Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

A wild Charmander appeared ! ❧ ft. Galatea.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Gryffondor



avatar
Charlie McGarney
Messages : 21
Localisation : Lis dans le couloir hurleur avec des boules quies dans les oreilles.
Date d'inscription : 01/04/2017




Message
Mer 26 Avr - 19:11





Une journée plus ordinaire qu'ordinaire.


Cette journée aurait dû être une journée parmi tant d'autres, une plus ordinaire que la veille. Une journée ordinaire, répétais-tu en plongeant ton regard bleuté dans le ciel encore de couleur sombre. Qu'est-ce que c'était déjà une journée ordinaire ? Puis d'ailleurs, ça voulait dire quoi "ordinaire" ? Est-ce que ta vie pouvait rentrer dans la catégorie "ordinaire" ? Et celle de toutes ces personnes présente dans ce château avec toi étaient-elles ordinaires aussi ? Est-ce qu'aller en cours de métamorphose, de potion ou d'astronomie était ordinaire ? Oui et non, répondais-tu à toi-même. Oui, c'était ordinaire pour des sorciers. Non, ce n'était pas ordinaire pour des moldus. Tu fermas tes paupières, appréciant la brise qui venait doucement soulever ta frange de couleur orangée, et tes pensées recommencèrent à s'agiter dans le creux de ta petite caboche. À tes yeux de sorcier ta vie t'apparaissait-elle comme ordinaire ? Oui, en ce moment c'était toujours la même histoire, comme une bobine de film qui ne cessait de passer le même passage en boucle. À force, tu connaissais les répliques par cœur. Cette pensée te fis sourire, laissant d'entre tes lèvres un petit gloussement s'y échapper. Et enfin, tu te décidas à bouger. Tu vins te relever, attrapant ton ombrelle malgré que le soleil ne se soit pas encore montré. Et aujourd'hui sera une journée bien plus ordinaire qu'ordinaire ; après tout tu ne comptais guère changer tes petites habitudes journalières. Comme n'importe quel jour, tu irais faire ton habituel footing dans le parc du château de bon matin, profitant du vent qui soulèverait tes cheveux derrière toi. Puis tu prendrais plaisir à te balader dans les couloirs, silencieux et calme à cette heure de la matinée. Personne ne viendrait t'embêter, ni te chercher des noises tant que tu restais discrète. Et enfin, tu irais prendre une agréable douche avant de te rendre dans ta salle commune où se déroulerait bientôt le spectacle que tu attendais impatiemment.  

Tes fesses profondément englouties dans les coussins moelleux du canapé de ta salle commune, tu ne semblais guère arriver à détourner tes yeux des flammes ardentes qui dansaient dans la cheminée. Entre tes mains, une serviette à la couleur rosée essuyait tes cheveux ruisselants. Et voilà que tu étais de nouveau dans les nuages, réfléchissant pendant de longues secondes qui se transformaient en minutes. Ça devait bientôt être l'heure. Tu sautas du canapé, laissant la serviette tomber maladroitement par terre et vins te dépêcher d'attacher tes cheveux en deux nattes bien distinctes qui disparaîtraient bientôt sous tes ornements aux motifs dorés. Activement, tu parcourus du regard ta salle commune aux couleurs chaleureuses et à la tapisserie moyenâgeuse pour finir par te cacher dans un coin de la pièce à côté d'une armoire, ne voulant pas rater ce qui allait se produire pour rien au monde. Tes oreilles aux aguets, ils percevaient des jurons haineux à ton encontre en reconnaissant la voix des jumeaux qui descendait les escaliers en colimaçon, les pieds lourds et la voix encore légèrement endormie. Il semblerait que Jeremy ait manqué de se casser la binette à plusieurs reprises à cause de Kévin qui ne cessait de le pousser. « Charlie ! Espèce de sale troll sort de ta maudite cachette d'elfe ! J'vais te casser la gueule, tellement que ton frère ne te reconnaîtra même plus ! » Ça, c'était la voix de Kévin. Le plus idiot des deux. Et le plus énervé, aussi. Parce que Jeremy semblait plutôt lassé : « Laisse tomber, il n'est pas bête. Il s'est déjà barré. Dès l'instant où il a caché ses maudites boules puantes dans nos tiroirs il savait qu'on viendrait. On va surtout devoir faire la lessive désormais, allez viens. On c'vengera. » Tes cousins, ils t'embêtaient toujours, parlaient de toi au masculin et tu finissais toujours par te venger ainsi de suite, créant des situations sans fin. Et ils quittèrent la pièce par le même chemin qu'ils étaient venus. T'as pourtant attendu deux bonnes minutes avant de sortir de ta cachette et c'était les deux minutes de trop, vu qu'ils ne semblaient n'attendre que ça. Ils étaient réapparus aussi rapidement qu'ils avaient dévalés les escaliers, Jeremy se cassant véritablement la figure cette fois. Kévin lui marchant dessus sans aucune complaisance. Et toi qui venais de taper le plus rapide sprint de ta vie dans l'espoir de sortir de la salle commune sans que Kévin ne puisse t'attraper. Mais c'était trop tard, alors t'avais claqué Kévin. Kévin avait tiré ta frange aussi fort que tu pensais devenir chauve. Jeremy avait essayé de vous séparer pour finir par se prendre une droite. Et vous vous étiez bagarré. Tout ça pour une simple farce, tout ça pour garder cette précieuse journée aussi ordinaire que celle de la veille.

Tu avais réussi à t'enfuir, ne contrôlant même plus tes jambes qui s'efforçait de continuer de courir aussi vite qu'elles le pouvaient à travers les couloirs magiques, les marches d'escalier que tu sautais comme si ta vie en dépendait. Mais elle en dépendait ! Vous ne connaissez pas la fureur des jumeaux, vous. Ta vie était en danger de mort et tes oreilles t'avertissaient qu'ils te poursuivaient sans relâche - même si tu étais bien plus rapide qu'eux. Et heureusement qu'ils ne possédaient pas leurs baguettes sur eux ! Les escaliers de Poudlard semblaient être de ton côté durant ses vacances que tu passais exceptionnellement dans l'enceinte de l'école, coupant la route de tes poursuivants. Les jumeaux te regardaient, t'envoyaient des éclairs à travers leurs petits yeux avant de tourner les talons, décidant enfin de faire la lessive – eh oui, ils étaient toujours en pyjama, eux. Pendant que toi, tu continuais de monter les escaliers, continuant ta course là où tu n'aurais certainement jamais dû.

Le fameux couloir-qui-glisse ou d'innombrables mâles a déjà pu apercevoir les culottes de diverses demoiselles comme Charlie qui ne prêtait pas attention à la situation dans laquelle elle se trouvait et continuait de courir comme une ahurie malgré l'endroit dangereux. Enfin courir, bientôt ce serait glisser. Et ce bientôt, c'était tout de suite. Parce que ton petit pied droit venait de partir à bebelweed - expression empruntée à Peter, son grand frère cracmol – et ton mignon petit visage rempli de blessures diverses venait de rencontrer la pierre froide et sale où les étudiants marchaient habituellement. Ton corps s'était étalé sur le sol, la tête la première, ton ombrelle violette glissant un peu plus loin et ta jupe ce relevant, révélant ta petite culotte Salamèche aux yeux des personnes se trouvant dans le couloir. C'était la dernière des choses qui t'inquiétaient ceci dit vu que t'avais sentie ton nez craqué, encore une fois. Il était déjà fragilisé par ton second grand frère Dave qui prenait un malin plaisir à te le casser aussi souvent que tu l'énervais - l'amour dans la famille McGarney. Et tu sentis une douleur aiguë subvenir, remplissant tes yeux de larmes. Tu t'étais redressé, positionnant tes mains contre ton nez qui commençait à saigner, laissant la substance rougeâtre tomber sur la pierre brillante. Bah, tu avais vu pire comme situation. Alors tu avais essayé de te relever sur tes deux jambes sans te casser à nouveau la binette, ta main droite férocement appuyer contre ton nez pendant que la seconde tapotait légèrement ta jupe pour la remettre correctement en place, plongeant dans ta poche dans l'espoir de trouver un mouchoir. En vain, tu les avais déjà tous utilisés - on ce demande pourquoi. Un soupire s'échappa de tes lèvres, l'inférieur étant légèrement gonflé à cause d'un coup de poing de Kévin. Déprimée, t'avais fini par tourner les talons, ton regard ce déposant sur une jeune fille à la chevelure d'une magnifique couleur rouge. Et t'étais resté là pendant plusieurs secondes qui paraissaient interminables, tu la fixais silencieusement ; elle était... « mignonne. » Oups. T'avais pensé à voix haute. Et tes yeux avaient enfin quitté le visage de la demoiselle, observant le sol brillant. Tu paraissais gênée de la situation maintenant. Bien joué Charlie ! T'avais vachement l'air classe comme ça, avec tes joues légèrement rosées. Elle te disait légèrement quelque chose quand même, peut-être l'avais-tu déjà croisé dans les couloirs. Sur le moment, t'arrivais pas à réfléchir clairement. La seule chose qui t'importait pour le moment c'était...    « Désolé... Euh. T'aurais pas un mouchoir ? »...ton nez qui pissait le sang. Les deux doigts appuyés férocement contre ton nez – ce qui n'empêchait pourtant pas la texture de dévaler tes lèvres - t'essayait de paraître cool. Même si tu savais que tu avais certainement l'air pitoyable. « J'ai le nez assez fragile. Faut dire qu'il est souvent cassé aussi, par mes cousins ou par mon frère. Ça dépend. » Et voilà que tu t'étais mise à parler de ta vie sans qu'on te demande quoi que ce soit, c'était loin d'être cool Charlie.  



© Truth.



Ah... as day by day repeats, The darkness assails mercilessly. I still can't smile the way you do... An unfading mirage, born from the heat of those days... made a flower bloom deep within my heart. A bright future is still out of sight, still out of sight... what on Earth should I do about this feeling? I wanna touch, wanna touch that world I once dreamed of... If I stay with you, will I finally be able to change? I wanna stop, wanna stop these quivering hands... I want to always, always be by your side!  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Serpentard



avatar
Galatea Waltham
Messages : 211
Date d'inscription : 18/01/2016




Message
Jeu 27 Avr - 22:10

Tea soupira. La troisième année, c'est là où les choses commençaient à devenir vraiment intéressantes à Poudlard. D'abord parce qu'on pouvait prendre des cours optionnels, mais surtout parce qu'ils pouvaient enfin sortir au Pré-au-Lard. Et ça, c'était vraiment cool, parce que ça voulait dire pouvoir changer décors le weekend, acheter pleins de trucs dans des magasins de farce et attrape, rendre visite à ses frères de temps en tempx aussi quand son père transplanait, faire des excursions à la cabane hurlante... En bref, ça s'annonçait être une bonne année.

Manque de chance, aujourd'hui Tea était un peu trop occupée pour sortir. Elle avait pour projet d'améliorer son écriture, et en vrai, elle faisait des progrès. On ne pouvait pas être un bon chef sans être intelligent, et pour être intelligent il ne fallait pas que parler, il fallait aussi savoir écrire correctement. Et même si écrire était sa bête noire, elle avait trouver le moyen de se motiver autrement. Elle écrirait un journal, mais pas n'importe quel journal, un journal que tout le monde lira à Poudlard, parce qu'il n'y aura que des choses intéressantes dedans. Des interviews de profs, de préfets, des détails croustillants sur tout le monde !

Bon, le plus difficile sera de les trouver, les infos, mais ça ne devrait pas manquer, il se passait tellement de choses dans cette école de fous !

En parlant de ça, Tea s'arrêta net en voyant quelqu'un s'arrêter devant elle, quelqu'un de visiblement blessé et pas très cohérent. Elle fronça les sourcils légèrement, elle la reconnaissant. Les cheveux roux, le regard inexpressif, c'était forcément un Weas- Charlie. L'air toujours un peu intriguée, Tea sortit un mouchoir de sa poche.

« Euh oui, tiens. Qu'est-ce qui t'es arrivé pour que tu sois en morceau comme ça ? »

La réponse ne tarda pas à venir en fait. Tea croisa les bras avec un air bougon.

« Tes cousins et ton frère ? Ils te frappent ? Mais c'est pas normal ! Tu devrais le dire aux professeurs et tout, c'est grave si en plus tu te casses le nez ! Et tu te laisses faire ?! »

C'était vraiment impardonnable, elle savait que les garçons pouvaient être débiles à tout âge mais jamais ses frères ne lèveraient la main sur une fille, ils étaient bien éduqués eux. Parce qu'il fallait franchement être ingrat, irrespectueux, bête et méchant pour taper quelqu'un de sa famille comme ça !





— Tad Cooper is a fierce salamander —
— that will become a dragon —
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

A wild Charmander appeared ! ❧ ft. Galatea.

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: Deuxième étage :: Couloir-qui-glisse
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥