Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

It's a mad mad mad mad world (fini)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Poufsouffle



avatar
A. Mad Esperanza
Messages : 54
Age : 22
Date d'inscription : 21/05/2016




Message
Dim 22 Mai - 0:30

Amadeus Esperanza a obtenu le nom de son grand-père maternel mais on le surnomme le plus souvent Mad, Locomotor ou juste Loco. Il est né et vit à Londres et a donc la nationalité anglaise. C'est un sang-mêlé, sa mère étant cracmolle et son père moldu. Il a 15 balais ans et achève sa 4e année chez les Poufsouffles. Ses options sont l'Étude des Moldus et l'Alchimie.
A. "Mad" Esperanza
ft. Leo Valdez (PJ)

Gentil, persévérant, optimiste, imaginatif, empathique,
énergique, serviable, loyal, honnête, courageux.
Farceur, maladroit, idéaliste, rêveur, sensible,
hyperactif, dissipé, envahissant, direct, casse-cou.


Amadeus, on ne le voit pas arriver. On l’entend au mieux (ou au pire). Il débarque, moitié courant moitié sautant dans les couloirs, un grand sourire aux lèvres, ses éclats de rire communicatifs s’envolant dans l’air. Autant le dire tout de suite, Mad ne se prend pas la tête. Quand il a une idée en tête, il y va. Il a faim ? Il mange, qu’importe ce qu’il trouve. Il a froid ? Il prend la couverture en face de lui, qu’importe à qui elle est. Il s’ennuie ? Il va faire peur aux fantômes ou embêter les parties de cartes des personnages des tableaux. Il n’est pas méchant, pas du tout, mais il a un besoin absolu de bouger, de s’amuser, de vivre en somme. C’est un hyperactif qui vide l’énergie de la majorité de son entourage… tout en redynamisant ce même entourage.

C’est une vague de bonne humeur et d’optimisme, capable de déverser toutes les bêtises du monde pour faire rire les gens. Et parfois, on se demande s’il fait ça vraiment exprès ou s’il n'est pas juste crétin. Mais, comme l’a dit Woody Allen : « L'avantage d'être intelligent, c'est qu'on peut toujours faire l'imbécile, alors que l'inverse est totalement impossible ». Et Mad, c’est ça. Il n’est pas bête – peut-être pas non plus premier de la classe à potasser des bouquins – mais il est loin d’être ignare et simplet. Il a des notes correctes s’il prend le temps pour… enfin, s’il se concentre plus de deux secondes sur son parchemin.

En vrai, il n’y a pas grand-chose qui arrive à canaliser son énergie et à le calmer : le Quidditch (sa mère écrit des articles dessus et lui a communiqué sa passion jeune) et les Duels de Sortilèges (ça, c’est plutôt avec Amadeus I et leur salon en a subi les conséquences). Quand il est sur son balai, concentré par le jeu ou quand il a sa baguette en main, concentré sur son adversaire, il est tout à fait opérationnel et doué. Beaucoup moins quand il doit gratter sur la Révolte des Gobelins pendant quatre heures ou s’occuper d’une Mandragore qui veut bouffer ses doigts malgré ses gants en peau de dragon.

Et puis, même s’il essaye de s'y mettre, son imagination va encore le détourner de son travail, délaissant par exemple des potions qui finissent par lui exploser à la figure. Il est donc plutôt tête en l’air, pas très minutieux et plutôt maladroit. Oui, ça fait des dégâts à Poudlard. Mais il est très bon avec les « Reparo » et il ne nie jamais quand il est responsable d'une connerie, donc on lui en veut moins.

D’ailleurs, les gens qui ne l’aiment pas sont en réalité peu nombreux : les sang-purs qui méprisent ses origines (il les ignore sans difficulté, les plaint quand il prend le temps pour) ou alors les membres du personnel et élèves qui n’ont pas la patience de supporter ses pitreries et/ou qui ont connu ses farces (qui, souvent, sont des représailles assez inoffensives car ces derniers ont dit/fait du mal à un de ses proches).

Mad est surnommé ainsi parce qu’il est trop agité, trop farfelu, les cheveux toujours en bataille comme un potioniste n’ayant pas surveillé son chaudron, des lunettes d’aviateur souvent sur le front. Les Esperanza l’ont surnommé Loco et cela a été repris à Poudlard par ses amis car il utilise souvent le sortilège « Locomotor », faisant voler ses affaires à sa suite (parchemins, livres, plumes, un chat passant par là…), ce qui est parfois gênant dans les couloirs ou les escaliers. C’est vrai qu’il ne porte pas grand-chose (plutôt frêle de constitution) et il pourrait se révéler flemmard pour cela.

Malgré tout, il peut tout à fait se donner, quand ça en vaut la peine. Notamment pour ses proches : c'est un grand loyal. Il est plutôt protecteur et attentif quand ils ont besoin de lui. Aussi, même s’il n’est pas très discret et pas toujours très doué, il peut se lancer à l’aventure pour ses amis, se révélant même courageux s’il le faut (plus que pour lui-même en tous cas). Même s’il se retrouve face à quelqu’un de plus grand que lui – même un professeur – si ce dernier s’en est pris à ses proches, il dira ce qu’il a dire, avec le sourire, mais un certain calme montrant qu’il ne rigole qu’à moitié.

Ce sont les rares fois où il peut s’avérer sérieux et même froid. En effet, rare sont ceux qui l’ont vu s’énerver, vu qu’il dit les choses et/ou s’en fiche de l’avis des gens, et encore moins pleurer. Bien sûr, il a déjà pleuré mais il a décidé d'arrêter. Cela n'apporte rien alors que créer de la joie autour de soi, c'est utile et salvateur. Quand il ne va pas bien, il fait rire les gens, il amuse la galerie, il s'oublie un peu, et ça repart avec le sourire !
Baguette magique ϟ Bois de chêne blanc, ventricule de dragon, 28.7cm, assez flexible, instinctive… presque trop.
Patronus ϟ Colibri (prétend que c'est un vivet doré)
Odeur de l'Amortentia ϟ Odeur de feux de bois, de mandarine et de gazon humide
Forme de l'épouvantard ϟ Son père suppliant et violent, lui reclamant sa magie
Reflet du miroir du Riséd Toute sa famille fière alors qu'il brandit une technologie magique de sa conception
Peut voir les sombrals ϟ Non
Matière préférée ϟ Quidditch Sortilèges
Friandise favorite ϟ Bulles baveuses (en mâche bien trop)
Sortilège favori Locomotor (pleins d'objets volent en permanence autour de lui... c'est dangereux)
Potion favorite ϟ Felix Felicis (plus pour l'idée car il n'en a jamais pris)
Créature favorite ϟ Dragon (depuis tout petit)
Plante favorite ϟ Pissenlit
Sorcier célèbre en modèle L'inventeur du vif d'or : Bowman Wright (passionné comme lui de magie, sciences et sport)
Parlez nous des relations :

Avec les membres du personnel ϟ Mad est hyperactif, Mad est inarrêtable, mais Mad n'est surtout pas gérable quand il s'y met. Ainsi, il s'attire les foudres de certains adultes car il dérange beaucoup. Mais Amadeus, même quand on l'aime pas, lui il sourit, balance un "pardon", un petit coup de Reparo et repart aussi vite qu'un Waddiwasi. Donc les relations sont assez mitigées : entre ceux qui le punissent et qu'il s'amusera parfois à troller (il faut malgré tout être bien désagréable pour mériter ses farces), et ceux qui voient que Mad n'est pas un mauvais garçon au fond et qu'il est même serviable quand il arrête de gambader/courir/voler dans les couloirs.

Avec les créatures du château ϟ Il les apprécie, les adore, les trouve incroyables et discutent souvent avec les elfes de maisons, les fantômes et les tableaux (empêchant les premiers de travailler, les seconds de hanter les couloirs et les troisièmes de jouer aux cartes en paix). Il traîne souvent aux cuisines pour y côtoyer les elfes et a déjà voulu faire des anniversaires de certains, offrant de vieux pulls et bonnets. À côté de ça, son but est de faire peur aux fantômes (oui oui) et ça l'occupe pas mal (mais c'est pas méchant hum). Pour ce qui est des autres créatures, il est tout aussi ouvert, sûrement grâce à l'influence positive de son oncle lycanthrope. Ainsi, il est tout à fait pour le projet du Directeur et l'intégration des créatures !

Avec les Serdaigles ϟ Il aimerait parfois avoir leur salle commune parce que résoudre des énigmes, c'est quand même plus classe qu'un mot de passe ! Mais pour ce qui est des élèves, il est assez mitigé. Certains sont super imaginatifs et usent de leur intelligence pour faire des choses fun. Mais il y en a d'autres... Bon, Mad n'est pas contre les intellos (les bouquins, c'est cool parfois), mais de là à être méprisants par rapport à ceux qui ont du mal, il ne supporte pas trop. Ils ne sont pas censés être sages ? D'ailleurs, ceux qui le sont peuvent être d'un rabat-joie...

Avec les Poufsouffles ϟ Mad le dira toujours : "vous voulez des amis : prenez des Pouffys !" Ces gens sont géniaux sérieux : ils travaillent ce qu'il faut, ils ont une patience de dingue et une loyauté sans faille ! Ils sont peut-être pris pour des trop gentils, des naïfs, des idéalistes... mais au moins ils sont de bonne humeur et il en faut des comme ça ! Ils accueillent tout le monde, ils font pas des gueguerres avec les autres maisons, ils sont respectueux tout en étant bons vivants... En bref, des gens biens. Oh mais... ça alors ! Mad est un jaune, quel hasard hum !

Avec les Gryffondors ϟ Être un Gryffon, ça semble synonyme de gloire dans le CV et Mad les admire voire les envie selon les moments, même s'il dit qu'il est aussi brave qu'eux (il est pas aussi sûr en vrai). Après, le problème des Rouges c'est peut-être comme les Bleus : ils se croient tellement classes qu'ils se la pètent souvent avec leur blason doré et leurs supers valeurs affichées. C'est dommage parce qu'ils sont des gens sympas et cools dans l'ensemble, vraiment des gens de confiance avec de l'honneur quand il y en a besoin. Peut-être un peu trop téméraires, dans les magouilles dangereuses mais funs... mais ça, Mad n'arrive pas à leur en vouloir : il est pareil.

Avec les Serpentards ϟ Les verts, ils sont malins, peut-être un peu trop. Amadeus se méfie d'eux parce qu'il a l'impression qu'ils vont le piéger. Alors, il y a des bons farceurs et certains ont des bonnes répliques mais, parfois, ils sont trop sérieux malgré leur sourire affiché. Et puis... Et puis même si Mad trouve impressionnant d'être aussi déterminés et fixés sur ses objectifs (l'ambition n'est pas que négative), il ne faut quand même pas que cela amène à faire n'importe quoi. Genre être dangereux et méchant. Hein. Les Serpys. Faut être gentils. On vous l'a déjà dit.  
« AMADEBILUS ! » Le cri retentit dans le couloir mais le Poufsouffle continua sa course, laissant sur place le Serpentard qui commençait à enfler du visage. « T’as vraiment pris la grosse tête, Janus ! Fais gaffe : tu risques d’en avoir deux ! Hahaha ! » Le rire le pliait en deux, surtout en constatant que les yeux de porcins disparaissaient sous le front qui gonflait à vue d’œil. Il se redressa néanmoins et sortit de son sac une fiole qu’il déposa sur le bord de la fenêtre à côté de lui. « Quand tu auras trouvé des amis, tu pourras leur dire qu’il y a une Gorgée de Désenflage juste là. » Il la pointa de l’index bien que le Vert ne voyait plus rien. Janus tenta de se rapprocher de Mad, se fiant à la voix de ce dernier mais les autres élèves passant dans le couloir le déconcentrèrent. Satisfait, alors qu’il aurait pu être beaucoup plus mauvais, le Jaune repartit vers les sous-sols. Ça, c’était pour avoir échangé toutes ses copies d’Histoire avec ceux de Maya pour avoir une bonne note et pas elle, tout en disant que « de toutes façons, les sang-de-bourbes, ça n’aura bientôt plus sa place dans le monde magique ».

Il tapota sur les tonneaux et ouvrit le passage sur la salle commune. Il inspira de plaisir : depuis quatre ans, ce lieu était devenu sa maison. Tout le château d’ailleurs. Et tous ces gens qu’il salua d’une blague ou d’un clin d’œil, était comme sa famille. Il repéra un fauteuil vide et s’y laissa tomber, s’enfonçant confortablement dedans, près du bois enflammé qui crépitait. Il salua d’un hochement de tête Helga Poufsouffle dont le portrait régnait au-dessus de la cheminée. Merci l’amie. Il aurait pu être déçu de ne pas être réparti à Gryffondor, comme la majorité de sa famille, mais il avait ressenti un réel contentement à aller chez les Pouffys qui l’avaient si bien accueilli. Comme son grand-père – ex-Jaune – lui avait annoncé. Il se souvint de son énorme sourire et de sa danse de la joie à la découverte de sa lettre d’admission : il savait qu’il était sorcier mais cette lettre représentait pour lui un changement d’atmosphère bienvenu. Même sa mère qu’il craignait de quitter, le rassura, l’accompagna, avec ses oncles et ses grands-parents : toute la joyeuse tribu au Chemin de Traverse alors qu’il faisait ses premiers achats, notamment de sa baguette qu’il l’avait choisi, lui.

Plus tard, il avait salué une dernière fois sa mère, avant de suivre son grand-père à travers le mur des voies 9 et 10. Alors que le Poudlard Express projetait de la fumée, prêt au départ, son grand-père lui avait glissé quelques mots à la fenêtre, dont il se rappellerait toujours : « Amadeus, qu’importe la répartition des maisons, Poudlard sera ta maison. Et une autre t’attendra toujours ici, à Londres et même la nôtre en Irlande. Mais tu peux t’en éloigner : profite, apprends, vis. Ne pense pas à nous, pas à ton père : la magie coule dans tes veines, ne la renie pas. D’accord ? » Mad avait acquiescé alors que le train quittait la gare, tout en regardant sa baguette qu’il voulait – mais également craignait – d’utiliser.

Il secoua la tête pour chasser ses premiers mois au château où il avait tant évité de devenir sorcier, bien loin d’aujourd’hui où la magie était une partie de lui revendiquée et appréciée. Son souvenir de ses premières années lui rappela qu’il ne savait plus si sa mère avait gardé sa lettre d’admission. Oh, sûrement, elle qui était si organisée… si heureuse que son fils ait eu cette chance d’étudier dans la fameuse école de sorcellerie. En attendant, il se souvint qu’il était reçu du courrier dans la matinée et n’avait toujours pas lu ses deux lettres. Il sortit les enveloppes de son sac – ignorant aisément le devoir d’Astronomie qui y trainait, à moitié commencé – et décacheta tout d’abord la lettre de sa mère.

Lyra O’Connell était la personne qu’il aimait le plus au monde et il ressentait à son égard une grande admiration. Par rapport à ses parents et ses frères, elle s’était révélée sans pouvoir magique mais elle ne s’était pas laissée abattre. Si à l’adolescence, elle avait envié les autres d’être allés à Poudlard, elle avait malgré tout connu le monde magique et n'avait jamais voulu totalement le laisser. Ainsi, si Granny Elizabeth n’avait pas réalisé son rêve de devenir joueuse de Quidditch, Lyra avait tout fait pour devenir reporter à la Gazette du Sorcier de la rubrique Quidditch. Elle avait réussi à obtenir une petite reconnaissance, prouvant son talent d’écriture et sa connaissance du sport magique. Même si, plusieurs fois, des sorciers avaient menacé sa place, pointant le fait qu’elle était cracmolle… et alors ? Il sourit en lisant ses réflexions sur les Chardonnets de Fitchburg qui étaient encore bons à la Coupe de la Ligue des États-Unis et sur les Rembarrages que persistait à employer le gardien des Vagabonds de Wigtown. Elle semblait aller bien. C’était sa manière de lui signifier.  

Il apprit également que son oncle Cepheus, qui habitait chez eux, avait eu une altercation au Service de Gestion de Loup-Garons où il travaillait. Des membres de la Ligue des Sorciers avait débarqué au Département de Contrôle et Régulation des Créatures Magiques et avait signifié leur incompréhension de voir des créatures s’occuper de créatures, menaçant même physiquement Ceph qui avait su, cependant, resté calme. Cela inquiéta Amadeus qui trouvait cela injuste : son oncle n’avait jamais choisi de devenir lycanthrope et il en subissait malgré tout les conséquences. Ceph pensait aller de l’avant en aidant ses pairs au Ministère mais il méritait tellement mieux ! Quand on pense qu’il était destiné à un brillant avenir à Gringotts, travaillant dès sa sortie de Poudlard en tant que briseur de sorts... Et voilà qu’il y a six ans, une mauvaise rencontre en voyage l'avait fait remercier par la célèbre banque et l'avait laissé se débrouiller seul à retrouver une place dans la société magique…

Mad se dit qu’il écrirait demain à son oncle pour qu’il persévère dans ses efforts : l’Unité vaincra ! Il se mit à lire la seconde lettre, celle de son grand-père adoré. Amadeus premier du nom était le père de sa mère et il avait été tel un deuxième père pour lui. Quand ils étaient ensemble, les gens n’imaginaient jamais un lien de parenté au premier abord, le vieux sorcier ayant les cheveux roux mêlés de fils d’argent, l’œil vif et vert, des tâches de rousseurs bien visibles sur sa peau pâle... Mais quand on les regardait un peu plus, on remarquait le même sourire malicieux, les mêmes oreilles en pointe tels des elfes et la petite taille qui était si étonnante pour les hommes (Granny Elizabeth et Lyra les dépassant aisément). Deux petits lutins, un irlandais et un espagnol, prêt à piéger le monde. Enfin… Amadeus I se faisait plus sérieux que son petit-fils. (Parfois.) L’âge y fait sûrement.

Il narra à Mad quelques duels de magie qu’il arbitrait – quand il n’en faisait pas lui-même, étant un très bon dueliste n’ayant pas perdu de sa fougue. Il lui glissa de bien faire attention à Poudlard, qu’il était bon de s’amuser mais qu’il fallait tout de même travailler quelque peu s’il voulait réussir ses examens et faire le métier qu’il voulait. Le Poufsouffle se fit la réflexion qu’il n’avait pas encore de BUSEs à passer et que Grandpa Amadeus exagérait… bien qu’il se promit de s’exécuter. Il savait que son grand-père adorait ses trois enfants mais qu’il avait été très inquiets pour leur avenir : il ne voulait pas que son petit-fils connaisse aussi des difficultés inutiles. En réalité, les O’Connell ne s’en étaient pas si mal sorti : Lyra la fille aînée écrivant à la Gazette bien que cracmolle, Cepheus le cadet devenu lycan aidant au Ministère et Victor, le benjamin, vivant entre ses bandes-dessinées magiques et son métier d’imprimeur au Chemin de Traverse. Mad finit sa lettre sur un éclat de rire : Granny Elizabeth avait de nouveau tenté des sorts culinaires et cela avait encore été une « expérience ».

Il finit par se décider à travailler sur son devoir d’Astronomie et même sur celui de Potions. En soit, il n’était pas mauvais dans cette matière, ayant sa directrice de maison très vigilante, mais… lui au contraire ne l’était pas, vigilant. Et il mit ainsi du temps à retrouver les bonnes leçons dans ses grimoires pour finir son double parchemin. Bayant à s’en décrocher la mâchoire, il comprit que l’heure du dîner allait arriver et suivit ses camarades vers la Grande Salle. Il salua quelques-unes de ses connaissances, eu un énorme sourire en voyant que Janus n’avait pas tout à fait dégonflé, et s’assit à la table des Jaunes. Il discuta en mangeant, mangea en parlant... ce ne fut pas très classe mais ce fut agréable car les conversations allaient bon train. Il encouragea certains élèves qui préparaient leurs BUSEs et leurs ASPICs et discuta Alchimie assez longuement avec ceux qui avaient aussi l’option.

C’était une matière qu’il adorait et où il se révélait plutôt doué. Il aimait discuter avec les nés-moldus et le professeur des parallèles et possibilités entre technologie et magie. En vrai, par-delà le Quidditch et les Sortilèges, son vrai but était de relier les deux mondes. Pas que les moldus soient au courant de la magie ! Ça non ! Il était catégorique. Mais que les sorciers utilisent les savoir-faire des moldus pour améliorer leur quotidien, cela, il voulait le permettre et y participer. Il bidouillait pas mal des vieux appareils à coup de sortilèges inventés et il pensait vraiment être un futur inventeur révolutionnaire pour le monde magique. Les nés-moldus rirent bien gentiment quand il lança qu’il allait lancer le premier ordinateur magique : on lui rétorqua qu’il faudrait déjà que l’électricité fonctionne dans les environnements magiques…

Les élèves rentrèrent peu à peu dans leurs dortoirs et après une douche bien brûlante, Amadeus s’écroula sur son lit. Fixant le plafond de son lit à baldaquin, il ne trouvait pas le sommeil, encore trop agité. Il finit par se tourner vers sa commode où une photographie trônait entre les paquets de bulles baveuves et les vieux numéros de la Gazette du Sorcier. On y voyait une belle jeune femme aux cheveux auburn et aux yeux verts, avec dans les bras un bébé à la forte tignasse brune et aux grands yeux tout aussi bruns, faisant des clins d’œil. Un homme les dépassait de toute sa stature et les serrait tous deux tendrement, la chevelure aussi touffue que celle de son fils s’agitant dans un éclat de rire à une quelconque blague de sa femme. C’était Manuel Esperanza, du temps où il profitait de sa famille… et se souvenait bien d’elle. Mad ressentit une certaine tristesse même s’il souriait à son père : ce qu’il avait devant les yeux était du bonheur, il ne pouvait se laisser accabler par le passé. Pourtant, quand Morphée l’accueillit dans ses bras, elle lui rappela que ce bonheur n'était plus…

Il se revit plus jeune, bien plus jeune. Dans les cinq ans, alors qu’il rentrait de l’école moldue. Sa mère semblait heureuse de le voir s’épanouir loin de la magie ; elle avait toujours craint qu’il veuille grandir chez ses parents sorciers. En réalité, bien qu’il ait conscience de la magie, Mad ne la côtoyait pas tant que ça, entre sa mère cracmolle et son père moldu. Il n’y avait que son oncle Totor – comme il l’appelait alors – à Bourg La Fantasque pour lui montrer pleins de sortilèges amusants. Ils atteignirent leur petite maison de banlieue londonienne où son père était déjà rentré. En voyant la mine inquiète de son époux, sa mère lui dit d’aller jouer dans sa chambre mais Mad resta dans le couloir, la porte entrouverte. Ce n’était pas seulement le travail à la banque qui se révélait parfois difficile : sa grand-mère espagnole avait découvert trop tardivement une maladie grave au cœur qui risquait de s’avérer fatale.

Mad connaissait peu la famille paternelle restée à Bilbao. Il n’y avait que Manuel qui avait décidé de quitter l’Espagne pour faire ses études et finalement vivre à Londres. Mais il sentait que cela affectait son père et ça l’affecta, lui. Il voulut aller voir son père et le prendre dans ses bras mais il se rappela qu’il n’était pas censé savoir. Sa mère rassura son père et Mad retourna dans sa chambre. Le rêve fit une ellipse de quelques mois et il entendit des cris avant même d’atteindre sa chambre. Il fit demi-tour. Son père se disputait avec sa mère : sa grand-mère Maria allait de plus en mal et les médecins avaient décelé tardivement une maladie au stade terminal chez son grand-père Javier. Son père était de plus en plus instable et Lyra ne savait pas comment le calmer. Il faisait très souvent des voyages en Espagne mais à son retour, son humeur était pire qu’à l’aller.

Au départ, il y avait eu les suppliques : « S’il-te-plaît Lyra ! Il y a sûrement pleins de magiciens médecins : pourquoi ils ne peuvent pas soigner mes parents ou au moins apaiser leurs peines ? » À quoi répondait calmement sa mère que beaucoup de médicomages allaient déjà dans les hôpitaux. Et puis, quand plus tard elle avait accompagné son époux en Espagne, les sorciers n’avaient pu faire beaucoup plus que les médecins traditionnels. Au fil du temps, cela était devenu des sarcasmes : « Bien sûr, la magie est tellement incroyable ! Gardons là pour vous pendant que les pauvres gens se démènent au travail et meurent ! » Lyra en souffrait beaucoup mais prenait sur elle, saisissant que son mari subissait le stress du travail et la détresse de voir ses parents mourants (il s’était toujours senti coupable d’être parti loin d’eux, étant leur fils unique).

Mad entra dans le salon alors que son père disait encore que les sorciers n’étaient que des égoïstes et qu’ils ne montreraient jamais rien à des gens normaux. « Mais papa, on pourrait te montrer à toi. Pourquoi tu t’énerves comme ça ? » Manuel délaissa un temps sa colère et ébouriffa la chevelure de son fils. « Pour rien Loco… Papa… papa est fatigué. » Mais ce n’était pas pour rien. Lyra finit par découvrir que Manuel était allé voir ses parents pour en apprendre plus sur la magie, leur demandant des livres qu'il étudiait avec soin. Il n’était qu’un moldu, il ne pourrait pas trouver et même agir plus que les médicomages. Néanmoins, Manuel exprima qu’il avait un réel intérêt pour la magie et que, peut-être en apprenant à le connaître, il pourrait délaisser ce qui devenait une obsession (il s’était mis à croire que tout événement négatif à la télévision ou dans la rue était l’œuvre de sorciers).

Accompagné de leur fils, les Esperanza allèrent au Chaudron Baveur puis finalement au Chemin de Traverse. Dans le rêve, le soleil brillait et les vitrines étaient luxuriantes. C’était un bon souvenir présenté ainsi. Pourtant, dans la réalité, son père avait été encore plus curieux tout en étant méfiant : interrogeant les commerçants, lançant quelques réflexions acides : « Oh, une malle d’abondance ? Pourquoi vous n’envoyez pas ça dans les pays qui crèvent de faim ? ». Lyra s’excusait – tout en glissant que ce ne serait pas une si mauvaise idée en fait – et ils finirent par rentrer. Suite à cette visite, le père d’Amadeus se fit encore pire qu’avant. Cela le mena à retourner seul au Chemin de Traverse plus tard : il n'importuna pas seulement les sorciers mais également les parents moldus, ne saisissant pas pourquoi il était le seul à saisir l'injustice qu'était la magie offerte à certains et pas à d'autres. Tout ce dérangement fit qu'on le raccompagna gentiment au Chaudron Baveur, pensant le calmer autour d'une bierraubeurre... sans succès. En apprenant cela d'une amie sorcière qui était là au moment des faits, Amadeus et sa mère comprirent que la situation était de plus en plus grave.

Lyra exprima ses inquiétudes à ses parents qui travaillaient à la Brigade de Réparation des Accidents de Sorcellerie et qui côtoyaient des Oubliators. Ces derniers intervinrent par deux fois à la banque où travaillait Manuel, ce dernier ayant déclamé que la magie existait avant de lancer des potions (volées chez Victor O’Connell) pour prouver ses dires. Il finit par se faire renvoyer de son travail. Même s’il ne se rappelait pas de tous les faits, le directeur de la banque trouvait que son employé modèle avait changé depuis deux ans : plus dissipé, agité,… fou. Lyra voulut que son époux retrouve du travail vite, qu'il s'occupe et sorte. Mais il passait ses journées à maudire les sorciers, selon lui responsable... tout en se plongeant dans les sites internet sur la magie. Après les morts quasi successives de ses parents, il se mit à boire et cela tourna vraiment très mal.

Le rêve avait diffusé les impressions de ces années maudites et finirent par s’arrêter sur la nuit du 17 février alors qu’Amadeus était âgé de sept ans. Il se rappellerait toujours de ce jour. Le jour où son père se disputait avec sa mère et il a fait plus que leur prendre la main et demander ce qu’il se passe. Il savait ce qu’il se passait. Sa mère n’allait pas bien, son père non plus… mais il était le responsable. Alors que ce dernier médisait encore sur les sorciers, Lyra le supplia d’arrêter de se fixer sur la magie : elle ne l’utilisait pas et allait même très bien ainsi. Manuel lui balança, ivre, menaçant, qu’elle aurait dû en avoir de la magie et que tous ses problèmes venaient d’elle et que si, lui, il en avait eu, cela aurait été mieux. Amadeus déboula dans le salon et s’interposa devant sa mère : « Papa, laisse maman tranquille. La magie peut-être bien. Tu le dis toi-même. Mais t'en as pas et c’est pas grave. Moi non plus je… »

Il ne finit pas sa phrase alors que son père l’attrapa fermement au col, les yeux bruns fixés sur les yeux bruns : « T’as intérêt à en avoir de la magie, Loco ! Que tu trouves comment je peux en avoir moi ! » Amadeus s’agita : « Papa arrêtes… Papa tu me fais mal ! » « T’entends Amadeus ?! Je veux que ça serve à quelque chose d’avoir ta mère ! » La colère et la tristesse et le choc mêlés déclenchèrent la magie en Mad et les étagères projetèrent les livres sur son père qui finit par le lâcher, le faisant même tomber sous les coups et le poids des livres. Il entendait sa mère pleurer derrière lui, son père gémir devant lui. Mais il resta droit et sûr, le menaçant du doigt comme son père lui avait tristement appris : « Maman, elle n’a pas à servir à quelque chose. Maman, elle est maman. Et tu lui fais du mal. Et tu me fais du mal. Et à tout le monde. Et à toi. »

Son père semblait se rendre compte de ce que l’alcool lui avait fait dire et il semblait pleurer aussi. Amadeus reprit en s’avançant vers lui, la colère augmentant dans sa voix : « La magie, c’est pas juste contrôler des trucs. C’est bien le faire et la magie peut faire du bien. Toi, tu mérites pas de magie. Tu mérites pas maman. Ni moi. Vas-t-en ! » « Ama… Amadeus… Je… J’ai été bête et… s’il-te-plaît, pard… » « VAS-T-EN ! » Son cri s’accompagna de la porte d’entrée qui s’ouvrit violemment. Manuel se releva, si grand dans le souvenir comme dans le rêve, menaçant mais pleurant. Il voulut se pencher vers son fils mais Lyra réagit enfin et elle lui mit une claque. Elle pleurait encore mais elle ne regrettait pas son geste. « Il a raison. Vas-t-en avant que je te fasse sortir… comme j’aurais dû le faire depuis trop longtemps. »

Et il partit. Et Lyra et Mad aussi. Ils quittèrent la maison pour passer un temps en Irlande, chez les O’Connell. Poussée par ses frères et son indépendance, Lyra s’installa au Quartier Maëva avec son fils et la vie sembla reprendre son cours. Amadeus craignait toujours que son père revienne… mais en même temps, il lui manquait. Il savait qu’il était juste malheureux et n’avait pas su faire autrement que rendre les autres aussi mal. Vers ses neuf ans, son père l’a retrouvé à la sortie de l'école et a voulu renouer le contact avec sa femme et son fils. Il semblait sobre, plus calme, avec un nouveau travail et ayant compris ses erreurs deux ans après la fameuse nuit.

Pendant une période, tout le monde voulut y croire. Ses parents riaient de nouveau ensemble, son père lui ébouriffait les cheveux, même Cepheus qui était le plus méfiant se dit que les Esperanza repartaient sur de bonnes bases. Mais c’était faux. Ceph découvrit que Manuel était toujours aussi obnubilé par la magie, ayant été influencé par des cracmols et des moldus ayant connaissance de la magie : ils croyaient avoir pour mission de donner la magie au monde, de gré ou de force. Et même si Manuel aimait vraiment sa femme et son fils, son obsession, comme toute obsession, n’était pas saine.

Un an plus tard, le Département des Accidents et Catastrophes Magiques dont faisait partis Amadeus et Elizabeth O’Connell lancèrent une grande mission pour démanteler ces groupes moldus et cracmols voulant révéler la magie et également trouver un moyen de la voler ou du moins la copier aux sorciers. Plusieurs Oubliators étaient sur le projet et dans la grande agitation d'une certaine étape du projet, des sortilèges d’amnésie ont été lancés en trop grand nombre et non dosés. Ainsi, plusieurs moldus dont Manuel Esperanza ont finis en grande partie amnésiques, certains au point de finir à Ste Mangouste. Suite à cela, le père d’Amadeus ne se rappellait pas toujours de lui ou de sa mère… et quand c'était le cas, il leur demandait avec agitation de le rendre sorcier. Il n'était pas forcément violent, même très souvent larmoyant, mais Mad allait rarement le visiter car voir son père ainsi l’affectait énormément. Cela avait été notamment le cas, l'été avant sa rentrée à Poudlard : il n'avait pas réussi à faire de la magie, encore pris par les paroles de son père. À présent en quatrième année, il ne croyait pas du tout au projet SAUMON et faisait tout pour que les moldus ne découvrent pas la magie. Tout pour qu’ils ne détruisent par leur vie dans une obsession vaine comme l'avait fait son père.

Amadeus se retourna en sueurs dans son sommeil, revoyant Manuel Esperanza le prendre par les épaules et lui implorer : « Loco, mon petit Loco… S’il-te-plaît, ta magie pourrait tellement m’aider… S’il-te-plaît, ne sois pas égoïste avec moi… Tu ne veux pas que je sois méchant hein… Tu es un bon garçon, tu sais… Alors donne ta magie, puisque tu l'utilises... Sois généreux... Pour papa... »
Derrière l'écran, c'est Lily qui est, paraît-il, une fille de 20 ans. Si ça, c'est pas de la magie... Elle aime WW, genre beaucoup, parce que HP c'est sa vie et que sa baguette prenait tristement la poussière. Donc merci à Zephyrus pour le partage ! Et c'est parti, voie 9 3/4~
And the muggle
behind the wizard
© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Serdaigle



avatar
Zephyrus S. Blackwell
Messages : 63
Age : 20
Localisation : Nowhere and everywhere at once.
Date d'inscription : 10/05/2016




Message
Dim 22 Mai - 0:36
Blbll. ♥

J'te dis quand même Bienvenue, même si ça fait tout bizarre :33
Bonne chance et courage pour la suite o/


    Damaged. Harassed. Flayed.
     
    On n'abat pas son ennemie en buvant du poison, on prépare sa revanche. ©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Serpentard



avatar
Galatea Waltham
Messages : 211
Date d'inscription : 18/01/2016




Message
Dim 22 Mai - 0:37
Bienvenuuuuue !

Alors j'avoue qu'en ayant vu le pseudo "Amadeus", j'ai eu le faux espoir que le prédéf avait était pris. J'étais presque triste.

Presque parce que j'aime beaucoup ton début de fiche, ton perso est trop choupi





— Tad Cooper is a fierce salamander —
— that will become a dragon —
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ligue des Sorciers
& créature & VOTRE ROI A TOUS



avatar
Prince Solus
Messages : 158
Localisation : Dans le plus beau des lacs : le sien.
Date d'inscription : 14/03/2015




Message
Dim 22 Mai - 12:17
.... MAD. EST. TROP. CHOUCHOUUU.
Bienvenue.
Je suis triste que mon Kalev soit passé à Londres et plus âgé parce qu'ils ont des caractères compatibles à 700% et auraient fait des chouchous.
Mais c'est pas grave j'irai quand même harceler ta RS j'ai du matériel génétique à t'envoyer.
(et promis ce ne sera pas ce gros poisson à la gauche de ce message).




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Serpentard



avatar
Galatea Waltham
Messages : 211
Date d'inscription : 18/01/2016




Message
Dim 22 Mai - 12:44
On peut savoir en quoi exactement ça va tout chamboulé dans ta fiche ? C'est à cause du surnom Mad ou de la signification ?

(Essaye de trouver ton bonheur sur ce site ?)

Le soucis c'est que notre Amadeus, même s'il n'est pas pris pour le moment, est le mari d'un autre prédéf qui a été pris et qui le mentionne tout le temps et partout (je le sais puisque c'est moi qui ait pris ce prédéf) !
C'est légèrement bizarre qu'une femme de 20 ans utilise le prénom d'un membre qui n'est pas le bon et qui a 15 ans xD Après certes, probabilité qu'ils se croisent zéro, mais je pense vraiment pas que ça soit un problème d'activité ou quoi =/





— Tad Cooper is a fierce salamander —
— that will become a dragon —
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Serdaigle



avatar
Shayleen A. Moore
Messages : 73
Age : 24
Localisation : Somewhere
Date d'inscription : 14/02/2016




Message
Dim 22 Mai - 13:02
Coucou toi ♥ Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Poufsouffle



avatar
A. Mad Esperanza
Messages : 54
Age : 22
Date d'inscription : 21/05/2016




Message
Dim 22 Mai - 13:35
Merci pour vos bienvenues blblbl Vivement les RS o/


Galatea : C'est pour la signification, pour le Mad, pour le côté "us" qui fait latin et donc (dans ma tête) sorcier. C'est le fait que quand tu crées un perso, le nom t'apparaît et il doit s'appeler ainsi. C'est pas juste du joli. Je crois vraiment au pouvoir des noms (tu sais, un peu comme dans les livres/films quand tu connais le nom d'un perso, tu peux le contrôler : ce genre d'importance). Il y a un an, j'ai du changé sur un autre forum le nom de mon perso de Willow A. Lewis en Alexis W. Lewis : ça paraît que dalle mais finalement, j'ai créé un perso différent (ok, je regrette pas ma Lexi, mais goodbye Will et j'étais triste).

Je pourrais prendre Madigan ou Amadis (car oui, j'y ai pensé toute la nuit pour trouvé une alternative qui me permette de pas perdre mon Mad). Après, je saisis tout à fait que si c'est un prédéf qui apparaît irp, tu tiens à ce qu'il n'y en ait qu'un pour éviter les méprises. Je comprends vraiment. Mais... je voulais tenter ma demande car dans ma tête, un prédef ne doit pas bloquer la venue de nouveau joueur. Mais si l'autre prédéf est pris alors...

Anyway. Je terminerais en disant : où est le problème que je joue un personnage de 15 ans en ayant 20 ans .__. ? Je joue des 20, des 18, des 23, des 13, là un 15. Ce n'est pas moi que je joue mais Mad : et Mad a 15 piges dans ma tête. Cela dérange ? Je me demande sincèrement en fait .__. Surtout que si je fais un perso de 20 ans, il sera plus à Poudlard et ça m'attristerai en fait (je veux ma lettre ;;).


BREFFONS. J'ai très envie de rp sur HP. J'ai très envie de jouer Mad. Si pour cela, je dois changer le nom je le ferais. Mais au moins je respecte mon principe "qui ne tente rien, n'a rien".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Serpentard



avatar
Galatea Waltham
Messages : 211
Date d'inscription : 18/01/2016




Message
Dim 22 Mai - 13:42
Pour le prénom au final tu sais c'est pas moi qui décide, je pensais juste que c'était nécessaire de voir tes raisons, que je peux comprendre forcément

Après je pense que tu as mal compris la deuxième partie de mon post  
Je n'ai jamais dis que c'était bizarre que TOI, en tant que joueuse, tu joues un personnage de 15 ans alors qu'en vrai tu en as 20. J'ai 20 ans aussi et je joue un perso de 12 ans et un autre de 29 ans alors bon xD

C'est juste que le personnage de Daisy, mariée à Amadeus, a 20 ans, et je parle toujours d'Amadeus dans mes rps avec elle, d'où le fait que je dis que parler du Amadeus de 20 ans pourrait être bizarre avec un autre Amadeus qui en a 15
Mais ce n'est que mon humble avis ♥️





— Tad Cooper is a fierce salamander —
— that will become a dragon —
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

PNJ



avatar
Le Choixpeau Magique
Messages : 1367
Date d'inscription : 05/05/2013




Message
Dim 22 Mai - 13:58


Ah, voyons... Oui, j'aime beaucoup ce qu'il se passe dans ta tête mon garçon, tu ferais la fierté de plusieurs maisons... Nous allons dire... POUFSOUFFLE !





Bienvenue sur WW Mad ♥️

Alors effectivement on a pour politique de ne pas admettre les doublons de prénoms (pour des raisons de clarté) et de ne pas modifier les prédéfinis, tout simplement parce qu'en commençant à faire des exceptions si on veut être juste il faudrait accepter chaque demande et on finirait par dénaturer complètement le personnage en prédéfini, même en dehors du fait que ça demande aux personnages liés d'éditer leurs posts !

Je peux te proposer comme solution de jouer sur le surnom, et que le prénom soit une initiale dans son nom. Exemple : A. Mad Esperanza. Officiellement ça te laisse le prénom, tout en évitant les confusions en hors RP, c'est acceptable pour nous (surtout qu'ils n'ont pas beaucoup de chances de se croiser, mais même en soi ce ne serait pas super grave). Sinon, il faudra changer de prénom, je suis désolé.

J'espère que ça ne te coupe pas trop ton inspiration, parce que j'aime vraiment beaucoup ton personnage. Dis-moi ce que tu souhaites et je changerai le nom de ton compte en conséquence
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Poufsouffle



avatar
A. Mad Esperanza
Messages : 54
Age : 22
Date d'inscription : 21/05/2016




Message
Dim 22 Mai - 14:06
Oh oki, je croyais que tu faisais partie du staff en fait ._. Pardon. Mais c'est bien que tu le dises, surtout que ça impacte ton perso ! Je pense attendre le Choixpeau, voire si je dois prendre Madigan ou pas.

Oui, je viens de comprendre. Pardon. /transplanage de la honte/ Cela m'étonnait aussi ce genre de réflexions ><..... Enfin : pardon. Oui, je m'excuse beaucoup.

EDIT : Oh merci ! POUFFY POW ! Et bien je vais prendre cette solution si c'est possible : Amadeus "Mad" Esperanza soit A. Mad Esperanza. Merci beaucoup o/ Je vais m'atteler à l'histoire à présent n,n
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Serpentard
& Grumpy Loulou



avatar
Louis O'Connor
Messages : 432
Localisation : Dans un jeu vidéo moldu.
Date d'inscription : 03/05/2014




Message
Dim 22 Mai - 14:09
(Je savais que tu finirais dans la team des vrais)(Poufsouffle hein)(je suis un blaireau infiltré sous le drapeau vert)


Après 1 an et 9 mois Loulou est propriétaire d'un adorable phénix nommé Ikki.
Et je mets ça là juste pour me vanter parce que depuis le temps que je le veux.
Et merci Astrid pour l'avatar.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unité
& sorcier



avatar
Tybalt Burgess
Messages : 68
Age : 25
Date d'inscription : 15/03/2015




Message
Dim 22 Mai - 14:11
Le nom est donc changé, écris bien ton histoire et n'oublie pas de remonter la fiche quand tu auras terminé ♥


I won't heal given time
I won't try to change your mind
I won't feel better in the cold light of day
But I wouldn't stop you if you wanted to stay
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Poufsouffle



avatar
A. Mad Esperanza
Messages : 54
Age : 22
Date d'inscription : 21/05/2016




Message
Lun 23 Mai - 11:42
Je crois que ma fiche est finalement terminée =))

À vous de jouer (et encore merci) ♥


BURNING BRIGHTER, YOU'RE GONNA HEAR US NOW
Every mistake we think we make Is just part of the road we pave Every enemy that we make Could be an angel to light the way ♫♪ Barricades ©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

PNJ



avatar
Le Choixpeau Magique
Messages : 1367
Date d'inscription : 05/05/2013




Message
Mar 24 Mai - 13:04
Alors ♥️

Avant que je ne te valide, j'aimerais mettre au point une petite nuance d'ambiance par rapport au contexte. La manière dont le père de Mad est traité dans le monde sorcier ne correspond pas trop à l'univers de WW (qui est adapté) : c'est un petit détail mais c'est important pour les répercussions que ça a sur son fils je pense.

Le monde magique de WW est dirigé par un doux utopiste, et des créatures et gens de tous styles se baladent librement dans le monde magique. Il est possible qu'ils soient mal traités par des gens individuellement, mais on ne refuse à personne ayant un lien avec le monde magique d'entrer sur le Chemin de Traverse : ce pourrait être un cracmol, un hybride, quelqu'un qui ne peut pas pratiquer la magie, et il y a un portier pour ces cas-là. C'est de plus en plus ouvert, même un peu trop parfois. La scène où le père est refoulé au Chaudron Baveur n'est donc pas très cohérente, sauf s'il a commencé par faire un esclandre : il suffisait de demander gentiment au portier ou à un passant.

Bien sûr les préjugés sont toujours là, on peut très bien se faire embêter pour l'origine (disons que même certains professeurs de Poudlard ont des avis bien arrêtés hem) mais ce sera jugé de mauvais goût par la majorité qui a élu Candidus Bumblebee au pouvoir ! Donner des items magiques aux moldus est toujours tabou, ainsi que de répandre des infos à propos du monde magique, mais ceux qui ont un lien privilégié avec des sorciers pourront se promener dans la ville sans trop de soucis.

En gros, ça change la scène précédemment mentionnée avec certitude, pour le reste à toi de voir si tu ressens bien les choses dans cette ligne parce que forcément tout est sujet à interprétation :3 Je te laisse donc faire les modifications de ton choix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Poufsouffle



avatar
A. Mad Esperanza
Messages : 54
Age : 22
Date d'inscription : 21/05/2016




Message
Mar 24 Mai - 14:20
Hey ♥

Effectivement, WW semble beaucoup plus peaceful et open-minded que l'univers originel (ce n'est pas un mal en soit : à bas la discrimination /o/) et je suis tout à fait d'accord sur ce point. D'ailleurs, même dans HP, heureusement, les moldus peuvent aller au Chemin de Travers (ex : les parents d'Hermione).

J'ai donc dû me faire mal comprendre : c'était suite à la première visite et certaines réflexions du père la deuxième fois que le propriétaire a perdu patience. Ce n'était pas pour sa condition qu'il était refusé en réalité mais pour la lassitude du proprio et le dérangement que cela provoquait (et le proprio n'a fait que répondre au tac au tac à la question énervée de Manuel).

Néanmoins, ce passage était peu clair, je l'ai réécrit : en espérant que cette fois-ci, cela convienne ! Si d'autres passages clochent : n'hésitez pas à me le signaler ! Je sais que j'ai tendance à écrire des histoires plutôt tragiques et agitées, que j'ai beaucoup écrit sur des forums plus sombres... Il est fort probable que je ne fixe pas immédiatement l'atmosphère de WW. Mais ça va venir o/


BURNING BRIGHTER, YOU'RE GONNA HEAR US NOW
Every mistake we think we make Is just part of the road we pave Every enemy that we make Could be an angel to light the way ♫♪ Barricades ©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas

It's a mad mad mad mad world (fini)

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: La Cérémonie de Répartition :: Bienvenue à Poudlard !
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥