant, le pire auquel il aurait pu penser, était entrain de se réaliser sous ses yeux.

Sandy était sur son balais, au-dessus du terrain. Il venait de faire la passe à l'un des autres poursuiveurs et de le laisser marquer sans même le remarquer. Son attention était fixée sur l'attrapeur de l'équipe, Toulouse de son beau nom, qui volait sous l’œil attentif de Morgan : il était entrain d'être testé pour son nouveau rôle de meilleur joueur, d'entraîneur, de guide. Il prenait le rôle de Sandy juste là, devant lui. Et Sandy ne pouvait rien faire, trop éloigné, trop ignoré par la professeur pour pouvoir glisser un seul mot.

Il se faisait voler son avenir.

Alors, autant dire que lorsque l'entraînement fut terminé et Toulouse publiquement présenté entant que pire enfoiré de tout Poudlard, Sandy n'arrivait plus à penser logiquement : fallait-il le frapper ou lui gueuler dessus ? Ou les deux en même temps ?

Il avait les mains qui tremblaient et le regard sombre. Sa peau était moite de sueur sous sa tenue de poursuiveur, et pourtant il ne s'en défit pas. Il resta assis sur un des sièges du vestiaire, les bras pendant entre ses jambes. Il avait subit la plus longue heure de sa vie et il allait la faire regretter à Toulouse.

Mais pour agir ainsi, il allait quand même attendre que la salle soit vide : Toulouse, il l'aimait bien et toute l'affaire n'était peut-être pas de sa faute. Peut-être. Haha. Tout était obligatoirement de sa faute, puisque Toulouse était la personne qui y gagnait le plus ! Sandy n'était pas stupide, il savait voir quand on se foutait de lui. Et le vole qui venait de se produire était ouvertement du foutage de gueule.

-Eh, Toulouse ! interpella Sandy quand il le vit arriver.

Il s'était à peine redressé, juste un peu pour sembler plus grand sur son siège, et intimidant. Il le regarda droit dans les yeux.

-Bravo, dit-il du ton le plus détestable possible.



And I'm still not done, I'm only halfway there
I'm a million miles ahead of where I'm from
But there's still another million miles to come.
#778899

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unité
& sorcier



avatar
Toulouse C. Lexarke
Messages : 80
Localisation : Tu ne veux pas savoir
Date d'inscription : 04/04/2015




Message
Dim 7 Fév - 12:25
Le problème avec la culpabilité était qu'on ne pouvait jamais réellement s'en défaire tant que les choses n'étaient pas à plat. Le problème aussi quand les choses n'étaient pas à plat était que n'importe qui pouvait croire n'importe quoi sur n'importe quelle situation et malgré le caractère légèrement dispersé de Toulouse Lexarke, il ne pouvait pas s'empêcher de ressentir un léger pincement au cœur dès qu'il voyait Sandy sur son balais, n'osant même pas lui parler quand il fallait lui donner des instructions pour l'entraînement qu'ils étaient en train de faire.

À vrai dire il songeait qu'être attrapeur en plus de capitaine n'était pas une mauvaise chose, l'attrapeur n'avait un rôle déterminant que dans un match, donc pendant les entraînements il pouvait se permettre de rester en hauteur pour observer le jeu des batteurs et poursuiveurs. Son ascension au poste de capitaine n'était pas resté sans questions, bien entendu, mais Toulouse les avait toutes éludées et avait cherché le semblant de sérieux et d'autorité qui lui restait pour les faire cesser et demander aux joueurs de se concentrer sur l'entraînement. Leurs derniers résultats n'avaient pas été brillant, vraiment pas même et Toulouse avait pour ambition de changer les choses, malgré son enthousiasme limité pour le Quidditch.

Lorsqu'enfin il siffla la fin de l'entraînement, tout le monde retourna au sol et Toulouse resta en arrière, à la fois pour ranger (puisqu'il était désormais le seul à avoir les clefs du local à matériel) et pour laisser le temps à tout le monde de quitter les lieux, surveillant que tout le monde soit effectivement parti avant de finalement prendre son courage à deux mains et de s'infiltrer dans les vestiaires pour se changer à son tour. Malheureusement, une fois n'est pas coutume, Toulouse avait visiblement manqué d'attention. La personne qu'il essayait le plus d'esquiver parmi ses camarades se trouvait encore là, toujours en robe de Quidditch et le regard plus sombre que jamais.

-Hmmmmerci, marmonna-t-il pour toute réponse.

Il retira sa robe de Quidditch, puis ses protections, dos à Sandy afin de fuir son regard pénétrant et l'agressivité qu'il sentait émaner de sa personne. Toulouse avait l'habitude de sentir l'agressivité chez les êtres vivants, il avait appris à ses dépends que s'il était incapable de sentir lorsqu'une bête lui voulait du mal, il allait effectivement avoir mal. Il ne comptait plus le nombre de marque que son don lui permettait de dissimuler. Cependant il y avait toujours cette culpabilité, bouffante, incapacitante, au fond de lui qui cherchait un exutoire. Toulouse voulait faire des excuses à Sandy. Il se tourna alors vers lui après avoir retiré son pull rayé puis prit une grande inspiration pour se jeter à l'eau.

-Je suis désolé, pour le poste. Je n'ai jamais voulu être capitaine.

Ça au moins c'était vrai. Ce qui l'attirait dans le Quidditch c'était le danger que ce sport représentait, les figures spectaculaires qu'il pouvait faire, frôler les cognards au risque de se faire désarçonner, prendre des risques énormes pour attraper la petite balle dorée... tout ce que Toulouse aimait était l'adrénaline qu'il retirait de ces envols, à chacun des matchs de leur équipe.

-Et je pense que tu fais un bien meilleur capitaine que moi.

Ça aussi c'était vrai. Sandy ne devait sans doute pas comprendre pourquoi les rôles étaient soudainement inversés. Il ne devait pas savoir que la faute commise par Toulouse lui était retombée dessus suite à un malheureux malentendu causé par son don de métamorphomage. Le problème était que Toulouse risquait le renvoi alors que Sandy était sans faute. C'est pourquoi il n'avait pas pu se dénoncer aux professeurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gryffondor



avatar
Sandy H. Lindon
Messages : 121
Date d'inscription : 23/01/2016




Message
Dim 7 Fév - 17:25

Sandy suivit chaque mouvement de Toulouse du regard, espérant traverser la robe, puis la peau avec l'intensité qu'il y mettait. Dire que son camarade lui tournait le dos. Sandy aurait été un serpentard, il en aurait plus que profité, mais il valait plus que ça. Il attendit un peu, préparant un discours mélodramatique pour menacer Toulouse.

Mais Toulouse fut plus rapide à parler. Il se retourna et osa... :

-Je suis désolé, pour le poste. Je n'ai jamais voulu être capitaine.

Les poings de Sandy se crispèrent avant de se détendre. Il se foutait de lui ? Qu'au moins il lui parle sincèrement au lieu de se la jouer Poufsouffle !

Oh, mais ce n'était pas fini, vraiment pas fini :

-Et je pense que tu fais un bien meilleur capitaine que moi.

-Évidemment, tête de troll ! fut la première chose qui sortit de la bouche de Sandy quand il se leva.

Il traversa le petit mètre qui les séparait pour coincé Toulouse entre lui et un casier. Il ne le retint pas par la nuque ou l'épaule, il le ferait que s'il venait à tenter de s'enfuir. Cette confrontation, ils allaient l'avoir et en toute honneté, pas avec ces fausses excuses. Oh oui, comme si ça allait suffire. Je t'ai pris t'as place, désolé !

-Enfoiré. Tu penses ça ? Alors qu'est-ce que tu fous à ma place ? Tu trouves pas ça bizarre que tu en ais rien à faire et que pourtant tu sois capitaine ? Non ? Parce que moi si, vraiment étrange.

Il rapprocha son visage de Toulouse, époussetant du bout des doigts un cil sur sa joue - ça ne le dérangeait pas vraiment, mais la sensation de puissance, celle qui soufflait dans son ventre qu'il pouvait tout faire face à sa victime, elle était si agréable qu'il l'a laissa prendre le contrôle et oui, envahir Toulouse dans son espace vital. C'était bien son droit, vu la situation ! (ahem)

-Explique-moi ça, connard. ordonna-t-il finalement.

Il avait la main gauche qui tremblait un peu à son côté, physiquement encore sous tension et les paroles n'aidaient pas à le calmer. Mince... il aurait dû lui lancer un sort avant de gueuler. C'est pas grave, il le fera juste après qu'il ait ouvert sa jolie bouche de voleur.


(désolée pour la quantité d'insulte, ça risque de continuer... D: )


And I'm still not done, I'm only halfway there
I'm a million miles ahead of where I'm from
But there's still another million miles to come.
#778899

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unité
& sorcier



avatar
Toulouse C. Lexarke
Messages : 80
Localisation : Tu ne veux pas savoir
Date d'inscription : 04/04/2015




Message
Jeu 11 Fév - 19:36
Les insultes fusent et Toulouse serre les dents mais reste droit et fier, sans ciller alors que Sandy le pousse contre les casiers. Pas de geste brusque, comme devant un animal sauvage. Il fallait juste guetter le bon moment pour... pour faire quoi exactement ? Normalement Toulouse aurait bondit pour s'enfuir ou pour tenter de maîtriser l'animal, mais Sandy n'était pas un animal, il était son ami. Son ami visiblement vexé d'avoir perdu son poste sans raison au profit de quelqu'un de bien moins méritant, il voulait bien le lui accorder. Toulouse n'avait pas cette passion du Quidditch, il n'aimait que le danger, le flirt avec les cognards, l'adrénaline d'essayer de rattraper l'attrapeur adverse. En revanche il n'aimait pas qu'on envahisse son espace vital. Il n'avait jamais aimé être opprimé, oppressé. Quant à ce qu'on le touche dans ce genre de situation, c'était plus qu'il ne pouvait le supporter. Il repoussa brusquement Sandy, le faisant reculer de plusieurs pas et se décollant des casiers sans le quitter des yeux.

-T'expliquer quoi ? J'y suis pour rien si on m'a filé le poste ! J'en voulais pas ! Il aurait pu revenir à n'importe qui d'autre dans l'équipe, sauf qu'il se trouve que je suis vice-capitaine et que c'est sur moi que c'est tomber, tu piges ? J'ai rien gagné dans cette histoire à part des responsabilités dont je ne veux pas !

Et un accès à la salle de bain des préfets, cette parfaite salle de bain avec sa baignoire olympique ! Il pouvait s'entraîner à faire des sortilèges d'apnée pour la sortie qu'il avait prévue de faire dans le lac quand il ferait un peu moins froid. Cependant il n'avait absolument pas réfléchi à ça lorsqu'il avait pris l'apparence de Sandy. Ça n'était qu'un sombre malentendu pendant lequel il avait switcher pour la première personne qui lui était venue à l'esprit. Dommage pour Sandy, c'était tombé sur lui.

Il le quitta des yeux un instant, se retournant pour retirer ses hauts de Quidditch et reprendre sa chemise. Il voulait quitter les lieux le plus vite possible, il sentait que Sandy ne deviendrait pas raisonnable et bien qu'il comptait au départ lui expliquer ce qui était arrivé, son comportement l'incitait plus à garder pour lui l'incident.

Même si Sandy ne s'en rendait pas compte, Toulouse était véritablement gêné de ce qui était arrivé, il n'avait jamais voulu de ce poste, il avait juste cherché à se tirer d'affaire sans trop de dommage, il n'aurait jamais imaginé que l'on ferait perdre son badge à son ami ! Son ami qui ne devait plus trop l'être à présent d'ailleurs. Toulouse n'avait pas particulièrement apprécié les insultes, mais il n'était pas spécialement bagarreur. En plus de tout, il se savait en tort, il ne pouvait pas vraiment répliquer. L'était-il vraiment, d'ailleurs ? Non, vraiment, il se sauvait juste du renvoi, ça ne justifiait pas tout ça. Et qu'est-ce que ça changeait pour Sandy finalement ? Il restait un excellent joueur et on ne l'avait pas viré de l'équipe ! Oui, il valait mieux ne pas causer de scandale et ne rien lui dire. Il se tourna à nouveau vers Sandy en continuant à boutonner sa chemise et ouvrit la bouche à nouveau.

-Je sais pas comment c'est arrivé, je ne sais pas pourquoi on m'a filé ce badge, mais si ça te fait si chier que ça que ça soit ton pote qui l'ai, y a pas de problème, je vais le donner à quelqu'un d'autre. J'ai autre chose à faire que de gérer une équipe de Quidditch.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gryffondor



avatar
Sandy H. Lindon
Messages : 121
Date d'inscription : 23/01/2016




Message
Lun 15 Fév - 20:53

Poussé, Sandy recule de quelques pas, prêt à répliquer, mais il l'écouta avant, comme s'il restait un peu de respect en lui pour son ami. Dans un sens, tout ce que Sandy voulait... c'était, en plus de sa place de capitaine, une explication. Une vraie.

-T'expliquer quoi ? J'y suis pour rien si on m'a filé le poste ! J'en voulais pas ! Il aurait pu revenir à n'importe qui d'autre dans l'équipe, sauf qu'il se trouve que je suis vice-capitaine et que c'est sur moi que c'est tomber, tu piges ? J'ai rien gagné dans cette histoire à part des responsabilités dont je ne veux pas !

-Alors ne l'accepte pas, abruti ! réagit immédiatement Sandy.

Il ne pensa pas un instant que le problème pouvait être lui. On lui avait retiré sa place, sans le prévenir, sans rien lui expliquer et c'était certainement parce que Toulouse était plus compétent... Sandy n'y croyait vraiment pas à cette explication. Mais il croyait encore moins au fait qu'on lui ait retiré son rôle... définitivement, que si Toulouse le refusait, sa place ne lui reviendrait pas. Il était fait pour être capitaine.
Alors, il toisa Toulouse, encore fort de l'injustice qu'il subissait et complètement indémontable.

-Je sais pas comment c'est arrivé, je ne sais pas pourquoi on m'a filé ce badge, mais si ça te fait si chier que ça que ça soit ton pote qui l'ai, y a pas de problème, je vais le donner à quelqu'un d'autre. J'ai autre chose à faire que de gérer une équipe de Quidditch.

Sandy écarquilla les yeux.

-Ne déconne pas, il vaut mieux que ce soit toi, dit-il sans réfléchir.

Et soudain, Sandy comprit ce qu'il venait de dire et un peu la situation qui se passait sous ses yeux. Oui, Toulouse était un enfoiré, pour avoir accepté, pour être à sa place là où Sandy voulait être, mais c'était - ça avait été ? - aussi son pote, il était pas mauvais.
Frustré, Sandy recula et se laissa tomber sur le banc dans un soupir. Il avait envie de sortir tout ça, cette bulle d'injustice qui se coinçait dans sa gorge. Le Quidditch c'était sa vie ! Le seul truc pour lequel il travaillait et s'épuisait, le seul truc pour lequel il était bon ! Il avait envie de secouer Toulouse pour le lui faire comprendre, il ne fit que lui dire d'un ton encore sec :

-Tu ne sais pas pourquoi ? Tu sais au moins pourquoi tu as accepté, non !? Il serra les dents. Je te demande juste comment ça a pu te passer par la tête d'accepter alors que. Ouais, non. J'en ai rien à foutre, en fait.

Il se leva, fit quelques pas vers la sortie puis se souvint qu'il était encore en tenue, il fit demi-tour, raide dans ses mouvements.
Se faire trahir n'était pas quelque chose d'agréable.


And I'm still not done, I'm only halfway there
I'm a million miles ahead of where I'm from
But there's still another million miles to come.
#778899

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas

As harshly as the Sun burns│Toulouse

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: Extérieur :: Terrain de Quidditch :: Vestiaires
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥