Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Champagne Cocaine Gasoline •• Napoléon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Serpentard



avatar
Galatea Waltham
Messages : 211
Date d'inscription : 18/01/2016




Message
Jeu 26 Mai - 19:47
Le titre n'a aucun rapport avec le titre avec le rp rassurez-vous, aucun enfant de 12 ans ne se droguera, se soulera ou s'injectera du pétrole sous peine d'être changé en théière, on sait. J'avais juste pas d'idées ♪


Galatea avait envoyé Tad Cooper transmettre un message à Napoléon comme quoi elle voulait le voir "dans son bureau", ce qui consistait en soit à un canapé près de la cheminée de la salle commune de Serpentard. Niveau intimité, ce n'était peut-être pas le top, mais ce n'est pas comme si le sujet de discussion avait réellement besoin de rester secret. De toute manière c'était rare que Tea appelle quelqu'un "dans son bureau", et peut-être bien même que c'était la première fois, en fait.

Toujours est-il qu'elle était là, sur son fauteuil, avec un chat récupéré à Merlin-sait-qui tout blanc qu'elle était en train de caresser comme Persian du grand méchant dans Pokémon, avec un verre de jus de raisin posé sur la table basse. Quand enfin Napoléon apparut dans son champ de vision, elle l'interpella.

« Napoléon Henry Desrosiers. »

Ce que ce nom était compliqué à prononcer ! Heureusement qu'elle avait un ami qui savait parler français pour l'aider, sinon elle aurait juste eu l'air ridicule. Parait-il que Napoléon fut un empereur de France, petit qui plus est, et le dernier en fait puisque la démocratie est née ensuite. La petite se disait que franchement, son camarade non plus n'avait pas eut de chance au niveau de son prénom, mais elle ne s'en plaindrait pas à voix haute.

C'est que Galatea ne détestait pas Napoléon. Il était divertissant, à sa manière, pas le genre divertissant à ennuyer mais à regarder. Et puis, il avait de l'ambition, même si elle trouvait dommage de se limiter à diriger Poudlard quand on pouvait diriger le monde. Mais le mieux dans tout ça, c'est qu'ils avaient plus ou moins des intérêts en commun et qu'ils acceptaient de coopérer pour ne pas se mettre des bâtons dans les roues mutuellement ; l'union fait la force, parfois. Tea lui laisserait Poudlard tant qu'il l'aidait à s'élever. Pour l'heure, elle lui désigna du menton le siège en face d'elle, toujours en caressant distraitement le doux chat sur ses genoux.

« Il parait que t'as tapé sur Alexus. C'est quoi cette histoire ? Tu sais que si tu continues ça va rester sur ton "dossier" et que ça va être difficile pour toi de devenir préfet si tu continues ? »

Elle soupira lourdement en s'adossant contre le confortable dossier du canapé.

« En plus, c'est mon élève. En quelque sorte. Donc c'est pas très cool si vous vous entendez pas, tu comprends. C'est bizarre si on est amis mais que tu tapes mes copains dans mon dos. »

Bizarre et malsain, même s'ils n'étaient "amis" qu'en apparence, ça l'embêtait quand même pour sa jeune disciple Gryffondor.






— Tad Cooper is a fierce salamander —
— that will become a dragon —
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Serpentard



avatar
Napoléon Desrosiers
Messages : 58
Date d'inscription : 25/07/2015




Message
Dim 26 Juin - 13:12
    Il avait grimacé. Cette entrevue avait un goût de jus de chaussette qui ne lui sied guère. Il avait alors déchiré l’invitation sans plus de cérémonie, n’acceptant cependant pas qu’on puisse le convoquer de la sorte ; il n’était pas son valet, ne le serait probablement jamais. Il y veillerait. Pourtant il avait bien dû se résoudre à s’y traîner, car c’était bien ainsi qu’il s’y était rendu, la démarche souple, les mains dans les poches, et ses jambes qui semblaient se fléchir à chaque pas, un peu boudeur derrière sa frange trop longue, d’une sale humeur. On le devinait encore aux courbes de sa bouche, légèrement tirées vers le bas, en une moue fermée, opaque.
    Même quand elle avait écorché son nom, il n’avait pas bronché, n’avait pas daigné accorder un surplus d’attention. Il suffisait seulement d’entendre ce qu’elle avait de si important à dire, il répondrait certainement par quelque chose d’un trop peu grossier. Car il faisait attention à ses mots lorsqu’il s’adressait à elle. Il se concentrait. On l’aurait vu à la petite ride creusée sous son front, dissimulée par l’épaisseur d’une mèche qui lui barrait la partie supérieure de son visage. Il s’appliquait toujours avec Galatea, comme il essayait aussi de s’appliquer avec Perseus. Ceux-là maniaient mieux la syntaxe, il ne le reconnaissait peut-être pas publiquement mais dans le fond il était bien obligé de l’admettre. Or Napoléon n’aimait pas qu’on le jugeât ridicule, alors il essayait de s’élever. Mais cette peur de la moquerie était grotesque encore, il le savait, l’appréhendait sans raison, car l’égo clamait avec grandiloquence qu’il était puissant, ou qu’il le deviendrait bientôt, et qu’on ne saurait se gausser de sa superbe. Napoléon était ainsi, toujours.

    Mais quand il comprit par ce geste de la tête qu'il devait s'asseoir en face d'elle, il se rendit alors compte que cette entrevue s'étendrait peut-être dans la durée. Napoléon n'était pas certain d'avoir la patience nécessaire. Mais il s'était plié aux exigences de la rouquine parce qu'il veillait encore à la traiter différemment.

    Le chat de Napoléon apparut soudain alors, dodelinait fièrement son popotin, une queue touffue qui rasait les bords des meubles. Bientôt, il grimpa sur les petites cuisses, sphinx, les petites griffes s'appliquant déjà à frotter le tissu du pantalon, lentement, doucement. Et le tableau fut enfin complétée par une caresse d'un symbolique presque souverain.
    Et quelle scène ! Une réunion historique, la première d'entre toutes peut-être entre deux presque monarques. Leurs pieds ne touchaient pas le sol, leur silhouette disparaissait dans l'assise, engloutis peut-être dans cette ambition qui était la leur, dans ces rêveries d'enfants. Ils l'étaient toujours, plus que tous les autres encore. Mais qu'importait encore. Galatea et Napoléon avaient fait un pacte.

    _ Oui, je l'ai puni.

    Et il avait bêtement haussé les épaules, de cet air détaché, presque comme si tout cela ne le concernait pas. Et on comprenait très simplement le raisonnement, l'explication qui était tombée d'une inévitable nonchalance. Trop sans doute. Alexus avait été une mauvaise fille, alors il l'avait puni. Il ne comprenait pas qu'on puisse en faire tout un plat. Il ne comprenait pas même que Galatea puisse s'intéresser à une créature aussi abjecte.

    _ Et c'est justement parce que je deviendrai préfet et que cette école sera à moi que j'ai le droit de punir ceux qui vivent dedans comme je le veux.

    Et c'était encore un fait que le son de sa voix dédramatisait, entre le ronronnement du chat.
    Il agita ses pieds dans le vide. Une évidence s'imposait alors, qu'il énonça d'une voix calme.

    _ Nous avons donc un problème, parce que je n'ai pas envie d'être gentil avec Alexus. Je préfère être méchant. Non, ce n'était pas parce que Mademoiselle Waltham exigeait un changement de comportement qu'il s'y plierait. Ils étaient certes de cette étrange amitié mais aucun vraiment ne se déciderait à courber l'échine. Donc, si tu veux que je fasse ce que je n'ai pas envie de faire, il va falloir que tu fasses quelque chose pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Serpentard



avatar
Galatea Waltham
Messages : 211
Date d'inscription : 18/01/2016




Message
Dim 10 Juil - 18:49

Galatea haussa un sourcil. Puni ? On ne punissait pas quelqu'un en le frappant — éventuellement en le poussant accidentellement dans les escaliers, mais frapper quelqu'un comme ça, ça manquait fort de discrétion et d’ingéniosité. Napoléon était un Serpentard, il aurait du penser à quelque chose de plus fourbe pour ne pas se faire prendre plutôt qu'un attaque frontale mais bon, elle n'allait pas non plus lui donner des conseils sur "comment tabasser l'amie de ma pseudo-amie".

« Je peux au moins savoir ce qu'elle t'a fait pour être "punie" ? Je veux dire, il y a d'autres châtiments que de se faire taper dessus. »

La jeune fille ne releva pas sur le fait qu'il serait préfet et ensuite directeur, ça faisait aussi parti de ses projets qu'il le soit, en quelque sorte, donc elle se contenterait d'approuver en silence. N'empêche qu'on pouvait devenir directeur sans taper sur qui que ce soit !

La suite de la conversation l'intrigua, et tout en continuant à gratter gentiment le cou du gentil chat qui se trouvait sur ses genoux, elle se demandait ce qu'il pouvait bien lui demander. Elle se méfiait des marchés, et elle savait qu'elle ne devait pas les accepter avec légèreté... Ceci dit, elle ne perdrait rien à écouter ce qu'il avait à dire.

« Et tu voudrais que je fasse quoi par exemple ? J'te préviens, j'ai pas d'argent ! »

Parce qu'autrement elle ne voyait pas bien ce qu'il voulait qu'elle fasse, elle n'avait pas vraiment de pouvoir dans cette école ou de choses intéressantes à lui raconter. Sans doute qu'il avait un service en tête, mais si c'était quelque chose qu'il ne pouvait pas faire lui-même, ça devait être soit dangereux soit passible d'une retenue.





— Tad Cooper is a fierce salamander —
— that will become a dragon —
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas

Champagne Cocaine Gasoline •• Napoléon

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: Sous-sols et cachots :: Salle Commune des Serpentards
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥